Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[7x05] The Angels Take Manhattan
Aller à la page: <  1, 2, 3, 413, 14, 15  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 7
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
pas_le_docteur
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2012
Messages: 40

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 14:08    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Vercingétorix a écrit:

Pour continuer, une ville qui ne dort jamais, c'est une ville où l'énergie est bien plus présente, car les gens ne s'endorment jamais : cela représente donc une source d'énergie beaucoup plus importante.

SI je ne me trompe pas, les Anges ne se nourrissent pas de l'énergie des gens, mais de l'énergie temporelle générée par le fait d'envoyer des gens dans le passé. Ce n'est pas forcément les endroits pleins de monde, qui semblent les intéresser. Car dans Blink et dans le double épisode de la saison 5, on ne retrouve pas les Anges dans des endroits particulièrement fréquentés... Au contraire, plus il y a de gens pour potentiellement les voir, moins ils auront de possibilité de se déplacer...

Et puis, aparté en passant, j'attends toujours le chainon manquant entre les Anges et la position de certains Gallifréens à la fin de la saison 4. Qu'on ne me dise pas que c'était un hasard ou gratuit, je ne marche pas là-dedans ! :-) 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 14:08    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 14:22    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

@pas_le_docteur : les anges se nourrissent de l'énergie potentielle amenée par les gens s'ils n'avaient pas été emmenés dans le passé. Aller à Manhattan, c'est un moyen d'avoir plus d'énergie que dans une autre ville car, vu que la ville ne dort jamais, il y a plus d'énergie potentielle à récupérée !

_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
Galaxy-eyes
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2012
Messages: 1 165
Localisation: Photon
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 14:53    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

-La statue de la liberté n'est pas constamment observé pr des gens qui la voient tous les jours, qui sont habitués.

-River a voulu aller en 38 car il y a des anges Wink

-Le docteur dit qu'une fois le livre lu, les évènements se produisent forcément. Or le docteur lit la dernière page ("Ce fut la dernière fois que je vis le Docteur") donc c'est bien l dernière fois, impossible de changer ça. Plus l'histoire du Tardis qui rebondit.

Citation:
Et puis, aparté en passant, j'attends toujours le chainon manquant entre les Anges et la position de certains Gallifréens à la fin de la saison 4. Qu'on ne me dise pas que c'était un hasard ou gratuit, je ne marche pas là-dedans ! :-)

Les anges, selon le Docteur, sont les ennemis qui ont les meilleurs défenses et qui sont là depuis très longtemps, ils doivent être les 2èmes plus grands ennemis avec les Daleks.
Ou tout simplement, dans les croyances des seigneurs du temps, ou les coutumes, les anges pleureurs représentent la honte, la solitude... Donc hop, les 2 traîtres qui ont votés non prennent cette pose !

Citation:
N'oublie pas que rose nous ne devions pas la revoir non plus, mais elle est tout de même revenu dans la 4 eme saison , tout est possible.

Rose a signé un contrat l'obligeant à revenir dans la série, avant même qu'elle soit partie.
Amy a dit qu'elle ne réviendrait pas faire d'apparitions.
La future saison sera la dernière de Eleven.
-> Ne rêvez pas, c'était bien la fin des Ponds.
Rien ne dit qu'on ne reverra pas Brian ou que River lance un petit "Amy te dit bonjour".

Citation:
-On m'a dit que Amy et Rory ont étés renvoyés ensemble dans le passé à la même époque , et que donc ils sont ensemble, mais vous êtes sur ? Et qu'est ce qui le prouve car on sait que les anges renvoient les personnes dans le passé mais on sais pas quand, et si ils ont mis Rory & Amy ensemble c'est qu'ils sont plutôt sympas quand même ces Anges.

Pas bête... 2 hypothèses :
-Presque tous les anges de l'épisode envoient vers Manhatan 1938, peut-être car ils préfèrent concentrer leurs proies pour avoir plus d'énergie temporelle.
-Dans "Blink", le Docteur dit que souvent un même ange envoie les gens dans sa propre époque, son époque "préférée".
Après comme le Docteur le dit juste avant que Amy ne soit envoyé en 38, ce n'est pas 100% sûr.

Citation:
-Pourquoi Rory & Amy ne font pas des "signes" quand ils sont dans le passé histoire d'envoyer un message au Doctor , comme quand ils avaient écris "DOCTOR" dans un champ en roulant en voiture?

Qui te dit qu'ils n'en feront pas ? Il est impossible de les revoir mais pourquoi pas un petit signe, Amy ne va pas non plus raconter toute sa vie dans son livre.
Revenir en haut
MSN Skype
Cél
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2011
Messages: 50
Localisation: La lune
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 14:55    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Cette épisode était bon mais sans plus, la fin triste. Mais pas au point de me faire pleuré, je viens de remarquer quelque chose de drôle à la fin de l'épisode. Sur la t... il y à 2 ages qui correspond a l'année de naissance des acteurs concerner. L'épisode ma surement moins touchée vus que j'ai toujours eu du mal avec Amy et Rory.
_________________
En avant
Revenir en haut
Jalias
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2009
Messages: 237
Localisation: Saint Cloud
Masculin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 15:06    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Bon, je ne ferai pas (tout de suite en tout cas) de review détaillée de l'épisode (certains ici le font bien mieux que moi^^), certains ont déjà bien pointé du doigt ses réussites et ses faiblesses, je ne ferai (comme souvent) que rebondir sur certaines remarques.

Citation:
Citation:

1. J'ai repensé au double épisode ou on voyait Amy et Rory sur la colline bon après Wibbly Wobbly, Timey Wimmey .... Je ne commenterai pas ^^


Sleven a plutôt bien réexpliqué ce point : le début et la fin de l'épisode se passant au même endroit, les personnages se croisent donc et se saluent. Je ne sais plus par contre si le Tardis avait été utilisé pour voyager dans le temps... L'intérêt du passage était de montrer qu'au départ, Amy et Rory sont bien ensemble, et qu'à la fin, Rory est effacé de la réalité. Il n'y a pas grand chose de mystérieux, et rien à raccrocher à un autre épisode


Totalement en désaccord avec ça. Dans Hungry Earth, le Docteur explique bien quand on voit Amy et Rory se saluer qu'il s'agit des futurs eux, de l'époque où se passe l'histoire, qui venaient là par nostalgie.

Comme Hungry Earth se passe en 2020, on a donc un joli gros bug. Si l'argument de Sleven tenait (à savoir il s'agit de Rory et Amy du Tardis en début et fin d'épisode respectivement, le Docteur serait aussi présent en double)

Bref, il ne vaut mieux pas se creuser la tête, cette scène avait été écrite sans réfléchir à ce qu'il adviendrait des Ponds, et entre en contradiction avec leur "fin"

Citation:
épisodes dans le désordre pour Amy et Rory?


Honnêtement rien ne permet de l'affirmer. Pour les trois premiers, à la fin de chaque épisode Amy et Rory retournent chez eux, ce qui empêche des les caser après le 4. L'état de la relation des Ponds empêche la moindre inversion entre l'épisode 1 et les suivants. Et il parait clair que le 5 doit suivre le 4. Bref, pour moi, je crois que vous cherchez à compliquer une time line qui n'en a pas besoin!

Citation:
On le voit bien avec "Waters of Mars", Le Doctor, s'il ne modifie pas l'essence même du point fixe, a fait en sorte que la nécrologie écrite d'Adélaïde Brooke a été modifiée: elle était sensée mourir sur Mars, elle est morte sur Terre. Donc si quelque chose d'écrit relatif à un point fixe peut être modifié, pourquoi ce qui est écrit dans le livre ne pourrait pas être modifié aussi, même juste un peu ?


Il y a deux raisons qui empêchent ça.
La première, c'est que dans l'exemple de Waters of Mars, le Docteur a failli empêcher un point fixe. Failli uniquement. Bien entendu, quelques détails ont changé, mais le fait reste le même : Adélaïde devait mourir pour inspirer sa petite fille et faire exploser Bowie Base One, et c'est ce qui arrive.

La seconde, c'est que les évènements ne touchent pas le Docteur de la même manière. Je m'explique. Dans la saison 5 avec les failles, Amy peut se rappeler les soldats avalés par la faille dans Flesh & Stone, car elle voyage dans le temps avec le Docteur, ce qui change sa perspective du temps. Néanmoins, elle ne peut pas se rappeler Rory une fois disparu, car cela touche son histoire personnelle. Quelque part, un passager du Tardis voit sa vie devenir un point fixe. C'est pour ça que Rose ne pouvait pas sauver son père (elle n'a elle aussi fait que faillir empêcher un point fixe). Et c'est aussi pour ça que le Docteur ne retourne simplement pas dans le temps faire un coucou au Brigadier avant sa mort, car l'infirmière au téléphone lui a dit que celui-ci était mort en espérant le revoir. Ainsi, dès qu'il apprend la mort du Brigadier, le Docteur "en a fait" un point fixe.

Ainsi, ici, la mort de Rory renvoyé dans le passé est bien un point fixe, car le Docteur, River, Amy et Rory voient sa tombe. Alors d'aucuns diraient (et auraient raison de se poser la question) qu'on a un soucis : Rory meurt deux fois de façon différentes et mutuellement exclusives dans l'épisode (dans la ferme des Anges, et à la fin car on voit sa tombe). Néanmoins, sa mort dans la moitié de l'épisode n'est pas un point fixe, car on sait que les Anges n'ont pas vraiment pris Manhattan et que la statue de la Liberté ne se balade pas dans la ville avec une tête à faire peur!^^ Je pense que toute l'intrigue avec les Anges est à considérer de la même façon que les Pyroviles dans Fires in Pompei. Si le Docteur n'était pas intervenu, le Vésuve n'aurait jamais explosé, et la race humaine aurait sans doute disparu. C'est à dire que dans les deux cas, le Docteur (ou Rory et Amy ici en créant un paradoxe), empêchent la formation d'une timeline alternative. Et le résultat est que l'on revient donc à la bonne timeline où la mort de Rory, zappé par l'Ange, est un point fixe.

Donc, ce n'est pas tant que le Tardis ne peut pas aller en 38 chercher Rory, peu de raisons l'en empêche. C'est que le Docteur sait qu'il ne PEUT pas le faire, car s'il l'avait fait, il n'aurait jamais laissé Rory dans le passé, il l'aurait logiquement ramené à sa femme et sa famille. Bref, le simple fait de voir cette pu**** de tombe rétrécit totalement le champ d'action du Docteur, car on touche à son histoire personnelle.

Citation:
Curieux que la mort de Rory soit un point fixe, et pas celle d'Amélia... Alors qu'en ayant écrit la postface, elle a "gravé" sa mort, son renvoi dans le passé dans l'Histoire. Pourquoi n'y a-t-il donc pas son nom dès le début sur la tombe, si ce n'est pour garder un peu de suspense pour la fin ??


J'avoue que c'est une très bonne remarque. Je dirai (et pour cela je reprendrai une expression que j'ai lu dans l'excellente critique de Sullivan sur The Girl Who Waited sur le site le village (qui a ferméééééééé, je suis inconsolable)). Amy c'est un peu l'inverse d'un point fixe. Le Docteur a tellement modifié sa vie au cours du temps (pas de parents, pas de Rory, puis de nouveau Rory, des parents etc...), son histoire a tellement été réécrite qu'elle en est devenu un point flou. Elle n'arrête pas de se croiser elle-même, en plus petite ou plus agée. Qui plus est, un thème récurrent pour Amy depuis la saison 5 est le choix. Elle choisi constamment (et elle a raison d'ailleurs, je ferai pareil!^^) Rory. Mais ça reste un choix intrinsèquement. Donc là, contrairement à Rory qui n'a pas le choix, Amy décide de créer ce point fixe toute seule (d'où la postface dans le livre, et son inscription qui apparait alors que celle de Rory est tout le temps là)
En gros : Rory subit (diverses morts toutes plus abracadabrantes!^^), Amy choisit

Citation:
-On m'a dit que Amy et Rory ont étés renvoyés ensemble dans le passé à la même époque , et que donc ils sont ensemble, mais vous êtes sur ? Et qu'est ce qui le prouve car on sait que les anges renvoient les personnes dans le passé mais on sais pas quand, et si ils ont mis Rory & Amy ensemble c'est qu'ils sont plutôt sympas quand même ces Anges.


Si si, on est sûr. Déjà on a bien leur deux noms sur la pierre tombale, c'est donc qu'ils se sont retrouvés!^^
Ensuite, dans Blink, le détective qui est renvoyé en 69 par un ange croise le Docteur qui lui explique que lui aussi s'est fait zappé par un Ange, et probablement le même, vu qu'ils ont atterri à la même époque et au même endroit. Donc effectivement, il y avait peut être un risque pour Amy de ne pas retrouver Rory, mais elle devait essayer.

Citation:
-Riversong dit qu'elle contactera Amy afin de lui faire publier son livre , mais comment puisqu'on ne connait pas la date ou sont Amy & Rory ?


Un livre, ça a toujours une date de première publication écrite dedans. Wink Ce n'est pas parce qu'on ne nous dit pas quand Amy et Rory sont renvoyés que River ne le sait pas

Citation:
-A la fin de l'épisode on voit donc sur la tombe le nom de Rory (d'abord) puis ensuite vient celui d'Amy quand elle se fait renvoyée dans le passé, mais qui à écrit les noms sur cette tombe ??


Les pompes funèbres. Généralement, le survivant s'occupe de tout ça à la mort du premier, et en profite pour préparer le sien. (les enterrements sont de toute façon payés avec l'argent du mort). Je te rassure, ce n'est pas parce que tu n'as pas de famille que tu te retrouves dans une tombe anonyme à la fosse commune! Mr. Green

Citation:
A mon avis on reverra Brian comme Wilfried après Donna. Et même si c'est pas le cas, il n'est pas du tout gâché, on l'a vu pendant 2 épisodes seulement et si il nous parait gaché c'est parceque tout le monde l'adore.


J'espère aussi! Et puis, le Docteur lui doit bien une ou deux explications sur ce qui est arrivé à son fils et sa belle fille.


Voilà, je crois que c'est tout, pour le moment Wink
_________________
Revenir en haut
Mornie
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2011
Messages: 392
Localisation: Nowhere, middle of

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 15:07    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Vercingétorix a écrit:
les anges se nourrissent de l'énergie potentielle amenée par les gens s'ils n'avaient pas été emmenés dans le passé. Aller à Manhattan, c'est un moyen d'avoir plus d'énergie que dans une autre ville car, vu que la ville ne dort jamais, il y a plus d'énergie potentielle à récupérée !

Plus clairement, ils récupèrent les "années" que les humains auraient dû vivre, ce qui est leur forme d'énergie. Du coup, les jeunes les intéressent bien plus que les personnes âgées je suppose. Dans un sens, comme le disait Pas_le_Docteur, ils se nourrissent bien d'énergie temporelle. Et c'est parce que la temporalité est modifiée par le paradoxe que les anges sont "empoisonnés", et donc détruits.

Et s'il y a plus d'énergie à récupérer à New York, c'est surtout parce que c'est une ville très peuplée. Le fait qu'elle ne dorme jamais (c'est à dire qu'il y a toujours de l'activité, que certains vivent de jour, et d'autres de nuit) n'y change pas grand chose. Au contraire, je continue de voir cela comme un handicap. Ils auraient mieux fait de choisir une époque plus reculée, une ville dans laquelle il y aurait un couvre-feu, ils auraient pu se déplacer bien plus librement, loin des regards des humains ! Cela dit, les Anges se nourrissent aussi d'autres formes d'énergie : radiations, électricité... Peut-être que New York les aide à rester en forme même quand ils n'ont pas d'humain à se mettre sous la dent ?
Ils auraient dû choisir Tokyo en fait ! De plus, ils auraient été photographiés à tout va, ce qui aurait créé de nouveaux anges par le biais de leurs images.

Pas_le_Docteur a écrit:
Et puis, aparté en passant, j'attends toujours le chainon manquant entre les Anges et la position de certains Gallifréens à la fin de la saison 4. Qu'on ne me dise pas que c'était un hasard ou gratuit, je ne marche pas là-dedans ! :-)

Tu pourrais développer un peu plus ? Le chainon manque tellement que j'ai du mal à faire le lien entre les Anges et la fin de saison 4 ^^
(Edit : j'ai saisi suite au commentaire de Galaxy-Eyes :p C'est peut-être un conseil offert au Docteur, pour lui dire "Hey, tu te souviens des Anges ! 1969 ! Fais gaffe à cette année, tu y vivras des évènements importants, en rapport direct avec ta mort !"... Comment ça, c'est tiré par les cheveux ??)
(Et tant qu'on est dans les théories : 1938... 1+9+3+8= 21 = 3 x 7 : on a encore une référence au pouvoir des 3, et au nombre 7 ! Et dans notre système décimal, 7 est le complément à 10 du nombre 3, autrement dit, si on enlève "le pouvoir des trois", il reste 7... Ce nombre était donc signe de la fin du trio ! Elementaire ! Bon je vais arrêter avec mes théories sur les nombres... promis !)

Galaxy-Eyes a écrit:
La statue de la liberté n'est pas constamment observé par des gens qui la voient tous les jours, qui sont habitués.

Ils la voient tout de même, au moins du coin de l'oeil. Difficile d'imaginer que sur les 1.8 millions de personnes qui vivaient à Manhattan en 1938 (et même sur les 7 millions de newyorkais), il n'y ait pas à chaque instant quelqu'un qui la regarde, ou du moins qui l'aperçoit... Surtout quand elle se balade dans la rue ! (d'autant que dans Flesh and Stone, il est expliqué que les Anges se cachent les yeux lorsqu'ils pensent être observés, c'est pour cela qu'ils laissent Amy passer parmi eux).

Citation:
Presque tous les anges de l'épisode envoient vers Manhatan 1938, peut-être car ils préfèrent concentrer leurs proies pour avoir plus d'énergie temporelle.

Apparemment, les anges, une fois bien nourris, n'envoient plus leurs victimes dans le temps, mais les tuent par d'autres moyens, comme en leur brisant la nuque (ce qui fut le cas de "Bob" dans Flesh and Stone). Peut-être sont-ils tous renvoyés à cette époque (peu de temps dans le passé) parce que les besoins en nourriture des bébés sont faibles, et ne nécessitent pas de prendre une grande partie de la vie de leurs victimes (je parle ici seulement des personnes déjà présentes en 1938, qui se font expédier dans un passé proche, comme Gardner, ou Rory, lors de son deuxième "saut").
_________________
WHO'S DA MAN ?
...sorry i'll never saying that again...
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 15:27    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Bon, j'ai passé ma journée à reviewer donc j'avoue ne pas avoir lu ceux qui ont posté entre temps. Je m'y mets dès que j'ai posté, promis.^^ C'est parti pour le pavé.


7x05

Je le savais bien sûr, mais je sais aussi que de vils mécréants parmi vous refusiez d’y croire ! Heureusement, désormais, le doute n’est plus possible et l’épisode annonce enfin LA grande révélation que nous autre, vrais fidèles, attendions tant : Moffat est Dieu. En effet l’épisode est formel : dans le monde de Dr Who, où le temps peut être réécrit/effacé/rebooté et torturé de mille manières possibles, le simple fait d’écrire un fait le transforme en point fixe, gravé dans le marbre, du moins à partir du moment où il est lu. En tant que scénariste (et showrunner en plus), Moffat est donc sans conteste le Seigneur du Whoniverse.

Nous autres, téléspectateurs, gagnons néanmoins le pouvoir de valider Ses divins mots par le pouvoir de notre regard, ce qui est tout de même flatteur. Et j’imagine que cela fait de nous, les reviewers, au pire des théologiens et au mieux des évangélistes : je me sens grandie ! Plus qu’à annoncer à mes amis auteurs de fanfics que leur tendance à tenter de transformer les décisions du Seigneur est très certainement blasphématoire et qu’ils doivent se repentir d’urgence avant que le grand Moff, loué soit Son nom, ne se décide à les effacer de la timeline.

Comment ? L’épisode ? Ah, oui, pardon, j’y viens. Feuilletons donc, chapitre par chapitre, le contenu du nouveau tome de nos Saintes Ecritures.


Chapitre 1 : Au commencement était le Verbe.

Depuis le début de la saison, le grand Moff (loué soit Son nom) était resté étrangement linéaire. Epuisé par cet effort, le 5ème jour Il se reposa et nous offrit non seulement le kit de base du timey wimey temporel (de la boucle temporelle au paradoxe) mais surtout, à grand coups de mises en abyme à répétition, ce que je me permettrais de qualifier de paradoxe narratif (j’interprète les mots du Seigneur, cela me donne le droit d’inventer des concepts non mais !).

Récapitulons : le Scénariste (loué soit etc…) écrit un script dans lequel les personnages doivent suive les instructions d’un livre qui se trouve être ledit script. Ce livre est écrit par un des personnages (River), édité par un autre (Amy), lu (et donc confirmé) par différents personnages (le Docteur et Amy)et a de multiples narrateurs (le détective au début, qui évoque de plus le pouvoir des histoires, puis Amy à la fin du livre et enfin le Docteur qui part raconter une histoire à la jeune Amélia). Histoire de compliquer les choses, ce livre change de genre littéraire comme de chemise :il commence comme un polar avant de se transformer, avec l’auto-description de Mélodie Malone, en ce qui a toutes les apparences de la bit-lit (la couverture est une bonne caricature de ce sous-genre) puis tourne au roman gothique avant de passer au roman d’amour et de se conclure sur une petite note de conte de fée.

Rajoutez à ce timey wimey narratif le fait que la BBC (loué soit le média de notre Seigneur) se soit empressée d’annoncer la sortie prochaine d’un ebook Mélodie Malone (disponible à 3£ environ à partir du 4 octobre) et le fait que nous-mêmes soyons actuellement en train d’écrire sur ce script et nous avons là un tel enchevêtrement narratif que je suis surprise que les équivalents littéraires des Reapers ne soient pas en train de détruire le whoniverse. Hmmm, peut être que j’ai mis le doigt sur la véritable identité de Gallifreybase si ça se trouve. Dans tous les cas, la littéraire que je suis a beaucoup apprécié ce petit jeu mais je suis intimement persuadée que cet épisode est pour Moffat (loué soit-Il) un moyen poli et détourné d’envoyer au fandom un retentissant « Ta gueule, c’est moi qui raconte ! ». Les fans de Supernatural seront ravis de constater qu’il est un tantinet plus subtil que celui qui avait tenté ce cri du cœur avant lui.


Chapitre 2 : Et le Verbe s’est fait récurrent

Puisque nous en sommes au style d’écriture, il est temps de jouer au petit jeu habituel pour chaque épisode de notre Seigneur : trouver les Moffatismes. Je laisse donc deux minutes à ceux d’entre vous qui ont été assez inconscients pour faire un drinking game autour de ça hier afin qu’ils aillent se chercher un aspirine. Ca y est ? Allons-y !

Le premier est celui que je traitais dans la première partie et qu’on retrouve tout au long de l’ère Moffat, le pouvoir des mots et des histoires. La résolution de la saison 5 tournait autour de ce principe : le Docteur disparaissait de l’existence après avoir admis que « We are all stories in the end » et Amy le « ressuscitait » par le pouvoir des mots. La saison 6 s’achevait sur la mystérieuse question qui amènera le Silence et le seul fil rouge absolument évident de la saison 7 concerne les conséquences de la disparition du nom du Docteur des mémoires et bases de données de l’univers. On peut aussi classer dans cette catégorie le petit jeu entre le Docteur et River, qui utilisent systématiquement le pouvoir des mots pour se contacter à travers l’espace-temps (« Yohzah ! » ? Sérieusement ??? ^^ ) La première réplique de cet épisode évoque déjà le pouvoir des histoires et il s’agit bien sûr du thème principal de l’intrigue. Le Grand Moff en profite évidemment pour nous en rajouter une petite couche concernant son fil rouge de l’effacement du Docteur avec le « Doctor Who ? » et le « Didn’t you use to be somebody ? » de River.

Bon, soyons honnête, ce thème n’est pas du pur Moffatisme : le titre même de la série joue sur le pouvoir des noms, en particulier des noms qui ne sont pas prononcés. Ce thème se retrouve dans toute l’histoire et la littérature humaine, des livres saints interdisant d’écrire le nom de Dieu à Harry Potter et Celui dont on ne doit pas prononcer le nom, en passant par la plupart des Terry Pratchett (Pratchett étant Dieu lui aussi, c’est parfaitement normal^^). The Shakespeare code en saison 3 tournait lui aussi sur ce thème, de même que le final de cette même saison 3. Cela dit il est clair que Moffat (loué soit-Il) adore ce thème et qu’il reste le scénariste de Dr Who qui l’a le plus utilisé.

Plus « Moffatien », on retrouve l’importance du regard (ici pour « valider » ce qui est écrit), le livre/scénario (qui joue le rôle du transcript de Blink), le message d’adieu envoyé à travers l’espace temps (ici la postface du livre, qui joue le rôle de la lettre écrite dans Blink par l’amie de Sally Sparrow) et le thème récurrent du mariage : je vais d’ailleur finir par me poser de sacrées questions sur le mariage du grand Moff et de Sue Vertue vu que pour l’instant lesdits mariages ont servi, dans l’ordre, à rebooter l’univers (saison 5), à sauver l’eespace-temps (saison 6) et maintenant à «changer le futur ». On ne doit pas s’ennuyer dans leur vie de couple.

Le grand Moff (loué soit-Il) nous recycle également ses personnages fétiches, livrés avec leur assortiment de « catchphrases », objets et actions habituelles. Je passe rapidement sur les Anges, qui retrouvent ici leur manière de tuer « classique » mais nous avons River et son « lipstick combat-ready » qui sort son habituel « Hello Sweety » lors de son habituelle scène de flirt avec le Docteur. On retrouve également l’aspect Moffatien du Docteur, la version Peter Pan du personnage, éternel enfant de 12 ans qui ne supporte pas les fins et à qui il faut cacher les signes de vieillissement et les souffrances. Quant aux Pond, Amy (qui prononce son habituel « time can be rewritten ») se retrouve comme toujours à devoir faire un choix (j’y reviendrai)… et Rory meurt.

Et c’est bien ce qui sauve ces Moffatismes à répétition, qui peuvent facilement devenir lassant : en ce qui me concerne, « faute » assumée est à moitié pardonnée et le divin Moff connaît et assume parfaitement ses tics d’écriture. Non seulement Rory meurt 3 fois dans l’épisode (une fois comme vieillard devant sa version jeune, une fois par suicide et une fois de vieillesse avec Amy) mais il est parfaitement conscient de son rôle de Kenny de l’ère Moffat, comme le montre sa réponse lorsqu’Amy lui demande s’il pense vraiment qu’il va ressusciter après son suicide : « When don't I? ».

De même, Moffat admet sa tendance à écrire des personnages féminins relativement proches les uns des autres, résumant ces derniers en une phrase ("She’s got ice in her heart and a kiss on her lips and a vulnerable side she keeps well hidden!") et allant jusqu’à assumer la ressemblance desdits personnages avec les héroïnes de la Bit-lit. Je prends encore une fois ceci pour un pied de nez à ceux qui l’accusent de misogynie suite à sa manière d’écrire. Enfin, on ne me fera pas croire que le moment où Amy et Rory se jettent du toit n’est pas une petite blague de Moffat (béni soit…oh, zut, ça suffit, j’en ai marre !) aux spectateurs : sérieusement, que tous ceux parmi vous qui s’attendaient au moffatisme archi utilisé du TARDIS qui récupère le compagnon qui chute au dernier moment lèvent le doigt ! Oui, il me semblait bien.


Chapitre 3 : Le sujet du Verbe

Bon, assez déliré sur le style de notre Seigneur et Maître, il est temps de passer un peu au contenu de Son message. Et, en ce qui me concerne, c’est là que je tique un peu. Je sais que le fidèle diligent est censé, avant chaque épisode, sortir et épousseter sa plus belle suspension of disbelief et fermer les yeux sur certaines incohérences. Je sais aussi qu’il est très difficile, plus sans doute que pour tout autre genre, d’écrire un épisode de science fiction avec une parfaite logique interne, et ce en particulier avec une série aussi longue et à la mythologie aussi fournie que Doctor Who. Mais il y a des « bugs » parfaitement pardonnables et d’autres qui le sont moins et ce qui m’agace assez ici est qu’il aurait suffi de très peu, quelques phrases d’explication en plus et quelques scénettes en moins, pour éviter la majorité d’entre eux.

Commençons par les Anges. Beaucoup parmi vous pensent qu’on les voit trop, ce qui leur fait perdre une grande partie de la terreur qu’ils sont censés inspirer, et c’est indéniable. N’importe quel amateur de film d’horreur sait cela et je ne doute pas un instant que Moffat le sache aussi. Pour moi, il ne s’agit pas là d’une erreur de sa part mais d’un choix : sacrifier une partie de l’aspect effrayant de sa création afin de pouvoir l’utiliser plus fréquemment comme ressort dramatique. Après tout, pour un scénariste qui aime tant les jeux sur la temporalité, il est difficile de se retenir d’utiliser ces créatures, dont la seule présence assure un timey wimey immédiat. Je ne lui reproche donc pas cette sur-utilisation des anges : c’est un choix discutable mais c’est le sien, qui concerne ses créatures et son scénario. Amen.

En revanche, nous avons trop de gros plans. Par exemple, nous montrer 5 secondes la tête grimaçante de l’ange à l’entrée de la maison lorsqu’il sort la tête de ses mains, c’est trop (surtout qu’on y a droit deux fois, pour le détective et pour Rory). Ca aurait été bien plus effrayant de réaliser qu’il avait très légèrement bougé, voire qu’il était parti (comme lorsque le Docteur, Amy et River arrivent). Du coup, certaines scènes qui auraient pu être bien flippantes, comme le sourire de l’ange, sont un peu tombées à l’eau.


Mais surtout, Moffat refait la même erreur que dans le double épisode de la saison 5 : pour compenser la perte d’une partie de l’aspect effrayant des anges à cause de leur sur-utilisation, il tente de les rendre plus terrifiants en leur ajoutant des « options ». Ca ne marchait déjà pas vraiment dans le double épisode : la scène où on les voyait bouger lorsqu’ils n’étaient pas sûrs d’être observés était bien faite mais cassait un peu le mythe du monstre incroyablement rapide, leur nouvelle tendance à briser les nuques leur faisait perdre une bonne part de leur coté timey-wimesque et le fait qu’ils puissent parler, même si cela donnait lieu à de savoureux dialogues, les rendaient immédiatement moins effrayants. On retourne ici sur le pouvoir des mots, en particulier du non-dit : un monstre silencieux est plus terrifiant qu’un méchant qui dévoile son plan en ricanant, c’est un fait.

Ici, rebelote. Les angelots (bien trouvés d’ailleurs, c’est amusant d’imaginer que le petit de l’ange pleureur est le chérubin rigolard^^)… ricanent. Oui, je sais, le rire enfantin (ou, parfois, la petite comptine) au moment où le monstre attaque est un classique du genre de l’horreur. Sauf qu’Angel Bob lui-même nous dit que les Anges ne peuvent ni parler ni rire, sauf par le média d’un cadavre humain. Tiens, d’ailleurs les anges semblent avoir perdu leur capacité à « angéliser » ceux qui les regardent, ou alors ils sont devenus fair play. Je me demande également comment ce qui est, quand on la regarde, une statue en pierre peut avoir assez de souffle pour éteindre une allumette mais il s’agit là d’un détail que je suis prête à ignorer… quand le reste se tient.

Les angelots font également du bruit, et ne ramènent pas dans le passé. Pourquoi pas ? Il n’est pas impossible que le silence et l’aspect timey-wimey des anges soient des caractéristiques dont les petits de l’espèce sont dépourvus et qu’ils apprennent en grandissant, mais j’aurais aimé une simple petite phrase du Docteur confirmant cela. Il y avait peut-être même moyen du coup d’expliquer que ces petits soient capables de ricaner : c’est une race inventée par Moffat, il avait parfaitement le droit de nous annoncer que les angelots sont sur pas mal d’aspects différents de leurs parents (je ne vous dis pas les questions que je me pose sur le mode de reproduction de ces créatures d’ailleurs^^). Mais il ne le fait pas et nous laisse chercher par nous même une explication « logique », c’est pour moi une occasion ratée.


Pareil pour la statue de la liberté. Son utilisation la première fois était tellement WTF qu’elle en était hilarante et j’aurais parfaitement accepté de ne pas me poser de questions dérangeantes du genre « mais pourquoi personne, dans la ville qui ne dort jamais, ne s’est aperçu que la statue de la liberté se baladait ? ». Parce qu’utilisée comme cela, uniquement dans la scène d’intro et avec le détective faisant écho à l’incrédulité du spectateur (you’ve got to be kidding me ! »), la statue est un simple ressort comique, comme la chute de plusieurs milliers de kilomètre du Docteur au début de l’épisode de noël dernier, et je ne demande pas aux ressorts comiques d’être crédibles, bien au contraire.

Mais lorsqu’elle revient la seconde fois, la statue passe d’élément absurde assumé à…boss de fin de niveau. On est censé penser que cette maison-ferme est en priorité utilisée pour nourrir ce monstre (la photo de la statue de la liberté dans l’ascenseur confirme cette idée), et là tout s’écroule. Déjà parce qu’il ne suffit pas de rendre un monstre plus gros pour le rendre plus effrayant, bien au contraire : si la vision du cyberman géant de The Next Doctor ne vous a pas convaincu, revoyez le bibendum chamallow de Ghostbuster : un monstre exagérément gros ne fait pas peur, il fait rire. De plus, si j’étais prête à ne pas chercher le crédible pour un ressort comique, j’ai en revanche tendance à l’exiger pour un élément clé de l’histoire… et non, la statue de la liberté qui se déplace régulièrement pour manger un sandwich ça ne passe pas.

Je ne m’offusquerai pas que ladite statue n’ait pas attaqué sur le toit alors qu’Amy et Rory la quittent du regard très souvent… parce que justement, c’est normal. La moitié de Manhattan doit être en train de la dévisager, les yeux écarquillés, elle devrait donc être morte de faim depuis longtemps vu que se nourrir discrètement est impossible. Et puis, l’image des anges devenant ange elle-même, sommes nous censés penser que toutes les images/photos/cartes postales de la statue de la liberté sont des anges ? Etonnant qu’il reste encore des humains sur Terre.

Bref, oublions les anges, qui ne sont même pas le problème principal. Comme je le disais, j’admets parfaitement les incohérences tant qu’elles ne concernent pas le fil rouge, et en particulier sa résolution. La postface d’Amy aurait dû je pense contenir un message de Rory également et une demande d’aller prévenir leurs familles respectives (en particulier Brian, qu’on a passé deux épisodes à nous faire apprécier) mais ce n’est pas très important et parfaitement pardonnable. De même, je ne vais pas chercher la petite bête à me demander comment le Docteur a réussi à faire en sorte que le gangster collectionneur acquiert juste la bonne œuvre d’art : c’est un détail et le coté comique fait de toute manière passer la pilule.

Je suis plus dubitative vis-à-vis de ce nouveau pouvoir du Docteur, utiliser à volonté son énergie régénérative même lorsqu’il ne vient pas de régénérer : pourquoi alors ne pas l’avoir utilisé les innombrables fois où quelqu’un lui claque entre les doigts (la jeune soldate dans A good man goes to war par exeple). Mais surtout, je sais que je suis loin d’être la seule à trouver cette histoire de point fixe foireuse.

Même si Water of Mars ne nous avait pas prouvé qu’on peut changer ce qui est écrit et lu (les journaux dans cet épisode précis), depuis quand ne peut-on pas visiter un point fixe ? Le changer d’accord, mais le visiter ? Après tout, 10 et Donna visitent Pompéi et Tennant passe l’épisode à nous expliquer que c’est un point fixe. Je veux bien admettre que le Docteur ne puisse pas ramener Amy et Rory dans le présent puisque leur mort à un âge avancé est gravée, au sens propre, dans le marbre en 2012. Mais je n’ai pas vu de post scriptum sur le thème du « et ils ne revirent jamais le Docteur » sur cette tombe. Admettons que ce soit dû aux perturbations temporelles qui entourent 1938 et qu’elles soient maintenant si graves que même un manipulateur de vortex ne peut l’atteindre, il suffisait alors d’attendre quelques années pour les récupérer. Admettons même qu’il s’agisse d’un point fixe particulier, tellement…heu…fixe que non seulement il n’est plus atteignable par TARDIS ou manipulateur mais que ses éléments ne sont même plus récupérables dans leur futur… alors comment River peut-elle faire passer le livre (et le message demandant d’écrire une postface) à Amy ?

Ce qui est très agaçant, c’est que cette incohérence était là aussi ultra facile à éviter. Il suffisait de ne pas tout faire reposer sur le terme « point fixe », qui a déjà une mythologie whovienne et avec lequel on ne peut donc pas faire n’importe quoi. Si le Docteur avait par exemple expliqué à Amy que si elle rejoignait Rory il ne pourrait plus jamais les approcher car l’accumulation très proche de paradoxes qu’ils ont subis dans cet épisode, ajouté aux innombrables timey-wimey qu’ils ont subis, a tellement affaibli la réalité autour d’eux que rajouter un time lord (qui est un « complicated time event »^^) à proximité risquait de faire exploser la planète, ou toute autre explication saugrenue de ce genre, on était tranquille. Bien sûr qu’une partie du fandom aurait gueulé, on est là pour ça voyons^^, mais je pense que ce serait nettement mieux passé.


Chapitre 4 : Le complément du Verbe

Et voilà, je ne peux pas m’en empêcher. Je viens de passer deux pages et demi à taper sur un épisode que j’ai pourtant apprécié dans l’ensemble. Je suis une incorrigible pécheresse et je me repens bien sûr. Je vais donc, pour me faire pardonner, passer ce chapitre à positiver et chanter les louanges de notre Maître à tous.

Déjà, je tiens à dire que j’ai trouvé la scène d’introduction tout simplement parfaite. L’ambiance polar est délicieusement bien réalisée, des costumes aux personnages typiques et l’utilisation du détective comme narrateur, grand classique dans le genre du polar, est ici très pertinente. C’est également le seul moment de l’épisode où j’ai trouvé les anges flippants et l’utilisation complètement incongrue de la statue de la liberté m’a, à ce stade de l’épisode, fait éclater de rire.

De plus, cette scène me plait particulièrement lorsqu’on la replace dans l’ensemble de l’épisode. River écrit le livre qui est un double du script mais d’où connaît-elle ce détective ? Même en admettant qu’elle soit tombée sur son nom lorsqu’elle enquêtait sur les anges en 1938 (de manière assez peu discrète pour être repérée par le gangster après tout), elle n’a évidemment pas moyen de savoir ce que cette personne pensait ou ce qu’il a vu et dans quel ordre au moment où il a rencontré les anges dans la maison. Si la scène d’intro fait partie du roman (et je pense que oui car on voit, lorsque le Docteur commence à lire à voix haute, qu’il a déjà passé pas mal de pages alors même que l’intrigue du roman n’a pas encore débuté), alors River s’est tellement prise au jeu de la romancière qu’elle nous a fait un chouette effet de style en commençant son œuvre par un chapitre centré sur un personnage « redshirt », narrateur interne de sa propre mort. Encore un jeu sur la narration, sacré Moffat.^^

J’ai aussi beaucoup apprécié le retournement de situation concernant les anges. Après plusieurs saisons de « don’t blink ! », la conclusion d’Amy est donc cette fois ci « I just have to blink ». J’aime l’idée d’utiliser l’Ange comme taxi temporel. J’apprécie également, dans la même scène, le détail de la mort d’Amy, décédée 5 ans après Rory. Il est bien sûr possible qu’elle lui ait survécu 5 ans mais je n’y crois pas, on nous a vanté leur amour fusionnel et absolu pendant deux saisons et demie et je la vois donc mal survivre si longtemps sans son centurion. A mon avis, elle a tout simplement été envoyée 5 ans plus en arrière que Rory (ce qui est assez logique, l’ange ayant eu plus d’énergie après s’être nourri de Rory). Attention donc : les taxis temporels angéliques non seulement ne proposent que des allers simples mais sont à peine plus fiables qu’un TARDIS pour l’année de destination. Le vortex temporel, y’a que ça devrai !^^

Parlant des anges, je sais que ça n’a pas fait l’unanimité mais je trouve l’idée de la ferme à boucle temporelle très sympathique. C’est vrai qu’on sait que les anges se nourrissent des années volées à ceux qu’ils envoient dans le passé : dans le cadre d’une boucle temporelle, ils peuvent donc se nourrir de la même personne ad vitam aeternam. L’idée est élégante je trouve.

Qu’en est-il des émotions ? J’ai personnellement bien apprécié l’humour. Là encore, comme dans le 1er épisode de la saison, ce n’est pas le festival de répliques cultes qu’on peut trouver dans pas mal d’épisodes Moffatiens mais il est clair que la tonalité de la saison 7 est pour l’instant assez sombre donc ce n’est pas surprenant. J’ai néanmoins bien rigolé dès la scène d’intro et son style polar, ricané sur le choix de la première musique lorsque l’on retrouve nos héros (I’m an alien/a legal alien/I’m an englishman in New york) et (je suis bon public de ce coté là) adoré le jeu de flirt entre 11 et River (« Sorry I’m late, traffic was hell ! »). Mon amour de la continuité fait que j’ai particulièrement apprécié la reprise de la métaphore de la rolls contre la moto utilisée par Ten en saison 3, pour illustrer la différence entre un TARDIS et un vortex manipulator. La reprise est d’autant plus habile que si River fait directement la comparaison entre son vortex manipulator et une moto, le rapprochement entre le TARDIS et la rolls n’apparaît qu’un minuscule moment, lorsque le Docteur se recoiffe avant de retrouver River en se regardant dans ce qui se trouve être la plaque d’un moteur de rolls.

Niveau horreur, même si comme je l’ai dit je n’ai frissonné que dans l’intro, j’offre un point à Moffat pour la sympathique utilisation de clichés incontournables, à savoir l’ascenseur dangereux (décidément, c’était déjà le cas la semaine dernière), le vieil hôtel abandonné et le rire d’enfants. Moins de gros plans la prochaine fois et ça ira.^^

Mais bien sûr, l’émotion qu’on cherchait principalement a nous faire ressentir ici n’est pas la peur ni le rire. Passons donc à l’adieu des Pond.

Tout d’abord, j’apprécie que leur histoire soit close et bien close. Je n’avais aimé ni les retours de Rose, ni ceux de Martha ni celui de Donna dans l’ère RTD alors que je n’avais de problèmes avec aucune de ces compagnes : je n’aime pas les come back et je suis donc ravie de voir ici une fin bien nette. J’admets aussi avoir eu les yeux un peu humides au moment où l’on entend Amy narrer la postface du livre. Le fait de répondre soudain à une interrogation des fans concernant la saison 5 (le bruit du TARDIS entendu par la petite Amélia lorsqu’elle attend) est également bien trouvé. Mais deux problèmes m’ont empêché de trouver ce départ réellement émouvant.

Le premier problème n’est pas de la faute de Moffat mais de la BBC, ou, peut-être, des médias en général et de leur importance actuelle dans le fandom. On nous a martelé le départ des Pond depuis un mois sur facebook, twitter et tous les sites de critiques ayant eu la chance de voir l’épisode en preview et sur le fond je comprends. La BBC n’a pas le choix, elle doit annoncer en avance le départ de ses acteurs sinon les agents de ceux-ci le feront eux même : c’est leur boulot de faire savoir que leurs clients sont disponibles pour de nouveaux rôles après tout. Le problème est qu’on nous a aussi mainte fois répété combien nous allions pleurer, et que tout le monde ne survivrait pas à l’épisode, et que cette fin serait vraiment finale pour les Pond… Et il n’y a rien de pire pour me désensibiliser (ce n’est déjà pas dur au départ^^) que de me répéter sans cesse quelle émotion je suis censée éprouver.

Alors oui, on me dira que je n’ai qu’à couper les réseaux sociaux et les sites à risque mais je ne suis pas d’accord. Cela signifierait me couper de toute la vie du fandom pendant quasiment un mois, au moment où il est le plus… vivant justement ! Possible, certes, mais je ne devrais pas avoir ce choix à faire. Pourquoi les émotions ne sont-elles pas considérées comme spoilers alors que les faits le sont ? C’est au moins aussi important que le scénario dans Doctor Who !

Le pire c’est que je soupçonne Moffat d’être parfaitement d’accord avec moi sur ce sujet, c’est en tout cas comme ça que j’ai interprété le passage des titres de chapitres. Considérés comme Amy comme des « spoiler-free previews », ils spoilent violemment non pas sur le fond (on ne sait pas ce qui va arriver) mais sur les émotions qui nous attendent (« final farewell »). Et le spoil c’est mal ! Que les choses soient claires, je n’attaque absolument pas les fans ici, ni même les sites spécialisés mais bien le service de communication de la BBC, qui par son exemple a donné le feu vert au reste du fandom. On ne peut pas demander aux fans de garder pour eux une information que la chaîne elle-même distribue largement, l’exemple doit ici venir d’en haut.


Fin du coup de gueule, et j’en viens à mon 2eme problème avec la séquence cœur(s) brisé(s) du départ d’Amy : je suis incapable de passer en mode émotion quand mon cerveau est encore en train de fulminer sur les incohérences du dénouement. C’est un problème qui ne concerne que moi et j’envie vraiment ceux qui parviennent à passer outre mais c’est comme ça, je n’y peux rien. J’ai été émue par la scène de la postface parce que j’avais un peu plus eu le temps de « digérer », et aussi parce que la droguée de la continuité que je suis a aimé le clin d’œil à Eleventh hour mais la scène de larmes d’Amy m’a laissée assez froide. Bon, il faut dire aussi que je suis plus sensible aux douleurs moins démonstratives, je trouve que les larmes sonnent toujours un peu faux dans une fiction, mais là encore ça n’engage que moi.



Chapitre 5 : passé et futur du Verbe

Puisque je parlais de continuité, concluons cette review sur la place de l’épisode dans l’ensemble whovien. Je ne reviendrai pas sur ma satisfaction de voir, si longtemps après, une des questions en suspens depuis la saison 5 enfin explicitée (ça me donne de l’espoir pour les 50 autres^^) et me concentrerai sur sa place dans la saison 7.

River est acquittée et désormais professeur, ce qui veut dire que l’on approche dangereusement dans sa timeline du moment de sa mort. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le regard que lui lance le Docteur à ce moment là, il est clair qu’il pense exactement la même chose. Sachant en plus qu’on nous sort plusieurs fois dans l’épisode combien le Docteur hait les fins, j’ai comme dans l’idée que cette information ne touchait pas que le départ des Pond. Il est également intéressant de constater que si le Docteur dit détester les fins, River, elle, dit ne pas du tout aimer la couverture du livre, donc le début. J’ai personnellement pris ça pour une allusion de Moffat au fait que ce couple soit condamné à aller toujours dans un sens différent… et qu’on s’approche des extrémités. Le fait que le Docteur soit ici clairement amoureux de River (il n’est pas chou à se refaire une beauté avant de sortir la retrouver ?^^) montre aussi qu’il a déjà beaucoup avancé dans la timeline de leur relation.

Comme je l’ai dit tout à l’heure, on nous en remet une couche sur l’anonymat du Docteur et ses conséquences. C’est moi ou River n’a vraiment pas l’air convaincue par le plan du Docteur de se faire totalement oublier, et ce malgré le fait que ce plan soit responsable de son acquittement ? Son « Didn’t you used to be somebody ? » me paraît bien sec. Je sens bien que le Docteur, en s’effaçant ainsi totalement de l’univers, a tordu le bâton en sens inverse et causé autant de problèmes que lorsqu’il était trop présent.


Je mets tout ce qui est théorie en spoiler au cas où mais, pour la plupart, on en a déjà mainte fois discuté.


L’électricité défaillante revient deux fois dans l’épisode : les anges font sauter l’électricité et la lampe du TARDIS ne fonctionne plus. Cela dit, comme la semaine dernière avec les cubes avaleurs d’électricité, la première occurrence est expliquée par l’épisode et la 2eme sert surtout à étayer une autre théorie (dont je parlerai un peu plus loin). Rien de probant donc pour un fil rouge sur un quelconque monstre électrique, je ne pense pas que nous verrons tout de suite le combat entre 11 et Pikatchu.^^

Comme je le prédisais la semaine dernière (que c’est rare que je tombe juste !^^), le départ des Pond est bien dû à un choix de Amy. Cette dernière choisit son centurion à la place du raggedy Doctor, sans surprise vu que c’était sa tendance depuis Amy’s choice en saison 5. Durant l’épisode précédent, le Docteur annonce à Amy, après toute une conversation sur le thème du choix, « You always get what you want », et cette semaine nous avons en effet l’illustration de cette phrase.

Cela me semble confirmer la théorie des épisodes dans le désordre d’autant plus, comme le fait remarquer Mornie qui m’a prise de vitesse, que le coup de la lampe du TARDIS qui a grillé est évoqué dans Ponds life 5. Récapitulons les indices timey-wimesques :

- La noirceur du Docteur, qui semble arriver comme un cheveu sur la soupe dans les épisodes 2 et 3, est juste évoquée dans l’épisode 1 et est quasi inexistante dans les deux derniers épisodes.

- Le chargeur laissé chez Henry 8 dans le 3 alors que leur visite à cette époque est dans le 4.

- Amy qui dit d’abord être une reine dans l’épisode 2 avant de supplier Nefertiti de ne pas le dire à Rory… et qui épouse Henry 8, devenant donc reine, dans l’épisode 4 (le jour de son anniversaire de mariage avec Rory, ce qui pourrait expliquer pourquoi elle ne veut pas que Nefertiti évoque ce moemnt ). Je précise que cette remarque n’est pas de moi mais trouvée sur le net, mais elle me plait beaucoup.^^

- La lampe du TARDIS, grillée dans l’épisode 5 et réparée dans Ponds life.

- La phrase du Docteur dans le 4 « I’m not running from things, I’m running to them before they flare and fade away », qui dans ce contexte semble bien nous montrer le Docteur revisitant la timeline des Ponds puisqu’il ne peut pas accéder à leur timeline entre l’épisode 5 et leur mort et que c’est donc le seul moyen de les revoir. Peut-être même, en courant ainsi en sens inverse, cherche-t-il à retarder le moment où il devra aller voir Brian…

Bref, cette théorie me semble clairement se tenir…beaucoup plus que celle des œufs, si je puis me permettre.^^



Conclusion (enfin). J’ai passé un bon moment devant l’épisode et j’ai adoré sa scène d’intro, pour moi clairement la meilleure depuis longtemps. Je suis ravie d’avoir revu River et, aussi, de quitter les Pond. Non pas que je ne les aimais pas mais je trouve vraiment que la série doit changer régulièrement les compagnons pour rester « fraiche » et Amy et Rory étaient sur le point de dépasser la date limite. Je suis ravie aussi qu’on nous ferme visiblement toute possibilité de retour intempestif. J’ai trouvé l’épisode visuellement beau, j’ai ri, j’ai eu un petit instant d’émotion, j’ai trouvé certaines trouvailles très intéressantes et je n’ai pas trouvé le temps long. Oui mais…

Plus j’y pense et plus je me dis que Moffat a de nombreux points communs avec son Docteur (les deux sont des dieux pour commencer^^) : lui non plus n’aime pas les fins, ou en tout cas il a du mal à les gérer. Ses finaux souffrent souvent de facilités scénaristiques et/ou retombent un peu comme un soufflé face aux enjeux qu’il a mis en place tout au long de la saison : parfois cela ne me dérange pas trop parce que l’émotion (final de la saison 5) ou/et le grand spectacle (final de la saison 6) est au rendez-vous et que le rythme est tellement soutenu qu’on n’a pas trop le temps de remarquer les grosses ficelles mais ici, avec un épisode un peu plus sobre que les final précédents, j’ai vraiment ressenti ce problème, assez pour que cela me gâche en partie le départ des Pond.

Bon, pour être honnête j’avais au moins autant et sans doute plus de mal avec les finals de RTD : peut-être que c’est moi en réalité qui n’aime pas les fins.^^ Dans tous les cas, là où la « fin » de Donna m’avait fait fondre en larme (et vous n’avez pas idée de combien c’est rare chez moi), je n’ai pas dépassé ici le stade de « picotement dans les rétines » : il faut dire aussi que leur sort est moins tragique. Je sais que Moffat peut faire mieux en matière de final, A good man goes to war fait après tout partie de mes épisodes favoris.

En ce qui concerne cette demi-saison, je dois admettre que je suis moins enthousiaste que pour les deux précédentes. Aucun épisode n’était mauvais mais aucun ne rentrera dans mon top 10, et c’est une première pour la fan de Moffat/Smith que je suis. J’admets cela dit apprécier la « prise de risque » du grand Moff, qui passe de saisons extrêmement timey-wimey aux multiples fils rouges à d’apparents stand alone quasi linéaires. Peut être est-ce ce changement de style qui me déroute un peu. Dans tous les cas rien de catastrophique hein. Je continue à veiller jusqu’à très tard le samedi pour voir l’épisode le plus vite possible, à passer chaque épisode avec un sourire de gosse jusqu’aux oreilles, à le regarder d’une traite sans zapper, à attendre le prochain en tapant du pied et à passer mon dimanche à reviewer des pavés sur le sujet. Bref, je suis toujours sous le charme et, pour moi, c’est ce qui compte.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
krevette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2012
Messages: 480
Localisation: à bord du TARDIS
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 15:55    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Bon je passe en coup de vent donner un mini avis parce que j'ai la flemme de faire une vraie review Rolling Eyes


Personnellement, j'ai énormément apprécié l'épisode. Il pouvait nous rappeler un peu "Blink" par certains aspects ^^
Et les anges me font toujours autant peur personnellement lol. Et la statue de la liberté façon Weeping Angels, je ne pensais vraiment pas qu'ils oseraient ! Bravo. (comme dit quelques pages avant, elle sert surtout de symbole et n'a pas de grand intérêt dans l'histoire. Ce n'est donc pas gênant de la voir s'être déplacée &co ^^)

Je n'ai pas énormément de remarques à faire sur l'épisode finalement. J'aime le rythme des choses, le visuel, les décors...

Quand River fait mine de ne pas avoir cassé son poignet, et que le Docteur veut la prendre par la main... c'est une scène vraiment bien faite. Une belle façon de révéler les choses. (une de mes scènes préférée d'ailleurs ^^)
Elle me manquait un peu cette River, ça fait toujours du bien de la voir de temps en temps. Un petit brin de folie qui passe Wink
Et on apprend que le temps à passé pour elle, qu'elle est professeur, donc que la bibliothèque approche... ce qui à jeté un froid dans le regard du Docteur.


Pour en revenir aux Ponds, je m'attendais à une fin plus triste Mr. Green
J'en suis presque un peu étonnée, pas déçue mais bon, au final ça reste une moitié de "happy end". Pas pour le Docteur certes, mais ça fallait s'y attendre.
Si c'est moi qui aurais fait la fin, Amy aurait été envoyée ailleurs ! *Mouahahahahahaha* (rire diabolique)
Enfin j'ai quand même eu les larmes aux yeux malgré tout. Et revoir la petite Amélia en clôture, que demande le peuple ??

Maintenant je suis en deuil, il faut que je me fasse à l'idée (atroce) que je ne révérais plus jamais Rory Sad
_________________


+TEAM RORY+ "Everyone needs a Rory in their life." - Steven Moffat. Rejoignez le culte !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
**Neptune**
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2012
Messages: 119
Localisation: Between Time and Space
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 16:04    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Bon voilà c'est vu, je l'attendais cet épisode!

Début bien flippant avec une ambiance bien glauque (hôtel, ascenseur, bruits suspects, on y coupe pas) mais je suis fière de moi je n'ai sursauté qu'une seule fois (ouh je m'améliore )
sauf pour ceci qui m'a vraiment fait flipper


bah oui je suis Rémoise alors une statue ange qui souri forcement c'est pas drôle)

Par contre le coup de la statue de la liberté, désolée mais pas crédible pour un sous! Comment se fait il que personne ne l'ai regardé au moins à un moment?

Réplique bien gratinée de River: "quand on est amoureux d'un dieu sans age avec la tête d'un enfant de 12 ans
on fait de son mieux pour cacher les dégâts" c'était bien senti, pauvre Eleven Laughing et pas mal la gifle, en plus avec le poignet qu'il viens de guérir! Razz

Sinon pour la partie émotions:
J'ai retenu ma respiration (et mes larmes) toute la séance avant et pendant le saut (la musique est très jolie d'ailleurs).
J'ai réussi à retenir mes larmes tout du long jusqu'au moment où Amy a dit "au revoir le débraillé", j'ai senti les larmes monter furieusement! J'ai craqué au "Nooon!" du Doctor quand il se met à pleurer , mais bon j'ai pas pleuré longtemps (bah oui quoi c'était pas "Doomsday" ni "The end of time" surtout qu' Amy commençait à m’agacer, elle n'a jamais été une de mes compagnes préférées, mais Rory si par contre, il va me manquer le petit centurion.
Mais j'ai fini avec un sourire! C'est une belle fin pour les ponds finalement!
Ils vont vivre leur petite vie normale, même si je suis sure qu'ils vont avoir du mal à s'y faire. Mais rien ne nous dit qu'ils ne se reverront plus.

Alors j'ai plus qu'une chose à dire... vivement Noel!
_________________
When you're a kid, they tell you it's all
"Grow up! Get a job! Get married! Get a house! Have a kid! And that's it!"
But the truth is, the world is so much stranger than that. It's so much darker. So much madder. And so much better...
Revenir en haut
JainaXF
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2010
Messages: 433
Localisation: Val de Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 16:11    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Tyr : une review passionnante, comme d'habitude ! J'ai aussi beaucoup apprécié ta théorie qui donne un peu de piquant à des épisodes plutôt sympathiques (enfin, du 7x01 au 7x04) mais pas inoubliables !

Hélas, pour ma part, je crains de ne plus être sous le charme de la série : j'apprécie les épisodes (sauf celui-là), mais je ne suis plus vraiment "dedans" depuis la fin du la saison 6 ! Mon dernier vrai coup de cœur remonte à "The God Complex" ! J'ai quand même bien aimé l'intro, mais la suite a tout gâché !

En effet, je trouve que Moffat gère assez mal les émotions de ses personnages (contrairement à RTD, ce qui faisait que j'appréciais souvent ces finales malgré quelques facilités scénaristiques), mais ces 2 dernières saison, les éléments de SF varient entre le trop simple (fin de la saison 6 où on nous promettait quelque chose d'épique et on se retrouve littéralement avec une simple arnaque) à l'incohérence totale (cet épisode) !

Je ne reviens pas sur les Anges, ce qui m'a vraiment dérangé, c'est cette histoire de point fixe avec livre et pierre tombale ! Admettons que les Pond ne puissent plus voyager dans le temps à cause de paradoxes/risque de détruire le monde, etc. Mais il n"y a rien qui empêche le Docteur d'aller leur rendre visite, ce qui est écrit dans le livre n'est pas forcément vrai ou même mentionné ! Dans ces histoires de points fixes, ce que l'on croit est vrai : il n'y a qu'à voir la "mort" du Docteur en fin de saison 6 ! Moffat se contredit lui-même avec cet épisode !

Bref, toutes ces incohérences (sans parler de répétitions de ressorts scénaristiques et du départ annoncé qui gâche l'impact émotionnel, totalement d'accord avec Tyr une fois encore) font que je n'ai presque rien ressenti devant cet épisode sinon un agacement grandissant devant l'idiotie des personnages et du scénariste !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 16:42    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

JainaXF a écrit:
Tyr : une review passionnante, comme d'habitude ! (...)
Hélas, pour ma part, je crains de ne plus être sous le charme de la série


Merci bien. Et oui, en effet, j'ai remarqué à travers tes reviews de la saison (que j'apprécie également beaucoup) que tu commençais à décrocher (le fait de pouvoir patienter jusqu'au lendemain pour voir l'épisode n'est en effet pas bon signe^^). J'espère que le changement de compagnons suffira à relancer ton intérêt pour la série. L'intérêt de Doctor who et de ses fréquents changements de cast, showrunners et scénaristes est qu'on a au moins toujours l'espoir de pouvoir ré-apprécier la série plus tard.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Doctor Faby
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2011
Messages: 29
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 16:45    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Dites, il y a quelque chose qui me revient et qui m'a marqué à la fin de l'épisode ... Suis je la seule à ne pas avoir aimé la musique quand Amy se fait avoir par l'ange à la fin ? D'habitude les musiques sont géniales (mon mp3 est rempli de Doctor Who) mais la, je trouve que cette musique de fin a presque gaché le final (je dis presque hein Laughing
Revenir en haut
JainaXF
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2010
Messages: 433
Localisation: Val de Marne
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 16:55    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Citation:
Merci bien. Et oui, en effet, j'ai remarqué à travers tes reviews de la saison (que j'apprécie également beaucoup) que tu commençais à décrocher (le fait de pouvoir patienter jusqu'au lendemain pour voir l'épisode n'est en effet pas bon signe^^). J'espère que le changement de compagnons suffira à relancer ton intérêt pour la série. L'intérêt de Doctor who et de ses fréquents changements de cast, showrunners et scénaristes est qu'on a au moins toujours l'espoir de pouvoir ré-apprécier la série plus tard.


Oui, j'espère que tu as raison, j'ai bien aimé Oswyn...mais j'ai l'impression que Moffat se fatigue au fur et à mesure des saisons, et que ça s'en ressent dans ses scénarios ! De plus, je n'aime pas le style de Chibnall, qui serait à priori pressenti pour prendre la suite...Mais bon, je vais essayer de garder l'esprit ouvert, en espérant ne pas à avoir à attendre 5 à 10 ans avant de pouvoir me sentir aussi pleinement impliquée et enthousiaste que durant les saisons 1 à 5 !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 17:00    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

@Doctor Faby : Personnellement, je n'ai pas trouvé que la musique de fin ai gâché la scène. Au contraire, je dirais même que ça l'a mise en valeur et que le musique a rendu la scène encore plus dramatique. Après, chacun ses avis Smile
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
tounsy
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2012
Messages: 17
Localisation: Terre
Masculin

MessagePosté le: Dim 30 Sep 2012 - 17:29    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan Répondre en citant

Je rejoins Vercingétorix, la musique de fin est très bonne pour moi.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:12    Sujet du message: [7x05] The Angels Take Manhattan

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 7 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 413, 14, 15  >
Page 3 sur 15

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com