Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


« Adrénaline » [Finie]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 22 Déc 2010 - 14:00    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

« ADRENALINE »

Par Pitchoune
Crossover Docteur Who / Torchwood
Slash PG13 - Jack / Doctor




Résumé :
Et si Jack arrivait à ses fins avec le Docteur ? Ou comment le Docteur s'y prend-t-il quand il se sait condamné ? Le tout avec des méchants terrifiants, mais pas si méchants... si si je vous assure ^^
PS: Pour les amateurs, la version NC-17 est disponible, il suffit de me contacter par MP.

Disclaimer :
L'univers et les personnages de Docteur Who et de Torchwood ne m’appartiennent pas, je n’en tire aucun bénéfice. Ils sont la propriété exclusive de la BBC, et de M Russel T Davies.

Spoiler :
Post saison 3 pour TW, Post « Water of Mars » pour DW.



Citation:

Il venait de commettre une erreur, une terrible erreur. Et il en était persuadé, ça lui couterait une de ses vies. Mais le Docteur tenait à ses vies et ferait tout pour ne pas mourir. Après tout, c’était un Seigneur du temps, le dernier Seigneur du temps, le dernier Seigneur du temps victorieux. Il poussa la manette de la commande de contrôle, tourna les pistons et frappa avec son marteau pour que le Tardis se dématérialise. Il ne voyagea pas longtemps avant d’atterrir. Il regarda son écran de contrôle et reconnut un lieu qui lui était familier, la faille de Cardiff. Mais le Tardis n’avait pas vraiment besoin de faire le plein, ce qui signifiait que c’était sa destination finale. Il jeta un coup d’œil rapide sur la date : Mars 2012. Il esquissa un sourire avant d’attraper son long manteau et de sortir sur la place Millenium. Mais il réalisa bien vite que son excursion ne serait pas aussi paisible qu’il ne l’espérait. Il fut pris entre deux feux, des armes terriennes et des armes… pour l’instant il ne savait pas encore. L’ennemi était trop loin et puis de toute façon, il avait horreur des armes alors qu’importe ! Oui mais voilà, il était à découvert et ne pouvait pas se cacher... ou peut-être que si ! En y songeant, Jack avait installé cet ascenseur invisible alors pourquoi ne pas l’utiliser comme abri en attendant de savoir ce qu’il se passait réellement ici. Sauf que l’invisibilité de cet appareil fonctionnait comme les filtres de perception et donc les esprits éclairés n’y étaient pas sensibles. Et là fut sa plus terrible erreur. Il s’écroula au sol, touché par des armes paralysantes aliennes. Et sans comprendre davantage, il sombra dans une sorte de coma, percevant au loin les coups de feu se rapprocher.

****


Gwen avait reconnu la cabine téléphonique qui prenait forme devant elle. Martha, elle, l’avait entendu bien avant de la voir. Quant-à Rhys, lui, était encore étonné de voir cette boite bleue apparaître en plein milieu d’un champ de balles. Ils étaient tous à couvert et tentaient de faire fuir leurs opposants. Ils virent le Docteur sortir du Tardis, puis après un temps d’arrêt se réfugier vers l’ascenseur invisible. Remarquable comme idée, mais qui se révéla suicidaire quand ils comprirent que l’ennemi n’était pas sensible à ce filtre. Le Docteur s’écroula devant leurs yeux et tous se mirent à découvert, pour protéger son corps. Mais à mesure qu’ils avançaient, Martha se rendit compte que le nombre de leurs opposants avait diminué, battant en retraite. Ils étaient relativement petits et semblaient être vêtus de bleu et blanc. Martha se dit que vu leur taille, elle pourrait facilement les rattraper et en capturer au moins un pour l’interroger. Alors elle s’élança à travers la place pour débusquer les aliens d’une des rues passantes. D’ordinaire elle aurait accouru auprès du Docteur, mais elle savait qu’il n’avait pas besoin d’elle pour se guérir. Gwen et Rhys eux ne perdirent pas une minute pour descendre au Hub (reconstitué depuis le passage des 456) et l’amenèrent directement dans la baie médicale. Pas besoin de faire les vérifications d’usage, il était mal en point, très mal en point. Plus de pouls, et une respiration qui ralentissait inexorablement, il fallait agir rapidement. Pas d’autre solution que de lui planter une seringue d’adrénaline en plein cœur. Rhys ne se sentit pas le faire, c’est donc Gwen qui prit les choses en main.

****


Il ouvrit les yeux, inspira brutalement lorsque sa poitrine se souleva et la première chose qu’il fit lorsqu’il revint à lui fut de courir à la recherche d’un miroir, passant devant les agents de Torchwood sans les voir. Mais à sa grande surprise, il était toujours le même. Il inspira encore une fois, soulagé et daigna enfin se retourner vers ses acolytes. Martha rentra à ce moment là, seule et essoufflée, mais elle sourit en voyant le Docteur sur pied. Ce dernier arbora à son tour un large sourire en reconnaissant Martha, s’empressa de l’enlacer mais se stoppa quand il remarqua l’énorme aiguille que Gwen tenait dans sa main. Quelque chose d’étrange se passait dans son corps. Tout allait trop vite, anormalement trop vite. Même réfléchir était trop rapide. Certes c’était un génie, mais quand même !

- « Il y avait quoi dans cette seringue ? » Demanda-t-il soudain inquiet en anticipant la réponse.
- « De l’adrénaline pour faire repartir votre cœur... pourquoi ? » Avoua Gwen.
- « Parce qu’il a deux cœurs. » Répondit Martha paniquée.
- « Et… » L’encouragea Gwen à développer.
- « Et mon taux d’adrénaline est largement supérieur à ce qu’il devrait être. Le problème c’est que mon corps y est accro et je vais bientôt me retrouver en situation de manque. Et si je commence à trop produire d’hormones, je vais finir par faire une crise cardiaque. Oh non... je ne vais quand même pas mourir comme ça… ça serait si bête… »
- « Il y a un antidote ? » Demanda Rhys.
- « Il faudrait le fabriquer. Je file au Tardis. » Lâcha le principal intéressé.
- « Je l’accompagne » Hurla Martha sur ses semelles.

Ils sortirent au pied de la tour, prêt à rejoindre le Tardis quand ils réalisèrent que celui-ci était emprisonné dans un faisceau de lumière. Le Docteur s’approcha, toucha la barrière lumineuse, mais la retira de suite. Il sortit son tournevis sonique qu’il activa en le pointant sur le faisceau, sans plus de résultat.

- « Ça c’est vraiment pas cool. » Murmura Martha.
- « Et puis surtout il n’y a pas beaucoup de monde capable d’une telle technologie. » Releva le Docteur de façon plus inquiétante.
- « Les dalecks ? » Demanda la jeune fille anxieuse.
- « Non. Enfin oui, mais non, ce n’est pas eux qui nous ont tirés dessus. »
- « Avec un peu de chance leur signal ne brouille pas la CCTV. »
- « Martha vous venez ? » Le Docteur déjà reparti en sens inverse.

Ils regagnèrent le centre et Martha expliqua la situation au couple Williams, tandis que le Docteur fouillait dans tous les placards et dans tous les recoins du Hub.

- « Qu’est-ce qu’on fait alors ? » Demanda Gwen dans l’impasse la plus totale.
- « D’abord, faut que je trouve un palliatif avant que mon état ne s’aggrave. Je dois maintenir mon niveau d’adrénaline et … wahou j’adore ma nouvelle vitesse de réflexion… je suis vraiment un génie. Au fait où est Jack ? » Enchaina le Seigneur du temps.
- « Il est parti. » Gwen sans plus d’explication.
- « Il revient quand ? »
- « Il ne reviendra pas… pas après les 456. Il nous a fait ses adieux et s’est téléporté. »
- « Hum... ça c’est problématique. »
- « Pourquoi ? »
- « Parce que sa place est ici. Bon ben je vais le retrouver et le ramener ici. Non, on va plutôt le ramener ici parce que sans Tardis, je peux aller nulle part ! » Le Docteur traversa le Hub à cent à l’heure, comme s’il était chez lui. « Voyons réfléchissons un peu. Si J’étais Jack, où est-ce que je pourrais bien aller ? »

Son cerveau fonctionnait à pleine vitesse, passant tout à tour des images de Jack dans des pubs, en charmantes compagnies, en pleine bagarre, en charmantes compagnies, au 51ème siècle… il y avait bien trop de possibilité… Mais il s’était bien téléporté quelque part… téléporté… mais oui bon sang !!!

- « Son bracelet ! Il suffit juste de retracer l’émission de sa signature énergétique et il se téléportera ici. »

Il tourna autour de la faille, déverrouilla l’accès, abaissa les manettes de sécurité pointa son tournevis sur la colonne ainsi dénudée, puis fit trois fois le tour de la passerelle en courant, fier de lui.

****


Six mois après les évènements de Londres, Jack avait fait ses adieux à la Terre du 21ème siècle pour commencer une nouvelle existence... ou du moins pour recommencer celle qu’il avait laissée en rejoignant le Docteur. Il ne jouait désormais plus les arnaqueurs chroniques, et s’était racheté une conduite aux yeux de l’Agence du temps. Il faisait équipe avec un charmant jeune matelot, Alonso, et qui plus est, avait lui aussi rencontré le Docteur. Cela les avait rapprochés d’une certaine manière, même si le Capitaine n’avait pas besoin de ça pour arriver à ses fins. Ils avaient menés à bien une mission plus que périlleuse et un toast avait été organisé en leur honneur. Le binôme trinquait tranquillement quand le bracelet du Capitaine se mit à clignoter anormalement et un faisceau de lumière plus tard, ils se retrouvèrent tous deux, non pas dans les locaux de l’Agence du temps mais dans ceux de Torchwood. Les mêmes locaux mais trente millénaires plus tôt.

- « Que c’est-il passé ? » S’étonna Alonso.
- « On a remonté le temps. On est au 21ème siècle. » Lui apprit Jack.

Le sourire de Jack disparut rapidement en comprenant ce qu’il s’était passé. D’un autre côté il avait plaisir à revoir Gwen, Rhys, et surpris de voir Martha avec eux. Mais il se réjouit de pouvoir à nouveau les serrer dans ses bras.

- « Mais c’est une.. ? Enfin ce sont des… » Balbutia le matelot en rodant autour des filles de façon à les inspecter sous toutes les coutures.
- « Non mais ça va pas ? Vous avez jamais vu de femmes de votre vie où quoi ? » Râla Gwen.
- « Vous êtes les premières que je vois. » S’excusa presque Alonso.
- « Vous n’avez pas de femmes au 51ème siècle ? » S’étonna Rhys.
- « Elles sont toutes parties. » Jack en allant au plus simple.
- « Oh… Voila qui explique beaucoup de chose… » Marmonna Gwen sans quitter Jack des yeux.

Maintenant elle avait un semblant d’explication au côté bisexuel de Jack. Et ce dernier ne voulut pas s’étendre sur le sujet, bien qu’il n’était pas contre parler sexe mais ce n’était surement pas la raison de sa présence ici.

- « Oui… Alonso, je te présente Martha, Gwen et Rhys. Maintenant que les présentations sont faites, comment avez-vous fait ? »
- « Ce n’est pas nous. » S’empressa de répondre Martha. « C’est lui. »
- « Docteur ? » S’écrièrent Jack et Alonso en le voyant apparaître dans leur champ de vision.
- « Bienvenu à la maison Jack ! »
- « Ce n’est plus chez moi. »
- « Si… ça le sera toujours. Mais trêve de discussion. Pas que je n’aime pas parler, en fait j’adore parler, mais pas pour ne rien dire, enfin pas pour ne rien dire d’intéressant quoi que je pourrais parler pendant des heures… »
- « Docteur ! » L’arrêta Jack.
- « Oui enfin bref. On a plusieurs problèmes à régler, des aliens armés qui assiègent l’institut, un Tardis à libérer, une prédiction à éviter et un taux d’adrénaline à maintenir au plus haut niveau. Moi je m’occupe du dernier point, Jack du second et les autres du premier. Des questions ? »
- « Quelle prédiction ? » Demandèrent Jack et Martha en cœur.
- « Celle qui annonce ma mort. »

Le Docteur n’avait pas stoppé ses recherches dans le Hub pour autant. « Bon il me faut quelque chose pour stimuler mes récepteurs béta-1… » Il s’arrêtait dans la baie médicale pour récupérer quelque chose en marmonnant de ne pas oublier d’activer les récepteurs béta-3, puis avalait les marches pour rejoindre la serre et attrapait autre chose pour soi-disant limiter l’action des récepteurs alpha, et repartait au pas de course s’enfermer dans la baie médicale et utiliser les pipettes, les tubes à essai et aux instruments comme s’il faisait de la cuisine.

- « Qu’est-ce qu’il fait ? » Demanda Alonso.
- « Gwen lui a enfoncé une aiguille d’adrénaline et depuis il est survolté. » Raconta Martha.

Jack secoua la tête, puis se tourna vers les autres qui apparemment n’attendaient que ses ordres.

- « Faites ce qu’il dit. Concentrez-vous sur cette menace pendant que je m’occupe de lui. »

Ils s’exécutèrent tous, Alonso précédant les membres de Torchwood jusqu’à la salle de débriefing et Jack rejoignant son ami à la baie.

- « Alors comme ça, vous allez mourir. » Demanda le Capitaine.
- « Oui. »
- « Mais vous allez vous régénérer. »
- « Une vie est importante. Chacune de mes vies le sont. »

Jack savait par expérience que l’adrénaline était sécrétée en réponse à un état de stress ou en vue d'une activité physique. Cependant la vie du Docteur était constituée de danger et course poursuite afin d’éviter ce même danger. Il en arriva donc à la conclusion que la seule activité pour stimuler la sécrétion d’adrénaline dont le Docteur n’avait pas l’habitude de faire consistait à une partie de jambe en l’air.

- « Je connais une solution pour faire grimper votre taux d’adrénaline… » Sous-entendit Jack.
- « Je vais avoir besoin de vous. »

C’était le feu vert que Jack attendait depuis… depuis qu’il avait rencontré le Docteur. Sa neuvième version était déjà dans ses goûts mais la dixième était bien au-delà de ses espérances. Jack se serait volontiers jeter sur lui avant, mais il n’était pas seul sur le coup. Et le Docteur avait le chic pour anticiper toutes ses tentatives. S’en était presque devenu un jeu pour lui. Si bien qu’il n’aspirait plus qu’à une chose, d’attraper sa figure entre ses deux mains et venir gouter à sa bouche, ses lèvres, sa langue. Et à ce moment là, il ne pourrait plus se retenir et leurs habits voleraient dans les airs, tandis qu’eux se retrouveraient à l’horizontale et se déchaineraient l’un dans l’autre. Et s’il était plus grand à l’intérieur lui aussi ? Ça serait forcément une expérience transcendante à laquelle il ne pouvait s’empêcher de fantasmer. Et puis le temps passa et il avait fini par ne plus trop y croire. Mais là, c’était une demande des plus explicites, il ne pouvait pas se méprendre. Son cœur s’emballa, ses joues rougirent et ses yeux se mirent à briller comme jamais.

- « Laissez-moi une minute Doc et je suis tout à vous. » Se réjouit-il.

****


Jack s’empressa de retirer ses bretelles les laissant tomber sur ses hanches puis s’attela à défaire les pressions de son uniforme d’Agent du temps lorsque le Docteur, toujours penché sur ses tubes à essai s’adressa à lui.

- « Pourquoi est-ce que vous vous déshabillez ? »
- « Pour vous aider à faire remonter votre taux d’adrénaline. »

Le Docteur s’arrêta enfin, le regarda sans l’once d’une mimique. Le temps se figea pour Jack lorsqu’il comprit qu’ils n’étaient pas sur la même longueur d’onde.

- « Enfin je pensais que… On ne va pas… ? » Balbutia le Capitaine pour rompre ce silence devenant oppressant.
- « Il y a d’autres moyens Jack ! »
- « Oui bien sûr… Vous pensiez à quoi ? » Jack en se rhabillant.
- « Je synthétise du méthylène-dioxy-méthylamphétamine. Autrement dit de l’ecstasy. »
- « Autrement dit de la drogue. Je ne voudrais pas me vanter mais mon idée était bien meilleure. »
- « Jack, ce qui est de la drogue pour les uns ne l’est pas forcément pour les autres. Mon organisme va séparer les composants pour les assimiler de sorte à n’avoir qu’un impact sur mon adrénaline. »
- « Et quand l’effet s’estompera… ? » Se renseigna Jack sur la suite du programme.
- « Oh… d’ici là, on aura réglé le problème de ces attaques sur la faille. » Mentit le Seigneur du temps.

Il savait que ça n’agirait pas très longtemps c’est pourquoi il fallait reprendre des doses régulièrement ce qui amenait très vite à un état de dépendance. Le Docteur examina les cristaux qu’il venait de fabriquer et les avala d’un coup, toussa, tapa trois fois sur sa gorge pour faire passer le tout, secoua la tête dans tous les sens jusqu’à ce que sa coupe de cheveux ne ressemble plus à rien, sauta sur la table, s’allongea et tourna en rond grâce à ses tambourinement de jambes sur la table d’autopsie piqués à des stars anthologiques de rock’n roll. Puis il se remit sur pied, releva les cols de ses vestes, fit glisser son nœud de cravate, défit les trois premiers boutons de sa chemise et la sortit du pantalon.

- « De quoi j’ai l’air ? » Demanda-t-il en levant les yeux sur le Capitaine.
- « D’un mec qui vient de se droguer. »
- « Oh… vous n’êtes pas marrant Jack ! »
- « Ça suffit maintenant, on a une mort à éviter. »
- « Vous avez raison, on a un mystère à élucider. Où est Alonso ? Non, on s’en fout, faut se rendre sur le terrain. Ils ont peut-être laissé quelque chose derrière eux. Oh... il y a peut-être un vaisseau en orbite autour de la Terre. Nan ! ça serait stupide ! Allez, allons-y Alonso ! »
- « Non, moi c’est Jack. »
- « Oui mais ça sonne tellement bien. Vous ne trouvez pas ? »

Ils regagnèrent la salle de débriefing, et visionnèrent les vidéos de la CCTV que l’équipe étudiait en se focalisant devant l’écran. Les images actuelles étaient effectivement brouillées mais pas celles lors de l’arrivée du Docteur sur Cardiff. Gwen zooma alors sur les opposants, visibles que par un jeu de reflet de miroir. Mais c’était amplement suffisant pour voir ce qu’il y avait à voir, en l’occurrence…

- « Des schtroumpfs ? » S’exclamèrent-ils tous en cœur.
- « Mince moi qui croyais que c’était leurs uniformes… » Marmonna Martha.
- « Docteur ? » Jack en lui demandant son avis d’expert.
- « Oh oui j’adore ce dessin animé. Je les aime tous à vrai dire, mais celui-là est assez fidèle à la réalité. Comme si quelqu’un avait fait un saut dans l’espace et dans le futur et l’avait rapporté à un belge pour qu’il en fasse une BD ! »
- « Donc selon vous, ces petits hommes bleus en ont accessoirement après votre Tardis pour retrouver Peyo et lui réclamer des droits d’auteur ? » Railla Jack.
- « Ça serait stupide puisqu’il est mort ! » Le Docteur en prenant sa question au premier degré.

Le Docteur tâta ses poches les unes après les autres et s’approcha de l’écran en pointant son tournevis. Les images des différentes caméras de la ville se succédèrent ne gardant à l’écran que celles où les schtroumpfs apparaissaient. L’équipe put donc retracer l’itinéraire des quelques individus, les autres ayant dû emprunter d’autres chemins, et localiser leur QG de fortune. Un vieil entrepôt désaffecté au milieu des docks. Ils se précipitèrent dans le parking privé, grimpèrent dans le SUV quand, au dernier moment, le Docteur fit une annonce à l’équipe.

- « Surtout, ne tirez pas. Sous aucun prétexte vous ne devez tirer. C’est bien clair ? »

Lorsqu’il eut l’approbation de tous, il attrapa le poignet de Jack et activa le téléporteur, grâce encore à son tournevis et ils se retrouvèrent tous deux en premier sur les lieux.

- « Je croyais que je n’avais pas le droit de l’utiliser. » Le sermonna Jack.
- « Vous non, moi si ! » Rectifia le Seigneur du temps.

Le Docteur esquissa un sourire puis s’avança vers le hangar en question. Jack sortit son arme et le rejoignit.

- « C’est aussi valable pour vous Jack. » Lui rappela-t-il.
- « C’est juste un moyen de dissuasion. Je vous rappelle qu’ils vous ont tiré dessus… »
- « Chuuuuut ! »
- « Quoi ? » Demanda Jack à voix basse.
- « Il y a une grosse source d’énergie qui émane de cet endroit. Bien trop grande pour que ça soit humain. »

Le tournevis fit à nouveau son apparition pour ouvrir la serrure et les deux hommes pénétrèrent à l’intérieur. Pas que le hangar était rempli, en fait, il paraissait davantage habité. Comme si ces créatures étaient là depuis un moment, comme si elles avaient élu domicile ici. Un reste encore chaud de ce qui semblait être un repas trainait dans les assiettes. Le Capitaine resta d’autant plus sur ses gardes. Il n’aimait pas les mauvaises surprises. Le Docteur lui, sautillait dans tous les sens tout en faisant extrêmement peu de bruit. Même quand il chuchotait, on pouvait deviner son état d’excitation grâce aux rictus qui façonnaient son visage. Et puis il s’arrêta, se figea soudain, comme s’il n’avait plus d’énergie. Le Capitaine lui emboita le pas et s’arrêta à son tour. Ce n’était pas vraiment une chambre, il n’y avait pas vraiment non plus de lit, si ce n’est une espèce de photocopieuse géante. Un schtroumpf était allongé dessus tandis que d’autres sortaient d’en dessous du lit. Les même petits hommes bleus vêtus de blancs remplissaient la pièce jusqu’à ce qu’ils remarquent enfin leur présence. Le Docteur leva les bras en signe de paix et intima le Capitaine à en faire de même. De toute façon, vu le rapport de force, ils n’auraient pas l’avantage, même armé.

- « Moi c’est le Docteur. Et lui c’est… » Se présenta le Docteur.
- « Le Capitaine. » Le coupa Jack.

Le Docteur le regarda étonné, mais ne s’en offusqua pas. Il savait déjà à quoi pensait Jack.

- « Et vous, vous êtes les schtroumpfs. Maintenant que nous avons fait connaissance, vous allez nous expliquer ce que vous fabriquez ici. »
- « On se multiplie. Lequel de vous deux est le gallifreyen ? » Demanda un schtroumpf en avançant vers eux.
- « C’est moi. » Répondit le Capitaine en prenant la place du Docteur.

Après tout c’était sa mission, protéger le Seigneur du temps de sa prochaine mort. Alors quoi de mieux que de se faire passer pour lui ? Mais à peine s’était-il désigné que les schtroumpfs les encerclèrent, les uns autour du Docteur pour l’empêcher d’agir, les autres autour de Jack pour l’attraper, le ceinturer, et le transporter jusqu’au lit où il fut ligoté.

- « Qu’est-ce que vous lui voulez ? » S’énerva le Seigneur du temps.
- « Ne vous inquiétez pas, on va juste le multiplier. »
- « Docteur, dites-leur que pour un plan cul, je suis plus efficace détaché. »
- « Ils sont asexués Jack ! »
- « Oh… ça c’est bien dommage… » Lâcha Jack déçu de manquer une telle opportunité. « Mais comment font-ils alors pour se reproduire ? »
- « Par le clonage. »
- « Alors ils vont me cloner ? »
- « Ils vont essayer. »

Les aliens mirent l’appareil en route, la lumière s’élargit autour du corps du Capitaine et lorsqu’elle lui arriva enfin aux pieds, tous les petits hommes bleus s’agitèrent autour du lit, se baissant au-dessous sans jamais ne rien voir sortir. Ils modifièrent les données depuis leur tableau de commande et lancèrent une nouvelle cession, en vain. Alors ils se mirent en colère dans une langue incompréhensible pour le Capitaine.

- « Docteur, qu’est-ce qu’il se passe ? » S’inquiéta Jack.
- « Le Capitaine a un marqueur biologique crypté. Il ne peut pas être cloné. » Apprit le Docteur aux schtroumpfs.
- « Alors il n’y a aucune issue pour nous. Nous allons mourir. » Se désola l’un d’eux.
- « Ne dites pas de bêtises ! » S’insurgea le Docteur.
- « Nos techniques de multiplication ne nous permettent pas de faire évoluer notre espèce. Nous ne sommes ni plus ni moins qu’une pâle copie d’une autre pâle copie. Notre race est en train de s’éteindre, nous dégénérons à vue d’œil. Nous pensions qu’en copiant l’empreinte génétique d’une espèce capable de se régénérer, nous trouverions notre salut. » Expliquèrent les schtroumpfs.
- « Alors vous m’attendiez ? C’est pour ça que vous avez immobilisé mon vaisseau ? » En conclut le Docteur.
- « Pourquoi, vous êtes aussi gallifreyen ? » Questionna le schtroumpf en le regardant de travers, sentant l’arnaque à plein nez.
- « Humouais… »
- « Votre peuple a disparu. Mais toutes les lignes temporelles vous concernant convergent ici. » S’expliqua l’alien sur la raison de leur présence à Cardiff.
- « Ce n’est pas normal. » Tiqua le Docteur.
- « Pourtant c’est le cas. »
- « Chaque espèce asexuée portent des chromosomes aléatoires favorisant justement la diversité lors du clonage. Votre appareil doit avoir un défaut de fabrication. Laissez-moi jeter un coup d’œil. »

Les schtroumpfs se regardèrent, discutèrent entre eux et après concertation, ils approuvèrent la requête du Docteur non sans rester sur leurs gardes.

- « Oh et... vous pouvez le libérer, il ne vous fera aucun mal. N’est-ce pas Capitaine ? »
- « Loin de là mon idée, Docteur ! » Répondit Jack suavement.

Pas que c’était la première fois qu’il ne pouvait pas conclure, mais cela relevait d’un véritable challenge de s’amuser avec un schtroumfs qui n’était pas constitué pour prendre du plaisir. Son visage s’illumina à cette pensée.

- « Jack ! Arrêtez ça. » Le somma le Seigneur du temps.

Le Docteur fit mine de s’avancer vers ladite console mais s’arrêta en route, le regard dans le vide, suffoquant, dégoulinant.

- « L’ecstasy ne fait plus effet… je vais… » Articula le Docteur.
- « Vous voulez qu’on leur fasse une démonstration ? » Jack redevenu tout à coup sérieux.

Le Docteur leva les yeux un peu partout dans ce hangar sans trouver ce qu’il cherchait. Puis dans un ultime sursaut d’énergie, il se tourna vers Jack. Celui-ci s’empressa de retirer sa veste, prêt à défaire sa ceinture sur le champ.

- « Votre portable Jack. » Quémanda-t-il.
- « C’est vraiment un portable, pas un sextoy ! » Jack en le lui tendant.

Le Docteur saisit l’appareil et mit la musique en route. Il passa quelques secondes à chercher un genre en particulier et une fois trouvé, il mit le son à fond. Mais comme ça ne suffisait pas, le tournevis se chargea de déverrouiller le volume et le hangar devint un lieu digne des plus grandes raves. Quand il comprit, Jack ne peut s’empêcher de dire ce qu’il pensait.

- « C’était pourtant une façon ludique de leur montrer ce qu’ils loupent. »

****


Ils avaient roulés à pleine vitesse et le gyrophare aidant, ils avaient pu arriver aux docks en peu de temps. Trouver le hangar aurait dû être la tâche la plus difficile. Mais un bruit sourd, dramatique et apocalyptique d’heavy metal résonnait à un rythme infernal. Automatiquement, tous collèrent leurs mains aux oreilles. La musique était certes forte, mais elle faisait aussi réagir les corps. Les pulsations cardiaques de chacun s’amplifièrent jusqu’à avoir un rendement cardiaque proche de l’explosion. Une chose était sûre, ils ne resteraient pas longtemps ici !
Ils firent les mêmes constatations que leurs compagnons quelques minutes plus tôt et se retrouvèrent devant un parterre de schtroumpfs tous identiques et un Docteur qui, comme à l’accoutumé, se démenait dans tous les sens. Mais c’était apparemment aussi le seul que la musique, si on pouvait encore appeler ça de la musique, ne dérangeait pas. Bien au contraire, il semblait bercé par le rythme effréné, comme si ça interférait avec son… taux d’adrénaline ! L’équipe l’observa évoluer d’un tableau de commende à un alien, puis de l’alien au tableau de commande, jusqu’à l’entendre s’autoproclamer être un génie. Il sauta dans tous les sens, actionna son cher tournevis et en éclair plus tard, il remit le mécanisme en marche et de nouveaux schtroumpfs se dégagèrent de sous le lit, mais cette fois tous différents les uns des autres : un schtroumpf à lunette, un schtroumpf bricoleur, un schtroumpf cuisinier, un schtroumpf jardinier… et même une schtroumpfette !
Jack la reluqua avant de se tourner vers le Docteur, s’apprêtant à faire une déclaration mais se ravisa au dernier moment, voyant tous ses anciens coéquipiers deviner ses pensées.

- « Je crois que je vais m’abstenir de dire ce que je pense en ce moment… »

Et c’est justement ce moment là que le Docteur choisit pour s’effondrer en nage, délirant de plus en plus dans un amas de paroles inintelligibles, pris dans un début de convulsions qu’il essayait de maitriser. Martha se rua à ses côtés, tandis que Jack se rendit auprès du grand schtroumpf pour lui réclamer la libération du Tardis. Celui-ci ne se fit pas prier et Jack revint aux côtés du Docteur.

- « Je ne veux pas mourir Jack… »
- « On retourne au Tardis, vous serez mieux là-bas pour vous régénérer. »

Et sans attendre l’approbation du Seigneur du temps, il composa un code sur son bracelet et ils disparurent du hangar pour se retrouver à l’intérieur de la cabine téléphonique. Jack déposa le Docteur et s’écarta, attendant de voir le processus démarrer mais au lieu de cela, le Docteur luttait.

- « Ça va bien se passer » Le rassura Jack.
- « Capitaine, je vais avoir besoin de vous. » Dit-il en se rapprochant de Jack.
- « Je suis tout à vous. »
- « Alors déshabillez-vous. »

Alors là, il avait beau se creuser la tête mais il ne voyait pas en quoi se déshabiller pouvait aider le Docteur. Il n’avait rien dans les poches, ses habits n’étaient pas radioactifs. Il ne voyait vraiment pas le lien. Le Docteur avait peut-être une mission à lui confier qui exigeait qu’il soit nu…

- « Pourquoi ? »
- « Enfin Jack, il ne va quand même pas falloir que je vous fasse un dessin ! »

Si Jack n’avait pas besoin d’un dessin pour quelque chose, c’était bien pour le sexe, et là, le contexte ne s’y prêtait pas vraiment… enfin si justement il s’y prêtait totalement ! C’était plus le fait que ça soit le Docteur qui fasse cette proposition qui le dérouta.

- « Oh ! Vous voulez que nous… ? Vous êtes sûr de vous ? Enfin je dis ça car ça ne résoudra pas votre problème, vous aurez juste un délai supplémentaire mais… »

Jack ne finit pas sa phrase pour la simple et bonne raison que le Docteur s’était jeté sur lui et l’embrassait à pleine bouche. Et pour être sûr d’avoir autant de sensations que nécessaire, le Seigneur du temps posa ses mains sur le visage de Jack, sur ses tempes et pénétra sans faire exprès dans les pensées du Capitaine. Et là, il comprit. Il comprit pourquoi le Capitaine les avait rejoints, pourquoi il était resté malgré la présence de Rose et aussi pourquoi il avait décliné l’invitation de les rejoindre lui et Martha. Jack ne le regardait pas avec les mêmes yeux, ni les même envies ou les mêmes projets que lui. Comment avait-il pu ne pas s’en rendre compte ? Il avait mis tout ça sur le compte du libertinage de Jack, et il s’était trompé. Ça ne lui arrivait jamais de se tromper. Il lâcha l’emprise qu’il avait sur le Capitaine, bien conscient que Jack aussi savait qu’il venait de lire dans ses pensées.

- « Je suis désolé Jack… » Hésita le Docteur. « … mais ça n’arrivera qu’une fois, qu’une seule fois. »
- « Alors autant en profiter ! » Répondit Jack de son plus beau sourire.

Et encore une fois, il n’attendit pas l’approbation du Docteur, se jeta sur lui et l’embrassa à son tour, tout en retirant sa veste, abaissant ses bretelles et écartant les pressions de sa chemise qui ne tarda pas à voler dans les airs. Il sentit un début de sourire se dessiner sur les lèvres du Seigneur du temps.
Devant une telle fougue, le Docteur se contenta simplement d’imiter son Capitaine en envoyant valser son caban, la veste de son costume et la chemise unie qu’il portait ce jour-là. Mais la cravate, il n’eut pas le droit d’y toucher, le Capitaine avait d’autres projets. Ses tremblements avaient cessé. Il avait toujours aussi chaud, était toujours autant en nage, mais pour d’autres raisons cette fois. Ça faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé, et avait presque fini par en oublier les sensations. Embrasser le Capitaine le faisait voyager sur une autre planète, sentir son souffle chaud dans son cou l’envoyait dans les nuages. Ses cœurs avaient repris des allures impossibles, sa pression artérielle grimpa vertigineusement, ses bronches et ses pupilles se dilatèrent et il sentit les processus chimiques commencer à se réaliser en lui. Puis la mise en bouche s’arrêta brusquement. Sur le moment il ne comprit pas, jusqu’à ce que la cravate devienne un outil de jouissance aux mains du Capitaine.

Le Docteur ne pensait plus. Il avait cessé de penser dès que Jack s’était rué sur lui. Il ne luttait désormais plus pour monter son taux d’adrénaline, Jack était bien meilleur dans ce domaine. Et puis leur chanson prit fin, se retrouvant chacun sur un côté de la banquette.

- « Et maintenant qu’est-ce qui se passe ? » demanda Jack.
- « Maintenant, je fabrique un anticorps. Avouez que ce serait dommage de changer de corps ! »
- « Effectivement, vous pourriez devenir roux ! » Plaisanta-t-il.

Les deux se rhabillèrent et filèrent sous la douche qui les lava, les désinfecta, les rinça et les sécha en moins d’une minute. Puis le Docteur retourna sur la plateforme de commande et commença à s’affairer autour de la console. Au bout d’une petite minute, il avait fini et un hologramme présentant l’antidote pour le Docteur descendit le long de la colonne centrale et se matérialisa dans ses mains qu’il brandit fièrement à l’encontre du Capitaine. Mais celui-ci n’était pas d’humeur à l’applaudir. Le Seigneur du temps s’en rendit compte et déglutit, se demandant s’il n’avait pas commis une erreur. Peut-être aurait-il mieux valu qu’il change d’apparence finalement.

- « On avait dit une seul fois Jack. »

Celui-ci acquiesça même si pour lui tout espoir n’était pas perdu. Après tout, il avait lui aussi une seringue d’adrénaline dans sa trousse de secours…


FIN



_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Déc 2010 - 14:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
ShewiiWho?
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2011
Messages: 45
Localisation: Cascade de Meduse
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 10 Avr 2011 - 20:37    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

WAW !!! J'ai pas tout lu, je n'ai pas vraiment le temps, mais les passages que j'ai lus sont .... WAHOU ! Il n'y a pas de mots pour décrire sa, franchement Bravo !! Okay C'est dingue !! Franchement, Bravo.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Ven 15 Avr 2011 - 14:53    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

Wahou que d'encouragement ... Et bien, d'abord merci, et ensuite, laisse un com quand t'auras tout lu ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
ShewiiWho?
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2011
Messages: 45
Localisation: Cascade de Meduse
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 18 Avr 2011 - 10:16    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

Beh aprés lecture integrale, je confirme mon premier commentaire : Wahou !! et re-Wahou !! L'idée du Docteur en manque, qui se drogue et se jete sur Jack.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
AvaWho!
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2010
Messages: 222
Localisation: Corse
Féminin Lion (24juil-23aoû) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 18 Avr 2011 - 11:22    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

Je suis d'accord avec ShewiiWho? Mr. Green
Bravo, c'est excellent
_________________
Revenir en haut
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 20 Avr 2011 - 10:14    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie] Répondre en citant

Citation:
L'idée du Docteur en manque, qui se drogue et se jete sur Jack.
LOL succinct résumé !! LOL !!

Merci à vous deux pour vos commentaires ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:47    Sujet du message: « Adrénaline » [Finie]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com