Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Un voyage (très) mouvementé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
loelia1977
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2013
Messages: 84
Localisation: Belgique - Hainaut
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2013 - 16:02    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Coucou tout le monde, voici dores et déjà le premier chapitre de ma première fiction Doctor Who. Étant donné qu'elle est en cours d'écriture, je posterai quand je saurai. Merci de votre compréhension.

Titre : Un voyage (très) mouvementé

Résumé : Quelques mois après la perte de ses deux amis, Amy et Rory, Le Docteur fait la connaissance de deux amies et avec elles, il repartira dans l'espace... Mais rien ne dit que leur aventure se passera bien.

Disclaimer : Les personnages de Doctor Who sont la propriété exclusive de BBC. Seuls les personnages issus de mon imagination débordante m'appartiennent.

Note(s) de l'auteur : J'espère que cette fan fiction vous plaira.

EDIT: N'hésitez surtout pas à laisser vos commentaires, qu'ils soient positifs ou négatifs, cela m'aidera à m'améliorer. Merci à tous
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation:
Loélia, 28 ans, et Coralie, 25 ans, vivaient depuis plus de trois ans, en colocation, dans le centre-ville de Londres. C'était un choix mûrement réfléchi par les deux demoiselles et cela leur convenait plutôt bien. La vie trépidante de cette ville multiculturelle leur plaisait à toutes les deux. Les deux femmes étaient devenues amies cinq ans plus tôt, et au fil des années, leur amitié avait grandi, tant et si bien qu'elles étaient devenues sœurs de cœur. Voilà pour la petite histoire.

Un matin comme tant d'autres, Loélia se leva la première très tôt, passa par la salle de bain pour se rafraîchir, brossa ses longs cheveux bruns, et enfin, s'habilla d'un beau jeans et de sa blouse préférée, celle qui était mauve avec un papillon noir brillant dessus. Elle descendit finalement à la cuisine afin de préparer le petit déjeuner. Une fois cela fait, elle se posta au pied des escaliers.

«Coco !! Tu te lèves ?»
«Mmmh quoi ??»
«J'ai demandé si tu te levais!»
«Pourquoi ?» demanda-t-elle, piquée au vif par sa curiosité habituelle.
«Tu verras bien, je te réserve une petite surprise. Prépare-toi et plus de question, ok ?»
«Ok !» fit-elle. «Je me prépare et j'arrive...»

La jeune femme se leva prestement, subitement motivée par l'info, si minime soit-elle, que son amie venait de lui donner. Elle aimait les surprises, c'était un fait, et en général, les cadeaux de Loélia en valaient vraiment la peine. Elle passa par la case salle de bain pour se laver, arrangea vivement ses courts cheveux noirs, puis elle resta plantée durant deux minutes devant sa penderie, en se demandant bien ce qu'elle pourrait mettre. Le choix fut vite fait, un pantalon noir, une chemise blanche et un gilet noir, voila qui lui semblait bien.

Dix minutes plus tard, Coralie pénétra dans la petite cuisine, l'air vraiment fatigué. Des cernes se dessinaient sous ses petits yeux. Elle prit place à table et avala trait sur trait deux tasses de café fort qui l'aideraient à se réveiller, du moins, c'est ce qu'elle pensait. Une fois le petit déjeuner terminé, elle aida son amie à faire la vaisselle. C'est alors qu'un bruit assez bizarre retentit dehors, un bruit que Coralie ne put définir. Loélia, de son côté, esquissa discrètement un petit sourire en coin, elle savait qui c'était, elle reconnaîtrait ce son si particulier n'importe où. Elle s'essuya rapidement les mains, et entraîna son amie dans le jardin.

«Viens !! Allez traîne pas !!»
«M'enfin, tu vas me dire ce qui se passe ? Pourquoi on va dans le jardin?»
«Il arrive, Coco ! Il arrive !» Répondit-elle simplement en ouvrant en grand la porte donnant sur l′arrière de leur maison.
«Mais qui arrive ? Décidément, je ne comprends rien à rien... Une petite explication ne serait pas de refus !»

Coralie eut très vite la réponse à sa question. En effet, une cabine de police toute bleue apparut petit à petit devant elles. Voilà quelque chose d'irréel, pensa la jeune femme qui en était restée stupéfaite. Une fois le TARDIS – tel est le nom de la machine - posé, la porte s'ouvrit et un homme en sortit.

«Hello Loélia ! » Lança-t-il tout sourire

Il baissa les yeux et remarqua à sa grande surprise qu′il avait écrasé les jolis lilas et autres roses qui poussaient dans le parterre, à proximité de la pelouse.

«Oups... Désolé... Il semblerait que j′ai écrasé vos fleurs...
«Bonjour Docteur !» répliqua-t-elle joyeusement avant de remarquer l′horreur.
«Mes fleurs... Mes jolies fleurs!» s′écria-t-elle, consternée
«Milles excuses... Je vous en rachèterai d′autres, même si je sais pas où on en trouve... Promis juré...» tenta-t-il, pour calmer la jeune femme
«Vous avez intérêt! Bon, vous êtes à l′heure c′est déjà ça!»

Soulagé que sa nouvelle amie ne lui en tienne pas plus rigueur, il souria de plus belle et répondit à celle-ci

«Sachez ma chère, que je suis toujours à l'heure... Sauf quand mon TARDIS me fait des coups fourrés ! Ce qui en général arrive assez rarement... Oh mais que vois-je ? Une autre terrienne ?»
«En effet... Docteur, je vous présente ma meilleure amie... Coralie !» Répondit Loélia en faisant les présentations.

La principale intéressée, elle, n'en revenait toujours pas. Avait-elle bien entendu ? Le Docteur ? Le fameux Docteur dans son TARDIS ? Celui dont Loélia n'arrêtait pas de lui parler depuis des mois. A vrai dire, elle avait également énormément de mal à en croire ses yeux. Elle se pinça et la douleur lui confirma qu'elle ne rêvait pas. Le Docteur était bel et bien devant elle. En cet instant, elle le savait, son rêve le plus fou était devenu réalité.

«Mon dieu... Mon dieu...» fut tout ce qu'elle parvint à articuler...

Le gallifréen s'approcha de Coralie, lui tendit sa joue pour lui faire la bise à sa manière.

«Hello, Coralie, je suis le Docteur... et oui, je suis bien un maboule dans une boite...
«Hein?» fit intéressée, l′air de ne pas trop comprendre. «Pourquoi vous me dites cela?»
«Tu l′as pensé, non?»
«Non, du tout.... De plus, je vous trouve plus mignon que maboule...»
«Sérieusement?»
«Ben oui, si je vous le dit... Je vous trouve vraiment très charmant»
«Bon... D′accord... hem...» Il rougissait en se grattant la tête, puis, soudain, d′un ton solennel, il rajouta «Je promets de ne plus dire une telle chose sans réfléchir.»

Il se tourna de nouveau vers Loélia.

«Il parait qu'il y a un anniversaire à fêter ? J'adore les anniversaires, sauf que j'ai jamais pu assister à ce genre de réjouissance.
«Effectivement, Docteur, c'est celui de mon amie... Et vous étiez la surprise tant attendue !»
«Une surprise ? Moi ? Je suis flatté ! On ne me l'avait encore jamais faite ! J'adore les surprises ! Bon et bien... Coralie... Où aimerais-tu aller ?»

L'intéressée, qui n'avait cessé de contempler le Docteur durant dix minutes, sursauta à l'évocation de son nom.

«Oui ? Pardon... Je... Je rêvais... Vous disiez ?»
«Je voulais juste savoir où tu aimerais aller à bord du TARDIS ? Choisis ! L’univers tout entier est à tes pieds.»
«Et bien... A vrai dire, je préfère vous laisser choisir, je veux garder la surprise entière ! Puis, vous vous y connaissez bien mieux que moi en planète.»
«D′accord, c'est votre dernier mot ?»
«Oui !» répondirent en chœur les deux demoiselles.

Après leur avoir fait un petit clin d′œil, il rejoignit sa chère boite bleue, et d'un claquement de doigts, il fit ouvrir les deux portes. Et voilà que nos deux donzelles s'avancèrent et entrèrent à l'intérieur. Pour Loélia, le décor lui paraissait à présent anodin, elle avait déjà voyagé une fois avec lui, elle s'était donc déjà habituée à la grandeur magique de l'intérieur. Quant à Coralie, elle avait les yeux brillants, elle ne sut où donner de la tête. Elle sortit de la cabine, en fit le tour et rentra à nouveau. Elle semblait toujours aussi dubitative.

«Mais... Mais... C'est... C'est plus grand...»
«... A l'intérieur !» termina l'homme. «Oui, je sais, c'est ce que tout le monde me répète sans cesse. Tu t'y feras assez vite, crois-moi !» Poursuivit-il en s'activant à la console.

Quelques minutes plus tard, Le TARDIS se dématérialisait pour partir vers des contrées lointaines, par-delà les étoiles et les planètes.


Citation:
Après être passé par un trou noir, il vogua dans un autre univers. Tout allait pour le mieux jusqu'à ce que subitement, la cabine spatio-temporelle devienne folle. Elle ne cessait d'être bousculée de gauche à droite, un peu comme si elle était entraînée par quelque chose... Un coup d’œil à l'écran permit au Docteur de constater qu'ils fonçaient tout droit sur une planète verte, une planète dont il ne savait rien... Il essaya alors de faire dévier l'appareil de sa trajectoire, malheureusement celui-ci était devenu incontrôlable.

«Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ma belle ?»
«Que se passe-t-il, Docteur ?» demanda Loélia.
«Le TARDIS ne répond plus... On dirait que cette boule verte devant nous attire irrémédiablement ! Les commandes ne répondent plus !»
«J'ai peuuuuuuuuuuur !» Hurla Coralie «Je veux sortiiiiiiiiiiiiiiir !» poursuivit-elle en se tenant à la rambarde de toutes ses forces.
«Je vous conseille vivement de vous tenir, les filles ! Ça va secouer !!» fit le Docteur en se prostrant par terre !

Coralie et Loélia eurent tout juste le temps d'adopter la même position que leur ami que l'appareil se remit à faire des cabrioles. Puis après quelques minutes, tout redevint calme. Le Gallifréen, le premier, sortit à l'extérieur afin de voir si aucun danger ne les guettait. Les filles le rejoignirent peu de temps après et tous trois contemplèrent le paysage on ne peut plus extraterrestre. Une forêt dense s'étendait devant eux. Le ciel, quant à lui, était d'un vert pâle. Au loin, si on levait bien la tête, on pouvait y apercevoir une chaîne de montagnes tout aussi verte. C'est tout ce à quoi le panorama se résumait. Il n'y avait aucun bruit, et encore moins de signe de vie... Rassurés, ils sortirent de la cabine.

«C'est bizarre, vous ne trouvez pas ? Ce silence est malsain... C'est comme si quelque chose se préparait... Quelque chose de terrifiant...» lança Coralie, pas très à l'aise.
«Arrête un peu, Coco ! Ton imagination débordante te joue une fois de plus des tours ! Ce paysage est tout simplement magnifique, ça me donne envie d'aller y jeter un œil !»
«Bon ok... Tu as certainement raison...» capitula Coralie. «Docteur ? Vous venez avec nous ?»
«Heu non, non... Je dois vérifier pleins de trucs... Impliquant d'autres trucs... Très compliqués... Allez-y, je vous rejoindrai après les filles...»
«D'accord !»

Les deux filles pénétrèrent dans la forêt et se promenèrent tranquillement, bras dessus bras dessous.

«Alors dis-moi, comment tu as rencontré ce Docteur ? Hum ? Je veux tout savoir de A à Z...» demanda Coralie, très curieuse
«Et bien... heu... C'est un peu compliqué, tu vois. Et je te connais, tu ne me croiras pas encore...»
«Allez ! Raconte s'il te plaît! T'as attisé ma grande curiosité !» la supplia-t-elle
«Bon ok ! J'ai fait un vœu et il est venu... C'est aussi simple que ça ma chère !»
«C'est tout??? Et après ?»
«Après, on a fait connaissance, on est parti faire un tour... C'est lui qui me l'a demandé, j'ai accepté... Il ne voulait pas voyager seul depuis... Depuis que ses amis, Amy et Rory, ont trouvé la mort... Je lui ai promis que l'on partirait tous les trois, après avoir préparé ta surprise ! Tu me croiras ou non, quand j'ai prononcé le mot surprise, il était on ne peut plus motivé... Il sautait partout, tel un cabri ! Il m'a tellement fait rire coco ! Et comme je savais que ton rêve était de le rencontrer, j'ai mis tout cela sur pied et voilà... Nous sommes à présent sur une planète inconnue, à nous promener... Grâce à lui et sa cabine spatio-temporelle.»
«Le pauvre... Ça fait combien de temps qu'il est seul ?»
«Oh... peut-être 5 ou 6 mois ? J'ai pas pensé à... Tu as entendu ?»
«Entendu quoi ? Y a pas un seul bruit...»
«Une galopade... Et ça vient vers nous !»
«Oh merde !!! Maintenant que tu le dis, je l'entends aussi !»
«Courons !»
«Excellente idée ! C'est quoi le cri de guerre du Docteur ?»
«Geronimo !»
«Alors GERONIMOOOOOOOOOOOOOOOOO !»

Mortes de trouille, elles se mirent à courir, traversant le bois à toute vitesse, si bien qu'elles arrivèrent au TARDIS en même pas deux minutes.

«Et bien ? Que vous arrive-t-il les filles ?» demanda le Docteur, étonné de les revoir de sitôt.

Ce fut Coralie qui répondit la première, avec un peu de mal vu son essoufflement.

«Quelqu’un arrive... Une horde... Ils couraient... après nous...»
«Je les vois... Ils sont là...» répondit calmement le gallifréen. «Montez dans le TARDIS, je vais aller leur parler... Ils ne doivent pas être si dangereux je pense... Et vous deux, ne sortez de là sous aucun prétexte, c′est compris?»
«Mais...» tenta Coralie.
«Viens ! Il sait très bien ce qu'il fait... Rentrons !» s'exclama Loélia, sûre d'elle. «Allez traîne pas !» Poursuivit-elle en la tirant par le bras.


Citation:
Pendant ce temps, le Docteur s'avança vers les habitants de cette planète étrange. Ceux-ci ressemblaient à des humains: deux bras, deux jambes, une tête avec deux yeux, un nez et une bouche, bref tout ce qu′il y avait de plus normal... Oui, sauf qu′un petit détail les différenciait des terriens: leur peau était mauve, tout comme leurs combinaisons. Après s′être toisés sans un mot durant de longues minutes, celui qui semblait être le chef s'avança et prit la parole d'une voix sépulcrale.

«Qui êtes-vous et que venez-vous faire ici ?»
«Hello, peuple de cette planète, je suis le Docteur... Hum... Je suis tout aussi extraterrestre que vous, je viens de la planète Gallifrey.

Comme pour prouver ses dires, il sortit son papier psychique qu′il tendit à l′extraterrestre. Celui-ci le consulta puis le lui rendit. Le docteur poursuivit aussitôt.

«Pouvez-vous me dire de quelle planète il s’agit ?»
«C'est Asturion... surnommée la planète hurlante... Puis-je savoir ce que vous êtes venus faire ici?
«Croyez-moi, c′est un accident. Quelque chose nous a attiré ici et depuis, il ne m'est plus possible de faire décoller mon TARDIS...»
«Un TARDIS, vous dites? Qu′est-ce que c′est exactement?»
«Oh juste une boite faites de brics et de brols qui sert pour le voyage dans l′espace et le temps. Que faites-vous? Je vous assure que je ne suis pas armé...»

Devant lui, les Asturios – nom de ces habitants pas très accueillants à vrai dire – visaient le pauvre docteur de leur arme bizarroïde, mélange de mitraillette et de trompette. Le chef s′avança une nouvelle fois vers lui.

«Je suis désolé de vous informer que vous êtes dorénavant notre prisonnier.»
«Quoi? Mais pourquoi? Je ne suis pas dangereux, je ne suis même pas armé, si on excepte bien entendu mon tournevis sonique...»
«Notre planète est protégée. Pour y venir, il faut pouvoir y montrer patte blanche. Aucun visiteur n′est admis.»
«Voilà qui n′est pas commun. Et pourquoi tant de sécurité?»
«Notre Grand Maître l′a décidé...»

L′alien s′interrompit brutalement et se raidit, comme s′il recevait un message télépathique. Après quelques minutes, il reprit contenance et s′adressa à nouveau au Docteur.

«Le Grand Maître veut vous rencontrer. Suivez-nous!»

Le Gallifréen, ne voyant rien d′autres à objecter, suivit les Asturios dans la forêt.

Pendant ce temps, dans le Tardis, l′attente se faisait longue pour les deux demoiselles. Si Loélia, assise dans un coin, gardait tout son flegme, Coralie, elle, était dans un état pas possible. Elle ne cessait de faire les cent pas en marmonnant des choses incompréhensibles entre ses dents.

«Coco, tu devrais aller te détendre, tu me parait bien énervée.»
«Il y a de quoi, non? Le docteur n′est toujours pas revenu! C′est mauvais signe, il lui est sûrement arrivé malheur! Je dois aller le secourir!» répliqua-t-elle d′une seule traite.

Loélia se leva, s′approcha de son amie et la prit doucement par les épaules.

«Écoute, je comprends ton point de vue, mais sincèrement, tu ne devrais pas t′inquiéter outre mesure. Le docteur en a vu des vertes et des pas mûres lors de ses précédents voyages. Il va revenir par tous les moyens qui lui sont possible... J′en suis certaine. Nous sommes en sécurité à intérieur... Et puis, nous ne savons pratiquement rien de ces aliens.»
«Oui, tu as certainement raison. Mais bon, tu me connais.»
«Oui, ma puce, je sais comment tu es, mais crois-moi, nous faisons mieux d′attendre ici... Tu me fais confiance?»
«Bien sûr, qu′est-ce que tu crois?»
«Bon, voilà qui est mieux. Je pense qu′un petit plongeon dans l′eau ne te ferait pas de mal.»
«Quoi? Il y a une piscine? Ici? Dans le Tardis?»
«Exact, et une bibliothèque aussi... Le tout dans la même pièce... En tout cas, c′est ce qu′il m′a dit...»
«C′est....» tenta-t-elle, mais Loélia l′interrompit aussitôt
«Fantastique?»
«Non... c′est pas vraiment le mot que je cherchais.»
«Bizarre?» hasarda Loélia
«Mmmh.... oui, et même plus.... C′est surprenant je dois dire... Une bibliothèque dans une piscine... Incroyable, même!»
«Oh, tu t′y feras assez vite à cette étrangeté.. Au fait, tu trouveras la piscine à droite au bout du couloir... A moins que ça soit à gauche???»
«T′en fais pas, je trouverai bien... Ce n′est quand même pas si grand que ça... Si?»
«Tu serais bien étonnée, ma vieille! Allez va nager un peu, ça te feras du bien. Pendant ce temps, je vais chercher des infos sur cette planète et sa population.»
«Ok, tu m′appelles s′il y a quoi que ce soit!»
«Oui! Go! Répliqua Loélia, plus sèchement

Tandis que Coralie partit nager, Loélia, elle, tourna l′écran et fit ses recherches. Pendant ce temps, loin, dans la forêt, le Docteur était parvenu devant un immense bâtiment blanc contrastant avec tout le vert de cette curieuse planète. Ils entrèrent à l′intérieur, parcoururent plusieurs centaines de mètres dans un immense corridor également tout blanc et arrivèrent devant une immense porte gravée de symboles indéchiffrable pour le commun des mortels. Quel ne fut pas sa surprise pour le docteur de constater que celui qui était assis sur le trône en face d′eux était quelqu’un de familier.

«Ah, Docteur, quel plaisir de vous voir... Cela faisait longtemps il me semble... Garde, laissez-nous, vous voulez bien? J′aimerais rester seul à seul avec notre visiteur.»


Citation:
Le Docteur était très étonné de voir ce personnage familier devant lui. Il le regardait avec des yeux ronds en bafouillant

«Vous?... Ici??... Mais comment....»
«Oh voyons, ne faites pas celui qui ignore tout, par pitié! Oublieriez-vous que je suis tout comme vous un seigneur du temps?» fit-il, d’un ton sarcastique
«Je vous avais tué... Je vous ai vu mort! Comment... Comment avez-vous fait pour....»

Le Grand Maître – ou Harold Saxon, autrement dit le Maître - le coupa dans son élan et s’expliqua.

«On m’a ressuscité une fois de plus, grâce à un culte bien spécifique.. Une fois mes forces récupérées, j’ai cherché un endroit où me cacher en attendant que vous réapparaissiez... J’ai trouvé ici même, les Asturios, qui ont vu en moi leur chef. Ils m’ont accueilli et m’ont couronné Grand Maître. Sans jeu de mot, je trouve que c’est un titre qui me sied assez bien.» fit-il, assez fier de lui. «A présent que je vous ai, je ne vous lâcherai plus, croyez-moi! Je me suis fait une promesse, et je la tiendrai!»
«Et laquelle?» demanda le Docteur, d’un air cynique (pour sûr, il connaissait déjà la réponse)
«Vous tuer, bien entendu! Vous vous attendiez à quoi?»
«Et avec quoi? Dois-je vous rappeler que toutes vos tentatives ont échouées jusqu’à présent?»
«Inutile. Ceci fera affaire! L’une de mes créations pour laquelle je suis le plus fier.» répliqua-t-il avec arrogance.

Tout en parlant, il avait sorti de la poche de son long manteau rouge un objet ressemblant à un tournevis, en tout point semblable à celui du Docteur.

«Quoi? Un tournevis sonique? Vous voulez rire? Le jour où ce gadget tuera quelqu’un, les poules auront des dents.» rétorqua le Docteur, d’un ton railleur.
«Détrompez-vous, Docteur. Ce tournevis ressemble peut-être au vôtre, mais il fait bien plus que votre minable joujou... Une petite démonstration?»
«Si vous insistez.» répondit-il simplement, en sortant son propre sonique de sa poche.

Le Maître se leva de son trône, descendit les deux marches et se posta face à son adversaire. Les deux hommes se dévisagèrent un long moment sans mot dire, les soniques en avant. Puis, sans prévenir, le Maître fit sonner son objet qui affichait une couleur très rouge. Aussitôt, le Docteur vit le sien voler à quelques mètres de lui. Le voilà proprement désarmé.

«C’est tout?» questionna le Docteur, aucunement effrayé. «Même le mien fait ça»
«Ceci n’était qu’un avant-goût. J’ai plus d’un tour dans mon sac» répondit le maître,

Un nouveau coup de l’appareil et le Gallifréen fit un magistral vol plané. Il atterrit lourdement à 30 mètres de là, totalement sonné. Harold, narquois, s’avança lentement vers lui, tout en le fixant de ses yeux bleus océan.

«Alors, qu’en dites-vous? Et encore, vous n’avez pas tout vu...»
«Vous... Vous n’aurez pas l’occasion...d’en faire plus...Vous ne réussirez pas à m’avoir!» répondit-il difficilement.
«Qu’est-ce qui vous fait dire ça? Vous pensez réellement m’échapper? Avec tous les Asturios qui montent la garde? Vous êtes ridicule... Ridicule et ringard...»

Le Docteur, avec beaucoup de difficulté, se releva. Il regarda Harold dans les yeux tout en relevant la manche de sa veste. Un manipulateur de vortex apparut alors à son poignet.

«Vous croyiez quoi? Que j’allais me laisser enfermer bêtement? Moi aussi, j’ai plus d’un tour dans mon sac, Saxon!»

Sardonique, un léger sourire au coin des lèvres, le Docteur, tout en chipotant à son mini ordinateur, le regarda dans les yeux.

«Je dirais bien à la revoyure comme certains diraient, mais je n’en ai pas envie... Alors adios amigos!» fit-il en faisant le salut militaire.

Il appuya sur le gros bouton et disparut comme par enchantement. Le Maître, hors de lui, hurla à plein poumon.

«NON! VOUS ALLEZ ME LE PAYER DOCTEUR!! GAAAARDE!! JE VEUX QUE VOUS ALLIEZ AU TARDIS! RAMENEZ-MOI LE DOCTEUR!!

Aussitôt, toute une horde d’Asturios bondit hors du bâtiment et se ruèrent vers le TARDIS, dans la ferme intention d’empêcher leur ennemi de partir.

Dans la boîte bleue, justement, le Gallifréen venait d’apparaître dans un flash, faisant sursauter Loélia qui était en pleine rêverie. Elle le fixa, se frotta les yeux, le regarda à nouveau puis, voyant qu’il était bel est bien là, se précipita sur lui pour le serrer dans ses bras, heureuse qu’elle était. Elle entreprit ensuite de l’examiner de la tête aux pieds à la recherche d’une éventuelle blessure. Il n’en fut heureusement rien, si on exceptait les quelques hématomes dus à sa chute.

«Je vais bien, Loélia, ne t’en fais pas. Le plus urgent est de partir d’ici au plus vite!»
«Pourquoi?»
«Les questions plus tard! Le Maître a sûrement dû prévenir les Asturios de mon départ précipité. Ils vont arriver.» répondit-il en s’activant autour de la console.
«D’accord, je vois ce que vous voulez dire.»

La cabine spatio-temporelle se mit tout doucement à rugir et disparut peu à peu. Seulement, un des Asturios, arrivé à proximité de la machine, avait bondi dessus, si bien qu’il devint un passager clandestin.

Quelques minutes plus tard, une Coralie furibonde et toute mouillée déboula comme un éclair puis fonça sur son amie, sans même prêter la moindre attention aux alentours.

«Loélia, tu aurais pu prévenir qu’on partait!»
«Coco, calme-toi et explique-toi!»

Celle-ci, n’écoutant visiblement pas ce que son aînée lui disait, poursuivait son monologue.

«Tu pars sans le Docteur? C’est nouveau ça!! Mais qu’est-ce qui te prends? En plus j’étais presque habillée lorsqu’une secousse me fit à nouveau tomber à l’eau!»
«Coralie, tu veux bien écouter stp?»
«Oui! Quoi?»
«Tourne légèrement la tête»

Elle exécuta et tourna la tête vers la gauche.

«Pourquoi tu me demandes ça? Y a rien à voir...»

«Mais non gourde! Vers la droite...»

Elle tourna donc à nouveau la tête vers le bon côté. On put alors voir la colère la quitter. A la place, une expression de surprise s’afficha sur son visage.

«Docteur! Mon dieu!! Vous allez bien?» s’écria-t-elle en accourant vers lui
«Oui, tout va bien... Argh... Tu m’étrangles!»

La jeune femme, folle de joie, venait de lui sauter au cou et l’embrassait partout sur le visage avant de se rendre compte de son geste. Elle retira ses bras, rouge de honte, se confondit en excuse avant de filer en vitesse pour se changer.

Loélia, gênée par l’attitude de son amie, lui tendit une serviette afin qu’il se sèche et profita de l’occasion pour discuter un peu avec lui.


Citation:
Tandis que le Gallifréen s′occupait de scanner, à l′aide son tournevis sonique, d′étranges bouts de verre qu′il avait sorti de dessous la console, Loélia, elle, avait repris sa place sur son siège préféré et regardait son ami tout en pensant à un millier de choses. Une question qu′elle avait en tête depuis un bon moment déjà lui revint alors en mémoire, elle se demandait juste si c′était vraiment le moment de lui en parler. Elle réfléchit et l′évidence lui sauta alors aux yeux. Bien sûr que c′était le moment, de toute façon, tôt ou tard, il fallait bien remettre cela sur la table. Quelques minutes plus tard, n′y tenant plus, elle appela le Docteur qui se retourna.

«Heu... Docteur... Puis-je vous poser une question?» tenta-t-elle
«Oui, bien sûr» répondit-il en poursuivant son scanning
«Cela concerne vos amis... Amy et Rory... N′est-ce pas trop dur pour vous, de ne plus les voir?»

D′un coup, il s′arrêta net, visiblement troublé par cette question qu′il n′attendait pas. Il remit les bouts de verre dans la boîte, son tournevis, lui, retrouva sa place dans la jaquette et enfin, il se retourna vers la jeune femme qui, sur le coup, avait les joues un peu rouge de honte.

«Désolée... Je n′aurais pas dû... Cela ne me regarde pas...» bredouilla-t-elle, mal à l′aise face à la mine déconfite de son ami.
«Non, ne t′excuse pas... C′est juste que je ne m′attendais pas à cette question... Cela faisait si longtemps, Loélia... Oui, ils me manquent, c′est un fait, et rien ni personne ne me les rendra... Malheureusement…» avoua-t-il d′une traite, d′un air triste.
«Voulez-vous qu′on parle un peu d′eux?»
«Je ne sais pas...»
«Sans vouloir vous offenser, je pense que cela vous ferait du bien... Maintenant, je ne veux pas vous influencer, ce n′est pas mon but…Cela étant dit, je sais que leur perte vous a vraiment fait du mal...»
La phrase que venait de dire Loélia eut un effet bénéfique sur le Docteur qui se lança alors dans ses explications. Parler d′eux lui ferait certainement du bien pensa-t-il.

«Bien sûr que leur départ m′a attristé, ils étaient tout pour moi, c′était un peu ma seconde famille... J′ai plein de souvenirs avec eux, des souvenirs que je ne veux absolument pas oublier... Notamment nos aventures à Venise. Je leur avais offert ce voyage comme cadeau amical, une escapade romantique rien que pour eux deux. Une fabuleuse balade. Lors de notre long périple, nous avons également rencontré quantité d′Aliens: des vampires, des Siluriens, le Silence, des Atraxis, des Daleks, des Anges Pleureurs. On a même pu voir une baleine interstellaire qui portait sur elle un îlot abritant la Grande Bretagne dans le futur.»
«J′aurais tellement voulu être une petite souris pour voir tout cela... Et je suppose que ça devait être fantastique.»
«Ça l′était. Ce qui l′était moins, en revanche, c′est le jour où j′ai dû dire adieu à Amy et Rory... j′ai jamais pu oublier ce moment-là... L′Ange Pleureur était là, dans ce cimetière et venait d′envoyer Rory dans le passé. Amy, elle, était dans tous ses états, elle voulait le rejoindre à tout prix et malgré mes supplications, elle aussi a été renvoyée dans le passé où ils sont morts ensemble... Amy, la fille qui attendait, m′a laissé un message à la fin du livre... Je l′ai gardé précieusement en souvenir d′eux.
Tout en parlant, il avait retiré du revers de sa veste un papier plié en quatre qu′il tendit à Loélia. Celle-ci, émue, le prit, le déplia et le lut. Une fois cela fait, elle releva un visage dont les yeux étaient brillants de larmes. La lettre d′Amy à son docteur débraillé l′avait beaucoup plus ébranlée qu′elle ne l′aurait pensé.

«Wouaw, cette lettre est magnifique. Au moins vous savez que vous ne devez pas vous sentir coupable. »
«Non c′est vrai... A la lecture de cet épilogue, c′était comme si toute la peine accumulée en moi s′en était allée. Amy a su trouver les mots justes pour me réconforter. C′était comme si elle savait que leur départ allait me rendre triste.»
 
Loélia sembla réfléchir pendant un moment puis son visage s′éclaira.
 
«Je viens d′avoir une idée, mais je doute que cela vous plaise, Docteur.»
«Propose toujours.» dit le Docteur
«On devrait se rendre sur la tombe de vos amis, déposer une gerbe de fleur. Vous pourriez ainsi vous recueillir.»
«Tu crois que ça m′aiderait?» la questionna-t-il, peu sûr de lui
«Pourquoi pas? On peut toujours essayer.»
«Merci en tout cas, d′avoir osé parler d′eux. Ça m′a fait un bien fou.»

Coralie choisit ce moment pour revenir dans le poste de contrôle. Elle vit son amie prendre dans ses bras le docteur qui semblait triste. Elle toussota pour signaler sa présence, ce qui fit rougir légèrement Loélia.

«Dites-le moi si je dérange hein!» lâcha-t-elle
«Coralie... Depuis quand t′es là?»
«Je viens d′arriver. De quoi parliez-vous?» demanda-t-elle, curieuse comme toujours.

Ce fut le Docteur qui répondit le premier, ne laissant même pas le temps à Loélia de répliquer quoi que ce soit.

«On parlait d′Amy et Rory, mes compagnons d′alors...»
«Ah... D′accord... Cela explique ce que j′ai vu...» fit-elle
«J′y crois pas! Miss Coco est jalouse... Je ne te savais pas ainsi.» Répondit Loélia, d′un air taquin.
«Oh ça va... Loé, tu me feras un topo détaillé de tout ce que le Docteur t′as dit à leur propos!»
«Promis, juré, ma chère. Bon et sinon, ce plongeon dans la piscine t′a fait du bien?»
«Hum... oui... Si ce n′est que les livres de la bibliothèque ne cessait de me tomber sur la caboche... Très gai de barboter au milieu de bouquin qui n′ont rien à faire là. M'enfin je me suis déjà habituée à ces fantaisies très... disons.... Farfelues!»

Le Galifréen interrompit leur petite dispute et leur informa que le Tardis venait de se matérialiser dans le cimetière où reposait le couple. Le Trio sortit dehors et huma l′air frais qui soufflait doucement. Le paysage était calme, les oiseaux pépiaient dans le ciel et les arbres aux alentours bruissaient au gré du vent. Derrière le Tardis, l′Asturios, qui s′était accroché à la cabine depuis tout ce temps, repris son souffle avant de se rendre compte que son ennemi venait de sortir avec ses amis. Lentement, sans un bruit, il sortit de sa cachette et s′approcha de Coralie, restée en retrait, et la prit par la gorge avant de disparaitre dans un éclair.

_________________
Trust me, I'm the doctor!


Dernière édition par loelia1977 le Jeu 30 Mai 2013 - 10:04; édité 5 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Avr 2013 - 16:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
loelia1977
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2013
Messages: 84
Localisation: Belgique - Hainaut
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mar 23 Avr 2013 - 10:16    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Juste pour vous signaler que le chapitre 4 est en cours d'écriture. Cependant, j'ignore jusqu'où je peux aller dans les chapitres. Encore une fois merci à ceux qui suivent ma première fiction.
_________________
Trust me, I'm the doctor!
Revenir en haut
loelia1977
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2013
Messages: 84
Localisation: Belgique - Hainaut
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 24 Avr 2013 - 14:37    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

4e chapitre posté. Je pense encore faire 2 ou 3 chapitres en plus.
_________________
Trust me, I'm the doctor!
Revenir en haut
loelia1977
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2013
Messages: 84
Localisation: Belgique - Hainaut
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Jeu 30 Mai 2013 - 10:01    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

5e chapitre posté
_________________
Trust me, I'm the doctor!
Revenir en haut
Angel
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2012
Messages: 653
Localisation: Au find fond de mon pot de Nutella
Féminin Taureau (20avr-20mai) 猪 Cochon

MessagePosté le: Jeu 30 Mai 2013 - 18:17    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Salut salut ^^

Alors j'ai lu le premier chapitre, c'est plutôt sympa au début ^^

Juste j'ai une grosse question : comment est-ce qu'elle connaît le Docteur ? Comment l'as-t-elle fait venir ?

Tu dois sûrement savoir que l'on ne fait pas venir le Docteur "comme ça" ^^ De plus, il me semble qu'Eleventh a le plus souvent des compagnons, à part sa période dépressive après le départ d'Amy et Rory. Je te demande donc : quand se situe la fiction ?

Voilà ^^ je vais lire les autres chapitres après, là je dois partir, mais je veux juste savoir si t'as l'intention de l'expliquer ou pas du tout ^^
_________________


Loony and proud yeah !

http://baraqueafrites.xooit.com/index.php
Revenir en haut
loelia1977
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 29 Mar 2013
Messages: 84
Localisation: Belgique - Hainaut
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Ven 31 Mai 2013 - 08:52    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Ah non mais rien n'empêche que je l'explique dans un commentaire (c'est quelque chose que j'avais pas pensé, il faut dire que je débute sur Doctor Who)

L'histoire se passe quelques mois après le 7x05. Eleventh avait rencontré Loélia dans un parc alors qu'il réfléchissait sur un banc. Ils ont discutés puis il lui a proposé de faire un tour dans son TARDIS. Ensuite vient l'histoire proprement dit. Loélia, en le quittant, lui avait demandé de revenir pour faire une surprise à son amie.)

Merci pour ta remarque, je cherche surtout à m'améliorer, surtout sur les fics Doctor Who (je suis nettement plus habituée à écrire sur The Mentalist, pour ceux qui connaissent). Donc si vous avez d'autres questions, n'hésitez surtout pas, je me ferai un plaisir de vous répondre.
_________________
Trust me, I'm the doctor!
Revenir en haut
DoctorSaewen4062
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2013
Messages: 7
Localisation: Univers parallèle
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 25 Juil 2013 - 19:39    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Hello Loelia
J'adore ta fic, c'est vraiment excellant et entraînant, je suis pressée que tu mette la suite.
Un seul truc à te dire : continue c'est juste super !!
Revenir en haut
loelia2007
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2012
Messages: 3
Localisation: Belgique
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 17 Aoû 2013 - 19:00    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Etant donné que je ne sais plus éditer mon premier message pour rajouter le chapitre 6, je le mets ici même. Donc pour ceux qui désireraient commencer, les 5 premiers sont sur le premier message, et le reste viendra à la suite ici (pas le choix)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Loélia, alertée par le cri de terreur de son amie, se retourna et constata avec effroi que celle-ci avait tout bonnement disparu. Elle était paniquée, ne saisissant manifestement pas ce qu’il se passait. Le Docteur, ayant tout compris, la pris dans ses bras tout en douceur et lui expliqua tout en détail

«L′Asterios... C′est lui qui a enlevé ton amie... Il a fait ça pour que je revienne...»
«On doit la sauver, Docteur! J′ai trop peur de la perdre... Je ne veux pas qu′on me prive d′elle...»
«Nous allons nous y rendre, Loélia, mais il est important que tu recouvres ton calme, tu comprends? Je te promets que je ferai tout pour la sortir de là.»
«Vous me jurez que vous ferez également attention à vous?»
«Je suis le Docteur... Oui, je ferai attention à moi... Je n′ai pas l′intention de mourir, ma chère.» termina-t-il en faisant un clin d′oeil.
«Très bien...Ne traînons pas! La vie de Coralie est en jeu!»

Le duo réintégra le TARDIS qui se dématérialisa pour retourner là où tout avait commencé, sur la planète Asturion. Le Docteur avait un compte à régler avec le Maître, tout comme Loélia. Arrivés sur place, ils traversèrent la forêt et parvinrent au grand bâtiment d′un blanc immaculé. Aucun garde n′était là, cela semblait bien trop facile. Ils entrèrent donc à l′intérieur et parcoururent le long couloir qui les mena devant la double porte, antre du Maître. Là encore, aucun garde. Le Docteur et sa compagne s′introduisirent à l′intérieur et tombèrent face au blond qui leur sourit d'un air plutôt satisfait.

«Ah Docteur! Je savais que vous reviendriez... Entrez donc! Je suppose que vous venez libérer votre amie non?»

Loélia, n′en pouvant plus, explosa:

«Espèce de ... (choisissez ce que vous voulez). Vous allez me dire où est mon amie et plus vite que ça, sinon je vous promets de vous étriper!»

Le Docteur, ne s′attendant visiblement pas à ça, essaya de la calmer. Celle-ci, après avoir écouté attentivement son ami, sortit de la salle non sans avoir, au passage, lancé un regard qui se voulait glacial en direction du Maître. Le calme étant enfin revenu, les deux protagonistes reprirent là où ils s'étaient arrêtés. Une discussion allait avoir lieu, une discussion très importante. Il en allait de la vie de Coralie. Le but du Docteur étant sa libération immédiate, il mit tout en œuvre pour y parvenir, même s'il devait duper son ennemi par ses tours de passe-passe dont il avait le secret.

Pendant ce temps, dans un cachot froid, sombre et d'aspect passablement sinistre, situé au sein même du bâtiment, Coralie se morfondait depuis des heures, assise sur un semblant de lit tout crasseux, attendant que ses amis viennent la secourir, se demandant inconsciemment au fond d'elle s'ils ne l'avaient pas oublié. Elle était ainsi, il suffisait qu'elle soit seule dans un endroit comme celui-ci pour qu'elle en perde toute confiance en elle. Elle savait très bien qu'elle ne devait pas penser une chose pareille, Loélia le lui a répété des centaines, et même des milliers de fois, et pourtant, en cet instant, elle perdit à nouveau son assurance. Lorsque tout à coup, la chance lui sourit enfin. En effet, la lourde porte métallique s'ouvrit sur un garde qui tenait un plateau sur lequel reposait un morceau de pain rassis ainsi qu'une fiole d'eau. Un rapide examen du gars lui permit de constater qu'il était plutôt bête et sacrément lent, vu ses gestes. Son visage le trahissait: des yeux qui louchaient, et rajoutez à cela un rictus qui rendait ce garde on ne peut plus idiot. L'instant était crucial, elle n'avait qu'une infime chance de s'enfuir, et cette chance, elle décida de la prendre à pleine main. En un tournemain, le stupide cerbère se retrouva ficelé comme un vulgaire saucisson, et muselé, ainsi pas de risque de voir rameuter toute la clique de celui qu'elle surnommait dorénavant «la Brebis Galeuse». Où elle avait trouvé ce surnom, elle n'en savait fichtre rien, elle savait seulement que ce sobriquet lui allait à ravir. Elle ne pouvait décidément pas sentir cet homme qu'elle considérait déjà comme son pire ennemi. Qu'il ose seulement toucher un seul cheveu de son amie et il en verrait de toutes les couleurs. Telles étaient les pensées qu'elle avait en ce moment. Cela la faisait rager de ne pas savoir où était son amie, de ne pas savoir si elle allait bien. Elle essaya de se calmer et se força à penser à de bons souvenirs avec elle. Il n'était pas question qu'elle se laisse aller. Le Docteur allait tout arranger, elle avait confiance en lui. Alors, elle s'asseya par terre et ferma les yeux, en se concentrant sur sa respiration.

Pendant ce temps, dans les bas fonds du bâtiment, Coralie s'apprêta à déguerpir de cet endroit qui lui foutait une trouille royale. Après s'être assurée que son géôlier ne pouvait mal, elle referma la porte derrière elle, se faufila dans un couloir tout aussi lugubre, tout juste éclairé par de faibles éclairages. D'un côté, cela lui convenait, elle pourrait ainsi se cacher facilement si d'aventure un autre garde avait l'idée saugrenue de faire un tour par ici. Elle poursuivit son avancée et parvint enfin devant une autre porte métallique qui, miracle, était restée ouverte. Le Dieu de la Chance était-il de son côté? Doucement, avec beaucoup de précaution, elle ouvrit la porte, en essayant qu'elle ne grince pas, et passa la tête par l’entrebâillement afin de voir si aucun garde n'était là. Personne! Étant donné que ce corridor-ci était beaucoup plus illuminé, elle bondit et fila comme une flèche vers la sortie. Son but était à présent de retrouver le Tardis, elle se sentirait beaucoup plus en sécurité.

Entre-temps, au Quartier Général des Asturions, l'évasion de Coralie avait alerté les hommes qui surveillaient tout l'édifice. Pas de sirènes, à la place ils avaient un signal qu'eux seuls pouvaient entendre, un signal inaudible pour l'oreille humaine. D'un coup, sans que le Docteur ne comprenne quoi que ce soit, deux ou trois gardes entrèrent dans la salle et parlèrent tout bas au Maître qui leur ordonna de fouiller tout l'édifice. Alors seulement, le Galiffréen comprit de quoi il en retournait. Sans bruit, il se détourna et sortit de la salle, et au passage, fit un geste à son amie de le suivre dehors. Celle-ci le suivit dehors tout en se posant des questions.

A suivre
_________________
Salut, je suis le Docteur!
Revenir en haut
Bémoth
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2012
Messages: 24

MessagePosté le: Sam 17 Aoû 2013 - 22:16    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Plutôt sympa comme fanfic. Bon, c'est un peu dommage que je fasse sur la même période par contre mais je trouve ça intéressant d'avoir plusieurs versions de ces ellipses narratives et de comment on a ressenti ce passage.

Sinon, ta fanfic est bien écrite, c'est rythmée et on voit que tu connais bien la série.

Bon courage pour écrire la suite !
Revenir en haut
loelia2007
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Sep 2012
Messages: 3
Localisation: Belgique
Féminin Cancer (21juin-23juil) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 17 Aoû 2013 - 23:02    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé Répondre en citant

Merci beaucoup pour ton commentaire... Bien connaitre la série.... MMh disons que je ne la regarde que depuis 2 ans et ca ne fait que 6 mois que j'ai commencé à écrire sur Doctor Who. D'ailleurs, je trouve cela bien plus compliqué que Mentalist, mais bon, quand je vois tous les commentaires sympas, je suis contente du résultat. Cela plait même si je trouve que c'est pas encore parfait. Donc merci à toi.

Pour la suite, faudra attendre, beaucoup moins le temps qu'avant d'écrire, puis il faut que l'inspiration soit au rendez-vous
_________________
Salut, je suis le Docteur!
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:39    Sujet du message: Un voyage (très) mouvementé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com