Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Adieux et Retrouvailles [Terminée]
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 3 Sep 2010 - 19:14    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Bonjour/Bonsoir

Voilà, bon, je marche sur des œufs, car voici ma première fanfic achevée (tous styles, œuvres et supports confondus), j'aime écrire, mais rien ne dit que je sois douée pour ça.
Je vous dis ça, car c'est vraiment un test et je serais vraiment navrée que ma fanfic ne soit pas à la hauteur (de vos attentes, des miennes, bref...).

[Pour les membres de RTC : pour information, cette fanfic est aussi disponible sur le forum de RTC Wink]


Titre : Adieux et Retrouvailles
Rating : PG, passages PG-13 (A voir, peut-être du R ou même NC17... à demander en MP si tel est le cas).
Spoilers : L'action se passe peu après la fin de la saison 4 de Doctor Who, à la suite de "Journey's End".

Résumé : Nous voilà avec le Docteur 10.5 et Rose (et accessoirement Jackie) dans l'Univers Bis, peu de temps après le départ du TARDIS de Bad Wolf Bay. Si Rose a dû se résigner à laisser partir le Docteur, la suite ne s'avère pas aussi réjouissante que prévue. Des questions commencent à tarauder Rose, mais aussi le Docteur, l'inquiétude et les doutes s'insinuent malgré eux...
Genre : Romance (mièvrerie, soyons clairs !)
Disclaimer : Tous les personnages ainsi que l'idée originale appartiennent à la BBC.

Notes de l'auteur :

- Le sujet a dû être traité maintes et maintes fois, mais dans l'idée de ne pas trop m'influencer, je n'ai pas lu d'autres fanfics sur la suite des événements dans l'Univers Bis (avant l'écriture de cette fic' du moins). Toute ressemblance à une œuvre déjà existante serait (quasi...) purement fortuite.
- Je vous demande humblement votre indulgence. C'est le premier texte issu d'une œuvre originale que je mets en ligne, du coup, si les personnalités des personnages ne collent pas avec celles de la série, j'en suis parfaitement navrée.
De même, les passages de discours ne sont peut-être pas top-top et je redoute que les explications que j'ai trouvées ne soient pas conformes à ce qui a été dit par ailleurs (autant officiellement que par réflexions de fans), ou encore complètement illogiques ou fantaisistes.
Attention, la fin est vraiment alambiquée et mièvre, cœurs de pierre s'abstenir !

Après toutes ces mises en garde, j'espère ne pas vous décevoir davantage Laughing

Bonne lecture !
Et surtout, n'hésitez pas à déposer vos critiques, je prends tout ce qui est constructif (mais merci d'y mettre les formes quand même, je suis plutôt susceptible ).



Citation:

Tant de kilomètres.

Tant de kilomètres encore. Une distance qui paraissait insurmontable. Et cette tension, ce silence insupportables qui régnaient dans le véhicule, et personne pour le rompre. Personne pour oser. Aucun d’eux n’avait envie de parler quoi qu’il en soit, comme si la moindre parole avait pu enflammer l’atmosphère.

La gêne était palpable et aucun regard, même discret ou dérobé, ne fut échangé entre eux deux. Seule Jackie s’aventurait, de temps à autres, à regarder sa fille dans le miroir du rétroviseur. Rose s’était blottie de son côté de la banquette, cherchant presque à s’éloigner de cet homme.

Un baiser, un baiser pourtant avait été échangé quelques temps plus tôt. Mais était-ce réellement ce que cela semblait être ?

Tant de questions envahissaient l’esprit de Rose et même le Docteur ne savait pas vraiment où il en était non plus.

Rose guettait chaque mouvement du Docteur qui, lui, percevait la respiration de la jeune femme et les battements saccadés de son cœur. Et par ces deux seuls éléments il était capable de déduire grossièrement ses pensées et ses interrogations. Il n’allait pas gagner sa confiance si facilement, et il ne le savait que trop bien.

Gagner la confiance d’une femme qui, récemment encore, aurait pourtant été capable de lui donner sa vie s’il l’avait fallu. Enfin… pas exactement à lui, mais la différence était-elle réellement si grande ? Même lui n’était pas capable de la mesurer, et il se doutait bien que Rose devait être bien davantage perdue dans cette comparaison.

En cet instant, il aurait tout donné pour qu’elle se tourne vers lui.

Pour voir son sourire, un sourire si lumineux, éblouir son âme. Mais qui était-il pour espérer une telle chose ?

Il se tourna vers la fenêtre, enfouit son menton dans sa paume et posa son front contre la vitre froide. Le paysage défila sous ses yeux, sans même qu’il ne le voie.

Rose risqua un regard vers lui, espérant qu’il ne s’en rende pas compte. Son cœur fit un bond lorsqu’elle réalisa qu’il était comme Lui. Le même, parfaitement identique, à l’exception de son accoutrement. Et la seule chose qu’elle fut capable de penser était que le bleu lui allait bien. Si bien qu’involontairement elle se mit à sourire de cette réflexion si triviale alors qu’elle était en proie à une véritable problématique… Qui était-il ?

Suffisait-il vraiment d’affirmer qu’il était Lui pour que Rose accepte cette idée ? Ne la connaissait-il pas assez depuis le temps ? Elle si têtue, si obstinée.

Elle soupira.

Il se retint de le faire.

 
 


Citation:

Ce n’est qu’arrivés sur le quai où ils devraient embarquer pour l’Angleterre, et le jour déclinant, qu’ils sortirent de la voiture. Jackie confia à sa fille le bon soin d’aller au guichet s’enquérir des horaires pour le prochain ferry en lui tendant son passeport. Et sans pour autant que Rose ne fasse preuve d’enthousiasme, le Docteur remarqua qu’elle avait l’air plutôt soulagée de s’éloigner de lui. Cela le rendit morose, mais il n’eut pas le temps de s’apitoyer sur son sort, Jackie sauta sur l’occasion pour l’interroger.

- Qui êtes-vous ?

- Le Docteur.

- Ca je le sais, ce que je veux savoir, c’est… C’est plus compliqué que ça n’est-ce pas ? Vous n’êtes pas vraiment le Docteur, mais vous n’êtes pas quelqu’un d’autre non plus.

- Je vois que vous n’abandonnez jamais, Jackie Tyler. Puisque vous désirez tellement le savoir, je suis son jumeau diabolique !

A cette réplique, elle lui lança un regard hostile et assassin.

- Croyez-vous que ce soit réellement le moment de plaisanter !? s’emporta-t-elle. Regardez Rose, regardez dans quel état vous l’avez mise, vous et l’autre Docteur ! Ou peut-être est-ce vous l’autre Docteur ? Je n’en sais rien, et j’imagine que Rose doit le vivre bien plus mal que moi. Moi je ne vous aime pas. Enfin… Je ne vous aime pas comme Rose vous aime !

« Que croyez-vous qu’il se passe dans son esprit ? Elle vous a perdu, retrouvé, perdu à nouveau et… et ensuite elle a eu droit à deux Docteurs pour le prix d’un ! Vous allez finir par la rendre folle ! Que lui réservez-vous encore ?

- Sachez Jackie Tyler, s’énerva-t-il à son tour, que je n’ai jamais voulu faire souffrir Rose ! Si j’avais pu éviter tout cela, soyez bien sûre que je l’aurais fait ! J’ai fait de mon mieux, tout mon possible pour lui éviter bien du mal et je…

- « Vous » ? ironisa-t-elle en le pointant du doigt.

- Oui, moi ou nous ! Nous ! Ca vous paraît plus clair ? Il est moi, je suis lui, nous sommes liés, quelle qu’en soit la manière. Nous sommes une seule et même personne, et je vous suppose trop butée pour pouvoir le comprendre. Rose a bien hérité de votre entêtement, mais j’espère sincèrement qu’elle aura l’esprit plus ouvert que le vôtre, sinon…

Il fut incapable de terminer sa phrase.

- Sinon quoi ? insista Jackie.

- Je n’ai pas de réponse à vous proposer. Je préfère même ne pas y penser, figurez-vous. Rose a été la cause de bien des changements pour moi, et désormais je me vois incapable d’imaginer vivre sans elle. Je n’ai peut-être pas vraiment vécu la solitude dans laquelle a été plongé l’autre Docteur, mais je sais indirectement ce qu’elle a causé, et il est hors de question que je vive cela à nouveau. Encore moins si ma propre existence doit en être la cause !

- Vous l’aimez vraiment ?

- C’est une question qui ne se pose pas. Rose… il soupira. Je n’aurais jamais cru que ça puisse être possible, mais Rose est devenue comme un point de repère dans ma vie. Et sachant que je suis humain, et donc mortel, je ne sais plus me fier qu’à elle pour m’y retrouver. C’est pour ça que pour la première fois, Jackie Tyler, je vous demande votre indulgence. Je suis aussi perdu et désemparé que votre fille, sachez-le. Me voilà dans un monde, et dans une situation que je ne connais pas. Je suis capable de sentir chaque seconde de ma vie, et de les soustraire de ma désormais si courte existence. Comprenez que cela me fasse peur. Et comprenez que je craigne aussi de devoir passer chacune de ces secondes à me demander si mon existence n’est pas la plus grosse erreur qui ait jamais été commise…

Jackie fut troublée par l’air désespéré du Docteur et sans prévenir, elle fit une chose que le Docteur n’aurait jamais imaginé d’elle, encore moins en cet instant. Elle s’approcha de lui et le prit dans ses bras.

- Sachez que je vous apprécie, vous avez rendu ma fille heureuse. Enfin je crois. Quoi qu’il en soit, je ne peux que souhaiter qu’elle ait assez de jugeote pour vous redonner son entière confiance. A ce que je peux en juger, vous l’aimez et vous tenez réellement à elle. Comprenez que je ne peux la forcer à vous accorder son pardon, mais j’espère de tout cœur qu’elle le fera. C’est une tête de mule, mais elle a du bon sens, et elle vous aime. Je ne peux pas vous dire comment elle a vécu votre absence, c’est à elle de vous en parler si elle le décide, mais sachez simplement que ça a été très difficile, et que son attachement pour vous allait bien au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer.

Le Docteur fut touché par ces paroles mais avant qu’il ne puisse remercier Jackie, Rose était revenue. Sans un regard vers lui, elle s’adressa à sa mère, d’une voix cassée.

- Le prochain ferry part dans un peu plus de deux heures, mais nous pouvons déjà monter à bord, j’ai pris les billets. Nous n’avons qu’à ramener la voiture d’abord. Il y a une agence de location pas loin d’ici.

Jackie décida qu’elle allait s’occuper de la voiture malgré l’insistance de Rose, la laissant seule avec le Docteur.

La jeune fille resta muette et baissa le regard lorsqu’elle tendit sa carte d’embarquement au Docteur, accompagné d’un morceau de papier blanc qu’il examina quelques secondes.

- Un papier méta-psychique… Où l’avez-vous eu ?

Malgré la question, Rose conserva son mutisme, se sentant incapable de parler. La feuille blanche s’en chargea cependant pour elle, et le Docteur put y lire la réponse à l’une de ses lancinantes questions. Il fixa le papier pendant quelques secondes avant de l’enfouir dans sa poche avec l’esquisse d’un sourire sur son visage.

Il s’avança alors vers Rose, lui saisit délicatement les épaules et l’attira vers lui pour l’enlacer tendrement. Rose s’abandonna d’abord à cette étreinte, puis ne put s’empêcher de la lui rendre. Il recula doucement et prit tendrement le visage de la jeune femme entre ses mains. Elle le regarda droit dans les yeux avec une pointe de défi malgré les larmes qui commençaient à perler sur ses joues. Il en essuya une et murmura : « C’est bien moi, Rose » avant de déposer un délicat baiser sur son front.

- Je sais que cette situation est difficile à affronter, mais je ferai tout mon possible pour vous aider à y faire face. Cette fois je resterai avec vous. Je veux rester avec vous, je veux vous offrir tout ce que je n’ai pas pu vous offrir avant et tout ce que je n’aurais pas pu vous offrir sans ce concours de circonstances.

- Un mal pour un bien, n’est-ce pas ? Enfin, pas exactement un mal, mais je me pose tant de questions que j’aimerais vous poser et je n’ose pas.

- J’y répondrai.

- Vous y répondrez ? Vraiment ?

- J’ai le temps à présent… Je prendrai le temps de répondre à toutes vos questions. Je prendrai tout mon temps pour vous.

Jackie revint à ce moment-là, et pour toute réponse, Rose lança un regard éloquent au Docteur, lui signifiant qu’elle attendait de voir pour le croire. Il haussa les épaules avec un demi-sourire.

Sa mère s’inquiéta, voyant Rose grimacer. Mais cette grimace se transforma en un sourire timide, ce qui la rassura et confirma que la situation n’était pas aussi inextricable qu’elle ne l’avait craint.

 
 


Citation:

L’embarquement fut silencieux, néanmoins l’atmosphère sembla plus détendue que pendant le début du voyage.

Jackie et Rose présentèrent leur passeport, et malgré son expérience en la matière, cette dernière eut une certaine appréhension lorsque le Docteur présenta le feuillet blanc, mais tout se passa au mieux et John Smith – officiellement – put monter à bord et rejoindre ses deux compagnes.

- J’ai faim, annonça Jackie à peine arrivée dans le hall. J’espère que le restaurant est ouvert.

- Regarde maman, c’est par là.

Rose semblait plus enthousiaste, sûrement affamée elle aussi.

- Vous avez faim ? s’enquit-elle auprès du Docteur.

Il tâta son estomac.

- Maintenant que vous le mentionnez, réfléchit-il, je crois que oui. Ce qui est amusant, c’est que je n’ai encore jamais mangé.

- Très bien, alors en route mauvaise troupe, scanda Jackie.

Ils dînèrent au calme et purent discuter tranquillement sans qu’aucune oreille indiscrète ne vienne s’intéresser à leur conversation, bien qu’aucun sujet particulièrement compromettant ne fut abordé à ce moment-là.

Le Docteur posa des questions à Jackie sur sa vie de famille, Tony, le petit frère de Rose, et son mari Pete. La discussion fut très triviale, et si Rose en fut un peu déçue, elle décida de prendre son mal en patience et de garder ses questions pour un moment plus propice et plus intime. Elle estima aussi que le Docteur ne voulait sans doute pas évoquer certains sujets en présence de sa mère, ce qu’elle ne souhaitait pas non plus.

Les tensions n’étaient pas complètement retombées, on n’en était pas encore à rire, mais il était clair que tous les trois étaient plus à l’aise, et quelques sourires furent échangés.

Au bout d’un certain temps, Rose ne put suivre la conversation qu’au prix de quelques efforts, la joue posée dans la main, et lutant pour garder les yeux ouverts. Le Docteur, ayant probablement remarqué son état de fatigue, proposa d’aller repérer leurs cabines respectives. Ils avaient chacun la leur, et vu l’état d’esprit dans lequel se trouvait Rose lorsqu’elle avait réservé les billets et craignant qu’il n’eut été envoyé à l’autre bout du navire, il fut rassuré de savoir que les cabines étaient voisines.

Ils découvrirent leur lieu de repos pour la nuit à venir, relativement étriqué et spartiate, mais ils avaient au moins une certaine intimité et un semblant de confort, ce qui n’était pas du luxe après une telle journée.

Jackie proposa d’aller acheter tout ce qui leur serait nécessaire pour leur court séjour à bord. N’ayant évidemment pas de bagages, au vu des circonstances qui les avaient menés ici, elle se procura trois brosses à dents, du dentifrice, d’autres produits de toilette et par une petite attention pour le Docteur, trouva aussi ce qu’il fallait pour qu’il puisse se raser.

- Même si je vous aime bien avec la barbe naissante, lui glissa-t-elle.

Il faisait nuit désormais, et la fatigue toucha à leur tour les deux compagnons de Rose. Le Docteur bâillait à qui mieux mieux, et Jackie risquait de s’effondrer sur son lit en se brossant les dents. Elle réussit quand même à rabattre la couverture sur elle avant de sombrer dans le sommeil.

Rose se coucha à son tour, regrettant de ne pas avoir au moins une chemise de nuit. Son tee-shirt lui parut soudain très court, ne couvrant que le haut de ses jambes.

- Tant pis.

Elle s’allongea sur son lit et ferma les yeux, mais dès qu’elle le fit des images désagréables vinrent investir son esprit. N’arrivant pas à s’en défaire, même en cherchant des pensées plus apaisantes, elle rouvrit les yeux et fixa le plafond dans l’obscurité. Les lumières qui brillaient par le petit hublot, donnant sur le port qui s’éloignait lentement, se reflétaient sur le plafond. Elle s’estima chanceuse de ne pas être sujette au mal de mer. Bien qu’à côté des turbulences et des sensations provoquées par le TARDIS, un navire en proie à une tempête aurait semblé plus confortable.

Au souvenir du TARDIS, des larmes lui montèrent aux yeux, elle tenta de les retenir, se maudissant d’y avoir pensé. Avec le souvenir du TARDIS s’ajoutaient inéluctablement ceux du Docteur, de ses aventures à ses côtés, merveilleuses ou effrayantes, de leurs promesses respectives. Elle s’entendait lui jurer qu’elle resterait quoi qu’il arrive et l’entendait encore lui dire qu’il la garderait auprès de lui. Il n’avait pas menti, elle était plus que persuadée de sa sincérité à ce moment-là. Mais comme toujours, des éléments extérieurs étaient venus contrarier leurs plans et leurs espérances. Si de son côté, ces projets semblaient en bonne voie pour se concrétiser (d’une manière assez étrange, certes), elle ne pouvait s’empêcher de songer au Docteur, reparti seul errer dans le temps et l’espace.

Elle se sentait coupable, tellement coupable, mais la colère la submergeait aussi. Malgré quelques erreurs, elle s’était dévouée à lui, avait risqué sa propre vie pour sauver la sienne, et il l’avait laissée là sans excuse, sans réaction, sans un regard en arrière. Que devait-elle en penser ? Elle avait envie de se ruer dans la chambre voisine de la sienne, attraper le Docteur par le col et lui demander pourquoi. Elle ne pouvait plus s’empêcher de pleurer des larmes de rage et de tristesse infinie et parvenait à grand peine à retenir ses sanglots.

Quelqu’un frappa à la porte.

 
 


Citation:

Les yeux embués, elle se moucha, enfila rapidement son pantalon et se dirigea vers la porte. Elle resta accrochée à la poignée, n’osant pas ouvrir sur le moment. Elle attendit une minute, posa son oreille tout contre le panneau de la porte et retint sa respiration. Elle entendit un très léger murmure… une voix féminine. Elle fut presque déçue.

Elle ouvrit. Sa mère se tenait dans le couloir légèrement éclairé.

- Ca va ma chérie ? J’ai cru entendre du bruit dans ta chambre.

- Euh, oui, dit-elle d’une voix trop enrouée à son goût. Je n’arrive pas à dormir, je pense que c’est le mouvement de la mer qui me dérange.

Bien qu’elle n’en laissa rien paraître, sa mère sentit bien que ce n’était pas la vérité. On ne la lui faisait pas, surtout pas sa propre fille. Mais compte tenu de son état d’esprit actuel, elle préféra la laisser tranquille et ne pas la brusquer. Elle eut voulu la consoler, mais Rose n’eut fait que la repousser. Elle ne souhaita donc pas provoquer d’esclandre, surtout pas à cette heure-là.

- Essaie de te reposer ma chérie, bois un peu si ça peut t’aider. Je veux bien aller te chercher quelque chose à la boutique, elle est encore ouverte, ils doivent bien avoir un peu d’aspirine.

- Ca ira maman… Même si je ne dors pas cette nuit, je dormirai demain, ça doit être toute cette agitation qui m’a énervée… Tu peux aller te coucher.

Elle tenta un sourire, sa mère lui répondit par une sorte de grimace peu convaincue ni convaincante et lui souhaita une bonne nuit. Rose referma la porte et se déshabilla un peu trop énergiquement si bien qu’elle risqua de tomber. Elle réussit à se réceptionner sur le lit.

Cinq minutes plus tard, sa mère revint frapper doucement à sa porte. Rose ne fit pas autant de manières que la première fois et alla ouvrir de mauvaise grâce.

- Tu n’avais pas besoin de m’apporter de l’aspirine, tu sais…

Lorsque le battant fut suffisamment ouvert, elle se rendit compte de sa méprise.

Le Docteur se tenait devant elle, visiblement interloqué par sa réplique.

- Je suppose que ça ne m’était pas destiné, murmura-t-il.

- Non, en effet… Désolée, ma mère vient de frapper à ma porte, je croyais que c’était encore elle, souffla-t-elle.

- Eh bien non… Je vous dérange ?

- Pas vraiment, je ne dors pas de toute façon. Je vous ai réveillé ?

- Non, moi non plus je ne dors pas. Ce genre de journées a plutôt tendance à me garder éveillé.

- Je ne sais pas si nos raisons sont les mêmes, mais c’est aussi un peu mon cas.

Rose avait oublié que ses jambes étaient aussi découvertes - elle avait tendance à oublier tout ce qui l’entourait lorsqu’elle était à proximité du Docteur - et ce ne fut que lorsqu’elle le vit baisser furtivement les yeux, et (du moins, c’est ce qui lui sembla) rougir quelque peu, qu’elle se souvint qu’elle était à moitié nue.

Elle se précipita dans sa cabine, claquant presque la porte au nez du Docteur, pour enfiler son pantalon.

- Ca ne me dérangeait pas, s’amusa-t-il.

Elle le foudroya du regard.

- Qu’est-ce que vous voulez ? siffla-t-elle vexée.

- Comme vous ne dormez pas et que je ne dors pas, je me suis dit que l’on pourrait éventuellement passer ce temps inutilisé à discuter un peu.

Rose soupira pour la forme mais l’invita tout de même à entrer. Elle alluma l’une des lampes de la chambre et remarqua qu’il ne portait que son tee-shirt brun et son pantalon, il était pieds nus. Si ce n’est le jour de sa régénération, elle ne l’avait jamais vu autrement que vêtu de son costume. Le voir ainsi plus décontracté qu’à son habitude le rendait plus réel et autrement plus humain.

Comme elle pensait cela, il s’assit en tailleur sur la moquette en face du lit. Elle resta debout à méditer.

- La nature humaine est étrange, murmura-t-il en baissant les yeux, comme s’il lisait dans ses pensées. Jusque là, je parvenais à éviter d’être submergé par des sentiments superflus et distrayants… Le genre de sentiments qui sont plutôt gênants lorsque l’on doit sauver une planète entière ou s’enfuir, poursuivi par une espèce aliène particulièrement agressive… C’est exaltant de pouvoir ressentir tout cela, mais frustrant de ne pas pouvoir s’en empêcher. Et cette impulsivité nouvelle provoquée par cet indicible manque de temps… Je sais pourtant que j’ai tout le reste de cette vie devant moi et surtout tout ce vécu derrière… J’ai vécu plus de dix vies comme celle que je m’apprête à vivre, et intensément qui plus est, et j’ai souvent rêvé de pouvoir avoir la chance de connaître une existence plus courte. Lorsque l’on vit moins longtemps, on souffre moins, c’est évident. J’avais peur de la mort, mais pas de celle qui m’attend désormais.

Il passa les mains sur son visage puis dans ses cheveux. Rose vint doucement s’asseoir par terre, en face de lui contre le sommier du lit. Il releva son visage vers Rose et l’expression qu’elle put y lire à cet instant provoqua chez elle une envie de pleurer.

Il la regarda dans les yeux.

- Mais cette peur, Rose… Cette peur n’est rien comparée à celle que j’ai de vous perdre, d’être rejeté par vous. Et de ne jamais pouvoir regagner votre confiance et votre amour. Croyez-moi.

- Comment vous croire ? demanda-t-elle la gorge serrée. Quand je l’ai vu, lui, partir sans se retourner, après m’avoir promis que je resterai avec lui jusqu’à la fin de ma vie. Vous êtes la même personne, la même chair, le même sang, un esprit identique… Et il faudrait que je boive vos paroles – à nouveau – alors qu’il m’a si lâchement abandonnée ?

- Je n’avais pas le choix. Enfin, il n’avait pas le choix.

Il renversa sa tête en arrière et prit une profonde respiration pour se concentrer.

- Nous sommes une seule et même personne, mais nous sommes relativement différents. Je crois que c’est grâce au recul que j’ai réussi à prendre. Mais ce sont ses erreurs, autant que les miennes qui nous ont tous menés à cette situation précise. Laissez-moi vous expliquer pourquoi…

Rose baissa les yeux.

- Je vous écoute, dit-elle la voix vacillante.

- Je disais qu’il n’avait pas le choix. Il était obligé de partir, il était obligé de vous laisser. Mais je dois donner raison à Donna...

« Je vous ai dit beaucoup de choses sur les Seigneurs du Temps, et vous avez pu en déduire au moins autant, car vous êtes une jeune femme maligne et intelligente. Il est presque immortel. Je dis bien presque, car son existence est bien vouée à cesser un jour. Il mourra d’une façon ou d’une autre, il est loin d’être invincible. Vous l’avez bien vu vous-même… Si la régénération ne se fait pas, c’en est fini du Docteur. Mais quoi qu’il en soit, la mort est bien plus vicieuse que cela et c’est justement à propos de la régénération.

« Ce n’est pas moi que vous avez connu, il pointa son doigt vers son visage, vous m’avez connu sous un autre corps, une autre personnalité, un autre caractère, bien différents de ceux que j’ai actuellement.

« Vous souvenez-vous au moins de votre réaction lors de ma régénération ? Ma nouvelle incarnation vous a fait craindre le pire. Vous ne m’avez pas reconnu, et vous vous étiez habituée à votre premier Docteur. Si nous partageons les mêmes souvenirs, nous sommes des personnes bien distinctes avec des personnalités elles aussi bien distinctes. Pour vous dire, je ne me serais pas entendu avec certaines de mes propres incarnations, alors ne parlons pas des personnes qui m’ont connu sous certains traits, ils m’auraient sans doute détesté sous d’autres.

« Par chance, vous avez réussi à vous attacher à moi, à mon moi actuel, à mon physique, à ma personnalité. Vous vous êtes réhabituée, et je suppose même que vous me préférez à mon incarnation précédente…

- Je n’ai jamais vraiment pris le temps de faire la comparaison, à vrai dire… chuchota Rose.

De toute façon, y réfléchir vous aurait fait plus de mal que de bien et vous l’avez bien compris, mais autant le redire, il est mort devant vous. Ce corps et cette personnalité que vous avez connus ont disparu, définitivement… Et le Docteur qui partage mes traits est voué à disparaître. Peut-être dans une semaine, ou peut-être dans un demi siècle – je penche plus sur la semaine, à vrai dire… - mais c’est ainsi. Auriez-vous été capable de supporter cette nouvelle perte ? Auriez-vous été capable de refaire confiance à une nouvelle personne, avec une personnalité qui ne vous aurait pas obligatoirement plu ? Il pourra aussi bien être quelqu’un de froid, insensible, inflexible, ne laissant aucune émotion ou aucun sentiment ni le toucher, ni transparaître, qu’une espèce de clown agaçant au possible… Il n’y a aucun moyen de le savoir, ni aucun moyen de décider.

« Et c’est cette main, il la leva devant ses yeux, un simple morceau de moi qui a réussi à sauvegarder ce que vous connaissez. Et c’est là que j’en viens à ce qu’a dit Donna.

« Quand elle vous a dit qu’il vous faisait un cadeau, elle ne pouvait avoir davantage raison. Déjà pour la raison que je viens de vous expliquer. Il va changer, je ne sais quand, ni combien de fois… Et vous ne le reconnaîtrez pas, et au mieux, vous vous lasserez, au pire il vous dégoûtera. Qui supporterait de devoir tomber amoureux à nouveau ? De ne pas vraiment choisir de qui tomber amoureux… Vous auriez très bien pu me détester comme je suis maintenant ! Et je vous aurais vue partir, déçue par cette nouvelle personnalité, alors que j’aurais été toujours amoureux de vous. Et c’est ce qui aurait pu arriver si vous étiez restée.

« C’est par un pur accès d’égoïsme et d’inconscience qu’il vous a promis de vous garder auprès de lui, car il savait que c’était impossible.

« Être le compagnon de ce Seigneur du Temps est la chose la plus dangereuse qui existe. Combien de fois avez-vous failli mourir ? Vous êtes d’ailleurs morte une fois. Combien de fois avez-vous risqué votre vie pour lui ? Ne croyez pas que vous vous en seriez sortie aussi bien à chaque fois. Et quand bien même – et je sais à quel point vous êtes tenace – vous auriez survécu à toutes ces péripéties, il aurait bien fini par vous voir mourir... Une fleur finit toujours par faner… Et plus on l’aime, plus on est triste.

Rose lui adressa un léger sourire.

- Vous auriez vécu dans la culpabilité, la crainte de vous perdre mutuellement, et voilà de quoi une vie commune avec un Seigneur du Temps est faite.

« Mais il le pensait ! s’exclama-t-il. Ô combien il pensait absolument tout ce qu’il vous a dit – et même ce qu’il ne vous a pas dit. Mais sa lâcheté ne lui aurait pas permis de revenir sur cette promesse de vous garder. Et cette excuse de me rendre meilleur, moi, précisa-t-il en se pointant du doigt, c’est l’une des pires excuses qu’il ait jamais pu trouver.

« Il voulait trouver un moyen de vous faire ce cadeau… Et j’étais une aubaine, réellement. Un cadeau qu’il n’aurait pas à justifier, et qui lui permettrait à nouveau de fuir sans se retourner.

Il soupira.

- La jalousie l’a rongé et le ronge encore. Il aurait pu me tuer à mains nues, et il l’aurait fait s’il avait pu vous reprendre avec lui. Il l’aurait fait s’il n’avait pas su ce qu’il sait. Se jalouser soi-même, quelle ironie.

« Mais ce n’est pas seulement le fait que vous soyez restée avec moi, c’est mon existence entière qu’il jalouse. S’il pouvait s’arracher un cœur pour devenir humain… De pouvoir vivre une vie humaine, et surtout avec vous, car je pense que sans vous il n’aurait jamais vraiment eu un tel désir. Mais il a aussi et surtout des dettes envers l’univers, et d’autres choses à vivre, et il ne s’arrêtera que lorsque la Fin l’emportera.

Il se pencha vers Rose, lui prit les mains et l’attira vers lui. Elle se lova contre lui et posa sa tête contre son cœur.

- Rose Tyler… Je suis incontestablement et définitivement, en cet instant précis, l’être vivant le plus heureux et le plus chanceux que deux espaces-temps aient pu connaître.

Il caressa amoureusement les cheveux de Rose.

- Alors je vous en prie, ma douce, brillante… éblouissante compagne… Permettez-moi de prolonger cet instant jusqu’à la fin de mes jours. Je sais que vous aurez besoin de temps, et je le respecte. Et dès que vous serez prête… j’aimerais que vous me disiez ce que vous voulez vraiment.

 
 


Citation:

Quelques minutes passèrent, alors qu'ils étaient là, enlacés l'un à l'autre, Rose brisa le silence.

- J’étais en colère contre lui, dit-elle après un moment d’hésitation. Mais après ce que vous venez de me dire, je suis triste, et j’ai pitié pour lui. Je suis égoïste moi aussi… Bien trop égoïste en vérité. Alors que vous êtes là, je ne pense qu’à lui. Mais quand je pense à lui, qui est seul et, j’imagine, triste… Je ne ressens que du ressentiment.

Elle ferma les yeux et passa sa main le long du bras du Docteur.

- Mais vous êtes là, en chair et en os. Bien là, pour moi. Et je suis incapable de voir ma chance. Je suppose qu’avec tout ce que vous avez dit, je suis très avantagée avec vous.

Rose lui sourit.

- Après tout, c’est vrai ! Qui me dit qu’il ne se régénérera pas en vieux dégoûtant !

- Toujours le mot pour rire, Rose Tyler, même dans les situations les plus compliquées.

- Avec vous, Docteur, je n’ai pas vraiment le choix, admettez-le. La vie risque d’être vraiment plus calme, et il y a infiniment moins de chances pour que je me retrouve coincée dans une base spatiale en orbite autour d’un trou noir ou entourée d’une horde de Daleks. Enfin, je croise les doigts, mais sincèrement… Je vais m’ennuyer maintenant !

- Et encore, vous comparez quelques mois d’expériences de ce genre à toute une vie faite de cela ! Mais je m’engage dans une expérience que j’ai à peine vécue il y a plus de 800 ans. Et de toutes, finalement, je pense que c’est bien l’une de mes préférées.

- Même à côté de tout ce que vous m’avez raconté ?

- Être humain, c’est quelque chose que je n’ai connu qu’une fois, et de manière biaisée. Cette fois j’ai le temps et je compte en profiter. Sans danger.

- Vous avez été humain ?

- Je vous raconterai… Je devais oublier mon existence de Seigneur du Temps à cause d’un danger qui me guettait. Mais j’en rêvais. Et je rêvais de vous. Vous m’avez poursuivie jusque dans mon inconscient.

- Vous l’avez dit vous-même, je suis tenace.

Il déposa un baiser dans ses cheveux.

- Et heureusement que vous l’êtes. Mais je savais que je vous reverrais. Justement pour cette raison. Vous ne lâchez jamais rien, Rose Tyler ! Et je sais de qui vous tenez ça.

- Pensez à la remercier.

- Comme j’étais heureux quand j’ai revu votre sourire…

Rose hésita de longues secondes avant de reprendre la discussion sur un ton plus sérieux. Elle prit une profonde inspiration.

- Quand je vous ai vu… Enfin, vous comprenez. Quand je vous ai vu pour la dernière fois dans la baie du Méchant Loup, juste après que vous ayez prononcé mon nom… j’ai cru que j’allais mourir de chagrin. Je suis restée là à attendre dans le vent froid pendant des heures. Je pense que si ma mère ne m’avait pas reconduite à la voiture de force, j’aurais passé la nuit à attendre encore.

- Je suis désolé, je n’y pouvais rien, vraiment.

- Et pourquoi n’a-t-il pas terminé cette phrase la deuxième fois ?

- Pour vous mettre en colère justement. Pour que vous lui en vouliez. Il a cru que ce serait plus facile pour vous de le voir partir si vous lui en vouliez. Et plus facile de rester avec moi s’il me laissait vous le dire. Il ne voulait pas vous induire en erreur. Tous les deux, nous savons beaucoup de choses, vous l’avez remarqué. Mais connaître vos réactions, et les anticiper, c’est une chose qui nous dépasse et nous fascine.

- Vous vous êtes passé le relais en quelque sorte ? demanda-t-elle avec amertume.

- Vous savez parfaitement que c’est faux. Il a voulu faire au mieux pour vous et moi.

- Je sais, mais ça m’énerve. J’ai passé des mois dans la tristesse, espérant qu’un jour j’entende enfin ces mots, et ce n’est pas de sa bouche qu’ils sont sortis !

- J’ose penser que cela revient au même. Si vous voulez... je peux trouver un costume marron…

Elle s’apprêtait à répliquer mais abdiqua avant de dire quoi que ce soit. Il avait raison, cela revenait au même. C’était lui. C’était tout lui.

- Désolée... Je n'aurais même pas dû penser ça, je ne voulais pas vous blesser...

Il lui caressa les cheveux. Elle ferma les yeux, la tête toujours posée contre son épaule. Plus rien ne vint troubler son esprit, elle ne pensait à rien. Rien qu’à la respiration et aux battements du cœur du Docteur.

- Et maintenant ? s’enquit-elle. Qu’allons-nous faire ?

- Maintenant ? murmura-t-il.

Il passa ses bras autour d’elle.

- Maintenant, vous allez rester avec moi et je vais rester avec vous. Je ne suis pas vraiment très bien installé, mais ça m’est sincèrement égal si vous l’êtes.

- Je dois admettre que oui, soupira-t-elle, la voix endormie.

Il parlait désormais à voix très basse.

- Maintenant, je sens que vous êtes en train de vous endormir dans mes bras et que je vais passer ma première nuit avec vous, et je ne connais aucune pensée plus agréable que celle-ci.

Il chuchota.

- Parce que je vous aime, Rose Tyler.

- Je vous aime aussi… répondit-elle dans son sommeil.

Puis trois étrangetés se manifestèrent au même moment.

Le Docteur vit tout d’abord très distinctement, par un jeu d’ombres aussi furtif que soudain, les deux mots « Bad Wolf » écrits sur le mur qui lui faisait face, à cet instant, Rose prononça clairement son véritable nom et à son souffle se mêla une volute dorée et lumineuse qui se matérialisa ensuite à ses pieds en un morceau de roche.

Après un instant d’hésitation, il lança un coup d’œil à Rose qui dormait maintenant profondément et attrapa la petite pierre qui gisait, tiède et à peine brillante, devant lui. Il l’approcha de ses yeux et distingua en son centre et à son grand étonnement, une petite clé dorée.

La clé du TARDIS enfermée dans un fragment de son cœur.

 
 


Dernière édition par Hamadryade le Mer 1 Mai 2013 - 17:18; édité 13 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 3 Sep 2010 - 19:14    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 5 Sep 2010 - 18:06    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Quatrième partie ajoutée.
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 5 Sep 2010 - 19:44    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Crying or Very sad Gaaaahhh c'est trop beauuu!!!!!!
Crying or Very sad *mode madeleine*
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 6 Sep 2010 - 14:31    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Et voilà !

La cinquième partie de ma fic est postée !
Ce devait être ma fin à l'origine, mais il est possible que par un accès d'inspiration, je finisse par la continuer...

Merci de m'avoir lue quoi qu'il en soit !
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 18:41    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Cooonnntttttttttttttiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 21:32    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé ce que tu as écrit Smile
Je trouve qu'exploiter l'incompréhension de Rose est intéressant et c'est plutôt bien mené. J'ai trouvé le déroulement parfois un peu rapide, mais c'est quand même très bien Mr. Green Je ne suis pas hyper calée sur Ten Bis, donc si incohérences il y a, je n'ai pas relevé, mais je trouve parfois que le personnage ne correspond pas trop à celui présenté par la série, peut-être par ce qu'il dit Confused Ou alors à propos de la tenue de Rose, pour moi jamais Ten Bis n'aurait osé ce genre de réflexion.


Le cinquième chapitre appelle une suite, je l'attends de pied ferme Okay
Revenir en haut
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 8 Oct 2010 - 21:57    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Elle est en cours d'écriture !
Comme je suis assez "busy" en ce moment, ça peut prendre du temps, même si je suis pas loin de la fin (je suis pour l'instant en relecture pour vérifier si ce que j'écris reste dans la même trame et dans le même ton...)

Quoi qu'il en soit, j'imaginais Ten bis plus... "humain", donc plus sensible aux sentiments et aux réactions humaines. Le fait est qu'il est assez similaire mais sur certains points différent de Ten (original), donc voilà... Bon, j'espère quand même que ça te plaît dans l'idéal, parce que y'a ma "touche personnelle" qui entre en compte aussi, ma façon d'écrire. On m'a déjà dit que le vocabulaire de Rose était un peu trop... châtié pour elle, donc bon...
Mais j'essaye de faire de mon mieux, really ^^
(Et puis faut aussi que leur relation avance, que diantre, ils vont pas se tourner autour pendant 3 siècles ! (ils ont pas le temps Laughing) Oui, y'a aussi ça, le fait que Ten se sente libéré d'être un Time Lord et de devoir se "retenir"...)


Dernière édition par Hamadryade le Sam 9 Oct 2010 - 22:34; édité 2 fois
Revenir en haut
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Oct 2010 - 10:36    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Chouette ! La suite est pour bientôt alors Smile
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 31 Oct 2010 - 12:42    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Hihihihihihi... C'est vrai qu'ils ne sont plus immortels maintenant , ils n'ont plus le temps d'attendre!

[hs on ] Lolotte c'est qui le type sur ta bannière [hs off]
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 31 Oct 2010 - 20:27    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

persee2 a écrit:
[hs on ] Lolotte c'est qui le type sur ta bannière [hs off]


[hs on]
Quoaaaaa ???? Tu ne connais pas Merlinou de mon coeur ?? Mais tu manques le concentré de choupitude le plus choupi qui puisse exister !

Donc : ce charmant jeune homme est Merlin, en version je-suis-jeune-et-je-ne-porte-pas-de-barbe-jusqu'aux-orteils, il est doté de magnifiques zoreilles que Eccleston pourrait presque les lui envier, c'est le plus chouxi des sorciers, un peu bêta parfois mais tellement adorable !
Il vit à Camelot, avec Sa Princière Majesté Arthur, Sa Royale Majesté Uther et tout plein d'autres copains dans tous les coins.
Et il aime se faire jeter des tomates à la figure, il a donc un sens de l'humour très développé.

(Et est ce que j'ai mentionné le fait qu'il soit trop choupinet ?)

Et sinon c'est aussi Jethro de Midnight.

[hs off, désolée pour le dérangement, mais vous comprenez, Merlin quoi
Revenir en haut
Chlorur
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 471
Localisation: Suisse
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 21 Nov 2010 - 14:09    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Hama tu es mon héro!!!

La première fois que j'ai vu le final de Journey's End, j’étais tellement désemparée et frustrée par rapport à ce qui arrivait à ma petite Rose que je me suis immédiatement imaginée ce qui pourrait lui arriver, à elle et à Ten bis, après le départ de l'autre Doc. Je me suis ainsi élaboré tout un scénario centrée sur les sentiments et les réactions de nos deux namoureux... mais, à mon grand malheur, je suis une pomme en écriture et n'ai jamais osé rédiger une éventuelle fanfic...et wouhaaaa ! tu l'as faite à ma place!! Tu as su décrire avec sensibilité et de manière très crédible leur relation, leurs peines et leur désarroi. Et ce qui est le plus incroyable, c'est qu'à chaque ligne j'avais l'impression de retrouver ce que j'avais imaginé ! ^^

Ta fic est géniale et absolument bien écrite. Bon, ça reste très fleur bleu, mais c'est pas moi qui vais m'en plaindre ! Laughing

Hâte de la suite Wink
_________________
Revenir en haut
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 21 Nov 2010 - 19:34    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Oh Chlorur...
Tu me fais carrément rougir là, tu sais...

Ooooooooooooooooooh, ça me fait tellement plaisir ce que tu me dis !!!

Je vais finir ma suite et je vais faire quelque chose de bien, parce que je me suis un peu fourvoyée sur le style... (Ayant perdu une bonne partie de ma concentration...)
Je promets de m'y remettre bientôt, même si je suis très occupée!

Merci, merci, merci encore !
Revenir en haut
Chlorur
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 471
Localisation: Suisse
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 21 Nov 2010 - 20:38    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Mais de rien de rien ! C'est très mérité

Ah je ne dirais pas "fourvoyer", mais plutôt interpréter. Après tout, c’est loin d’être évident de faire évoluer de tels personnages dans un contexte pareil, tout en respectant exactement leur personnalité et sans leur faire dire ce que toi tu aurais envie de dire. Après, c'est vrai qu'il y a une ou deux répliques (je pense notamment à celles de Rose) qui manque un petit peu de spontanéité et qui peut-être s'éloignent un tantinet de la véritable nature du personnage, mais tu t'en sors très bien, compte tenu de la difficulté. Et, pour ma part, je préfère largement des répliques soignées, avec un bon vocabulaire (quitte à manquer un peu de naturel) que du "langage parlé" à tort et à travers, qui n'est pas agréable à lire! ^^

Enfin... là, je suis en train de me dire que tu ne parlais certainement pas de ça quand tu as utilisé le mot "style" et que mon message est HS, mais comme il est déjà écrit, tant pi ! Mr. Green

Sur ce, je te souhaite bon courage pour la suite!
_________________
Revenir en haut
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 21 Nov 2010 - 21:37    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

On m'a déjà fait remarquer que Rose était un peu trop... "intelligente" dans son discours et c'est assez vrai, mais comme je pense qu'elle a évolué malgré tout (et qu'elle cherche aussi un peu à se mettre au niveau du Docteur, faut pas qu'elle le déçoive... !), elle peut très bien mieux parler ^^
(Influence de son père peut-être aussi ?)

Quand je parle de style, je pense plutôt à la suite de la fic' qui, à mon sens, a perdu en qualité... Je me suis beaucoup moins investie dans cette suite que je ne l'ai fait dans la partie ci-dessus, premièrement parce que je n'avais pas prévu de l'écrire, du moins de la poster et deuxièmement parce que je manque énormément de temps... Et que je l'ai écrite dans un moment de pression... (Enfin, j'arrête de raconter ma vie ^^)

Merci encore, en tout cas, ton commentaire m'a vraiment fait très très plaisir !
Revenir en haut
charisma08
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mai 2010
Messages: 55
Localisation: Reims
Féminin Poissons (20fev-20mar) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 3 Juin 2011 - 14:10    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée] Répondre en citant

Très bien écrit et très beau pour les fans du couple Ten/Rose!!!! J'adore je le lis et relis sans me lasser une seule seconde!!!

Félicitations n'aurais-tu pas écrit une suite à cela?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:46    Sujet du message: Adieux et Retrouvailles [Terminée]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com