Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Un morceau de toi ( chapitre 4)
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Torchwood fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
missy
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2009
Messages: 257
Localisation: nancy
Féminin

MessagePosté le: Jeu 3 Déc 2009 - 23:13    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Titre : Un morceau de toi
Résumé: Jack après les évenements de COE
Spoiler : Torchwood Children of Earth
Disclaimer : Torchwood et ses personnages appartiennent à R.T. Davies et à la BBC. Je fais ça juste pour le fun, sans en attendre une quelconque rémunération.
Bêta : Yeles
Créas: Duam78


Citation:

Jack glissa la clé dans la serrure et entrouvrit doucement la porte de l'appartement. Il y entra silencieusement, comme s'il ne voulait surtout pas déranger.
"Pourtant il n'y a plus personne" songea-t-il avec tristesse.

Cela faisait déjà plus d'une semaine qu'il avait perdu définitivement Ianto et c'était seulement aujourd'hui qu'il avait trouvé assez de courage pour pénétrer dans l'appartement du gallois. Il s'apprêtait à partir en voyage tout autour de la terre et voulait auparavant dire une dernière fois au revoir au jeune homme.

Il aurait pu aller sur sa tombe dans le cimetière de Cardiff mais il craignait trop de tomber sur Gwen ou sur la sœur de Ianto. Il n'avait surtout pas envie de devoir s'expliquer ou de répondre à leurs trop nombreuses questions. Ce n'était pas pour rien qu'il n'avait pas donné de nouvelles depuis ce vendredi fatidique où il avait sacrifié Steven. Il voulait qu'on le laisse tranquille, seul avec sa peine et ses regrets.

Et puis, le cercueil ne contenait que le corps sans vie du gallois. Son âme, son esprit, tout cela était déjà loin. Jack espérait simplement, en venant dans son logement, ressentir encore un peu sa présence.

Il referma la porte d'entrée derrière lui et se dirigea aussitôt vers la chambre à coucher. Il sourit doucement lorsqu'il vit que les draps du lit du gallois étaient encore défaits. Ce matin-là, avant de partir à l'hôpital enquêter sur les pique-assiettes, Jack lui avait fait l'amour passionnément et avait entrainé ensuite hors de l'appartement un Ianto furieux de laisser sa chambre dans un tel état.

Il ouvrit la penderie et parcourut du regard la collection de costumes du jeune homme, en poussant un long soupir. Il ne pouvait voir quelqu'un dans cette tenue sans songer à lui désormais. Pas plus qu'il ne pouvait déguster un café sans penser qu'il n'avait rien de comparable à ceux préparés par Ianto. Il les toucha du bout des doigts et referma doucement la porte du meuble, lorsqu'il sentit les larmes lui monter aux yeux. Malgré le temps qui s'était écoulé, la douleur était toujours là, bien présente. Il avait même l'impression d'y être de plus en plus sensible.

Il s'approcha du lit, s'allongea dessus et plongea sa tête dans un des oreillers, espérant y respirer encore l'odeur du gallois. Il resta ainsi quelques instants, l'esprit perdu dans ses souvenirs, tous remplis du jeune homme souriant à ses côtés.

Il sentit le sommeil l'envahir doucement et il glissa les mains sous l'oreiller pour mieux s'en saisir et caler sa tête. Il ouvrit les yeux étonnés lorsqu'il sentit sous ses doigts un objet dur.

Curieux, il se redressa, souleva l'oreiller et découvrit en dessous le journal de Ianto.
Il posa sa main sur la couverture, un sourire triste aux lèvres.

"Je ne t'ai même pas laissé le temps de l'emmener avec toi, ce matin-là..."

Il se leva et glissa l'objet dans la poche de son éternel manteau militaire. Il ne voulait pas le lire, du moins pas maintenant. Il sentait que la peine qu'il ressentait était encore trop grande, et puis de toute façon, il avait le temps, il avait l'éternité devant lui...

"D'une certaine manière, tu m'accompagneras partout..."

Il se mit ensuite à faire une chose inhabituelle pour le capitaine Jack Harkness : il prit le temps de refaire correctement le lit du jeune homme. Cela lui prit plusieurs minutes, étant donné qu'il n'avait pas l'habitude, mais il tenait à le faire. Il voulait laisser l'appartement comme Ianto aurait aimé qu'il soit, c'est à dire impeccablement rangé.

Il fit un dernier tour dans l'appartement et prit quelques affaires avec lui. Il décrocha la photo qui les représentaient aimantée sur le frigo et la glissa entre les pages du journal. Elle avait été prise en cachette il y a plus d'un an par Tosh et Jack la chérissait particulièrement car il trouvait qu'elle les représentait bien.

Sur la photographie, Ianto et lui étaient debout, simplement l'un contre l'autre et partageaient un moment d'intimité dans le bureau du capitaine. Lorsqu'il pensait que les autres ne les regardaient pas, le gallois se laissait aller et s'autorisait des gestes envers son amant. Toshiko avait eu la bonne idée d'immortaliser un des moments de tendresse des deux hommes.

Jack prit également avec lui sa chemise favorite, la rouge et il emporta aussi quelques autres photos de l'équipe Torchwood que Ianto gardait dans le tiroir de son bureau.

Après un passage dans chaque pièce, le capitaine ouvrit la porte d'entrée et se retourna pour la dernière fois vers l'appartement du gallois, qu'il parcourut du regard.

Il soupira doucement et murmura:
"Au revoir Ianto."
Il sortit lentement et referma la porte derrière lui.

*****************************************************************************************************

Le 19 aout 2009
C'est ton anniversaire aujourd'hui... Tu aurais eu 26 ans...
Je n'ai jamais été très doué pour retenir les dates et pourtant en voyant la date d'aujourd'hui, je me suis souvenu de ton anniversaire. Tu m'as vraiment marqué on dirait...
Nous n'avons jamais pris le temps de le fêter ensemble. A chaque fois la fin du monde imminente ou une nouvelle menace d'alien nous en a empêché...

J'ai appelé Gwen pour la prévenir que je m'éloignais quelques temps, que je partais tenter de me retrouver... Elle a protesté quelques instants, mais de toute façon je ne lui laisse pas le choix. J'en ai besoin...

J'ai enfin décidé de ce que je devais faire des clés de ton appartement. Je les ai mises dans une enveloppe que j'ai envoyée à ta sœur avec un simple mot. Je lui ai indiqué ton adresse et je lui ai précisé que j'avais payé le loyer pour les trente années à venir. Merci les salaires Torchwood...
Je ne sais toujours pas pourquoi j'ai fait ça, mais je ressens le besoin de garder la possibilité de revenir te voir. Eh oui, j'ai toujours l'impression qu'en entrant, je te verrais assis dans un de tes fauteuils, lisant un livre ou alors devant ta chère machine à café en train de me préparer ton breuvage magique... Tu m'accueilleras comme d'habitude avec ton beau sourire et...

Si tu savais comme tu me manques... Je n'aurais jamais imaginé ressentir autant ton absence. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à toi, sans que je me dise " oh tiens, Ianto aurait aimé ça" ou "Ianto aurait été furieux là". Tu occupes chacune de mes pensées...
La vie sans toi à mes côtés a quelque chose d'affreux.
J'en suis même malade physiquement... Je ne me rappelais même plus ce que cela faisait d'être souffrant.



Jack referma le journal et le remit dans sa poche. Il ne s'en séparait jamais depuis qu'il l'avait récupéré dans l'appartement du gallois. Il ne comprenait pas ce qu'il lui avait pris. En se rappelant que c'était l'anniversaire de Ianto, il avait pris le cahier avec l'intention de le feuilleter et d'en lire quelques extraits. Mais en tombant face à une page blanche, il avait soudainement ressenti le besoin d'écrire. Il s'était alors saisi d'un stylo et avait laissé ses pensées courir sur la page. Cela lui avait fait un bien fou de se livrer ainsi.

Depuis quelques semaines, il ne se reconnaissait plus. Après avoir quitté l'appartement du gallois, il était parti parcourir le monde comme prévu et il se trouvait actuellement aux États-Unis. Il avait pensé que tout cela lui changerait les idées, l'aiderait à passer à autre chose, mais chaque pas sur cette planète lui rappelait qu'il était responsable de la mort d'êtres chers... Steven, Ianto, Tosh, Owen et même Suzie...

Il soupira profondément et se releva de son siège, prêt à partir vers d'autres contrées. Mais il sentit tout à coup une douleur vive dans son ventre et il se rua vers le cabinet de toilettes le plus proche. Il pencha la tête et vomit. Il ne savait pas d'où cela venait mais depuis quelques jours il avait des nausées assez violentes.

"La culpabilité prend parfois de drôles de forme" songea-t-il en s'aspergeant de l'eau sur le visage quelques instants plus tard.

***************************************************************************************************

Jack attendait Gwen au point de rendez-vous convenu. Cela faisait six mois qu'il n'avait pas revu la jeune femme et elle avait eu l'air surprise lorsqu'il l'avait appelé ce matin.

Elle ne se doutait pas qu'il était là pour lui faire ses adieux. Il avait pris sa décision il y a quelques semaines. Il allait quitter la planète Terre pour voyager encore plus loin et commencer une nouvelle vie.

Un léger vent frais le fit frissonner et il referma son manteau militaire, espérant par la même occasion que cela suffirait à cacher son état. Il n'avait pas envie de le révéler. Il sentit le journal de Ianto dans sa poche et le sortit pour relire ce qu'il y avait écrit ce matin.

Le 9 janvier 2010:

Nous venons d'entrer dans une nouvelle année et je viens seulement de le remarquer. Il faut dire que j'ai d'autres choses en tête... Déjà six mois que tu es parti... Il me semble que c'était hier...

J'ai donné rendez-vous à Gwen et Rhys pour leur dire au revoir. Il est temps que Gwen passe à autre chose et se consacre à la petite famille qu'elle est sur le point de créer.
Je vais partir et fonder ma propre famille de mon côté.
Je pensais que la culpabilité me rongeait... ou que ton absence me rendait malade. Mais je me suis trompé, c'était autre chose.
Je m'étais promis de ne plus jamais être enceint, mais je ne veux surtout pas gâcher cette nouvelle opportunité qui s'offre à moi... à nous...

Qui aurait pu imaginer ce que ce court instant dans la station service allait provoquer en moi ? Tu venais de me libérer de ce bloc de béton et nous nous étions arrêtés pour que je puisse faire une courte toilette. Tu m'as alors rejoins et je me suis offert à toi. Ce fut court et intense. Nous avions tous les deux besoins de nous prouver que nous étions en vie après l'épreuve que nous venions de traverser. Je chéris encore plus ce souvenir de notre dernière fois ensemble depuis que je sais. Maintenant, en y repensant, sachant ce qui a été créé, ce moment me parait encore plus merveilleux.

Cette petite chose en moi doit bénéficier de mon immortalité car malgré mes nombreuses morts depuis lors, elle est toujours là. Elle s'accroche. La vie a quelque chose de magique parfois.
Je quitte ce soir la planète terre et j'emmène avec moi un morceau de toi...



Citation:


Le 10 janvier 2010:

Comme je le pensais, le vaisseau cargo où je viens d'arriver a bien une infirmerie. Ils ont eu l'air surpris lorsque je leur ai expliqué et surtout montré mon état. Mais ils ont l'air de savoir ce qu'ils font. Ça me rassure un peu.

Ce sont des êtres humains du 26ème siècle, venus s'approvisionner en pétrole à notre époque. Cette denrée est devenue bien trop rare à la leur et ils ne savent pas encore comment s'en passer. Leur voyage est prévu pour durer environ encore trois mois.

C'est la première fois que j'annonçais à quelqu'un ma grossesse et ça m'a fait bizarre. J'étais tout fier de moi ( oui oui encore plus que d'habitude...). J'avais mis les mains sur mon ventre, comme pour protéger ce petit être en moi et j'étais prêt à repartir aussitôt s'ils ne voulaient pas de nous.

Nous... Et oui, je ne suis plus seul maintenant. Je porte en moi l'étincelle de la vie et je ne cesse de me répéter que c'est merveilleux.

Je ne peux pas m'empêcher de crier mon bonheur dans ce journal et je compte bien continuer d'y écrire. Je veux que cet enfant, lorsqu'il grandira, sache qui étaient ses parents. Plus tard lorsqu'il sera en âge de comprendre, je lui ferai lire et il réalisera lui aussi à quel point tu étais un homme fantastique... Ce journal est là pour raconter ton histoire, notre histoire...

Je me rappelle, un soir au Hub, je t'avais surpris en pleine écriture de ton journal. Je t'avais alors demandé pourquoi tu le tenais aussi sérieusement. Tu avais rougi quelques instants avant de répondre timidement que c'était pour moi. Je me souviens encore mot pour mot de ce que tu m'avais dit:

« A ma mort, tous mes biens iront à Torchwood. Et à mes yeux, Torchwood c'est toi. Tu auras donc tous mes carnets en ta possession. Ainsi tu ne pourras pas m'oublier. Il te suffira de feuilleter l'un d'entre eux pour te souvenir de moi... Et ne t'inquiète pas, tu auras beaucoup de lecture. Je ne compte pas t'abandonner de sitôt... »

Si seulement tu avais dis vrai, Ianto...
______________

Le 11 janvier 2010:

Le médecin m'a ausculté pour la première fois et souhaite faire un examen plus poussé demain. Il m'a tout de suite rassuré en me disant que tout avait l'air de bien se dérouler mais il préfère quand même vérifier. Après tout, ce n'est pas une grossesse normale.

Il a l'air fasciné par mon état et je sens qu'il ne va pas tarder à me demander l'autorisation de faire quelques photos. Je ne vais pas refuser. J'ai envie de garder quelques souvenirs de cette période. Je serai heureux plus tard de regarder ces photos avec notre enfant.

Il m'a fait écouter une chose merveilleuse: les battements du cœur de notre bébé. Oh Ianto si seulement tu pouvais l'entendre toi-aussi. C'est la plus belle chose qu'il m'ait été donné d'entendre. J'en ai versé quelques larmes.

Ce bruit... C'est la preuve qu'il y a bien en moi un petit être qui vit, qui grandit. Bien sûr, il y avait le ventre qui grossit pour prouver. Mais les battements de son petit cœur...c'est quelque chose d'autre. C'est un son merveilleux.

Je ne trouve même pas les mots justes pour décrire l'émotion qui m'a envahi. Je ne voulais plus que le médecin arrête le monitoring.

Tu te rends compte Ianto, je vais être papa... Je porte en moi notre enfant...

_________________________________________________________

Le 12 janvier 2010:

A toi, petite merveille en moi,
je ressens le besoin de m'adresser à toi, de te dire à quel point je suis heureux et fier de te porter en moi...

Je n'oublie jamais ta présence et de toute façon tu ne me laisses pas le choix avec tous les petits coups de pied que tu me donnes. Espèce de futur footballer va!

J'ai réussi à prendre quelques photos de moi, avec mon gros ventre. c'est assez comique à regarder, je l'avoue... je les ai mises avec les photos de ton autre papa... Nous les regarderons ensemble si tu veux.



Je chéris chaque instant de cette grossesse et j'ai hâte de te tenir enfin dans mes bras. Je te dirai alors combien je t'aime et que tu es la lumière de ma vie. Tu seras pourri-gâté j'en suis sûr. Je ne pourrais rien te refuser. Tâche quand même de ne pas trop profiter de la faiblesse de ton vieux père...

-----------------------------------

« Tout va bien, Capitaine. Le bébé et vous êtes en pleine forme. Vous pouvez vous rhabiller. J'ai fini de vous examiner. »

Jack se releva de la table d'auscultation, rabaissa son T-shirt et reboutonna sa chemise.

« Merci docteur. Ça me fait du bien d'entendre que tout se déroule comme il faut. Je ne pourrais pas supporter un autre malheur... »
« Ne vous inquiétez pas, vous êtes entre de bonnes mains. Je pense que d'ici 8 semaines nous pourrons pratiquer l'opération. »
« L'opération? »
« Et bien la césarienne Capitaine. Nous ne pouvons pas prendre le risque que l'accouchement se déclenche tout seul. Ce serait bien trop dangereux pour vous et puis surtout pour le bébé. A moins que vous ne voyiez un autre moyen de le faire sortir Capitaine, c'est la seule solution. Une petite césarienne et hop quelques instants plus tard, vous tiendrez votre bébé dans les bras. »
« Ça a l'air si simple, présenté comme ça... »murmura Jack pour lui-même.

« Sinon vous avez des douleurs particulières à me signaler? »
« Et bien, les nausées ont enfin stoppé, pour mon plus grand bonheur. Mais j'ai de plus en plus de mal à me déplacer aisément. J'ai les jambes lourdes... tellement lourdes. Le problème c'est que rester allongé tranquillement toute la journée me rend fou... »
« Les femmes enceintes seraient ravies de savoir qu'elles ne sont pas les seules à souffrir de ce symptôme... Pour soigner ça, je ne peux vous conseiller qu'une chose, mais je sens que ça ne va pas vous plaire Capitaine... »
« Dites toujours... »
« Des bas de contention... »
« .... En fait, je crois que je vais prendre mon mal en patience. Merci pour tout docteur. »

Jack se mit debout avec difficulté et se dirigea doucement vers la sortie.

« Oh, à propos Capitaine, voulez-vous connaître le sexe de votre futur enfant? »

Il se retourna vers le médecin et secoua négativement la tête.
« Je préfère avoir la surprise. »

Il sortit de la pièce, le sourire aux lèvres. Pour une fois dans sa longue vie, tout se passait comme il le voulait. Il se dirigea vers la cabine qu'on lui avait aménagé, mais tout à coup il s'arrêta et repartit en chemin inverse. Il marcha tranquillement vers les cuisines avec une idée bien précise en tête.

« Je me demande s'ils ont des poires... »

_______________________

Le 22 janvier 2010;

j'ai refusé de savoir de quel sexe tu seras, petite merveille. Je préfère garder la surprise. Et cela m'importe peu. Fille ou garçon, ça sera la même chose pour moi. Tu seras mon enfant, ma petite merveille...

Je n'ai pas encore réfléchi à un prénom... Je suis un peu superstitieux sur ce point... Et puis qui sait ? Peut-être que j'aurai une subite inspiration en te tenant tout contre moi pour la première fois...

------------------------------------------------------

Le 15 février 2010:

Mon Ianto,

Encore 4 semaines et je retrouverai enfin mon corps d'origine... Je n'en vois plus le bout. Je me sens énorme et ça me manque de ne plus voir mes pieds... Et j'avoue que ce n'est pas pratique pour... toucher une certaine partie de mon corps.

Oui je l'admets, malgré mon état il m'arrive de me réveiller en pleine nuit avec mes hormones qui me travaillent encore plus que d'habitude. Je me soulage en criant ton nom et lorsque je redescends sur terre, ton absence à mes côtés m'est encore plus douloureuse...

Je me sens si seul sans toi, Ianto... Je me rends compte à quel point tu m'étais devenu indispensable. Tu faisais partie de mon univers et il semble bien terne depuis ce jour fatidique.

J'aimerais tant partager toutes ces étapes de la grossesse avec toi... Je sais que je suis encore moins facile à vivre que d'habitude, mais je sais que toi tu supporterais mes sautes d'humeur. Tu arriverais à me rendre le sourire, j'en suis sûr.

Mon envie de poires te rendrait fou. Ils ont dû en commander deux kilos en plus, rien que pour moi d'ailleurs. Je ne comprends pas d'où vient cette nouvelle addiction... peut-être une analogie de forme...

Je ne rêve que d'une chose: que tu sois là, couché tout contre moi, les mains délicatement posées sur mon ventre à l'affût du moindre geste de notre enfant. Oui, notre enfant... Nous l'avons conçu ensemble et je le mettrai au monde seul...

Je nous vois tous les deux en train de rire en sentant ses petits coups de pied. Ça serait magique. Tu lui parlerais doucement et ensuite tu déposerais quelques baisers sur mon ventre. Nous l'entourerions d'amour et de tendresse. Nous serions si bien allongés ensemble sur ce lit...



J'ai besoin de toi, Ianto. Je ne veux pas être seul pour vivre cette expérience unique. C'est trop dur... Une grossesse est censée être une période de joie intense, mais moi je suis seul dans cette foutue cabine à te pleurer... Tu ne sauras jamais ce que tu as créé et surtout, tu ne sauras jamais à quel point je t'aime...

------------------------------------------

Le 2 mars 2010:

Ma petite merveille,

Je me dis parfois que dès le départ tu naitras avec un handicap... Tu ne connaitras jamais ton deuxième père... Peu importe le nombre de fois où je te parlerai de lui et les nombreuses relectures de ce journal, ça ne remplacera jamais sa présence.

Mais tu pars également dans la vie avec un avantage. Car je te promets d'être pour toi le meilleur des pères. Je ferai tout pour combler le vide dans ton cœur et dans ta vie. Et ton sourire sera mon bonheur, petite merveille...

J'ai enfin trouvé le moyen de calmer tes séances de punching-ball contre mon ventre. Il suffit que je chante doucement et je te sens t'endormir, te relaxer en moi. Tu n'es pas encore née, mais déjà accro au timbre de ma voix... Ne t'inquiète pas, je serai là tous les soirs à ton chevet pour te chanter une comptine ou te lire une histoire. Je t'en fais la promesse...

J'ai tellement peur d'être un mauvais père que je sens que je vais en faire trop. Je n'ai jamais été doué en relation humaine. Alors sois patiente avec moi... Laisse-moi le temps d'apprendre...

_____________________________________

Jack se dirigea d'un pas aussi rapide qu'il le pouvait vers un jeune employé du vaisseau.

« Bonjour, est-ce que vous savez s'il reste des poires en cuisine? »
« Capitaine, il est plus de minuit et... »
« Je sais, mais je n'arrive pas à trouver le sommeil. Est-ce que vous pourriez aller regarder s'il vous plait? »

Il offrit au jeune homme un sourire à la Harkness auquel ce dernier ne résista pas bien longtemps.

« Je vais voir ce que je peux faire... »
« Merci!! »
« Oh, et s'il vous plait Capitaine, ce n'est pas une tenue pour se balader dans les couloirs... «
« Mais j'ai tellement chaud... Et j'ai l'impression d'étouffer avec les habits que vous m'avez prêté... »
« Capitaine... »
« D'accord, d'accord, je retourne attendre dans ma cabine. »

Jack repartit en grommelant vers sa chambre et il murmura assez fort tout de même pour être entendu:

« On voit bien qu'il n'a jamais été enceint celui-là... »

_____________

Le 31 mars 2010:

Mon délicieux gallois,

Dans quelques minutes, j'ai rendez-vous avec le docteur. C'est le grand jour. Je vais bientôt être à nouveau papa. Je tremble de peur à l'idée d'y aller. Je crois que je n'ai jamais été aussi effrayé de ma vie. Et bien sûr il n'y a personne à coté de moi pour me rassurer, me prendre la main et dire que tout ira bien.

Je ne veux pas avoir à vivre cet accouchement seul. Tu mérites d'être là, tout près de moi. Toi seul a le pourvoir de me calmer. Je veux sentir ton doux regard protecteur posé sur moi.

Je vais donner vie à notre enfant et tu ne seras même pas là pour le voir. Je crois que depuis ta mort, jamais le vide autour de moi n'a été aussi fort, aussi intense. Mes pensées se mélangent, je me sens envahi par les émotions et je ne sais même pas si ce que j'écris à un sens...

La vie m'offre une nouvelle chance, un nouveau départ mais est-ce que je le mérite réellement ? J'ai peur Ianto... Sans toi, le monde me paraît bien trop effrayant à affronter... Reviens-moi.

Je ne te l'ai jamais dit mais j'ai déjà été enceint. Cela a eu lieu lorsque je vivais encore eu 51ème siècle. J'étais agent du temps à ce moment-là. Ne me demande pas qui était le père, je n'en ai aucune idée et honnêtement cela m'importait peu. J'étais jeune et insouciant. A l'époque ce n'était pas une chose rare et cela n'a étonné personne.

La grossesse ainsi que l'accouchement se sont tous les deux déroulés sans problème. Je suis alors devenu papa d'un petit garçon. Evan. Il était adorable comme tout et je tenais à lui, comme à la prunelle de mes yeux.

Tu te demandes sûrement ce qu'il est devenu. J'aimerais pouvoir te le dire, mais moi-même je n'en sais rien. L'agence du temps a effacé deux ans de ma vie et je sais pas ce qui lui est arrivé pendant cette période. Je me suis réveillé un matin sans le moindre souvenir des deux années qui venaient de s'écouler et Evan n'était plus là. Je l'ai cherché en vain et je continue à souhaiter qu'il soit quelque part au 51ème siècle en train de grandir dans une famille aimante. Mon petit garçon... Je suis coincé ici sans espoir de le revoir un jour...

On vient de frapper à la porte, sûrement un infirmier qui vient me chercher. C'est l'heure, je dois y aller. Lorsque je reviendrai dans cette pièce, je ne serai plus seul. J'aurai à mes côtés un morceau de toi...




Je remercie infiniment ma beta Yeles pour ses bons conseils et Duam pour ses magnifiques créations qui illustrent si bien cette histoire.
Je sais que certains d'entre vous aurait preferé que l'histoire s'arrête au chapitre un, mais l'idée d'un Jack enceint est tellement belle à mes yeux, qu'elle méritait d'être exploitée encore un peu.


Citation:

"Félicitations Capitaine, c'est une fille ! En parfaite santé!"

Le docteur s'approcha de Jack qui était encore légèrement dans les vapes et lui déposa délicatement dans les bras le petit être qui venait de voir le jour. Le capitaine l'admira du regard quelques instants, avant de se pencher pour déposer sur son front un baiser.

"Bienvenue petite merveille!"

Quelques heures plus tard, il regagna sa chambre avec sa fille, un grand sourire aux lèvres. Il se sentait enfin complètement détendu. L'accouchement s'était passé sans problème et le bébé allait bien.



Il installa l'enfant dans le couffin transparent commandé exprès pour elle et regarda avec émerveillement son visage endormi. Une image qu'il n'oublierait pas de sitôt. Il resta là, sans bouger, quelques instants puis s'installa à son bureau. Il ressentait le besoin d'écrire et surtout d'annoncer la bonne nouvelle à Ianto.


Le 30 mars 2010:

Elle est enfin là notre petite merveille. Si tu savais comme je suis heureux...
Je ne me lasse pas de regarder son petit visage d'ange. Je me surprends à imaginer que tu es là toi aussi et que, par dessus mon épaule, tu l'admires tout comme moi.
Elle pèse 3,3 kilos et mesure 48 centimètres, selon le docteur. Un beau bébé d'après lui.
Je lui ai fait remesurée deux fois pour être bien sûr. Après tout, je sais quelle confiance tu accordais aux mètre-ruban. Mais je te le redis encore, ils ne mentent jamais...
On m'a demandé son prénom mais je n'ai toujours pas choisi. Pour l'instant rien ne me vient à l'esprit. Chaque chose en son temps...

Je vais profiter des quelques instants de sommeil de notre fille pour me reposer. Une fois réveillée, elle est comme moi, plus rien ne l'arrête...


Jack posa son stylo et referma doucement le cahier avec un soupir. Plus que jamais l'absence se faisait cruellement ressentir

Il s'allongea sur son lit et tourna la tête vers le couffin. Le bébé semblait dormir profondément. Le capitaine tendit la main et, du bout des doigts il caressa la paroi :

"Ne t'inquiète pas, on va très bien s'en sortir tous les deux. Papa est là ma petite merveille."

--------------

Deux silhouettes s'avançaient doucement à travers les allées du cimetière. Une jeune femme serrait contre elle un enfant, sous le regard bienveillant de l'homme qui l'accompagnait.

Ils marchèrent encore quelques instants puis s'arrêtèrent devant l'une des tombes. Ils étaient arrivés là où ils le souhaitaient.

L'homme déposa les fleurs qu'ils avaient apportées sur l'herbe devant la pierre tombale, puis se tourna vers sa femme.

"Gwen? Ça va?"

Elle ne répondit pas et se contenta, les larmes aux yeux, de hocher la tête, puis de lui tendre l'enfant. Elle s'agenouilla ensuite et posa sa main sur le monument funéraire.

"Bonjour Ianto, je suis venue te présenter quelqu'un. Voici mon fils, Tom Williams. Il vient tout juste de fêter son troisième mois."

Les mots à peine prononcés, Gwen fondit en larmes. Ses amis lui manquaient tellement... Owen, Tosh, Ianto et surtout Jack... Elle n'avait pas eu de ses nouvelles depuis ce jour-là sur la colline, il y a maintenant six mois et, à présent, elle regrettait amèrement de lui avoir rendu son bracelet d'agent du temps. Sans cela, il serait encore sur terre et elle ne serait pas là à pleurer seule son absence sur la tombe de Ianto.

"Il va revenir, Ianto j'en suis sûre. Et il viendra te voir, ne t'inquiète pas..."

La jeune femme se releva doucement et regarda tristement vers la tombe de son ami. Elle était simple, comme il l'aurait voulu, sans fioritures inutiles. Comme à ses yeux, Torchwood 3 était fini, Gwen n'avait pas respecté les règles de l'organisation concernant la disposition du corps des employés après leur décès.

En principe, les corps des défunts étaient conservés par Torchwood. Mais la jeune femme avait préféré le rendre à sa famille, pour qu'il ait la cérémonie qu'il méritait.

Elle avait espéré jusqu'au dernier moment voir apparaitre la silhouette du capitaine lors de l'enterrement mais il avait osé ne pas assister aux funérailles de son employé le plus fidèle. Cette absence avait brisé le cœur de Gwen et ce jour-là, à travers ses larmes, elle avait murmuré que Ianto aurait mérité mieux que ce lâche...

Avec Rhys, elle venait souvent rendre visite au gallois et elle espérait secrètement à chaque fois voir apparaitre sur la tombe un bouquet inconnu. Mais non. Il n'y avait toujours que le bouquet de lys blancs régulièrement renouvelé par Rhiannon. Aucune trace de Jack et cela désespérait la pauvre Gwen. Elle priait intérieurement pour que le capitaine n'ait pas encore oublié le jeune homme.

Le cœur lourd, l'ex-agent de Torchwood reprit son enfant dans les bras et s'appuya contre Rhys.

"Ils me manquent tellement..."
"Je sais chérie."

Il passa un bras autour de ses épaules et ensemble, ils refirent le chemin inverse vers le véhicule, sans un mot.

--------------------------------

Jack chantait doucement en berçant tout contre lui sa fille. Il avait été réveillé par ses cris et n'avait trouvé que cette solution pour la calmer. Malgré une couche propre pour laquelle il avait dû s'y prendre à deux reprises et un biberon de lait à bonne température, petite merveille n'avait pas arrêté de pleurer et les voisins de cabine commençaient à se plaindre du bruit incessant.

La capitaine avait alors pris son enfant dans ses bras, dans l'espoir de la calmer. Ce n'est qu'en entendant la voix mélodieuse de son papa que la petite avait cessé de pleurer. Jack avait chanté la première chose qui lui passait par la tête et au fur et à mesure des paroles, il s'était rendu compte qu'elles lui faisaient penser à Ianto, à ce qu'il ressentait pour lui.

"Night and day, you are the one
Only you beneath the moon or under the sun
Weither near to me, or far
It's no matter darling where you are
I think of you"


(Pour profiter vous aussi de la jolie voix...)

Nuit et jour il ne pouvait s'empêcher de penser au gallois. Son obsession...

Tout en continuant de chanter pour sa petite merveille, Jack sentit une larme couler le long de son visage. La douleur était encore là, bien présente et il se demandait si avec le temps elle s'atténuerait, comme tout le monde le lui promettait pour le rassurer.

--------------------------

Le 2 avril 2010:

Le docteur veut que je passe le voir tous les jours jusqu'au débarquement. Il souhaite vérifier que tout va bien pour l'enfant et moi.

Lorsque j'y suis allé aujourd'hui, je lui ai demandé de faire quelques photos. J'ai envie de garder des traces de cette incroyable aventure et je suis bien placé pour savoir qu'il n'y a rien de plus triste que de n'avoir aucun souvenir de son enfance.

Je n'ai aucune photo de ma famille, elles sont toutes parties en fumée avec l'explosion du Hub et je ne veux surtout pas la même chose pour ma petite merveille. Je veux le meilleur pour elle !





Mais je ne m'inquiète pas pour elle, elle n'aura pas à souffrir de la solitude comme moi. Il ne lui arrivera rien tant que je serai là, à ses côtés

Le docteur m'a gentiment réprimandé car je n'ai toujours pas choisi son prénom. Ce n'est pas facile tout seul... Qu'aurais-tu aimé toi, mon Ianto ? Je ne sais pas même si tu aurais aimé être père...

Allez je dois me concentrer ou alors elle s'appellera définitivement petite merveille. Et je ne pense pas que cela soit un prénom facile à porter...


-----------------------------------------------------

"Vous pouvez vous rhabiller Capitaine, j'ai fini de vous examiner."

Jack reboutonna sa chemise et remit son pantalon tranquillement, attendant l'avis du docteur.

"Je suis épaté. Il y a une semaine vous veniez me voir pour l'accouchement et aujourd'hui votre corps ne comporte plus aucune trace de votre grossesse. C'est comme si rien n'était arrivé. Même pas une petite vergeture."

Jack éclata de rire devant l'air dépité du médecin. On aurait dit qu'il était presque déçu de ne pas voir un peu de peau d'orange sur lui.

"Capitaine, vous êtes un véritable mystère pour la science!"
"Je prends ça comme un compliment." répondit-il avec un clin d'œil.

Cela faisait à présent trois mois que Jack se trouvait à bord du vaisseau et le voyage touchait à sa fin. L'équipage avait récupéré discrètement assez de pétrole et ils étaient en route vers la terre de l'an 2159.

Jack avait longuement réfléchi et avait décidé que, peut-être, ce serait le bon endroit pour commencer une nouvelle vie, loin de tout ce qui lui rappelait l'ancienne.

Le commandement de bord lui avait déjà promis des papiers d'identité, leur permettant à lui et petite merveille de s'installer à cette époque sans problème.

Il ne lui restait plus qu'un léger détail à régler: le prénom de l'enfant.

-------------------------------

Le 5 avril 2010:

Comment veux-tu t'appeler petite merveille??
Ce n'est pas en me regardant avec tes beaux yeux bleus que tu vas m'aider à trouver la réponse.

J'avais songé à t'appeler Rose. Comme cette amie que j'ai eue autrefois mais que j'ai perdue comme beaucoup d'autres...
J'ai également pensé à Martha, mais bizarrement j'ai vite effacé cette idée de mon esprit. Ça ne t'irait pas du tout ma puce.

Il y a également comme possibilité Tosh ou Gwen, mais je me suis rendu compte que je voulais démarrer une nouvelle vie avec toi.

Il est donc temps pour ton papa de faire table rase du passé et laisser les fantômes derrière lui.

Tu aurais été un petit garçon, le prénom était tout trouvé: John. Car Ianto et Jack sont tous les deux des dérivés de John à la base.

Mais je vois bien que tu as décidé de me compliquer la tâche et que tu as fait exprès d'être une fille.


--------------

Ce soir-là, en chantant à nouveau pour sa fille, Jack trouva enfin le prénom parfait pour sa petite merveille.

--------------------------

"Alors Capitaine? Qu'est-ce que j'inscris sur l'acte de naissance? Nous atterrissons dans deux jours, il me faut une réponse." insista le commandement de bord le lendemain matin.
"Melody."
"Pardon?"
"Elle s'appelle Melody."
"Melody Harkness, comme c'est joli."
"Non Melody Harkness-Jones s'il vous plait."




Citation:
L'endroit était étroit et plongé dans le noir. Seul un silence intense et inquiétant y régnait depuis un an. Oui, cela faisait une année complète maintenant que ce lieu exigu était coupé du reste du monde. Rien n'y était entré depuis et rien n'en était sorti. Un confinement parfait, sans la moindre faille. Les parois et le contenant avaient été choisis de manière à ce que le contenu reste intact le plus longtemps possible. Que son sommeil paisible ne soit jamais troublé par quoi que ce soit.

Les bords intérieurs étaient tous recouverts d'un velours rouge, le plus doux qu'il existe. Peu importait le prix, le meilleur avait été choisi. Au milieu de ce tissu coûteux, reposait un ange. Il paraissait plongé dans un profond sommeil. On aurait presque cru que d'un instant à l'autre il allait ouvrir les yeux et se mettre à bouger. Comme s'il attendait le baiser du prince charmant.

Malgré le temps qui avait passé, sa beauté n'avait pas été altérée. Dans son beau costume trois pièces, il était toujours le même. Seule manquait en lui cette petite étincelle de vie.

Tout à coup, ce silence presque religieux fut brisé. Une respiration profonde. Deux beaux yeux bleus qui s'ouvrirent et fixèrent le noir qui les entouraient.

Il mit quelques secondes à se rappeler ce qui venait de se passer et encore quelques autres pour comprendre où il se trouvait. Il tendit la main et comprit rapidement dans quel endroit confiné il était enfermé : son cercueil. Et la panique s'empara alors de lui.

Mais bien vite, il réalisa que cela ne l'amènerait à rien de s'angoisser ainsi. Au contraire, cela le ferait rejoindre encore plus vite l'endroit d'où il venait. Et il n'avait absolument aucune envie d'y retourner. Il prit une profonde inspiration et tenta de se calmer, de trouver une solution. Il était allongé sous terre, enfermé dans un cercueil avec de l'oxygène en quantité limitée. Vraiment pas de quoi paniquer.

Il donna un coup de poing contre la paroi au-dessus de lui mais elle ne bougea pas d'un millimètre. Il frappa encore et encore, en vain. Il tenta également les coups de pieds mais rien n'y fit. Il était bloqué et limité dans ses gestes.

Il prit à nouveau une profonde inspiration, savourant l'air passant dans sa gorge et se concentrant pour éviter la paniquer qui repointait le bout de son nez. Il devait bien y avoir un moyen de sortir de là. Il n'était pas revenu à la vie pour mourir à nouveau quelques minutes plus tard.

Il laissa ses mains descendre le long de son corps, à la recherche du moindre objet pouvant l'aider. Et soudain il sentit sous ses mains un objet métallique. Il laissa ses doigts le parcourir doucement et il le reconnut. L'objet parfait dans de telles circonstances.

-----------------------------

Henri aimait se balader sur son lieu de travail. Cela semblait étrange aux yeux de beaucoup de monde, mais lui, il appréciait vraiment de naviguer entre les différentes allées de son cimetière. Il vérifiait que tous ses pensionnaires allaient bien, remettait en place quelques pots de fleurs tombés à cause du vent et saluait les rares visiteurs.

Il était gardien de cet endroit depuis bientôt vingt ans et ne voudrait changer de travail pour rien au monde. Son père lui-même avait déjà été à ce poste et cela avait semblé naturel à Henri de prendre sa succession à sa mort .

Il regarda sa montre et s'aperçut qu'il était bientôt 18 heures, il était temps de fermer les portes et de laisser les pensionnaires tranquilles. Malgré ce que l'on pourrait croire, il avait beaucoup de travail et chaque journée était bien remplie pour Henri.

Tous les matins, il venait ouvrir les portes, qu'il fermait tous les soirs après un dernier tour dans les allées. Il devait également être disponible pour les visiteurs et était responsable de l'entretien des tombes et des espaces verts. Par exemple, ces branches de marronniers qui commençaient à se faire trop grandes et bien c'était à lui de les couper. Tout comme ce buisson qui avait grand besoin d'être taillé.

Perdu dans ses pensées de jardinage, Henri parcourut d'un pas distrait les allées du cimetière. Il préférait vérifier avant de fermer que tout était en ordre et qu'un visiteur ne s'attardait pas un peu trop longtemps auprès d'un être cher.

Il passa près d'une tombe fleurie et eut un sourire triste en regardant les dates sur la pierre. Mourir si jeune, quelle tristesse. A peine plus qu'un quart de siècle. Soupirant sur l'injustice de la vie, il commença à s'éloigner quand tout à coup, il entendit comme un bruit sourd.

Il se retourna, guettant le moindre mouvement. Sûrement encore ces sales petits jeunes qui venaient jouer au football entre les tombes dès la fin de l'école. Ces garnements ne respectaient vraiment plus rien. A tous les coups, ils étaient encore là pour lui faire une farce. Mais cette fois-ci, il ne se laisserait pas faire.

Le bruit retentit à nouveau et Henri fronça les sourcils. Il ne voyait personne autour de lui et il était pratiquement impossible de se cacher dans cette partie du cimetière. Il était donc seul ici. D'où pouvait alors provenir ce bruit?

Il tendit l'oreille et attendit que cela recommence. Quelques secondes et il l'entendit à nouveau. Il écarquilla les yeux de surprise en comprenant l'origine de ce son. Mais c'était absolument impossible... Il s'approcha et attendit encore, préférant être sûr avant d'agir. Lorsque le bruit résonna pour la quatrième fois, il se rua vers son office. Il n'y avait pas de temps à perdre.

Il revint quelques instants plus tard, avec les outils nécessaires. Une pioche et une pelle. Aussitôt il se mit à creuser, y allant de toutes ses forces. Lorsque le son retentit à nouveau, mais cette fois plus proche de lui, Henri cria de joie. Il ne s'était pas trompé.

" Tenez bon, j'arrive!"

Et il redoubla d'effort pour creuser encore et encore.

-------------------------------------------------------------

Il venait d'utiliser la dernière munition Quelle idée de créer une arme avec seulement cinq possibilités de tir ! Son dernier espoir venait de s'envoler. Il avait pensé qu'utiliser ce revolver alien capable de tout traverser serait une bonne idée et lui permettrait de percer les parois. Mais il avait oublié où il se trouvait exactement et il s'en rendait compte à présent que la terre emplissait les lieux. Heureusement il avait tiré au dessus de la partie inférieure de son corps, son visage restait donc encore à l'air libre.

En parlant d'air, il sentait bien que l'oxygène commençait à se faire rare. Chaque inspiration lui semblait à présent trop courte. Combien de temps pouvait-il lui rester? Une minute? Peut-être deux...

Cette fois-ci la panique s'empara totalement de lui et il ne fit rien pour la combattre. Après tout, il n'avait plus beaucoup d'espoir. Il laissa ses mains toucher un endroit où il avait tiré et tenta d'augmenter le trou qu'il avait créé. Il arracha frénétiquement les parois, et creusa à mains nues. La terre s'enfonçait sous ses ongles et il commençait déjà à sentir le bout de ses doigts qui le brulait. Mais il continua, il n'avait plus que ça à faire. Sa dernière chance.

Il avançait millimètre par millimètre et ses bras tout entiers le faisaient atrocement souffrir à présent. Il cria, hurla, mais seul le silence oppressant lui répondit. Ses yeux le piquaient et sa gorge commençait à devenir toute rêche. Mais il continuait de creuser.

Il ne savait pas depuis combien de temps il faisait ça, mais il refusait de fermer les yeux et de se laisser aller aux ténèbres qui l'envahissaient peu à peu. La tête lui tournait et il avait des difficultés à rester éveillé. Mais il tenait bon, il ne voulait surtout pas abandonner maintenant. Il lutterait jusqu'au bout. Jusqu'à son dernier souffle.

Tout à coup, il entendit un bruit juste au-dessus de lui et encore plus de terre s'écroula sur ses jambes. Il écarquilla les yeux de surprise et cria à l'aide aussi fort qu'il le pouvait. Il y avait une infime chance que quelqu'un soit en train d'essayer de le sauver et il ne pouvait pas laisser passer ça. Il cria encore et encore, ignorant la douleur qu'il ressentait à présent dans la gorge.

-----------------------------------------

Henri s'arrêta en plein geste et immobilisa sa pioche. Il n'avait pas rêvé, il venait bien d'entendre des cris non ? Il piocha alors avec précaution et sursauta lorsque l'embout toucha une surface dure, qui n'était certainement pas un caillou. Il jeta son outil à terre et s'agenouilla pour continuer à la main. Il n'était plus très loin et il ne pouvait pas prendre le risque de blesser quelqu'un.

"Enfin... En espérant qu'il s'agisse bien de quelqu'un" songea-t-il en retirant frénétiquement la terre qui recouvrait le cercueil.

Le gardien pouvait à présent sentir sous ses doigts le bois et il cria d'excitation:

"Tenez bon ! J'arrive !!"

--------------------

En entendant une voix à travers les parois, il retrouva l'espoir et lutta pour rester encore quelques instants conscient. Quelqu'un était venu le sauver, il n'avait pas le droit d'abandonner maintenant. C'était peut-être même lui qui était venu à sa rescousse. L'image de ce sauveur tant attendu lui tendant la main pour le sortir de cet enfer apparut dans son esprit et lui donna la force nécessaire de continuer.

"Je suis là ! Je suis là !"

Malgré le froid qui l'entourait et l'obscurité qui commençait à l'envahir, il continua d'essayer de creuser. S'arrêter équivalait à se laisser mourir à ses yeux. Et il n'était pas du genre à perdre face à la mort. Du moins pas une deuxième fois.

Peu à peu ses gestes devenaient de plus en plus lents. Ses bras lui paraissaient trop lourds, presque impossible à soulever. Il les laissa retomber contre lui et cessa de bouger. Il n'en pouvait plus. Il ne sentait même plus ses mains. Tout son corps lui semblait envahi de fourmillements et de vertiges. Il n'avait plus la force de lutter et lorsqu'il laissa ses paupières se fermer, la dernière image qu'il aperçut fut celle d'un rayon de lumière filtrant à travers les trous faits dans les parois du cercueil.

"Enfin..."

Et sur cette dernière pensée, il perdit connaissance.

------------------------------
Une fine pluie commençait à tomber doucement sur le cimetière et rendait la tache du gardien encore plus difficile. Ses doigts avaient tendance à glisser et la terre autour de lui devenait boueuse. Mais Henri n'y prêtait pas attention. Tout son être était tourné vers sa mission et rien ne pourrait l'arrêter avant qu'il n'en ait fini avec cette histoire.

Il avait bien avancé et se sentait fier de lui. Il avait réussi à déblayer une grande partie de la plaque supérieure du cercueil. Il ne restait plus qu'à l'ouvrir. Plus facile à dire qu'à faire...

Mais à la vue des trous qu'il venait de découvrir dans le bois des parois, cela allait être une tache plus aisée que prévu.

"Les bruits qui m'ont attiré ici viennent surement de là. Mais je me demande bien comment ils ont été faits. C'est pourtant du bois solide. Incassable qu'ils disaient !"

Mais ce n'était pas le moment de se poser des questions. Il y avait une personne qui comptait sur son assistance. En bon gardien de cimetière, Henri ne se déplaçait jamais sans une lampe torche attachée à sa ceinture. Il s'en saisit et éclaira l'intérieur du cercueil, tout en essayant de discerner ce qu'il contenait.

Il faillit lâcher sa lampe de surprise lorsqu'il aperçut des jambes et surtout une main humaine. Évidemment il s'était attendu à une telle découverte mais le voir de ses propres yeux lui causait quand même un choc. Un corps humain en bon état qui plus est. Il leva les yeux vers la pierre tombale et regarda la date de décès.

"Un an. C'est impossible que les vers ne l'aient pas encore bouffé."

Décidé à avoir le fin mot de cette étrange histoire et surtout à porter secours à cette personne, Henri arracha ce qui restait des parois et dégagea ainsi totalement l'accès au contenu du cercueil. Au fur et à mesure qu'il retirait des grandes morceaux de plaque, il voyait apparaitre un corps allongé, vêtu d'un beau costume.

"Tenez bon, j'y suis presque ! "

Quelques instants plus tard, Henri retira enfin ce qui restait du couvercle et il poussa un cri de surprise en regardant le corps du jeune homme qui y reposait. Il semblait inanimé et le gardien se demanda l'espace d'une seconde s'il n'avait pas rêvé les bruits et appels à l'aide.

Mais au point où il en était et vu le très bon état de conservation du corps il préférait vérifier. Avec grande difficulté, il le sortit du cercueil et l'allongea sur l'herbe humide.

Henri commençait à s'inquiéter et craignait d'être arrivé trop tard. Le jeune homme ne bougeait pas du tout. Il appuya sa tête contre son torse et perçut un léger battement de cœur. Le gardien soupira de soulagement, l'inconnu était seulement inconscient. Il pouvait donc encore être sauvé.

Il s'appliqua à lui prodiguer les premiers secours. En vain. En désespoir de cause, Henri s'autorisa un geste qui ne faisait pas partie de ses habitudes. Il secoua d'abord gentiment puis plus brutalement le corps inanimé, allant jusqu'à lui donner des petites claques sur le visage.

"Réveillez-vous, s'il vous plait ! "

Tout à coup, l'inconnu fut secoué de tremblements et avec une grande inspiration, il reprit connaissance. Totalement paniqué et ne comprenant pas trop ce qui lui arrivait, il fixa de ses beaux yeux bleus Henri, qui de son coté n'en revenait pas. Il n'aurait jamais cru qu'une telle situation lui arriverait un jour.

"Vous allez bien, Monsieur ? "

L'inconnu resta silencieux et commença à se débattre, à repousser le gardien penché sur lui. Ne souhaitant pas prendre de mauvais coups, Henri s'écarta. L'homme qu'il venait de sauver avait une attitude bien étrange et son regard un peu fou commençait à lui faire peur. Il valait mieux ne pas rester seul avec lui.

"Je vais aller appeler les secours, d'accord ? Ils vont vérifier que vous n'avez rien. Venez avec moi jusqu'à ma loge, je vous servirai un bon café en attendant."

Henri tendit la main à l'inconnu, voulant l'aider à se relever. Mais celui-ci le repoussa et recula. Il semblait réellement effrayé et le pauvre gardien n'avait aucune idée de ce qu'il devait faire. Souhaitant éviter de l'effrayer encore, il préféra opter pour la solution de facilité:

"Je vais aller téléphoner seul et je reviens de suite, d'accord ? Ne bougez pas, je n'en ai pas pour longtemps."

L'homme acquiesça doucement et Henri soupira de soulagement. Enfin une réaction positive. Cela le rassurait un peu sur l'état mental de cet inconnu. Pressé d'en finir avec cette histoire, il se dirigea d'un pas rapide vers sa loge.

------------------------------------------

Il avait froid et sentait que la fine pluie qui tombait le glaçait. L'homme qui l'avait sorti de cet enfer lui avait proposé de l'aide mais son contact lui avait donné la nausée. Avoir quelqu'un aussi proche de lui l'avait fait se sentir oppressé et il avait paniqué.

Il regarda le gardien partir et se recroquevilla dans un coin. Il savait ce qu'il était parti faire, appeler d'autres personnes. Mais il ne voulait surtout pas qu'on vienne le voir, le questionner et pire, le toucher. Il ne désirait voir personne et encore moins des inconnus.

Tout son être ne souhaitait qu'une seule personne à ses cotés. Il devait partir à sa recherche, lui dire que tout allait bien. Il se releva doucement, tremblant encore légèrement sur ses jambes. Il tituba quelque peu avant de finalement réussir à marcher doucement.

Il n'avait pas de temps à perdre, l'autre homme allait bientôt revenir. D'un geste machinal il épousseta son costume et se retourna.

Devant lui se tenait la preuve de l'incroyable miracle qui venait de lui arriver. Dans l'herbe, au milieu d'outils abandonnés et de morceaux de bois arrachés, il pouvait apercevoir le trou qui menait à son cercueil. Il ne comprenait pas encore ce qui s'était passé mais il ne doutait pas que lui, il aurait les réponses.

Tremblant, il leva doucement les yeux vers ce qu'il redoutait le plus. Il ne voulait pas le voir, mais pourtant il sentait qu'au fond de lui, il en avait besoin. Il voulait être certain de ce qui lui était arrivé. Ses yeux se levèrent doucement, centimètres par centimètres pour finalement atteindre leur but. Il frissonna en lisant les inscriptions de la pierre qui se tenait dressée là :



Fuyant cette atroce vérité, il partit en courant, aussi vite que son corps faible le lui permettait. Il n'avait aucune idée d'où il allait mais il savait juste qu'il voulait s'éloigner d'ici au plus vite.

_________________
Merci Duam^^

No, I am not a Johnette...


Dernière édition par missy le Jeu 8 Juil 2010 - 23:19; édité 12 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 3 Déc 2009 - 23:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
aviva94
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 51
Localisation: Dans les bras de mon Capitaine...
Féminin Bélier (21mar-19avr) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 08:44    Sujet du message: Waouh.. Répondre en citant

Un texte merveilleux. Pourquoi pas une suite ? Merci pour ces sentiments si bien exprimés. Crying or Very sad
_________________
Revenir en haut
Arianrhod
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2009
Messages: 305
Localisation: Montpellier
Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 10:13    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Je me suis régalée à la lecture de ton texte ... c'est très bien écrit et j'aime beaucoup la façon dont tu décrits les sentiments du Capitaine. 
Bravo ! et merci ... même si c'est triste ...
Tu as réussi à écrire après CoE, chapeau bas ! moi je ne m'y résout pas  Crying or Very sad

Ça serait bien que tu continues ... Jack et un p'tit bébé immortel, il y a là les ingrédients d'une bonne fic !!!
En tout cas, moi j'en redemande !!
_________________

Merci Samaël
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 10:22    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Citation:
Jack glissa la clé dans la serrure et entrouvrit doucement la porte de l'appartement. Il y entra silencieusement, comme s'il ne voulait surtout pas déranger.
"Pourtant il n'y a plus personne" songea-t-il avec tristesse.

Bon, ok, préparation mentale .... on est post CoE ... Ianto est mort .. il ne reviendra pas ... cerveau checké .. on peut continuer la lecture...

Citation:


Cela faisait déjà plus d'une semaine qu'il avait perdu définitivement Ianto et c'était seulement aujourd'hui qu'il avait trouvé assez de courage pour pénétrer dans l'appartement du gallois. Il s'apprêtait à partir en voyage tout autour de la terre et voulait auparavant dire une dernière fois au revoir au jeune homme.



Citation:


sa tombe dans le cimetière de Cardiff

Rien que d'imaginer sa tombe ... j'en suis tourneboulée ... Surprised

Citation:


Et puis, le cercueil ne contenait que le corps sans vie du gallois. Son âme, son esprit, tout cela était déjà loin. Jack espérait simplement, en venant dans son logement, ressentir encore un peu sa présence.

C'est tellement beau .. revenir chez son amant, juste pour essayer de "retrouver" sa présence, le sentir, l'imaginer ... sniff...

Citation:


Il referma la porte d'entrée derrière lui et se dirigea aussitôt vers la chambre à coucher. Il sourit doucement lorsqu'il vit que les draps du lit du gallois étaient encore défaits. Ce matin-là, avant de partir à l'hôpital enquêter sur les pique-assiettes, Jack lui avait fait l'amour passionnément et avait entrainé ensuite hors de l'appartement un Ianto furieux de laisser sa chambre dans un tel état.

ce sont des petits détails comme ceux-là qui permettent de se ra peller l'être aimé, des détails sans importance, des détails qui dans la vie de tous les jours peuvent être exaspérants mais qui nous manquent terriblement quand l'être aimé est parti.

Citation:


Il ouvrit la penderie et parcourut du regard la collection de costumes du jeune homme, en poussant un long soupir. Il ne pouvait voir quelqu'un dans cette tenue sans songer à lui désormais.

Comment faire autrement, même moi un costard 3 pièces cravate et tilt mon esprit dérangé imagine Ianto... Alors pour Jack, c'est plus que compréhensible...

Citation:


Pas plus qu'il ne pouvait déguster un café sans penser qu'il n'avait rien de comparable à ceux préparés par Ianto.

Idem ... Crying or Very sad ... bien que je n'ai jamais goûté un café de Ianto ... je me dis à chaque fois que j'en bois un ... "Si ça pouvait être un "Ianto's coffe" ...

Citation:


Il les toucha du bout des doigts et referma doucement la porte du meuble, lorsqu'il sentit les larmes lui monter aux yeux. Malgré le temps qui s'était écoulé, la douleur était toujours là, bien présente. Il avait même l'impression d'y être de plus en plus sensible.

Et elle mettra du temps à disparaître ... mais elle finira par s'atténuer ... mais jamais disparaître ...

Citation:


Il s'approcha du lit, s'allongea dessus et plongea sa tête dans un des oreillers, espérant y respirer encore l'odeur du gallois. Il resta ainsi quelques instants, l'esprit perdu dans ses souvenirs, tous remplis du jeune homme souriant à ses côtés.

c'est tellement injuste ... Crying or Very sad

Citation:


Il sentit le sommeil l'envahir doucement et il glissa les mains sous l'oreiller pour mieux s'en saisir et caler sa tête. Il ouvrit les yeux étonnés lorsqu'il sentit sous ses doigts un objet dur.

Curieux, il se redressa, souleva l'oreiller et découvrit en dessous le journal de Ianto.
Il posa sa main sur la couverture, un sourire triste aux lèvres.

"Je ne t'ai même pas laissé le temps de l'emmener avec toi, ce matin-là..."

Il se leva et glissa l'objet dans la poche de son éternel manteau militaire. Il ne voulait pas le lire, du moins pas maintenant. Il sentait que la peine qu'il ressentait était encore trop grande, et puis de toute façon, il avait le temps, il avait l'éternité devant lui...


Le journal de Ianto .... Son compagnon le plus fidèle... où il a déversé ses sentiments, ses doutes, ses peurs, ses questions, ses secrets les plus profonds... ça risque de nous le bouleverser ça notre capitaine s'il le lit ... mais il a le temps comme tu le dis...

Citation:


"D'une certaine manière, tu m'accompagneras partout..."

tu me brises le cœur là Missy ...

Citation:


Il se mit ensuite à faire une chose inhabituelle pour le capitaine Jack Harkness : il prit le temps de refaire correctement le lit du jeune homme. Cela lui prit plusieurs minutes, étant donné qu'il n'avait pas l'habitude, mais il tenait à le faire. Il voulait laisser l'appartement comme Ianto aurait aimé qu'il soit, c'est à dire impeccablement rangé.

c'est beau ... c'est touchant de voir qu'il y a pensé... il lui rend un hommage sincère par ce moyen ..

Citation:


Il fit un dernier tour dans l'appartement et prit quelques affaires avec lui. Il décrocha la photo qui les représentaient aimantée sur le frigo et la glissa entre les pages du journal. Elle avait été prise en cachette il y a plus d'un an par Tosh et Jack la chérissait particulièrement car il trouvait qu'elle les représentait bien.

Jack prit également avec lui sa chemise favorite, la rouge et il emporta aussi quelques autres photos de l'équipe Torchwood que Ianto gardait dans le tiroir de son bureau.

Quelques souvenirs et puis s'en va ... il vaut mieux sinon, il serait incapable de partir s'il restait plus longtemps, c'est pas sain de rester comme ça perdu au milieu des souvenirs ...

Citation:


Il soupira doucement et murmura:
"Au revoir Ianto."
Il sortit lentement et referma la porte derrière lui.



*************************************************

Citation:


Le 19 aout 2009
C'est ton anniversaire aujourd'hui... Tu aurais eu 26 ans... (...)

Si tu savais comme tu me manques... Je n'aurais jamais imaginé ressentir autant ton absence. Il ne se passe pas un jour sans que je pense à toi, sans que je me dise " oh tiens, Ianto aurait aimé ça" ou "Ianto aurait été furieux là". Tu occupes chacune de mes pensées...
La vie sans toi à mes côtés a quelque chose d'affreux.
J'en suis même malade physiquement... Je ne me rappelais même plus ce que cela faisait d'être souffrant.



Jack qui écrit dans le journal de Ianto à la suite de ses derniers mots, le jour de son anniversaire, c'est poignant ... surtout qu'il avoue enfin ses sentiments, sa tristesse et l'envie de s'accrocher à son souvenir en gardant l'appartement...

Citation:


Depuis quelques semaines, il ne se reconnaissait plus. Après avoir quitté l'appartement du gallois, il était parti parcourir le monde comme prévu et il se trouvait actuellement aux États-Unis. Il avait pensé que tout cela lui changerait les idées, l'aiderait à passer à autre chose, mais chaque pas sur cette planète lui rappelait qu'il était responsable de la mort d'êtres chers... Steven, Ianto, Tosh, Owen et même Suzie...

Mais non ... ce n'est pas sa faute !!!!!!!!!! mais va lui faire comprendre ça ... Sad Et comment vivre à un endroit alors que tout ce qu'on voit nous fait repenser à nos disparus .. je ne peux que le comprendre ...

Citation:


Il soupira profondément et se releva de son siège, prêt à partir vers d'autres contrées. Mais il sentit tout à coup une douleur vive dans son ventre et il se rua vers le cabinet de toilettes le plus proche. Il pencha la tête et vomit. Il ne savait pas d'où cela venait mais depuis quelques jours il avait des nausées assez violentes.

"La culpabilité prend parfois de drôles de forme" songea-t-il en s'aspergeant de l'eau sur le visage quelques instants plus tard.

Surprised Surprised Surprised Surprised Heu .. ne me dit pas qu'il a des nausées matinales ... Confused

*********************************************

Citation:


Elle ne se doutait pas qu'il était là pour lui faire ses adieux. Il avait pris sa décision il y a quelques semaines. Il allait quitter la planète Terre pour voyager encore plus loin et commencer une nouvelle vie.

good bye my lover, good bye my friends ... Crying or Very sad

Citation:


Un léger vent frais le fit frissonner et il referma son manteau militaire, espérant par la même occasion que cela suffirait à cacher son état. Il n'avait pas envie de le révéler. Il sentit le journal de Ianto dans sa poche et le sortit pour relire ce qu'il y avait écrit ce matin.

Son état .. .. alors j'avais raison ... Jack est ... Surprised Surprised

Citation:


Le 9 janvier 2010:

Nous venons d'entrer dans une nouvelle année et je viens seulement de le remarquer. Il faut dire que j'ai d'autres choses en tête... Déjà six mois que tu es parti... Il me semble que c'était hier...

J'ai donné rendez-vous à Gwen et Rhys pour leur dire au revoir. Il est temps que Gwen passe à autre chose et se consacre à la petite famille qu'elle est sur le point de créer.
Je vais partir et fonder ma propre famille de mon côté.
Je pensais que la culpabilité me rongeait... ou que ton absence me rendait malade. Mais je me suis trompé, c'était autre chose.
Je m'étais promis de ne plus jamais être enceint, mais je ne veux surtout pas gâcher cette nouvelle opportunité qui s'offre à moi... à nous...

Qui aurait pu imaginer ce que ce court instant dans la station service allait provoquer en moi ? Tu venais de me libérer de ce bloc de béton et nous nous étions arrêtés pour que je puisse faire une courte toilette. Tu m'as alors rejoins et je me suis offert à toi. Ce fut court et intense. Nous avions tous les deux besoins de nous prouver que nous étions en vie après l'épreuve que nous venions de traverser. Je chéris encore plus ce souvenir de notre dernière fois ensemble depuis que je sais. Maintenant, en y repensant, sachant ce qui a été créé, ce moment me parait encore plus merveilleux.


J'avais raison !!!!!!!!!!!!!!!!

Citation:


Cette petite chose en moi doit bénéficier de mon immortalité car malgré mes nombreuses morts depuis lors, elle est toujours là. Elle s'accroche. La vie a quelque chose de magique parfois.
Je quitte ce soir la planète terre et j'emmène avec moi un morceau de toi...


Superbe conclusion sur une phrase magnifique ...

***********************

Tu viens de signer un superbe One shot Missy ...

Rempli de tristesse, de souvenirs, de peine mais aussi et pour finir, de joies, de promesses pour le futur et l'arrivée d'un petit être (fille ou gars) qui sera je le pense pourri(e) gâté(e) par papa Jack ...


Merci pour cette histoire (qui mérite une suite ) tu as encore réussi à me faire verser ma larme à la fin...
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Reinette
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 918
Localisation: Budapest
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 10:44    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Réactions pré-lecture :

C'est quoi ça ? Ooooooh, post CoE... de bon matin là comme ça ? Aller, un bon thé, un peu de zik et allons-y !


Réactions post-lecture :

J'ai coupé la musique, j'ai pas touché à mon thé, j'ai gardé les yeux fixés sur l'écran sans bouger d'un poils à par pour faire défiler le texte... je crois que la seule chose qui m'a empêché de verser une p'tite larme c'est la pensée que j'étais assez malade comme ça et que c'était pas la peine d'en infliger plus à mon pauvre nez Mr. Green


Missyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy... ma moitié chérie, c'était un texte magnifique ! Tout le passage dans l'appartement de Ianto, aaawwwwww c'est trop mignon Crying or Very sad . Pauvre Jack... puis les petites "anecdotes" que tu places/inventes ici et là, comme la photo, gniiiiii...
Ca va pas de poster des choses pareilles à cette heure là ? On lit ça au réveil et hop, Dépression on Toast ! J'vais ramasser les restes de duam d'ailleurs...

J'suis fan de la photo... qui veut nous faire un fanart façon "photo prise en douce" ? ^^

J'aime beaucoup aussi l'attitude et les souvenirs de Jack avec le lit, c'est touchant. Pareil avec les costumes...

Bon en revanche j'ai pas pu m'empêcher de sourire en imaginant la tronche de Gwen qui voit Jack enceint... "snap" Mr. Green

Et la fin avec le mini Ianto-Jack... j'suis pas très chamallow-fleur bleue avec les enfants, mais pour le coup : gniiiiiiiiii... (la tronche du Doc qui croise Jack avec un bébé... )

Le pire c'est que j'imagine bien un épisode où Jack revient dans l'appartement de Ianto. Enfin c'est pas le style de RTD de faire dans la dentelle (ça se saurait...), mais je le visualise bien, c'est pas un comportement qui me choque de la part de Jack. Donc très jolie fic, belle histoire bien pensée, très touchante, et superbement bien écrite !!


_________________


-- [ Militante du CARV ODTD, atteinte d'OJSD et OBCD, Présidente des FFFATBI ] --
Revenir en haut
evan's
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Nov 2009
Messages: 51
Localisation: Drome
Féminin Verseau (20jan-19fev) 馬 Cheval

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 17:56    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

C'est vraiment trop beau, j'en avait les larmes aux yeux, c'est trés trés bien écrit !

Jack qui retourne dans l'appartement, tous ses bons souvenirs.

Ca remonte quand même le moral, surtout si Jack mais au monde un adorable Ianto Junior.

Merci bien, et peut être une suite Question   Okay
_________________
Il n'y a rien de plus commun, que de vouloire être hors du commun.
Revenir en haut
MSN
Tessa
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Oct 2009
Messages: 100

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 18:14    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

  Je suis sans doute  bêtement sentimentale, mais la lecture de ta fic m'a mis les larmes aux yeux. Elle est trés bien écrite, les réactions de Jack sonnent justes, et la surprise finale, même si elle est inattendue, remonte le moral aux pauvres téléspectateurs victimes de scénaristes sans cœur
      Tessa 
Revenir en haut
Shara
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2009
Messages: 61
Localisation: Et tic et tac et tic et tac
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Déc 2009 - 23:32    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Admirablement bien écrit... Je suis d'habitude du genre assez "sentimentale" (non pas que j'aime les histoires à l'eau de rose et autres >.<) quand je lis/regarde des fictions comme des livres, des films ou des séries et quand quelqu'un meurt, je deviens toujours une fontaine. Pourtant, je n'ai pas pleuré à la mort de Ianto, et pourtant je l'aime ce coco !  J'ai pas bien comprit pourquoi, ça me ressemble pas ! 
  Peut être le feu de l'action...  Mais en tout cas, avec ton histoire j'étais au bord des larmes. Merci ! (Oui, sadique qui remercie d'être triste !
)
Revenir en haut
yeles
Time Agent
Time Agent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2008
Messages: 4 108
Localisation: les yeux dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 5 Déc 2009 - 00:21    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Ce texte m'a énormément touchée... à un point que personne ne peut vraiment imaginer.

Retourner sur le lieu de ses amours perdues, pleurer l'être disparu... quelle déchirure et quelle souffrance...

Mais sentir grandir en soi un "souvenir" de cet être. Vivre ce moment si magnifique seul... Rien n'est plus douloureux et en même temps rien n'est plus magnifique. Tu as réussi à faire ce que David avait réussi aussi avec la fin de sa fiction... me faire pleurer.

J'espère qu'il y aura une suite... que je me ferai un vrai plaisir à betatester aussi Smile

Encore bravo !
_________________
thx sis' pour avoir tenu la caméra Smile


Dernière édition par yeles le Sam 9 Jan 2010 - 14:07; édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Marguerite
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2009
Messages: 375
Localisation: Beauvais
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Sam 5 Déc 2009 - 00:42    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

C'est magnifique. J'ai eu les larmes aux yeux en lisant ce texte. D'un certain coté, j'aimerais qu'il y ait une suite mais d'un autre non. Ce texte est une perle, quelque chose d'unique. Personnelement, je pense que ce chapitre unique suffit amplement. Il a tellement d'émotions en lui qu'une suite ferait perdre de l'intensité à ce texte.
Voila, c'est un texte écrit avec brio et parfaitement maitrisé.
_________________
Sainte Marguerite, protectrice des pervers et dépravés

Revenir en haut
Mordax
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2008
Messages: 883
Localisation: Somewhere with Matt Smith
Féminin

MessagePosté le: Sam 5 Déc 2009 - 14:09    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Ouah ! C'est très beau et touchant, franchement bravo.
_________________

... Angels have the Phone Box ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Rosa020
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Sep 2009
Messages: 17
Localisation: À genoux sur les ruines du Hub, pleurant en silence les morts et les égarés, une rose à la main.
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien

MessagePosté le: Sam 5 Déc 2009 - 15:28    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

C'est adorable, bravo ! Tu ne pouvais pas mieux trouver pour remonter le moral des troupes ! Je veux une suiiiiiiiiiiiite !!!!!!!!
_________________
Le silence de l'univers. La galaxie tournant lentement. La Terre effectuant son voyage sans fin autour du soleil. La Grande Bretagne qui s'éveille. L'effervescence de Cardiff à l'heure de pointe. Ianto. Jack. Et ces foutus haricots... !!
Revenir en haut
nath7
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2009
Messages: 255
Localisation: dans les étoiles avec ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Sam 5 Déc 2009 - 22:24    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

missy a écrit:
Titre : Un morceau de toi

note de l'auteur: je ne sais pas encore si ça sera le début d'une série ou si cela restera un chapitre unique. j'hésite encore.





alors là définitivement : je vote / prie pour une suite stp touchant, triste trés triste IL est mort  
la photo genre paparazzi : j'en veux une copie !!

allez tout mes encouragements  

_________________
Le couple JIanto me fait fondre et plus encore
CARPE DIEM
Revenir en haut
Captain Jack's coat
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2009
Messages: 33
Localisation: Vendée
Féminin Balance (23sep-22oct) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 18 Déc 2009 - 19:01    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

J'adoooooooooooore !! Excellente idée !

Rien à dire de plus, j'ai adoré !
_________________
By the way, I love the coat.
Revenir en haut
Gribouille
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 18 Déc 2009 - 20:27    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4) Répondre en citant

Je viens de lire ton texte et c'est vraiment magnifique....je pense que ce chapitre suffit à l'histoire par elle-même et que tu ne saurais mieux exprimer tes pensées et leurs sentiments dans des lignes supplémentaires...c'est parfait comme ça...un jet d'intensité...et pour une si "jolie" et émouvante conclusion. Okay

Y'a juste une chose qui m'a gênée dans ma lecture alors j'en ai fait abstraction pour les lignes suivantes et c'est très bien passé donc à prendre en note, j'en ai parlé dans le topic BoT Fic....vous pouvez le faire. Wink
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:37    Sujet du message: Un morceau de toi ( chapitre 4)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Torchwood fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com