Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Le début du "loop"[chap 9] Fin
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 17 Oct 2010 - 19:55    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Le début du « loop »
Auteur: Persee2
Disclaimer: Doctor Who et toute la mythologie associée ne m'appartient pas. Ce n'est pas à but lucratif.

Notes: Le « time loop » est un dérèglement temporel. Elle est dans la continuité de mes autres fictions mais je ferais le maximum pour que vous n'en n'ayez pas besoin.
Se situe à la fin de la saison 4 ( merci lolotte).
J'ai remarquée que je ne mettais jamais de rating. Alors pour celle là je met PG.



- « Bon, il va falloir conclure son histoire... Je suis triste... Je ne veux pas le faire... »
- « Tu n'as pas le choix. Tu as entendu le chef. Tu dois t'occuper du Docteur. »
- « M'énerve ce chef. Je n'arrête pas de faire souffrir le Docteur... »
- « Tu n'as pas le choix. Sinon quelqu'un d'autre le fera et sera plus sadique. »
- « Mais...!!! Nous devons écrire l'histoire de notre Univers. C'est nous qui régissons tout, personne n'a son libre arbitre. Et qui régit notre vie ? Qui s'occupe de nous ?! »
- « Tu l'aimes, c'est ça ? »
- « Oui. Et je dois le tuer !!! »



Le Docteur et Jack étaient dans la salle de commande du TARDIS. Martha était retournée chez elle prendre un repos bien mérité.

- « Donc ce Valeyard, c'est vous ? » demanda Jack.
- « C'est plus que ça... C'est un équilibre... Je sauve trop de vies et il en tue pour équilibrer la balance... Tout ce qu'il y a de plus horrible en moi sans le meilleur... Le peu de chose qui me fait tenir... L'univers est bien fichu quand même... Il rétablit l'ordre... » murmura le Docteur.
- « Hein ? »
- « Rose me l'avait fait remarquer une fois. On dirait que les choses n'arrivent jamais par hasard... »
- « Peut-être. » répondit Jack, amusé.
- « Bon enfin bref... J'ai un mauvais pressentiment. Pas vous ? » demanda le Docteur.
- « Non... »

Le Docteur regarda la console de commande les yeux dans le vague. Tout d'un coup les yeux du Docteur s'illuminèrent d'or. Jack sursauta.

- « Doc ? Ça va ? »

C'était Méchant Loup... Rose l'appelait... L'image de la jeune femme apparut devant ses yeux d'un seul coup.

- « Docteur !! »
- « Mais... Quoi ?! Tu prends des risques ! Arrête ça !! »
- « On a besoin de ton aide. Le Maître fissure nos deux Univers ! La Cascade de Méduse va s'ouvrir et le vortex du temps va relier les deux trous noirs ! »
- « Impossible !!! » s'exclama le Gallifréen. « Cela veut dire que le Maître est dans notre monde aussi, mais il est mort ! »
- « Non, il est en vie. Et il est dans notre Univers. Les Seigneurs du temps existent dans mon Univers. »
- « Mais... » murmura le Docteur.
- « Pas le temps de discuter. Dans peu de temps, nous nous enfuirons avec les TARDIS par la brèche. Mais c'est très dangereux... Il faut que tu nous aides... »

L'image de Rose disparut et un grand gouffre s'ouvrit aux pieds du Docteur. Il avait l'impression de tomber dans un puits sans fond. Le Gallifréen comprit. Rose s'était servie de Méchant Loup qui s'était servi de son énergie de Seigneur du Temps pour le prévenir du danger monumental. Et le Docteur approuvait. Rose ne se mettait pas en danger de cette façon. Ne tenant plus, il perdit connaissance. Jack l'empêcha de s'assommer contre la console de commande et l'allongea à terre.

- « Docteur... Répondez... Docteur... »
Il ne répondit pas tant son esprit était embrumé. Il lui fallait un petit peu de temps...
- « Réveillez vous, ou je vous met des baffes. »
Euh... Le Gallifréen préférerait le bouche-à-bouche. Jack était un gros malade !
Le Docteur ne put que gémir. Toutes ses réserves d'énergie étaient à moitié vides.
- « Je plaisantais. Ne vous inquiétez pas. »

Le Gallifréen se senti soulevé du sol et posé sur la couchette devant les manettes du TARDIS. Il préférait mieux ça. Une demi-heure plus tard, il commença à se réveiller. Rien de tel qu'une sieste de trente minutes pour requinquer un homme ! Mais c'était dur de se réveiller...
Des vapeurs d'alcool fort lui donnèrent un coup de fouet au cerveau et il pu enfin ouvrir les yeux. Jack avait mis sous son nez une petite bouteille d'alcool à 70% utilisé en pharmacie.

- « Wouhhh ! Mieux que le café ! » s'exclama le Docteur.

Le Gallifréen se leva d'un bond, manquant de renverser Jack. Puis il s'agita comme un fou autour de la console de commande, en actionnant diverses manettes de manière bizarre. Jack le regardait ahuri.

- « Ca va mieux ? » demanda-t-il, ironique.
- « Oui... Pas la peine de me mettre des baffes, espèce de malade... » répondit le Docteur en riant.
- « Qu'est-ce qu’il s'est passé ? J'ai cru que vous alliez régénérer à nouveau et sans raison valable ! » demanda Jack.
- « Sans raison valable ?! Y'a une semaine je me faisais charcuter par des savants fous et cinq jours par Martha ! Heureusement que je peux me réparer tout seul parce que sinon... »
- « Charcuté par moi aussi au passage. J'en suis mort deux fois. » ajouta Jack.
- « Comment ?! » demanda le Docteur, surpris.
- « La première fois en m'injectant de l'épinéphrine par accident. La deuxième fois en branchant un truc. » Le Docteur réprima un fou rire. « Bon. Qu'est-ce qu’il s'est passé ? » redemanda Jack.
- « Rose m'a prévenu d'une catastrophe imminente. » répondit le Docteur.
- « Je ne voulais pas vous demander avant pour vous laisser le temps de vous remettre. Pourquoi Rose n'est pas avec vous ? »
- « Je l'ai ramené avec mon double humain dans l'autre Univers. Univers qui ne va pas tarder à exploser. On ne communique pas entre deux Univers comme ça. A vue de nez, il y a au moins deux couches de détruites. Je nous emmène à la Cascade de Méduse. On va faire des maths ! »

Jack renifla. Il ne savait que penser.

- « Pourquoi des maths ? » demanda-t-il.
- « Le Maître est dans l'Univers de Rose et de mon double. Il veut recréer un passage entre cet Univers et le nôtre. Mais c'est dangereux. Si Rose m'a prévenu, c'est que mon double pense que leur Univers va être détruit car il est trop fragile pour résister. Le nôtre peut tenir. Il va se passer comme lorsque Gallifrey existait. Un tunnel entre deux Univers. Sauf qu'il ne sera pas géré par les Seigneurs du temps car je suis le dernier. Et je ne sais pas comment faire. »
- « Il y a peut-être d'autres Seigneurs du temps de l'autre côté ? » demanda Jack.
- « Impossible. Les Seigneurs du temps sont la race la plus intelligente de l'Univers. Ce serait du suicide ! Car tous les habitants d'un Univers périssent avec lui. Sauf les TARDIS et les enfants TARDIS qui ont été bénis. Ils sont trop orgueilleux pour se tuer volontairement. »
- « Mais si le Maître est dans l'autre Univers, peut-être les a-t-il averti que la Gallifrey d'ici avait disparu. Et « orgueilleux » comme ils sont, ils voudront se venger. Même s’il faut se suicider. » suggéra le Capitaine en suivant le raisonnement du Docteur.
- « Non. J'ai brûlé son corps. » répondit le Docteur, inquiet.
- « Vous êtes un Seigneur du temps comme lui ! On vous coupe un bout et vous repoussez ! » s'exclama Jack.

Cette fois, le Gallifréen était franchement inquiet. La peur illumina son visage. Pour un seul Seigneur du temps, le voyage entre les mondes ne serait pas mortel.


- « Jack, vous êtes brillant. » affirma le Docteur.
- « Pourquoi ? »
- « Parce que Rassillon peut traverser les Univers. » répondit le Docteur.
- « Qui est-ce ? »
- « Un Seigneur du temps pour qui toute la race se sacrifie. Un véritable monstre. On ne pourra rien faire contre lui. » expliqua le Docteur.

Il mit le cap sur la Cascade de Méduse.


- « Bonne nouvelle. On n’a pas à faire de maths. On sait déjà à quoi s'attendre. » dit le Gallifréen.



Nath se leva de son lit d'hôpital. Son instinct lui dit que quelque chose de grave allait se passer. Elle versa de l'eau dans son bol et se concentra. Nath sentit son pouvoir vibrer dans toutes les fibres de son corps. C'était tellement bon. Elle en était privée depuis tellement longtemps! La femme avait éliminé une flotte de daleks en explosant. Mais là, elle n'était pas fichue de faire une prédiction dans de l'eau! Quelqu'un toqua à sa porte. A tout les coups c'était une infirmière qui venait la piquer. Nath tourna la tête. Sa surprise était tellement immense qu'elle en avait peur. Une jeune femme blonde auréolée de lumière dorée se tenait sur le pas de la porte. La légendaire Rose Tyler.

« Le Docteur a besoin d'aide à la cascade de Méduse, dit la jeune femme
- Et comment je fais pour y aller? murmura Nath
- Navette directe sur Séphora 3, répondit Rose ».

Puis elle s'évapora. Nath se prépara en vitesse et sortit dans le couloir. Ce fut le moment que choisit une jeune fille blonde pour lui rentrer dedans. Les deux tombèrent à terre.

« Décidément! Encore une blonde! maugréa Nath en se relevant.
- Désolée. Est-ce que ça va? demanda la jeune fille en se relevant aussi.
- Oui oui... Pas d'inquiétude. Merci.
- Vous êtes une patiente? Dans une chambre de ce couloir? demanda la jeune fille.
- Oui, aux deux questions, répondit Nath
- Des wizzlis ont envahi cette section. Il faut courir! C'est bon pour la santé! s'exclama la jeune fille. ».

Le coeur de Nath failli s'arrêter. Il ne s'était pas régénéré en fille quand même?!

« Ok, on cours, dit Nath. »
Les deux se mirent à courir. La jeune fille était très athlétique. Et elle « sentait » comme le Docteur!
« Comment vous appelez vous? demanda Nath.
- Jenny. Et vous?
- Nath. Un diminutif. ».

Le Docteur ne lui avait jamais parlé de cette Jenny. Pourtant Nath était prête à parier qu'elle avait un lien de parenté avec le Gallifréyen. Comme si c'était sa fille. Mais Nath voyait du 100% Docteur. C'était assez difficile à expliquer. Elle pouvait sentir des caractéristiques des deux parents. Mais là elle ne voyait pas le deuxième parent. Or le Docteur n'est pas hermaphrodite. Il n'a pas pu faire « Jenny » tout seul. Mais alors qui est cette Jenny non mentionnée dans les lettres du Gallifréyen?

Jenny se dirigeait dans la salle de communication des secours. Cette salle était remplie d'ordinateurs. Jenny s'installa à un ordinateur allumé et commença à surfer sur le réseau de gestion électronique des portes de l'hôpital.
Elle ferma toutes les portes pour emprisonner les bêtes venues du froid. Puis, en ouvrant certaines portes des couloirs, elle les dirigea vers la sortie. En cinq minutes, ce qui aurait dû être un bain de sang et une épidémie de rage froide se transforma en capture de wizzlis.
Plus tard, les autorités locales, pour redorer leur blason en vue des élections, racontèrent comment ils avaient organisé la capture des terribles bêtes assoiffées de sang.
Ces wizzlis venaient en fait pour le chauffage... Les pauvres bêtes avaient très froid à cause du refroidissement climatique...
Personne ne sut que Jenny avait fait fuir ces boules de poils toutes froides. Mais en attendant, Nath devait savoir qui était Jenny.

« Wahou! Mieux que le Docteur! lança Nath.
- Quoi?! Vous connaissez le Docteur?! s'exclama Jenny.
- Oui, oui. Un ami...
- Est-ce que vous savez où il est? demanda Jenny, fébrile.
- Il doit passer sur Séphora 3. Pas loin de la cascade de Méduse pour augmenter la puissance du TARDIS avec une faille. Je vais aller le retrouver à cette faille.
- Je ne sais pas où c'est... murmura Jenny déçue.
- Venez avec moi! Je vais prendre une navette. Vous résolvez mon problème en plus. Je ne suis pas censée sortir de l'hôpital sans avoir retrouvé mes pouvoirs. Vous serez ma garante!
- J'ai un vaisseau. Vous, venez avec moi! s'exclama Jenny.
- Chouette! Quelle chance! Qui êtes-vous pour le Docteur au fait? demanda Nath.
- Je suis sa fille, répondit Jenny sans le vouloir.
- Mais il ne m'a pas parlé de vous! s'exclama Nath
- Je me suis fait tirer dessus. Il a cru que j'étais morte... répondit Jenny.
- Bon. On va le retrouver et je vais lui botter le derrière! s'exclama Nath en s'élançant dans le couloir.
- Hors de question! s'exclama Jenny. »

Elle commençait à trouver Nath louche.

« Si! La première fois qu'il s'est régénéré il a mis trois jours! Et il ne t'a pas attendue ou emportée avec cet idiot! s'exclama Nath. ».

Jenny était surprise. Quoi qu'il en soit, elle amena la femme à son vaisseau.

« Joli vaisseau. Moins bien que le TARDIS, commenta Nath »

En effet, la machine était assez petite. Elle était rectangulaire, une couchette à gauche, une mini salle de bain dans le fond et une cuisine ridiculement petite à droite occupait l'espace de vie. Le poste de commande à l'avant était couvert de boutons que Nath ne connaissait pas. Jenny s'installa avec l'assurance d'un cavalier sur son cheval. La jeune fille pressa quelques boutons. Devant, une grande vitre en triple-vitrage leur permettait de voir devant elles. En arrière plan, il y a avait l'hôpital tout blanc, puis devant elles des allées recouvertes de verdure. Des gens couraient en criant. Nath les regardait, fascinée. Elle n'avait connu que son peuple. Pour les autres peuples elle ne savait que ce que lui disait le Docteur. Était-ce normal que les gens soient si effrayés?
Jenny ne semblait pas s'inquiéter du comportement des gens. Alors Nath les ignora. Mais quand l'hôpital fut mystérieusement détruit par un tremblement de terre...

« Jenny il y a un problème, dit Nath.
- Oui je l'ai sur mes capteurs, répondit Jenny qui en fait suivait de près ce qui se passait.
- Fais voir. »
Nath étudia les données de l'ordinateur. Elles montraient une perturbation de la trame spatio-temporelle. Une faille était en train de s'ouvrir sous la terre et allait dévorer la planète entière. Sous cette faille il y avait le vortex. Ce qui détruisait la planète détruisait aussi l'espace-temps.

« Jenny, combien de pression externe supporte ton vaisseau? demanda Nath inquiète.
- Pas plus de 5000 méga-bars.
- Aïe! On est mal. Accroche toi bien, on va tomber dans le vortex. Ferme les volets et monte les boucliers au maximum. »

La jeune fille s'exécuta pendant que Nath comptait les secondes avant l'impact de l'ogre de l'espace. Au premier abord il ressemblait à un calamar géant. Mais en fait sa forme lui donnait la vitesse d'un missile et aussi sa force dévastatrice. Sous ses tentacules se cachaient d'immenses dents qui dévoraient tout sur leur passage. La grande guerre les avait malheureusement chassés de leur planète.

« Accroche toi. 3-2-1... »

L'impact leur fit l'effet d'une bombe. Jenny se cogna aux commandes. Les parois vibrèrent emmenant le vaisseau dans une danse incontrôlable. Nath posa ses mains sur les boutons pour essayer de contrôler le vaisseau par télékinésie. Quelques secondes plus tard, le vaisseau s'arrêta. Il gémissait d’une manière inquiétante, tel un électrocardiogramme plat.
Jenny ouvrit les volets pour voir où elles étaient.
Elle regarda, fascinée, le vortex du temps. Ce qu'elle voyait était fantastique. C'était comme un immense tunnel avec plein de portes qui amenaient à différents endroits. Derrière certaines portes il y avait des guerres, des choses abominables. Beaucoup menaient à la Terre. Derrière d'autres portes, il y avait un petit coin de paradis. Paradis que beaucoup avaient oublié.

« Jenny, réveille-toi! cria Nath. »

Il y avait quelque chose qui fonçait sur eux. Jenny et Nath essayèrent de bouger le vaisseau. Mais la machine était morte.
La chose se rapprochait. Elles purent bientôt distinguer une cabine bleue.

« C'est ton père, dit Nath inquiète.
- C'est bien ou mal? demanda Jenny. »

Elle n'eût pas le temps d'entendre la réponse. Le TARDIS les percuta. Le choc fut violent et se ressentit jusque dans le vaisseau du Docteur, manquant d'assommer le Gallifréyen et Jack.

« Ouille ! s'exclama Jack.
- On a percuté un vaisseau, dit le Docteur.
- Dans le vortex ?! s'exclama Jack.
- Oui! Impossible normalement. Il y a deux occupantes. Elles sont blessées, dit le Docteur en regardant l'ordinateur. »

Un hologramme du Docteur numéro 9 apparut.

« A tous les occupants de mon vaisseau voire moi-même. Je lance la procédure de téléportation urgente, dit-il, le sourire jusqu'aux oreilles.
- A l'envers, précisa le Docteur 10.
- A l'envers ?! D'accord, répondit 9. »

Quelques secondes plus tard, deux personnes apparurent dans une explosion de lumière. Les deux jeunes femmes étaient allongés sur le ventre et paraissaient inconscientes.
Le Docteur ouvrit une trappe sous le tableau de bord et en sortit une trousse de secours. Les deux hommes se précipitèrent sur les blessées.
Le Docteur posa ses deux mains sur leurs têtes.
« Ca va. Elles sont juste assommées. Jenny... murmura le Docteur stupéfait. »

Il n'arrivait pas à y croire et était au bord des larmes. Sa fille était en vie ! Le Gallifréyen sortit un tube de pommade de sa trousse et en mit beaucoup sur sa main. Puis il passa le tube à Jack pour qu'il s'occupe de Nath.

« Massez lui le front avec, expliqua le Docteur. »

Il s'occupa de sa fille.

Un quart d'heure plus tard...

« PAPA !! s'exclama Jenny en se jetant sur son père.
- Oh Jenny !
- Nan mais je rêve là... murmura Jack.
- Si, si, si... C'est la fille du Docteur...100% Docteur. Pas de mère, articula Nath péniblement.
- Oh... murmura Jack.
- Jenny j'ai... Il t'avais tuée ! s'exclama le Docteur tellement heureux en enlaçant sa fille qu'il pleurait.
- Non ! Je suis revenue ! Je sais pas comment mais je suis là ! s'exclama Jenny, sur les genoux de son père.
- Oh ! s'exclama Jack.
- Parlons-en de ça Doc ! Je suis furieuse ! s'exclama Nath. Rappelle-toi ta première régénération... Trois jours !! Coupés dans ta série télé parce qu'ils en avaient marre de t'attendre mais trois jours !
- Okay... murmura Jack largué.
- Je ne me souviens pas de ma première fois... murmura le Docteur en essuyant ses larmes de joie.
- Ah... Euh... Excuse moi... »

Le Docteur se releva, imité par les autres personnes.

« Bon. On ne sera pas trop de quatre pour ce qui nous attend. Rassillon, dans l'autre Univers, a entendu parler de la destruction de notre Gallifrey. Des questions ? demanda-t-il.
- Oui. Par qui et comment ? demanda Nath.
- Euh... murmura le Docteur, refusant d'admettre l'évidence.
- Votre copain le Maître. Vous avez dû lui dire, dit Jack.
- Bon. D'accord admettons, dit le Docteur. Il va venir ici. Les Seigneurs du temps de l'autre Univers se sacrifient pour lui permettre de voyager. L'autre Univers va être détruit et tous les natifs de cet Univers vont mourir. Sauf les TARDIS et les enfants TARDIS. Et mon double et Rose qui s'échappent avec les vaisseaux. On va aller à la cascade de Méduse pour les aider.
- Notre Univers risque d'être détruit... murmura Jenny.
- Oui. Mais on va pas se laisser faire. Allons-y, c'est dans cinq minutes. »

Le Docteur entra les coordonnées et le TARDIS se mit en marche.

« Minute ! Un problème ! s'exclama le Docteur.
- Oui ! Tu ne devais pas aller sur Séphora 3 ? demanda Nath.
- Euh non... Pas ça...
- Ah... Rose voulait nous faire tomber dans le vortex... comprit Nath.
- Parlons-en du vortex Nath. Tu l'as vue ! s'exclama le Doc, en colère.
- Oui. Pas trop eu le choix...
- Jenny l’a vue. Je le vois dans ses yeux même si elle n'a pas les connaissances nécessaires pour comprendre. Toi tu l'as vue aussi mais je ne vois aucun changement ! Donc tu l'as déjà vue avant ! s'exclama-t-il.
- C'est pas ma faute! cria Nath désespérée.
- Baisse d'un ton... ».
Si le Gallifréyen s'énervait, à cause de leur lien elle risquait de s'énerver. Des seigneurs du temps liés à des gens comme elle en étaient même mort.

« C'est à cause du Maître... murmura-t-elle.
- Oh...Désolé, excuse moi... Ah ça commence. »

Les passagers du TARDIS ne sentaient rien. Si ils avaient pu jeter un coup d'oeil dehors, ils auraient vu ce vide immense. Ce Void qui emplissait l'espace. Ce même vide qui avait emporté Rose loin du Docteur. Sauf que le Void n'aspirait pas. Il recrachait des milliards de choses. Des milliards de TARDIS sortaient de la brèche. Mais le Docteur savait lequel chercher. Son double était dans un autre TARDIS. Il trouverait forcément un moyen de le joindre.
Au bout de cinq minutes il commença à être inquiet. L'autre TARDIS ne les avait toujours pas joints.

« Docteur, Rose vous a-t-elle demander de l'aider ? demanda Jack.
- Oui...
- Alors plongez dans la brèche pour la sauver ! s'exclama Jack. »

Étrange… Peut-être qu'un résidu de la pensée du Docteur était encore en Jack depuis que l'âme du Gallifréyen avait dû habiter le corps du Capitaine… Le Docteur plongea son TARDIS dans le Void. Effectivement, les turbulences étaient très fortes ici. Le pilotage était trop dur pour une seule personne tant le vaisseau était ballotté dans tous les sens. Des choses commencèrent à exploser, menaçant de brûler.

« Nath, prends des manettes, Jack tapez sur le truc rond, Jenny tourne la manivelle ! hurla le Gallifréyen. »

Au bout de quelques minutes, les gesticulations débiles des apprentis conducteurs de TARDIS stabilisèrent le vaisseau. Plus personne ne faisait de vol plané.

« Ouf... soupira le Docteur. »

Il fallait absolument retrouver le double et Rose.

« Je lance le sonar, dit le Gallifréyen »

Le principe n'était pas que le son de l'appareil se propage dans le vide et soit réfléchi par un obstacle mais d'affoler les instruments du TARDIS qu'avaient pris Rose et son double.

Cinq minutes plus tard.

« Docteur c'est trop long ! Sors tous les TARDIS de là ! s'exclama Nath. »

Le Docteur ne pouvait pas sortir tous les vaisseaux en même temps.
Le vaisseau recommençait à secouer.

« C'est quoi cet instrument ? demanda Jack. »

Il regardait avec attention un petit écran noir avec des points blancs qui s'agitaient. Jenny, la plus proche, jeta un coup d'œil.
« Les points blancs sont les TARDIS. Hey! Papa, aide ceux les plus en difficulté!
- C'est déjà plus réalisable ça... répondit le Docteur. »

Trois TARDIS n'allaient pas réussir à sortir de la brèche à temps. Le Docteur se lança à leur secours. La pression dans le Void était tellement forte qu'ils n'allaient pas tarder à exploser. Le Void... Beaucoup de légendes populaires le considéraient comme l'Enfer. La pire chose de l'Univers. Une prison immense où l'on jetait les pires créatures de la création. L'ouvrir revenait à déverser la mort dans tous les mondes. C'est ce que se disaient Nath et le Docteur. Parce que quand ils étaient petits, ils avaient déjà assistés à ça. Un Seigneur du temps jeté dans le Void. Les yeux du condamné qui les fixaient hantaient encore leurs cauchemars. C'est probablement à cause de ces yeux que le Docteur perdit sa concentration. Il n'aurait pas dû. Ils percutèrent quelque chose (ou quelque chose les avait percutés). Une immense explosion secoua le TARDIS, plongeant la salle de commande dans le noir et assommant tout les occupants jusque dans les profondeurs du vaisseau.

Ce fut le blackout total.

Dans un autre TARDIS.

« Allez ! Approche bon sang !! »

John Smith Tyler commença à s'énerver. Son double n'arrivait pas à l'approcher avec son TARDIS. Et lui même n'arrivait pas à le joindre.
Il s'apprêtait à râler, nouveau hobbie qu'il s'était découvert.
John vit qu'un TARDIS allait exploser.

« Rose accroche toi bien. »

L'explosion les secoua plus légèrement. Le couple regarda stupéfait la légendaire cabine bleue. Elle dérivait mollement dans le Void.

« Hourra ! Nous sommes sauvés... murmura ironiquement le Docteur. »

Rose sourit.

« Il ne reste plus qu'à pousser les réacteurs auxiliaires et prier une divinité quelconque pour que ça marche. »

John poussa une manette, concentré au maximum.

« Le Dieu des bananes ? dit Rose. »

L'effet fut immédiat. Il perdit immédiatement sa pseudo-concentration.
Un doux ronronnement le tira de son petit rire nerveux.

« Fiouuuu ça marche... Allons sauver nos sauveteurs et nous aussi au passage... »




« -Remorquage... 3,2,1...-murmura le docteur n°2
-Je relâche...-murmura Rose en poussant une manette ».

La cabine bleue s'immobilisa. L'espace autour d'eux était à nouveau emplit d'étoiles.
Rose avait pu pilotée dès que John Smith avait sortit le vaisseau du voïd.

« -Super!-s'exclama Rose
-Wouhou! La prochaine fois tu pilote dans le vortex. Normalement tu ne rentrera dans rien.-ajouta son compagnon ».

John Smith s'apprêtait à dire qu'il fallait maintenant s'amarrer à la cabine bleue, lorsqu'un détail attira son attention. Un autre vaisseau, forme étrange et couleur gris métal. Il en oublia son double (original) et détailla l'objet volant non identifié.

« -On dirait une station spatiale...-murmura John
-Allons sur Terre.-dit simplement Rose
-...Ok... »

Quelque part dans le brouillard de la salle de commande du TARDIS du Docteur original...

Le feu avait déclenché le système anti-incendie. Non content d'être brûlés , les passagers du TARDIS buvaient maintenant la tasse. Avant que le Docteur se redresse et tape sur la console de commande.
La pluie diluvienne censée noyée le feu s'arrêta.
Quelques minutes plus tard les autres commencèrent à se réveiller.
Le Docteur s'approcha de l'ordinateur et lança un scan.

« -Bonne nouvelle. On est sauvé. -dit-il
-Et la mauvaise?-demanda Jack en souriant
-Il y a quelque chose dehors. Mais je ne sais pas ce que c'est. On va voir?-répondit gaiement le Docteur
-Ouais … Faisons un peu de tourisme...-râla Nath
-C'est partit!-s'exclama le Docteur »
Il envoya son vaisseau vers la « chose » dehors et atterrit à l'intérieur. Jack se posta devant la porte du TARDIS et l'entrouvrit, suivit par le Docteur. Il n'y avait personne à l'extérieur.

« -Personne.-dit-Jack en regardant par dessus l'épaule du Docteur
-C'est sûrement un seigneur du temps... Ce serait inquiétant si on le voyait. -répondit le Docteur- On sort. Ouvrez vos oreilles et tout vos sens. La moindre erreur et on doit le repérer.
-Hum...-murmura Jenny
-Oui? -demanda le Gallifréen
-Encore un plan de guerre...
-Un petit reste de la guerre du temps... C'est comme le vélo, ça s'oublie pas. Allons-y.-clôtura le Docteur ».
Les quatre pénétrèrent dans le couloir. Il n'était pas très long. Sa couleur gris-métallisé et son grand néon lumineux inquiétait Jenny. Mais elle était bien incapable de dire pourquoi. Quand ils arrivèrent à la porte en bois, Jack proposa de l'ouvrir. Tout les autres se mirent derrière lui lorsqu'il entrouvrit la porte.
Un jet verdâtre le propulsa quelques mètres plus loin. Le Docteur se jeta sur la porte avec son tournevis pour la fermer. Sous les yeux effarés des deux femmes, la porte fondit, attaquée par l'acide. Nath leva la main, écarta les doigts et fit apparaître un bouclier. Jenny courut vers son père et le tira loin de la bête. Ils avaient face à eux une immense plante carnivore. La fleur, une rose, les regardaient avec des yeux affamés. De son corps vert à la peau épaisse jaillissait des dizaines de petits boutons de fleurs. Leur bouche grande ouverte faisait des bulles avec une substance marron. Probablement celle qui avait atteint Jack, digérée la porte et... Atteint le Docteur?

« -Papa ça va? -demanda Jenny en examinant la blessure
-Ooohh...-gémit ce dernier »
Le costume avait protégé le Gallifréen mais il semblait quand même légèrement sonné. Jack quand a lui était en train de se faire digérer par l'acide.

« -Jenny il faut enlever l'acide de Jack...-murmura Nath
-Comment?!-s'exclama-t-elle ».

Prise d'une inspiration subite elle fonça au TARDIS. Nath et le Docteur se regardaient abasourdi. Elle n'allait quand même pas le...?
Quelques secondes plus tard, un son familier parvient à leurs oreilles. Le TARDIS commença à se matérialiser devant eux. Jenny en sortit avec un tuyau d'arrosage.
Elle arrosa une grosse masse gluante verte. Il était temps de sauver Jack car sa peau était gravement brûlée. Certains endroits commençaient même à se transformer en grosses cloques.
Jenny regardait son père en se demandant si elle n'avait pas fait quelque chose de mal, vu le regard étrange du Docteur.
Nath regardait horrifiée le pauvre Jack. Son état était très grave. A certains endroits la chair était à vif. L'homme ne bougeait plus. Qu'était-elle censée faire?
L'homme eût la réponse. Il poussa un râle et reprit vie. Sa peau mua! De gros bouts de peau lésée tombait!

« -Gnniiiii! -fit Nath en sursautant
- A la vache!- fit Jack »
Il était comme neuf!

« -Jack vous êtes... Vous êtes dégeu!-lança Nath
- De rien. Ravi de me faire digérer à votre place.-rétorqua-t-il
-Bon euh... Les enfants, il serait peut-être temps de trouver comment passer la porte.-gronda gentiment le Docteur
- C'est vrai que vous avez tout une fratrie maintenant...-continua Jack
- Le feu.-proposa Nath- Je crame tout.
- Sans tuer d'espèces vivantes quand même...-répondit le Docteur
- De l'eau alors...
- Hum hum... Couper le courant. Comme ça elle ne nous verra pas.
- Oui mais elle sent.
-Hum hum... ».

Le Docteur se plaça sous le néon et leva son bras. Dans sa main , il y avait le tournevis sonique. Nath et Jenny songèrent qu'elles aimeraient bien avoir un tournevis sonique. Jack lui, c'est Jack...
Les plombs sautèrent, englobant dans le noir toute l'équipe.

« - Si tu pouvais enlever ton champs de force Nath...-murmura le Docteur »

Maintenant, l'exploration pouvait commencer. Enfin... Ils ne voyaient pas dans le noir. Il fallait avancer à tâtons. Sans rien toucher dans la pièce vu qu'ils ne savaient pas ce qu'il y avait.

« -Papa je sens plein de choses dans la pièce...-murmura très bas Jenny
- C'est normal. Ton essence de seigneur du temps. Je t'expliquerais plus tard...
- Brrrrr- murmura Jack en tremblant- Je sais pas ce qui m'a touché mais je le sens pas...
- Chuuuuut... -murmura le Docteur ».

Il y avait bien des choses dans cette pièce. Comme le sentait Jenny. Ce qu'elle ne savait pas c'est qu'il y avait un environnement ressemblant à la forêt amazonienne. Par contre le Docteur le savait. Il ne fallait absolument pas rompre la quiétude des lieux. Les bêtes les avaient peut-être même déjà entendues et restaient sur le qui-vive.
Des bruits attirèrent leur attention.

« -Je le sens mal ce coup là...-murmura le Gallifréen »

La lumière s'alluma d'un seul coup.

« -Je te parie tout ce que tu veut que c'est le Maître.-dit Nath ».

Effectivement les deux avaient raison. La lumière leur permit de voir tout ce qu'il y avait ici.
C'est-à-dire une reproduction parfaitement exacte de la grande forêt gallifréenne.

« -Tiens on dirait la maison...-murmura le Docteur ».

La grande forêt de Gallifrey bordait un côté de l'Académie et recouvrait la moitié de la planète. L'autre côté de l'Académie était un désert.
Il y avait de grands arbres au sommet étrange. Certains n'avait pas de feuilles mais de long appendices rose avec des piquants violets. On aurait dit que le centre de la plante vous regardait.
D'autres arbres montaient très haut. Une feuille immensément longue couvrait la forêt. Le tout était très coloré. Cela était presque entêtant, hypnotisant...
Pour l'instant personne ne bougeait , attendant la réaction des plantes. Le Docteur tenait les mains de Jenny et de Jack, près à courir.
Une liane s'approcha timidement d'eux en rampant. Le Docteur s'élança et le groupe partit en courant.
Ils zigzaguèrent entre les troncs en essayant de garder une trajectoire en ligne droite. Quasiment impossible. Ils allaient forcément trouver un mur. Donc une porte.
La forêt s'animait. Des bouts de plantes pendaient dans l'air et les arbres se sauvaient en courant, en suivant le sol.
Le Docteur savait que la forêt allait les encerclée. Son but étaient de créer un espace dégagé pour permettre aux grosses bêtes de bouger. Ils leur fallait donc être tout le temps en mouvement, à une vitesse rapide et constante.
Sauf que la forêt en avait décidée autrement. Une liane épineuse faucha sévèrement les coureurs dans le plis du genou.

Ils tombèrent tous par terre. Une sorte de vague de feuille coulaient sous eux. Dans ces feuilles il y avait des petites bêtes. Une petite araignée transparente en profita pour se glisser dans la manche du Docteur...

Chapitre 4:


Grâce à Jenny, ils avaient trouvés la sortie de la pièce. Nath, paniquée, passait d'une personne à l'autre, leur donnant de grande tapes un peu partout à la façon d'une fouille corporelle.


« -Vous n'avez pas été piqué? -demandait-elle sans cesse ».


En arrivant devant le Gallifréen, elle suspendit son geste.


« - A croire que tu le fait exprès.-dit-elle ».


Sous la manche du costume du Docteur, impeccablement lisse, il y avait une petite boule. Jenny l'avait remarquée du premier coup d'œil. Jack, par habitude, attendit sagement la réponse. C'était peut-être le compagnon le plus adapté pour un Seigneur du temps.


« -Pas de panique.-murmura Jenny ».


Elle s'approcha et tira légèrement sur un bout de tissu, sous la boule. Jenny sortit son couteau suisse de sa poche et commença à trouer le vêtement.


« -Mon tournevis sonique.-murmura-t-elle en riant »


Mais le Docteur ne trouvait pas ça drôle.


« -Jenny écarte toi.-ordonna-t-il ».


Jack sortit son pistolet, visa (au millimètre près) et tira. Il ne savait pas trop ce qu'était cette petite boule mais ils n'auraient pas fait tout ce cirque pour rien.


« -Et zut... J'ai été piqué...-annonça le Docteur
- C'est grave? -demanda Jack
- Hum... Je dois aller chercher de l'antidote au TARDIS.-répondit le Docteur, neutre
- Et pendant ce temps on cherche à savoir qui, quoi, comment. -dit Nath
-Voilà. ».
Sans plus d'explications, le Docteur ouvrit la porte amenant à la forêt et partit en courant.


« -J'ai rien compris les filles!-s'exclama Jack
-Papa s'est fait piqué par une araignée dont le virus est extrêmement toxique. C'est tout ce que je sais.
-Hum... -murmura Jack , réfléchissant ».
Nath restait neutre. Elle et le Gallifréen savaient que tout ça allait très mal finir.
****
Le Gallifréen courait à travers la forêt. Pas de panique pour lui. Il avait déjà fait ça plusieurs fois. Il savait comment éviter les dangers. Enfin en théorie. Mais le temps qu'il se relève avec Jenny qui était tombée sur lui... Une seconde de trop. Enfin bon... Jenny allait bien donc...
Cette fois-ci, il sortit de la forêt sans se faire avoir par une plante. Pourtant elles avaient tentées!
Bon... C'est pas aujourd'hui qu'elles auraient un peu de viande... Mais leur maître va les nourrir.
Le Docteur ouvrit une porte et la verrouilla à l'aide du sonique.
Euh... Il est où là?
Le Docteur avait un très mauvais pressentiment.
Ses deux cœurs semblaient pilotés par mikael schumacher.
Tap-tap-tap-tap...
Il faisait de plus en plus froid... Le même froid qui vous prenait aux tripes, lorsque vous visitiez un cimetière.
Lentement, le Docteur avança le long du couloir...


******
« -Voilà j'enclenche le processus.
-Comment allez vous faire? Pour qu'on se synchronise?
-Je vais les faire revenir. Il peut au moins revoir les personnes qu'il aime... Et être jugé avant sa mort. Une façon d'expier sa faute... »
******
Le Docteur se colla au mur. Tout un tas de sentiments étranges naissaient en lui. Peur, sensation de mort imminente, froid psychique intense... Ses battements de cœurs ne battaient pas la même mesure.
Et cerise sur le gâteau...


« -Boum boum boum boum! »


Le même rythme que ses cœurs. Hésitant, le Gallifréen toujours dos au mur, donna deux coups contre la paroi.
Voici la réponse.


« -Boum boum. ».


Oh non.


******
Quand aux autres membres du groupe, ils étaient devant un mur et une porte étrange.
Le mur était en brique, et pas en acier comme le reste. La porte était en bois. Au dessus il y avait un beau cadre en bois noir ciré avec une inscription incompréhensible, composée de cercles entrelacés. Le TARDIS était censé traduire pour eux cette inscription mais ne le faisait pas.


« -C'est parce que c'est du Gallifréen. Le TARDIS n'a plus le droit de traduire et le Docteur n'a pas envie de le débrider. Cela dit : Tribunal du jugement dernier.-expliqua Nath »


Jack avait compris cette fois. C'était une légende. Un vaisseau corsaire qui parcourait l'espace à la recherche de son équipage qui l'avait quitté. Les membres retrouvés étaient jugé et tué.


« -C'est pas Albator ça? -demanda Nath qui lisait les pensées de Jack »


Ce dernier failli s'étrangler.


« - Bref. Ceci est le tribunal de Rassillon. Comme vous pouvez vous en douter, les peines sont assez lourdes. La mort serait préférable. D'autant plus que le juge Rassillon a beaucoup d'imagination.-expliqua encore Nath
-Qu'est-ce qu'on va faire?-demanda Jenny
-Si on est là c'est pour une raison. Nos pas ne nous ont pas amenés là par hasard. Rose m'a fait sortir de ma chambre d'hôpital, je t'ai rencontrée, Jenny, et on a croisées le Docteur et Jack. Le Docteur qui nous a fait venir là.
-Donc si on suit votre raisonnement, on risque quelque chose de terrible mais c'est pas grave. C'est le Destin.-se moqua Jack
-Voilà.-dit sérieusement Nath.
-Bon. Je me fout complètement du Destin. On retrouve le Docteur, on l'avertit, on s'en va et on fait tout sauter.-rétorqua Jack
-Quand je pense que le Docteur est pacifiste...-fit remarquer Jenny
-Oui mais lui il à treize vies. Il peut se permettre d'en perdre.-dit Jack – Euh... Qu'est-ce qui m'a pris...

-Hum... Une petite jalousie venant de l'inconscient et qui est remonter dans le conscient... Bon oublions et allons-y !-lança Nath »


Les trois personnes suivirent le couloir longeant le tribunal. En même temps, pourquoi étaient-ils là? Pourquoi le Docteur les avaient-il amener ici ? Au début, ils ne s'étaient pas posés de questions, se contentant de suivre leur leader. Mais là...
Le décor qu'ils parcouraient était toujours le même. Aussi morne que leurs pensées.
Au bout de quelques temps le couloir s'élargissait.
Il faisait de plus en plus froid. Un froid mortel. On entendait deux petits coups timide puis...


« -Boum boum. ».


Jack, un brin tendu à cause de l'ambiance, dégaina son pistolet. Ils avancèrent prudemment.
Quatre pas, trois pas...Dépêchez vous! Le Docteur suffoque!
Deux pas... Un pas... Le couloir tournait. C'est pour ça qu'ils ne l'avaient pas vue plus tôt.
Le Docteur était collé au mur, des volutes de fumée argentée le rendant très brillant. Il suffoquait... Si Jack, Nath et Jenny avaient vu le Seigneurs des anneaux, la communauté de l'anneau, ils se seraient dépêchés de voler au secours du Docteur. Son sifflement asthmatique faisait pensé à Frodon empoisonné par la lame des nazgûls...
Le seul à bougé était Jack.
Nath et Jenny semblaient pétrifiées. Il y avait une femme à l'autre bout du couloir. Jack ne semblait pas l'avoir vu.
Une femme d'une grande beauté. Ses cheveux aux élégantes boucles or tombaient sur ses reins. Des mèches encadraient son beau visage... Ses vêtements étaient étranges. Ils ne cadraient pas avec cette époque. Une tunique et un pantalon en tissu gris. Pantalon dont le bas était déchiqueté. Ses genoux étaient écorchés. En suivant le sang à la trace on remontait jusque à une grande tâche brune sur son torse. Juste sous le sternum et pas très loin du cœur. Et si on remontait les tâches de sang de sa tunique, on découvrait que sous ses mèches de cheveux... Le côté droit de son visage... Il était gravement brûlé.
Quelle horreur.
En attendant elle avançait vers le Docteur. En chantant un air étrange. Un air de guerre. Le même air avec lequel elle avait accompagnée ses enfants dans la mort.
Jack la vit enfin.


« -Qui êtes-vous ? -demanda-t-il ».


Elle lui jeta un regard indifférent. Jack eût soudain une envie de dormir... Il se sentait si vieux...Si las... Si fatigué... Si... Il s'effondra et s'endormit. Sans ronfler.
La femme s'approcha du Gallifréen et le décrocha du mur. Celui-ci tomba à terre, se recroquevilla sur lui même et se mit à trembler violemment. Elle s'accroupit et posa sa main sur l'épaule du Gallifréen.


« -Où suis-je?-demanda-t-elle ».



 Immédiatement il se calma.

Chapitre 5:


Le Docteur se releva, fébrile. Il posa ses mains sur les épaules de la femme.


« - Pas de panique... Je suis là... Mais qu'est-ce qui se passe...-murmura le Gallifréen, horrifié
- Tu vas être jugé Docteur... On a vu le tribunal du jugement dernier... Il ramène ta famille avant de … -murmura Nath, bouleversée
-Ah bon? Pourquoi? Qu'est-ce qui va t'arriver?- demanda la femme paniquée ».


Le Docteur fut pris de vertige et s'assit par terre. Il ne pourra donc jamais oublier, tirer un trait sur cette fichue guerre!


« -Qu'est-ce qui se passe?! -demanda Jenny, déroutée
- C'est la femme du Docteur... Les petits ne devraient pas tarder. Ils sont mort pendant la guerre du temps... Guerre à laquelle le Docteur a participé et... -expliqua Nath
- Et elle s'est terminée par la mort des deux armées... Le Docteur a tout fait exploser pour arrêter cette guerre...-continua Jack »


Ils voulaient soutenir le Docteur... Bon sang... Annoncer à sa femme qu'elle est morte, peut-être à cause du Docteur... Quelle horreur...
Le Gallifréen regardait son amante, cachant difficilement sa détresse.


« - Et les daleks ont disparus?-demanda-t-elle
-Non...- murmura le Docteur dans un sanglot
- Oh... ».


Elle tira sur le bras du Docteur pour le relever et l'enlaça. Et comme d'habitude, au moment le plus intéressant...


« -PAPA!!! »...


Les enfants débarquent. Plus forte que n'importe quel soldat armé, la petite fille mit son père à terre, ne laissant rien au grand garçon .
Les cheveux des enfants étaient d'un roux éclatant. On aurait dit un coucher de soleil. Comment avaient-ils fait pour obtenir cette superbe teinte ?!
Si Jack était réveillé, il aurait fait remarquer qu'il savait maintenant pourquoi le Docteur aimait les blondes et voulait être roux.


« -Euh... Tu peut réveiller Jack s'il-te-plaît?-demanda le Docteur, a qui les réflexions de Jack manquait
-Hum... Oui... »-dit la femme


Elle leva la main et Jack commença à se réveiller. Apparemment ça n'avait pas l'air facile.


« -La vache! Tu lui as mis combien d'années?-demanda Nath
-Hum... Beaucoup...-répondit la femme
-Oh! Refait le pour qu'on voit Face de Boe!!-s'exclama le Docteur
-Je ne comprend pas de trop, mais ça m'a l'air débile.-fit remarquer Jenny
-Mettons ça sur le compte du choc hein?-dit le Docteur
-Comment vous appelez-vous?-demanda Jenny à la femme
-Erm... Une malédiction s'abat sur notre famille... Nos noms ont été perdus... ».


Jack se releva, dérouté. Il regarda la femme, les enfants et Jenny.


« -Franchement Doc, plus le temps passe et moins je vous trouve fou. Je comprend pourquoi vous aimez les blondes et pourquoi vous vouliez être roux!-s'esclaffa Jack ».


Mais le Docteur n'écoutait pas. Il regardait dans le vide. Une malédiction sur sa famille, sa famille morte... Tout ça à cause de lui... Il était temps qu'il soit juger pour ses fautes.



« -On y vas.-dit-il avec un air résigné »


Chapitre 6 :



L'équipe se tenait debout, devant la porte du tribunal. Avec leur air résigné, on aurait pu se croire dans une tragédie. Peut-être...
Le Docteur tourna la poignée et ouvrit la porte.
Le tribunal était une grande salle. Sa blancheur contrastait avec la noirceur de l'espace, derrière l'immense baie vitrée qui recouvrait tout les murs. La porte donnait sur une grande scène, qui donnait sur un grand public. Public de Seigneur du temps très varié, composé d'hommes chauves et en costume de cérémonie rouge. Tout la gangrène de Gallifrey était là. Avec leur guide suprême, Rassillon pour maître de scène!
A côté de lui se tenait deux personnes qui n'étaient plus que des corps sans âme. Deux personnes que le Docteur connaissait.


« -Voici donc la HONTE de Gallifrey! Et ses comparses complices de cette infamie!...-tonna Rassillon
-... Les autres n'ont rien à faire là. Ils ne sont pas complices.-coupa le Docteur, tranchant
- Tout les compagnons qui ont participé à la vie de cette abomination seront jugés!
- Eh ben bon courage!-rétorqua le Docteur
- Cela suffit!! Le Traître sera déshonoré, érigé en monument à sa honte! La magicienne et le capitaine seront oubliés! La famille retournera purger sa peine aux Rives Blanches! ».


Ils s'en étaient bien tirés en fin de compte. Le Docteur commença lentement à se statufier de l'intérieur, Jack et Nath disparurent dans l'oubli et la famille resta à sa place. Derrière le Docteur.


« -Vous allez attendre dans les geôles, le temps que l'on vous trouve une place.-conclu Rasillon. ».


Un homme en « robe » rouge s'approcha d'eux et les poussa à l'extérieur de la salle d'un air éloquent. Il marchait, heureux, au rythme des tambours. Et oui... Si un homme devait être le plus heureux de l'Univers en ce moment, ce serait le Maître. Oh oui... Pour une fois il était... Maître de la situation. Il avait sa revanche sur le Docteur.
Le Valeyard semblait beaucoup plus heureux que le Maître... Il avait sa revanche sur la partie de son âme qu'il détestait le plus... L'ange. Lui était le démon.


L'équipe du Docteur était bien réduite maintenant. Que pouvait faire Jenny, car on était sûre qu'elle au moins existait, toute seule? Elle se retrouvait enfermée dans une prison, son père à terre, et ne sachant pas quoi faire. Comment se sortir de là? Et pourquoi était-ils là d'ailleurs!? Ils s'étaient jetés dans la gueule du loup en toute connaissance de cause!
Le Docteur lui savait. Il voulait en finir une bonne fois pour toute avec cette guerre. Peut-être qu'il se sentirait mieux après? Mais c'était un conflit avec lui même! Pourquoi ne l'avait-il pas réglé tout seul, sans embarquer les autres là-dedans ? Sauf que... Il n'était pas très sympa avec lui-même. C'est justement le Valeyard qui avait été à l'origine de toute cette histoire si vous vous souvenez bien.
Le Docteur qui doit tuer la mort même si il risque d'avoir les pouvoirs de la grande faucheuse. Le Valeyard se créé. Ce qui n'était pas normal parce qu'en fait le Valeyard était la treizième incarnation d'un Seigneur du temps!
Soit. Comment faire?!
Jenny avait beau réfléchir, elle ne trouvait pas!


« -On peut pas sortir? -demanda la petite fille « sœur » de Jenny
- Nan... On a pas la clé... OH! On a la clé!!-s'exclama Jenny, se frappant le front avec sa main. »


Jenny fouilla dans les poches de son père. Elle trouva le tournevis sonique.
La jeune femme regarda l'appareil, un sourire illumina son visage.


« -Qu'est-ce qu'il va lui arriver? -murmura Jenny, sombre, en désignant son père ».


La femme répondit:


« - Il va devenir un ange...-murmura-t-elle avec une infinie tristesse ».


Jenny ne comprit pas. Elle se leva et déverrouilla la porte à l'aide du tournevis.


« -Vous restez ici. Je vais voir ce que je peut faire. Veillez sur papa...-dit-elle ».


Elle partit en verrouillant la porte derrière elle.
La mère, de son vrai nom Ithiliaaravadencis, regarda ses enfant, et leur fit un discret signe de tête. La petite se leva, suivit de son frère.
Les petits enfants seigneurs du temps avaient des pouvoirs phénoménaux. Et potentiellement mortels pour leur petite personne. Et il semblerait que cela s'arrange pour les adultes. Niveau magie, ils étaient minables. Peu entraînés, bridés, conditionnés.
Les rebelles eux, s'exerçaient souvent et étaient meurtriers. Le Docteur en avait fait les frais...
Quoi qu'il en soit, la serrure ne résista pas à la gamine.
Les enfants partirent avec un calme déconcertant dans le couloir. Leurs parents les avaient formés à la survie. Étant nés en temps de guerre, les enfants étaient les plus vulnérables donc les mieux protégés.


« -Qu'est-ce que tu as en tête? -demanda la petite fille ».


C'était la magicienne, le frère jouant les stratèges.


« -Trouver le Maître. Les éliminés un par un.-répondit-il
- Tu crois vraiment que c'est la solution?
- Je ne sais pas quoi faire d'autre. Il faut que l'on sorte d'ici. Normalement on ne devrait même pas être là. Normalement ça ne devrait pas se passer. On devrait être aux Rives Blanches à attendre papa.-répondit le frangin
- J'aimerais revoir le soleil et le sentir!-s'exclama la petite
-Oui mais papa va devenir méchant. Il faut d'abord le guérir.
- Mais Fan's pourra le guérir! -s'exclama la jeune fille avec force
- Oui mais elle n'est pas revenue des Rives. Je crois même qu'elle a décider d'effacer son âme... Il n'y a plus qu'un seul moyen d'empêcher papa de devenir dingue et de nous tuer. -dit le jeune garçon
-Et c'est quoi?-demanda la petite
- Le tuer avant... ».


Les enfants continuèrent de marcher, sombre. Ils n'allaient pas tomber sur le Maître tout de suite. Il fallait chercher un petit peu.


* * * * * * * * *


La vie n'était plus très rose pour le Docteur. Il s'en fichait. Il l'avait bien mérité. Depuis le jour où il n'avait pas dit à Rose qu'il l'aimait. Sa vie aurait pu changer. En fait, depuis qu'il était né ça n'allait pas. Sa mère était tombée malade après l'avoir mis au monde, son père était entré au Conseil des Sages, sa grande sœur a regardée le vortex. Après ça allait mieux. Sa mère s'était rétablie, son père ne leur parlait pas trop politique le soir et sa sœur a gardée ses peurs pour elle. Puis ça s'est gâté. ça. Voilà comme il parlait de sa vie. Voilà comment le poison qui coulait dans ses veines parlait de sa vie. ça. Aussi peu. Mais le Docteur aimait la vie. Pas tant que ça pour s'être jeté dans la gueule du méchant loup, certes.
Une force mystérieuse avait détourné la vie du Seigneur du Temps de son cours. Ils devaient tous en subir les conséquences. Les incohérences à l'histoire allaient être nombreuses. Sauf si l'auteur de tout ce merdier se débrouillait bien.
En attendant, la pire arme jamais construite prenait vie. Un seigneur du temps déraciné, qui avait perdu ses repères sans comprendre ce qui lui arrivait.
C'est vrai. Tout ces changements de personnalités et de corps en régénérant risquaient de le conduire droit vers la folie.
Son cerveau repassait tranquillement les images qu'il avait sur la vie du Docteur. Ce dernier avait l'impression de regarder une mauvais comédie. Il fallait peut-être qu'il reprenne les choses en main. Le pourrait-il? Le Docteur avait commis une grave faute. Ses amis « humains » l'ont aidés. Mais il faut dire que la faute n'en as pas été effacée pour autant. Cela dit Rassillon l'avait effacé. Maintenant il était libre. Le seigneur du temps était libre! Il pouvait faire tout ce qu'il voulait.
Il était un monument à la honte de Gallifrey. Il allait se comporter comme tel et montrer son amour à sa chère planète natale...
Rassillon allait regretter d'avoir pourri sa vie. Ils allaient tous regretter...


La haine du Docteur envers Rassillon était légitime. Encore le pauvre homme ne savait pas tout sur cet illustre personnage... S'il savait... Tout n'était qu'illusion... Même la vie.
 


La petite poussa un cri, ravie. Le Maître était derrière la porte! Et manifestement il parlait tout seul. Enfin... Toutes les vieilles personnes parlent toute seule. En plus, son frère lui avait donné la permission d'aller parler à l'ancien ami de son père. L'enfant le considérait comme son oncle.
Dans cette pièce aussi on pouvait voir l'espace. Une partie d'un mur de ce qui semblait un laboratoire était en faite une baie vitrée.
La petite fit une entrée fracassante:


« -TONTON!!!!
-Mais qu'est-c...-s'exclama le Maître
- Je suis revenue des Rives Blanche mais je sais pas pour combien de temps!
-Oh! Et où est ton frère?
-Il m'attend dehors. Il sait que tu ne me feras pas de mal.
- Jamais. Je suis désolé que tu sois mêlée à tout ça ma petite...
- Oh... Je sais pas quoi faire pour aider tout le monde...Je sais pas ce qui se passe...-murmura la petite tristement
- Un conseil : éloigne toi de tout ça. Vole le TARDIS de ton père et va-t-en!
- Mais je peut pas! Je ne sais pas ce qui se passe! Qu'est-ce que je dois faire? Si ça se trouve je vais retourner aux Rives Blanches mais je veut pas!!-s'exclama la petite
-Comment c'est les Rives Blanches?-demanda le Maître
-Il y a une grande plage. Avec la mer séparant les morts et les vivants. Puis après il y a de la terre et des arbres. Et on vit dedans. Puis après il y a la grande faille. Maman dit que si on saute on n'existe plus. Mais on existe déjà plus aux Rives. Je ne grandis pas, je m'ennuie, c'est triste. Il n'y a rien à faire. -fit la petite, malheureuse
-Il y a bien un moyen pour arrêter ça...-murmura le Maître, d'un air entendu ».


La petite, du haut de ses bien frêles années, regarda le Maître d'un air horrifié. Mourir une seconde fois, pour de bon? Impossible!! Les larmes lui montaient aux yeux. Le Maître regardait la petite, surpris.


« -Mourir!! Jamais!! Je veut que tout redevienne comme avant tonton!!
- Rien ne pourra jamais redevenir comme avant ma chérie. Sauve toi. Je ne t'aiderais pas, n'y compte pas.
- Je sais que tu est la cause de nos problèmes. Tu est donc forcément la solution...-marmonna la fille, d'un air sinistre ».


Pendant une demie-seconde, à peine perceptible pour le temps lui même, elle observa l'histoire de la Création dans toute son intégralité. Tout ce qui était, ce qui est, ce qui sera et ne sera jamais. Plusieurs voies s'ouvraient à elle, plusieurs possibles. Certaines routes étaient très sombres, jalonnées de nombreux obstacles et finissant toutes dans les ravins de la mort. Quoi qu'il en soit, elle, petite fille, devait prendre la meilleure décision possible. Sans compter que des personnes remaniaient les lignes de vie de tout l'univers. C'était terrible. Le cours du temps était dévié, telle une rivière furieuse sortant de son lit. Et ils en subissaient sa crue.
Elle ferma les yeux sur le cours du temps.
La gamine sortie calmement de la salle.
Bêtement, le Maître pensa que la petite fille était devenue très mature dans sa tête. Mais on ne grandit pas aux Rives Blanches. Les âmes qui y attendaient restaient les même. Les années n'avaient aucune emprise sur ces pauvres personnes... De toute façon, les Seigneurs du Temps là-bas étaient déjà mort.


« -Il ne veut pas nous aider. Il est contre nous et nous bloquera.-dit la petite
- Alors éliminons-le. -répondit le frère. »


Ce n'était que des enfants... Et pourtant...Et pourtant...
La petite colla sa main droite à la porte. Son esprit chanta, le verre dans la pièce du Maître se fissura lentement, le vide total dévora la pièce. Et bien sûr le Maître mourut ( dans un affreux mélange de chairs, d'os et de sang).
Le frère regarda sa sœur, éberlué. Elle l'avait fait!
Un bruit les fit sursauter. Qu'était-ce? Une porte qui claque? Un genou qui cogne contre le mur?


« -Une arme que l'on charge.-pensa le frère ».


Il prit la main de sa sœur et ils partirent dans le sens opposé.
Mauvais plan. La réverbération sonore du déclic du chargeur était en faite une fausse piste. Et ils allaient tout droit là où il ne fallait pas...
Le Docteur n'était plus vraiment le Docteur. C'était un mélange explosif entre le poison de la bestiole de toute à l'heure et le sort de Rassillon.
Une partie, très infime de sa conscience subsistait. Elle était retranchée derrière un château fort assiégé et en ruine. Pour missile enflammé il y avait cette envie dévorante de tuer, commune aux anges pleureurs, des souvenirs et une petite voix démoniaque qui lui soufflait des choses horribles...
Mais il était heureux. Énormément heureux. Le seigneur du temps allait recommencer sa vie à zéro. Il fallait juste effacer les traces de son passé. Tout ce qui pouvait le gêner dans sa « résurrection ». Tout ses amis, coupables de sa souffrance allaient périr.
Le Docteur se mit en marche. Il avait trouvé une arme en bon état en fouillant un peu dans des tiroirs. Il avait aussi beaucoup de munitions. Le Gallifréen pensait que c'était comme à la fête foraine, avec le tir à la carabine. Plus il tirait dans la cible et plus il gagnait. Le Docteur avait aussi un couteau.


« -Le jeu est en marche.-s'exclama-t-il ».


Il chargea son pistolet.
Les enfants étaient à quelques pas de lui. Ces êtres chers qui n'étaient même pas réel. Ils n'étaient bon qu'à lui rappeler que ses enfants étaient mort. Par sa faute. Il aurait dû passer plus de temps avec eux au lieu de fuir Gallifrey. Fuir cette petite voix dans sa tête qui lui soufflait de courir... Courir... Avant qu'elle ne l'attrape.
Sans s'en rendre compte il vit qu'il se trouvait devant les pâles images de ses enfants.


« -Saaaaluuutt -dit-il d'une voix enchanteresse
-Papa...-murmura la petite ».
Le grand frère prit le bras de sa sœur. Il fallait partir.


« -Vous allez repartir d'où vous venez... Vous êtes mort depuis longtemps.
- On s'en va, ne t'inquiète pas. »


Les deux petits tournèrent le dos au Docteur et s'en allèrent tranquillement.
Le Docteur leva son arme, visa... Et tira. Mais la balle ne partit pas. Le canon était bouché et le pistolet explosa. Le Gallifréen contempla incrédule ses mains gravement brûlées.
Il n'y avait personne dans les environs.
Tant pis. Le Docteur pourrait les finir au couteau. Les petites voix dans sa tête l'encourageaient. Il allait prendre un repos bien mérité et recevoir toutes les récompenses.
Le Gallifréen se remit en route, les pensées embrouillées. Ces petits nuages ralentissaient son esprit.
Sa femme apparue devant lui sans qu'il s'en rende compte. Il faut dire qu'il n'était plus vraiment là. Le combat fut très rapide. Le Docteur avait l'avantage de la carrure. Sa femme était encore plus fluette que lui.
Une fois sa besogne accomplie, il continua d'errer dans les couloirs. Le top du top serait de passer devant Rassillon ou les « autres ». Le Gallifréen pourrait alors éliminer chacun de ses ennemis.



Tous battirent en retraite.



Ithiliaaravadencis ( Ithilia pour les intimes) se dit qu'il ne fallait pas paniquer. Mais après tout, elle venait de ressusciter ( pas régénérer hein, ressusciter!), était dans un vaisseau étranger, son mari était la honte de Gallifrey et venait tout juste de la tuer. Mais elle n'était pas morte. Et son mari était devenu complètement dingue. Un poison plus puissant que l'enchantement de Rassillon semblait avoir prit le dessus. Bonne ou mauvaise nouvelle?
Une petite voix lui murmurait de ne pas paniquer. Voix qui, de l'humble avis d'Ithilia, ferait bien de la fermer.
La femme se leva. Du sang frais coulait par dessus l'ancien sur sa tête. Il fallait qu'elle retrouve les enfants. La réaction du Docteur n'était pas normale.


Jenny quant à elle avait travaillée utilement. La jeune fille avait retrouvée le chemin du TARDIS. Cela avait été assez simple en fait. Au dessus de chaque porte était écrit un nombre en Gallifréen. Bien entendu, elle ne connaissait pas cette langue. Mais elle avait remarquée que le nombre de trait entre les symboles étaient supérieur ou inférieur à d'autres. L'axe de symétrie changeait aussi. Ce n'était pas le plus important. Puis, la jeune Seigneur du Temps s'était souvenue du symbole de la porte amenant à la forêt. A partir de là elle avait pu retrouver le vaisseau.
Pour finir, elle avait fait le chemin inverse pour ressortir de la forêt et retrouver sa « mère ». Ils avaient un espoir de s'échapper.
Mais l'homme et la femme avait disparue. Jenny n'arrivait pas à se souvenir d'eux assez distinctement pour se les représenter dans sa tête. Pourquoi ces deux personnes se sont-ils imposer à son esprit si subitement ?
À ce moment précis, un cri de frayeur perça l'air et un flash lumineux intense éblouit Jenny.
Deux corps chutèrent et la lumière disparue. La scène se révéla enfin à la jeune fille, après quelques secondes pendant lesquelles ses yeux étaient aveuglés. Une silhouette transpirante, haletante et sanglante tenait un couteau trempé d'hémoglobine. Devant cette silhouette effrayante se tenait un petit garçon qui servait de bouclier à une petite fille qui était terrorisée.
Au premier plan, se tenait une femme évanouie et un homme qui ne devait pas trop savoir ce qu'il faisait là. Leurs tenues plutôt banales attiraient l'œil de Jenny. Chemise, pantalon pour l'une ; veste, jean pour l'autre.
Ah c'était reposant... Parce que voir son père avec un rictus démoniaque, tentant d'éviscéré ses enfants avait de quoi déranger énormément le cerveau de Jenny. Son encéphale effectuait donc un curieux arrêt sur image pour espérer retarder l'échéance, le moment où il fallait réfléchir.


Heureusement Jack, même en ne sachant pas ce qu'il pouvait bien faire là, tira. Sa chaussure. Et visa la tête du Docteur.
Dans le mille ! Mais le Docteur n'est pas content maintenant !
Un éclair de furie traversa ses yeux.


« -Alors toi aussi Harkness, tu es contre moi ! Je le sais... Tous autant que vous êtes! Vous êtes des déchets! Mais je vais réparer mes erreurs... -grogna-t-il, les yeux exorbités»


Le temps semblait ralentir. Ou alors l'adrénaline boostant Jack l'accéléra. Ce dernier se rua sur le Seigneur du Temps, changea de direction au dernier moment, et assomma le Docteur par derrière. Instant digne de Matrix.
Le silence qui s'en suivit devient violent. Il s'abattit avec force sur tout les êtres conscients de la pièce.
« -Est-ce que vous savez ce qui est arrivé au Docteur?-demanda Ithilia
- Pas vraiment...-marmonna Jenny
- Il est devenu complètement fou. - fit la petite
- Ffffoouuuu... S'est fait piqué... Par la petite araignée blanche...Enfin qu'est plus blanche maintenant... Vous avez intérêt à le neutraliser parce que sinon... Je vous rappelle qu'on est liés... Deux problèmes au lieu d'un...-articula avec peine Nath, sortant de l'oubli
- Mais je croyais qu'il avait été cherché un antidote?-questionna Jack, surpris
- Il n'a peut-être pas eu le temps...-répondit Jenny
-Mais non... Il n'y a pas d'antidote. -ajouta Ithilia
- Pourquoi a-t-il mentit?!-s'exclama Jack
- Il espérait s'en doute s'en sortir tout seul...-répondit Ithilia
- La seule possibilité de guérison réside dans la régénération.-ajouta Nath
- Ah oui? Super! -fit Jack, ardent défenseur du Gallifréen
- Où alors vous taillez une bavette tranquillement avec lui. Pendant ce temps nous, on se sauve en courant. Pendant la phase critique, la folie de l'empoisonné atteint son apogée et généralement, il s'en prend à lui même et à son environnement. Avec des envies de destructions immenses. Jusqu'à qu'il face en arrêt cardiaque ou un AVC, au choix. Perso j'aimerais pas être là.-fit Nath ».
Jack soupira.
Le destin choisit pour eux. Une armoire se matérialisa dans la pièce. Son bruit évoquait un TARDIS. Rose et John Smith ( ou Docteur 2 si vous préférez) en sortirent. Ce qui était surprenant au premier abord était la taille de l'armoire. Mais comme elle était plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur, cela empêchait les esprits de dériver vers le fait que deux adultes soient dans une armoire aussi exiguë.
Tout le reste se passa rapidement. Rose, auréolée d'une lumière doré divine, sortit un pistolet de sa poche et tira. Sachant que tout les protagonistes étaient tournés vers Rose, la stupeur se reflétant sur leurs yeux, ils furent surpris d'entendre un corps chuter. Le Docteur s'était silencieusement relevé et s'apprêtait à lancer son couteau. Rose était donc intervenue à temps.
Le double humain du Gallifréen regardait la femme de sa vie avec de grands yeux. Celle-ci murmura simplement : « Fais moi confiance... ». Rose, enfin Méchant Loup, prit le bras de son ami et ils retournèrent au TARDIS. Puis disparurent.
Tous étaient interloqués. Sauf le Docteur, dans les pommes, et Nath, terrorisée.


« -Il va régénéré, il va régénéré!-s'exclama-t-elle à moitié dingue
- Et alors?-demanda Jack avec calme
- On est liés. En gros faut que je me sauve si je veut pas exploser aussi.
- J'ai bien l'impression que ce soit trop tard.- précisa Ithilia neutre
- On a des lunettes de soleil?-demanda la petite sœur
-Bah non... Par contre on peut se protéger avec notre t-shirt.-répondit le frangin
- Naaaaannn ! Vous n'allez pas me laisser com... ».
Une lumière doré, si étrange, si belle, si douce, s'invita dans chaque parcelle d'air libre. C'était une vision du paradis. Leurs neurones grillèrent. Pas de panique, les Gallifréens sont mort-vivants et Jack est immortel. Telle une supernova, la lumière divine disparue aussi rapidement quelle était venue. Les corps reposaient à terre, le visage béat, un peu de bave au coin des lèvres. Sauf pour les deux déclencheurs de l'explosion qui étaient un peu plus cramés.


  * * * * * * * * * * * * * *


« -FRREEEINNNEEE!!!!
- AAAAAAAAAAHHHHHH!!! ».


Les astronomes amateurs, ou simplement des curieux rêveurs, eurent l'occasion, en regardant le ciel, de voir une superbe armoire en bois et d'un style très ancien s'embraser dans l'air. Certains se dirent qu'ils feraient mieux d'arrêter l'alcool, d'autres d'aller dormir et enfin, une personne eût l'idée d'aller chez le psy.
N'empêche... Cette armoire existait belle et bien. Aussi réelle que le cratère fumant et les deux personnes qui en sortirent.


« -Je crois que j'ai trouvée le frein.-dit Rose, le tenant dans sa main, très loin de la console
- Oui c'était le frein. -répondit John Smith, neutre ».


Les deux étaient couverts de poussière.


« -J'ai sentis une légère perturbation avant que tu nous crash.-fit John ».


Ils s'extirpèrent du vaisseau avec difficulté, particulièrement Rose.


« - Une perturbation dans la force?-demanda la jeune femme, avec un rictus de douleur
- Méchant Loup, va t-en ! Rends moi Rose! - s'exclama l'homme
- Je ne peut pas! Ils se sont trompés, il faut que je répare leurs erreurs!
- Mais de quoi tu parle enfin ?!- fit John
- Tu crois au destin ?-demanda Rose/ Méchant Loup
- J'ai en quelque sorte eu 900 ans. Ou plus, je sais pu. Donc le destin je m'en tape !
- Et bien tu as tord pseudo Seigneur du Temps... Ceux qui l'écrivent ont un gros problème. Nous et les autres aussi...
- Je m'en fiche ! Je ne suis pas le Docteur, je ne le suis plus! Va-t-en, rend moi Rose!
- Non. Je dois faire quelque chose. Rose est en connexion avec moi, elle sait et approuve.-répondit fermement l'étrange être ».


Ils étaient aux abord d'une forêt surplombant une ville. De vagues souvenirs s'immisçaient dans l'esprit de John. Ils venaient d'une époque où il s'était fait kidnappé par des martiens. Il espérait que cela se finisse. Malheureusement Méchant Loup en avait décidé(e?) autrement. La jeune femme se dirigeait vers la ville. Tout les bâtiments, les maisons, les arbres, le temps semblaient s'effacer devant elle. Le paysage n'était qu'un épais brouillard.  
La vision de la jeune femme faisant disparaître le monde aurait pu être fantastique, si un Mac Do n'était pas apparu dans l'air. Rose y entra. Tout y était normal. Étrangement normal. Rose y commanda des nuggets. John la regarda, neutre. Elle commanda aussi deux milk-shakes. La jeune femme mit la paille de la glace dans sa bouche et manqua d'éborgner son compagnon en lui tendant le sien. Ce dernier le bu prudemment. Banane. Miam.
La jeune femme sortit de sa poche de quoi payer le vendeur puis repartit vers le TARDIS. Le brouillard revient crypter le paysage.
Une fois dans le vaisseau, elle le pilota. Sans les mains. Rien qu'avec son esprit. John Smith était déboussolé. La symbiose du Méchant Loup risquait de blesser Rose. Le pauvre homme avait l'impression d'errer dans un long cauchemar sans fin.
Au bout de quelques secondes, le vaisseau atterrit.
John ouvrit la porte, anxieux.
Leur arrivée impromptue avait dérangée la bataille qui se déroulait. Elle opposait la bande du Docteur et la bande à Rassillon. Ils étaient tous sur la scène qui avait condamnée le Docteur et ses amis.
Rassillon n'avait jamais été autant en colère de toute sa vie. Et Dieu seul sait qu'il avait vécu très longtemps ! Il se tenait au milieu du carnage, ferme.
Nath était à quelques pas, formant une barrière psychique pour empêcher les spectateurs de s'interposer.
Jack était devant l'entrée, c'est-à-dire à l'opposé du Docteur qui était au fond de la scène.
Ithilia et le garçon était derrière Jack. La petite était devant, prête à intervenir pour sauver son père.
Celui-ci n'était plus qu'un pantin privé de vie et de conscience. Même la puissance de la régénération ne pouvait le libérer.
Le TARDIS de John et du Méchant Loup était devant Rassillon.
La jeune femme dévisagea le maître des Seigneurs du Temps. Les deux se jaugèrent pendant quelques secondes, comme deux loups tournant autour de leur proie.
Rassillon tendit la main à sa droite et la pointa vers le Docteur ( l'original hein, pas le double).


« -Meure. ».


Le Gallifréen, réduit à un simple sac d'os s'effondra.
Rose se contenta de lancer son petit sac de nuggets Macdonald aux pieds de Rassillon.
John, Jack et les autres la regardèrent, surpris.


« - Le Maître était atteint. Vous l'avez contaminé quand il était petit. Les larves ont dormi pendant de longues années... Ont grandi et vous ont contaminé vous aussi... ».


Rassillon jugea la jeune femme du regard. Non! Il ne sera pas atteint par ces bestioles! Jamais !


« -Faites donc le test ! Des nuggets... Bien grasses et croustillantes... Fritent en compagnie d'autres morceaux de poulets délicieusement plein de graisse...- dit Rose, avec une voix enjôleuse ».


La terreur fut visible sur les yeux de Rassillon.
  Ces nuggets avaient l'air très appétissants. Il fallait qu'il les mangent, sa vie en dépendait. Inconsciemment il se relâcha. La petite partit alors comme une flèche. Elle fondit sur la scène, passa entre Rose et Rassillon et sauta sur son père.


« -PAPA!! ».


Et sans que personne n'en comprenne la raison, celui-ci se réveilla. Complètement dérouté.


« -Nan mais c'estpasl'heurede se leveeeerrr...-marmonna-t-il ».


Rassillon les regarda stupéfait. Toute sa puissance, le sortilège de mort suprême, qui avait fait de lui un dieu avec un grand D, effacée par une petite FILLE ?!


« -Descendez de votre piédestal faux dieu... Vous vous brûlez les ailes... Et pas que ça. ».


Sur ces terribles mots adressés au « dieu » créateur, Rose tourna simplement les talons et retourna au TARDIS avec son ami.
Petite aparté psychologique sur ce « mec ». Ce Rassillon est communément appelé dieu créateur par les Seigneurs du Temps. Il souffre en fait du très célèbre complexe du Time Lord Victorious. Ou le complexe du Seigneur du Temps victorieux en français. En gros il a les chevilles qui enflent. Enfin, là elles éclatent. Le pauvre homme est furieux. Il venait de se prendre son impuissance en pleine face !


« -Vous tous ! Écoutez moi bien ! Je vais détruire votre vie... »


Puis il disparut dans un halo de lumière.
Rassillon risquait ainsi de répandre tout les parasites qui le contaminait à travers la galaxie.



Le pauvre Docteur ne comprenait pas grand-chose. Tout ce qu'il savait est que le Destin devait lui en vouloir pour une raison inconnue. Après tout il n'avait rien fait de mal. Et le Gallifréen adorait la vie! Pourquoi la lui retirer?
Oh oh...
Le Docteur bondit pour se relever, comme si il avait le feu au pantalon. Il s'examina, se tâta, se tira les cheveux, vérifia sous tout ses vêtements, regarda derrière lui... Et fut obligé d'admettre l'évidence. Il avait régénéré. R-É-G-É-N-É-R-É. Bon sang de bonsoir!

« -C'est formidable!!-s'exclama-t-il avec une voix d'adolescent boutonneux, avant de se racler la gorge ».

Jack, comprenant qu'il avait légèrement « pété une durite », retenait les autres. Seule la petite fille, qui avait permis le miracle, restait à côté de lui.
Au bout de quelques secondes, le Docteur arrêta de gesticuler.

« -Je crois que j'ai besoin de vacances... ».

La grande salle était vide. Les Seigneurs du Temps étaient réapparus dans cette Univers. Le Docteur n'était plus le dernier. Il était maintenant rejoint par quelques centaines de types entièrement dingues qui étaient capables de tout.
Il fallait tous les retrouver.
Qu'en faire?! Premièrement, il faudrait voir comment ils se comportent. Si ils s'intégraient bien...
Pour cela il faudrait avancer dans le temps. Ce ne sera pas très difficile, avancez dans l'espace et vous avancez dans le temps.
Mais... Il y a une chose que le Docteur aimerait bien faire...
Ils étaient tous dans le TARDIS, autour de la console de commande.

« -Jack? Je peut t'emprunter ta montre?-demanda le Docteur ».

Jack regardait le Docteur, totalement mort de rire. Il lui tendit son poignet. Le Gallifréen bidouilla quelques petites choses. Puis il se lança sur la console et pilota.
Jack riait de plus en plus fort. Le Docteur était plus jeune !

« -Mais quoi Jack?!-demanda enfin le Docteur
-De plus en plus jeune ahahahahahahaha! Ça va devenir du détournement de mineur ! ».

Voilà l'expression faciale du docteur en ce moment précis → O.O
La milliseconde d'après, toutes les femmes du vaisseau éclatèrent de rire. Le Docteur fit semblant de ne pas comprendre, concentré sur sa tâche. Quelques temps plus tard, le TARDIS atterrit. Le Docteur les invita à ouvrir la porte. Ce fut Jenny qui découvrit la première où le Docteur les avaient emmenés.

Une belle plage de sable aussi orange que le ciel. L'eau était d'une couleur indéfinissable. Il y avait certaines touches de bleu, d'un dégradé clair à un dégradé foncé. Elle reflétait aussi l'orange du ciel et d'étranges zones jaune. Une énorme étoile flottait dans les airs.
Le groupe regardait le paysage, fasciné. Sauf le Docteur qui, armé d'une serviette et d'un étrange objet, s'éloignait de quelques pas.
Il installa sa serviette par terre, planta un panneau et s'allongea. Sur l'écriteau : « Don't disturb ».
Les autres pouvaient donc aller s'amuser. Ils avaient quartier libre.

Rose et le double eux aussi avaient quartier libre. Enfin... John Smith espérait cette tranquillité. Pour l'instant, il était assis par terre et tenait Rose dans ses bras. Méchant Loup l'avait quittée et Rose s'était évanouie. La dépense d'énergie avait été telle que John était terrifié... Il attendait la stabilisation de la tension artérielle et du rythme cardiaque de Rose pour la déplacer.
Elle n'avait pas voulue lui dire ce qui se passait avant de partir. Cela dit une chose était certaine ; ce qui se jouait en ce moment était monumental. Quelque chose qui les dépassaient et qui mettait en jeu la survie de cet Univers. Sur les capteurs du TARDIS, il pouvait en voir la structure. La première couche était gravement érodée. Il y avait cinq couches. Lorsque la quatrième couche se déchire, tout les êtres vivants meurent. Le chaos, la mort et la destruction. Implacable. John était terrorisé. La pire légende Gallifréenne prenait forme.
Le Méchant Loup revenait malgré qu'il l'avait théoriquement aspiré. Alors que les Seigneurs du Temps ne survivaient pas à l'absorption d'une âme de TARDIS. Et Rose survivait. Qu'est-ce qui le justifiait?
Sûrement ce qui détruisait l'univers.
Autre point. Il avait compris ce qui avait infecté le Maître et Rassillon. Un parasite gallifréen qui adorait le gras. L'équivalent d'un des sept fléaux de l'apocalypse humain chez les Seigneurs du Temps. Le parasite s'infiltrait dans la moelle épinière de l'hôte. Une fois bien installé, il se nourrissait, se développait et pondait des œufs. La première larve envoyait ensuite ses bébés dans tout l'organisme, puis contrôlaient chaque cellules. Les larves dans le cerveau avaient pour unique but d'assouvir leurs besoins fondamentaux et leurs plus basses pulsions... Pensez donc... Une petite larve de rien du tout, qui ne peut rien faire d'autres que ramper... Qui est assez intelligente pour se rendre compte que sa vie est minable... Trouver un seigneur du temps, pouvoir bouger, ressentir, penser... C'était fantastique! Sauf que ces larves se fichaient totalement de la personne contaminée. Ce n'était qu'un morceau de viande qu'elles défendaient chèrement. Les Seigneurs du temps étaient les seuls êtres vivants assez fort et intéressant pour les parasites. L'autre être vivant assez résistant était le brin d'herbe. Mais la vie d'un brin d'herbe était assez nulle et très courte. Surtout dans un pré de vaches.
John s'égarait dans ses pensées. Rose devenait transportable. Il devait s'en occuper sérieusement, le choc avait été rude.
Il ne vit pas qu'une personne sortait de son vaisseau.


Sur la plage, le Docteur et ses amis regardaient passer le temps d'une manière agréable. Ithilia s'était installée à côté du Gallifréen. Jack lui voulait s'amuser. Sûrement pas se faire enterrer dans le sable par la petite. Telle est pris qui croyait prendre. Jack sortit très vite de son tombeau de sable. Un gentil petit crabe lui avait même donné un coup de main.
Le Capitaine voulait se venger de l'affront qui lui avait été fait. Mais il était en infériorité numérique. Aussi se retrouva-t-il coiffé d'algues de toutes les couleurs.
Heureusement, un élément perturbateur empêcha Jack d'être officiellement humilié devant la galaxie entière et les yeux inquisiteurs des télescopes qui devaient le scruter avec attention. Bah oui, il était trop beau, il ne pouvait pas en être autrement.
L'élément perturbateur était Aéola, la soeur du Docteur. Enfin, elle venait de l'autre Univers et s'était échappée avec Rose et John. Elle était rousse, grande, un peu pâle et transparente.

« -Hey!-lança-t-elle ».

Le Gallifréen se releva, on ne peut plus surpris. Aéola se jeta sur le Docteur. Son temps était compté. Avant de « partir » elle tira sur une mèche de cheveux de son frère puis disparut, simplement. Ces disparitions rapides dégoûtait le Docteur. Toute une vie, effacée d'un seul coup. C'est ce qu'il haïssait le plus chez Rassillon. Cette capacité, cette quasi-divinité. Et arrêtée par un simple enfant Seigneur du Temps... Tout ça laissait songeur...
Légèrement déboussolé, le Gallifréen retourna sur sa serviette.
Juste avant que sa montre ne sonne. Il bondit en se relevant et lança :

« -Bon les enfants, le temps est passé ! On y retourne, il y a eu du changement! ».

Il fallait laisser du temps pour que les siens s'installent dans la trame de l'espace.
Les Seigneurs du Temps étaient ainsi plus faciles à repérer. Le Docteur prenait des risques énormes. Qui sait ce que fera Rassillon? Il pouvait effacer l'existence du Docteur.
En y repensant, le Docteur frissonna. De nouveaux éléments de sa vie s'agençaient. Rassillon avait essayer de le tuer. Mais un ange gardien avait empêché Rassillon d'étrangler l'enfant qui deviendrait le Docteur.
Rassillon avait un pouvoir énorme. Normalement il était censé mourir avec la destruction de l'autre Univers. Ainsi que les autres Seigneurs du Temps.
Qu'est-ce qu'ils avaient fait?
Le Gallifréen regarda les ordinateurs de la console de commande. Il semblait ne pas remarquer l'arrêt des secondes. Nath, Jenny, Ithilia regardaient vers l'extérieur du TARDIS. Jack et les enfants regardaient le ciel, par la porte ouverte. Personne ne bougeait ni respirait. Tout revient à la normale quelques minutes plus tard.
Le Docteur murmura simplement : « Temps ».
La première couche de l'Univers venait d'être détruite, couche qui gérait le temps.
Les paradoxes et les erreurs allaient maintenant joncher le passage du TARDIS.



Les Seigneurs du Temps s'étaient dispersés un peu partout dans l'Univers. Ils étaient quarante. Tous avait la même idéologie. Empêcher la destruction de Gallifrey et purifier leur race en supprimant les tares. Leur sang coulerait dans les veines de chaque habitant de chaque monde existant. Les Daleks n'existeront plus. Chaque Seigneurs du Temps ( aucune femme dans le groupe ) était placé à un point stratégique. Rassillon déplaçait ses pions depuis sa planète. Et insufflait son poison aux habitants de Gallifrey...
La vie, façonnée selon les désirs du quasi-dieu, servirait à assouvir tout les fantasmes psychotique dudit Créateur.
Seul les enfants TARDIS, les êtres les plus purs de l'Univers, échappaient encore à Rassillon. Mais celui-ci changea le code génétique d'un des enfants, introduisant une erreur dans l'ADN de tout les autres. Les enfants TARDIS, race à part entière, enfants de l'Univers, étaient maintenant condamnés à se fixer à un vaisseau sinon ils mourraient. L'ADN des noyaux de leurs cellules était altéré. Il n'était plus capable de créer les protéines, indispensables à la survie. Le corps mourrait à petit feu. Les enfants avaient obligation de se fixer à une carcasse métallique. Une fois le corps mort, l'âme s'enfermait dans la console centrale.
Il était quasiment improbable qu'un enfant TARDIS ait pu échapper au torpillage génétique.
Le plan de Rassillon avançait rapidement. Les enfants Seigneurs du Temps étaient très réceptifs.
Il ne restait plus qu'à attendre.
Un Seigneur du Temps s'était posé sur Terre. Il y attendait le Docteur, près à le détruire. Quatre autres s'occupaient des failles terrestres, particulièrement grandes.
Un autre groupe s'était posté aux confins de l'Univers, là où la vie était née.
Ils introduisaient quelques changements dans le temps et l'espace. Changements que l'Univers n'arrivait pas à effacer ou compenser. Il faut dire que ceux qui régentait la vie de tout les êtres en possédant étaient débordés, pris en otage par le temps et un être bien plus terrible encore...
Les Seigneurs du Temps envahisseurs avaient pour objectif principal de remodeler les êtres vivants à leur guise. Ils étaient comme des gens jouant aux sims.
Le problème est leur nombre. Ils étaient trop nombreux pour le Docteur et sa bande.
La Terre n'avait plus Torchwood. Le Gallifréen devait y placer Jack.
Puis il ne fallait pas qu'ils aient une trop grande distance entre eux, pour que le Docteur puisse faire la navette et les aider. Une oreillette leur permettrait de rester en contact.


L'autre Docteur, enfin John Smith, était toujours dans la salle de commande de l'autre TARDIS. Rose était encore dans ses bras.
Méchant Loup venait de commencer à lui parler. Normal quoi...

« -Tu dois partir Méchant Loup. Les humains ne sont pas de bon réceptacles pour les enfants TARDIS. Tu vas tuer Rose.-dit-il, le regard sombre
- C'est le seul moyen pour moi de vivre ! Tu ne peut pas savoir l'effet que ça me fait. Quand j'étais dans le TARDIS, tu étais très présent pour moi. Mais tu partais à l'aventure, et moi j'attendais que tu revienne. Je n'existais que pour toi. J'avais l'existence la plus merveilleuse possible grâce à toi. Là je suis autre chose. Je ressens. Et c'est magnifique! - s'exclama Méchant Loup, par le biais de Rose
- Alors partageons. Je veux partager le fardeau de Rose. J'ignore si c'est possible mais c'est la seule solution envisageable.
- Oui c'est possible. Vous êtes interconnectés. Âmes sœurs, pour le meilleur et pour le pire. Crois-moi c'est aussi un grand fléau. Aéola s'en était rendue compte lors de votre mariage dans l'autre Univers. Mais ça ne pouvait arriver qu'à toi spécialement, assez humain, pas à ton double Seigneur du Temps.
-Trêve de bavardage. Je m'en fiche de tout ça. Fait le nécessaire pour diminuer la charge de Rose. ».
La jeune femme endormit s'illumina d'une magnifique couleur or. Un petit nuage doré s'échappa de la bouche de Rose, tel un Gallifréen en régénération et disparu dans le visage de John. Tout simplement. Il perdit connaissance.
Sa dernière pensée avant de sombrer était pour Roméo et Juliette.

_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com


Dernière édition par persee2 le Dim 18 Sep 2011 - 16:53; édité 30 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 17 Oct 2010 - 19:55    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 21 Nov 2010 - 21:27    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Chapitre 2!!!!
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 10 Déc 2010 - 12:57    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Partie 2 du chapitre 2!! Si j'ai le temps je lance mes hors-saisons pour faire bosser Fanette *sourire machiavélique* Mais en ce moment c'est les partiels.
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hamadryade
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Aoû 2010
Messages: 267
Localisation: L'ïle
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 10 Déc 2010 - 13:47    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

A préciser que c'est de ma faute s'il est arrivé un peu tard Mr. Green
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 1 Juin 2011 - 21:33    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Chapitre 3 posté! Je me bétate moi même maintenant! N'hésitez donc pas à me dire si c'est naze ^^
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 14:27    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Chapitre 4 posté!! N'hésitez pas à me faire le moindre commentaire!
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Missfantasy
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2011
Messages: 369
Localisation: A mi-chemin entre Nancy et Gallifrey
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 15:04    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Hey, mais c'est super bien ton histoire...
Je n'ai lu que les 2 premiers chapitres, mais je résiste pas à te dire que j'adore...
bon, vais lire la suite Smile... Wink
_________________

Ten, my Doctor Forever!!!!!
Le Docteur dit "Cours". Rory Williams dit "Marche- et arrête toi pour prendre une crème aux oeufs"...
Revenir en haut
MSN
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 18:50    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Merrccccii
J'avoue que je suis en plein doutes sur cette fic. Est-ce que j'en rajoute, est-ce que j'en rajoute pas... RRaaaahh
Là j'ai évincée le problème... Jusqu'à la correction du chapitre suivant...
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:33    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Chapitre 1 lu !

Je suis un peu perdue pour l'instant (je suis pas très au point sur la mythologie Gallifreyenne ) mais ça m'a l'air bien parti !
Par contre à quelle moment de la série se situe l'histoire ? Pré-saison 3 final ou post ?

Je lirai la suite dès que possible, bonne continuation !
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:34    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Fin saison 4. Merci lolotte <3
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:36    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Okééé, merci pour cette précision ! Ça m'évitera de m'embrouiller !
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:37    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Heureusement que tu me l'as fait remarquer!


Ps : j'adore ta ban :
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:39    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

En fait je suis idiote, c'est forcément post saison 4 puisque Rose est dans le monde parallèle avec Ten bis.
J'avais qu'à me concentrer un peu plus
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:40    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Mais non ^^ Si ça t'a gênée, cela risque de gêner d'autres aussi!
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lolotte
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 30 Juin 2011 - 12:43    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin Répondre en citant

Ben tu peux le mettre dans l'entête, avec "DW ne m'appartient pas blablabla..."

(la ban est de Melyssa, elle en fait tout plein qui sont trop belles !)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:10    Sujet du message: Le début du "loop"[chap 9] Fin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com