Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Nouveau départ

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
booster
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2010
Messages: 1 171
Localisation: Dans un camp d'entraînement romain
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 12 Juil 2010 - 16:36    Sujet du message: Nouveau départ Répondre en citant

Titre : Nouveau départ

Rating PG-13

Résumé : Comment le Docteur a changé ma vie.

Spoilers : Juste après Doomsday, avant The Runaway Bride

beta : Soeur


Citation:
« C’était une erreur, Laurent. Oublions ça et restons amis »
Ces quelques mots me fendaient le cœur. Mais je gardais mon sang froid, souri et acquiesçais avant de partir de cette fête.
En rentrant chez moi, je me remettais en question. Je savais que ça allait se passer comme ça, il ne me voyait pas comme une possible relation sérieuse… juste un ami, une connaissance. Profiter de l’occasion ou il était saoul pour l’embrasser, c’était idiot. Mais au moins, je savais à quoi m’en tenir.
De toute façon, toute ma vie était pleine de déceptions, envers moi, ma famille. Je n’arrivais pas à faire ce que le monde me demandait et à rester moi-même en même temps. Alors, je portais toujours un masque et cloisonnais ma vie en parts, chacune me montrant différemment. En famille, j’étais discret et peu loquace, au travail, hésitant et peu efficace, avec mes amis, optimiste et un peu bizarre, en couple, ça n’est jamais arrivé… Jamais personne ne me connaissais vraiment.
Je m’arrêtais, respirant un grand coup pour éviter à mes larmes de couler, et m’assis sur un banc dans un parc. L’air était frais, ce qui était normal pour un mois d’octobre. La lune était pleine, le ciel dégagé. Un vendredi 13. Il ne manquait plus que je croise un chat noir et le tableau était complet. Peut être que si je faisais un vœu…
Je soupirais.
J’avais envie de partir. De changer de vie complètement, vivre des aventures fabuleuses… comme dans la série Doctor Who. Un voyageur du temps et de l’espace, dans sa petite boite bleue plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur… je souris. Cette série me faisait griller le cerveau. Je connaissais tout sur le Docteur, ses compagnes, son Tardis, de sa neuvième, dixième et sa onzième régénération qui était en cours. Certaines répliques, certaines attitudes, même les plus folles étaient passées dans mon quotidien (comme une adoration pour les bananes).
Je fermais les yeux, expirais et me relevais pour repartir. Soudain, j’entendis un bruit. Je me retournais, et repartis sur mon chemin. Il n’y avait que quelques massifs de fleurs, une fontaine, quelques statues d’anges et de femmes à moitié dénudées.
Minute.
Je me retournais encore. Tout était pareil, il y avait toujours les massifs de fleurs, la fontaine, et les statues. Rien n’avait bougé.
Je repartis encore, mal à l’aise. J’étais certain qu’une des statues avaient les yeux cachés par ses mains, mais aucune d’elles la deuxième fois n’était dans cette position.

Oh non…

Je me retournais une troisième fois, et me pétrifia d’horreur. Deux statues d’anges s’étaient rapprochées à trois mètres de moi, les bras tendus.

Des anges pleureurs.

Je me reculai le plus vite possible vers la sortie, en essayant de ne pas cligner des yeux. Si je clignais, un des anges pouvait sortir de mon champ de vision et venir me toucher par derrière. La peur m’aidait à résister, mais mes yeux me picotaient à cause de ces satanées lentilles !
Je ne savais pas quoi faire. J’aurais dû prendre un miroir pour venir à cette fête. Toujours prendre un miroir pour les fêtes, les miroirs peuvent vous sauver la vie. La subtile allusion de mon cerveau à Doctor Who ne me fit pas rire du tout. Et si je trébuchais ? A ce moment, je priais pour un miracle. Mais je n’avais jamais eu de chance. Mes yeux me brûlaient.
Je pouvais toujours me laisser toucher, moi qui demandais il y a pas cinq minutes une nouvelle vie… mais en même temps, je ne pouvais pas choisir ma destination, et je pourrais très bien commencer une nouvelle vie au temps des dinosaures.
A ce moment, j’abandonnai et cligna. Comme je l’avais prévu, l’un des anges s’était rapproché, et l’autre avait disparu. Plus que quelques secondes, et l’ange me touchera.
Soudain, je sentis quelqu’un derrière mon dos.
-Ne bougez pas, et ne clignez pas des yeux, je vois l’autre entendis-je.
-Ah tiens, je ne savais pas, merci du conseil répondis-je automatiquement, sarcastique.
-Ce sont des anges pleureurs, s’ils vous touchent, vous êtes envoyé dans un autre temps, heureusement, ils possèdent un moyen de défense très pratique pour nous et pour eux… parla très vite l’autre voix, une voix d’homme.
- Oui, je sais, c’est un verrou quantique, ils cessent d’exister dès que vous les regardez coupais-je énervé.
-Comment vous… commença l’homme.
-Peut importe, vous avez des miroirs ? Demandais-je. S’ils se regardent eux-mêmes, ils seront piégés pour toujours !
-Malheureusement, je n’en ais pas, seulement un tournevis sonique et un cerveau qui tourne à cent à l’heure.
Là, je tiquai. Non, impossible.
-Au fait, juste comme ça, comment vous vous appelez ? Demandais-je innocemment, avec un peu d’ironie.
-Je suis le Docteur et vous ?
Je me figeai. (Bon. Les « C’est impossible » et autres « pincez-moi », ce sera pour plus tard).
-Moi, c’est Laurent répondis-je.
-Attendez !!! Dis tout à coup le Docteur. Mais, c’est simple comme tout ! Laurent, vous êtes brillant !!! Déplacez-vous lentement sur votre gauche.
J’obéis, sentant que le Docteur me suivait.
-C’est bon, vous pouvez arrêtez de les regardez, ils se contemplent l’un l’autre.
Je regardais alors derrière moi, et je vis que les anges étaient sur la même ligne et se tendait les bras, comme si ils courraient pour s’enlacer. Puis, je me tournais vers le Docteur et fut une fois de plus surpris. Il ressemblait étrangement à l’acteur qui jouait le Dixième Docteur avec costume bleu, Converses beiges et tout le toutim.
-Oh. Mon. Dieu. Dis-je, en état de choc. C’est… C’est bien vous ?
-Euh, oui, je suis moi… Pourquoi ? demanda doucement le Docteur.
-Alors, vous existez ? Vous êtes réel ? Le Tardis, le tournevis sonique, les planètes, les Daleks... C’est, c’est magnifique, fantastique !!! Mais, vous êtes seul ? Vous avez une compagne non ? Ou est Rose ? Continuais-je.
-Elle…. Elle est partie… murmura-t-il tristement.
-Oh, désolé, elle est dans le monde de Pete… dis-je doucement.
-Quoi ?
-Oups, oubliez-ça! M’exclamais-je. Mais dites-moi, Docteur, vous connaissez une Donna ?
-Euh, non… répondis le Docteur, perdu.
Ok, donc, je viens de rencontrer le Docteur, juste après sa séparation d’avec Rose, mais avant qu’il ne rencontre Donna…
-Bon, maintenant, vous allez me dire comment un simple humain comme vous peut en savoir autant sur moi, et apparemment sur mon futur, puisque vous parlez d’une personne que je n’ai encore jamais rencontré ordonna le Docteur qui commençait à perdre patience.
Et encore, il n’a pas rencontré River Song !
-Oh non, si je vous le disais, la réalité pourrait se déchirer en milles morceaux ! C’est un peu un problème de Wibbly Wobbly Timey Wimey...Stuff Me défendis-je.
En effet, s’il connaissait la série, il pourrait très bien vouloir regarder les épisodes, surtout si je viens de lui parler de Rose. Si il voyait la fin de la saison 4… Connaître son propre futur n’est jamais bon, surtout à son importance.
-Pourquoi le champ de Distraction ne marche pas… marmonna le Docteur
-Un champ de Distraction ? Qu’est ce que c’est ? demandais-je, curieux
-Oh, vous ne savez pas ça de moi ? Taquina le Docteur. Un champ de distraction, c’est un mécanisme de sélection mémoriel. Je l’ai placé après la fermeture de la faille, pour que les humains ne se souviennent pas des problèmes extraterrestres. Ils ne sont pas prêts.
Un petit silence se fit.
-Bon, eh bien, ravi de vous avoir rencontré Laurent. Dit-il en partant.
-Vous ne restez pas ? Vous ne devez pas sauver le futur dans la région ? demandais-je en le suivant.
-Non, c’est déjà fait. Le problème, c’était ces deux anges qui touchaient à tour de bras. Avec toute l’énergie temporelle qu’ils avaient déjà absorbé, ils pouvaient créés une faille énorme, de la taille…
-De la Belgique exactement ? plaisantais-je.
Le Docteur se figea, stupéfait.
-C’est ce que j’allais dire ! Vous n’allez pas finir mes phrases quand même ! Se plaignit-il.
- Oups, excusez-moi, à moitié désolé, à moitié amusé par la tête du Docteur.
Puis je tournais la tête et vis le Tardis. Il était exactement comme celui de la série.
-Est-ce que… je peux ? demandais-je timidement. Pour me réconforter d’avoir été attaqué par deux anges pleureurs capable de faire sauter entièrement la Belgique ?
Je lui fis mon regard de cocker battu, auquel rien ni personne ne peut résister, et il acquiesça en souriant. Pendant qu’il ouvrait sa boite bleue, je caressais la surface de bois. Quand il ouvrit, il rentra à l’intérieur, et je le suivis.
Je contempla bouche bée l’intérieur du vaisseau. Je regardais chaque recoin, chaque bouton de la console qui se trouvait à mes yeux, mais ne dis pas un mot. Quand je sortis de ma transe, je vis le Docteur avec un air étrange. Soudain, je compris et souris.
-Non, je ne le dirais pas. Je refuse.
-De quoi ? Dit-il d’un air faussement étonné.
-Non, non, non, je ne le dirais pas répétais-je. Je ne dirais pas cette phrase que vous attendez toujours quand un nouveau compagnon rentre dans votre Tardis. Le seul moyen pour cela, c’est que vous me suppliez à genoux avec pour seul vêtement un boxer avec des dessins de bananes dessus.
-Je ne prends plus de compagnons avertit le Docteur, le visage fermé.
-Qu… Quoi ? Vous ne m’emmenez pas ? Bredouillais-je.
-Non.
- Docteur, vous avez besoin de quelqu’un. Vous ne pouvez pas rester seul.
Le Tardis émit un son. Le Docteur parut réfléchir.
-C’est dangereux.
- Je prends le risque.
- Je ne peux pas vous laisser faire ça.
-D’accord. Mais il faut d’abord me faire sortir d’ici. Et pour cela, il faut m’attraper. Dis-je calmement.
Et je me suis mis à courir comme un fou, poursuivi par le Docteur. J’ai couru dans les coins et recoins du Tardis, caché derrière des pots de fleurs, sous un lit, j’ai même fais un plongeon dans la piscine. Mais en sortant de celle-ci, le Docteur s’est jeté sur moi, et nous sommes tombés à la renverse, lui sur moi, essoufflés et trempés.
-Ok Laurent, tu as assez d’endurance et de vitesse pour courir en cas de danger. Je t’accorde le droit de voyager avec moi.
-YOUPI !
-Mais qu’une chose soit claire : si je te dis de courir, tu cours. Si je te dis de sauter, tu sautes. Si je te dis de t’enfuir, tu t’enfuis. Je ne veux plus perdre personne. C’est compris ?
-Je vous donne ma parole, Docteur.
Il y eu un instant ou le Docteur et moi sommes restés immobiles, l’un sur l’autre, reprenant nos respirations. J’avais l’impression que quelque chose se passait entre nous… Mais je repris contenance et me releva.
-Bon, vous me montrez mes appartements ou pas !
-Oh, euh… oui répondit le Docteur
Il me montra ma chambre, décoré avec goût.
-Bon, je vais dormir un peu, vous conduisez le Tardis, et on verra ou le vent nous portera ! Allez, bonne nuit !
Et je lui fermais la porte au nez..


_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 12 Juil 2010 - 16:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com