Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[1x08] Fête des Pères / Father's Day
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 1
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Mar 20 Aoû 2013 - 19:39    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Les seconds Docteur/rose regardent la mort de Pete alors que les premiers Docteur/Rose le font aussi.

Le point fixe est le fait que les premiers Docteur/Rose regardent la mort de Pete.

Donc c'est logique que la mort de Pete soit un point fixe aussi (j'dirais même encore plus fixe qu'un point fixe)

J'espère que j'ai été compréhensible.
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 20 Aoû 2013 - 19:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mad_Dog
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Nov 2012
Messages: 722
Localisation: Rennes
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 16 Déc 2013 - 00:12    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Je viens de re-voir l'épisode. Bon déjà, premier conseil, évitez de voir cet épisode avec quelqu'un qui a perdu son père étant enfant. Grosses crises de larmes à prévoir.

Bon, j'aime bien cet épisode et pourtant, j'arrête pas de me dire que cette histoire de paradoxe reste un poil incohérente avec le reste de la série. Ok, je veux bien que Rose ai été importante pour le reste de la série et qu'elle soit un point fixe. Ok, je veux bien que le fait qu'ils passent devant leurs propres doubles et les annule créé un plus gros paradoxe... Mais ce qui est chiant, c'est que tout ça c'est de la théorie de fan fait pour recoudre la mythologie comme on peut.

Ca n'est pas ce qu'explique l'épisode. L'épisode, le Docteur, la voiture qui tourne, tout explique que Pete doit mourir parce que l'histoire est faite comme ça. A l'époque la série n'avait pas le concept de "point fixe dans le temps" et le Docteur dit clairement que c'est parce que Pete n'est pas mort "un homme est mort alors qu'il n'est pas censé l'être et cela cause des dommages irréversibles au temps." Arf, lorsqu'on voit Fire of Pompéi, on se dit que c'est un peu faux-cul. Et puis, c'est quoi cette histoire de clé qui brille ? Pourquoi ?

Bon, après, cet épisode part d'un principe assez stupide, c'est que le Docteur emmène Rose voir la mort de son père par DEUX FOIS. Bon, après, il est possible qu'il cherche, après "the long game" à tester pour voir si sa protégée ne va pas faire une énorme connerie. Connerie qu'elle aura faite, mais bon, elle est humaine, zut, quoi. Qui supporterait ce spectacle ? Bon, contrairement à Adam, Rose comprend sa bêtise, ne la nie pas et cherche à tout faire pour y remédier. Mais bon, la catastrophe n'était pas loin.

Mais bon, ça reste toujours un très bon épisode.
_________________
Upgrading in progression :
Revenir en haut
Amandier
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2013
Messages: 189
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 6 Fév 2014 - 12:10    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Après avoir parcouru l'ancienne série, je me met à revoir certains épisodes de la nouvelle.

Je ne pensais pas le revoir au début car la première fois ne m'a pas laissé un souvenir impérissable mais en lisant quelques commentaire, je me suis relancé.

J'ai eu les larmes aux yeux, cet épisode est riche en émotion, je ne sais pas pourquoi la première fois il m'a laissé froid.

J'ai adoré lire vos théories aussi ^^

Edit: Par contre un truc m'a choqué. Accepter que ton amie veuille voir son père qu'elle n'a jamais connu Ok. Accepter que ton amie veuille assister en direct à la mort de son père pour qu'il ne soit pas seul à mourir, je trouve ça un peu glauque. Mais alors accepter de revenir une 2nd fois sachant que les doubles sont là c'est de la pure bêtise et tellement prévisible la réaction de rose!
Revenir en haut
Deuff
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2014
Messages: 33
Localisation: The Moon
Masculin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév 2014 - 12:50    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Je pense que Nine à très vite eu de l'affection pour Rose... Ca expliquerait peut-être les raisons qui l'ont poussé à céder à ses exigences malgré les risques!
_________________
Revenir en haut
MidNights
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2013
Messages: 1 046
Localisation: Dans la piscine qui est dans la bibliothèque
Masculin

MessagePosté le: Ven 7 Fév 2014 - 10:16    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Je pense la même chose et puis c'est dans le comportement du Docteur de faire plaisir à ses compagnons . D'essayer de tout faire pour les réconforter etc..
Mais c'est vrai qu'il y a entre eux plus qu'une simple relation de compagnon de voyage Smile
_________________
Les Démons se retirent quand un homme bon et intègre s'en va-t-en Guerre, La Nuit tombe et noie le soleil, Quand un homme bon et intègre s'en va-t-en Guerre, Les Démons se retirent, mais à quel prix, Les Ennemis sont vaincus, mais l'enfant est perdu.
Revenir en haut
Pudding-Brains
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mai 2015
Messages: 15
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 猪 Cochon

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2015 - 16:54    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Comme certains ici, cet épisode m'avait la première fois laissé de marbre, mais ayant décidé de le revoir il y a quelques jours, je ne peux qu'admettre mon erreur, c'est peut-être l'un des épisodes qui me touche le plus ! Après il faut avouer que j'aime beaucoup Pete malgré que mon affection pour sa fille c'est entaché avec le temps (je crois que j'ai beaucoup de mal avec les compagnes qui reste trop longtemps et qu'elles perdent tout intérêt pour moi par la suite).

Le moment où Pete choisit de mourir, qu'il explique à Rose qu'il n'a jamais été là pour elle, qu'il ne lui a jamais raconté d'histoire, ou pique-niquer, qu'il n'était pas un bon père, mais qu'il était tellement heureux de la rencontrer. Si cette épisode est rempli d'incohérence avec la suite de la série, qu'est ce qu'il en est émouvant, j'étais au bord des larmes pendant les 15 dernières minutes.

C'est aussi dans cette épisode qu'on voit le plus à quel point Nine est attaché à cette jeune fille qui lui permet de reprendre goût à la vie et espoir après être sortit de la guerre du temps, il serait prêt à tout pour la rendre heureuse quitte à changer la propre histoire de cette dernière. Pourtant il savait depuis le début que Pete devait mourir afin de remettre le temps en place et malgré cela il a tout fait pour changer le passé pour permettre à Rose d'avoir son père dans la vie.

Au final, selon moi un des meilleurs épisodes de cette saison 1 (qui ne souffre presque d'aucun point noir à vrai dire) avec l'épisode Dalek (qui reste l'épisode de cette saison que j'aime le plus, surtout avec la mythique scène de l'opposition entre Nine et le Dalek), bref j'adore !
_________________
Revenir en haut
Outlander
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 17 Oct 2015 - 20:47    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Ah, un épisode que j'aime beaucoup !

La temporalité ! La première erreur de la compagne !!
Et panser la plaie ! Le paradoxe !

Mais quelle bravoure Mr Tyler !

L'intrigue déployée dans cet épisode est vraiment bien ficelée. On aime ce Doctor Who là !
Changer le passé peut donner de grandes conséquences... bonnes ou mauvaises. Il ne faut pas le faire n'importe comment !

Et puis les acteurs, les acteurs...

Bien des choses à dire, que du positif !
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Mer 1 Nov 2017 - 16:00    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

1x08 : Father’s day, la retro-review

Nine, parlant de bébé Rose : « Jackie gave her to me to look after.How times change. »

Surprise, une review bien plus rapide que je ne le pensais, je me suis sentie inspirée. Je dois dire que j’étais relativement curieuse concernant ce revisionnage. En effet, contrairement au précédent, cet épisode est souvent très apprécié des fans. Or, il ne m’avait pas laissé une forte impression la première fois que je l’avais regardé et je n’avais du coup jamais pris le temps jusqu’à présent de lui donner une autre chance. Ceci étant fait, je comprends maintenant à la fois pourquoi il ne m’avait pas tellement plu à l’époque et pourquoi il m’a bien plus touché maintenant.


I. Let’s do the time warp again

Qu’on l’apprécie ou pas, Father’s day a une importance indéniable dans la saison, voire dans la nouvelle série de manière générale. En effet, il s’agit du premier épisode à jouer réellement sur la temporalité.

Jusqu’à présent, la capacité du TARDIS à voyager dans le temps ne servait que de prétexte à changer le décor : l’épisode pouvait se dérouler dans le passé ou le futur selon le choix du scénariste. Seul l’épisode 3 effleurait le potentiel scénaristique de la temporalité lorsque le Docteur expliquait rapidement à Rose que, le temps n’étant pas fixe, elle pouvait tout à fait naître au 20ème siècle et mourir au 19eme. Cet épisode est la première vraie tentative de RTD de s’attaquer au scénario le plus classique du voyage dans le temps : le paradoxe temporel.

Et il faut dire qu’il y va de bon cœur puisque nous avons droit à trois paradoxes en 40 minutes. Tout d’abord lorsque Nine et Rose retournent une deuxième fois au moment exact de la mort du père de celle-ci, prenant le risque de croiser leur moi du passé. Ensuite-et surtout-lorsque Rose change le passé déjà fragilisé par le paradoxe précédent en sauvant son père. Enfin, quand Rose touche bébé Rose dans cette timeline déjà au bord de la rupture. Je reviendrai sur le personnage de Nine dans une autre partie mais le simple fait qu’il ait laissé s’accumuler ces paradoxes est pour moi la preuve évidente que la time war l’a sacrément endommagé.

Tout paradoxe a ses conséquences mais RTD en choisit une complètement unique, ce qui vu l’âge de la série est méritoire : les Rippers. Je dois admettre que je ne suis pas très fan et, pour une fois, ce n’est pas à cause de leur apparence : elle est plutôt bien réussie pour l’époque et le budget (surtout par rapport au monstre de la semaine dernière^^). Et puis, proposer un monstre de type gargouille pour attaquer une église est plutôt bien trouvé.

Mon problème vient du fait que je trouve cette solution un peu facile. Je trouve cela bien plus intéressant quand la conséquence d’un paradoxe temporel n’est pas un « simple » danger physique, et une attaque de vilains monstres chronophages ne vaut pas pour moi une timeline réécrite ou même un effondrement temporel du style du final de la saison 6 (qui a bien d’autres défauts cela dit^^). Cela dit, il s’agit d’un moyen plutôt malin d’initier une nouvelle génération de fans aux jeux sur la temporalité sans tomber dans le trop complexe et RTD, en bon fan de la série, n’oublie pas d’expliquer pourquoi ces Rippers n’étaient encore jamais apparus : ils sont en fait une conséquence de la disparition des Time lords, dont le rôle de gendarmes de la temporalité incluait le fait d’empêcher ces créatures de nuire.

Cela peut expliquer aussi rétrospectivement, je suppose, pourquoi elles n’ont pas réapparu sous l’ère Moffat alors que ce dernier ne cesse de titiller la temporalité : depuis End of time, les Time lords sont revenus, quand bien même ils ne sont pas encore libres de leurs mouvements. Je me demande en tout cas si les autres célèbres monstres chronophages, les weeping angels, ont été inspirés à Moffat par ces Rippers parce que je trouve les similitudes troublantes. Les deux se nourrissent de paradoxes temporels, ressemblent à des statues du registre religieux et sont particulièrement intéressées par le Docteur (les rippers à cause de son âge, les anges à cause de sa timeline complexe). Ce serait une question à poser à Moffat pour les chanceux parmi vous qui peuvent assister aux conventions.


II. Décor et ambiance

Father’s day parvient donc plutôt correctement à servir d’introduction aux paradoxes temporels et à leurs conséquences même si la moffatienne que je suis a tendance à préférer des scénarios plus tordus. Une autre caractéristique de cet épisode, qui est probablement en bonne partie responsable du fait que j’avais peu accroché la première fois, est sa tonalité particulière.

En effet, une bonne partie de l’épisode semble tout droit sorti d’un soap britannique, au point que je m’attendais presque à entendre le générique de EastEnders. Comme dans le premier épisode lorsque nous découvrions l’univers très working class de Rose, tout respire le commun, le train-train quotidien et, surtout, le « raté ». Le mariage de Pete et Jackie, dans la salle minuscule d’une mairie avec une poignée d’invités et un marié qui ne connait même pas le deuxième prénom de sa future épouse. Le petit appartement de banlieue mal meublé. Le cadeau qu’ils ont prévu pour le mariage auquel ils sont invités le jour de la mort de Pete (ce n’est franchement pas évident de trouver un vase aussi moche)… Bref, l’ambiance de cet épisode est proprement étouffante pour quelqu’un comme moi qui ne supporte pas les soaps.

Et puis surtout, il y a le relationnel. Rose et le Docteur, en début d’épisode, se disputent comme un couple d’ados (sérieusement, il part en claquant la porte en faisant mine de la laisser là !). Cela fait bien sûr écho à la relation très tendue entre Jackie et son mari et même, dans une moindre mesure, à celle entre le futur marié et son père. En effet, ce dernier ne cesse de tenter de pousser son fils à refuser le mariage alors même que la cérémonie est sur le point de débuter, le mariage annulé au dernier moment pour de mystérieuses raisons familiales étant un thème de soap assez commun.

Quant-à la relation Jackie-Pete, elle est elle aussi caricaturale sur le thème du gentil raté et de la harpie. Je ne dis pas que c’est mal fait, bien au contraire :RTD a toujours été excellent pour créer des personnages au background riche. Cette caractérisation de Jackie est tout à fait cohérente avec ce que nous savons d’elle, et la manière dont elle traite Pete dans le passé par rapport à la façon dont elle parle de lui à Rose durant l’enfance de cette dernière colle parfaitement à la situation. Elle veut idéaliser pour sa fille le portrait du père qu’elle n’a pas connu et le deuil transforme dans sa mémoire les défauts qui l’horripilaient en qualités. Elle a « oublié » ses soupçons sur l’infidélité de son mari et le fait qu’il ramenait chez eux ses innombrables inventions qui n’avaient pas fonctionné devient dans son souvenir la preuve qu’il était un génie incompris et non un raté.

Cela donne lieu d’ailleurs à des scènes assez forte émotionnellement parlant comme lorsque Jackie crie à sa fille, qu’elle croit être une maîtresse de son mari, « What did he tell you? Did he say he's this big businessman? Cause he's not. He's a failure. Born failure, that one. Rose needs a proper father ! ». L’expression effondrée et même trahie de Rose, qui réalise que sa mère lui a menti toute son enfance et que son père est bien loin d’être parfait est assez déchirante et il est très intéressant de constater que lorsque Pete comprend enfin qui est Rose et lui demande comment il sera dans le futur, elle se retrouve à faire exactement la même chose que sa mère : lui mentir et l’idéaliser pour son bien.

Mais le moment le plus fort émotionnellement est bien sûr celui où Pete décide sciemment de se sacrifier et de se faire renverser par la voiture qui l’attend, guérissant ainsi le paradoxe et rétablissant la véritable timeline avec de légers changements (le chauffeur, n’étant pas responsable puisque Pete s’est jeté sur le véhicule, ne s’enfuit pas et Pete ne meurt pas seul puisqu’une mystérieuse blonde lui tient compagnie durant ses derniers instants).

Je ne m’y attendais pas et je suis absolument sûre que cela n’avait pas été le cas à l’époque mais j’étais en larmes à la fin de l’épisode. Est-ce parce que, ayant vu tous les épisodes avec Rose, je suis plus sensible au personnage qu’à l’époque même si elle est loin d’être ma compagne favorite ? Ai-je plus de recul critique, ce qui m’a permis d’apprécier la qualité d’écriture de ces scènes ? Suis-je tout simplement plus émotive qu’avant ? En tout cas, ce qui n’avait pas fonctionné à l’époque (en bonne partie parce que j’ai beaucoup de mal à la fois avec les soaps et avec les épisodes montrant des scènes de ménage) a marché cette fois ci même si Father’s day ne fera jamais parti de mon top des meilleurs épisodes.

Cela aide aussi je pense d’avoir été capable cette fois ci de repérer d’autres influences que le soap, quoique plus discrètes. La voiture symbolisant le destin et qui réapparait encore et encore est par exemple tout droit sortie de l’univers du fantastique . Nous avons aussi quelques intrusions du merveilleux avec ce que dit Nine à Rose en début d’épisode (j’y reviendrai) et les moments de superstition, comme lorsque le futur marié refuse de risquer de voir sa fiancé avant les noces ou quand son père affirme « this day is cursed ».

J’ai aussi était amusée par le symbolisme extrêmement peu subtil de l’épisode : le seul refuge contre ces monstres qui ressemblent à des démons est une église, le TARDIS (présenté comme le seul moyen d’être sauvé), apparait en transparence devant l’autel pendant que les occupants de l’église sont assis sur les bancs et le Docteur utilise la chaire pour s’adresser à eux et leur dire quoi faire. Moi qui pensais que l’assimilation Docteur/figure christique n’apparaissait que dans le final de la saison 3, je vois que RTD n’en était en fait pas à son coup d’essai.


III. La continuité

Passons maintenant à l’habituelle partie sur les personnages et leur évolution dans la saison, en commençant bien sûr par le Docteur. Oh ben ça alors, il est à gifler pendant une partie de l’épisode ! Cela commence dès ses premières répliques d’ailleurs. Rose lui explique qu’elle aimerait observer le moment de la mort de son père, qu’elle n’a pas connu : inutile d’être un grand psychologue (ce que, soyons honnêtes, aucune incarnation du personnage n’est vraiment à la possible exception de Seven) pour réaliser que ce n’est pas une bonne idée.

Il aurait pu lui proposer de l’amener contempler des moments heureux de la timeline paternelle (il commence d’ailleurs par cela en lui faisant voir son mariage) mais non, il accepte… deux fois ! Mais ce qui est le plus effrayant est la manière dont il répond à Rose après cette demande : « Your wish is my command but be careful what you wish for ». Ce n’est PAS la réaction d’un être mature et sage devant le désir mal informé d’une jeune fille naïve qu’il a pris sous son aile, c’est celle de l’antagoniste d’un conte de fée ! C’est le roi des Gobelins acceptant d’enlever le petit frère de l’héroïne de Labyrinth, c’est le nain Rumpelstilzchen des frères Grimm accordant son aide à une jeune fille en échange de son fils premier né, ce sont les innombrables êtres surnaturels qui proposent d’exaucer les vœux des humains en sachant fort bien qu’ils causeront leur perte.

Je me souviens que durant l’épisode The Pandorica opens en saison 5 (saison qui pour le coup ne cesse de jouer sur les tropes de l’univers du conte), j’avais réalisé qui finirait enfermé dans celle-ci dès le moment où le Docteur raconte comment la légende décrivait le captif : « a goblin, or a trickster. Or a warrior. A nameless, terrible thing. » Si la deuxième partie de la citation est la plus facile à décoder, les deux premiers épithètes m’avaient suffi : si l’ on retranscrit Doctor Who en format conte de fée, le Docteur ne serait clairement pas le prince charmant.

L’aspect sombre et inquiétant du Docteur n’est pas une invention de RTD et il ne sera pas le dernier à jouer sur ce thème (pour mon plus grand plaisir, j’adore le dark Doctor^^). En revanche, je crois franchement qu’à l’exception de Six à ses débuts, je n’avais jamais vu un Docteur aussi prosaïquement tête à claque ! Ce n’est pas la froideur maladroite d’un « jeune » Twelve à la limite de l’autisme qui ne sait plus du tout comment fonctionnent les humains, ni l’impatience d’un One revêche parfois horripilé par ses compagnons, c’est le comportement d’un homme imbu de lui-même et qui estime que tout lui est dû.

Sa jeune et naïve compagne finit par créer un paradoxe temporel après qu’il l’a mis DEUX FOIS dans la position où elle pourrait changer son passé afin d’obtenir son plus cher désir, et ce en plus sans la prévenir des conséquences de cette décision ? Il l’insulte et part en claquant la porte ! « I did dit again, i picked another stupid ape !» s’exclame-t-il avant de l’accuser de n’avoir accepté de devenir sa compagne que pour profiter de son vaisseau afin de sauver son père (comme quoi la maladie du complotisme peut même toucher les time lords^^).

Même si ce n’était pas la chose la plus sympathique ou diplomate à dire à ce moment précis, je pense que Rose n’a pas tort du tout lorsqu’elle accuse Nine de réagir ainsi par pure jalousie. « For once you’re not the more important man in my life » n’est pas la seule mais certainement une des raisons de la colère du Docteur, de même que sa manière de traiter Mickey puis Adam ne vient pas seulement du fait qu’ils ne soient pas aussi enthousiastes que lui ou sa compagne devant le danger et l’étrange.

Le fait qu’il laisse Rose effectivement seule quelques temps après leur dispute alors qu’il vient de lui dire qu’un paradoxe aussi énorme aura des conséquences lourdes est en plus complètement irresponsable. Quant-à la manière dont il « console » le jeune marié qui lui annonce d’un ton paniqué que son père est resté dehors (« you can mourn him later ! »), elle ne l’honore pas particulièrement non plus même s’il faut admettre que Twelve aurait parfaitement pu prononcer cette réplique.^^

Bien sûr, RTD n’est pas un débutant et sait qu’il ne peut pas jouer trop longtemps et trop complètement la carte du anti-héros. Pas avec un personnage comme le Docteur qui est censé être un modèle, un idéal, là où la compagne est un personnage plus humain auquel le public peut s’identifier. Il n’empêche qu’il a tout de même sacrément la main lourde cette saison, tout comme Moffat en saison 8 je suppose. Heureusement tout de même pour les deux showrunners qu’Eccleston et Capaldi sont deux très bons acteurs et sont capables de contrebalancer un peu leur caractérisation de début de saison (bon, ils n’ont pas été choisis pour rien cela dit^^).

Bref, si l’épisode montre Nine sous un jour fort désagréable, il présente également plusieurs fois ses aspects les plus positivement doctoresques. « An ordinary man. That's the most important thing in creation ! » s’exclame-t-il lorsque Rose pense que sauver son père n’aura pas de conséquence. Si cela pourrait n’être qu’une simple remarque de time lord sur l’importance de ne pas jouer avec l’intégrité de la time line et non une preuve que Nine aime tout autant les humains que ses prédécesseurs malgré ses mots blessants, sa façon de rassurer la jeune mariée dans l’église ne laisse en revanche pas planer le doute : « Who said you're not important? I've travelled to all sorts of places, done things you couldn't even imagine. But you two…. Street corner, 2:00 in the morning, getting a taxi home. I've never had a life like that. »

Nine est donc tout autant fasciné par les humains que ses prédécesseurs… et ses successeurs d’ailleurs. Difficile en effet de ne pas comparer cette réplique à celle d’Eleven dans A christmas carol : « Nobody important? Blimey, that's amazing. You know , in nine hundred years of time and space I've never met anybody who wasn't important before. » D’ailleurs, si ses paroles sont souvent blessantes envers les humains, ses actes ne disent pas la même chose et, lorsque les rippers pénètrent dans l’église, Nine n’hésite pas une seconde à se sacrifier en se plaçant devant les survivants et en demandant aux monstres de le choisir lui. Le fait qu’il soit plus tard « ressuscité » grâce au sacrifice d’un humain, Pete, jouera sans doute également dans l’évolution de son caractère.

Quant-à Rose, tout comme la semaine dernière, elle régresse un peu et passe de compagne parfaite à compagne…heu…humaine en fait. Comme je le disais, rien d’anormal à ce qu’une jeune fille qui a perdu son père et n’a pas été averti des conséquences dramatiques d’un paradoxe temporel tente de changer son passé tragique.

Je n’ai pas grand-chose à dire sur elle cette semaine sinon une remarque. Nous découvrons dans cet épisode un mini Mickey (trop chou d’ailleurs^^) qui, ayant vu ses amis et sa mère disparaitre quasiment sous ses yeux, est traumatisé et court se réfugier auprès de tout adulte acceptant de le rassurer… dont Rose. Cette dernière fait alors remarquer à Nine « I think I just imprinted myself on Mickey like a mother chicken ».

C’est à la fois une très chouette idée du scénariste (on sait grâce aux mini changements de la timeline dont j’ai parlé précédemment que cette aventure a eu des conséquences et cela explique rétrospectivement la manière très puérile dont Mickey s’accroche à Rose à la fin du pilote lorsqu’il est terrifié par le Docteur) et… vraiment malsain ! Rose est au moment de l’épisode une figure maternelle de remplacement pour mini Mickey et le fait qu’il retranscrive cela plus tard en sentiment amoureux est assez dérangeant. D’ailleurs, en parlant de mini Mickey, autre chose me gêne : Jackie connait donc Mickey depuis qu’il est gosse et a néanmoins tout de suite pensé qu’il avait tué Rose lorsque sa fille a disparu ? Charmant…


Pour conclure, Father’s day fait partie des épisodes que j’ai nettement plus appréciés lors de ce tardif revisionnage que la première fois. Pour reprendre les termes de Nine, il est un peu trop « domestic » à mon goût mais il est émouvant et, dans sa deuxième partie, montre enfin un Nine un peu plus doctoresque. Les deux prochains épisodes sont les premiers Moffat de la série (sauf si on compte Curse of fatal death^^) et, oh surprise, mes deux favoris de la saison. Je les ai du coup revus plusieurs fois. Je ne sais pas si j’aurai le courage de les re re revoir ET de les reviewer, je verrai selon mon humeur si je passe ou pas directement au suivant… qui, je viens de m’en rappeler, est celui où la Slitheen revient. AAAAAAAAAAAARGH !
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Capt.Jack
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2009
Messages: 927
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Lun 13 Nov 2017 - 00:39    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day Répondre en citant

Je pensais que les Rippers était une façon à RTD d'expliquer pourquoi il n'y aurait pas de jeu de temporalité. Cette épisode en démontrant les risques encouru, ça permet de fermer cette possibilité. De bien entendu même RTD ne respectera pas ses propres règles lorsque le besoin s'en fait sentir - En fin de Saison 2 grace au Tardis le Master crée un paradoxe à l'échelle mondiale et aucun Reepers n'apparaitra.

Par contre je trouve Nine vraiment limite. Il renvoi Adam qui c'est fait une opération dans le futur dans le but de s'enrichir dans le passé, mais par contre Rose créé un paradoxe temporel et c'est limite, bon tu as appris ta leçon on peut continuer. En même temps je le soupçonne de virer Adam parce que Rose s'y intéressé.

Moi j'avais été touché par cette épisode sur Rose. Et puis le moment ou Jackie comprend qui est Rose est tellement fort. C'est un de mes regrets qu'elle ne se souvienne pas que ce n'était pas une simple blonde, mais sa fille au chevet de son père. Oui difficile à raconter à une petite fille (Alors ton père est mort et toi plus grande était là pour l'accompagner ^^ )
Après cette épisode ne couvre pas un paradoxe plus important maintenant que j'y pense. Si Rose a désormais la version de son père se jetant sous la voiture, dans le futur au docteur c'est se moment qu'elle demanderais de voir. Soi se voir elle aller au chevet de son père. J'ai mal à la tête rien que penser à Rose courant pour empêcher son père de se sacrifier --
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:25    Sujet du message: [1x08] Fête des Pères / Father's Day

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 1 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com