Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[terminé] sortis des ténebres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Torchwood fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
athenalix18
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 34
Localisation: toulouse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Lun 15 Fév 2010 - 10:46    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Spoilers : avant l'épisode 12 saison 1. In Tenebis-Maxime Chattam
Disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas, je ne fais que les emprunter. Merci à Russel T Davies et à la BBC de les avoir créés.Par ailleurs tout ce qui concerne les personnage et l'histoire de In Tenbris appartiennent a Maxime Chattam.
Résumé : après une activté de la faille, d'étranges tueurs sévissent a Cardiff.
Un très grand merci a Tessa pour toutes les corrections qu'elle a apporté ainsi que pour ses encouragements.

Dans un terrain vague, mercredi, aux alentours de 9h45… L’équipe enquêtait sur un meurtre. La victime avait été retrouvée nue et scalpée dans un terrain vague à l’entrée de la ville. Si Torchwood travaillait sur cette affaire, c’est qu’une activité de la faille avait été détectée à la même heure et au même endroit. Mais pour l’instant, rien ne semblait montrer que quelque chose d’alien soit responsable du meurtre. Ianto s’ennuyait ferme et il avait froid, il était seulement 9h49, et cela faisait plus d’une heure qu’ils étaient sur le terrain, et jusqu’alors, ils n’avaient rien trouvé, même pas le plus petit indice. Owen était toujours en train d’examiner le corps, Jack continuait à faire le tour du terrain, presque de manière désespérée et Tosh était restée au hub pour visionner les caméras à la recherche du tueur. -Comme je le disais, nous…
Ianto sursauta, il rêvassait et avait oublié la présence de l’officier de police à ses cotés.
-Excusez moi, dit il, je n’ai pas compris ce que vous venez de dire.
-Je disais que nous aimerions pouvoir emporter le corps, répéta l’officier, vous comprenez, pour pouvoir commencer l’enquête…
Il semblait mal à l’aise et hésitant. Ianto retint tant bien que mal un soupir, d’habitude, c’était Gwen qui s’occupait du lien avec la police, mais elle avait téléphoné la veille pour dire qu’elle était malade et ne viendrait pas les prochains jours et il s’était retrouvé sur le terrain, à prendre la place de la jeune femme.
-Attendez ici un instant, je vais me renseigner auprès de mon chef.
Il laissa l’officier pour rejoindre Jack à l’autre bout du terrain.
-Ah Ianto! s’exclama ce dernier, alors comment ça se passe?
Le Gallois leva les yeux au ciel en souriant.
-Je ne sais pas comment Gwen peut faire, fit il mine de se plaindre, ces policiers sont vraiment…. Il ne finit pas sa phrase mais son air exprimait sa pensée. Enfin toujours est- il que notre ami veut ``emporter le corps pour commencer l’enquête``. Je lui dis quoi?
Jack passa un bras sur les épaules du Gallois qui contrairement à son habitude ne se déroba pas, ce qui étonna Jack, et ils se rendirent ensemble auprès de l’officier chargé de l’enquête. Jack prit la parole après avoir lâché Ianto.
-Bonjour commissaire…
-Heu …en fait c’est seulement sergent, le coupa l’homme.
-Pardon sergent, Torchwood va s’occuper de ce corps, ainsi que de l’enquête qui va suivre.
Le sergent était de plus en plus mal à l’aise, se tordant les mains sans arrêt.
-C’est que.., il s’agit d’un meurtre, et celui-ci n’a rien à voir avec le genre de crimes sur lequel vous travaillez normalement, bredouilla-t-il.
-Ne cherchez pas , sergent, dit le capitaine commençant lui aussi à s’impatienter, Torchwood reprend cette affaire. Un point c’est tout. Au fait pourrais-je savoir votre nom?
-Heu …sergent Ethan Jenkins, répondit l’homme , surpris.
-Bien , sergent Jenkins, renseignez- vous la prochaine fois, vous saurez que Torchwood a la priorité, martela Jack, ne cachant pas un certain mépris. Jack planta là le sergent et ses hommes, entraînant Ianto avec lui. Tous deux se rendirent auprès du médecin.
-Alors Owen, tu peux nous en dire plus?
Le médecin leva la tête. Il se leva en retirant ses gants blancs.
-C’est une femme, commença-t- il, je dirai dans les 25, 30 ans, pas plus. J’ai bien peur que ce que j’ai découvert ne soit pas beau à entendre. Je ne sais pas si ce qui lui a fait ça est alien ou non, mais en tout cas c’est un meurtre des plus barbares. Je préfèrerais faire plus d’examens à la base avant d’en dire plus.
-D’accord, on rembarque tout, conclut Jack. Ianto , préviens- les ,ajouta-t-il en montrant de la main les policiers qui attendaient toujours.
Pendant qu’Owen et Jack mettaient le corps dans le SUV, Ianto précisa aux hommes qu’ils pouvaient disposer. Il prévint ensuite Tosh qu’ils étaient en route.
-Ianto! cria Jack depuis le véhicule, tu viens ou on te laisse ici?
Ianto se précipita dans le SUV et prit place à l’arrière. Il n’avait pas encore fermé la portière que le capitaine démarrait. Décidément, cet immortel avait beau avoir la vie devant lui, il était toujours pressé.
Plus tard au hub.
-Bon , Owen tu vas nous dire ce qui a tué cette fille? s’impatienta le capitaine.
Le médecin avait passé presque deux heures à examiner la jeune femme et tout ce qu’ils avaient pu récolter aux alentours, mais il n’avait toujours pas fait de rapport au reste de l’équipe qui tournait en rond en attendant.
Finalement, il remonta avec plusieurs feuilles de papier dans les mains et rejoignit les autres en salle de réunion.
-Bien, dit-il après s’être assis, elle n’est pas dans les fichiers des personnes disparues, mais je continue les recherches de ce côté là.
-Tu as la cause de la mort? demanda Jack.
-Il y a plusieurs causes, enfin, c’est une accumulation de choses : elle a été violée, battue, brûlée, celui qui lui a fait ça l’a ``scalpée`` alors qu’elle était toujours en vie, expliqua le médecin, elle est restée dans cet état pendant deux jours, je dirais, au vu de la cicatrisation des blessures, pendant ce temps, il a continué à la maltraiter et… enfin vous comprenez. Puis il l’a abandonnée dans ce terrain vague, elle était encore en vie à ce moment là, mais à bout de force, elle avait une hémorragie interne, elle est morte à peine quelques minutes avant que nous n’arrivions sur place.
-Celui qui lui a fait ça était alien? demanda le capitaine.
-Je ne pense pas, dit Owen, par contre j’ai retrouvé pas mal de trace d’énergie de la faille sur elle. Et puis… enfin, elle avait dans les mains des cheveux, j’ai d’abord pensé que c’était les siens, mais après analyses, il s’avère que ce sont ceux d’une autre femme.
La nouvelle laissa les autres bouche bée, Tosh poussa même un petit cri.
-Tu veux dire qu’il y a une autre femme dans son état quelque part? demanda-t-elle.
-J’en ai bien peur, confirma Owen, mais il y a quelque chose que je ne comprends pas, je… enfin, d’après moi et c’est presque confirmé par les analyses, le tueur est tout ce qu’il y a d’humain, pourtant, cette fille semble sortir de la faille, j’avoue que, là, je suis perdu.
Le reste de l’équipe resta silencieuse pendant quelques minutes.
-Bon , Owen, tu finis les analyses, Tosh ,regardes s’il n’y a pas en d’activités suspectes de la faille quand cette fille a été enlevée. Ianto , tu viens avec moi, on a repéré quelques weevils pas loin. Si vous avez le moindre indice de plus, vous me prévenez immédiatement.
Il quitta la pièce, suivi de Ianto, puis de Tosh et Owen.
Ianto attrapa en passant le manteau du capitaine et les deux hommes rejoignirent le SUV. Le Gallois n’avait toujours rien dit, il semblait troublé, ce dont se rendit compte le capitaine, mais il n’eut pas l’occasion de poser de questions, la chasse se révélant plus ardue qu’il ne le pensait.
Quand ils rentrèrent au hub deux heures plus tard, Ianto n’avait toujours pas dit un mot.
Pendant 3 jours, ils n’eurent aucune nouvelle activation de la faille semblable à celles qui s’étaient produites pour l’apparition du squelette et de la fille.
-Jack! appela Tosh alors qu’ils passaient la porte, on a un nouveau cadavre. Même chose que la première, scalpée.
Le capitaine jura.
-Où ça?
-A l’est de Bute Park, du coté de l’A470.
-Ok, comme ce matin donc. Tosh, tu restes ici, Owen, Ianto, au SUV. Tosh, essaie de trouver un point commun entre ces cadavres et la faille.
L’informaticienne acquiesça et les trois hommes partirent.
L’entrée du parc avait été fermée et elle grouillait de voitures de police.
-Oh flûte! pesta Ianto, personne ne les a prévenus que c’est Torchwood qui s’occupe de cette affaire
-Bah ! ne t’en fais pas Ianto, je me charge de me débarrasser d’eux, dit Jack en souriant.
-C’est vrai? s’exclama le Gallois, visiblement inquiet
-Je plaisantais, Ianto! Non mais, franchement, ces flics ont le don de me rendre cinglé.
Le pauvre Gallois soupira.
Vivement que Gwen se rétablisse, pensa-t- il en observant d’un œil noir l’attroupement d’hommes en uniforme.
Le simple mot Torchwood empêcha les policiers de leur poser des questions. Pendant que Ianto s’occupait de leur faire quitter les lieux, Owen s’agenouilla à côté du cadavre et Jack commença à chercher aux alentours, mais le parc était vaste et très fréquenté, il y avait peu de chances pour que les traces du tueur n’aient pas été piétinées ou souillées par les promeneurs, les passants… cependant, Jack se mit à la tache avec attention.
Au bout d’une heure environ, Ianto le rejoignit comme il l’avait fait le matin même.
-C’est bon, ils sont en train de partir, dit le jeune homme, par contre ils ne m’ont pas l’air très doués, ceux là, ils n’ont même pas été capables d’établir un périmètre de sécurité convenable et ils ont laissé des traces partout sans chercher le moindre indice…
Jack ne put s’empêcher de rire devant l’air horrifié du Gallois.
-Tu sais parfaitement que les flics locaux n’ont pas l’habitude des meurtres, dit- il en lui donnant une tape sur l’épaule, les seuls à répertorier sont ceux causés par les weevils… et là encore c’est nous qui reprenons les affaires.
Ianto continua à grommeler, mais pour la forme. Owen finit par revenir à son tour vers eux.
-Même chose que pour notre première victime, mais il me faudra plus d’analyses pour en être sûr, dit il. On peut y aller.
Ils emportèrent le corps et les quelques échantillons qu’avait ramassés Jack et rentrèrent au hub.
Sitôt à la base, Owen s’enferma dans la salle d’examen, Ianto prépara du café pendant que Jack faisait le point avec Tosh. La jeune femme avait découvert quelque chose susceptible d’être utile.
-Je me suis rendue compte, commença-t- elle, que le signal de la faille était sensiblement différent de celui de d’habitude : enfin quand elle rejette quelques weevils ou ce genre de choses C’est quelque chose de vraiment petit, j’ai presque failli passer à coté, mais cela s’est reproduit.
-Comment ça?
-En fait, c’était il y a une semaine et demi, du coté du boulevard de Nantes, pas loin du New Théâtre, nous y étions allés, mais la seule chose que nous y avions trouvée c’était un squelette complètement nettoyé… Et bien… le signal est le même que lorsque la victime a été découverte.
-Et pour celle de tout à l’heure? demanda Ianto qui arrivait.
-En fait la faille ne s’est pas activée, avoua Tosh. Peut-être que la victime n’a rien à voir avec cette affaire.
Jack allait protester quand Owen remonta.
-Elle a bien été victime du même tueur, dit il sans préambule, mêmes sévices que pour notre précédente victime, elle a aussi été scalpée, par contre elle n’avait pas de cheveux dans la main, et ceux qui étaient avec notre inconnue n°1 ne sont pas les siens, ce qui fait que nous avons au moins une autre victime potentielle. En outre, elle a, elle aussi, des traces d’énergie de la faille.
-Tu as son nom? demanda Ianto.
-Janice Baker, elle faisait partie des personnes disparues, depuis une semaine. Par contre, aucune nouvelle de la première fille, c’est presque comme si elle n’avait jamais existé.
-Ok. Tu as fini les analyses sur le squelette de la semaine dernière? demanda Jack.
-Non, je n’ai même pas eu le temps de commencer la moindre recherche.
-Alors commence immédiatement, ordonna Jack, d’après Tosh, il y a un point commun entre ce squelette et ces meurtres.
-Je m’y mets tout de suite, je vous préviens si j’ai des nouvelles.
-Ah… et les deux filles, est-ce qu’elles ont des points communs? Âge, race… demanda Ianto.
-Pas vraiment, enfin, la première a dans les 25, 30 ans, Janice Baker en avait 17, et notre première victime était plutôt de type hispanique alors que Janice a des origines africaines. J’avoue qu’il n’y a aucune logique dans le choix des victimes si c’est ce que tu veux savoir, dit le médecin. Je vais m’occuper de ce squelette.
Il redescendit dans la salle d’autopsie.
-Tosh, lance une recherche dans le fichier des personnes disparues, il faut répertorier les disparus depuis une semaine et demi.
L’informaticienne s’attela à la tache, Ianto alla préparer un peu plus de café, il était toujours aussi silencieux, aussi Jack l’accompagna.
-Ianto, qu’y a-t-il? demanda le capitaine lorsqu’ils furent seuls.
Le Gallois le regarda sans comprendre.
-Il n’y a rien, monsieur, pourquoi?
Jack secoua la tête, Ianto souriait, pourtant ses yeux fuyaient les siens, ce qui chez lui était un signe évident qu’il cachait quelque chose.
-Tu n’as pas décroché un mot depuis un long moment, tu es comme perdu dans tes pensées, et à la tête que tu fais, elles ne sont pas gaies.
Le Gallois lui tourna le dos, faisant mine de s’occuper de la machine à café, mais il tremblait et cela l’empêchait de faire quoi que ce soit de correct. Jack s’en aperçut et il s’approcha de lui, se collant contre son dos et l’enserrant par la taille. Collant sa joue contre celle de Ianto, Jack demanda:
-Qu’est-ce qui t’arrives?
Il sentit des larmes couler le long des joues de son ami.
-Je ne sais pas, dit ce dernier en sentant ses jambes se dérober. Je…
Il chancela, heureusement pour lui, Jack le tenait et il lui évita de se cogner la tête contre le coin de la table.. Doucement, le capitaine le soutint jusqu’au sofa où il attendit qu’il se reprenne…
Lorsque le Gallois ouvrit les yeux, le visage de Jack fut la première chose qu’il vit.
-Ça va pas de me faire des peurs pareilles? se plaignit le capitaine. Tu vas me dire ce que tu as à la fin?!
Ianto se redressa malgré les protestations de son chef, il semblait de plus en plus inquiet.
-Jack , dis- moi que les cheveux retrouvés sur la première victime n’étaient pas roux.
Surpris de la question, le capitaine ne sut que dire.
-je n’en sais rien, attends je vais demander à Owen.
Il revint quelques minutes plus tard.
-Ils étaient roux, confirma Jack, comment tu le savais?
Ianto se laissa aller en arrière en fermant les yeux.
-Tu sais quelque chose à propos de cette affaire? interrogea Jack.
-Je n’en suis pas sûr, commença Ianto, c’est tellement étrange, voir même impossible, je ne suis même pas sûr que ce soit vrai.
-Explique!
Jack commençait à s’impatienter.
-En fait je pense que notre tueur est sorti d’un livre, ne me regarde pas comme ça! ajouta le Gallois en voyant l’air sceptique de Jack, c’était après l’épisode des cannibales, je… j’avais besoin de comprendre pourquoi ils faisaient ça, je sais que Gwen a parlé avec leur chef, et que ce type faisait ça parce que ``ça lui faisait plaisir``, mais à mes yeux ce n’était pas une explication suffisante. En faisant quelques recherches, j’ai trouvé un livre dont le thème s’en approchait, enfin, tu comprends…
Se souvenir de cette histoire, même plus d’un an et demi après rendait le jeune Gallois extrêmement nerveux, malgré la présence de Jack à ses coté et ses bras protecteurs autour de ses épaules, Ianto tremblait de plus belle.
-Quel est le rapport entre le livre et cette histoire? demanda doucement le capitaine.
-Le livre s’appelle « In Tenebris », l’histoire commence par la découverte d’une fille courant nue à travers Manhattan, elle avait été scalpée, et tenait dans sa main le scalp d’une autre fille, des cheveux roux.







   Jack commençait à comprendre où voulait en venir son compagnon, mais il devait y avoir une autre explication.
-Il se peut aussi que le tueur se soit inspiré du livre, argumenta-t-il.
-Jack, cette fille ne semble pas exister, elle n’apparait dans aucun fichier quel qu’il soit, elle est apparue en même temps qu’une ouverture de la faille, et surtout, le signal de cette apparition est le même que celui de l’apparition d’un squelette entièrement nettoyé. Et puis dans ce bouquin, il y avait quatre tueurs, le premier, celui qui a scalpé les fille les battait, les violait, enfin… tout ce qui est arrivé, il était en train de s’initier à une sorte de secte, le second tueur travaillait dans une usine de découpe de viande, lui et sa sœur tuaient hommes et femmes, il… enfin peu importe ce qu’il faisait, le plus important c’est le troisième, Bob, je crois, il avait des dizaines de victimes à son actif, il…enfin, il les enlevait, les séquestrait pendant quelque temps, et il les tuait pour…
Ianto fit une pause :
- Jack ! C’était des cannibales, ils sélectionnaient les victimes en fonction de leurs envies, de ce qu’ils voulaient sur le moment, et avec l’aide du second tueur, ils faisaient passer de la viande humaine pour de la viande animale ; enfin, ils la mettaient sur le marché, dans les grandes surfaces, ce genre de magasins, mais le plus important, c’est que la seule chose que l’on a retrouvée des victimes mortes, ce sont des squelettes parfaitement nettoyés, puis il y a le dernier, leur chef, il est le pire de tous, c’est sa folie qui a poussé les autres à ce genre d’actes. A mes yeux, ça fait un peu trop de points communs, le squelette, la fille avec le scalp roux, et cette autre victime sur laquelle on a retrouvé des traces d’énergie de la faille, comme si son tueur sortait de celle ci…
Jack gardait le silence, ce que disait Ianto était vraisemblable, mais cela n’était jamais arrivé : ne sortait de la faille que quelque chose ou quelqu’un ayant une existence réelle, jamais la faille n’avait donné vie à quelque chose d’inexistant.
-Je vais demander à Owen de vérifier.
Le Gallois baissa les yeux en acquiesçant, il avait besoin de quelques minutes pour reprendre contenance, Jack l’embrassa sur le front avant de se lever.
- Si ça ne va vraiment pas, préviens-moi, murmura le capitaine, n’importe quand.
-Ça va aller, ne t’en fais pas, répondit le jeune homme. Il faut trouver ce malade avant qu’il ne fasse trop de mal, qu’il soit de ce monde ou d’un autre.
Après un dernier regard, Jack le laissa pour rejoindre Owen. Ianto resta seul, pendant près de dix minutes il s’appliqua à faire le vide en lui pour se calmer ; quand enfin ses tremblements cessèrent, il se leva et quitta le hub.
-Je reviens, Tosh, dit-il avant de sortir, il faut que je récupère quelque chose chez moi. Préviens Jack.
Il avait disparu avant que la jeune femme n’ait pu répondre.
Samedi, 15h
Ianto n’habitait qu’à quelques minutes du hub, il ne prit pas la peine de prendre sa voiture, et s’y rendit à pied. Sans prendre le temps de vider sa boite aux lettres débordant de courrier, il se précipita à l’intérieur. L’appartement du jeune homme était sobre, les murs en lambris du salon côtoyaient ceux, carrelés, de la cuisine américaine. Parfaitement rangé, l’appartement semblait n’être jamais utilisé, il faut dire que le Gallois passait le plus clair de son temps au hub, ne rentrant que pour se changer lorsque ses costumes devenaient immettables, soit tous les jours ou presque, mais il ne restait que le temps de prendre une douche, de se changer et d’emmener ses pauvres costumes au pressing.
Il se planta devant la bibliothèque qu’il s’était constitué au fil des ans.
-Où es-tu? murmurait- il, je sais que tu es là quelque part…
Il passait le doigt le long des titres des livres.
-Ah ! te voila! s’exclama-t- il.
Il sortit un livre de poche, s’installa sur le divan et commença à le feuilleter rapidement, palissant de plus en plus à mesure que les pages défilaient sous ses yeux. Finalement, il se leva brusquement et quitta l’appartement en prenant à peine le temps de fermer à clef.
-Jack! cria-t-il en entrant, faisant sursauter tout le monde. On a un très gros problème!
Le Capitaine surgit de la morgue
-Qu’est-ce qu’il y a? demanda-t- il.
Le Gallois leva la main, montrant le livre qu’il tenait.
-Jack, l’histoire! Elle a changé.
Son regard trahissait une certaine tension.
-Elle est différente de celle que j’ai lue l’année dernière, et la fin n’y est plus, il y a des dizaines de pages blanches.
Jack se précipita sur le Gallois pour vérifier, suivi de près par Owen.
-Eh, coffee boy, t’es sûr que tu t’es pas planté de bouquin ?
Ianto lui lança un regard noir.
-Si ! bien sûr ! j’ai rien de mieux à faire! répliqua-t- il. Le squelette, il n’est dans aucun des fichiers, il n’a aucune existence pour ce monde, pareil pour la fille et le scalp. Owen, nos victimes et notre tueur viennent de ce fichu livre, et il va falloir trouver le moyen de les y renvoyer.
Jack leva la tête.
-Pour faire ça, il faudrait que l’on puisse rassembler tous les éléments sortis de ce livre, sans exception, et tels qu’ils étaient dans l’histoire.
-Et ensuite? demanda Owen.
-Je n’en sais rien pour le moment! répliqua Jack. La priorité c’est de retrouver ce tueur. Ianto, tu connais le livre, tu n’as pas une idée?
Le Gallois réfléchit un moment, jusqu’à ce que Tosh fasse irruption dans la pièce.
-Depuis la semaine dernière, il n’y a que 3 disparus, deux adolescents, un garçon de 16 ans et une fille, de 15 ans, et une femme de 26 ans.
Ianto se redressa.
-Laisse tomber les gamins, ce ne doit être qu’une fugue, dit-t- il, qui est la femme?
-Elise Rices, sa famille a signalé sa disparition jeudi dernier, elle n’est pas rentrée de son travail, et personne ne l’a revue depuis.
-Est-ce qu’elle était d’origine russe? demanda Ianto.
De surprise, l’informaticienne haussa les sourcils .
-Comment tu le sais?
Ianto jura.
-Dans le livre, la seconde victime avait des origines russes. La première était une adolescente afro- américaine, expliqua-t- il.
-Et m***e! s’exclama Owen, comment on l’arrête, ce malade?
-Il fait une troisième victime, une Hispanique, comme celle que l’on a retrouvée, et il se fait tirer dessus, se rappela Ianto. Et…
Sous les yeux stupéfaits des autres membres, il devint blanc comme un linge. Il se tourna vers Jack.
-On est mal, dit il sans parvenir à reprendre des couleurs, Jack, on ne pourra pas renvoyer tout ce beau monde dans le livre tel qu’il était dans l’histoire.
-Pourquoi ça? demanda le capitaine, si nous retrouvons le tueur…
-Spencer Lynch, c’est le nom qu’il a, mais ce n’est pas ça le problème, la victime qui est sortie de la faille, la troisième de Lynch, normalement, elle ne meurt pas, elle survit. Et je crois que Lynch n’est pas le seul tueur à être sorti du livre.
-Explique !
-A mon avis, Lynch est sorti en même temps que la victime n°1, mais je ne pense pas qu’il ait été seul, je crois que l’un des autres membres de la secte est sorti, lui aussi, en même temps que le squelette. Sauf que je ne sais pas s’il s’agit du chef de la secte ou de Bob. Mais peu importe lequel c’est, je pense qu’il est responsable de la disparition des deux gamins.
Le silence s’abattit sur l’équipe suite à la révélation du Gallois. Si effectivement ils avaient un second tueur en liberté, la tâche serait encore plus compliquée. D’autant que ces assassins n’avaient aucune existence propre.
-Ianto, est-ce que tu te souviens de leur description?
-Heu… laisse moi un peu de temps, ma dernière lecture date d’un certain temps. Je peux déjà t’affirmer que Lynch est afro-américain, de taille moyenne, et qu’il est du genre discret. Mais je ne vois rien d’autre qui pourrait nous aider.
Il baissa les yeux, désolé.
-C’est déjà ça, dit le capitaine pour rassurer le jeune homme qui semblait s’en vouloir. Tosh , essaie d’avoir Gwen, vois si elle peut revenir, on va avoir besoin de tout le monde. Ensuite, Owen et toi, vous vous concentrez sur ce Lynch, Ianto et moi, on se charge de l’autre. Si Gwen revient , elle vous donnera un coup de main. Si ça ne donne rien, on cherchera autre chose, ajouta Jack en voyant qu’Owen allait protester. Donne-moi les résultats que tu as sur le squelette.
Après avoir récupéré le document, le capitaine s’enferma dans son bureau avec Ianto, laissant les deux autres membres de l’équipe entamer leurs recherches tranquillement.
Une fois seuls, les deux hommes épluchèrent les dossiers. Ianto s’occupa de celui concernant les deux adolescents pendant que Jack essayait de trouver le rapport qu’il y avait entre le tueur et le squelette. D’après Owen, c’était celui d’un homme, qui ne devait pas avoir passé la trentaine selon l’examen des dents, l’ADN n’était pas répertorié, ce qui laissait supposer que la théorie de Ianto était peut-être la bonne. Malgré ces analyses, travailler sur ce squelette n’aidait en rien dans cette affaire.
-Tu as quelque chose de ton coté? demanda -t-il finalement au Gallois.
-Bof… les enfants ne sont pas de la même famille, ils ne se connaissaient pas et ne vivaient même pas dans le même quartier. A part leur âge relativement proche, ils n’ont rien en commun.
Jack pestait, il ne comprenait rien à cette affaire et n’avait pas la moindre idée de la marche à suivre pour la résoudre.
-On devrait demander l’aide de la police, finit par dire Ianto, elle a plus d’expérience que nous quand il s’agit de chercher un assassin bel et bien humain.
Il n’avait pas tort, mais le capitaine hésitait à mêler les forces de l’ordre à cette histoire- qui disait police, disait journalistes- et il fallait que cette affaire reste secrète pour qu’ils puissent renvoyer les ``personnages`` dans leur livre. II fallait aussi éviter que trop de gens se rendent compte que le livre avait changé, ou que quelqu’un l’ayant lu, se rende compte qu’il y avait énormément de points communs entre ce fichu bouquin et les meurtres.
-Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, hésita-t- il, si la police se mêle de ça, adieu le secret et l’idée de les renvoyer d’où ils viennent, elle voudra les traduire en justice et on risque d’avoir de sérieux problèmes si tout ne rentre pas dans l’ordre. Non ! pour l’instant, il vaut mieux qu’elle reste en dehors de ça.
Il garda le silence un moment, jusqu’à ce qu’un grand sourire s’affiche sur son visage, il dévisageait Ianto.
-Quoi? Qu’est-ce qu’il y a? demanda ce dernier mal à l’aise.
-C’est pourtant évident non? répondit Jack.
-Evident …pour toi peut- être, marmonna le Gallois, mais, moi, je ne comprends pas.
-Si on n’arrive pas à retrouver le meurtrier avec ses précédentes victimes, il nous faut savoir quelles seront les prochaines!
Le capitaine jubilait, ce que ne manqua pas de remarquer Ianto.
-Et on fait comment pour le savoir? demanda-t- il, je te signale que l’histoire originelle n’existe plus!
-Si, dans ta tête! Allez ! au travail ! réfléchis !
-T’en as des drôles, capitaine, grogna-t- il, ça fait plus d’un an que je l’ai lu! Comment tu veux que je m’en souvienne?
-Oh mais, je te fais confiance, tu es la seule chance que l’on a, alors fais un effort s’il te plaît.
En soupirant, Ianto fouilla les méandres de sa mémoire, son regard se perdit dans le vague alors qu’il essayait de se souvenir. Jack le laissa et alla voir où en étaient Tosh et Owen, et il fut heureux de constater que Gwen les avait rejoints.
-Comment vas-tu? lui demanda-t-il en l’embrassant.
Elle n’avait pas pu les rejoindre plus tôt, clouée au lit par presque 40 de fièvre, cependant, dès que la maladie lui avait laissé un peu de répit, elle s’était précipitée au hub.
-Mieux, Owen m’a donné de quoi tenir jusqu’à ce que cette affaire soit terminée, et Tosh m’a mise au parfum.
-Parfait, désolé de t’avoir dérangée, s’excusa le capitaine, mais on a vraiment besoin de tout le monde sur ce coup là. Il n’y a pas moyen d’avancer et ça m’énerve! Mets-toi au travail avec Owen. Tosh, il faut que tu trouves un moyen de renvoyer nos amis dans leur univers littéraire.
L’informaticienne ne lui répondit même pas et se lança dans ses recherches sans attendre, Gwen étudiait déjà les dossiers qu’ils avaient réunis et Owen se lança dans des analyses supplémentaires, laissant Jack inoccupé et se sentant parfaitement inutile.
-Jack!
Le capitaine sursauta avant de se précipiter auprès de Ianto.
-Je pense savoir qui est sorti, dit le Gallois sans préambule.
-Vas- y.
Jack s’assit à coté de son compagnon.
-En un sens, on a de la chance, je suis presque certain que c’est Bob, il est le seul à…
L’alarme se déclencha.
-C’est pas vrai! s’emporta Jack, on n’a jamais la paix dans ce pays.
Ils sortirent tous les deux pour savoir de quoi il retournait.
-Bute Park, dit Tosh en les voyant arriver, c’est la même signature que pour la première victime et le squelette.
Jack soupira.
-Qu’est-ce qui va encore nous tomber dessus? demanda Ianto avec lassitude.
-C’est ce que nous allons voir, fit Jack, viens avec moi, tu finiras ce que tu étais en train de me dire.


Chapitre 3
Dans le SUV, Ianto continua.
-Je disais, que d’après moi, c’est Bob, il avait enlevé pas mal d’enfants alors que Caliban n’en a enlevé qu’un, à ma connaissance, et elle n’avait même pas une dizaine d’années.
-D’accord. Tu as une idée de comment le retrouver, ce Bob?
Ils arrivaient en vue du parc.
-Où ça, dans le parc, Tosh? demanda-t- il par l’oreillette.
-En plein centre.
-Génial, se plaignit Ianto, en plus va falloir chercher!
-Oh !arrête de râler et dis-moi plutôt comment retrouver ces monstres.
-Les dernières victimes de Bob étaient une famille complète.
Le silence s’installa dans l’habitacle tandis que Jack prenait conscience de ce que cette nouvelle voulait dire.
Il gara le véhicule et tous deux empruntèrent le sentier.
-Jack?
C’était Tosh.
-Je t’ai envoyé les coordonnées précises sur ton portable.
-Merci Tosh.
Il sortit son portable et guida Ianto sans se soucier des chemins, obligeant le Gallois à courir pour le suivre. Le capitaine s’arrêta finalement si brusquement que Ianto lui rentra dedans, les faisant basculer tous deux dans l’herbe.
-Gromph, marmonna Jack, le nez dans l’herbe qui le démangeait méchamment, Ianto, tu m’écr…
La fin de sa phrase fut écourtée par un cri de surprise de Ianto, qui se releva brusquement. Jack se leva et l’observa, il était livide. Suivant son regard, le capitaine se figea à son tour. Devant eux, sur le tronc d’un arbre et à même la pelouse étaient accrochées plusieurs peaux, et au vu de la forme et de la taille, Jack n’eut aucun doute quand à leur origine.
-Jack ! je crois qu’on a un 3ème tueur en liberté, et cette fois, c’est Caliban, murmura Ianto sans parvenir à quitter des yeux les différentes dépouilles qui se balançaient doucement en harmonie avec la brise.
-Il est peut être toujours ici! s’exclama Jack, il faut le retrouver !
Il allait se précipiter quand le Gallois le retint par le bras.
-Il est peut être déjà loin, on ne connait pas sa description, dit Ianto, et il ne faut pas les laisser là, ajouta-t- il en désignant les peaux, imagine qu’un gamin ou quelqu’un d’autre tombe dessus.
Il avait raison, même si cela l’énervait de ne pas pouvoir courir après le malade responsable de ça.
-Va chercher le SUV, je n’ai pas envie de me balader avec ça dans tout le parc.
Durant l’absence du Gallois, Jack observa de plus près leur découverte. Il devait y avoir une douzaine de victimes, des hommes, mais aussi des femmes et au moins deux enfants au vu de la taille de certains restes. Il pesta. L’auteur de ce livre n’avait pas fait les choses à moitié en créant ces meurtriers. Le pire, pensa le capitaine, c’est que de tels monstres peuvent parfaitement avoir existé ou même se trouver quelque part, à guetter leurs prochaines victimes. Ce monde tourne de moins en moins rond.
Jack fut détourné de ses pensées par l’arrivée de Ianto. Ensemble, ils chargèrent les peaux avec toute la délicatesse possible pour ne pas les abimer, puis rentrèrent. Tout au long du trajet, Ianto chercha dans ses souvenirs tout ce qu’il se pouvait se rappeler du personnage de Caliban, mais la seule chose qui lui revenait était qu’il était un flic, ce dont il fit part à Jack. De retour à la base, ils confièrent à Owen la tache d’examiner les différentes peaux, et Ianto prépara un café revigorant pour tout le monde. L’après midi touchait à sa fin et la fatigue commençait à se faire ressentir sur toute l’équipe, pourtant la soirée risquait d’être très longue. Après avoir distribué les boissons, le Gallois s’installa sur le divan et feuilleta à nouveau le livre. Il constata qu’il y avait encore plus de pages blanches, et que les noms de trois des tueurs ne figuraient plus dedans, seuls apparaissaient maintenant ceux des policiers chargés de l’enquête et de Lucas Shapiro, dernier des tueurs à être toujours dans l’histoire. Cependant, l’ouvrage ne donnait aucun indice sur la manière de retrouver ceux qui s’en étaient échappés au grand dam du Gallois .Fatigué, il finit par somnoler, ne se rendant pas compte qu’il lisait la même phrase pour la 20ème fois. Jack, voyant l’état des membres de son équipe, préféra les renvoyer chez eux, estimant qu’ils ne pouvaient rien faire pour l’instant, ni dans cet état de fatigue.
Une semaine plus tard.
Ils n’avaient retrouvé aucune trace des tueurs, ni aucune solution pour les retrouver. Dès qu’ils en avaient l’occasion, et surtout lorsque l’activité de la faille le leur permettait, ils travaillaient sur cette affaire, mais non sans difficultés. Il avait fallu à Owen près d’une semaine pour pouvoir analyser les peaux retrouvées à Bute Park.
-Bon, pas de doute cette fois, ces… peaux ne viennent pas d’ici, j’ai eu un mal de chien à récupérer un semblant d’ADN sur les cheveux, mais les résultats sont tombés, aucune des victimes n’est enregistrée. Ça fait beaucoup trop pour que l’option du coffee boy soit fausse, pour une fois.
-Combien y a-t-il de victimes? demanda Jack avant que Ianto ne puisse répondre.
-Quatorze : deux enfants entre 8 et 10 ans, un garçon et une fille, deux adolescents, je dirais entre 15 et 19 ans, pareil : une fille et un garçon, ensuite il y a neuf victimes entre 20 et 35, 38 ans maximum, quatre hommes et cinq femmes, puis une femme, environ 45 ans. Je ne sais pas ce que ce type a dans la tête, mais c’est un malade.
-Ça, on n’en a jamais douté, répliqua Ianto, tu devrais réussir à le comprendre, entre fous…
Owen cherchait quelque chose à répondre, mais ne trouvant rien d’assez cinglant, il ferma la bouche.
-Ianto , un moyen pour les retrouver? demanda Jack finalement.
-La seule chose qui pourrait nous aider, c’est le fait qu’on connait les prochaines victimes de ces trois tueurs.
-A savoir? cracha le médecin, une pointe de jalousie dans la voix.
-Une Hispanique, une famille et une femme enceinte.
-Rien que ça?
Le sarcasme d’Owen commençait sérieusement à énerver Ianto ; même s’il ne s’en rendait pas compte, le médecin pouvait se montrer très blessant, trop parfois et pas seulement avec lui.
-Ecoute, Owen, dit- il doucement en respirant profondément et en serrant les poings pour rester calme, on n’a pas vraiment de temps à perdre avec tes blagues stupides, et tes sarcasmes, alors si tu veux nous aider, tu la fermes! Sinon tu peux rentrer chez toi.
Tout le monde resta bouche bée, jamais le jeune homme n’avait réagi comme ça, lui d’habitude toujours si discret…. Owen fut le premier à reprendre ses esprits.
-Jack, il n’a aucun droit de parler comme ça! Réagis, bon sang !
Le regard du capitaine allait de Ianto à Owen sans savoir quoi dire. Finalement il regarda le médecin dans les yeux après avoir discrètement souri à Ianto.
-Il a raison, Owen, ton comportement envers les autres est de moins en moins tolérable, essaie de te contrôler un minimum et tu verras que tout ira mieux.
Il avait dit ça doucement, sans méchanceté, mais ces mots laissèrent Owen muet. Jack attendit quelques minutes et voyant que personne ne parlait, il conclut.
-Bon, puisque tout le monde semble d’accord sur ce point, on va pouvoir essayer de trouver une solution…. Quelqu’un a une solution?
-Un appât? proposa Tosh.
-On ne sait pas où ils sont, c’est un peu trop vague.
-On n’a pas vraiment le choix, fit remarquer Owen retrouvant enfin sa voix. Il nous faut les retrouver avant qu’ils ne fassent autant de victimes que dans le livre.
-Peut être que si on trouve les personnes pouvant répondre à leurs désirs et qu’on les met au courant, et qu’on les surveille, alors on a une chance qu’ils mordent à l’hameçon.
Tout le monde regarda Gwen, habituellement, elle était la première à protester lorsqu’il fallait mettre un civil en danger.
-Quoi? demanda-t- elle. On n’a pas trop le choix à ce que je sache.
-attendez ! laissez -moi réfléchir deux minutes, dit Ianto.
Il se prit la tête dans les mains.
-Lynch, finit-il par dire,… il se cachait dans un immeuble désaffecté… Bob… Bob avait son antre dans sa cave, pareil pour le dernier, Caliban. Et ces deux là avaient besoin de beaucoup de nourriture, pour que leurs prisonniers ne perdent pas de poids, qu’ils soient bons à la consommation. Lynch, lui, droguait ses victimes, il n’en était pas au même stade que les autres, il se contentait, si je peux dire çà, de les séquestrer et de les violer, et de les scalper… si j’arrivais à me souvenir du nom de cette drogue…
-Qu’est-ce que tu proposes? demanda Owen.
-Il faut que l’on voit s’il y a eu de grosses commandes en nourriture, conserves ou produits frais, ou alors des commandes trop fréquentes. Et dès que j’aurai retrouvé ce fichu nom, on pourra essayer de mettre la main sur Lynch.
-Pas mal, dit Owen.
-On peut toujours essayer, approuva Jack, Tosh tu peux lancer les recherches?
-Bien sûr.
-Et regarde aussi s’il n’y a pas eu des vols dans des entrepôts ou des plaintes pour vol ou perte de papiers d’identité et de carte bleue ou pour vol, demanda Ianto.
-Pourquoi faire ? s’étonna Gwen.
-Ils n’ont aucune existence officielle, ils n’existent pas. Donc ils ont besoin de papiers, expliqua le jeune homme comme si cela coulait de source.
-J’ai trouvé! lança Tosh, l’un de nos tueurs a utilisé la carte de Janice Baker, il y a quatre jours de ça. Pour une commande de nourriture…
-Ça ne colle pas! coupa Ianto, c’est pas possible, Janice est une des victimes de Lynch, il n’a pas besoin de ça à moins que…
Il laissa sa phrase en suspens, comme s’il n’était pas sûr de ce qu’il devait dire.
-A moins que quoi Ianto? demanda Jack.
-A moins qu’ils ne se soient retrouvés. Ils se sont rejoints et ils s’entraident dans ce monde qu’ils ne connaissent pas. Et ensemble, ils seront plus forts. Et invisibles.
Il leva la tête.
-Jack , il faut qu’on les retrouve, et vite, dit- il, ou ils vont faire de cette ville leur terrain de chasse, leur centre commercial.
Ce n’était plus de l’angoisse que l’on lisait dans ses yeux, mais de la détermination.
-Où a-t-il utilisé la carte? demanda-t- il à Tosh.
-Pas loin de Splott.
-Bien sûr, le quartier est vétuste, parfait pour s’y cacher.
-On devrait peut-être aller y jeter un coup d’œil, proposa Gwen, peut-être qu’ils y sont encore.
Tout le monde, sauf elle, éclata de rire.
-Franchement, Gwen, on parle de tueurs fous et parfaitement organisés, tu crois vraiment qu’ils sont restés sur place?
Gwen rougit sous la remarque d’Owen.
-Et ils ne connaissent pas ce monde! protesta-t- elle, ils ont besoin d’un coin tranquille pour faire leurs… affaires, et je ne pense pas qu’ils changent de planque souvent, ils ont besoin de calme, et…
-C’est bon, Gwen, va avec Owen pour y jeter un coup d’œil, ils ont peut- être laissé une trace, capitula le capitaine. Tosh, est-ce que tu as la destination des commandes?
-Non, ils sont venus les chercher eux mêmes.
-Mince. Tant pis, il va falloir trouver autre chose. D’autres plaintes?
-Oui, mais aucune autre carte n’a servi.
Le capitaine poussa un profond soupir.
-Je vais avec Gwen et Owen, c’est pour l’instant la seule chose que l’on a, finit- il par dire, vous deux, restez ici : Ianto, trouve un moyen de les retrouver, Tosh, de les renvoyer d’où ils viennent.
Il disparut suivi par ses deux équipiers.
-Tu veux bien me refaire un café, s’il te plait? demanda Tosh.
-Bien sûr.
Vers Splott, 17h30.



Dans le SUV, Owen ne desserrait pas les dents et il foudroyait Jack et Gwen du regard chaque fois que l’un d’eux essayait d’engager la conversation, c’est donc dans le silence que le trajet se fit, un silence extrêmement tendu.    
-Jack? fit Tosh par l’oreillette, concentrez vos recherches sur Metal St. C’est dans ces parages que notre homme a utilisé la carte et d’après une recherche que j’ai faite par rapport à… enfin peu importe, s’ils se sont installés quelque part, c’est dans ce coin là. -D’accord, autre chose? -Oui !Ianto m’a demandé de te dire de chercher un homme noir pour Lynch, quelqu’un ayant l’air sur le qui-vive, nerveux et ayant un regard fuyant, un jeune. Les deux autres sont des hommes blancs aux environs de la quarantaine. -Au cas où vous devriez demander aux habitants, ajouta la voix de Ianto.
Les traits d’Owen se durcirent.
-Qu’est-ce que t’en sais? demanda-t- il.
Jack se retourna pour lui lancer un regard d’avertissement.
-Contrairement à toi, répliqua Ianto, j’ai lu le livre, je sais donc comment ils sont décrits.
-Jack, regarde la route! s’écria Gwen alors que le véhicule roulait maintenant sur la voie de droite et qu’une voiture arrivait en face.
A temps le capitaine redressa le SUV, mais il décida de ne plus quitter la route des yeux.
-Merci pour les précisions, Ianto, dit il, à tout à l’heure.
En fin d’après midi, il n’y avait pas beaucoup de monde dans la rue et l’équipe risquait de se heurter à un mur de silence de la part des habitants du quartier.
-Owen et Gwen, restez ensemble, prenez ce coté de la rue, je m’occupe de l’autre, et ne vous laissez pas intimidés! dit Jack après avoir garé le véhicule et en être sorti. L’équipe se sépara.
-On se retrouve ici dans 2 heures.
Gwen et Owen frappèrent à près d’une dizaine de portes, mais chaque fois, ils avaient droit à la même réponse : non, ils n’avaient pas vu ces personnes, et de toute façon ça ne les concernait pas. A la treizième, enfin un homme leur désigna un appartement au bout de la rue, selon lui, un homme étrange avait emménagé là bas presque une semaine et demie plus tôt, et depuis des choses bizarres se produisaient:
-Il y a d’abord eu cette fille, dit il, je ne sais pas s’il la connaissait ou non, toujours est -il que lorsqu’il l’a ramenée chez lui, il la portait sur son épaule, comme un vulgaire sac de pommes de terre, je ne l’ai jamais vue ressortir… La fille… ajouta-t-il en voyant le regard surpris des deux équipiers, puis un soir, il y a une semaine, il y a eu de drôles de bruits, je ne suis pas sorti à temps pour voir ce qu’il faisait, mais je suis prêt à parier que c’est lui qui partait se débarrasser du corps de la fille.
-Il est toujours chez lui? demanda Gwen dissimulant mal son hilarité- décidément, son interlocuteur était un peu rapide à interpréter ce qu’il voyait-.
-Non, je ne l’ai pas vu depuis presque cinq jours, quand un type louche s’est présenté, le jeune l’a fait entrer, et ils sont restés dedans pendant des heures, et quand ils sont ressortis, le jeune avait l’air tout blanc, comme s’il avait vu ou entendu des choses qu’il n’aurait pas du connaitre. Ils sont partis ensemble et depuis aucun d’eux n’est revenu. Bon débarras !.ajouta –t-il.
Owen retenait à grand peine un fou rire, ils remercièrent l’homme avant de prendre congé.
-Il est malade, ce type, rigola Owen, t’imagines avoir un voisin pareil? Toujours en train de t’ observer, de t’épier… quelle horreur!
Gwen rigola doucement.
-Que veux tu? dit -elle, il en faut des comme ça partout! Sinon comment on l’aurait retrouvé, notre homme?
Ils arrivaient devant l’entrée de la maison indiquée lorsque Jack, hilare, les rejoignit.
-C’est fou ce qu’ils sont bavards, ces gens… de vrais pipelettes.
-Allez ! fais pas le malin, Jack, je parie que pas un seul ne t’a dit quoi que ce soit! taquina Gwen.
-Personne ne peut résister à mon charme, ma chère Gwen, tous sans exception m’ont indiqué cette maison, et je sais aussi que ça fait cinq jours qu’il n’y vient plus! s’exclama Jack le visage rayonnant. On attend quoi? On rentre?
Avant que ses équipiers n’aient le temps de répondre, il s’était baissé face à la serrure et l’avait crochetée en moins de cinq secondes.
-Je suis un génie! triompha-t-il en se relevant. Après vous, ajouta-t- il en ouvrant grand la porte.
-Ce n’est pas légal, Jack, imagine qu’il revienne.
Le capitaine et le médecin s’attendaient tous deux à cette réaction, et c’est en même temps qu’ils répondirent:
-Gwen, il y a des gens qui ont été enlevés, et ils ont toutes les chances de finir en buffet pour trois cannibales fous, tu crois que c’est vraiment le moment?
La pauvre Gwen rougit sous les accusations.
-Mais c’est que… enfin je… bredouilla-t- elle. Oh !et puis zut, je vous aurai prévenus!
Elle fut la première à pénétrer dans l’appartement.
Toutes les fenêtres avaient été obstruées, soit par des rideaux épais soit par les volets, aucune lumière ne filtrait. Elle alluma sa lampe de poche et chercha à repérer l’interrupteur. Une ampoule nue éclaira une pièce passablement sobre, un canapé trois places faisait face à un petit meuble soutenant une télé qui sembla ridiculement petite à Gwen, les murs devaient avoir été blancs autrefois, maintenant ils avaient une couleur jaunâtre, aucun tableau, pas la moindre décoration à l’exception d’une plante morte depuis quelque temps déjà, à cause du manque d’eau et de lumière, il y avait trois portes, toutes ouvertes. Chacun pénétra dans une des autres pièces. Gwen entra dans la chambre, le lit n’avait pas été refait, les couvertures et les draps étaient éparpillés dans toute la pièce, l’oreiller avait été éventré et la mousse qu’il contenait trainait dans tous les coins de la pièce. La jeune femme chercha des yeux l’interrupteur, mais elle eut beau l’activer, la lumière ne s’alluma pas ; résignée, elle éclaira les murs avec sa torche, mais le faisceau n’était pas assez puissant.
-Jack? Owen? appela-t- elle sans sortir de la pièce. Vous avez quelque chose?
-Rien de ce côté, dit Owen depuis la cuisine.
-La salle de bains est d’une saleté repoussante, constata Jack, mais rien par là non plus. Et toi?
Il arrivait derrière elle.
-Je ne sais pas, il n’y a pas de lumière de ce coté là.
A l’aide des trois lampes de poche, ils purent explorer la pièce plus en détail. A part le lit et la table de nuit, il n’y avait qu’une armoire: une petite penderie de bois vide, mais en se cognant par mégarde, Gwen se rendit compte que le fond sonnait creux.
-Eh ! venez voir! Je crois qu’il y a un double fond.
Doucement mais fermement, Jack la repoussa pour examiner lui-même cette armoire, tapotant doucement tout le long de la paroi pour finalement pousser en appuyant d’un côté. A la surprise de ses deux équipiers qui l’éclairaient de leurs lampes, la paroi du fond bougea, pour laisser place à une ouverture.
-Je suis un génie, s’exclama Jack pour la seconde fois.
-Eh! protesta Gwen, je te signale que c’est grâce à moi que tu l’as trouvé, ce passage. Allez ! pousse toi qu’on puisse voir ce qu’il y a là derrière!
Le capitaine passa le premier, stoppa net son élan et empêcha les deux autres d’entrer.
-C’est bien notre homme, dit- il en ressortant, pas la peine d’entrer.
Comme à son habitude, Gwen insista pour aller voir de ses propres yeux, et Jack eut beau essayer, il ne réussit pas à l’en empêcher.
-Mon Dieu ! quelle horreur! murmura -t- elle la voix blanche.
Le capitaine la prit dans ses bras et elle enfouit sa tête dans son épaule, cherchant à fuir la vision macabre qu’elle venait d’avoir.
Les bougies qui avaient servi à éclairer la pièce étaient aujourd’hui éteintes, laissant pour seuls témoins des actes commis ici des trainées de cire fondue. Il n’y avait qu’une grande bassine, de la taille d’une baignoire, et quelques hauts tabourets. L’un d’eux s’ornait d’un scalp humain qui avait laissé les dernières traces de sang goutter en une flaque désormais noire.
-Rejoins Owen, murmura Jack à la jeune femme. Je m’occupe d’inspecter cette pièce.
Elle émit un faible sourire avant de quitter la pièce.
En faire le tour ne prit pas longtemps au capitaine, elle faisait à peine trois mètres sur trois, ou quatre, il n’y avait pas grand-chose, mis à part la bassine et les tabourets, juste deux photos accrochées au mur et une phrase écrite sur le mur:
``Caliban Dominus noster, In nobis vita, Quia caro in Tenebris lucet``
 -Caliban est notre seigneur, en nous est la vie car la chaire luit dans les ténèbres, traduisit il.
En s’approchant de la bassine, Jack s’aperçut qu’elle était remplie à ras bord. Il fut soulagé en constatant que ce n’était que de l’eau. Cependant, il y avait une dizaine de bocaux remplis d’un liquide transparent et chacun contenait un organe ou un membre… humains. Il ressortit et trouva Gwen et Owen qui l’attendaient dehors, assis devant la porte d’entrée. Il s’agenouilla devant la jeune femme qui se cachait la tête dans les mains.
-Gwen! dit- il, ce n’est pas le moment de perdre pied, on a déjà vu la fille, on sait ce qu’ils font, et on sait à quoi s’attendre. Mais si tu veux, tu peux partir. On a besoin de tout le monde en forme.
Gwen releva la tête brusquement, lançant à Jack un regard assassin.
-Il n’est pas question que je reparte, Jack, c’est clair?! Je compte bien arrêter ces malades et tu ne m’en empêcheras pas!
C’était ce qu’il voulait entendre. Il l’aida à se relever et, tous trois rentrèrent à la base.
-Ianto ! Tosh ! J’espère que vous avez trouvé un moyen de nous débarrasser de ces fous! lança-t- il à peine la porte franchie.
Tosh était toujours devant son écran, elle leva à peine les yeux à leur arrivée, et répondit que, non, elle n’avait toujours aucune idée.
-Où est Ianto? demanda le capitaine constatant l’absence du Tea-boy.
-Je ne sais pas, il a dit qu’il devait repartir.
-Quand ça?
-Il y a une heure. Jack, si tu veux que je trouve une solution, j’ai besoin de calme! protesta l’informaticienne.
Le capitaine soupira, il avait de moins en moins d’autorité sur son équipe. ``Il va vraiment falloir que je change ça``, se promit- il en cherchant son portable. Il composa le numéro de Ianto, et jura lorsqu’il tomba sur la messagerie.
-Personne ne lui a appris à allumer son téléphone? Tosh, qu’est-ce qu’il t’a dit?
Agacée, la jeune femme quitta son écran des yeux.
-J’ai trouvé une nouvelle activité de la faille semblable aux précédentes, mais antérieure à la découverte du squelette, il m’a demandé où c’était et il est parti.
-De quand date ce pic? Et c’était où?
Il ne savait pas pourquoi, mais Jack sentait qu’il y avait urgence.
-Et bien, c’était deux jours avant l’apparition du squelette, du coté du Capitol. Quand il a appris qu’il y avait une librairie dans les parages, il a dit qu’il devait y aller, qu’il n’en aurait pas pour longtemps. Et maintenant, si tu le permets j’ai du travail à faire.
Se plongeant à nouveau dans ses ordinateurs, elle ignora totalement la présence du capitaine qui essaya derechef de joindre son employé. Toujours aucune réponse.
-Owen? appela-t- il.
-Quoi? Qu’est-ce qu’il y a?
-Je vais essayer de retrouver Ianto, j’aimerai que tu retournes à l’appartement et que tu ramènes les bocaux et le scalp. Vas-y seul de préférence. Et fais les analyses tout de suite. Je veux savoir si les victimes sont de ce monde ou du livre.
Une fois certain que le médecin s’exécuterait, Jack se rendit dans le garage, il laissa le SUV pour Owen, il en aurait certainement plus besoin que lui, il aurait bien pris le pick up de Ianto mais il était parti avec : ne restait plus que son propre coupé sport.
Il aimait la vitesse, et cela lui serait utile aujourd’hui qu’il était pressé, mais l’angoisse qui lui serrait le cœur l’empêchait de savourer la puissance de l’engin. Tout au long du trajet, il maudissait les conducteurs trop lents à son gout. Enfin il arriva à proximité de la rue en question. Avisant une place, il gara la voiture et fit le reste du chemin à pied, se retenant à grand peine de courir. Pendant qu’il marchait, il essaya pour la énième fois d’appeler Ianto, pour être encore une fois éconduit par la messagerie. Il pénétra dans la librairie et regarda autour de lui, cherchant à apercevoir la silhouette familière, mais les dizaines d’étagères croulant sous les centaines de livres ne permettaient pas de voir au-delà de la rangée dans laquelle il se trouvait. Il avisa un employé, et lui montra une photo de Ianto, lui demandant s’il n’avait pas vu durant les dernières heures.
-Si ! il était là, il y a une demi heure, il cherchait un bouquin, mais il n’a pas su me dire son titre alors je l’ai laissé chercher.
-Quand est-ce qu’il est parti?
-Vous l’avez raté de peu, il est parti il y a à peine quelques minutes.
-Est-ce qu’il était seul?
-Je n’en sais rien, s’écria l’employé, ce n’est pas mon travail. Vous cherchez un livre ou non?
-Non merci ! ça ira! cracha le capitaine furieux. Au plaisir de ne jamais vous revoir!
C’est en courant et en renversant les passants que le capitaine sortit de la librairie, sur le trottoir, il se dressa sur la pointe des pieds, et dominant ainsi la foule, il tenta de repérer Ianto, mais la seule chose qu’il retrouva, c’était le pick up de ce dernier. Vide. Et le Gallois n’était visible nulle part. Il finit par appeler Tosh.
-Essaie de me localiser Ianto, s’il te plait, supplia-t- il avant qu’elle n’ait le temps de protester.
Il l’entendit soupirer puis s’activer. Il tournait en rond, scrutant tous les passants le temps que la recherche donne quelque chose.
-Jack? Il n’est pas très loin, dit elle, va vers Windsor pl. , il y a une ruelle à gauche, il est par là.
Il ne prit même pas la peine de la remercier, elle n’avait pas fini sa phrase qu’il s’était mis à courir dans la direction indiquée.
-C’est pas possible! Ianto! s’écria-t- il en se précipitant sur le corps du jeune homme.
 

La ruelle était bordée de part et d’autre par de hauts immeubles, d’où la semi obscurité qui y régnait, le Gallois était couché entre deux poubelles, presque invisible aux yeux des passants, mais Jack aurait reconnu le costume n’importe où.
-Ianto !... mais réveille- toi, bon sang!
Il s’était agenouillé à côté de Ianto et l’avait attrapé par les revers de sa veste pour le mettre en position assise, une main dans le dos pour le soutenir. Il lui tapota le visage pour le faire revenir à lui.
-Aïe! Jack ! arrête ! ça fait mal!
Il repoussa doucement le capitaine qui le serrait contre lui et se massa l’arrière de la tête en grimaçant.
-Ça va? Tu n’as rien?
Ianto leva les yeux au ciel.
-Ça ira mieux quand tu cesseras de crier, j’ai mal au crâne! Aide-moi à me relever, on va finir par se faire remarquer.
Il chancela légèrement lorsque Jack le remit sur ses pieds, mais les mains du capitaine le retenaient.
-Ça va, Jack, je vais bien, le rassura Ianto. Il faut qu’on rentre à la base.
-Bien, mais avant, je veux que tu m’expliques ce que tu fichais ici sans même nous avoir prévenus! ordonna Jack.
-Mais Tosh savait où j’allais, se défendit le Gallois. Et puis, j’ai bien failli avoir l’un des tueurs : alors, arrête de te plaindre!… Non ! pas maintenant, on rentre ! par contre je ne suis pas en état de conduire.
Cette fois, c’est Jack qui leva les yeux au ciel.
-Bon d’accord ! on prend ton pick up, mais promets moi de ne plus jamais partir seul comme ça.
Ianto fut surpris par ce qu’il lisait dans les yeux du capitaine : il avait réellement eu peur pour lui, mais le Gallois ne comprenait pas pourquoi.
-C’est bon, j’essaierai.
Malgré la courte durée du trajet, Ianto s’endormit.
-On se réveille, monsieur Jones, murmura Jack à son oreille alors que le pick up était rangé depuis plus de dix minutes.
-Hein? Ah oui !...désolé.
Il sortit de la voiture comme si de rien n’était et rentra dans la base en évitant le regard inquiet de Jack, qui finit par le suivre en soupirant.
-Et bien ! ça y est ! tu l’as retrouvé! s’exclama Tosh en le voyant entrer, tu n’avais pas besoin de me couper toutes les trente secondes.
``il va vraiment falloir que je remette de l’ordre dans la discipline`` pensa Jack en essayant de cacher son mécontentement.
Il retrouva Ianto qui travaillait sur un des ordinateurs.
-Tu vas m’expliquer ce que tu faisais? demanda-t- il.
-Je crois que j’ai un moyen de les retrouver et de les renvoyer chez eux. Donne-moi deux minutes que je vérifie.
Quelques heures plus tôt au hub.
Ianto regardait Jack, Owen et Gwen et il les enviait, il aurait aimé être à leur place, sur le terrain. Il ne l’avait avoué à personne, mais il avait de plus en plus souvent envie d’aller en chasse, ne serait-ce que pour montrer aux autres qu’il pouvait mieux faire que lors de ses dernières missions à l’extérieur, mais ce qu’il aimait surtout c’était les sensations qu’il ressentait lorsqu’il travaillait en dehors de la base, la chasse aux weevils, l’adrénaline, la recherche d’aliens et d’artéfacts… c’est ce qui lui manquait depuis qu’il avait quitté Torchwood Londres, bien qu’il ne comptait pas se retrouver face à des daleks et des cybermen de sitôt.
Chassant de son esprit les mauvais souvenirs de son passé, le Gallois se concentrait sur ce qu’il se rappelait du livre. Pendant une heure, il régna un silence de plomb dans le hub, seulement interrompu par le bruit des touches sur lesquelles tapait Tosh.
-J’ai trouvé!
Le jeune homme sursauta lorsque l’informaticienne poussa un cri de joie.
-Quoi? Qu’est-ce qu’il y a?
-Avant l’apparition du squelette, il y a eu une activité similaire de la faille, du coté du Capitol.
-Combien de temps avant?
-Deux jours.
Elle retourna dans ses recherches. Et Ianto dans ses souvenirs. Il cherchait à se rappeler comment les tueurs faisaient pour communiquer entre eux, se transmettre des informations, peut être qu’ils utilisaient le même procédé maintenant. Mais il se ravisa, Cardiff n’avait rien à voir avec New York, ils n’avaient pas les mêmes points de rencontres. Il se concentra ensuite sur ce que Tosh venait de lui dire, et essaya de récapituler tout ce qu’ils savaient sur les pics de la faille, il prit une feuille et commença à écrire:


Mardi : 1er pic au Capitol, pour l’instant rien n’est sorti. Jeudi: sortie du squelette complètement nettoyé. Mercredi suivant: 1ere fille scalpée, Hispanique, sortie du livre.
Samedi: 2nde fille scalpée, 1er victime humaine: Janice Baker, type africain.
: découverte des 14 peaux.
Aujourd’hui: visite chez le domicile du tueur probable.
Aucune nouvelle des 2 adolescents et d’Elise Rices, disparus depuis presque 2 semaines.




Il soupira en se rendant compte qu’en réalité ils n’avaient pas grand-chose de vraiment concret, ils travaillaient sur cette affaire depuis plus d’une semaine et demi et ne savaient même pas par où commencer. Pourtant il était persuadé que la solution était là, quelque part, il le sentait, mais il ne savait pas encore quoi. Ils avaient déjà fait des recherches sur les victimes et cela n’avait rien donné, elles ne se connaissaient pas, elles n’avaient rien en commun à part leur âge pour les adolescents, et elles avaient été enlevées à des endroits différents.
``la solution est peut- être dans les lieux`` pensa-t- il, il chercha à les comparer : le premier pic avait eu lieu au Capitol, le squelette avait été retrouvé du coté de New Théâtre, la fille du livre dans un terrain vague du coté de St Peter St, Baker et les peaux à Bute Park et Lynch vivrait à Splott. Aucun point commun apparent. Cependant il alla chercher une carte de la ville pour en avoir le cœur net. Après l’avoir fixée au mur face à lui, il plaça des punaises aux endroits précis où ils avaient trouvé une victime et où ils avaient enregistré des pics de la faille. Surpris, il constata que cela formait une sorte d’arc de cercle, dont l’épicentre était le Capitol. Il marqua ensuite les lieux des enlèvements, et poussa un juron si fort que Tosh leva les yeux de son ordinateur pour le fixer.
-Qu’est-ce qui t’arrive?
-Pourquoi personne ne s’est servi d’une carte? demanda-t- il.
-D’habitude, il n’y a pas besoin de carte, on va sur place, on trouve ce que la faille a recraché et on le ramène ici. Pourquoi? Pourquoi tu veux savoir ça? Tu as trouvé quelque chose?
-Je ne sais pas encore, il faut que j’aille voir du coté du Capitol, peut être qu’il y a quelque chose là bas qui pourrait nous aider.
Il avait déjà attrapé sa veste.
-Tu préviendras Jack! lança-t- il en quittant le hub.
Il avait pris son propre pick up et avait roulé tranquillement. Il avait entré les coordonnées précises du pic sur un GPS de portable et se laissait guider par la voix féminine préenregistrée. Il trouva une place à proximité de l’endroit. A croire que la chance était avec lui ! Délaissant son véhicule, il ne marcha que quelques mètres pour se retrouver face à la devanture d’une librairie.
-Mais bien sûr! murmura-t- il pour lui-même.
Il entra et chercha le long des étagères s’il ne trouvait pas le bouquin responsable de toute cette pagaille. Il cherchait depuis près de dix minutes lorsqu’un vendeur vint lui demander s’il pouvait l’aider. Totalement plongé dans ses recherches, le Gallois en avait oublié la moindre présence autour de lui. L’apparition de l’employé lui fit faire un bond.
-Pardon, dit- il en souriant à l’autre homme, vous disiez?
-Cherchez- vous un ouvrage en particulier? redemanda l’homme, peut être que je pourrai vous aider à le trouver.
-En réalité, oui, dit Ianto, mais je n’arrive pas à me souvenir du titre…. Mais je suis certain de le reconnaitre lorsque je le verrai. Merci.
Le ton employé ne laissait aucun doute sur ses intentions, il voulait être tranquille. En haussant les épaules, l’employé disparut, laissant le Gallois replonger dans ses recherches. Ianto avait préféré taire le titre du livre pour ne pas attirer l’attention sur lui et risquer que quelqu’un se rende compte que l’histoire avait changé, mais après avoir cherché pendant presque une demi heure et lu plus de la moitié des titres de livres sans retrouver celui qui l’intéressait, il regretta de ne pas pouvoir être aidé. Un nouveau vendeur l’aborda, lui proposant à nouveau de l’aide.
-Est-ce que vous auriez un ordinateur pour aider dans les recherches?
Il savait que dans certaines librairies, les propriétaires mettaient à disposition un ou plusieurs ordinateurs afin que les gens puissent en quelques minutes savoir si la boutique proposait l’ouvrage recherché et/ou avoir le résumé d’autres.
-Oui !bien sûr ! répondit l’homme, il y en a un au premier étage.
Ianto le remercia et se précipita sur l’écran, heureusement disponible et il put lancer sa recherche. La boutique avait bel et bien « In Tenebris », donc il devrait pouvoir le trouver en cherchant un peu plus. Il allait fermer la page lorsqu’il aperçut l’icône RESUME. Curieux, il l’ouvrit : le résumé n’avait pas été effacé. Un grand sourire illumina son visage : subitement, il venait de comprendre comment les tueurs avaient pu se retrouver et sortir du livre par la faille.
-A tous les coups, ils sont toujours dans les parages! pensa-t- il. Si le Capitol est l’épicentre de tous les crimes, alors il y a de fortes chances pour que les tueurs ne soient pas loin.
Il réfléchit à peine quelques secondes, le temps de se rappeler qu’il y avait à proximité plusieurs bâtiments assez vétustes, pour la plupart abandonnés, dans une ruelle souvent évitée par les passants, indigènes et touristes. La cachette idéale !....
Il n’avait plus rien à faire dans cette librairie, il retourna donc dans la rue, s’immobilisa le temps de repérer la ruelle en question .Il approcha , sans cesser de jeter des coups d’œil partout autour de lui afin de mémoriser la géographie des lieux et d’être sûr d’avoir un échappatoire au cas où ça tournerait mal. Avant de pénétrer dans la ruelle, il observa les immeubles, pour s’assurer qu’il n’y avait personne. La plupart des fenêtres était cachée par des rideaux épais ou des volets, parfois même par des planches pour les étages les plus bas. Il était là depuis une dizaine de minutes, à guetter les allées et venues des habitants lorsqu’un homme approcha. Il était de taille moyenne et devait avoir dans les 40/45 ans, plutôt trapu, il ne ressemblait pas à l’idée qu’avait le jeune homme de Bob ou de Caliban, aussi ne se méfia-t- il pas et s’avança à découvert pour lui parler.
-Excusez- moi, dit il en se mettant face à l’homme, j’ai besoin d’un renseignement, je cherche un homme, assez jeune, de type africain, plutôt du genre réservé et discret.
L’homme le regardait en plissant des yeux, comme s’il cherchait à savoir s’il cachait quelque chose.
-Vous êtes flic c’est ça !
Ce n’était pas une question, mais une affirmation.
-Non.
Ce n’était pas un mensonge, mais l’autre eut l’air de ne pas le croire.
-Disons que nos avons un ami en commun et que je cherche quelques substances…
Il laissa la phrase en suspend, mieux valait que l’autre le croit drogué que flic, c’était moins dangereux pour lui. L’homme lui jeta un regard suspicieux, avant de sourire.
-Alors, comme ça, vous connaissez Spencer?
-Oui, je vous l’ai dit, il…
Ianto réalisa, trop tard, l’erreur qu’il venait de commettre. L’autre était déjà derrière lui et avant que le jeune homme n’ait eu le temps de se retourner, il ressentit une violente douleur dans le cou. Des étoiles dansaient devant ses yeux, mais juste avant que sa vision ne se brouille et qu’il ne perde conscience, il eut le temps de graver dans sa mémoire le visage de son agresseur.
C’est la vigueur des gifles qu’il recevait sur le visage qui le réveilla, il était couché par terre, entre deux poubelles. Il eut vaguement conscience de la chaleur d’un bras dans son dos et se força à ouvrir les yeux. C’était Jack qui le secouait.
-Aie! Jack !arrête ! ça fait mal, protesta Ianto en essayant de reprendre ses esprits.
Le capitaine le tenait contre lui, mais le jeune homme le repoussa doucement en se frottant la nuque, la douleur le fit grimacer. .
Lorsque Jack l’aida à se remettre sur ses pieds, sa vision se brouilla et il chancela, mais apparemment les mains du capitaine étaient partout à la fois et Ianto réussit à rester debout. Cependant il décela l’inquiétude dans les yeux de son chef et s’empressa de le rassurer.
-Ça va Jack, je vais bien, dit- il. Il faut qu’on rentre à la base.
Jack le regarda avec insistance.
-Non !pas maintenant, on rentre! Il sentait qu’ils devaient faire vite, mais n’avait ni le temps ni l’envie de tout expliquer à Jack. Par contre je ne suis pas en état de conduire.
Il avait la tête qui tournait, et ses oreilles ne cessaient de siffler. S’il bougeait trop vite, il se sentait désorienté, ce n’était pas le moment d’avoir un accident de voiture. Il aperçut Jack lever les yeux au ciel.
-Bon d’accord !on prend ton pick up, céda le chef, mais tu me promets de ne plus jamais partir seul comme ça !
Le Gallois observa son chef, et ce qu’il lut dans ses yeux le troubla, ce mélange d’angoisse et de soulagement caractéristique des gens qui ont eu peur. « `Pourquoi a –t-il eu peur pour moi? » se demanda le jeune homme.
-C’est bon j’essaierai ! promit- il pour apaiser le capitaine.
Ils rejoignirent le pick up et Ianto s’installa sur le siège passager en cachant sa fatigue et sa douleur. Ce n’était pas le moment. Malgré la brièveté du trajet, le sommeil le gagna .
Jack le regarda dormir pendant presque dix minutes avant de se résigner à le réveiller. Ianto entendit la voix de son chef dans son oreille.
-On se réveille ! monsieur Jones.
Le jeune homme mit quelques secondes avant de comprendre où il était.
-Hein? Ah oui ! désolé, dit- il en reprenant conscience.
Il se leva et essaya d’ignorer le regard que Jack posait sur lui. Sentant qu’il rougissait, il s’empressa de rentrer dans la base et de se mettre au travail. Il devait absolument vérifier si ce qu’il pensait était vrai. Peut être qu’enfin la chance leur avait souri.
Il venait de lancer sa recherche lorsque Jack arriva derrière lui, il l’avait entendu parler avec Tosh et faisait ce qu’il pouvait pour l’ignorer, mais le capitaine voulait lui parler.
-Tu vas m’expliquer ce que tu faisais? demanda Jack en s’asseyant à coté de lui.
Ianto garda les yeux fixés sur son écran, la présence de son chef le troublait et il essayait tant bien que mal de le cacher.
-Je crois que j’ai un moyen de les retrouver et de les renvoyer chez eux. Donne-moi deux minutes que je vérifie.
Le temps que la recherche se fasse, il jetait des coups d’œil fréquents à Jack qui l’observait impassible, un léger sourire aux lèvres, ce qui ne manqua pas d’ajouter au malaise du pauvre Gallois. Quand enfin les documents voulus s’affichèrent, il ne put s’empêcher de pousser un soupir de soulagement. Doublé d’un petit cri de victoire lorsque ses recherches se révélèrent positives.
-Et maintenant? Tu comptes nous expliquer? s’impatienta Jack.
-Heu… oui !bien sur ! désolé ! bafouilla Ianto.
Il montra à Jack la carte qu’il avait établie et le résumé qu’il avait écrit.
-Quand Tosh m’a dit qu’il y avait eu une activité antérieure à toutes celles que nous connaissions, j’ai pensé qu’il y avait quelque chose que nous avons oubliée. Alors j’ai tout résumé et j’ai placé les lieux de crimes sur la carte. Tout tourne autour du Capitol, c’est le lieu de la première activité, alors j’ai remis en cause tout ce que j’avais pensé: et si les tueurs étaient sortis tous en même temps au même endroit? Cela expliquerait comment ils ont fait pour être si organisés et pourquoi certaines disparitions ont eu lieu avant la limite que nous avions supposée.
-Sauf que nous savons maintenant que le tueur aux scalps habitait seul à Splott, et qu’il a été rejoint cinq jours plus tard par un des autres, objecta Jack.
-Il n’y est pas arrivé tout de suite, continua Ianto, car ses ``activités`` ne sont pas vraiment celles de ses deux complices, il a besoin de tranquillité pour ses affaires. De même pour les deux autres, mais ils étaient ensemble à l’origine, j’en suis certain, et ils savaient où se retrouver et c’est comme ça que Bob et Caliban ont eu accès à la carte d’une des victimes de Lynch. Et ce n’est pas tout. A la librairie, j’ai constaté que les résumés proposés sur internet ne prennent pas en compte les changements survenus sur les livres de papier, alors j’ai pensé à quelque chose: si tout ce qui est informatique n’a pas été changé, alors il doit y avoir un moyen de retrouver le texte initial. En le combinant par un ordinateur avec la faille et en réinitialisant les données, il est peut- être possible de remettre en ordre ce qui a été changé. De remettre à zéro les données. Par contre, l’ouvrage n’avait pas été informatisé avant de changer, et je cherche encore un moyen de le trouver.
Jack en était bouche bée, les propos tenaient la route et ils avaient peut être une solution.
-Où sont les tueurs? demanda-t- il.
-Ils vivaient dans les bâtiments là où tu m’as trouvé, mais j’ai… merdé et l’un d’eux a compris que je n’étais pas ce que je prétendais être, bref il m’a gentiment assommé. Je ne pense pas qu’ils soient restés sur place sachant que quelqu’un était au courant de leur existence. Je suis désolé.
Jack sourit, c’était au moins la troisième fois que le jeune homme s’excusait en sa présence.
-Laisse tomber les excuses, tu veux? Sans toi on n’aurait pas avancé sur cette histoire. Et tu aurais pu y rester, ça, par contre ce n’était pas malin, comment est-ce que j’aurais fait sans toi? Tu ne te rends pas compte de l’importance que tu as, pour Torchwood… pour moi, ajouta-t-il plus bas après une légère hésitation.
Ianto leva les yeux et croisa ceux de son chef. Ce qu’il y lut le bouleversa, un mélange de tendresse, de passion retenue et d’amour sincère, mais Ianto y reconnut aussi ce qu’il pensait être de la peur, de la crainte. Mais peur de quoi?
-Je ne vois pas vraiment où tu veux en venir, Jack, mais ce n’est pas le moment. Aide- moi plutôt à trouver une solution pour trouver ce fichu texte.
Laissant Jack, il alla voir Tosh pour savoir s’il était possible de reprogrammer le système de détection de la faille avec un texte afin que celui-ci ``fusionne`` avec la faille.
-Et si c’est possible, est-ce que ça remettrait de l’ordre dans ce chaos? demanda-t- il à l’informaticienne.
Tosh garda le silence le temps de réfléchir et de faire quelques calculs sur une feuille.
-Je pense que ça devrait pouvoir se faire, mais il faut retrouver le texte original et je dois le combiner à une activité semblable à celle des autres, et ça, ça risque de poser problème.
-Ok. Prépare tout ce qu’il faut pour que ce soit prêt à la prochaine alarme, on va essayer de trouver le livre informatisé.
Tosh qui était déjà retournée dans ses ordinateurs releva la tête.
-Tu as pensé à demander à l’auteur? Il doit bien l’avoir écrit sur ordinateur, non?
Un grand sourire illumina le visage du jeune homme.
-Tosh ! tu es géniale!
Le compliment fit rougir sa collègue qui préféra se cacher derrière ses cheveux.
Ianto n’était pas aussi doué que Tosh pour ce qui était de pirater les ordinateurs à distance, mais il en était capable, il l’avait déjà fait, avec Gwen entre autre. S’infiltrer sur l’ordinateur personnel de l’auteur lui prit pourtant près de dix minutes, et la présence de Jack à ses cotés n’arrangeait rien. Ce dernier semblait d’ailleurs beaucoup s’amuser de la nervosité de son employé, jusqu’à ce que:
-Jack, si tu continues comme ça je vais être incapable de finir mon travail, alors soit tu te calmes et je finis, soit tu t’en vas.
Jack ne comprenait plus ce qui arrivait à ses employés, tous de plus en plus effrontés, à la limite de l’insolence, quoique pour Ianto ce ne soit pas plus mal ; le capitaine le trouvait parfois trop réservé, bien que cela ajoutât à son charme.
-C’est bon, promis ! je serai sage, capitula Jack, mais ça ne durera pas, tu es prévenu!
En temps normal, il lui aurait lancé un sourire des plus explicites, mais il avait promis d’être sage ; aussi se contenta -t-il de le regarder travailler en imaginant tout ce qu’ils pourraient faire si seulement le Gallois acceptait de sauter le pas.
-Ca y est !je l’ai! s’exclama le jeune homme triomphant. Tosh, est-ce que tout est prêt?


-Presque, envoie-moi le texte le temps que je reconfigure quelques données. Et heu ! Ianto, est-ce que tu as pensé aux victimes? Si on fait disparaitre les tueurs sans savoir où ils ont planqué leurs victimes, elles vont mourir.
-Je sais où sont les tueurs, et je reste persuadé que là où il y a les tueurs, il y a leurs victimes.
-Peut- être devrions nous aller les chercher avant de renvoyer ces personnages de fiction dans leur univers de papier, avança Jack, jusque-là resté silencieux.
-Ce serait leur faire prendre un risque : si les tueurs se rendent compte qu’ils sont repérés, ils en finiront avec leurs victimes, objecta Ianto, je sais qu’ils sont à coté du Capitol, là où Jack m’a retrouvé. Pour la sécurité des victimes, si elles sont toujours en vie, il ne faut pas… pardon, plus nous pointer là- bas. Dans combien de temps pourrons-nous agir, Tosh?
-Tout est programmé, mais il faut attendre que la faille s’active.
-Et ton programme de prévision? Il ne peut pas nous aider?
-Il n’est pas très précis, d’autant que ce n’est pas le signal habituel.
-Justement, ce signal sera plus facile à repérer, répartit Ianto d’un air plus déterminé que jamais. Prépare tout et espérons que cela sera rapide. En attendant, Jack, prépare-toi à aller sur place avec Gwen et Owen, il faudra récupérer les victimes.
Jack eut un moment d’hésitation.
-J’ai renvoyé Gwen chez elle, finit-il par dire. Elle a plutôt mal réagi chez Lynch, je ne veux pas qu’elle fasse de bêtises. C’est toi qui m’accompagneras.
-Evidemment! lança Owen qui remontait de la salle d’autopsie. Pourquoi ce n’est pas Tosh qui nous accompagne?
Ianto serra les poings dans son dos en grinçant des dents. Stupéfaite, Tosh regardait le médecin. Depuis la disparition de Diane, il avait changé, mais jamais encore il n’avait remis en question à ce point les ordres de Jack.
``Jusqu’où va-t- il aller maintenant?`` se demanda-t-elle.
Le capitaine, quant à lui, ne dit rien… pas immédiatement… Le silence s’appesantit sur la base pendant plusieurs minutes, même leur gardien préhistorique se faisait oublier.
-Owen Harper, commença Jack en le fixant droit dans les yeux, il serait temps que tu te mettes une fois pour toutes dans le crâne qu’ICI le chef, c’est moi, et tu n’as pas à contredire mes décisions. Si tu as un problème avec ça, tu t’en vas. Point final ! Sinon tu reprends ta place et tu fais ce que l’on te dit sans plus rien remettre en question, et encore moins l’implication des autres membres de l’équipe dans les missions! Ai-je été assez clair?
Owen ouvrait et fermait la bouche sans qu’aucun son n’en sorte, les yeux agrandis par la surprise.
-Je… je… heu… oui.
Il se rendait bien compte qu’il était allé trop loin, mais c’était plus fort que lui, il avait besoin de s’en prendre à quelqu’un, de faire souffrir un autre pour ne plus penser à sa propre souffrance, pour que d’autres ressentent ce que, lui, ressentait, et s’il s’en prenait à Ianto c’est qu’il l’avait toujours fait avant, depuis son arrivée à Torchwood, et comme le coffee boy ne s’était jamais plaint, il avait pensé…. C’était idiot, il le savait, mais il n’arrivait pas à faire autrement, il ne savait faire que ça. La douleur de la perte était si grande, le sentiment de vide si fort, c’était une première pour lui qui avait pourtant l’habitude de passer d’une femme à l’autre. L’absence de Diane lui pesait plus qu’il n’aurait pu le croire, et plus que ce que les autres pouvaient penser. Mais le capitaine avait raison, il devait se calmer, cesser de s’en prendre à la terre entière, parce qu’il ne lui restait plus que son travail et qu’il risquait de le perdre avec ses idioties.
-Tu as raison. Il se tourna vers Ianto. Je suis désolé, à l’avenir j’essayerai de ne plus remettre en cause tes compétences, Ianto.
S’il fut surpris, le jeune homme le cacha.
-Laisse tomber ! Et il tendit la main au médecin. On se prépare?
Il détestait lorsqu’Owen s’excusait, en général ce n’était pas sincère et il recommençait avec ses piques dès qu’il en avait l’occasion. Mais ce n’était pas le moment de régler leurs comptes, ils avaient besoin de tout le monde pour en finir avec cette histoire.
-Soyez prêts dans une demi-heure! prévint Tosh. Je pense qu’à ce moment-là on pourra enfin se débarrasser de ces fous.
-Bien! s’exclama Jack. Allez les enfants ! tous en voiture! Tosh, tu nous supervises tout ça d’ici!
-Et pour Gwen? demanda Owen. Elle est toujours en bas.
A leur retour, Owen l’avait conduite dans la salle d’autopsie et lui avait administré un calmant, trop faible pour qu’elle s’endorme, mais suffisamment fort pour qu’elle s’apaise.
-Je voulais la renvoyer chez elle, dit Jack, elle reste à la base jusqu’à ce qu’elle soit en état de rentrer à la maison. Tu t’en charges, Toshiko?
-Ne t’en fais pas ! je m’occupe d’elle. Dépêchez-vous, plus que vingt-cinq minutes.
Les trois hommes prirent le SUV en direction de la ruelle. Jack gara le véhicule un peu plus loin pour qu’il passe inaperçu, mais suffisamment près pour ne pas perdre de temps par la suite. Il leur restait cinq minutes.
Ils se placèrent à l’entrée de la ruelle, invisibles pour tous les résidents des immeubles, mais de là, ils pouvaient voir tout le monde rentrer ou sortir.
-Où sont-ils exactement? demanda Jack à Ianto.
-Dans ce bâtiment, fit-il en désignant le deuxième immeuble à leur gauche. Par contre, je ne connais pas l’appartement précis, mais je parierai qu’ils sont au rez-de-chaussée, ou bien ils ont loué une des caves ou un garage, les murs des appartements sont trop fins pour couvrir les appels au secours des victimes.
-Tu ne pourrais pas être plus précis? demanda Owen.
- C’est vrai ! J’aurais du demander un plan à celui qui m’a assommé.
Il n’avait pas dit ça méchamment ; au contraire il souhaitait détendre l’atmosphère, mais ça ne fit pas rire Jack, bien au contraire.
-Tu ne devrais pas en rire! Ça aurait pu très mal finir et…
-Jack !! Normalement, ça y est! cria Tosh dans l’oreillette. Par sécurité, attendez cinq minutes !
-Ok ! Parfait.
Ils attendirent comme l’avait demandé Tosh.
-Bien ! ordonna Jack, en entrant, on se sépare. Owen, tu commences tout en haut, et tu redescends, Ianto, prend au 5ème et descend aussi. Je commence par les caves. Frappez à toutes les portes et n’hésitez pas à forcer celles qui ne s’ouvrent pas. On y va.
Ils avaient à peine fait quelques pas que Ianto les rattrapait chacun par un bras.
-Stop ! Il y a quelque chose qui ne va pas! dit-il en les ramenant dans l’ombre.
-Quoi encore ?
-Lui! dit le jeune homme en désignant du doigt un homme qui venait de sortir.
-Et bien ? s’impatienta Owen.
-C’est celui qui m’a assommé. Ça n’a pas marché. Les victimes ne sont pas seules
-Me**e ! T’en es sûr ?
-Certain. Faut trouver autre chose, répliqua Ianto, en se demandant ce qui avait pu rater.
Pendant qu’ils retournaient au SUV et que Jack parlait avec Tosh pour déterminer la raison de leur erreur, le jeune homme réfléchissait de son côté. Il sortit le récapitulatif qu’il avait fait et le relut encore en rajoutant mentalement les nouveaux éléments. Tout avait commencé dans ce quartier, donc la solution devait être là, pas loin. Pourquoi pas à la librairie ? La faille avait du fusionner avec le livre par accident et lui avait donné vie, du moins à certains des personnages, évidemment pas les plus gentils. ``c’est surement pour ça que je n’ai pas retrouvé le livre pourtant censé être rangé sur l’une ou l’autre des étagères`` supposa le jeune homme.
-Tosh ! Est-ce qu’il y a un moyen de repérer l’endroit exact où a eu lieu un pic? demanda-t-il en coupant la discussion qu’elle avait avec Jack.
-Oui. Bien sûr.
-Alors, donne-moi la localisation du pic du Capitol. Et envoie la moi sur mon portable, s’il te plait.
Il ignora les regards de Jack et Owen et coupa le capitaine alors qu’il allait demander des explications.
-Pas le temps, dit- il, je pense avoir un plan. Je retourne à la librairie. L’un de vous doit suivre ce type et ne SURTOUT PAS LE PERDRE DES YEUX, ajouta-t-il en martelant les derniers mots.
-C’est bon ! je me charge de lui, proposa Owen. Y a intérêt à ce que ton plan marche, je ne donne pas cher de ceux qui ont été enlevés si on continue à perdre du temps.
-Je viens avec toi, Ianto, proposa Jack.
-Heu… bredouilla le jeune homme, il vaudrait peut être mieux ne pas suivre cet homme seul, il n’est pas du genre commode.
-Sauf qu’Owen sera plus discret tout seul. Laisse tomber, je reste avec toi : un point c’est tout.
Le capitaine se rendait compte que son insistance pouvait passer pour du manque de confiance, mais c’était surtout qu’il ne souhaitait pas ressentir à nouveau la peur qui l’avait rongé plus tôt à l’idée qu’il soit arrivé quelque chose à ce Gallois auquel il tenait tant. Dommage que Ianto ne se rende pas compte à quel point il était important pour lui. Mais ce n’était pas le moment. Ni le lieu.
Ianto ne le montra pas mais il apprécia la proposition du capitaine. Il poussa un soupir faussement résigné
- De toute façon, je suppose que je n’ai pas le choix. Owen, surtout ne le perd pas, il est notre seul moyen de savoir si ça a marché ou pas.
Ils se séparèrent, lui et Jack s’empressèrent de gagner la librairie.
-Ianto, dit Jack alors qu’ils allaient arriver, je voulais juste te dire que si j’ai voulu t’accompagner, ce n’est pas parce que…
Il fut interrompu par la sonnerie du téléphone du jeune homme. Il venait de recevoir les données de Tosh.
-Parfait, murmura-t-il. Ne t’en fais pas pour ça, Jack, je ne t’en veux pas. Tu fais ton job… Il faut qu’on monte au second.
Il précéda son chef, ne lui laissant pas le temps de finir sa phrase ou de protester.
-Qu’est-ce qu’on cherche au juste? finit par demander Jack alors que le jeune homme braquait son portable devant lui.
-L’endroit exact de la fissure. Je pense qu’en y intégrant directement l’histoire initiale, on devrait pouvoir tout remettre en ordre.
``Enfin presque tout`` pensa-t- il en songeant à la première victime du livre qui n’avait pas survécu. Il se demanda en quoi cette mort affecterait l’histoire, avant de se secouer et de reprendre ses recherches. Il leva la tête quand son portable émit plusieurs bips sonores. Un livre flottait au dessus d’une des étagères, comme en suspension dans les airs. Ianto attrapa le bras de Jack pour attirer son attention.
-Je crois qu’on a retrouvé notre livre.
-Et maintenant, qu’est-ce que tu comptes faire? chuchota le capitaine. Je ne vois pas comment on va pouvoir…
Le Gallois s’accroupit et sortit de son sac à dos un ordinateur portable qu’il alluma.
-J’ai le texte initial sur mon téléphone, dit- il à l’attention de Jack qui l’observait par-dessus son épaule. Il faut juste que je le connecte à la faille et que… il se redressa si brusquement qu’il bouscula Jack qui était derrière lui.
-Désolé.
Il se mit à tourner en rond sans plus faire attention au capitaine, marmonnant des paroles incompréhensibles pour ce dernier.
-On a déjà essayé de restaurer l’histoire telle qu’elle était à l’origine, ça n’a pas marché. Il y a quelque chose qui manque. La faille a modifié le livre original pour en faire ressortir les personnages. Nous avons connecté à nouveau ce texte à la faille mais ça n’a rien changé, ça veut dire qu’on est passé à côté de quelque chose, mais quoi ?...
Il continuait à s’agiter dans tous les sens, sans quitter des yeux le livre flottant.
-Voyons, si nous voulons inverser le processus, il faut… il suffit de… si je…
Il se précipita sur son ordinateur et se mit à taper rapidement, et à lancer plusieurs manipulations.
-Tu fais quoi exactement? demanda Jack à nouveau derrière son épaule.
-J’inverse totalement l’ordre du texte : la fin au début, le sens des lettres…bref, tout. Et je pense que cela, combiné à un logiciel d’inversion devrait enfin pouvoir refermer cette partie de la faille et renvoyer nos personnages dans leur univers de papier.
-Et ça va marcher?
-Je l’espère. De toute façon, j’ai bien peur que l’on n’ait rien d’autre, avoua Ianto. Le texte est long, ça pourrait prendre encore un petit moment.
-Bien.
Jack s’approcha encore plus du jeune homme, jusqu’à pouvoir se coller à son dos.
-Il faut que je te dise… murmura-t-il à l’oreille du Gallois, tout à l’heure quand… quand je t’ai vu dans cette ruelle, laissé pour mort, entre les poubelles, j’ai bien cru que… que mon cœur allait cesser de battre… A jamais.
Ianto se retourna et croisa le regard du capitaine. La sincérité qu’il lut dans ce regard le troubla et ce qu’il ressentit à ce moment-là le surprit. Il avait toujours été troublé par la présence du capitaine, mais jusqu’alors il avait mis ça sur le compte du remords qu’il éprouvait. Avoir caché Lisa, avoir laissé les autres la tuer alors que lui-même n’en avait pas été capable, la honte aussi de lui-même, du comportement qu’il avait eu avec ses équipiers, envers Jack, les paroles qu’il lui avait crachées au visage lorsqu’ils étaient sortis du hub, laissant Lisa seule face au ptérodactyle, et toutes ces autres fois… maintenant il savait que ce n’était pas que ça, que c’était autre chose, mais qu’il n’avait jamais voulu se l’avouer. Oui, il aimait cet homme dont il ne connaissait presque rien, il avait besoin d’avoir son attention, d’être en sa présence, de savoir qu’il comptait à ses yeux. Il avait besoin d’être aimé par Jack, et de l’aimer en retour.
-Je… commença-t-il.
Mais les lèvres de Jack s’emparant des siennes l’empêchèrent de continuer. D’abord surpris, il ne réagit pas, mais l’insistance du capitaine et la sincérité qu’il lisait dans ses yeux bleus le poussèrent à lui rendre le baiser, et ce malgré la présence de tous les clients autour d’eux qui faisaient mine de ne rien voir.
L’ordinateur émit plusieurs bips sonores. A regret, Ianto et Jack se séparèrent et le Gallois se pencha sur la machine, les oreilles et les joues en feu.
-Bon! On ne peut plus reculer maintenant.
Parlait-il de lui et Jack ou de la mission? Lui-même ne le savait pas.
-Comment tu comptes connecter tout ça à la faille? demanda Jack apparemment impassible.
Il bouillonnait pourtant intérieurement et la présence du Gallois qui faisait battre son cœur comme personne ne l’avait jamais fait auparavant ne l’aidait pas à rester calme.
Ianto marqua un silence, il avait oublié ce détail. Il regarda le livre suspendu à presque 2 mètres au dessus du sol.
-Tu vas devoir m’offrir un autre portable, je crois.
Sans rien ajouter d’autre, il lança son téléphone vers l’ouvrage. A son tour, l’appareil resta suspendu au dessus des deux hommes. D’abord il ne se passa rien. Puis au bout de quelques instants, une lueur bleutée apparut par intervalles de plus en plus rapprochés, de plus en plus lumineuse jusqu’à les aveugler pendant quelques secondes. Un bruit sourd et l’absence de lumière vive les incita à rouvrir les yeux. La première chose que fit Ianto fut de regarder en l’air, mais il n’y avait plus rien. Il se tourna vers Jack pour le lui faire remarquer, mais ce dernier était penché, il ramassait quelque chose qu’il tendit au jeune homme. C’était le livre.
-Il est revenu en état? demanda-t-il.
Ianto le feuilleta rapidement. Plus de pages blanches, les noms des tueurs étaient enfin réapparus, l’histoire semblait enfin redevenue la bonne. Il chercha rapidement au début pour voir ce qu’était devenue la première fille dont ils avaient retrouvé le corps.
-Rien n’a changé, dit- il avec un grand sourire, même celle que l’on n’a pas sauvée est retournée dans l’histoire comme si elle n’en était jamais sortie.
Jack appela Owen.
-Qu’est devenu notre homme?
-Vous devriez venir, il y a eu une drôle de lumière bleue et j’ai été aveuglé. Quand j’ai rouvert les yeux, il avait disparu. Désolé… je crois que j’ai merdé sur ce coup.
-Non, c’est bon, s’empressa de le rassurer Jack, il s’est passé la même chose ici et le livre est revenu à la normale. Nous pensons que les tueurs ont également disparu. Avec un peu de chance, les victimes sont là, en vie. Commence à chercher dans l’immeuble, par les caves et les garages, on va arriver.
Le capitaine appela ensuite Tosh pour qu’elle vérifie si les corps des victimes du livre étaient toujours au Hub. Après quelques minutes de silence, la jeune femme répondit d’une voix blanche.
-Jack! Il n’y a plus rien, je suis désolée, je ne sais pas ce qui s’est passé.
Encore une fois, le capitaine la rassura et expliqua que, d’après lui, tout était enfin rentré dans l’ordre de ce côté- là.
Ensuite entrainant dans son sillage le jeune Gallois, il se dépêcha de rejoindre Owen pour l’aider à retrouver les victimes. Ils arrivaient à l’entrée de la ruelle lorsque ce dernier les appela.
-Jack! Venez vite, premier sous sol, cave n°13, dit il, et appelez les secours, certaines sont dans un piètre état. Je ne pourrai pas être partout à la fois
. Ianto se chargea d’appeler les urgences pendant que Jack se précipitait vers la cave. Une fois certain que les secours viendraient, Ianto les rejoignit, et manqua de faire volte face devant la scène qui se déroulait devant lui.
Deux petites ampoules éclairaient une pièce plus grande qu’il ne l’aurait pensé, aux murs recouverts de crasse. Il n’y avait aucun meuble, hormis un seau d’où se dégageait une horrible odeur. Des chaines étaient reliées à des anneaux en fer fixés au mur et attachaient plus d’une dizaine de personnes, hommes, femmes, mais aussi un enfant, qui ne devait pas avoir plus de dix ans. Owen leur donnait les premiers soins à mesure que Jack les libérait. Toutes les victimes avaient le regard vide, elles semblaient perdues et se laissaient faire sans émettre la moindre protestation, elles ne semblaient même pas se rendre compte que leur calvaire était fini.
Owen faisait des commentaires tout haut auquel personne ne faisait attention, Jack parlait à ceux qu’il libérait, mais ils ne l’écoutaient pas, ils ne semblaient même pas comprendre ce qu’il leur disait. Le capitaine leva la tête pour fixer le regard horrifié du jeune homme, le faisant réagir. Se rendant compte que l’enfant n’avait toujours pas été libéré, Ianto s’agenouilla devant lui et pendant qu’il détachait les chaines, il commença à lui poser des questions: quel était son nom, d’où est-ce qu’il venait, depuis combien de temps il était là… mais l’enfant gardait un regard fixe, éteint et ne répondait rien. Laissant tomber cette approche, le jeune homme choisit de lui parler pour essayer de l’apaiser.
-Moi, c’est Ianto, dit-il, et eux, ce sont Jack et Owen, Owen, c’est notre médecin, il va voir si tout va bien pour toi et pour tous ceux qui sont ici ! Tu sais, j’ai un neveu d’à peu près ton âge (CoE est passé par là, désolée), il adore jouer au foot… tu aimes le foot?
L’enfant ne répondait toujours pas, aussi continua-t-il:
-Il est plutôt doué quand il le veut, surtout lorsqu’il est dans la cage. Il a un don pour arrêter les ballons, je crois bien qu’il n’en a jamais raté un seul, même que parfois ça l’a mené directement à l’hôpital. Je ne compte plus les fractures, les entorses et les points de sutures qu’il a récoltés à trop vouloir bien faire. Chaque fois , je lui disais de s’arrêter ou de se modérer, il me répondait qu’il savait ce qu’il risquait mais cela ne le dérangeait pas d’être blessé du moment qu’il s’était amusé et qu’il avait donné tout ce qu’il avait pour son équipe. Alors j’ai fini par renoncer à l’idée de lui faire changer d’avis, au lieu de ça je lui ai appris à tomber sans se faire mal. Comme ça je n’ai plus eu besoin de le conduire aux urgences à tout bout de champs.
Alors qu’il parlait, il conduisit le garçon jusqu’à Owen qui commença à l’examiner. L’enfant frémissait chaque fois que les doigts du médecin le touchaient, cependant Ianto continuait de lui parler ; sa voix semblait avoir un effet apaisant sur lui comme sur les autres victimes qui paraissaient se calmer au fur et à mesure que le Gallois racontait des anecdotes le concernant.
Owen finissait d’examiner le garçon quand les secours arrivèrent. Rapidement, ils prirent en charge les victimes choquées et les évacuèrent vers les hôpitaux les plus proches. Jack avait rejoint Ianto, qui était resté avec le garçonnet en attendant qu’un secouriste puisse le prendre en charge. Quand enfin l’enfant fut emmené vers une ambulance, il se retourna et du bout des lèvres murmura à l’attention de Ianto en esquissant un faible sourire
-Mat…Je m’appelle Mat….
Jack attrapa les épaules de son compagnon pour l’inciter à se relever.
-Allez ! Viens, on rentre, dit- il en souriant, nous aurons pas mal de travail demain pour effacer les souvenirs de ces pauvres gens.

Les trois hommes rentrèrent à la base et se joignirent à Tosh pour faire le point de la situation.
-Il y avait plus de victimes que ce que l’on croyait, commença Owen, il se peut donc qu’il y en ait d’autres ailleurs, bien que ça reste peu probable, voir impossible. Tout ce que l’on peut faire pour en être sûr c’est interroger les survivants lorsqu’ils en seront capables.
-Jack, il ne faudra pas les laisser dans cet état- là, lança Ianto, ils ne méritent pas ça, ils ne doivent pas se souvenir.
-Nous ferons ce qu’il faut. Owen ! Topo sur les victimes?
-Ces deux malades en retenaient dix-sept. elles ne souffrent ni de malnutrition ni de déshydratation, mais elles sont toutes en état de choc, avec une attitude de zombie, comme si les ravisseurs avaient brisé quelque chose en eux. Ces gens sont dans un état de totale soumission, à tel point que pour certains les chaines n’étaient même plus nécessaires, c’est tout dire. Par contre ils n’ont pas de traces de coups, en tout cas pas assez pour que ce soit la violence qui les ait plongés dans cet état. Je ne sais vraiment pas, mais il faudrait que je fasse des analyses et des tests pour le savoir et…
-Non! protesta Ianto, en regardant Jack, il n’est pas question de faire d’autres tests ou de leur faire subir quoi que ce soit, ils en ont déjà assez vu !... Dis-lui enfin! Les tueurs ont disparu et de toute façon, la police ne doit pas les chercher. Ils ne doivent pas se souvenir de ce qui leur est arrivé, et nous ne devons pas fouiller plus que ça, nous non plus. Cette affaire est finie, pourquoi vouloir en rajouter?
Owen allait protester mais le capitaine leva la main pour réclamer le silence. Ils ne pouvaient pas prendre le risque de voir la police se mêler de cette affaire, mais ils ne pouvaient pas non plus risquer de laisser d’autres victimes abandonnées s’il en restait. Ianto s’aperçut du trouble du capitaine.
-Il n’y a personne d’autre, Jack, j’en suis certain. Ils n’ont pas eu le temps ni les moyens de constituer un autre repaire.
Jack le fixa du regard, cherchant à savoir s’il en était vraiment certain.
-Très bien, demain on leur donne à tous du retcon, y compris aux médecins, et à ceux qui se sont occupés d’eux. Je ne veux pas de témoins.
-Mais…
-Non. Il est temps de tourner définitivement la page et d’en finir avec cette histoire.
Il marqua une pause.
-Allez ! rentrez chez vous, vous en avez tous besoin.
-Heu !... et pour Gwen? demanda Owen alors qu’il franchissait la porte.
-Elle est déjà rentrée chez elle, précisa Tosh.
-Si vraiment ça ne va pas, finit par dire Jack, je lui ferai prendre ce qu’il faut.
Alors que Ianto sortait à son tour, Jack le rappela.
-Oui.
Le capitaine se leva pour se placer face au jeune homme. Les yeux dans ceux de Ianto, Jack demanda:
-Tu es occupé ce soir?
Ianto esquissa un sourire.
-Non ! je ne crois pas.

FIN

_________________

merci Numb22z

It's not... man, it's him... it's just him.


Dernière édition par athenalix18 le Ven 19 Fév 2010 - 20:53; édité 7 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Lun 15 Fév 2010 - 10:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
aviva94
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 51
Localisation: Dans les bras de mon Capitaine...
Féminin Bélier (21mar-19avr) 虎 Tigre

MessagePosté le: Lun 15 Fév 2010 - 11:09    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Bon début, vivement la suite
_________________
Revenir en haut
Space
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 36
Localisation: spacejanto@gmail.com

MessagePosté le: Lun 15 Fév 2010 - 23:06    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

C'est un super début   Okay , ça valait vraiment le coup d'y passer du temps hier!  En plus je vois que tu t'entraines pour tes études futures! C'est pas mal comme devoir maison!! 

Vivement la suite.  
_________________
Toutes mes fics au format PDF ou Open Office à l'adresse suivante : spacejanto@gmail.com
Revenir en haut
Skype
athenalix18
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 34
Localisation: toulouse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2010 - 17:56    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Merci pour les encouragements (et pour le coup de main space!)
_________________

merci Numb22z

It's not... man, it's him... it's just him.
Revenir en haut
MSN
nath7
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2009
Messages: 255
Localisation: dans les étoiles avec ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Mar 16 Fév 2010 - 19:50    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Confused un peu indigeste au début (texte serré) mais ,ensuite, Wink   j'ai accroché et ... j'attends la suite

"j'aime" bien les policiers  les pauvres ....
_________________
Le couple JIanto me fait fondre et plus encore
CARPE DIEM
Revenir en haut
athenalix18
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 34
Localisation: toulouse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Mer 17 Fév 2010 - 00:14    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

chapitre 3 posté, doucement avec les policiers nath, ils peuvent toujours servir
_________________

merci Numb22z

It's not... man, it's him... it's just him.
Revenir en haut
MSN
doctor34
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 456
Localisation: L'Espace intersidéral
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 17 Fév 2010 - 14:31    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Bravo ! J'ai beaucoup aimé ! Smile
_________________
Revenir en haut
Arianrhod
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Aoû 2009
Messages: 305
Localisation: Montpellier
Féminin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Lun 22 Fév 2010 - 13:14    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

L'histoire est un peu sombre à mon gout (je ne lirais pas In Tenebris ! ) mais j'ai bien aimé ton histoire très fouillée.
Sans parler des personnages dont les caractères sont bien rendus. Mention spéciale à ton Ianto !
Bravo !!  Okay  
_________________

Merci Samaël
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
athenalix18
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 34
Localisation: toulouse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Lun 22 Fév 2010 - 17:38    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Merci beaucoup!! c'est dommage Arian tu rates un super livre, une très bonne histoire d'autant que c'est pas le pire de la trilogie^^
_________________

merci Numb22z

It's not... man, it's him... it's just him.
Revenir en haut
MSN
Space
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2010
Messages: 36
Localisation: spacejanto@gmail.com

MessagePosté le: Mer 24 Fév 2010 - 02:04    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Une histoire complète, très détaillée avec un bon suspense!  Confused         Bravo !  Okay

Pour une fois que quelqu'un fait une histoire où Ianto est le héro ! Et en plus, quel héro!   



_________________
Toutes mes fics au format PDF ou Open Office à l'adresse suivante : spacejanto@gmail.com
Revenir en haut
Skype
missy
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2009
Messages: 257
Localisation: nancy
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév 2010 - 17:25    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

Pfiou ben y a des moments c'était bien trop gore pour mon petit coeur sensible.
en tout cas une histoire bien gérée et j'aime vraiment beaucoup l'idée de départ!
Et pour finir du jack/ianto, alors forcément ça m'a plu!
_________________
Merci Duam^^

No, I am not a Johnette...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
athenalix18
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2010
Messages: 34
Localisation: toulouse
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Ven 26 Fév 2010 - 00:01    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

ben encore merci.... Embarassed  mais c'était si noir que ça?
_________________

merci Numb22z

It's not... man, it's him... it's just him.
Revenir en haut
MSN
terryjones
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2009
Messages: 48
Localisation: Puy de dôme
Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 26 Fév 2010 - 20:40    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant



j'aimais tout simplement

Revenir en haut
lylylune
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2010
Messages: 162
Localisation: sartrouville
Féminin Lion (24juil-23aoû) 虎 Tigre

MessagePosté le: Lun 1 Mar 2010 - 16:56    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

que dire
_________________
jones...ianto jones
Revenir en haut
MSN
CptJackHarkness
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Fév 2010
Messages: 190
Localisation: Dans le Hub à Cardiff, ou en train de chasser les Weevils avec mon Capitaine !!!!
Féminin Lion (24juil-23aoû) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 8 Avr 2010 - 19:53    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres Répondre en citant

j'ai bien aimé l'histoire, le sujet était intéressant et c'est bien écrit

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:14    Sujet du message: [terminé] sortis des ténebres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Torchwood fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com