Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[Terminée] Un Docteur aux Caraïbes
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2008 - 18:09    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Un Docteur aux Caraïbes
 

Auteur : Cybelia

Rating : G (Tout public)

Disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas, etc...

Spoilers : DW 3x13 (mais avec modif de la fin) et TW 1x13

 
Citation:
Jack s’appuya à un pilier et croisa les bras avant de demander :
— Vous ne regrettez pas ?
Le Docteur leva vers lui un regard surpris :
— Regretter quoi ?
— Que Martha ait préféré rentrer chez elle ?
— Non. Elle a fait son choix.
Alors qu’il baissait à nouveau la tête pour vérifier les cadrans du navigateur, son ami souffla :
— Vous pensez toujours à Elle, n’est-ce pas ?
Le Seigneur du Temps ne répondit pas, mais son silence était une confirmation de ce que pensait Jack. Voyant que l’atmosphère s’alourdissait, il demanda, l’air jovial :
— Alors, où allons-nous ?
Le Docteur répondit en souriant :
— Que diriez-vous de rester sur Terre et d’aller faire un tour aux Caraïbes ?
Le sourire de Jack s’élargit :
— Aaaaaaaaah… ça, c’est une excellente idée ! Siroter un cocktail sur une plage de sable blanc…
—Alors, allons-y !
Le Docteur tourna des molettes, appuya sur des boutons et descendit des manettes. Le TARDIS trembla un peu violemment. Soudain, un grand choc fit tomber les deux hommes au sol. Le Seigneur du Temps se releva le premier, jeta un coup d’œil à son écran et souffla d’un air sérieux :
— Bizarre…
— Quoi ?
— Rien ! Allons-y !
Il sortit du vaisseau avant que Jack ait eu le temps de réagir. Soupirant devant le caractère si versatile de l’autre homme, le Capitaine Harkness le suivit. Alors qu’il émergeait du TARDIS, il se retrouva nez-à-nez avec la pointe d’une épée tenue par un authentique pirate à l’air peu avenant. Il se tourna vers le Docteur qui haussa les épaules et lança en souriant :
— Pourparler ?

*** 


Rose poussa la porte de l’immeuble et s’avança en appelant :
— Mickey, Jake, vous êtes là ?
La voix familière de son ami répondit :
— Tout au fond !
Elle suivit le couloir jusqu’à la dernière porte derrière laquelle elle trouva ses collègues de Torchwood.
— Je peux savoir ce qu’on fait là ? Et pourquoi tu m’as demandé d’emmener mon sac de voyage ?
— On a trouvé une faille vers l’autre monde.
A ces mots, le cœur de la jeune femme fit un bond dans sa poitrine.
— Tu veux dire… vers « notre » monde ?
— Celui du Docteur, sourit Mickey.
Rose était à la fois heureuse et perplexe. Depuis de longs mois qu’elle désespérait de revoir celui qu’elle aimait, la découverte de ce passage était un peu trop belle pour être vraie.
— Vous êtes sûrs que ça mène bien là-bas ?
— On a fait un essai… répondit Jake.
— Vous y êtes allés ?
Ce fut Mickey qui reprit la parole :
— J’ai juste fait un court aller-retour pour voir.
— Tu es fou ! Tu aurais pu tomber n’importe où ! Ou rester bloqué… Ou faire exploser l’Univers !
— Mais ça n’est pas arrivé… et ce que j’ai vu de l’autre côté, c’est « notre » monde !
Rose était encore incrédule.
— Où est la faille ?
Les deux hommes la conduisirent jusqu’à un mur. Quand elle s’en approcha, elle sentit des picotements caractéristiques des failles inter-mondes parcourir sa peau. Alors qu’elle regardait la faille sans bouger, Mickey lui souffla à l’oreille :
— Vas-y ! Va le rejoindre !
— Et s’il avait trouvé une autre compagne ? Et s’il ne revenait jamais sur Terre à notre époque ? Comment va t’il savoir que je suis revenue ?
— Il le saura, j’en suis sûr.
Elle pensa un court instant à sa mère et à Pete… le bébé allait naître dans quelques jours… et elle se sentait déjà de trop. Elle prit alors sa décision. Elle se tourna vers Mickey, les yeux embués de larmes.
— Merci…
Elle se jeta dans ses bras, puis dans ceux de Jake.
— Merci à tous les deux… Dites à ma mère que je l’aime et qu’elle ne m’en veuille pas trop d’être partie.
— Je lui dirai, promis Mickey.
— Prenez bien soin l’un de l’autre.
Jake enlaça son compagnon et sourit à leur amie :
— Ne t’en fais pas pour ça. Va rejoindre le Docteur.
Rose fit à nouveau face à la faille. Elle prit une grande inspiration et traversa en fermant machinalement les yeux. Lorsqu’elle les rouvrit, elle se trouvait dans une pièce lambrissée de bois. Il n’y avait là qu’un lit défait, une table recouverte de cartes maritimes et une chaise renversée. Le sol tanguait et elle comprit qu’elle se trouvait sur un bateau. Alors qu’elle s’approchait de la porte, celle-ci s’ouvrit sur un homme vêtu comme un pirate, une épée à la main. En la voyant, il s’exclama :
— Qui êtes-vous, jeune donzelle ? Et que faites-vous sur mon navire ?
Avant qu’elle ait eu le temps de répondre, un autre homme, barbu, également armé, fit irruption dans la pièce en rugissant :
— C’est MON navire !
— Je suis à vous dans un instant ! lança le premier homme en souriant à la jeune femme.
Rose recula jusqu’à se retrouver dans un coin de la cabine alors que les épées des deux pirates s’entrechoquaient violemment. Ne comprenant pas ce qui se passait, elle se laissa glisser sur le sol et se recroquevilla, espérant de tout cœur que le Docteur soit dans les parages et la retrouve rapidement.

*** 


Le pirate qui se tenait devant Jack et le Docteur, les menaçant de son épée, se tourna vers un jeune homme qui s’approchait. Harkness trouva immédiatement le nouveau venu à son goût : brun, des cheveux longs maintenus par un foulard sombre, la peau burinée par le soleil et une cicatrice impressionnante qui émergeait de sa chemise partiellement ouverte.
— Capitaine, nous avons des passagers clandestins !
— Je vois ça.
L’homme les contourna, puis se dirigea vers le TARDIS. Il posa la main sur le bois, en fit le tour et revint se planter devant les intrus.
— Monsieur Wyatt, baissez votre épée, ordonna t’il à l’autre pirate. Messieurs, auriez-vous l’obligeance de me dire qui vous êtes et comment vous êtes arrivés sur mon navire avec cette… caisse en bois…
— Je suis le Docteur ! se présenta le Seigneur du Temps. Et voici…
Jack l’interrompit. Il tendit la main en lançant avec un grand sourire :
— Capitaine Jack Harkness, je suis ravi de…
— Arrêtez ! lança le Seigneur du Temps d’un ton un peu sec.
Jack haussa les épaules.
— Je ne faisais que me présenter.
— Je sais… Je m’excuse d’être arrivé sur votre navire sans prévenir, reprit le Docteur à l’attention du pirate. Capitaine ?
— Turner. William Turner, Capitaine du Hollandais Volant.
L’œil de Jack s’éclaira soudain.
— Le Hollandais Volant ! J’avais toujours cru que c’était une légende !
— Comme beaucoup de gens, sourit Turner. Tout ceci ne me dit toujours pas comment vous êtes arrivés sur mon navire.
Le Docteur parut réfléchir quelques instants :
— Disons que j’ai certains « pouvoirs magiques » qui me permettent de voyager dans ceci, répondit-il en désignant le TARDIS.
Jack lui adressa un regard surpris et un peu affligé. Il n’était pas certain que ça soit une bonne idée de parler de magie à cette époque-là. A son grand étonnement, le sourire de William Turner ne disparut pas. Il se tourna vers son équipage et lança :
— Ces hommes sont mes invités. Que personne ne leur manque de respect ou il devra en répondre devant moi. Et que personne ne touche à leur boîte !
Jack était abasourdi mais n’allait pas se plaindre d’un tel accueil, au contraire ! Turner leur fit signe de le suivre. Il les conduisit dans sa cabine. Au milieu de la pièce, un coffret était posé sur un guéridon. Avant que Jack ait eu le temps de demander ce qu’il contenait, le Docteur lança :
— Merci pour votre hospitalité, Capitaine Turner.
— Ne me remerciez pas, Monsieur. J’ai été prévenu de votre visite il y a quelques années par l’une des mes amies.
Cette fois-ci, ce fut au tour du Docteur d’être surpris.
— Vraiment ?
— Oui. Elle m’a annoncé que deux visiteurs débarqueraient un jour sur mon vaisseau et que ma mission serait de les aider à retrouver une de leurs amies égarée dans ce monde.
Au mot « amie », le Docteur et Jack échangèrent un regard perplexe. Un seul nom leur vint à l’esprit mais aucun n’osa le prononcer.

*** 


Les deux pirates avaient quitté la cabine sans cesser de se battre. Rose se releva, quelque peu soulagée, ajusta son sac à dos et se dirigea lentement vers la porte restée ouverte. Lorsqu’elle sortit, elle eut le souffle coupé par ce qu’elle voyait : elle se trouvait sur un magnifique navire aux voiles noires dont le pont grouillait de pirates. Les deux qui étaient entrés dans la cabine s’affrontaient toujours. Autour d’eux, les autres n’intervenaient pas, se contentant de les encourager ou de prendre des paris sur l’issue du combat. Certains, blasés, continuaient même à vaquer à leurs occupations habituelles sans prendre garde à ce qui se passait près d’eux. Rose se cacha sous un escalier, ce qui lui permettait de tout voir sans être remarquée.
Au bout d’un moment, le premier pirate réussit à désarmer le second qui leva les bras en signe de reddition.
— Alors, Jack ? Tu vas me tuer ?
— Non, répondit l’autre. La première fois, ça n’a servi à rien, juste à gaspiller une bonne balle ! Monsieur Gibbs !
— Oui, Capitaine ?
— Faites voile vers l’île !
— L’île ?
Devant le regard noir que lui lança son Capitaine, le pirate compris.
— Ah oui ! L’île !
— En attendant, enfermez-moi ce voleur de navire à fond de cale !
Deux hommes se saisirent du prisonnier et lui firent quitter le pont. Voyant que les autres ne bougeaient pas, le Capitaine hurla :
— A vos postes, bande de chiens galeux !
Il fit volte-face et revenait vers sa cabine quand Rose le vit tourner la tête vers elle. Il tendit la main, souriant, dévoilant ses dents en or :
— Mademoiselle…
Elle hésita un instant, puis sortit de sa cachette.
— A présent que tout est rentré dans l’ordre, vous voudrez bien me dire qui vous êtes et comment vous êtes montée à bord de mon navire ?
— Je m’appelle Rose Tyler, et vous ?
L’homme ôta son tricorne et fit la révérence :
— Capitaine Jack Sparrow, pour vous servir, ravissante créature…
Rose ne put s’empêcher de sourire devant l’attitude du pirate qui lui rappelait par certains points celle d’un autre Capitaine Jack.
— Je n’ai rien contre votre présence à mon bord, la superstition qui dit qu’une femme sur un navire porte malheur est une idiotie… enfin, ça dépend de la femme… mais j’aimerais bien savoir comment vous êtes arrivée ici alors que nous n’avons pas touché terre depuis plus de deux semaines.
— Je serais ravie de vous le dire, mais je n’en sais rien… répondit Rose, sincère.
Elle se sentait incapable d’inventer une histoire, elle n’avait pas le talent du Docteur pour ça. Le pirate la considérait d’un air circonspect. Tout à coup, il fit un grand geste de la main et lança :
— Peu importe !
Il se tourna vers l’un des membres de son équipage :
— Vous là !
— Oui, Capitaine ?
— Allez préparer une cabine pour la demoiselle ! Et je veux que ça soit propre !
Le matelot eut l’air surpris.
— Hum… si vous voulez, Capitaine…
Sparrow se sourit à Rose :
— Voulez-vous que je vous fasse visiter mon navire ?
Elle lui rendit son sourire.
— Avec plaisir, Capitaine.

*** 


Deux jours plus tard

Jack Harkness était appuyé au bastingage, les yeux fixés sur l’océan, perdu dans ses pensées. Il sursauta presque lorsque la voix de Will Turner s’éleva soudain près de lui :
— Votre ami ne semble pas de très bonne humeur.
Jack se tourna vers le Docteur qui arpentait le pont de long en large, le front barré d’un pli soucieux.
— Ne vous en faites pas, ça lui arrive souvent. L’amie qu’on est censée retrouver ici… il ne l’avouera jamais, surtout pas à moi, mais il l’aime… Et il pensait qu’il n’aurait jamais l’occasion de la revoir.
— Je comprends… souffla Turner, l’air pensif.
Harkness détailla le visage de son interlocuteur, puis descendit sur son torse. Il était fasciné par sa cicatrice et, presque sans y penser, il leva la main pour la toucher. Will le laissa faire, sans bouger. Jack murmura :
— On dirait… c’est comme si on vous avait arraché le cœur…
Son regard remonta croiser celui de Turner et il se figea :
— C’est impossible… souffla t’il. Personne ne peut vivre sans cœur !
— Disons que je ne suis pas vraiment vivant, sourit le jeune homme. Mais j’ai l’éternité devant moi… du moins tant que personne ne transperce mon cœur… qui est dans le coffret dans ma cabine.
— L’éternité… c’est long… murmura Jack.
Ce fut au tour de Will d’être surpris :
— Vous en parlez comme si vous l’aviez déjà vécue…
Il se tourna à nouveau vers la mer, les yeux dans le vide.
— Vous seriez surpris si je vous disais d’où je viens vraiment… mais disons que, comme vous, j’ai l’éternité devant moi… et que j’en ai déjà vue une infime partie… Ce qui fait le plus mal, c’est de voir mourir les gens qu’on aime.
Turner répondit d’une voix où pointait la tristesse.
— Je le sais trop bien. J’avais une épouse et un fils… ils ont eu besoin de moi et je n’ai pas pu les aider… je les ai perdus…
— Je suis désolé, souffla Jack en lui faisant face à nouveau.
Son esprit se transporta à des centaines d’années de là, à des milliers de kilomètres. Il revoyait le visage de Ianto juste après sa résurrection et se rendit compte que le jeune Gallois lui manquait beaucoup plus qu’il n’aurait jamais voulu l’admettre. Il fut tiré de ses pensées par la voix de William.
— Nous allons toucher terre à Tortuga demain. Peut-être que votre amie s’y trouve.
— Peut-être…

*** 


Le Black Pearl jeta l’ancre à quelques encablures d’une petite île couverte d’arbres tropicaux. Rose regardait l’endroit à travers la longue vue du Capitaine Sparrow. Celui-ci était sur le pont, à côté de l’homme qu’il comptait abandonner sur ce petit bout de terre. La chaloupe avait déjà été descendue le long du flanc du navire et n’attendait plus que ses passagers.
— Gibbs et Johnson !
— Oui, Capitaine ! répondirent les deux marins simultanément.
— Vous allez emmener ce traître de Barbosa sur l’île et ensuite, nous irons faire un tour à Tortuga !
L’autre pirate se tourna vers Sparrow et demanda :
— Tu ne vas pas me laisser un pistolet et une balle ?
— Cap’tain, vous devez respecter le code ! lança l’un des matelots.
Un frisson traversa Jack qui soupira :
— D’accord !
Il prit l’arme du pirate le plus près de lui, vérifia ce qu’il contenait et le tendit à Gibbs.
— Vous ne le lui donnerez que lorsque vous l’aurez déposé sur l’île. Compris ?
— Compris, Capitaine !
Les trois hommes descendirent dans la chaloupe. Rose n’avait pas perdu une miette de la scène, fascinée. Elle se demandait encore comment elle allait faire pour retrouver son époque… et le Docteur… Inconsciemment, ses doigts allèrent caresser la clé qui pendait à son cou.

*** 


A plusieurs lieues de là, un signal retentit dans le TARDIS. Jack, qui discutait avec Will Turner, vit soudain le Docteur se ruer à l’intérieur du vaisseau. Etonné, il le suivit et le trouva en pleine contemplation de l’écran de son ordinateur.
— Qu’est-ce qui se passe ?
— Le TARDIS a détecté la présence d’un voyageur du temps… pas très loin d’ici… ooooooh….
— Quoi ?
— Le signal se dirige vers le même endroit que nous, vers Tortuga.
— Vous pensez que c’est Rose ?
Le Docteur jeta un regard perplexe à son ami :
— C’est impossible… il n’y a plus aucun passage entre nos mondes…
— Vous savez, je viens d’apprendre qu’un homme pouvait vivre sans cœur alors plus rien ne m’étonne !
— Bon, de toutes façons, qui que ce soit, nous le saurons dès que nous aurons abordé l’île.

Le Hollandais Volant jeta l’ancre au large de Tortuga le lendemain matin. Les marins étaient en train de s’amasser dans les chaloupes. Le Docteur venait de monter dans l’une d’elle avec Bill Turner, lorsqu’il se tourna vers son compagnon de voyage qui était resté sur le pont.
— Jack, vous venez ?
Harkness tourna la tête vers Will qui était debout près de la barre et répondit à son ami :
— Je vais rester un peu ici. Je vous rejoindrai plus tard.
— Comme vous voulez !
Il attendit que les chaloupes soient parties pour monter rejoindre le Capitaine Turner.
— Vous n’allez pas à terre ? demanda t’il en s’asseyant sur une caisse qui se trouvait là.
— Je ne peux pas… pas avant deux jours…
— Pourquoi ? s’étonna Jack.
— Il y a une sorte de… malédiction sur ma fonction. Le Capitaine du Hollandais Volant ne peut aller à terre que tous les dix ans… et seulement pour une journée, de l’aube à la tombée de la nuit.
— Oh… Et que se passe t’il s’il enfreint cette règle ?
— Je suppose qu’il meurt… répondit Will en souriant légèrement. Je n’ai jamais pris le risque d’essayer.
— Je comprends mieux… c’est pour cette raison que vous n’avez pas pu être là pour aider votre fils et votre femme ?
Le regard de son interlocuteur s’assombrit :
— Oui. Il y a eu une épidémie de peste… ils ont été emportés tous les deux en quelques jours… et je n’ai même pas pu leur dire au revoir…
— Ca fait longtemps ?
— Huit ans… mon fils avait douze ans…
— Je suis désolé.
— Vous êtes marié ? demanda subitement Turner, surprenant Jack qui ne s’attendait pas à une telle question.
— Non. Les occasions n’ont pas manqué pourtant… ajouta t’il avec un petit sourire en coin.
— Mais il y a quelqu’un, n’est-ce pas ?
Harkness était épaté par la perspicacité du pirate.
— Oui…
— Vous l’aimez ?
— Je crois…
— Alors j’ai un conseil à vous donner : lorsque vous rentrerez chez vous, avouez-lui votre amour et s’il est réciproque, épousez-la sur le champ !
Jack eut un petit rire.
— Ca va être difficile…
— Pourquoi ? s’étonna Will.
— Hum… je ne voudrais pas vous choquer…
— C’est une femme mariée, c’est ça ?
— Non… ce n’est pas une femme… souffla Jack, attendant avec un peu d’anxiété la réaction de son nouvel ami.
Celui-ci mit quelques secondes à réaliser.
— Oh… C’est le Docteur ?
Jack éclata de rire :
— Non ! Ce n’est pas lui… pourtant, je n’aurais pas dit non s’il me l’avait demandé… non, il s’agit d’un autre homme, quelqu’un que j’ai laissé derrière moi pour partir à l’aventure. Cela vous choque ?
— Non, sourit Will. Même si personne n’en parle, c’est beaucoup plus courant qu’on ne pourrait le croire… surtout sur des navires qui ne sont peuplés que d’hommes. Et votre… ami… il vous aime ?
— Je n’en sais rien, admit Jack. Nous sommes très différents… mais je sais qu’il tient à moi… enfin, je pense…
— Alors, vous devriez tout de même suivre mon conseil et lui parler de vos sentiments…
— Je verrai ça lorsque je rentrerai.
Turner changea de conversation :
— Vous devriez aller à terre rejoindre le Docteur.
— Je pense qu’il sera mieux sans moi…
Surtout s’il retrouve Rose…, ajouta t’il mentalement.



 
Citation:
  Alors que le Black Pearl jetait l’ancre près de Tortuga, le Capitaine Sparrow alla rejoindre Rose qui scrutait l’île.
— Mademoiselle Tyler, je pense que si vous voulez descendre à terre avec moi, il faudrait que vous changiez de tenue.
La jeune femme baissa les yeux, considéra un instant son jean et son sweat, puis répondit :
— Vous avez quoi à me proposer ?
— Pas de jolie robe, malheureusement. Mais l’un de mes matelots est à peu près de votre carrure. Tenez ! ajouta t’il en lui tendant un paquet.
Rose prit les vêtements et alla se changer dans sa cabine. Lorsqu’elle revint, on aurait dit un vrai pirate : elle portait un pantalon de toile, une chemise blanche sous un cardigan marron et un chapeau dans lequel elle avait remonté sa chevelure blonde. Seul détail anachronique : elle avait gardé ses baskets, étant plus à l’aise dedans pour marcher que dans les sandales que Sparrow lui avait données avec les vêtements.
— Très joli ! lança le pirate en la voyant.
— Merci, sourit Rose.
Il la conduisait vers les chaloupes lorsque l’un des marins appela :
— Capitaine ! Capitaine !
— Quoi ? aboya Jack.
— Là ! Le Hollandais Volant !
A ces mots, le visage du pirate s’éclaira :
— William Turner… murmura t’il.
— Qui est-ce ? demanda la jeune femme à côté de lui.
Il la regarda comme s’il paraissait s’apercevoir tout juste de sa présence et répondit :
— Personne ! Venez !
Elle n’insista pas. Ils descendirent dans une chaloupe qui les amena à terre.

Tortuga était pire que tout ce que Rose avait pu voir pendant ses voyages avec le Docteur. Une odeur pestilentielle lui fit froncer le nez et elle tenta de ne pas laisser son regard s’attarder sur les différentes bagarres qui avaient lieu à tous les coins de rues. Inconsciemment, elle se rapprocha de Jack Sparrow qui marchait rapidement vers la taverne. Une fois à l’intérieur, le Capitaine la conduisit à une table et commanda une bouteille de rhum… pour lui et un verre pour sa nouvelle amie.
— C’est toujours comme ça ici ? demanda t’elle en désignant deux hommes qui se battaient à l’autre bout de la pièce.
— Oh non, là, c’est calme ! sourit le pirate.
La bagarre commençait à dégénérer. Avant que la jeune femme ait eu le temps de réaliser, toute la salle échangeait des coups. Sparrow sortit son épée, se jetant dans la mêlée. Rose ne savait que faire. Alors qu’elle tentait de sortir de la taverne, un homme lui attrapa le bras :
— Eh toi !
Il puait l’alcool et avait les yeux injectés de sang.
— Mais t’es une fille ! souffla t’il en approchant son visage de celui de la jeune femme.
— Lâchez-moi !
La prise de l’homme se resserra. Alors que Rose commençait à paniquer, une voix familière fit bondir son cœur dans sa poitrine.
— Excusez-moi.
L’homme se retourna… pour se retrouver face à face avec le Docteur.
— Cette demoiselle est avec moi.
— Désolé, mon vieux, mais je l’ai vue le premier !
— Premièrement, je ne suis pas votre « vieux ». Et deuxièmement…
Il attrapa l’épée d’un pirate qui passait près de lui :
— Je l’ai vue bien avant vous, je peux vous l’assurer.
L’homme hésita un court instant, mais étant désarmé, il ne voulut pas prendre de risque et lâcha le bras de Rose.
— Ok, j’te la laisse !
La jeune femme ne bougea pas jusqu’à ce que l’homme se soit éloigné. Elle fixait le Docteur, le cœur battant à tout rompre.
— Bonjour ! lança celui-ci en souriant.
— Docteur…
Les larmes se mirent à couler sur ses joues. Son ami parcourut soudain l’espace qui les séparaient, l’attrapa par la taille et l’embrassa tendrement. A cet instant, c’était comme si tout ce qui les entourait avait disparu. Plus rien n’existait à part leur baiser.

Lorsqu’ils se séparèrent, la jeune femme murmura :
— Je suis si heureuse de vous revoir…
Avant que le Docteur ait eu le temps de répondre, Sparrow bondit près d’eux et lança à Rose :
— Je crois qu’il est temps de nous replier sur le Pearl !
Avisant l’autre homme, il demanda, l’air surpris :
— Vous êtes qui, vous ?
— Un ami, répondit le Seigneur du Temps.
Un bouteille explosa sur le sol aux pieds du pirate :
— On verra ça plus tard ! Partons d’ici !
Ils quittèrent la taverne et se dirigèrent vers les chaloupes du Black Pearl. Alors qu’ils arrivaient sur le quai, ils furent interceptés par un groupe de marins du Hollandais Volant.
— Jack Sparrow ?
— Bill Turner, Bill le Bottier… comment va ?
— Que fais-tu ici ?
— Présentement, je m’apprête à retourner sur mon navire avec cette demoiselle et son ami.
Le Docteur intervint :
— Nous ne venons pas avec vous.
Devant l’air ébahi du pirate, il expliqua :
— Nous sommes attendus sur le Hollandais Volant.
Cette fois-ci, ce fut au tour de Rose d’être étonnée :
— Attendus ? Par qui ?
— Un vieil ami… répondit énigmatiquement le Docteur.
Elle n’en demanda pas plus, consciente que son compagnon ne répondrait pas à ses questions.
— Je vous accompagne ! lança soudain Sparrow.
Personne n’émit d’objection. Ils montèrent tous dans une chaloupe et se dirigèrent vers le vaisseau du Capitaine Turner.

*** 


Jack était appuyé sur le bastingage et suivait des yeux les chaloupes qui approchaient lentement. Il sourit en voyant la silhouette familière de Rose, blottie dans les bras du Docteur. Ses amis lui tournaient le dos, la jeune femme ne pouvait donc pas voir qu’il était là. Il avisa également un inconnu qui se trouvait sur l’autre embarcation et scrutait le pont du Hollandais Volant. Il sursauta lorsque la voix de William Turner s’éleva près de lui :
— C’était donc vrai…
Surpris, Jack se tourna vers le pirate :
— Quoi donc ?
— Rien, je réfléchissais à voix haute, sourit le Capitaine.
L’ancien Agent du Temps dévisagea un instant son nouvel ami et reconnut dans son regard une lueur familière. Il ne dit rien, préférant garder ses observations pour lui. Il reporta son attention vers les chaloupes qui n’allaient pas tarder à aborder. Il se dirigea tranquillement vers l’échelle de corde au-dessus de laquelle apparut bientôt le visage de Rose. En le voyant, elle écarquilla les yeux de surprise.
— Jack ?
Il lui tendit la main, l’aidant à monter à bord. A peine avait-elle posé les pieds sur le pont qu’elle se jetait dans ses bras en riant. Il la serra contre lui, croisant le regard amusé du Docteur.
— Je vous croyais mort ! lança Rose en s’éloignant de son ami.
— Pareil pour vous ! répondit-il.
— C’est une longue histoire…
— La mienne aussi, sourit Jack.
Pendant qu’ils parlaient, les autres occupants des chaloupes les rejoignirent. Parmi eux, un pirate dont l’attitude attira l’attention de Harkness.
— Hum… C’est plus joli que dans mon souvenir… marmonna l’inconnu en détaillant le pont du Hollandais Volant.
Il s’approcha du groupe des voyageurs du temps et lança à Jack :
— Je ne vous connais pas non plus, vous !
Les deux hommes dirent simultanément :
— Je suis le Capitaine Jack…
— … Harkness.
— … Sparrow.
Le Docteur et Rose éclatèrent de rire. Le pirate leur jeta un regard agacé, puis se tourna à nouveau vers son interlocuteur.
— Vous êtes Capitaine, vous ? Et où est votre navire ?
— C’est une longue histoire… répondit Jack en souriant. J’ai été contraint de l’abandonner très loin d’ici.
— Hum…
Sparrow allait ajouter quelque chose lorsque son regard dévia sur un point à gauche de l’autre homme. Celui-ci se retourna, curieux et vit Turner s’approcher, une lueur indéfinissable éclairant ses yeux sombres.
— William Turner ! lança Sparrow d’une voix enjouée. T’as pas changé d’un pouce depuis… ça fait combien de temps ?
— Vingt ans… Toi non plus, tu n’as pas changé, Jack. Ce qui est beaucoup plus étonnant…
— Disons que j’ai trouvé un trésor qui m’a permis de garder le visage et le corps dont toutes les donzelles raffolent !
— La Fontaine de Jouvence ? demanda Bill le Bottier qui venait de les rejoindre.
Sparrow se tourna vers lui :
— Shhhh… Si ça se sait, tout le monde va vouloir s’en emparer !
— Ainsi, la rumeur était vraie, sourit William, le regard toujours fixé sur l’autre pirate.
Le silence pesant qui commençait à s’installer fut rompu par le Docteur.
— C’est pas que je m’ennuie avec vous, mais je pense que nous allons prendre congé !
Turner se tourna vers lui :
— Je vois que vous avez retrouvé votre amie, fit-il en désignant Rose qui s’était à nouveau blottie contre le Seigneur du Temps.
— Oui. Et nous avons assez abusé de votre hospitalité. Il est temps pour nous de reprendre notre voyage.
Le Docteur se tourna vers Jack qui acquiesça :
— Vous avez raison. J’aimerais juste dire un mot au Capitaine Turner en privé avant de partir.
— On vous attend dans le TARDIS.
Ils saluèrent les pirates avant d’entrer dans la cabine bleue. Jack s’approcha de William et l’attira à l’écart.
— Je sais que ça ne me regarde pas, mais je vous conseille de ne pas attendre pour avouer vos sentiments à Sparrow.
Turner lui adressa un regard effaré.
— Qu’est-ce que…
— Réfléchissez-y ! sourit Harkness avant de partir en direction du vaisseau temporel.
Il jeta un dernier regard autour de lui, sourit à Will, puis entra dans le TARDIS à son tour. Le Docteur était déjà en train de régler leur prochaine destination. Jack contempla un instant les visages radieux de son ami et de Rose avant de demander :
— Docteur, vous pouvez me ramener chez moi ?
Le Seigneur du Temps le dévisagea, surpris.
— Vous voulez déjà partir ? Je croyais que ça vous plaisait de voyager avec moi ?
— J’adore ça… mais vous n’êtes plus seul, maintenant… et moi… il y a une personne qui m’attend à Cardiff…
— Oh… Comme vous voulez !

*** 


Sur le pont du Hollandais Volant, les pirates regardèrent, stupéfaits, le TARDIS disparaître lentement. Au bout d’un moment, Will murmura :
— Merci…
Il fit volte-face et s’approcha de Sparrow qui fixait le point où était la cabine bleue quelques secondes plus tôt, la bouche ouverte d’étonnement.
— Qu’est-ce que c’est que cette sorcellerie ?
— Ne t’occupe pas de ça, Jack. Il faut qu’on parle. Suis-moi !
Il conduisit son ami dans sa cabine et referma la porte derrière lui.
— Joli ce que tu as fait de cet endroit ! Au moins, y’a plus tous ces trucs tentaculaires qu’affectionnait tant ce « cher » Davy Jones !
— Jack…
— J’ai appris pour ta chère Elizabeth et pour ton fils. Tu m’en vois désolé…
— Jack…
— Tu sais que je viens juste d’arriver à reprendre le Pearl à cette fripouille de Barbosa ! Ca m’a pris vingt ans, mais je l’ai enfin eu !
— JACK !
Le pirate se tut soudain, surpris par le ton énervé de son ami.
— Quoi ? demanda t’il, l’air innocent.
William s’approcha rapidement de lui, le plaqua contre le mur et souffla, son visage à quelques centimètres du sien :
— Tu parles trop…
Sans penser aux conséquences de ses actes, Will captura les lèvres de son ami. Il sentit Jack se crisper contre lui et s’attendit à être violemment repoussé, mais, au contraire, les bras de l’autre pirate l’enlacèrent. Leurs bouches s’entrouvrirent et leurs langues se rencontrèrent pour la première fois, leur arrachant à tous deux des soupirs de bonheur.
Lorsqu’ils se séparèrent, Will, un peu inquiet, plongea son regard dans les orbes noires fixées sur lui. Jack sourit largement :
— Eh bien, petit, je comprends mieux pourquoi tu as du succès auprès des demoiselles.
— Ne m’appelle pas « petit »… murmura Turner, à la fois troublé et amusé par l’attitude de son ami.
— Oh… alors, il va falloir que tu me prouves que tu es un homme…
Une bouffée de désir traversa le corps de Will qui se colla à nouveau contre Jack en soufflant :
— A tes ordres, Capitaine…

*** 


Le TARDIS se matérialisa sur la place du Millenium à Cardiff. Jack en sortit, souriant devant le temps maussade qui régnait sur la cité galloise.
— C’est clair, on n’est plus aux Caraïbes ! lança t’il à ses amis en riant.
— Vous êtes sûr que vous n’allez pas regretter ? demanda le Docteur.
— Je regrette déjà… mais, comme je vous l’ai dit, quelqu’un m’attend ici. Et puis, maintenant que vous vous êtes retrouvés tous les deux, j’ai pas envie de rester pour tenir la chandelle !
Rose rit. Elle serra son ami dans ses bras, lui déposa un léger baiser sur les lèvres et recula pour laisser sa place au Docteur. Celui-ci tendit la main à Jack.
— Je suis heureux de vous avoir revu, sourit le Seigneur du Temps, même si vous êtes une « anomalie temporelle ».
— Moi aussi, Docteur.
Harkness serra la main tendue, puis attira son ami contre lui dans une étreinte virile qui se termina par un court baiser sur la bouche.
— Prenez bien soin l’un de l’autre.
— Promis ! répondirent ses amis en chœur.
Jack leur adressa un grand sourire, puis partit rapidement vers le Hub. Lorsqu’il entra dans le bureau d’accueil du Millenium Center, il sentit son cœur manquer un battement. Ianto était là, en train de trier des prospectus, lui tournant le dos. Le jeune homme se retourna en entendant la porte se refermer. Il se figea, le regard glacial.
— Jack.
— Bonjour, Ianto.
— Je ne pensais pas qu’on te reverrait un jour. Enfin si, je pensais que tu nous aurais rejoints après avoir démasqué le Maître, mais apparemment, tu avais mieux à faire que de revenir parmi nous…
Jack jeta un œil au calendrier sur le mur, réalisa qu’il avait disparu plus de trois mois et murmura dans un soupir :
— Merci, Docteur…
Il se tourna à nouveau vers son ami :
— Ianto, je suis désolé…
— Tu n’as pas à t’excuser auprès de moi ! répondit le jeune homme d’un ton sec. Si ça t’intéresse, les autres sont en bas.
Jack fit le tour du comptoir, bien décidé à se faire pardonner.
— Ianto…
— Laisse tomber, Harkness !
— Non, je ne laisserai pas tomber ! Je tiens à toi, Ianto… et c’est pour toi que je suis revenu.
— Bien sûr… souffla l’intéressé d’un air désabusé.
— Tu ne me crois pas ?
— Je ne sais même pas qui tu es vraiment ! Comment veux-tu que…
Jack ne lui laissa pas le temps d’en dire plus. Il l’embrassa avec passion, le serrant dans ses bras à l’étouffer. Ianto tenta de se débattre, mais abandonna rapidement, vaincu.
— Tu me crois maintenant ? demanda le leader de Torchwood 3 d’une voix rauque.
— Oui… répondit son compagnon dans un souffle.

*** 


Dans le TARDIS, le Docteur s’activait sur ses manettes. Rose était assise sur un banc et le contemplait. Elle avait encore du mal à croire qu’elle l’avait retrouvé, après tout ce temps. Au bout d’un moment, il s’arrêta, leva la tête et lui adressa un immense sourire.
— Tu veux qu’on aille sur Barcelone ? Depuis le temps que je le l’ai promis…
— Oui ! répondit la jeune femme, enthousiaste. Je veux enfin voir ces chiens sans truffes !
— Alors… allons-y !
Il appuya sur un bouton et le cœur du TARDIS rugit. En riant, le Docteur vint s’asseoir près de son amie qui se blottit contre lui.
— Je vais rester avec toi pour toujours… souffla t’elle.
— J’y compte bien ! répondit le Seigneur du Temps. J’y compte bien…

Fin. 


_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2008 - 18:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bibou
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2007
Messages: 371
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2008 - 19:59    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Gnahaaaaaaaaa !!!!

Enfin ils se retrouvent ces deux là !! Ah mais j'adore trop. Vraiment, bravo Okay
Puis tout... Le reste, le 'décor', les personnages. Vraiment génial Smile
Revenir en haut
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 17 Jan 2008 - 21:28    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Merci Bibou ! ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2008 - 07:52    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Raaaaaaaaaaaaa Alors là Cybélia

Bon je n'en suis qu'au premier chapitre, mais la surprise fut totale : je ne m'attendais pas du tout ni aux pirates ni , et encore moins à me retrouver dans cette fusion grandiose de la suite et de Doctor Who et de Pirates des Caraïbes !

et les 2 Capitaines Jack cabotins et flamboyants et bien, ce n'est pas trop, c'est top Mr. Green

Le "pourparlers" m'a fait explosé de rire Laughing je vois trop Tennant le dire en plus !!!

et le dialogue entre Jack et Will, où en plus tu déroules le fil de la suite de Captain des Caraibes est superbe ! (euh, il parle de Ianto là le Cpt Jack ?)


chapitre 2 et fin => j'adore !

des retrouvailles du Docteur et de Rose, toutes simples mais ô combien intenses et "parfaites" au revirement de situation entre Jack et Will : trop bien

Bon, j'ai un peu plus de mal avec le couple Jack/Ianto . bon Ianto, à part juste mignon (et encore, pas mon goût lol) je vois pas ce que Jack lui trouve d'autre pour en tomber aussi amoureux... Anyway Wink

Je me suis régalée : c'est rythmé, rigolo, surprenant, bien écrit et j'adore la fin !

Cybélia

_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2008 - 16:37    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Wouah ! Merci Sunjin pour cette review ! ^^

Ca fait plaisir de voir que des gens apprécient cette fic. J'ai eu un peu de mal à l'écrire au début, mais finalement, je m'en suis pas trop mal sortie, je pense...

Concernant Jack et Ianto, je suis une aficionado de ce couple donc il est présent dans toutes mes fics TW... ^^ Le personnage de Ianto est pas assez développé dans la saison 1 mais je l'adore... sûrement parce que je suis une slasheuse invétérée...

Merci encore pour ta review !

Cybelia.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sunny
Bad Wolf

Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2007
Messages: 273
Localisation: Gallifrey
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2008 - 22:01    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

C'était parfait!!! Il y en a vraiment pour tous les goûts, des fans de Jack & Ianto à Pirates des Caraïbes en passant bien sûr par Docteur/Rose! Et quand on est un peu des trois, tu peux pas t'imaginer le plaisir qu'on peut ressentir en lisant ta fic!
J'ai souri en lisant ta version de Rose habillée en pirate, parceque j'avais vu un dessin de Jess Idres la représentant ainsi justement!

http://jesidres.deviantart.com/art/The-Dread-Pirate-Rose-65292388
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2008 - 22:43    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Merci pour le dessin !

YOur Welcome CYbélia

L'humour des deux univers est bien présent et trop bien mélangé : vraiment le pourparlers dans la bouche du Docteur, c'est GRANDIOSE, je m'en remet pas (si Tennant (ou les scénaristes) pouvait y penser tout seul et la sortir, omg, je n'ose imaginer!!)

+1 pour Ianto qui n'est pas assez développé -comme personnage (pas autre chose hein *__*) Wink

et Pour Jack, ben on était quand même assez dans le couple-trio : Doc/Rose/Jack... d'ailleurs avant qu'ils se mettent à voyager tous les trois, Jack raconte une histoire de...trio Laughing Qu'il est coquin !

Anyway, encore un grand bravo et au plaisir de te lire encore Mr. Green !!
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 18 Jan 2008 - 23:02    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Puisque mes fics (enfin surtout celle-ci) vous plaisent, je vais publier les autres que j'ai écrites.

Merci pour le dessin Sunny.

Et merci pour vos reviews ! ^^

Cybelia.
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2008 - 11:18    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

je n'ai pas pu réister Mr. Green Laughing

c'est 100% inspiré de ta fic Wink

dernier ajout de la catégorie smiley donc , mais il ne passe qu'en rétrécit sur le chat Sad

encore Cybélia !!
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin


Dernière édition par Sunjin le Sam 19 Jan 2008 - 13:47; édité 2 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Sam 19 Jan 2008 - 11:52    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

J'adore ton smiley ! ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Lizou
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 8
蛇 Serpent

MessagePosté le: Mar 11 Mar 2008 - 20:54    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Je viens de lire ta fic et elle est géniale !! J'adore vraiment comment tu as mêlé les 2 univers.
Revenir en haut
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mar 11 Mar 2008 - 21:05    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Merci beaucoup ! ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
sacos
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mai 2008
Messages: 52
Localisation: Tardis
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 29 Mai 2008 - 15:33    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

C'est trop mignon j'adore cette histoire ^^
_________________
Vous Pouvez Etre Libre Et La Liberté C'est Le Pouvoir!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
SamxWho
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 18
Localisation: Dans le TARDIS, entre Jack & le Docteur (Miam!) xD
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Mai 2008 - 19:14    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Hihii Cette histoire est Excellente!
J'ai kifassé (J'aime inventer des verbes) l'histoire entre Turner & Sparrow
Et puis l'éternel Jack/Ianto qui me fera toujours autant vibrer ^^

En tout cas je viens d'arriver c'est la première fic que je lis & vraiment Je suis pas déçu :]
Bonne continuuuation Wink
_________________

Peter/Sylar... Not so different anymore.
Revenir en haut
Cybelia
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Nov 2007
Messages: 316
Localisation: Périgueux, Dordogne
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 30 Mai 2008 - 22:04    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes Répondre en citant

Merci beaucoup ! ^^
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:37    Sujet du message: [Terminée] Un Docteur aux Caraïbes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com