Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Un personnage contre ses auteurs [Terminée]
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 9 Nov 2012 - 17:45    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Titre : Un personnage contre ses auteurs

Rating : G

Résumé : Et si le Maître se révoltait contre ceux qui écrivent ses aventures dans la série ?

Spoilers : Ancienne série : The Sea Devils, The Time Monster, Frontier in Space, Castrovalva, Planet of Fire, Mark of the Rani, Survival, Doctor Who (film 1996). Nouvelle série : Utopia, The Sound of Drums, Last of the Time Lord et End of Time.

Disclaimer : Le personnage du Maître ne m'appartient pas, mais il appartient à la BBC (et à ses auteurs Wink ), les auteurs appartiennent à eux-même.

Bêta : Mes bêtas habituels Matt et booster.


Citation:
Un personnage contre ses auteurs



Pièce en deux actes et cinq scènes



Par
Ahaimebété



Personnages
par ordre d’entrée en scène :

Le Maître
Les Auteurs*
Un homme en costume gris
Une vendeuse de vêtements
La Voix






*Robert Holmes (†), Don Houghton (†), Bob Baker, Dave Martin, Malcolm Hulke (†), Robert Sloman (†), Barry Letts (†), Johnny Byrne (†),Christopher H. Bidmead, Peter Grimwade (†),Terence Dudley (†), Terrance Dicks, Pip et Jane Baker, Rona Munro, Russel T. Davies

Citation:
Acte Un



Le Maître (il change d’allure tout au long de la scène, prenant l’apparence des divers acteurs qui l’ont incarné)

Les Auteurs


Un lieu brumeux et vague, comme un plateau de tournage vide et envahi de brouillard : c’est là où habitent les personnages quand ils ne sont pas requis par un auteur qui écrit leurs aventures. Tandis que le premier personnage commence à parler, les Auteurs arrivent les uns après les autres et se regroupent autour de lui en un large cercle.


LE MAÎTRE, fulminant et marchant de long en large.

Ça suffit ! J’en ai marre ! Vous m’entendez, vous tous ? Ça suffit de me faire souffrir ! (Il lève les poings vers le ciel, ses yeux furieux lançant des éclairs, tandis que ses dents se serrent et grincent. Puis il s’assoit sur le sol gris et soupire, une main soutenant sa tête)
(Dans un souffle) Je ne demande pas grand-chose. Juste de réussir. Une seule fois.


LES AUTEURS, en chœur.

C’est une série familiale, le méchant ne doit jamais réussir.


LE MAÎTRE, ricanant, un sourire à la fois amer et ironique sur les lèvres.

Il ne faut pas traumatiser ces chères petites têtes blondes, n’est-ce pas ?


LES AUTEURS

C’est un divertissement, pas la réalité. Il n’y a que dans la réalité que les bons souffrent et meurent, et que les mauvais réussissent et sont heureux.


LE MAÎTRE, marmonnant dans sa barbe.

J’ferais bien un petit tour dans la réalité, moi, tiens ! (Il se lève et met les poings sur ses hanches)
(D’un ton accusateur) Vous vous rendez compte de tout ce que j’ai subi à cause de vous ? N’importe qui serait devenu fou avec ce régime de catastrophes diverses. D’ailleurs, je SUIS fou, maintenant, mais à qui la faute ? À vous, vous tous, les auteurs ! (Il recommence à marcher de long en large, en faisant de grands gestes) Dès que je suis arrivé dans la série, en 1971, j’en étais à mon dernier corps, j’avais utilisé toutes mes régénérations. Avant même qu’on me voie à l’écran, vous m’aviez tué douze fois !


LES AUTEURS

C’était plus intéressant pour le personnage. Pour expliquer ta peur de mourir.


LE MAÎTRE

Ouais, ouais, c’est ça ! Toujours l’intérêt du spectateur en premier … Bref, je passe sous silence les nombreux épisodes où mon plan rate dans cette période. Heureusement, vous avez toujours eu la décence de me laisser m’échapper à la fin.


LES AUTEURS

Ça aussi, c’était plus intéressant …


LE MAÎTRE, les interrompant.

Pour que je revienne sur Terre et que le Docteur me fasse échec encore une fois ? Quelle stupidité de procéder à mes plans diaboliques juste sous son nez ! Ne suis-je pas censé être quelqu’un d’intelligent ? N’ai-je pas une machine qui peut aller partout dans le temps et l’espace ?
Je suis même allé en prison sur Terre ! Certes, c’était une prison dorée. Et ce fut tellement facile de manipuler le directeur pour m’évader et contacter ces Démons des Mers … Fallait-il vraiment qu’ils se révèlent si indisciplinés ? Ils auraient dû m’obéir ! Je suis le Maître et ils auraient dû m’obéir !


LES AUTEURS

Tu sais bien que ce n’est jamais le cas. Toutes ces forces que tu déclenches, tous ces collaborateurs que tu penses maîtriser, il faut bien qu’ils se retournent contre toi. Ça fait partie du jeu. Et ton "vous avez fait quoi ?" dans The Sea Devils est à mourir de rire.


LE MAÎTRE

Cela ne m’amusait pas, moi ! L’autre imbécile qui avait inversé la polarité du flux de neutron. Ça allait tout faire exploser, avec nous en plein milieu.
(Arrêtant de marcher et hochant la tête) Quelle humiliation vous m’avez fait subir ensuite avec Kronos : devoir supplier le Docteur de me sauver ! À genoux ! Mais ça a marché. Le pauvre crétin sentimental, comme si j’allais tranquillement repartir avec eux me faire enfermer à nouveau.
(Éclatant de rire) Oh, sa tête ! Sa tête et celle de Jo quand ils ont vu que je leur avais faussé compagnie !
(Renfrogné à nouveau) Mais quelle façon ridicule de me faire disparaître dans Frontier in Space. Franchement, je méritais mieux que : « pfff, il n’est plus là » juste comme ça !


LES AUTEURS

Est-ce notre faute si l’acteur qui t’incarnait a eu un accident ? Tu devais avoir une fin plus digne de toi et des révélations …


LE MAÎTRE, les interrompant.

Ah, parlons-en justement de ces fameuses révélations. Je n’ai jamais rien entendu de plus grotesque ! Moi, le frère du Docteur ? Quelle idée absurde ! Heureusement, cela ne s’est pas fait.


LES AUTEURS

Tu es sans cœur. Tu ne songes pas à la raison pour laquelle on n’a pas tourné cet épisode. Ce pauvre Roger Delg …


LE MAÎTRE, criant, le poing frappant sa poitrine.

Sans cœur ? Qui m’a créé sans cœur ? C’est vous, non ?


LES AUTEURS

Nous plaidons coupables. Il fallait bien un pendant maléfique au Docteur. Un être aussi mauvais qu’il est bon.


Le Maître ricane. Il rit même franchement, les mains toujours sur les hanches, la tête renversée en arrière.

LE MAÎTRE

Bon ? Le Docteur est bon ? Vous êtes sûr ? Il est mauvais, aussi mauvais que moi. Plus hypocrite seulement.


LES AUTEURS

Tu exagères. Nous admettons qu’il n’est pas toujours aussi tendre qu’on pourrait l’espérer, mais cela donne de la consistance au personnage. Sinon, il serait inintéressant.


LE MAÎTRE, l’air dégoûté.

Ne parlons plus du Docteur, s’il vous plait !
Parlons plutôt de ce corps en décrépitude que vous m’avez donné à ma réapparition, trois ans plus tard. Les échecs répétés ne vous suffisaient pas. Il a fallu que vous me fassiez souffrir physiquement. Savez-vous ce que c’est, de vivre dans un corps en décomposition ?


LES AUTEURS

Non, pas vraiment.


LE MAÎTRE, ironique.

Je vous le conseille pour vos prochaines vacances. Un bon dépaysement. Venez passer quelques mois à Zombieville. Même pas, car les zombies ne souffrent pas, ils sont morts. Moi non, je ne l’étais pas. Pas complètement. J’étais encore assez vivant pour sentir la douleur, pour souffrir comme un damné. Était-ce nécessaire aussi de m’affubler de cette serpillère ? Cela vous aurait fait mal de me vêtir au moins décemment ?
L’être mauvais, ce n’est pas moi, c’est vous ! Vous tous qui vous acharnez sur moi depuis trente-neuf ans.


LES AUTEURS, marmonnant, évitant de se regarder les uns les autres.

C’est le public qui veut ça. Il veut un méchant très méchant et à qui il arrive de vilaines choses. Les méchants doivent souffrir et être un peu ridicules.


Le Maître tourne toujours dans le lieu brumeux et gris. Il a l’air de chercher quelque chose.


LE MAÎTRE, grommelant.

Il doit bien y avoir une sortie de cet endroit. Je dois pouvoir me glisser dans la réalité. Il y a sûrement un moyen et je le trouverai.


Les auteurs chuchotent entre eux un moment, pendant que le Maître commence à tâtonner le sol.


LES AUTEURS

Nous t’avons redonné un corps ensuite. Nous t’avons même permis d’en voler un. C’était plutôt sympa, non ? Voler un corps. Tout à fait maléfique. Et tuer le Docteur aussi.


LE MAÎTRE, haussant les épaules.

Tuer, enfin, si on veut. Il s’est juste régénéré. Quoique, je dois dire que cette régénération-là … hum …


Le Maître sourit avec un air rêveur qu’on voit rarement sur sa physionomie.


LES AUTEURS, un peu choqués.

Que veux-tu dire par là ? Ne nous dit pas que tu …


LE MAÎTRE, se reprenant et effaçant l’air rêveur de son visage.

Je n’ai rien dit ! (Il retrouve l’air renfrogné qu’il a depuis le début de la conversation) Un sacré salaud, celui-là aussi ! Il m’a laissé dans la cité de Castrovalva en train de s’effondrer sur elle-même. Il m’a laissé cramer dans Planet of Fire. Je l’ai pourtant supplié de me sauver. Je me suis humilié à le supplier. Quel cœur de pierre faut-il avoir pour résister à un tel appel au secours ?


LES AUTEURS

Tu aurais fait de même dans ces situations. Pire sans doute.


LE MAÎTRE

Et alors, cela aurait été normal ! Les coups tordus, c’est dans ma nature.
Et cette phrase ridicule que vous m’avez fait dire, juste avant de disparaître ? Qu’étais-je censé ajouter après "ton propre …" ? Encore le coup du frère ?


LES AUTEURS, échangeant des sourires.

Peut-être. Ce qui est amusant, c’est justement de laisser planer le doute. Cela devait être ta dernière apparition. On n’aurait jamais su.


LE MAÎTRE, triomphant.

Ah, ah ! Sadiques, même avec les fans ! Entre le Docteur et vous, je commence à prendre des allures d’agneau, je trouve.


LES AUTEURS, franchement choqués.

Tout de même …


LE MAÎTRE, scandant.

Un agneau qui vient de naître !
Et hop, on me ressort du chapeau sans explications. Comment j’ai échappé à cette situation ? On ne sait pas. Ça, c’est de la paresse. Une grosse flemme. Pas d’idées pour expliquer ? C’n’est pas grave, on n’explique pas. C’est Doctor Who, on a l’habitude du n’importe quoi.
Bon, je passe sur le fait de me laisser enfermé dans un TARDIS avec pour seule compagnie la Rani et un tyrannosaure. Je dirais que c’est de la taquinerie, presque amusant par rapport au reste. Et venons-en à la transformation en guépard. Ce n’était pas humiliant, ça ?


LES AUTEURS, amusés.

Tu avais grande allure avec des yeux jaunes et des dents pointues.


LE MAÎTRE, reniflant avec mépris.

Nous n’avons pas la même notion de grande allure. Si encore cela avait été volontaire, mais non, impossible de rien maîtriser ! En train de hurler comme un animal !
Et, encore une fois, le Docteur qui me laisse crever. Sur une planète en train d’exploser. N’allez pas me dire que c’est un être bon et plein de compassion après ça.


LES AUTEURS

Il a essayé de te sauver. Tu as refusé.


LE MAÎTRE, furieux.

Quand ? Dans le film ? Ce film ridicule ? Le reste du temps, j’avais encore gardé une certaine classe. Oui, même sous forme de corps décomposé avec des yeux en balles de ping-pong. Mais ça, c’est la pire chose que vous m’ayez fait subir. Je préférais encore les yeux de guépard à ces yeux de serpent. Et cette allure de Terminator … avec des lunettes noires, … et un blouson en cuir ! Moi qui ai toujours su garder une certaine élégance …
(Avec amertume) … enfin, presque, toujours la serpillère, vous vous souvenez ?
Et m’envoyer dans le Vortex du Temps à la fin. Mon pire cauchemar. Ma plus grande peur.


Le Maître se laisse tomber sur le sol intangible et se recroqueville sur lui-même, tremblant. Les auteurs se regardent.


UN AUTEUR, chuchotant.

Nous sommes peut-être allés un peu loin cette fois-là. D’ailleurs, le film n’a pas eu de succès.


LE MAÎTRE, gémissant d’une voix étouffée.

Dites carrément qu’il était nul ! Me faire souffrir ainsi pour quelque chose d’aussi minable.


LES AUTEURS, approuvant de la tête.

C’est vrai que ce n’était pas très réussi. Remettez-vous, Maître. C’est fini tout ça.


Ils se rapprochent du Maître, toujours replié en position fœtale, n’osant cependant pas aller jusqu’à lui. Enfin, il se redresse, s’assoit et passe une main sur ses yeux avec un ou deux reniflements discrets.


LE MAÎTRE

Et allons-y pour la suite des tortures ! La Guerre du Temps. Ressuscité juste pour me battre contre ces monstres presque invincibles. Pas étonnant que j’aie eu peur, que je me sois enfui et transformé en humain pour me cacher.
Le professeur Yana. Quand je dis que vous êtes tordus, ce n’est pas qu’à moitié. Faire du personnage maléfique du Maître un Humain plein de bonté et de compassion. Passant sa vie à aider les autres et prêt à se sacrifier pour eux. Rien de tel pour semer la confusion dans les esprits et surtout le mien.


LES AUTEURS

N’es-tu pas satisfait de ce Docteur-là ? Il voulait te sauver, lui.


LE MAÎTRE, leur coulant un regard méprisant.

Pour lui-même, pour ne pas être seul. Pas pour moi. (Il prend à nouveau un air rêveur, bien que de façon assez différente que quelques minutes auparavant)
(Murmurant)
La mort comme évasion. J’avoue que c’était un joli coup.
(Riant franchement) Un très joli coup. C’était à moi de le faire souffrir un peu. Oh, sa tête ! "Régénère-toi !" Ah, ah ! Pleure mon ami, pleure !


LES AUTEURS, encore une fois choqués.

Tu es mauvais.


LE MAÎTRE, encore une fois furieux.

Bien sûr que je suis mauvais ! Me faire toujours tout rater, me faire souffrir mille morts, me transformer en miniature, en guépard ou en serpent ne vous suffisait toujours pas. Mais non, ce n’était pas encore assez pour le pauvre Maître. Votre imagination malade a trouvé mieux que ça : me mettre un bruit dans la tête toute ma vie. Un roulement de tambour constant. Un Toc ! Toc ! Toc ! Toc ! qui ne s’arrête jamais.


Toujours assis au sol, il éclate d’un rire hystérique. Puis il se met à taper en rythme, de ses doigts repliés. Toc ! Toc ! Toc ! Toc ! … Toc ! Toc ! Toc ! Toc ! … Toc ! Toc ! Toc ! Toc ! … Toc ! Toc ! Toc ! Toc !


LES AUTEURS, se bouchant les oreilles.

Arrête ! C’est insupportable !


LE MAÎTRE, un sourire maléfique aux lèvres.

N’est-ce pas, que c’est insupportable ? C’est pourtant bien ce à quoi vous m’avez condamné. Toute une vie de Toc ! Toc ! Toc ! Toc ! Et on dit que le Maître est mauvais. Un agneau, je vous dis, un agneau, à côté de vous. (Il se déplace à quatre pattes en tâtonnant le sol)
(Grognant à voix basse) Je suis sûr que c’est par là.


LES AUTEURS, cherchant à changer de conversation.

Revenons à cette histoire d’évasion. Oui, ce fut un joli coup, la mort comme évasion. Mais la résurrection s’est mal passée. Sacré Lucie.


LE MAÎTRE, soupirant.

La trahison d’une femme. Vous manquez d’originalité.


LES AUTEURS, un peu vexés.

Ce sont des valeurs sûres. Les gens aiment bien retrouver des valeurs sûres en même temps que des idées originales. Tout ne peut pas être tout le temps nouveau. Mais nous sommes certains que tu as apprécié tes pouvoirs.


LE MAÎTRE, levant au ciel des yeux exaspérés.

Lesquels ? Les mains à réaction ? Lancer des éclairs de feu ? Non seulement ce n’est pas original, mais vous en avez profité pour me faire souffrir là aussi. Un pouvoir, certes, mais qui me brûle, qui me détruit, qui me consume. Et après la serpillère – je ne vous la pardonnerai jamais, celle-là –, me voilà habillé comme un vagabond, avec des ongles sales, des cheveux blonds et une vilaine barbe mal soignée. À devoir dévorer des gens pour retarder la destruction de mon corps. (Il s’est ramassé sur lui-même à nouveau. Les bras serrés autour de ses genoux, il se balance d’avant en arrière, son regard fou errant autour de lui)
(D’une voix gémissante)
Faim ! Toujours faim ! Et ce bruit, ce bruit dans ma tête, fort, toujours plus fort, de plus en plus fort.


LES AUTEURS

Tu as quand même eu une sortie magnifique. Cela a beaucoup plu. Te sacrifier en sauvant le Docteur, c’était superbe.


LE MAÎTRE, relevant la tête, une lueur de défi dans les yeux.

Je n’ai pas sauvé le Docteur, j’ai foutu une trempe à ce salaud de Rassilon ! Il le méritait et … (Il se lève avec un regard de braise. Il frotte ses deux mains l’une contre l’autre, faisant crépiter le feu bleu)
… vous aussi, vous le méritez !


LES AUTEURS, chuchotant entre eux, inquiets.

– On ne les lui avait pas enlevés, ses pouvoirs ? –
– Ben, je ne sais pas moi, je ne l’ai pas fait en tout cas. –
– Moi non plus, je croyais que c’était toi qui devais t’en charger. –
– Mais pas du tout, il n’en a jamais été question ! C’n’est pas mon boulot ! –
– Le mien non plus. Je ramasse pas derrière les autres. C’est à chacun de nettoyer sa m … –

Le jet d’énergie les disperse. C’est une cavalcade affolée. Le lieu se vide en quelques secondes. Il ne reste plus que le Maître, seul, debout dans la brume, les mains crépitant encore.


LE MAÎTRE, avec un grand sourire.

Ah, enfin tranquille. (Il s’accroupit au milieu des nuées grises qui flottent) Voyons voir, j’avais presque trouvé tout à l’heure. (Il disparaît brusquement)
(Voix qui va decrescendo)
Ah, voilà, c’est lààààààààààààààààààààààà.


Citation:
Acte deux

Scène un



Une rue dans une grande ville quelque part sur Terre.


Le Maître
Un homme en costume gris



Le Maître est étendu sur le trottoir, étourdi par sa chute. Il a l’apparence de sa dernière incarnation : un homme dans la trentaine, habillé d’un sweat-shirt à capuche noir, d’un pantalon et de chaussures noires, ainsi que d’un t-shirt rouge. Il a un aspect sale et négligé. Il s’assoit et secoue la tête, puis se frotte le crâne en grognant.


LE MAÎTRE, regardant autour de lui avec ravissement.

La réalité. Enfin ! Le lieu où les méchants réussissent.


UN HOMME EN COSTUME GRIS, surgissant à côté de lui.

Barre-toi de là ! Pas de clodos, ni de drogués devant mon magasin.


LE MAÎTRE, se levant et regardant l’homme dans les yeux.

Je suis le Maître et tu dois …


L’HOMME EN COSTUME GRIS, l’interrompant.

Fous le camp, je t’ai dit ou j’appelle les flics ! Va cuver tes petites pilules roses ailleurs.


Il rentre dans son établissement, une boutique de costumes pour hommes, très chic. Le Maître s’aperçoit dans un des miroirs qui encadrent la vitrine.


LE MAÎTRE, faisant crisser ses ongles dans sa barbe.

Je dois d’abord changer d’aspect si je veux me faire respecter. Et ceci me semble l’endroit idéal.

Il entre dans la boutique.

Citation:
Scène deux



Un magasin de vêtements pour hommes, très élégant.


Le Maître
Un homme en costume gris
Une vendeuse de vêtements
La Voix



LE MAÎTRE, s’approchant du comptoir.

Je voudrais ...


L’HOMME EN COSTUME GRIS, paniquant, la voix légèrement hystérique.

J’appelle les flics ! Anne-Liiiise, la bombe anti-agression !


LA VENDEUSE, surgissant de l’arrière-boutique.

Monsieur ? (Avisant le Maître) Oh !


Elle repart dans l’arrière-boutique en courant.


LE MAÎTRE, perdant patience.

Vous allez voir … (Il frotte ses mains l’une contre l’autre, mais rien ne se passe : pas de feu électrique crépitant)
(Regardant ses mains, abasourdi)
Ça ne marche plus ?


LA VENDEUSE, surgissant à nouveau de l’arrière-boutique.

Prends ça, canaille !


Elle asperge généreusement le Maître d’un jet d’une bombe anti-agression en visant les yeux. Il part à reculons en toussant.


LE MAÎTRE, les mains devant son visage, larmoyant.

AAAAAHHHH !
(Entre deux quintes de toux) POURQUOI ÇA NE MARCHE PLUS ?


LA VOIX, à peine un murmure qu’il est le seul à entendre.

Nous sommes dans la réalité, rappelle-toi. Pas de pouvoirs dragon-ballesques, pas d’hypnose. Tu es livré à toi-même.


L’homme en costume gris a pris le téléphone dans lequel il parle à toute vitesse.


L’HOMME EN COSTUME GRIS, avec le débit d’une mitraillette.

Police ! Nous sommes agressés ! Un drogué. Faites vite ! Nous le tenons en respect avec la bombe à poivre, mais il a l’air dangereux. Dépêchez-vous ! Faites vite ! Au secours !


La vendeuse a acculé le Maître dans un coin et elle l’asperge de la bombe anti-agression dès qu’il fait un mouvement.


LA VENDEUSE, le bras, équipé de la bombe, tendu vers lui.

Bouge pas, fumier !


L’HOMME EN COSTUME GRIS, triomphant, mais restant prudemment derrière la vendeuse.

Tu fais moins le fier, maintenant, salaud !


LE MAÎTRE, d’une voix entrecoupée par des quintes de toux.

Mais … (Tousse) Mais … je ne vous ai rien fait ! (Tousse) Laissez-moi partir ! (Tousse)

Citation:
Scène trois



Dans la rue en dehors du magasin de vêtements.


Le Maître
La Voix



Bruit de sirènes de police qui se rapprochent. Le Maître surgit de la boutique et détale comme un lapin, poursuivi par les cris des deux commerçants : « au voleur ! »


LE MAÎTRE, les yeux rouges et larmoyants.

Ils sont tous fous là-dedans ! (Tousse)


LA VOIX

C’est la réalité. Tu voulais la réalité : la voilà !


Après une longue course, au cours de laquelle il tourne au hasard dans plusieurs rues et se fait bousculer par les passants qui l’insultent au passage, le Maître s’arrête dans une impasse. Il se laisse glisser au sol, les fesses sur les pavés sales, le dos appuyé au mur décrépi.


LE MAÎTRE, toussant toujours.

Je m’en sortirai (Tousse) et je gagnerai. Je n’ai pas (Tousse) besoin de pouvoirs. Mon intelligence suffira (Tousse).
(Il pose la main sur sa poitrine et semble surpris) Mais … je n’ai qu’un seul cœur ! Quelle est cette plaisanterie ?


LA VOIX, un peu ironique.

La réalité, toujours. Un seul cœur, un seul corps, pas de régénération possible.


LE MAÎTRE, inquiet.

Tous les pouvoirs des Time Lords ? Pas de TARDIS ? Pas de … Docteur ?


LA VOIX

Non, rien de tout ça. Juste cette planète, sans aliens, ni monstres à utiliser pour tes plans, sans voyages dans l’espace et le temps. Tu es un rampant, comme tout le monde.


LE MAÎTRE

Ce sera un peu plus difficile, mais ce n’est pas grave. Je suis intelligent et sans scrupule. J’ai un esprit maléfique. Tout à fait ce qu’il faut pour réussir, ici.


LA VOIX

Je n’en doute pas.


LE MAÎTRE, marmonnant.

Au moins, je n’ai plus ce bruit dans la tête. C’est un soulagement. Par contre, j’ai faim. Est-ce normal d’avoir faim ?


LA VOIX

Tout à fait normal. Il va falloir que tu travailles pour gagner de l’argent et payer ta nourriture. Dévorer des Humains risque de ne pas être très bien vu.


LE MAÎTRE, l’air dégoûté.

Je n’en ai pas spécialement envie non plus. Travailler ? Mmh ! Et voler, est-ce faisable ?


LA VOIX

Absolument. Et ce serait plus dans tes cordes. Enfin, dans les cordes de quelqu’un de mauvais. Mais attention, il vaut mieux voler un milliard que quelques sous. On risque bien moins en volant en grand.


LE MAÎTRE, se redressant, l’air vaniteux.

Bien entendu ! Qu’est-ce que tu crois ? Que je vais arracher le sac d’une vieille dame dans la rue ?

Citation:

Scène quatre



Sous un pont autoroutier, une cabane faite de cartons d’emballage et de divers autres objets.


Le Maître
La Voix
Les Auteurs



Le Maître est assis devant cette cabane, regardant le paysage qui se réduit à un terrain vague encombré de saletés. Il est habillé de la même façon que dans la scène précédente. Sauf que ses vêtements sont en bien plus mauvais état, déchirés, ses chaussures éculées. Lui aussi est encore plus sale et négligé, avec des cheveux en désordre et une barbe mal taillée. Son visage a vieilli. Il a un air très las.


LE MAÎTRE, à voix basse.

Es-tu là ?


LA VOIX

Bien entendu. Tu sais bien que je suis toujours là.


LE MAÎTRE, appuyant son front sur ses genoux, d’une voix très faible.

Ch’ahanhonne.


LA VOIX

Quoi ?


LE MAÎTRE, criant presque.

J’AI DIT : J’ABANDONNE ! Voilà, tu es contente ?


LA VOIX

Oh, moi, tu sais. Ici ou ailleurs … Que veux-tu exactement ?


LE MAÎTRE, avec un sourire amer.

Tu veux que je le dise clairement, c’est ça ? Que je m’humilie jusqu’au bout.


LA VOIX, d’un ton pointilleux.

Je veux juste que nous soyons bien d’accord. Qu’il n’y ait pas de malentendu. Que tu ne puisses pas ensuite me dire que …


LE MAÎTRE, l’interrompant.

D’accord. D’accord. (Il ferme les yeux, se vautrant presque avec délices dans l’humiliation)
(D’une voix lasse) J’abandonne. Je ne veux plus être dans la réalité. C’est trop difficile. Les Humains sont pires que je ne pourrai jamais l’être. La réalité est mille fois plus dure que les inventions des auteurs les plus fous et les plus sadiques.


Un souffle se lève. Un tourbillon soulève la poussière. Le Maître se protège les yeux. Un instant, lui et le décor disparaissent dans cette tornade. Lorsqu’elle s’apaise, on retrouve le décor gris et vague du premier acte. Il se met debout. Il n’a plus l’aspect miteux du vagabond, mais est vêtu d’un costume noir très élégant. Son visage oscille entre plusieurs des physionomies qu’il a déjà eues. Les Auteurs sont là, formant un arc de cercle autour de lui.


LES AUTEURS, échangeant des sourires attendris.

Nous ne pensions pas que tu tiendrais aussi longtemps. Trois ans, trois ans de réalité. Tu t’es montré particulièrement coriace. Bravo.


LE MAÎTRE, soupçonneux.

Vous l’avez fait exprès ?


LES AUTEURS

Quoi donc ?


LE MAÎTRE

De rendre la réalité aussi dure. Pour m’obliger à revenir ici.


LES AUTEURS, secouant la tête tous ensemble.

Nous n’avons aucun contrôle sur la réalité.


LE MAÎTRE, toujours soupçonneux.

Aucun ? Vraiment ?


LES AUTEURS, levant la main comme pour dire « je le jure ».

Absolument aucun. Ce que tu as vécu, c’est ce qu’aurait pu vivre n’importe quel Humain. Certains connaissent un sort pire encore ...


LE MAÎTRE, arrêtant le discours.

Ça va.


LES AUTEURS, curieux.

Pouvons-nous savoir … ?


LE MAÎTRE, d’un ton sec.

NON !


LES AUTEURS

Tant pis. Ça aurait pu nous donner des idées pour …


LE MAÎTRE, d’un ton encore plus sec.

NON !


LES AUTEURS

Ne t’énerve pas. Es-tu prêt à reprendre ton rôle ?


LE MAÎTRE

Je n’ai pas le choix, mais … pourriez-vous être un peu moins, enfin un peu plus …
(D’une toute petite voix)gentils ?


LES AUTEURS

Malheureusement, nous ne sommes que tes anciens auteurs et créateurs. Nous ne savons pas ce que vont te réserver les prochains.


LE MAÎTRE, gémissant.

Ça promet. De toutes nouvelles imaginations, pleines de sadisme, pour inventer d’autres façons de me faire souffrir.


LES AUTEURS, d’un ton innocent.

Tu peux retourner en bas, si tu préfères.


LE MAÎTRE, paniquant.

NOOON ! Je ne me plaindrai plus, je le jure !


UN AUTEUR, chuchotant, aux autres.

Rien de tel qu’un petit tour dans la réalité, pour rendre un personnage doux comme un agneau.
(Se rendant compte de ce qu’il vient de dire) Oh, zut !


LE MAÎTRE, ironique et amer.

J’ai entendu, vous savez.

_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee


Dernière édition par Ahaimebété le Dim 11 Nov 2012 - 08:26; édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 9 Nov 2012 - 17:45    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Sam 10 Nov 2012 - 17:48    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Deuxième et dernière partie postée. Wink
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Les Pommes c'est bon
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juil 2012
Messages: 660
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Dim 11 Nov 2012 - 00:08    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

J'ai commencé la première partie pour le moment (je finirai plus tard), et je dois dire que j'apprécie beaucoup ; la forme est assez originale, le sujet aussi d'ailleurs (Six contre la BBC serait sympathique dans le genre), et la lecture passe toute seule !
_________________
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 11 Nov 2012 - 08:27    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Merci Pommy. Tu me diras ce que tu penses de la suite ? Wink
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Angel
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2012
Messages: 653
Localisation: Au find fond de mon pot de Nutella
Féminin Taureau (20avr-20mai) 猪 Cochon

MessagePosté le: Dim 11 Nov 2012 - 18:34    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

C'est classe ! Je le verrais bien pour chaque personnage de la série, ce genre de chose (en fonction de sa personnalité, bien sûr ^^)
_________________


Loony and proud yeah !

http://baraqueafrites.xooit.com/index.php
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 11 Nov 2012 - 18:53    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Merci Angel. Malheureusement, il n'y a qu'un personnage qui m'inspire vraiment dans la série. Wink Par contre, ça pourrait être amusant de monter vraiment la pièce.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Asson
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2013
Messages: 338
Localisation: La baie du Grand Méchant Loup
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle

MessagePosté le: Ven 31 Mai 2013 - 20:00    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

J'aime beaucoup ! L'idée de faire devenir réel le Maitre, c'est excellent ! Si la BBC adapte ta pièce au théâtre, tiens moi au courant Razz
_________________
"Roses are red,
The TARDIS is blue,
The Doctor once said,
Rose Tyler, I..."
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 31 Mai 2013 - 21:57    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Merci Asson. Ce serait rigolo d'en faire une vraie pièce et pas très compliqué. Mr. Green
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Asson
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2013
Messages: 338
Localisation: La baie du Grand Méchant Loup
Masculin Cancer (21juin-23juil) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013 - 02:17    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Le changement de visage devrait être difficile à mettre en place, non ? ^^
En tout cas, c'est vraiment bien !
_________________
"Roses are red,
The TARDIS is blue,
The Doctor once said,
Rose Tyler, I..."
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013 - 11:28    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Asson a écrit:
Le changement de visage devrait être difficile à mettre en place, non ? ^^
En tout cas, c'est vraiment bien !


Re merci. Smile

Changement de visage ? Avec des masques que l'acteur tiendrait devant son visage ? Pour une pièce de théâtre, ça n'a pas besoin d'être réaliste comme pour un film.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Sam 1 Juin 2013 - 20:12    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Une pièce de théâtre sur cette histoire, oui ce serait super génial et faisable.
Revenir en haut
Esther
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2010
Messages: 95
Localisation: With Tenth Doctor on Tardis
Féminin Balance (23sep-22oct) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 15 Sep 2013 - 00:51    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

J'adore ^^ j'ai lu d'une traite,c'est fluide, le principe est super sympa le personnage contre ses auteurs.
et trop partante pour mettre en scène ta pièce si un jour tu passes par la Belgique xD
_________________

Pas de moi
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 15 Sep 2013 - 11:15    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Esther a écrit:
J'adore ^^ j'ai lu d'une traite,c'est fluide, le principe est super sympa le personnage contre ses auteurs.
et trop partante pour mettre en scène ta pièce si un jour tu passes par la Belgique xD



Si ça te tente et que tu fais partie d'un groupe de théâtre, pourquoi pas. Je n'ai pas besoin d'être là. Il y a des moyens de se joindre, parler et même discuter en vidéo à distance, maintenant. Wink
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Esther
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Déc 2010
Messages: 95
Localisation: With Tenth Doctor on Tardis
Féminin Balance (23sep-22oct) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 18:26    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Ben j'utilise pas trop tout ça pour le moment mais c'est vrai que normalement j'aurai très bientôt un nouvel ordi sur lequel je devrais pas avoir de soucis ^^ je ne fais pas partie d'un groupe de théâtre mais je connais pas mal de gens qui savent jouer et je pense aisément pouvoir trouver quelqu'un pour filmer afin que toi tu puisses voir le résultat. (Je suis par contre dans une équipe d'impro et j'ai fait mes secondaires en théâtre^^)
Ce projet me tourne en tête même si je n'était pas venue te répondre^^ (je viens pas souvent sur le forum non plus^^)
Dès que j'ai rempli mes obligations,et lorsque j'aurai du temps libre je plancherais là dessus,car les changements d'une régénération à l'autre du Master,sachant que je voudrais faire du théâtre filmé et non du cinéma (j'ai pas spécialement beaucoup de moyens non plus^^)c'est super difficile à imaginer,j'ai pensé à des masques toi tu en penserais quoi?
_________________

Pas de moi
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 20 Oct 2013 - 18:37    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée] Répondre en citant

Oui, des masques, c'est une très bonne idée. Ou des accessoires. Parce que les masques supposent qu'on ne verra jamais le vrai visage de la personne qui va jouer ce rôle.

Je ne savais pas que tu continuais à y penser. C'est vraiment sympa. Et ce serait un truc génial de voir ça en vidéo.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:05    Sujet du message: Un personnage contre ses auteurs [Terminée]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com