Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[Terminée]Une virée entre filles...
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Elisabeth Madness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 172
Localisation: Essaye de monter discrètement à bord du TARDIS
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 12:10    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Une Virée entre Filles

Résumé: Après avoir retrouvé la mémoire, Donna décide d'emprunter le TARDIS. Pour elle et d'anciennes compagnes du Doc, c'est le début d'une grande aventure, pleine d'actions, et surtout de danger!
Spoiler: A priori aucun spoiler

Disclaimer: Doctor Who et ses personnages ne m'appartiennent pas. Cette fic est écrite uniquement pour le fun.

Note: La fic se situe après le final de la saison 4 et avant l'épisode The Next Doctor




Citation:


  Ce matin là, Donna Noble se leva avec soudain l‘impression de ne pas être à sa place. Comme s’il lui manquait une partie de sa vie, de ses souvenirs. Il y a quelques mois, les gens déliraient en disant que la planète avait voyagé et qu’il y avait eu d’autres planètes apparues dans le ciel. Elle n’y avait pas cru, ou bien elle avait pensé qu’elle s’était choppé une sacrée cuite le jour où c’était arrivé.

Mais aujourd’hui, cette étrange sensation lui fit penser que ça s’était réellement passé, et qu’elle avait participé à remettre de l’ordre dans tout ça. Elle descendit, salua son grand père. C’est lorsqu’elle s’assit que les flashs lui vinrent, cet homme, en costume et long manteau. Il court, il court toujours. A ses pieds, des converses. Elle le connaissait, elle se souvenait, ses cheveux en bataille, son sourire, son sérieux, ses yeux si vieux sur ce visage si jeune.
Elle cria son nom : « Docteur ! ». Wilfired sursauta et en fit tomber sa tasse à terre. Il fut pris d’une angoisse terrible et s’approcha de Donna pour voir si elle allait bien. Elle se contenta de répondre «  Molto Bene » et elle se leva de table. Wilfried la regarda d’un air étonné et la suivi des yeux alors qu’elle sortait de la maison. Sylvia entra dans la maison, se demandant encore quelle mouche avait piqué sa fille.
 
Donna monta en voiture et parti. Elle roula, roula encore et encore. Puis elle arriva là où elle le voulait : Cardiff. Elle avait senti la présence d’un objet bien particulier : le TARDIS. Il était surement en train de faire le plein d’énergie sur la faille spatio-temporelle. Donna se dirigea à toute vitesse vers la boite bleue, et sortit de sa poche un objet. C’était une clé. Elle l’introduisit dans la serrure et tourna. La porte s’ouvrit.

« Wow, j’avais oublié à quel point c’était grand à l’intérieur ! »
Elle regarda un peu partout, mais il semblait que le Docteur n’était pas à bord.
« Docteur ? Youhou !! Docteur ? Vous êtes là ? »
Pas de réponse…
 
Elle se dirigea vers la console du TARDIS et toucha quelques commandes. Le TARDIS commença à décoller doucement.
« Ah ! Ça marche toujours !! La mémoire m’est revenue totalement ! Allons-yyyyyy ! »
 
Elle se tourna vers l’une des commandes et vit un téléphone portable, une idée brillante lui vint à l’esprit. Elle composa un numéro. Trois sonneries passèrent lorsqu’on décrocha.
« Allo Martha ? C’est Donna… »
 
Pendant ce temps, à Cardiff...
 
Le Docteur ressorti du Hub, après avoir bu un café en compagnie de Jack et de son équipe. Lorsqu’il arriva là où il avait laissé stationner son véhicule, il n’y trouva absolument rien.
« Oh non, ça ne peut pas arriver à moi ! Non, non je ne peux pas me faire voler mon véhicule, ce n’est pas possible, c’est trop… humain ! »  
 
Il tourna la tête et vit cette voiture… Il la connaissait bien cette voiture, une 307 bleue. Il regarda la plaque d’immatriculation, bien que cela lui semblait inutile. Oui c’était bien sa voiture, et ça ne pouvait pas être une coïncidence. La seule chose qu’il réussit à dire, c’était « Oh non ! Donna ! »…

Et il se mit à courir dans la direction du hub.



Citation:


Martha ne revenait toujours pas de cet appel. Donna se rappelait d’elle, et elle venait la chercher, là maintenant, tout de suite, alors qu’elle avait beaucoup de travail à UNIT. Elle se remémora la discussion qu’elle venait d’avoir au téléphone…
 
« Martha : - Donna ? Mais comment ?
Donna : - Réminiscences tout simplement !
Martha : - Et ça ne te tue pas ? Le Docteur a dit que si tu te souvenais ne serait-ce qu’une fraction de seconde tu te consumerais.
Donna : - Oh et bien il semblerait que le Docteur se soit quelque peu trompé. Oui c’est vrai c’est rare que le Docteur se trompe, mais bon voilà, là il s’est trompé, et le DocteurDonna est de retour.
Martha : - Mais… C’est impossible !
Donna : - Pas impossible, juste improbable ! Eh ça te dit une petit tour en TARDIS ? Je viens de l’emprunter.
Martha : - Tu es seule dans le TARDIS ? 
Donna : - Eh bien oui ! Bon alors ça te dit de faire un tour ?
Martha : - C’est que j’ai beaucoup de travail à UNIT !
Donna : - Bon j’arrive tout de suite, je sais que tu ne résisteras pas à un petit tour quand tu verras le TARDIS ! »
 
Et Donna avait raccroché sans lui laisser le temps de répliquer. Donna semblait très bien la connaître, parce que bien évidemment elle ne résisterait pas à monter dans le TARDIS et voyager un peu comme au bon vieux temps. Martha tournait en rond en attendant de voir se matérialiser la boite bleue qu’elle aimait tant.
 
Une dizaine de minutes plus tard, alors que Martha semblait rêvasser, elle fut tirée de ses pensées par des effluves de voix venant du couloir. Elle passa sa tête par la porte, parce qu’elle était persuadée d’avoir entendu celle de Donna.
Un peu plus loin dans ce même couloir, Donna était escortée par plusieurs militaires. Bien entendu, elle ne se laissait pas faire, elle était si têtue.
 
« Donna : -  Oi ! Bas les pattes, Messieurs. Je peux me déplacer sans escorte ! Au lieu de pointer vos armes sur moi, conduisez-moi à Martha Jones !
Soldat : - Déclinez votre identité ou nous devrons vous mettre en cellule.
Martha : - C’est bon, Sergent, je la connais, vous pouvez la laisser tranquille.
Donna : - Ah merci Martha. C’est dingue comme ils ont l’air tendu ici…
Martha : - Comprends les, ils ont du faire une sacrée tête en voyant une cabine de police se matérialiser…
Donna : - Hum… Ouais. Ah Martha, ça fait tellement plaisir de te revoir !!
Martha : - Moi aussi je suis heureuse de te voir, d’autant que je pensais qu’on en pourrait plus se voir… Mais explique-moi comment s’est arrivé ! »
 
Martha emmena Donna dans son bureau pour qu’elles puissent discuter tranquillement. Alors Donna se lança dans un rapide résumé de la façon dont elle avait « emprunté » le TARDIS. Martha trouva ça très drôle, mais s’imaginait très bien que le Docteur devait être dans tous ses états.
Elles papotèrent pendant un moment autour d’un café…

---------------------------------------------------------------------------
 
Au même moment…
 
«  Jack : - Eh bien, Docteur, on vous manquait déjà ? dit-il avec son éternel sourire charmeur.
Docteur : - Oh s’il te plait, Jack, je n’ai pas le temps pour ça ! Le TARDIS a disparu.
Jack : - Disparu ? Comment a-t-il pu disparaître ?
Docteur : - Tu veux vraiment le savoir ? On me l’a volé »
 
Jack, Ianto et Gwen fixèrent le Docteur, puis éclatèrent de rire. Le Docteur attendit qu’ils aient fini pour leur demander ce dont il avait besoin. Au bout de 5 minutes, ils réussirent à reprendre enfin leur sérieux. Jack demanda au Docteur en quoi lui et son équipe lui pouvait être utile.
 
« Docteur : - J’aurai besoin d’un véhicule.
Jack : - Vous avez le permis au moins ?
Docteur : - On s’en fiche que j’ai le permis ou non j’ai besoin d’une voiture, maintenant ! De toute façon je n’ai même pas le permis pour le TARDIS, alors bon… et puis ça doit pas être si compliqué que ça de conduire !
Jack : - Bon ok, prenez la voiture de Ianto.
Ianto : - Hé !
Jack : - Tu préfères qu’il prenne le SUV ? Ok, donnons-lui le SUV ! »
 
Ianto se raidit encore plus lorsque Jack prononça cette phrase. A contre cœur, il donna ses clés de voiture au Docteur. Mieux valait que ça soit sa voiture qui soit amochée plutôt que le SUV…
 
Clés en mains, le Docteur fila dehors… Pour revenir une minute plus tard pour demander de quelle voiture il s’agissait… Ianto l’accompagna sur le parking et lui désigna sa voiture. Le Docteur monta à bord, s’attacha, introduisit la clé, mit le contact et tenta de démarrer… Alors qu’il ne bougeait pas d’un pouce, il appela Ianto, qui l’observait, à l’aide. Celui-ci lui montra qu’il avait oublié d’enlever le frein à main… Lorsque le Docteur l’enleva et que la voiture démarra enfin, pour caler 3 mètres plus loin, Ianto se dit qu’il ne reverrait pas sa voiture entière…
 
---------------------------------------------------------
 
Après avoir fini de boire leurs cafés, Donna et Martha entrèrent dans le TARDIS. Quelle sensation de sécurité lorsqu’on passait ces doubles portes en bois…
 
Donna se dirigea directement au centre de la pièce vers la console du vaisseau…
«  Alors Martha, il y a un endroit en particulier que tu voudrais voir ? » Lança-t-elle avec un grand sourire, si caractéristique du Docteur…
 
Martha faisait le tour de la pièce en regardant un peu partout autour d’elle, comme si elle entrait ici pour la première fois.
« Martha : - Tu crois qu’il a une nouvelle compagne ?
Donna : - La première fois que je suis entrée ici, j’avais trouvé une veste appartenant à Rose… Je pense que s’il avait une nouvelle compagne, on trouverait ses affaires quelque part.
Martha : - On va à la chasse à la nouvelle compagne ? »
 
Et elles se mirent en quête dans tout le vaisseau à la recherche du moindre petit indice prouvant que le Docteur avait un nouveau passager ou une nouvelle passagère à bord. Au bout de quelques heures, Martha appela Donna.
 
« Martha : - J’ai trouvé pleins de valises regardent !
Donna : - Mais… Ce sont MES bagages !!
Martha : - Quoi ? T’as emmené des bagages quand t’as volé le TARDIS ?
Donna : - Emprunté ! J’ai emprunté le TARDIS. Et ça se sont mes bagages de l’époque où j’étais sa compagne…
Martha : - On ne peut pas dire que tu voyageais léger…
Donna : - Contrairement à toi, je ne suis pas partie avec lui sur un coup de tête !
Martha : - Tu vas me dire que tu te baladais avec des bagages avec toi espérant rencontrer un type que tu ne connaissais pas ?
Donna : - Je l’ai rencontré avant toi, je te rappelle… Viens, je vais te montrer »
 
Elles remontèrent dans la pièce principale du TARDIS, et Donna alla à la console et manipula plusieurs boutons et leviers. Le TARDIS se mit alors en route et Donna se mit à courir autour de la console pour actionner des leviers, parfois donner un ou deux coups de marteau.
Lorsque le TARDIS s’arrêta, Martha était tombée à terre, semblant avoir oublié de s’accrocher quelque part…
Elle se releva devant le regard amusé de Donna. Elle lui lança un regard noir, tout en remettant ses vêtements et ses cheveux en ordre.
 
« Martha : - Alors où m’as-tu emmené ? Que voulais-tu me montrer ?
Donna : - Va voir par toi-même… »
 
Martha ouvrit la porte et se trouva avec une vue sur une petite église. Il semblait qu’il y avait un mariage, et vu les décorations dans les rues, c’était la période de Noël. Puis elle vit la mariée, et elle la reconnut… C’était le jour du mariage de Donna…
Martha était complètement étonnée, elle ne savait pas que Donna était mariée, ou peut-être avaient-elles voyagé dans le futur. Mais Martha n’en voyait pas l’intérêt puisque Donna semblait vouloir lui montrer que le fait qu’elle soit devenue compagne du Docteur après elle-même n’était pas le fruit du hasard. Elle se tourna vers Donna qui regardait la scène d’un air nostalgique, appuyée contre les portes du TARDIS.
Martha s’approcha d’elle et lui demanda :
 
« Martha : - Sommes-nous dans le passé ou dans le futur ?
Donna : - A ton avis ?
Martha : - Tu es mariée ? Tu es partie voyager avec le Docteur, alors que tu es mariée ??
Donna : - Non, le jour de mon mariage, aujourd’hui donc, j’ai rencontré le Docteur pour la première fois… Il m’a sauvé la vie. Mon fiancé m’avait fait ingurgiter des particules d’uons pour pouvoir réveiller une espèce disparue depuis longtemps, enfermée au centre de la Terre…
Martha : - Et ton fiancé dans tout ça ?
Donna : - Il est tombé dans un trou menant au centre de la Terre… Rien de bien réjouissant.
Martha : - Pourquoi tu n’es pas partie avec le Docteur ?
Donna : - Cette journée m’a terrifié, j’avais pris la bonne résolution de partir parcourir le monde. Au final je ne l’ai pas fait, et j’ai cherché à le retrouver. D’où le fait que j’avais une montagne de bagages dans le TARDIS, j’étais prête à partir. »
 
Soudain dans l’église, la panique sembla s’emparer des convives. Donna fit signe à Martha qu’il était temps de remonter dans le TARDIS. Celle-ci compris qu’il ne fallait pas que Donna soit vue à ce moment là.
 
Les portes du TARDIS se refermèrent et Martha semblait assez passionnée par la rencontre entre le Docteur et Donna. Elle la questionna pour avoir chacun des détails de cette journée merveilleuse et terrifiante à la fois. Mais Donna ne semblait pas disposer à en dire plus, c’était pour elle quand même un événement assez traumatisant… Elle pensait avoir trouvé l’amour, elle n’avait trouvé que l’horreur…
Alors pour changer de sujet, elle se précipita vers la console, activa encore quelques boutons et leviers, tout en criant des « Ah ! » ou des « Allons-y ». Martha était accroché à un des piliers du TARDIS, tout en se demandant où Donna avait décidé de l’emmener…
 
--------------------------
Après avoir calé de nombreuses fois, avoir failli avoir eu un accident et avoir grillé au moins deux feux rouges, le Docteur arriva enfin à la destination qu’il souhaitait. Bien entendu, il aurait mis moins de temps s’il avait eu son TARDIS, mais bon… Il était là et c’était le principal. Conduire une voiture avait surement été l’une de ses aventures les plus dangereuses, il fallait l’avouer. Les gens conduisaient tellement mal, et puis ils étaient terriblement impolis.
Il s’engagea dans une petite rue de Chiswick, pour rejoindre la famille Noble, en espérant trouver là-bas une solution à son problème, et à celui de Donna…
 
A peine s’était-il garé qu’il vit Sylvia se ruer en dehors de la maison. Comme à son habitude, elle n’avait pas l’air de très bonne humeur.
 
« Sylvia : - Ah vous voilà vous ! J’aurais du me douter que vous alliez débarquer ! Donna disparaît et vous vous apparaissez !
Docteur : - Euh… Oui c’est justement pour ça que je suis là. Je suis désolé, vraiment désolé, mais nous avons un sérieux problème…
Sylvia : - Vous savez quand elle va revenir avec ma voiture ? J’en ai besoin.
Wilfred : - Docteur ? C’est vous ?? Ou est ma petite Donna ??
Docteur : - C’est justement pour ça que je suis là… Elle m’a volé le TARDIS.
Sylvia et Wilfred : - Elle a fait QUOI ??? »
 
A suivre…





Citation:



Le TARDIS se stabilisa enfin, puis s’arrêta. Martha regardait Donna d’un air interrogateur, la même question lui brulait a chaque fois les lèvres dans ces moments là. Et l’excitation montait. Qui avait-il derrière la porte ? Un monde inconnu, le passé, le futur ? Elle marcha d’un pas mal assuré vers la console et Donna.

« Martha : Alors ? Où sommes-nous ???
Donna : Va voir… Mais ne sors pas du TARDIS, contente toi d’ouvrir les portes…
Martha : Pourquoi ?
Donna : Ouvre les portes et tu comprendras. »

Martha se dirigea vers les doubles portes du vaisseau, et les ouvrit en grand. Sous ses yeux, ce paysage lui rappela tellement de souvenirs. Elle laissa échapper un soupir de nostalgie et observa toutes les moindres petites particules qui se trouvaient sous ses yeux. Soudain le sol se mis à trembler. Martha eu le souffle coupé, et son cœur cessa de battre l’espace d’une seconde. Elle se tourna vers Donna qui était appuyé contre un pilier derrière elle. Un regard effaré se peignait sur son visage, cela fit sourire Donna. Elle redirigea son regard vers l’apparition soudaine. Et au loin, elle apercevait des vaisseaux spatiaux qui se dirigeaient vers la planète.

« Martha : Je ne rêve pas ? On est bien là où je pense ?
Donna : Oui, ça c’est le jour où tu as rencontré le Docteur.
Martha : Mais attends ! Avec le Docteur on est allé sur le balcon ! Le TARDIS va être vu !!
Donna : Filtre a perception… Tu sais, même si c’est le Docteur, il ne le verra pas. Et puis nous sommes tout petites, et loin de l’hôpital. Rassure-toi, on ne sera pas repéré par le Docteur…
Martha : Et les judoons ?
Donna : J’allais justement y venir, il faudra partir avant qu’ils n’atterrissent. C’est-à-dire... Euh et bien maintenant ! »

Donna couru en direction de la console, pendant que Martha refermaient les portes. Elle rejoignit Donna au centre de la pièce principale. Le TARDIS se mit en route et les jeunes femmes se sourirent, elles étaient reparti pour de nouvelles aventures vers l’inconnu.
--------------------------------------------
Pendant ce temps à Chiswick

« Docteur : … Et alors quand je suis ressorti et je me dirigeais vers mon vaisseau, il avait disparu !! Et puis de l’autre coté de la rue, il y avait votre voiture... D’ailleurs dommage que je n’avais pas les clés j’aurai pu vous la ramener.
Sylvia, repensant à la pauvre voiture de Ianto : Euh non, non ce n’est pas grave pour la voiture on la récupérera autrement.
Wilfred : Et Donna ? Vous pensez qu’elle va bien ? Ou peut-elle bien être ?
Docteur : Je suis désolé, je ne peux absolument rien vous garantir… Oh mais attendez !! Le téléphone de Martha est à bord ! On peut l’appeler
Wilfred : Mais pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ?? »

Wilfred se précipitait déjà sur le téléphone, sans savoir vraiment quel numéro appeler. Le Docteur tendit la main et Wilfred lui donna le téléphone. Il composa le numéro, en murmurant des « allez, décroche, décroche, décrochhhhhhhhee !! », il se mit même à sauter sur place en espérant qu’elle décroche, mais rien à faire, il tomba sur la messagerie vocale. Donna était donc en dehors du TARDIS, ou avec un peu de chance dans les tréfonds de la garde robe. Il décida de laisser un message, tout en pestant qu’il détestait ça.
Puis il retourna, un peu bougon, s’installer à la table de la cuisine des Noble où une tasse de thé l’attendait. Wilfred revint lentement dans la cuisine, l’air inquiet, alors que Sylvia, fidèle à elle-même, buvait tranquillement sa tasse de thé.

« Wilfred : Vous croyez qu’elle va bien ? Je veux dire, elle est seule dans le TARDIS, vous n’êtes pas là pour la protéger.
Sylvia : Tu t’inquiètes toujours beaucoup trop pour elle… C’est surement pour ça qu’elle habite encore ici tiens !
Wilfred : Oui mais elle est seule dans le TARDIS, et tu sais ce qu’a dit le Docteur sur ce qui se passerait si elle se souvenait ne serait-ce qu’une minute !!
Docteur : Il m’arrive de me tromper… Oui bon c’est très rare, mais ça arrive. Mais bon, il y a de grande chance qu’elle soit en danger. Pas seulement a cause du fait qu’elle se souvienne, mais à cause du fait qu’elle à mon esprit. J’ai tendance à toujours me mettre dans le pétrin à un moment ou à un autre…
Wilfred : Bon et comment on fait pour la faire revenir ?
Docteur : Honnêtement… Je n’en sais rien… Je suis désolée. Mais nous réessayerons d’appeler, elle finira bien par décrocher… »

---------------------------------------------

Le TARDIS avait arrêté de bouger, et Donna et Martha était installée sur un fauteuil, en train de parler de leur meilleur moment auprès du Docteur. Puis Martha se leva et décida qu’il était temps de voir ce qu’il y avait derrière la porte. Donna la suivie aussitôt, excitée par ce qu’il y avait dehors.
Et dehors, c’était une ruelle sombre, il faisait nuit. Les deux jeunes femmes se dirigèrent vers une rue plus éclairée, et qui semblait être en fait une avenue. A peine étaient-elles sorties de la ruelle qu’a quelques pâtés de maison, il y eu une explosion. Ni une ni deux, elles coururent vers l’explosion. Elles étaient dans une avenue plein de magasins, et il semblait que c’était l’un d’entre eux qui avait explosé. Tout en courant, elles bousculèrent une jeune fille blonde qui courait elle aussi. Martha se stoppa net et se retourna pour regarder la jeune fille s’éloigner. Elle interpela Donna qui revint sur ses pas.

« Martha : Dis moi, c’était pas Rose ça ?
Donna : C’est très possible puis que j’ai essayé de nous faire atterrir le jour où elle a rencontré le Docteur…
Martha : C’est pas un peu dangereux ? Parce que s’il se balade et qu’il tombe sur notre TARDIS, ça créera un paradoxe non ?
Donna : Oui, effectivement, mais ne dit pas que tu n’aimes pas le danger ? Sinon tu n’aurais pas voyagé avec le Docteur !! Et puis… Ne me dis pas que t’as pas envie de voir à quoi il ressemblait avant sa régénération ?
Martha : Bon là tu marques un point. Allons-y !
Donna : Alonso ! »

Et elles se mirent à courir en direction où Rose était partie, en espérant y voir le Docteur à un moment ou à un autre. Malheureusement, Rose était partie depuis déjà un moment, il était donc difficile de savoir vraiment dans quelle direction aller. Les deux jeunes femmes errèrent donc dans les rues de la ville, qui était sans aucun doute Londres. Elles restèrent tout de même dans le quartier de l’explosion, sachant que le Docteur ne pouvait être qu’à l’origine de celle-ci.

Au bout d’une ou deux heures, résignée à l’idée qu’il devait être parti depuis bien longtemps, elles s’appuyèrent toute les deux contre un mur pour se reposer. Elles discutèrent un peu, furent interrompues par quelques voitures qui leur demander le tarif, puis elles décidèrent qu’il était temps de bouger avant que Donna n’agresse un automobiliste qui s’arrêtait près d’elles.

C’est alors qu’elles furent bousculées par un homme bizarre. Il était plutôt bien bâti, de taille moyenne pour un homme. Ses cheveux très courts faisaient ressortir le fait qu’il avait de grandes oreilles. Il était habillé tout en noir, avec une veste en cuir qui lui allait à merveille. Les yeux rivés sur un appareil bizarre, il n’avait même pas vu qu’il bousculait quelqu’un. Donna démarra au quart de tour, et le traita de tous les noms. Quand l’homme se retourna et qu’il dévisagea Donna, il lança un « Ah les humains, c’est fascinant comme vous vous énervez pour rien… », il fit un grand sourire, et rajouta « Maintenant, pardonnez moi, mais j’ai des mannequins en plastique à arrêter ! ». L’homme refit un grand sourire, tourna les talons et s’en alla de nouveau tête baissée sur son appareil.
Donna et Martha se regardèrent, et tout d’un coup c’est comme si elles ne pouvaient plus se contenir car elles lâchèrent en même temps un énorme « Oh mon dieu ! », elles étaient surexcitées et les passants, bizarrement, changeaient de trottoir.

« Donna : Tu as vu ? C’était bien lui n’est ce pas ??
Martha : Oh un homme qui commence sa phrase par « ah les humains », qui se balade avec un appareil étrange, et qui doit arrêter des mannequins en plastique… ça ne peut définitivement qu’être lui !
Donna : Wouah, ça fait quand même bizarre… J’imagine la tête de Rose quand il s’est régénéré, la pauvre…
Martha : Il est plutôt pas mal, mais je préfère quand même notre version actuelle. Parce que là, ses oreilles me font un peu peur.
Donna : Roh Martha, tu ne t’arrête donc toujours qu’a ça ??
Martha : Eh bien quoi ? C’était pas pour comparer qu’on est venu ici ?
Donna, soupire : Non on était venu voir le jour où Rose a rencontré le Docteur… Comme on a déjà était revoir nos propres journées de rencontre…
Martha : Mouais, bref. On retourne au TARDIS avant que des catastrophes n’arrivent ?»

C’est tranquillement que les deux jeunes femmes prirent le chemin du retour vers le TARDIS. Il était toujours à sa place au fond de cette ruelle sombre. Donna sorti la clé avant même d’être entrée dans la ruelle. Bien qu’elle sache se défendre, elle préférait éviter toutes confrontations avec des malfrats. Arrivée devant le TARDIS, elle l’ouvrit rapidement, et entra le plus vite possible. Martha entra à son tour et ferma la porte derrière elle, avant de se diriger vers la console, attirée bizarrement par l’envie de vérifier s’il n’y avait pas de messages sur le téléphone portable qui était à bord. Elle vit sur l’écran qu’il y avait eu un appel manqué, et que le correspondant avait laissé un message. Elle écouta le message sur la boite vocale, tout en faisant des yeux ronds. Lorsqu’elle eu fini d’écouter le message, elle interpela Donna.
« Martha : Tu devrais écouter ça, je crois que quelqu’un s’inquiète pour toi…
Donna : Comment ça ?
Martha : Le Docteur a laissé un message sur la boite vocale. Tu devrais peut être le rappeler pour qu’il ne s’inquiète pas.
Donna : Mais non, il rappellera, si il est si inquiet… »

Elle prit le téléphone des mains de Martha, écouta tout de même le message, puis le reposa à sa place sur la console du TARDIS.

-----------------------------------------------------
Une heure était passée depuis que le Docteur avait passé son coup de fil sur le portable du TARDIS, ils n’avaient toujours pas eu de nouvelles. Dans le salon, Le Docteur et Wilfred faisaient les cent pas, alors que Sylvia avait pris la voiture de Ianto pour rejoindre ses amies, à son groupe de lecture. N’y tenant plus, le Docteur retourna vers le téléphone et recomposa le numéro. Une sonnerie, deux sonneries, trois sonneries, quatre sonneries… Ah ! Ça décroche enfin…

« Ten : Donna ? Ou êtes-vous ??
Martha : Ah non ici c’est Martha !
Ten : Quoi mais quand avez-vous récupéré votre téléphone ?
Martha : Je ne l’ai pas récupéré… Je suis à bord du TARDIS avec Donna. Tiens d’ailleurs elle vous fait signe de bonjour.
Ten : Quoi ? Mais que faites vous à bord du TARDIS ?? Euh… Dites lui bonjour aussi
Martha à Donna : Il te fait aussi le bonjour.
Ten : Cela ne me dit pas ce que vous faites dans MON TARDIS ?
Martha : Du calme Docteur, on ne vous l’a pas abimé… ah les hommes et leur voiture… Donna est venue me chercher pour une petite balade dans l’espace, je ne pouvais pas refuser voyons…
Ten : Ou êtes vous là ??
Donna : On est loin, mais promis on revient bientôt… Oui, Martha je te rends ce téléphone dans deux minutes…
Ten : Bientôt, ça veut dire combien de temps ?
Donna : Etant donné qu’on a une machine à voyager dans le temps, cela peut être aussitôt que notre conversation soit finie !
Ten : Surtout ne faites rien d’imprudent !!
Donna : Vous nous connaissez… Ah attendez Docteur, je ne vous capte plus... Je crois qu’on passe sous un tunnel »

Et le Docteur se retrouva avec le bruit de la tonalité… Donna lui avait raccroché au nez comme à quelqu’un à qui on n’avait pas envie de parler. Il se sentait bien inutile bloqué sur Terre alors que ses amies étaient peut être en danger quelques part dans le temps et l’espace. Il se laissa tomber sur une chaise, sous le regard triste de Wilfred. Le Docteur lui fit le compte rendu de la conversation. Il fallait l’avouer, ils n’avaient pas plus de renseignements sur l’endroit où Donna et Martha se trouvaient, et ils n’avaient pas plus d’idées pour les faire revenir au plus vite…

-----------------------------------------------

« Donna : Et hop, voilà, on l’a rassuré, on va pouvoir continuer à voyager !!
Martha : Tu lui as quand même pas raccroché au nez ?
Donna : Eh bien si, je suis bien assez grande pour savoir comment faire pour éviter les ennuis, et puis j’ai son esprit, je saurais nous sortir du pétrin s’il le faut…
Martha : oui, mais on ne raccroche pas au Docteur !!
Donna : Grandi un peu, c’est pas parce que c’est un seigneur du Temps qu’on ne peut pas lui raccrocher au nez… D’ailleurs, je suis moi-même à moitié Seigneur du Temps, donc je ne vois pas le problème. »

Donna se dirigea vers la console, prête à décoller. Elle semblait réfléchir à leur prochaine destination, lorsque qu’un bruit venant de dehors la fit sursauter. Elle se tourna vers Martha, qui avait l’air aussi inquiète qu’elle. Alors qu’elles se dirigeaient lentement vers les portes, le bruit résonna encore une fois, un peu plus proche que le précédent. Donna couru vers une porte au fond du TARDIS et revint deux minutes après équipée de deux battes de Base-ball. Elle en tendit une à Martha. Elles recommencèrent leur lente avancée en direction de la porte, lorsque celle-ci s’ouvrit.

« Nine : He ! Qu’est ce que vous faites à bord de mon TARDIS ? »

A suivre…


Citation:
Martha jeta un œil à Donna, cherchant à savoir quoi faire. Le neuvième Docteur observait les deux femmes armées de batte de base ball, puis avança vers elles. La réaction ne se fit pas attendre, elles eurent toutes les deux un mouvement de recul. Martha regarda à nouveau Donna, et lui lança :

« Martha : Et maintenant, on fait quoi ?? Je t’avais dit que c’était dangereux !
Donna : Tu sais aussi bien que moi qu’on adore le danger… On ne serait pas à bord de ce vaisseau sinon.
Martha : Et maintenant DocteurDonna, on s’en sort comment ??
Nine : Euh, excusez-moi, je suis là ! Et vous n’avez pas répondu à la question ! Qu’est ce que vous faites dans mon vaisseau.
Donna : Vous permettez, on est en train de parler là !
Nine : Joli tempérament, j’aime assez.
Martha : Bon alors on fait quoi ?
Donna : A vrai dire, je n’en n’ai pas la moindre idée… et si nous demandions de l’aide au Docteur ?
Martha : Tu veux l’appeler après lui avoir raccroché au nez ? S’il sait ce qu’on a fait, il va nous passer un savon…
Donna : Je ne parlais pas de ce Docteur là…
Martha : Ah ! Qu’elle idée brillante ! Espérons que malgré tout, ça ne créera pas de paradoxe !
Donna : Mais noooon ! Bon alors, Docteur, ne me demandais pas comment je connais votre nom, vous le saurez dans quelques années, quoi que avec un peu de chance vous ne vous souviendrez plus de ça. Nous venons du futur, nous faisons parties de votre vie, et là… disons qu’on vous a emprunté le TARDIS pour revoir les jours de nos rencontres respectives. Et on a atterri ici, vous ne devriez pas être ici… Il faut que vous nous aidiez là...
Nine : Euh…
Martha : Eh bien on n’est pas sorti d’affaire… »

Donna et le neuvième Docteur foudroyèrent du regard la pauvre Martha, qui décida d’aller se mettre dans un coin, pendant que les deux spécialistes du temps et de l’espace réussissent à résoudre ensemble le problème présent. Alors qu’ils conversaient assez bruyamment, on pouvait entendre Donna s’écrier « Idiot de l’espace », alors que le Docteur ronchonnait qu’il tombait toujours sur des amateurs. Pendant ce temps, Martha avait eu l’idée de visiter le TARDIS puisqu’il n’y avait rien d’autre à faire. Dans les multiples étages de la garde robe, elle observait les différents costumes du Docteur, dans ses différentes régénérations. Elle sourit en voyant sur l’une des vestes une branche de cèleri, se disant qu’il avait vraiment eu des périodes très excentriques. Alors qu’elle s’apprêtait à descendre les escaliers pour rejoindre à nouveau le centre du TARDIS et ses deux compagnons, le TARDIS se mis à bouger violemment, ce qui eu pour effet de précipiter Martha dans les escaliers, alors qu’elle était au 5eme étage de la garde robe. Elle arriva en bas des escaliers après quelques pirouettes, mais à priori, après un rapide examen, elle n’avait rien, mis à part peut être une légère douleur au niveau de ses fesses.

Dix minutes après, Martha rejoins enfin le centre du TARDIS, après s’être un peu perdue. Le choc de sa chute lui avait un peu embrouillé l’esprit, et surtout son sens de l’orientation. Autour du poste de contrôle du TARDIS, Donna et Nine s’affolait, tout en se traitant d’incompétents.

« Donna : Ah te voilà Martha !
Martha : Qu’est ce qui s’est passé, pourquoi le TARDIS s’est mis en marche ?
Donna : C’est à cause de lui…
Nine : Vous ne manquez pas d’air ! C’est vous qui avait touché le mauvais bouton !!
Donna : Je n’ai touché à aucun bouton !
Nine : Vous n’avez pas appuyé sur un bouton ?
Donna : Non puisque je vous le dis ! Je croyais que c’était vous !
Nine : Et bien non, je n’ai touché à aucun bouton !
Martha : Passionnante conversation… Mais j’ai juste une question, si ce n’est pas vous qui avez actionné le TARDIS, comment ça se fait qu’on bouge ? »

C’est alors que d’énormes étincelles jaillirent de la console, le TARDIS semblait avoir un soudain hoquet et il fini par se stabiliser et se poser sur la terre ferme. Les trois voyageurs du temps se retrouvèrent à terre. Martha pesta, ce n’était vraiment pas son jour. Ils relevèrent, et décidèrent de sortir voir ce qu’il y avait dehors.
C’est Donna qui passa la première, et en ouvrant la porte, elle fut étonnée de se retrouver à Londres, en pleine journée, au bord de la Tamise. Nine la suivit et ne pu s’empêcher de dire qu’ils ne devraient pas être là. Martha sortit à son tour, tout aussi étonnée que ses deux compagnons.

« Donna : On est dans le futur ou dans le passé ?
Nine, qui regarde un panneau : Aucun des deux, ce n’est pas notre monde… Enfin ce n’est pas le mien en tout cas.
Martha : Pourtant c’est Londres !
Nine : Et dans le Londres que tu connais, il y a des zeppelins dans le ciel ?
Donna et Martha, regardent le ciel : Euh… Non. »

Alors qu’ils allaient remontés dans le TARDIS pour voir si celui-ci pouvait leur indiquer l’endroit où ils étaient, quand ils entendirent : « MARTHA !!! DONNA !!! ». Les deux femmes se retournèrent pour voir un couple arriver droit sur elles, l’air totalement horrifié. Donna murmura : « Monde parallèle !!! ». Le couple arrivèrent à leur hauteur, la jeune femme regarda d’un air effaré le neuvième Docteur, qui lui la regardait d’un air interrogateur. La jeune femme se tourna vers Donna et Martha.

« Rose : Comment avez-vous fait pour atterrir ici ? Sans qu’en plus le TARDIS ne soit endommagé !! Et comment ça se fait que le Docteur ait l’apparence de sa précédente régénération ???
Donna : Euh… Longue histoire en fait. L’homme que tu vois là, c’est le Docteur, le jour où tu l’as rencontré.
Rose : Oui, je le sais bien je le reconnais, mais comment ça se fait qu’il soit retourné a cette régénération ??
Martha : Ben en fait…. C’est le Docteur du passé. On était partie se balader en TARDIS avec Donna, quand on s’est amusée à aller voir les jours où on a toute rencontré le Docteur. Sauf que quand on est allé voir ta rencontre, et bien le Docteur s’est trompé de TARDIS…
Nine : Excusez-moi, quelqu’un peut m’expliquer comment vous savez tous qui je suis ?
Rose, ignorant Nine : Vous avez créé un PARADOXE ??? Mais vous êtes complètement folle ! Même moi je n’aurais pas fait une chose aussi stupide, et pourtant j’ai quand même regardé dans le cœur du TARDIS.
Nine : VOUS AVEZ FAIT QUOI ???
Rose : Oubliez ça, vous le verrez plus tard.
Ten bis : Je ne voudrais pas paraître impoli et couper votre discussion, mais ne serait-il pas impératif de trouver une solution avant que nos deux univers finissent par exploser ??
Donna : Vous avez raison, et je crois qu’un autre demi-seigneur du temps n’est pas de trop pour nous sortir de ce pétrin.
Rose : je vais appeler mon équipe pour voir s’ils peuvent aider »

----------------------------------------------------------------------------
Le dixième Docteur, assis dans la cuisine des Noble, décida d’essayer de rappeler ses deux anciennes compagnes. Il se leva et alla vers le téléphone, suivi de près par Wilf, plus inquiet que jamais pour sa petite fille. Alors que Ten composé le numéro de téléphone, Sylvia rentra de sa réunion du groupe de lecture. Voyant qu’il était encore là, elle ne pu s’empêcher de faire une réflexion désagréable. Ten ne releva pas et Wilf lança un regard noir à sa fille. Elle alla s’installer dans le canapé pour regarder la télé. Ten attendit que le téléphone sonne, puis une boite vocale se mis en route « le numéro que vous avez composé, n’est pas attribué ». Il raccrocha et ressaya, le résultat fut le même. Il réessaya une dizaine de fois, sans aucun succés.
Il se tourna vers Wilf, qui n’avait pas perdu une miette des moindres mouvements du Seigneur du Temps.

« Ten : Je crois qu’on a un sérieux problème. Ce numéro devrait marcher n’importe où dans cette galaxie !
Wilf : Qu’est ce que ça veut dire ?
Ten : Il est possible qu’elles soient parties dans un univers parallèle…
Sylvia : DOCTEUR !! Venez vite voir, il y a des événements bizarres qui sont relatés aux informations !! »

Ten et Wilf se précipitèrent dans le salon pour regarder la télé. Les différentes failles spatio-temporelles étaient toutes actives au maximum et de nombreux objets et êtres extra terrestres arrivaient en masse sur la planète.
Le téléphone des Noble se mit à sonner. Ten se rua dessus pour répondre.

« Ten : Martha ? Donna ?? C’est vous ?
Jack : Désolé de vous décevoir, ce n’est que moi. Mais… Vous êtes aussi à la recherche de Martha ?
Ten : Donna l’a emmené en balade je ne sais où ! Et j’ai peur qu’elles fassent des bêtises…
Jack : Justement j’appelais pour ça… Je sais pas si vous avez vu, mais les failles rejettent toutes sortes de choses. On est submergé ici. Vous pensez que Donna a pu faire quelque chose de mauvais qui a créé ce chamboulement ?
Ten : C’est fort possible… Je crois même que pour l’instant, Donna et Martha ne sont même plus dans cet univers…
Jack : On peut faire quelque chose pour vous aider Doc’ ?
Ten : Non, occupez-vous de ce qui sort de la faille de Cardiff. En dernier recours j’appellerai UNIT, si on ne les retrouve pas… »

La conversation se finit par de banal au revoir, et le Docteur raccrocha, son air grincheux peint sur le visage, et retourna au salon. Wilf ne mit pas longtemps à le questionner, mais le dixième Docteur n’avait pas plus d’information, et il commençait sérieusement à démoraliser…
Un seigneur du temps coincé sur Terre. Cela lui rappelait des souvenirs, mais cette fois-ci, il refusait de travailler pour UNIT, il fallait qu’il trouve tout seul un moyen de faire revenir les deux jeunes femmes saines et sauves, ainsi que son vaisseau… Et pour finir, il devait trouver comment remettre en place tout le souk que Donna avait mis en partant avec le TARDIS.
------------------------------------------------------------------------------
L’équipe de Torchwood dirigée par Rose, était arrivé à la rescousse, malheureusement pour contrer le paradoxe l’équipe n’y pouvait rien, seuls Donna, Nine et Ten Bis, pouvaient éventuellement trouver une solution à ce problème.
Tous trois réunis autour de la console du TARDIS, ils essayaient de trouver un moyen de faire en sorte que tout rentre dans l’ordre. Donna actionna quelques manettes et pour toutes réponses, le vaisseau émit quelques vrombissements de mécontentement. Elle alla se poser contre un mur, signe qu’elle abandonnait. Ce n’était pas le cas des deux Docteurs, particulièrement Ten Bis qui semblait avoir eu une idée brillante.

Tout en lui parlant doucement, gentiment tel un amant à sa compagne, il lui assénait des coups de marteau à des endroits stratégiques. Nine l’accompagna dans son entreprise, sous le regard amusé de Donna. Mais au bout de quelques instants, les vrombissements de mécontentements se muèrent pour former un autre type de réponse, plus joyeux voir affectueux envers les deux hommes. Donna se leva d’un bond et sortit en courant pour prévenir Martha qu’il semblerait que le TARDIS était de nouveau dans leur bonne grâce.

Martha suivi Donna, quand soudain elle stoppa net pour se tourner vers Rose.

« Martha : Tu nous accompagnes pour ramener le Docteur dans son temps ?
Rose : Je ne sais pas si c’est une bonne idée. Vous avez déjà causé pas mal de dégâts toutes les deux, vous imaginez ce que ça peut faire si on ajoute une fille d’un monde parallèle.
Martha : Allez viens, juste un petit tour et on te ramène ! En plus on a besoin de toi pour donner le Redcon au Docteur.
Rose : Ouais tu as raison. Ok je vous accompagne, juste pour un voyage alors.
Martha : Par contre ton Docteur reste ici, on voyage entre filles ! »

Elles partirent dans un fou rire, avant de se décider à entrer dans le TARDIS. A l’intérieur, tout semblait opérationnel pour repartir. Tout le monde était prêt pour le voyage retour. Rose prit Ten Bis à part pour lui parler de son petit arrangement avec Martha. Malgré qu’il voyait ça d’un mauvais œil, il accepta. Il sorti du Tardis en ayant embrassé passionnément sa compagne et en lui avant conseillé la plus grande prudence.

Autour de la console du TARDIS, Donna et Nine actionnèrent les manettes. Et la machine réagit doucement, son moteur s’allumant petit à petit pour au final prendre de la vitesse et faire partir le vaisseau. Un cri de joie sortit de la bouche des quatre passagers. Le TARDIS parcouru le temps, l’espace et les dimensions, se ballotant dans tout les sens, lui et ses passagers. Et enfin, il arriva à destination.
Ce fut Rose qui se dirigea la première vers la porte. Et quand elle l’ouvrit, elle se trouva nez à nez avec un autre TARDIS avec derrière le bâtiment du magasin Hendrick’s en feu.

« Rose : Pas de doute on est à la bonne époque !
Nine : Ah oui je venais de faire exploser ce bâtiment, et je vous ai sauvé d’ailleurs.
Rose : Merci, vous allez voir après vous ne pourrez plus vous passer de moi !
Donna : Avant de repartir Docteur, tenez, buvez donc un peu d’eau pour vous réhydrater après ce voyage a travers les dimensions.
Nine : Ah merci ! J’en ai justement grand besoin.
Rose : Au fait, le voyage entre les dimensions provoquent une grosse fatigue donc allez tout de suite vous reposer dans votre TARDIS.
Martha : Au revoir Docteur, ravie de vous avoir rencontré.
Nine : Au revoir, mesdemoiselles. Et à présent, faite attention à vous et arrêtez de jouer avec le temps et l’espace ! »

Nine sortit du TARDIS pour rejoindre le sien. A peine avait-il fermé la porte, qu’il s’endormit sur le seuil. A son réveil, il ne se souviendrait de rien…

Donna referma la porte du TARDIS et se retourna vers ses deux compagnes, un grand sourire aux lèvres.

« Donna : Maintenant qu’on est de nouveau entre filles, on va pouvoir s’amuser !!! »

A suivre…

Citation:


Donna se dirigea vers la console du vaisseau et se tourna vers ses deux compagnes.

« Donna : Alors les filles, où voulez vous aller ? Un petit tour dans l’un de nos passés avec le Doc ?
Martha : Euh, non merci, les paradoxes, j’en ai eu ma dose…
Rose : Emmène-nous sur une planète lointaine !
Donna : Ok j’ai une planète qui me vient à l’idée, elle était magnifique la dernière fois où j’y suis allée…
Martha et Rose : D’accord ! »

Donna enclencha donc les manettes pendant que Rose et Martha se cramponnaient là où elles le pouvaient. Le vaisseau décolla, tourbillonna dans le temps et l’espace. Donna avait disparu le temps du voyage, pour revenir dans la pièce centrale lorsque le vaisseau s’était posé, munie d’un épais manteau. Ses deux compagnes la regardèrent d’un drole d’œil. Pour toute réponse, Donna ouvrit la porte du Tardis, et les 3 jeunes femmes regardèrent dehors. Les yeux de Martha et Rose s’illuminèrent devant le spectacle de cette planète toute de neige vêtue… Elles rentrèrent précipitamment leur tête dans le TARDIS et disparurent aussitôt au fin fond de la garde robe, à la recherche d’un manteau adapté à la planète enneigée. Cinq minutes plus tard, elles réapparaissaient aux côtés de Donna qui les attendait à la porte.
A peine sorties du vaisseau, que leur âme d’enfant prit le dessus, et que les boules de neiges volèrent entre Martha et Rose. Donna les regardait avec un sourire amusé sur le visage, puis claqua la porte du TARDIS et couru rejoindre ses deux amies pour une bataille.
Elles riaient toutes ensemble. Comme il était bon de se retrouver entre filles, entre anciennes compagnes, pour un dernier voyage à travers les étoiles.
Elles finirent par se laisser tomber dans la neige, regardant le ciel bleu…

« Rose : Sur quelle planète sommes-nous Donna ?
Donna : La planète des Oods
Martha : Des quoi ?
Rose et Donna : Les Oods !!
Rose : j’en ai rencontré quand je voyageai avec le Docteur, ils étaient les domestiques des humains… Mais ceux que j’ai rencontrés s’étaient fait posséder par Satan…
Donna : Quand je suis venue ici, nous les avons sauvés, ils ne sont plus esclaves à présent.
Martha : Les pauvres quand même. Peut-on aller à leur rencontre ?
Donna : Oui, allons-y, sinon on va attraper un rhume à rester allonger ici… »

Elles se levèrent et se mirent en route vers la civilisation…

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Pendant ce temps, sur Terre, les choses semblaient être rentrées dans l’ordre. Les failles avaient repris leur activité normale. Le seul problème avait été de renvoyer tout ce qui en était sorti, ou de s’en débarrasser. Pour cela, Unit avait décidé de tout prendre en charge et au lieu de trouver la solution de les renvoyer de là où ils venaient, la manière forte avait été utilisé…
Une conférence de presse avait été donnée pour essayer de justifier les bains de sang qui avait eu lieu un peu partout dans le monde… Bien qu’il n’y ait pas que des extra-terrestres qui étaient sorti de la faille, les états avaient fait croire que les armes avaient été prises pour cause d’une attaque alien de grande ampleur.
Bien sur les habitants de la planète, depuis l’épisode des Daleks, étaient plus que jamais révolté contre toutes formes de vie extérieur à la Terre… Alors c’est avec un énorme consentement qu’ils avaient accueilli cette prise d’armes !

Le Docteur, toujours chez les Noble, regardait les informations avec une grande tristesse et un sentiment de révolte. Il marmonnait dans ses dents que Unit n’avait jamais été qu’une bande de barbares. Il était heureux que Martha n’ait pas participé à ce massacre…
Le téléphone sonna à nouveau. Le Docteur alla décrocher, marchant d’un pas las… De l’autre coté du combiné, le capitaine Jack Harkness venant aux nouvelles concernant les voleuses de TARDIS. La conversation fut brève, le Docteur n’ayant rien de nouveau à lui apprendre, à part que peut-être que Donna et Martha avait réussi à arranger leur bêtise et qu’elles étaient de retour dans cet univers…
Il raccrocha et retourna s’asseoir en compagnie des Noble, dans leur salon. Wilf tourna la tête interrogeant du regard le Docteur concernant l’interlocuteur. Le Docteur lui fit « non » de la tête, lui signifiant que ce n’était pas les filles qui avait appelé… Le désespoir emplit totalement le visage du vieil homme, inquiet plus que jamais pour sa petite fille qu’il chérissait tant…

- - - - - - - - - - - - - - -- -- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Le paysage était vraiment différent de la dernière fois où Donna était venue, il semblait ne plus avoir d’humains sur cette planète. Pour ce qui est des bâtiments, il ne restait que des gravas, à moitié enfoui sous la neige. A la place, la roche avait été creusé, formant des grottes, où tous les Oods vivaient en une communauté paisible et sans soucis. Lorsqu’un groupe de Oods vint à la rencontre des trois jeunes femmes, Martha fut surprise par l’apparence de ces aliens. Elle en avait vu des plus répugnants, c’est vrai, mais il était peu commun de rencontrer des êtres qui se baladaient avec leur cerveau dans les mains…
Le Ood en tête de cette procession était différent des autres, il n’avait pas de cerveau dans la main, mais une grosse sphère blanche. Donna murmura à Martha qu’en temps normal, les Oods utilisaient la télépathie pour communiquer, via un chant par exemple, mais que les humains venus coloniser la planète leur avait implanté cette sphère pour qu’ils puissent parler de façon intelligible… Martha eut un pincement au cœur pour ces pauvres êtres. Lorsqu’ils furent proches, le Ood de tête prit la sphère dans sa main, qui s’illumina a chaque paroles énonçaient.

« Ood Sigma : DocteurDonna, c’est avec une joie immense de vous revoir. Mais vous ne pouvez pas rester.
Donna : Quoi ? Mais comment ça ?
Ood Sigma : Il est temps que votre voyage cesse, avant qu’il ne soit trop tard pour vous et vos amies.
Rose : Que voulez-vous dire par là ?
Ood Sigma : Le danger est grand pour une humaine à demi seigneur du temps. La fin approche…
Martha : La fin de quoi ?
Ood Sigma : Partez avant qu’il ne soit trop tard… »

Donna s’était déjà un peu éloignée durant la conversation. Quelque chose de bizarre se passait en elle… Ood Sigma avait raison, la fin du voyage était proche, et il était même déjà trop tard. Une migraine s’empara de Donna qui s’effondra dans la neige, inconsciente. Le bruit sourd qu’avait fait sa chute, attira l’attention de ses deux amies, qui se précipitèrent, là où la jeune femme était tombée. Lorsqu’elles arrivèrent à ses cotés, elles purent distinguer une poussière dorée s’échapper d’entre ses lèvres… Rose murmura qu’elle avait déjà vu ça après la régénération du Docteur, que c’était un trop plein d’énergie. La poussière du temps était très mauvais signe, et il était impératif de ramener Donna au TARDIS, pour qu’elle y soit en sécurité. Après ça, il faudrait trouver une solution pour revenir auprès du Docteur, car seul lui pouvait guérir Donna. Chacune la soutenait pour la porter jusqu’au TARDIS. Ood sigma les interpela pour leur dire, qu’ils chanteraient pour sa guérison, les deux jeunes femmes l’en remercièrent.
Le chemin jusqu’au TARDIS fut long et fatiguant, parce qu’il était garé sur une montagne… Il avait était facile de gambader en bas de cette pente, mais la remonter avec une personne inconsciente sur les épaules était un peu plus problématique. Mais ce problème n’était rien comparé à ce qui les attendait lorsqu’elles seraient dans le TARDIS, bloquées sur la planète des Oods, sans moyen de faire marcher le vaisseau.

Arrivées à bord du TARDIS, elles portèrent Donna dans une chambre, où elles l’allongèrent. Elles allèrent ensuite dans la salle principale du TARDIS pour discuter et essayer de trouver une solution. Rose essaya de faire fonctionner le Tardis sans succés…
Martha se tourna vers elle, son téléphone à la main, c’était un recours possible…
Elle composa le numéro.

------------------------------------------------------------------------

Pendant ce temps, à Chiswick.

Le téléphone de la maison retentit. Le Docteur se doutait qu’il s’agissait encore de Jack, alors il ne se précipitait plus sur l’appareil. Lorsqu’il décrocha, il fut étonné de l’interlocutrice.

« Rose : Docteur, il faut que vous nous aidiez, nous avons un problème…
Docteur :Rose ?? Mais comment peux-tu m’appeler depuis un univers parallèle
Rose : Longue histoire, on a pas le temps pour ça !! On est bloqué sur la planète des Oods, et Donna est malade !!
Docteur : TU ES DANS LE TARDIS ???
Rose : … C’est pas le moment !!! on a un problème, on a besoin de ton aide pour revenir sur Terre pour que tu soignes Donna.
Docteur : Je ne peux rien faire d’ici tu le sais bien ! Je ne peux pas te donner les instructions par téléphone pour que le TARDIS coopère, tu sais bien qu’il ne marche qu’avec un seigneur du temps… Je suis désolé, vraiment désolé, il va falloir que vous vous sortiez de cette galère sans moi cette fois…
Rose : Bien… j’espère qu’on se reverra au moins une dernière fois »

Et elle lui raccrocha au nez sans qu’il ait pu dire quoi que ce soit. Il regarda le téléphone d’un air triste. Plus abattu que jamais il se laissa tomber sur une chaise et sanglota quelques instants, pensant à ses trois compagnes. Il croyait qu’elles étaient en sécurité à partir du moment où elles l’avaient quitté, mais il se trompait. A partir du moment où un humain faisait sa connaissance, il était en danger. Wilfred s’approcha de lui, tentant de le consoler et d’en savoir plus. Si le Docteur pleurait c’est qu’il n’y avait plus beaucoup d’espoir, ça le concernait donc.
Après les révélations du Docteur, Wilfred s’assit et mit sa tête dans ses mains… Sylvia arriva à son tour, ne voyant pas les deux hommes revenir au salon. Malgré son apparente froideur, elle fut inquiète du soudain abattement des deux hommes. Elle essaya de savoir ce qui n’allait pas, et lorsqu’elle sut, elle prit son père dans ses bras, essayant de le réconforter. Elle se tourna vers le Docteur, le suppliant du regard, pour qu’il trouve un moyen de lui ramener sa fille saine et sauve.
Le docteur se leva, et sorti dans le jardin, et se mit à faire les cent pas. Sylvia et Wilfred le regardèrent, les yeux plein d’espoir. Mais le Docteur n’avait aucune idée pour sauver ses anciennes compagnes… Et pire encore, l’arrivée de Rose à bord du TARDIS présagé que quelque chose allait arriver au monde entier, pire encore que l’ouverture des failles de toute la planète…
-------------------------------------------------------------------------
Martha regarda Rose sans aucun espoir, lorsqu’elle vit celle-ci raccrocher au bord des larmes. Rose lui tendit le téléphone, et lorsqu’elle la prit, elle serra la jeune femme dans ses bras. Elles étaient toutes les trois piégées sur cette planète… Pire, Donna allait surement bientôt mourir. Elles laissèrent couler leur larmes un instant, se disant que le chagrin passé, elles pourraient peut-être mieux réfléchir.
Après avoir épuisées leurs larmes, les deux jeunes femmes se rendirent au chevet de leur amie. Celle-ci s’agitait beaucoup dans son sommeil, et les poussières dorées ne cessaient de s’échapper de ses lèvres…

« Martha : Qu’est ce qu’on va bien pouvoir faire ?
Rose : Je n’en sais vraiment rien… Pourquoi avons-nous fait ça ?
Martha : Je ne sais pas. Mais je souhaiterais ne jamais avoir suivi Donna. Ou plutot j’aurai souhaité qu’elle ne se souvienne pas, ça aurait été mieux pour elle…
Rose : Souhaiter ? Cela me donne une idée…
Martha : Laquelle ? »

Mais Rose avait déjà quitté la pièce pour se diriger vers la console du TARDIS. Martha lui couru après et lorsqu’elle arriva dans la pièce principale, elle trouva son amie fixant la console. Elle leva les yeux vers Martha.

« Rose : Il faut que l’on ouvre le cœur du TARDIS… »

A suivre…

Citation:
Interloquée, Martha essayait de comprendre ce que son amie voulait dire par là. Rose lui raconta sa mésaventure il y a quelques années de ça, comment elle avait pu sauver le Docteur et la planète Terre en ouvrant le cœur du TARDIS. Elle ne mentionna pas, par contre, que ça avait failli la tuer et que c'était à cause de ça que le Docteur avait dû se régénérer, la dernière fois.
Martha trouva que c'était une bonne idée, et était étonnée que le Docteur ne l'avait pas utilisé plus souvent pour sauver le monde. Lorsqu'elle demanda à Rose de quelle façon s'ouvrait le coeur du TARDIS, la jeune femme fit une grimace en repensant qu'il leur avait fallu un énorme camion de dépanneur pour réussir à l'ouvrir. Sur la planète des Oods, ce genre de véhicule ne devait pas exister...
Encore une idée qui tombait à l'eau. De colère, Rose tapa sur la console, sans voir qu'elle avait actionné quelque chose. Un compartiment secret s'était ouvert juste sous la console, dedans se cachait un genre de manuel. Un manuel de survis peut être ?
Martha se pencha et prit l'énorme volume. Les deux jeunes femmes étaient pleine d'espoir, mais désenchantèrent très rapidement en découvrant que l'ouvrage n'était autre qu'un dictionnaire de Gallifrey.
Tout en feuilletant le volume, Martha trouva un petit encadré concernant le cœur des TARDIS, elle se tourna soudainement vers Rose:

« Martha, suspicieuse:- Dis-moi, à ton avis pourquoi il est écrit qu'il ne faut sous aucun prétexte ouvrir le coeur d'un TARDIS?
Rose, embarrassée: Euh, j'en sais rien...
Martha: Tu ne m'as pas tout raconté à ce sujet on dirait... Dis-moi la vérité!
Rose: Bon ok, ok. J'ai juste failli mourir et j'ai provoqué la régénération du Docteur à cause du coeur du TARDIS...
Martha: QUOI? Mais pourquoi tu m'as caché ça ?
Rose: Parce que je savais que tu réagirais comme ça et que tu ne m'aiderais donc pas à l'ouvrir!
Martha: Et bien t'as vu juste, c'est trop dangereux!
Rose: C'est la seule solution pour ramener le TARDIS au Docteur et sauver Donna.
Martha: Oui et en contre partie, l'une de nous devra se sacrifier.
Rose: Je suis prête à le faire.
Martha: On t'a déjà dit que tu étais folle ? »

Rose lui lança un regard noir, puis pris le dictionnaire à la recherche du moindre indice qui pourrait l'aider à ouvrir le coeur du TARDIS.
Martha reparti dans la chambre où reposait Donna, préférant laisser seule Rose dans ses recherches. Elle avait bien senti qu'elle l'avait mise en colère.

------------------------------- ------------------------------------------------
Dans l'esprit de Donna.

Tout était confus et flou. Il y avait du feu, comme si un volcan déversait un torrent de lave dans sa tête. Elle voyait alors Pompéi, le jour de l'éruption, quand elle et le Docteur étaient au cœur même de la montagne, et qu'ils avaient décidé d'appuyer sur le levier. Ce fameux levier qui avait créé l'éruption.
Elle entendait les cris de la population. Puis les cris se métamorphosa en un bruit sonique. Elle revit le Docteur utiliser son tournevis et le stylo de Mrs Foster pour faire diversion. C'était leur deuxième aventure ensemble, et elle se retrouva derrière la vitre d'une porte, observant dans un bureau. En face d'elle, il y avait une grande baie vitrée, et c'est là qu'elle le vit, son précieux Docteur qu'elle avait essayé de trouver pendant tant de mois.
Des flashs du visage du Docteur s'en suivirent, des flashs récents, mais aussi des anciens. Il n'y avait pas seulement l'actuel Docteur, mais aussi les visages des neuf autres.
Elle voyageait dans les souvenirs du Seigneur du Temps, totalement connectée à son esprit.

---------------------------- -----------------------
Dans la chambre où Donna est installée.

Martha était assise à coté du lit où Donna était étendue. Elle la regardait se débattre dans ses rêves, ou peut-être ses cauchemars, elle n'en avait aucune idée. Elle entendait au loin Rose s'énerver sur la console du TARDIS. Elle soupira, se demandant qu'est ce qui avait bien pu lui passer par la tête lorsqu'elle avait décidé de rejoindre Donna dans cette folle aventure.

Il y eu soudain un bruit de chute venant de la salle principale du vaisseau, suivi d'un cri de surprise de la part de Rose. Martha se leva d'un bond pour voir ce qui se passait. Pendant qu'elle se perdait dans les couloirs du TARDIS, elle entendit son amie pousser un cri de joie, peut-être avait-elle trouvé un moyen d'ouvrir le cœur du TARDIS et qu'elles allaient pouvoir rentrer et sauver Donna.
Mais au fur et à mesure qu'elle approchait de la salle de contrôle, elle réussissait à capter le son d'une discussion entre Rose et une voix qui ne lui était vraiment pas inconnue. Une voix si familière, une voix qu'elle adorait entendre. Lorsqu'elle arriva enfin dans la salle principale, il était là se tenant devant Rose, l'air contrarié mais à la fois heureux, le Docteur...
Martha sauta de joie et couru pour se jeter dans ses bras. Malgré son air grave, il réceptionna son amie et la serra très fort.

« Martha: Comment êtes-vous arrivé jusqu'ici ?
Docteur: Oh longue histoire, le principal, c'est que je sois présent non ?
Rose: Oui, j'imagine que ça peut régler pas mal de nos problèmes.
Docteur: Bon, pour commencer, où est Donna ?
Martha: Venez, on l'a installé dans une des chambres. »

Ils se dirigèrent vers la chambre où Donna continuait de s'agiter.

------------------------------------ ------------------------
Quelques temps plus tot, à Chiswick.

Ils étaient tous les trois assis dans le canapé, avec l'impression que le monde s'était effondré. Mais il n'en était rien, enfin pas encore, puisque la faille entre les deux univers parallèle était toujours ouverte et menacée d'engloutir les deux réalités...
Le téléphone sonna une nouvelle fois. Le Docteur ne trouva pas la force de se lever, il en allait de même de Wilf. C'est donc Sylvia qui alla répondre, et après un long silence qui suivit son « allo », elle fit signe au Docteur de venir.
Il la rejoignit donc au téléphone, et prit le combiné.

« Jack: Allo, Docteur?
Docteur: Lui-même. Dites moi qu'il n'y a pas encore un problème avec la faille de Cardiff ?
Jack: Non ce n'est pas ça, j'ai eu une idée, on va peut être pouvoir rejoindre ces demoiselles.
Docteur: J'écoute votre plan.
Jack: Il va falloir que vous reveniez ici, parce qu'il faut remettre le manipulateur de Vortex en route...
Docteur: Mais oui! Le Manipulateur de Vortex, pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tot ?? »

La vivacité du Docteur avait repris les devants, et c'est en courant qu'il sorti rejoindre la voiture qu'il avait emprunté à Ianto. Et avant de partir, il cria à Wilf et Sylvia qu'i serait de retour avec Donna dans 5 minutes.
Ensuite il cala, parce qu'il n'avait vraiment pas l'habitude de conduire.

Le chemin vers Cardiff avait été moins catastrophique que le voyage vers Chiswick, et Ianto retrouva avec plaisir sa voiture sans grosses égratignures.
Après quelques bidouillages avec son tournevis sonique, le manipulateur de vortex était de nouveau opérationnel.
Il le passa à son poignet, entra les coordonnées, et appuya pour se téléporter. Jack lui cria « Bonne Chance ».

-------------------------------------------- ----------------------------
Dans le TARDIS.

Le Docteur était au chevet de Donna, les mains posées sur ses tempes, sondant son esprit.

« Docteur: Ce n'est vraiment pas bon tout ça.
Rose: Qu'est ce qu'il lui arrive ?
Docteur: Son esprit est rempli de choses qui me sont arrivés pendant toute ma vie... EN plus de toute les connaissances de Seigneurs du Temps, son esprit n'est pas assez grand pour ça, elle se consume comme la dernière fois où je l'avais rendu amnésique...
Martha: Qu'est ce qu'on peut faire?
Docteur: Je vais la plonger dans un coma, jusqu'à ce que je vous ai toute ramené chez vous, ensuite, je pourrais m'occuper de lui faire oublier définitivement notre existence.
Rose: Mais n'est-il pas plus important de s'occuper d'elle avant de nous ramener chez nous ?
Docteur: Effectivement, ramener Martha chez elle, ça peut attendre, mais toi Rose, il faut a tout prix que je te ramène dans ta réalité et pour que les murs des nos deux univers ne s'effondrent pas.
Rose: Je vois... Allons-y alors, je ne voudrais pas causer des problèmes en plus. »

Tous les trois se dirigèrent vers la salle de contrôle, et alors que le Docteur tournait autour du tableau de bord, Martha et Rose s'étaient installer sur la banquette, regardant pour la dernière fois, leur Docteur s'exciter sur les commandes.
Un sourire nostalgique se dessina sur leur visage, et le TARDIS décolla, bougeant dans tous les sens, pour finir par s'immobiliser sans ménagement.

Lorsque Rose sortie, elle était de nouveau sur cette infernale plage, dans la Baie du Méchant-Loup, en Norvège...
Elle se tourna vers le Docteur, et avec un petit sourire confus, elle lui demanda si elle ne pouvait pas passer un coup de fil depuis le TARDIS.
Après ça, ils se dirent au revoir, et ils laissèrent Rose attendre seule, sur un rocher.

Pendant le voyage menant à Chiswick, le Docteur s'attela à enlever les souvenirs de Donna concernant les seigneurs du temps, le Tardis, et ses voyages, en espérant que ça soit définitif cette fois-ci, chose qu'il ne pouvait pas du tout promettre, vu les mésaventures de ces derniers jours.
Il arrivèrent chez Donna 15 minutes après qu'il soit parti en voiture, car c'est bien connu la précision du TARDIS n'est pas totalement infaillible...
Martha passa en premier, pour pouvoir ouvrir les portes du TARDIS au Docteur, qui portait Donna. Wilf et Sylvia avait déjà accouru dehors à leur rencontre, et l'aidèrent à monter Donna dans sa chambre.
Ils avaient une impression de déjà vu.

« Docteur: Elle ne devrait plus avoir de souvenirs qui remontent, comme ça était le cas, mais je ne garanti rien totalement. Surveillez la bien surtout.
Wilf: Nous prendrons bien soin d'elle. Dans combien de temps se réveillera-t-elle?
Docteur: Dans 2 ou 3 heures maximum.
Sylvia: Je crois qu'il est temps pour vous de partir alors. Au revoir Docteur, et merci. J'espère ne jamais vous revoir... »

Le Docteur et Martha retournèrent au TARDIS,et avant de fermer la porte derrière lui, il jeta un dernier coup d'oeil à la maison des Noble...

Citation:
Donna s'éveilla après un long sommeil plein de rêves étranges. Elle se leva, un peu déboussolée. Il faisait nuit dehors, et la jeune femme savait qu'elle ne pouvait parler de ses rêves qu'à une personne. Elle enfila un gilet épais et sorti par la porte-fenêtre menant au jardin.
Grimpant une petite butte, elle rejoignit son grand-père, qui comme à son habitude, était installé pour observer les étoiles avec son petit télescope.
Elle s'assit à ses cotés, et lui tendit un thermos de thé fraichement infusé, il l'a remercia d'un sourire, qui masquait sa tristesse, puis il retourna regarder le ciel à travers son télescope, espérant que le malaise qu'il ressentait, s'en aille rapidement. Mais c'était sans compter sur sa petite-fille qui commença à lui conter ses rêves, peuplés de voyages à travers les étoiles, les planètes et les univers.
Wilfred soupira discrètement et écouta avec intérêt les récits des rêves de sa petite-fille, avec la peur qui se cramponnait à son ventre. La peur qu'elle se souvienne, et qu'elle finisse par en mourir...

Au bout de quelques minutes, Donna se tut, après avoir raconté la totalité de ses étranges songes. Elle sourit à Wilf, qui lui rendit son sourire, cachant mal son angoisse. Donna n'y prêta pas attention, elle se leva, posa un baiser sur la joue de son grand -père et redescendit la petite butte, en lui faisant signe de la main. Il la suivit des yeux jusqu'au moment où elle s'engouffra dans la maison. A ce moment là, il s'autorisa à pousser un énorme soupir de soulagement.

Wilfred leva les yeux au ciel, et pensa à cet homme qui avait changé la vie de sa petite fille, qui avait fait d'elle une femme importante, et qui avait dû tout anéantir. « Pauvre Docteur, pensa-t-il, comme il doit être seul... ».
Le vieil homme décida qu'il était l'heure pour lui de rentrer se mettre au chaud. Emportant ses affaires, il rentra doucement vers sa maison, pensant que jamais il ne reverrait cet homme merveilleux, qu'il admirait tant pour avoir rendu heureuse sa petite fille.

Dans le TARDIS, le Docteur soupira, il était à nouveau seul. Il venait de déposer Martha à UNIT. Il indiqua une destination et une date aléatoire au TARDIS, qui se mit en route, avec son bruit caractéristique de moteur. Il tourna doucement autour de la console, appuyant un coup de temps en temps sur des boutons pour stabiliser son vaisseau. Puis le TARDIS s'immobilisa. Une nouvelle aventure l'attendait derrière ces portes de bois, une aventure qu'il vivrait seul.
Inspirant un grand coup, il parti d'un pas décidé en direction de la sortie. Le décor derrière la porte était plein de neige, il s'était garé sous un pont, et au vu des bâtiments, il n'était pas au XX ème siècle.
Il sortit et se laissa guider par l'odeur des marrons chauds...

FIN

_________________


Dernière édition par Elisabeth Madness le Jeu 31 Mar 2011 - 16:41; édité 8 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 12:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
melanou62620
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2008
Messages: 23
Localisation: le tardis
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009 - 19:24    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

J'adore =D Donna est de retour Whouou =D .
J'adore ton imagination sa pourrait faire un nouveau épisode de doctor who n'empéche =)
J'attends la suite avec impacience
_________________
Je ne dérive pas, j'attends !!!
Revenir en haut
MSN
The Next Doctor
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2009
Messages: 137
Localisation: Dans le vortex du temps
Masculin

MessagePosté le: Sam 31 Oct 2009 - 13:14    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant



Elle va s'auto detruire

NON Mais ca va pas !!!!!!!!!!!!!!

ON NE PISQUE PAS LE TARDIS du Doc !
---
Sinon trés bonne fic , j'adore Martha en plus Mr. Green *sors*
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 7 Nov 2009 - 12:09    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Prologue : Le Réveil et Chapitre 1: Les retrouvailles


LOL je veux la suite ^^ ^^ Pitié, ne nous laisse pas en plan comme ça !!! J’adore cette idée où Donna se souvient de tout et « emprunte » le Tardis  pour se promener…

En revanche, même si je trouve la scène de conduite du Docteur fort comique, je ne comprends pas pourquoi il n’aurait pas plutôt demandé à être conduit chez Donna par un, ou les membres de TW Après tout, on a jamais vu le Dr conduire, mais toujours se faire emmener (peut-être justement parce qu’il ne sait pas conduire !).
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Elisabeth Madness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 172
Localisation: Essaye de monter discrètement à bord du TARDIS
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 7 Nov 2009 - 19:51    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

C'est justement pour donner une dimension comique que j'ai laissé le pauvre Ten au volant d'une voiture Laughing
Je suis en train d'écrire la suite Wink J'espère qu'elle arrivera avant la fin de la semaine prochaine
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
king doctor
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 569
Localisation: dans le tardis
Masculin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 9 Nov 2009 - 00:00    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Je veux la suite vite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
écris nous un bon chap Okay
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Elisabeth Madness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 172
Localisation: Essaye de monter discrètement à bord du TARDIS
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 19 Nov 2009 - 18:39    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Bon le nouveau chapitre est fini, mais à présent il faut que je fasse face de nouveau à un problème de postage... Donc soyez patient, ça devrait arriver bientot Wink 
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sarah
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 30 Avr 2009
Messages: 49
Localisation: dun/meuse
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 19 Nov 2009 - 19:28    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Bon vivement, que tu le postes, j'ai trop hâte de lire la suite!
Et si seulement la saison 5 continuait comme ta suite, ça serait super!
En tout cas, moi, j'ai adoré!
Revenir en haut
Elisabeth Madness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 172
Localisation: Essaye de monter discrètement à bord du TARDIS
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 20 Nov 2009 - 19:10    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Chapitre 2 En Ligne
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Sam 21 Nov 2009 - 17:44    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Chapitre2 : Passé et complication

Effectivement, les filles cherchent les problèmes, entre les paradoxe et tout ça !!!!



Citation:
Docteur : Il m’arrive de me tromper… Oui bon c’est très rare, mais ça arrive. Mais bon, il y a de grande chance qu’elle soit en danger. Pas seulement a cause du fait qu’elle se souvienne, mais à cause du fait qu’elle à mon esprit. J’ai tendance à toujours me mettre dans le pétrin à un moment ou à un autre…
Enorme ^^ j’adore cette réplique... c’est tellement du Docteur !!!

Citation:

Donna : Oui, effectivement, mais ne dit pas que tu n’aimes pas le danger ? Sinon tu n’aurais pas voyagé avec le Docteur !! Et puis… Ne me dis pas que t’as pas envie de voir à quoi il ressemblait avant sa régénération ?
Ahaha en voilà une idée, quelle est bonne !!!!

Citation:

« Ten : Donna ? Ou êtes-vous ??
Martha : Ah non ici c’est Martha !
Ten : Quoi mais quand avez-vous récupéré votre téléphone ?
LOL ah oui j’avais pas pensé à ça, j’étais trop prise par l’histoire !!!!
Citation:

Martha : Du calme Docteur, on ne vous l’a pas abimé… ah les hommes et leur voiture…

Humhum, même aliens, ils ne saoulent avec !
Citation:
Donna : Vous nous connaissez… Ah attendez Docteur, je ne vous capte plus... Je crois qu’on passe sous un tunnel »

En gros ça sent le « Je ne veux plus vous parler un point c’est tout !!!! »


Citation:
Donna couru vers une porte au fond du TARDIS et revint deux minutes après équipée de deux battes de Base-ball. Elle en tendit une à Martha. ^
Quoi ? Un demi-seigneur du temps qui s’arme à moitié !!!!

Citation:

« Nine : He ! Qu’est ce que vous faites à bord de mon TARDIS ? »
Ahhahahhaha je veux connaître la suite ^^ LA SUITE please !!!!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
The Next Doctor
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2009
Messages: 137
Localisation: Dans le vortex du temps
Masculin

MessagePosté le: Mer 25 Nov 2009 - 19:59    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Citation:
« Martha : Je ne rêve pas ? On est bien là où je pense ?
Donna : Oui, ça c’est le jour où tu as rencontré le Docteur.



Je sens le paradox a plein nez

Citation:
Donna : C’est très possible puis que j’ai essayé de nous faire atterrir le jour où elle a rencontré le Docteur…

Fais gaffe !!!!

Citation:
« Ten : Donna ? Ou êtes-vous ??
Martha : Ah non ici c’est Martha !
Ten : Quoi mais quand avez-vous récupéré votre téléphone ?
Martha : Je ne l’ai pas récupéré… Je suis à bord du TARDIS avec Donna. Tiens d’ailleurs elle vous fait signe de bonjour.
Ten : Quoi ? Mais que faites vous à bord du TARDIS ?? Euh… Dites lui bonjour aussi
Martha à Donna : Il te fait aussi le bonjour.
Ten : Cela ne me dit pas ce que vous faites dans MON TARDIS ?
Martha : Du calme Docteur, on ne vous l’a pas abimé… ah les hommes et leur voiture… Donna est venue me chercher pour une petite balade dans l’espace, je ne pouvais pas refuser voyons…
Ten : Ou êtes vous là ??
Donna : On est loin, mais promis on revient bientôt… Oui, Martha je te rends ce téléphone dans deux minutes…
Ten : Bientôt, ça veut dire combien de temps ?
Donna : Etant donné qu’on a une machine à voyager dans le temps, cela peut être aussitôt que notre conversation soit finie !
Ten : Surtout ne faites rien d’imprudent !!
Donna : Vous nous connaissez… Ah attendez Docteur, je ne vous capte plus... Je crois qu’on passe sous un tunnel »





« Nine : He ! Qu’est ce que vous faites à bord de mon TARDIS ? »

Je le savais !!!! J'appelle au pouvoir de l'armé des Dalek



_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Astrid
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2007
Messages: 231
Localisation: La ligne bleue des Vosges
Féminin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 25 Nov 2009 - 21:29    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Trop drôle la fic, vivement la suite !!
_________________
Allons-y !

Revenir en haut
Swissgirl
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Juin 2009
Messages: 514
Localisation: Captive d'Omega! Au secours!
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Nov 2009 - 21:32    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

ouais!!!
vive la suite!!!!!
_________________
je ne suis pas superstitieuse: ça porte malheur

merci dalek clyde!
Revenir en haut
Elisabeth Madness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Sep 2009
Messages: 172
Localisation: Essaye de monter discrètement à bord du TARDIS
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 15 Déc 2009 - 21:21    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

CHAPITRE 3 EN LIGNE
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Jeu 17 Déc 2009 - 16:34    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles... Répondre en citant

Chapitre 3 : Conséquences inattendues

Ahaha j’aime bien les allers-retours entre le monde de Ten et celui de Ten bis, de voir le Docteur coincé sur terre sans Tardis, finalement, il n’est pas capable de grand-chose.
Et le coup de récupérer Rose pour faire cette virée avec elles… Qui sera la prochaine ? River, Sarah-Jane… ?
Et j’ai adoré voir Nine, on a pas l’habitude de le voir dans les fic, alors là, ça fait plaisir !!!!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:15    Sujet du message: [Terminée]Une virée entre filles...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com