Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[1x07] Un jeu interminable / The Long Game
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 1
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Sam 28 Oct 2017 - 17:35    Sujet du message: [1x07] Un jeu interminable / The Long Game Répondre en citant

1x07 The long game : la retro-review

The thing is, Adam,time travel's like visiting Paris.You can't just read the guidebook.You've got to eat the food,get charged double and kiss complete strangers.Or is that just me?


Je sais, cela faisait bien longtemps mais j’avais prévenu dès le début que ces retro-reviews ne seraient absolument pas régulières. J’ai donc profité des vacances pour revoir cet épisode, assez à contrecœur je dois dire. Dans mon souvenir, il s’agissait de la parfaite illustration d’un « filler » : aucune révélation sur le passé du Docteur (ce qui, après le très riche Dalek, était assez frustrant), ni sur le fil rouge (à ce point de la saison encore invisible cela dit), ni sur Rose ou même sur la mythologie de la série en général. De plus, je me souviens avoir trouvé à l’époque l’intrigue de l’épisode assez grotesque et sans intérêt. Qu’en est-il 10 ans plus tard ? Et bien je dois dire que si The long game ne sera jamais un grand classique et qu’il a mal vieilli sur bien des points, il gagne BEAUCOUP à être revu à notre époque.


I. Remarques générales

A) Le décor

L’épisode nous emmène sur une immense station spatiale dans les années 200 000, ce qui comme chacun sait correspond à l’apogée du « fourth great and bountyfull human empire ». C’est la 2ème fois en relativement peu de temps que Doctor Who explore le futur lointain et, si c’est bien sûr attendu (et, dans mon cas, très bienvenue) dans une série de science-fiction, cela pose le problème du prix. RTD fait donc le choix malin de nous planter un décor de type cyberpunk.

Pour ceux qui ne connaissent pas le terme, c’est un sous-genre pessimiste de la science-fiction où l'avancée technologique s'est faite aux dépens du bien-être de l'humanité. Le monde est miné par la pollution, la surpopulation et les profondes inégalités sociales et le pouvoir est souvent monopolisé par de grandes corporations toutes puissantes. Les inventions futuristes côtoient donc les décors insalubres et vieillots. Les exemples de cyberpunk ne manquent pas : les films Blade runner et Total recall, les deux premiers jeux vidéos Bioshock, les séries Killjoy ou The Expanse…

Or, l’intérêt du cyberpunk est qu’il peut ne pas coûter très cher puisque les décors de type 20ème siècle peuvent être utilisés. en effet, le confort de l'humain passant au second plan dans ce sous-genre, peu de progrès ont été fait pour améliorer le confort et la vie quotidienne. Et l'épisode ne va en effet pas se priver : la technologie ultra avancée de ce monde futuriste n’est en gros représentée que par la fameuse puce implantée chez tous les humains de la station et qui leur permet de se connecter aux ordinateurs, ce qui n’a pas dû exploser le budget. Quant au décor, il se compose en grande majorité de murs gris à la peinture écaillée et à de grandes structures métalliques de type usine désaffectée. Les habits, le mobilier, les claviers… tout semble sorti du 20eme siècle, ce qui donne un charmant aspect rétro à peu de frais.

RTD s’en donne d’ailleurs à cœur joie sur les codes du cyber punk. Vendeurs de rues proposant des plats étranges et peu ragoutants dans un décor sombre, crasseux et métallique (cf. Blade runner) : check. Fumée sortant d’un peu partout (et s’expliquant en fait par la chaleur dégagée par le métabolisme du monstre) : check. Pouvoir détenu par une puissance manipulatrice qui utilise l’humain comme un outil : check. Résistance à ce pouvoir par le biais du piratage : check. L’épisode applique la recette avec précision et ça marche. Bien sûr que cela fait un peu cheap (pour du beau cyberpunk à gros budget, je vous conseille de jeter un œil à The Expanse) mais c’est parfaitement acceptable dans ce sous genre et le tout a un charme indéniable (bon, cela aide sans doute que j’adore le cyberpunk^^^).

Mais l’épisode ne se borne pas à exploiter ce filon et nous propose un mélange des genres que j’ai trouvé assez charmant. En effet, le mystérieux étage 500 qui sert de base au méchant de la semaine tranche totalement avec le reste de la station.Ainsi, ledit méchant ayant besoin de frais, les décors métalliques et machines technologiques complexes sont recouvertes d’une épaisse couche de glace. Lesdites machines sont actionnées par des humains zombifiés eux aussi recouverts de givre et le bras droit du monstre (joué par l’excellent Simon Pegg), a des cheveux blonds peroxydés et des yeux bleus très froids. Le tout crée un univers totalement différent, plus proche du conte que de la science-fiction.

Bref, le décor de l’épisode accuse clairement son âge et son budget limité (et encore, je n’ai pas encore parlé du monstre de la semaine^^) mais parvient malgré tout à proposer un univers esthétiquement recherché et intéressant, à la fois rétro, onirique et futuriste. En parlant de futuriste, petit bonus non négligeable en cette période où le féminisme est hélas encore fort nécessaire et où certains recoins du web hurlent à la mort sur la vilaine écriture inclusive : la manière dont le personnage adjuvant de la semaine s’adresse à l’assemblée -« Ladies, gentlemen, multisex undecided and robots »- m’a bien amusée. Je me souvenais que l’épisode sur le Titanic contenait une annonce de ce style mais j’avais totalement occultée celle-ci.

B) La continuité

Remettons maintenant l’épisode dans son contexte. Nous sommes encore au début d’une première saison qui n’a pas encore, loin de là, dévoilé toute la mythologie de la série aux nouveaux spectateurs et qui n’a pas non plus fini de nous présenter Rose et le neuvième Docteur. Quels éléments cet épisode apporte-t-il ?

Pour ce qui est du Docteur, pas grand-chose. La manière méprisante dont il traite Adam est typique du personnage. Elle est d’ailleurs identique à celle dont il traitait Mickey au début, et ce pour les mêmes raisons : Adam, comme Mickey, se comporte d’une manière normale (je ne parle bien sûr pas de la fin, où il se conduit comme un petit con^^). Il est choqué par toutes ces nouveautés, a besoin d’un temps d’adaptation pour digérer ces informations, s’évanouit même en début d’épisode… bref, se comporte comme nous nous comporterions probablement dans cette situation. Or, le Docteur en général mais Nine en particulier déteste l’ordinaire et il ne laisse pas une seule chance à Adam.

Il est très probable (et avec Mickey également) que ce soit également une forme de jalousie de la part du Docteur même si ce n’est que bien plus tard que l’on apprendra combien Rose compte pour lui. Ce n’est cela dit pas une excuse : je l’ai déjà fait remarquer et je l’affirme à nouveau, Nine est quelqu’un de très peu sympathique. Il va même jusqu’à risquer l’intégrité de la timeline pour le simple plaisir de punir Adam en laissant à ce dernier la puce qui ouvre son crâne à chaque claquement de doigt.

Cette froideur du personnage se remarque également dans la manière dont il traite l’adjuvant de la semaine (j’ai oublié le nom de la journaliste qui va les aider à se débarrasser du monstre, ça s’est vu ?^^) : il la manipule de bout en bout , piquant son amour propre en la traitant plusieurs fois de mouton afin de la pousser à mener l’enquête et à les suivre dans le dangereux étage 500. Cet aspect manipulateur se retrouve je pense dans toutes les incarnations du Docteur mais elle n’est absolument pas cachée chez Nine : il poussera d’ailleurs Jack Harkness à risquer sa vie dans quelques épisodes exactement de la même manière.

Il est amusant de constater qu’il se comporte presque à l’opposé de Twelve, pourtant très proche de lui au point de vue du caractère (il est en tout cas tout aussi « alien » et aussi peu enclin à user de diplomatie envers l’humanité). Ainsi, alors que Twelve ne sourit que très peu aux étrangers et déteste les câlins de manière générale, Nine arbore le plus souvent un grand sourire extatique et affirme avec un grand sourire à la journaliste « I’ll hug anyone », joignant immédiatement le geste à la parole.

Ce n’est cela dit pas si étonnant : on sait depuis le final de la saison 8 que Twelve déteste les embrassades car elles permettent le mensonge, les deux personnes ne se regardant pas à ce moment là. S’il n’hésite pas parfois à manipuler les autres, il est en réalité bien plus franc qu’une bonne partie de ses incarnations. Nine est d’un abord plus chaleureux (enfin, jusqu’à ce qu’il commence à insulter l’humanité^^) mais est en réalité bien plus manipulateur : le mensonge ne risque donc pas de le gêner. Bref, Nine est égal à lui-même, c'est-à-dire pour l’instant peu recommandable.

Qu’en est-il de Rose cette semaine ? L’épisode insiste sur un aspect de sa personnalité certes assez évident mais pas encore beaucoup traité dans la saison : c’est une gamine ! Bien sûr, on le sait objectivement depuis le début : elle est très jeune et n’a visiblement jamais quitté son quartier avant l’arrivée du Docteur mais son comportement n’était jusqu’à présent pas puéril. Elle confrontait Cassandra dans l’épisode 2 alors qu’elle était dans un temps et un lieu qui lui était totalement inconnu, elle tenait tête au Docteur dans l’épisode 3 malgré toute l’admiration qu’elle avait pour lui, elle s’interposait entre lui et un Dalek la semaine précédente… bref, Rose n’avait pour l’instant jamais vraiment laissé transparaitre son âge, et il était je pense temps que ce soit le cas pour une simple question de crédibilité du personnage.

Ici, Rose (avec la complicité bienveillante du Docteur) tente d’impressionner Adam en se faisant passer pour une experte capable de repérer l’époque et le lieu où ils ont atterri du premier coup d’ œil puis se montre immédiatement méprisante lorsque ce dernier s’évanouit et quand il lui annonce avoir besoin d’un peu de temps pour digérer tout cela. Elle n’insiste également pas pour lui tenir compagnie quand il refuse de les accompagner, trop heureuse de partir à l’aventure avec le Docteur, et laisse donc le petit nouveau se débrouiller tout seul alors qu’il vient de lui dire qu’il se sent complètement perdu. Enfin, elle fait preuve à ce moment d’une naïveté assez confondante en laissant les clés du TARDIS à Adam, qu’elle vient après tout juste de rencontrer : c’est d’ailleurs non seulement naïf mais très impoli puisqu’elle ne demande pas l’autorisation au Docteur. Si un pote faisait de même avec les clés de ma maison je ne serais pas prête de les lui confier à nouveau.

Rose fait ici des erreurs qui ne sont pas hors caractère vu son âge, je trouve cependant étrange que ce soit en milieu de saison qu’elle les fasse alors qu’elle a fait un sans faute sur les 6 premiers épisodes (ce qui pour le coup, est déjà bien moins crédible). Ce n’est cela dit pas très important, nous sommes dans une première saison et les personnages peuvent être un peu inconsistants. J’aimerais en revanche que le Docteur le soit un peu moins vu qu’il est pour l’instant quasi constamment à gifler. Je me souvenais que j’avais mis du temps à apprécier Nine, je comprends maintenant pourquoi.

Dernier petit élément sur la continuité, nous avons par le biais d’une alerte info des nouvelles de Face de Boe, qui est enceint. J’avais déjà trouvé amusant l’idée qu’une tête géante puisse attendre un enfant mais la blague est évidemment plus drôle encore rétrospectivement, lorsque l’on a vu le final de la saison 3.


II. La menace de la semaine

Bon, au premier abord, on ne peut pas dire que ladite menace soit l’élément le plus inspiré de l’épisode. Nous avons donc droit à un méchant monstre alien manipulateur et son homme de main sans scrupules prêt à collaborer à la mise sous tutelle de sa race puisque « Being human doesn't pay very well » : rien de très original jusque là même si l’homme de main gagne un point bonus parce que… Simon Pegg et puis c’est tout.^^

L’arrivée du grand méchant est soigneusement préparée. On entend parler très vite du mystérieux étage 500 censé récompenser les meilleurs travailleurs. Le faux « paradis » servant en réalité de piège mortel ou au moins de leurre empêchant le peuple de se révolter est un grand classique qui a certainement activé le système d’alarme interne de tout amateur de science-fiction/fantastique, surtout lorsque l’on apprend un peu plus tard que les heureux élus ne redescendent jamais du fameux étage. Ce petit malin de RTD reprendra quasiment la même idée dans Gridlock en saison 2 par exemple. L’antre du monstre, que nous découvrons en suivant la première victime, est comme je l’ai déjà fait remarquer esthétiquement réussie et j’avoue avoir sursauté au jumpscare facile mais efficace des cadavres momifiés et gelés soudain dévoilés.

Comme souvent chez RTD comme chez Moffat, certains éléments évidents auraient pu nous mettre la puce à l’oreille sur la nature dudit danger. Ainsi, alors que nous savons depuis la 2eme minute de l’épisode (lorsque Nine présente à Rose et Adam le « fourth great and bountyfull human empire ») que l’épisode se déroule à une époque où d’innombrables races cohabitent pacifiquement, il faut que le Docteur fasse remarquer à la journaliste qu’il est anormal que l’intégralité du staff de la station soit humain pour que le spectateur le réalise.

C’est d’ailleurs souvent dans les explications et remarques apparemment « décoratives » du Docteur que se cachent les indices, comme par exemple dans Time of the Angels lorsque Eleven présente la race des Aplan et nous précise qu’ils sont bicéphales ou lorsqu’il demande à Oswin dans Asyleum of the Daleks où elle a trouvé le lait pour les soufflés. C’est en général quand il semble digresser le plus que cela s’avère important pour l'intrigue.

Revenons à l’épisode. Comme dans tout film d’horreur convenable, on met un certain temps a apercevoir le monstre et la mort de la première victime ne nous apprend que le fait qu’il se cache au plafond et qu’il « mange » bruyamment (ces monstres sont si souvent impolis !). Il ne nous est montré qu’à la 30eme minute… et on comprend pourquoi ! The Mighty Jagrafess of the Holy Hadrojassic Maxarodenfo (RTD aime décidément beaucoup les noms à rallonge ou alors il s’agit d’un cousin des Raxacorricofallapatoriens )… est un gros tas de caoutchouc qui ferait passer l’Abzorbaloff de Love and Monster pour relativement crédible. Je sais que le physique du monstre n’est pas l’intérêt de l’épisode, que le budget devait être serré et que l’aspect kitsch est souvent voulu dans l’ère RTD mais je pense tout de même qu’éclater de rire en découvrant le danger de la semaine n’aide pas à compatir avec ses victimes.

L’épisode se débarrasse d'ailleurs du monstre d’une manière classique et relativement « facile ». La journaliste qui avait tout d’abord refusé de suivre Rose et le Docteur va bien sûr sauver la situation, ce à l’aide d’un deus ex machina qui ne prend pas trop la peine de se cacher. « Everything I told her about SatelliteFive, the pipes, the filters,she's reversing it! » annonce le Docteur pendant que la journaliste, connectée pr sa puce au réseau du satellite, s’emploie à faire cuire l’alien en inversant le système de refroidissement qu’il avait mis au point (c’est le problème du caoutchouc, ça supporte mal la chaleur).

Comment une simple employée de l’étage 129 peut elle avoir la main sur ce réseau au point de faire tout péter alors que le bras droit du monde a pris bien soin de nous expliquer en détail combien toute l’humanité était étroitement surveillé et manipulée au moyen de la puce dans leur cerveau? Ce n’est pas le premier et ne sera pas le dernier "Ta gueule c’est magique" de la série et celui-ci est au moins relativement bien amené. La journaliste était présente lorsque le Docteur examinait la plomberie et remarquait que le système était fait pour rafraîchir le haut de la station et le fait de se débarrasser de la menace contrôlant l’humanité au moyen d’un « piratage » est un ultra classique du cyberpunk.

Docteur gratuitement désagréable, compagne puérile, monstre de la semaine qui semble avoir été conçu par un gosse de sept ans (et qui n’a pas, comme l’Abzobaloff, l’excuse d’avoir réellement été conçu par un enfant^^)… l’épisode ne semblait pas parti pour me plaire malgré son ambiance cyberpunk et son guest sympathique. Il est cependant sauvé par la véritable menace présentée ici derrière le tas de caoutchouc fondu.

Comme quasiment toujours dans le cyberpunk, nous avons là une dénonciation du capitalisme à outrance. L’homme de main du monstre admet représenter un consortium de grandes banques qui ont toutes accepté de laisser l’alien réduire l’humanité en esclavage sous prétexte que «money prefers a long-term investment » . A leur niveau, les employés de la station semblent tous obnubilés par la promotion sociale symbolisée par l’étage 500 et ne se posent aucune question. Enfin, la vie privée n’est qu’une apparence et la connexion de la quasi-totalité des habitants de l’empire au fameux réseau dévoile toutes leur données personnelles aux maîtres de celui-ci : « birth certificate, shopping habits, bank statement »… Ce n’est évidemment pas très difficile de relier ce thème a une crainte très actuelle du traitement de nos données sur le net.

Mais ce qui est pour moi la grande réussite de l’épisode est son thème principal : la subjugation de l’humanité par le contrôle de l’information. Ce n’est bien sûr pas une nouveauté (tout régime dictatorial a sa propagande et ce depuis l’antiquité) mais la manière dont cela est traité ici (toutes les sources d’information de ce monde sont manipulables par la classe dominante) résonne de manière très dérangeante à l’ère de Trump, de la chasse aux « Fake news » et de BFM.

Je vous retranscris la tirade de l’homme de main, que je trouve terriblement actuelle : « Mankind’s behaviour has been shaped and guided, his knowledge and ambition strictly controlled by its broadcast news. (…) Create a climate of fear, and it's easy to keep the borders closed. It's just a matter of emphasis. The right word in the right broadcast repeated often enough can destabilise an economy, invent an enemy, change a vote. » Quelle que soit votre appartenance politique, je pense que vous aurez tous immédiatement en tête des exemples de chaînes TV, journaux et politiciens utilisant exactement cette méthode. Je me souviens vaguement qu’à l’époque où j’avais découvert cet épisode j’avais justement trouvé le thème principal exagéré et peu crédible : RTD 1, Tyr 0.


Pour conclure, cet épisode a des défauts certains mais ne méritait clairement pas l’opinion très médiocre que j’avais gardée de mon premier visionnage. Je verrai d’ici quelques semaines si la magie se reproduit pour le prochain épisode, Father’s day, qui lui non plus ne m’avait pas semblé terrible et que je n’ai jamais revu depuis.



EDIT : Je remarque juste maintenant la traduction française du titre et j'ai du mal à comprendre ce choix. L’expression "to play the long game" signifie avoir un plan à très long terme, ce qui est clairement le cas du méchant de la semaine. "Un jeu interminable" est pour moi une erreur de traduction car il n'y a absolument pas de rapport avec l'épisode : ce n'est pas un jeu et il n'y a pas la notion de lassitude qu'implique "interminable". Pour le coup, c'est un titre qui aurait mieux convenu au prochain épisode à se dérouler sur cette station, l'avant dernier de la saison.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Oct 2017 - 17:35    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 1 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com