Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Doctor Who et la philosophie
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Le Tardis -> Inside the Tardis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Angel
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2012
Messages: 653
Localisation: Au find fond de mon pot de Nutella
Féminin Taureau (20avr-20mai) 猪 Cochon

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 00:05    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Alors voilà, j'ai eu cette idée de sujet quand j'ai vu cette citation sur Evene :

« Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie. » de Friedrich Nietzsche


Et j'ai trouvé que cette citation allait très bien avec le Maître et le Docteur. J'ai également songé que je trouvais beaucoup de citations/éléments/trucs qui me font penser à Doctor Who dans tous les livres de philosophes que je lis, ou dans la littérature, bref, un peu partout, on peut citer ce qu'on veut en philosophie, c'est le principe.

Il est presque une heure du matin, j'ai envie de parler philo et de Doctor Who, et je me dis que la philo, tout le monde trouve ça ennuyeux, poussiéreux et inutile. Et j'ai envie de dire : NON ! La philo, c'est se poser des questions, et se poser des questions, ça prouve qu'on réfléchit, qu'on est pas juste des robots qui agissent de façon mécanique et instinctive. Les Cybermen ne philosophent pas. Et ça ne concerne pas seulement la morale (à laquelle on réduit souvent l'utilité de la philosophie) mais aussi tous les domaines du monde : les sciences, les objets, la psychologie, les relations humaines, les sentiments, l'économie, l'histoire, le temps... La conception du temps, tiens, un des problèmes majeurs de la série, qui nous pose tout de suite la question : Comment est le temps ? A quoi ressemble-t-il ? La philosophie devient là de la physique avec des mots.

Faire de la philosophie, c'est répondre à cette question qu'on se pose depuis tout petit : Pourquoi ? Cinq ans, c'est l'âge du pourquoi (les parents comprendront) et justement, Doctor Who est aussi une série pour les enfants. Alors avec le Docteur, posons-nous des questions, écartons nos yeux, nos oreilles, nos antennes, nos ventouses, nos tentacules, nos branches, bref, triturons-nous les méninges. Pas seulement pourquoi mais aussi comment, qui, où... Qui, par exemple... Doctor Who ? La série entière est une question. Du moment qu'il y a un point d'interrogation, comme sur le pull et le parapluie de Seventh.

Il y a bien un endroit où Doctor Who vous a fait réfléchir sur notre monde, sur votre vie, ou sur quelque chose de plus modeste, peu importe, mais sur quelque chose qui vous a fait apparaître dans votre tête une réflexion.

Allez, cherchez, creusez-vous la tête.

Posez-vous la question !
_________________


Loony and proud yeah !

http://baraqueafrites.xooit.com/index.php
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 00:05    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Melencolya
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2013
Messages: 64
Localisation: reims
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 00:51    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Personnellement, je me questionne beaucoup sur la question du "au revoir"/des"adieux", dans le sens où, quand je vois, (eleven surtout) le doc la difficulté qu'il a pour dire au revoir/adieu, pour tourner une page et passé a autre chose, je vois en miroir ma fille, qui, depuis toujours , détesté dire au revoir, non pas qu'elle ai de problème de séparation, dans le genre enfin même pour l'école, y a jamais eu de souci, mais, dans le sens ou dés qu'elle sent/comprend que l'absence sera plus ou moins longue a terme, elle a comme un blocage.
Du coup , je réfléchis beaucoup là dessus, n'ayant jamais eu de peur/crainte ou autre sur le sujet, je m’interroge beaucoup sur le sens/le ressentis que peuvent avoir d'autre personne sur ce fait. Concernant le Doc, je pense que c'est plus par rapport au fait que ayant une espérance de vie plutôt longue et ayant la fâcheuse manie de s attacher a des personne ayant une espérance de vie beaucoup plus courte , qu il a du donc vivre innombrable perte qui l'on tous affecter a plusieurs niveau, ce qui perso me conforte dans l'idée que l'immortalité ca craint de boudin, et que voir les gens , vieillir / mourir sachant qu il nous reste encore de nombreuses année a vivre, et qu'on va devoir les vivre sans eux, sans pouvoir les partager avec eux, peut-etre certes avec d'autre, mais, il reste un vide au fond, une absence.
Ce qui finalement m’amène à la question de la mort, par exemple: je craint beaucoup plus celle des autres que la mienne, la mienne ne m’effraie pas du tout, je souhaite juste pas partir trop tôt. Pour moi , après de longue réflexion, que je réajuste très régulièrement, la mort c'est quoi ? une fin, certes, mais sans cette épée de Damoclès que finalement nous avons tous au dessus de nos tête, quel véritable sens pourrions nous donner a la vie, quelle valeur aurait la vie si ce terme disparaissait pour tout le monde ??? thème qui je trouve et quand même plus ou moins régulièrement abordé dans la série (entre autre avec Jack Harkness ) et qui en conclusion me conforte dans mes idées/mon ressentis a ce propos, et que si toutes les fin sont pour soit , ou pour d'autre difficile, douloureuse ect, ça n'en est pas moins utile/nécessaire , et encore moins un stop à la vie tout court, en elle même mais à nous "forcer"/incité a vivre les choses aux moments présent avec ceux qui sont présent qui sans échéance n'auraient pa du tout la même saveur, ni le même intérêt , et que , on le voit je pense surtout avec les régénérations qui au finale nous rappelle que la fin n'est que le commencement.
_________________
Le TARDIS n'aime pas Clara.
Je n'aime pas Clara.
Donc je suis le TARDIS!
Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 12:29    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Déjà, je voudrais te féliciter, Angel, car ce topic est une excellente idée !

Ensuite ce que tu dis là me fais penser à beaucoup de choses....

Pour commencer, je voudrais lancer le sujet du "c'est bien, c'est mal" qui est très important dans Doctor Who et auquel je pense très souvent ! On nous montre très souvent le Docteur en nous le présentant comme "gentil" ou les Daleks en nous disant qu'ils sont "méchants", mais il est tout de même assez rare que les choses soient nuancées...
Je vais maintenant me pencher sur l'épisode The Fires Of Pompeii. On nous montre directement que les Pyrovilles sont méchants, qu'ils veulent coloniser la Terre etc... Mais on ne nous dit jamais qu'ils veulent avant tout survivre (car je le rappelle, leur planète a été volée par les Daleks) ! Donc certes, du coté des humains, c'est perçu comme une "mauvaise" action, mais du coté des Pyrovilles, n'est-ce pas absolument légitime ? D'autant plus que, dans cet épisode, le Docteur choisit de protéger la Terre en lançant l'éruption du volcan, mais en même temps, il tue quelques milliers d'humains (partie qui est montrée dans l'épisode) ET de commettre un génocide contre les Pyrovilles, ce que l'on ne nous dit à aucun moment !
Et ce schéma-ci se reproduit souvent dans Doctor Who, comme The Vampires of Venice...

Ceci m'amène maintenant à la question du relativisme (oui, Doctor Who oblige).
C'est un coté de Doctor Who que je trouve fantastique et très avancé sur son temps car jamais, je dis bien jamais (ou presque) un compagnon du Docteur ou lui-même ne fait de remarques xénophobes concernant une espèce rencontrée !
Dans The Rings Of Akhaten, Clara se retrouve dans un gigantesque marché, entourée de dizaines d'extraterrestres différents, mais elle ne dit jamais "Ouah il est moche celui-là" ou "Beurk il sent mauvais"... Et pourtant, je vous assure, je parierai même, que si des aliens débarquent sur Terre demain, au moins la moitié de la population mondiale (voire les trois quarts) ferait une remarque xénophobe face à d'éventuels extraterrestres, sans jamais se dire que cette espèce pense très probablement la même chose de nous. Je parle de cela au niveau Universel, mais cela se passe aussi bien sur Terre, entre humains...


Angel a écrit:
« Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie. » de Friedrich Nietzsche


Je voudrais maintenant utiliser ta citation, Angel, pour dire qu'elle ne s'applique pas forcément qu'à la relation Maître/Docteur. Quand tu as donné cette citation, j'ai tout de suite pensé aux Cybermen et aux Daleks... Eh oui, ces deux espèces passent leur temps à vouloir taper sur l'Univers mais à quoi bon ? Qu'est-ce que les Daleks feront une fois qu'ils auront détruit toute création de l'Univers ? Même chose pour les Cybermen, le Docteur le dit très bien dans The Age Of Steel.

Bref, voilà, beaucoup de choses qui me viennent à l'esprit régulièrement. Il y en a certaines dont je voudrais parler, mais pas dans l'immédiat (elles sont beaucoup plus compliquées que ce que j'ai déjà dit et plus Timey-Wimey, il faut que j'y réfléchisse avant). Si j'en ai d'autres qui viennent je repasserai par là ^^
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
Gérard
[Dark Lord of All]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 2 889
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 13:11    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Vercingétorix a écrit:



Angel a écrit:
« Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie. » de Friedrich Nietzsche


Je voudrais maintenant utiliser ta citation, Angel, pour dire qu'elle ne s'applique pas forcément qu'à la relation Maître/Docteur. Quand tu as donné cette citation, j'ai tout de suite pensé aux Cybermen et aux Daleks... Eh oui, ces deux espèces passent leur temps à vouloir taper sur l'Univers mais à quoi bon ? Qu'est-ce que les Daleks feront une fois qu'ils auront détruit toute création de l'Univers ? Même chose pour les Cybermen, le Docteur le dit très bien dans The Age Of Steel.


Si il y a une chose que l'histoire nous apprend, c'est que les combats ne cessent jamais. Les Daleks se retourneront certainement les uns contre les autres, pour savoir par exemple qui est vraiment Dalek ou qui ne l'est pas : sont-ce ceux nés de Davros, le nouveau paradigme de "victory...", ceux créés par l'Empereur ? La même chose s'appliquera certainement aux Cbermen.
_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 17:05    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Gérard a écrit:
Vercingétorix a écrit:



Angel a écrit:
« Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie. » de Friedrich Nietzsche


Je voudrais maintenant utiliser ta citation, Angel, pour dire qu'elle ne s'applique pas forcément qu'à la relation Maître/Docteur. Quand tu as donné cette citation, j'ai tout de suite pensé aux Cybermen et aux Daleks... Eh oui, ces deux espèces passent leur temps à vouloir taper sur l'Univers mais à quoi bon ? Qu'est-ce que les Daleks feront une fois qu'ils auront détruit toute création de l'Univers ? Même chose pour les Cybermen, le Docteur le dit très bien dans The Age Of Steel.


Si il y a une chose que l'histoire nous apprend, c'est que les combats ne cessent jamais. Les Daleks se retourneront certainement les uns contre les autres, pour savoir par exemple qui est vraiment Dalek ou qui ne l'est pas : sont-ce ceux nés de Davros, le nouveau paradigme de "victory...", ceux créés par l'Empereur ? La même chose s'appliquera certainement aux Cbermen.


Oui, je suis d'accord avec toi, mais après ? Quand il n'en restera qu'un ou pas beaucoup, ils vont quand même pas passer leur temps à cueillir des fleu-fleurs ? Et encore, il y en aura même plus x)
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
booster
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juin 2010
Messages: 1 171
Localisation: Dans un camp d'entraînement romain
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 22:20    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Je suis pas là pour participer au débat, mais Vercingétorix, je ne suis pas totalement d'accord avec toi sur les remarques des compagnons sur les autres espèces. Dans la nouvelle série par exemple, quand Rose rencontre les nonnes chattes, elle dit "Ce sont des chats !" D'une façon de dire "Nan mais t'as vu quoi ! Des chats !". Dans le double des Sontariens, je sais plus qui demande aux dits aliens "Comment vous faites pour vous reconnaître ?"Après, je n'ai pas d'autres exemples en tête, mais cela reste un peu présent quand même.
_________________
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 23:01    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Dame Eleusys qui parle souvent de Doctor Who et de ses rapports à la religion, voilà le genre de sujet qui devrait l'intéresser. Je trouve ça intéressant aussi, mais je ne suis pas sûre de pouvoir participer au débat. En attendant, je lis. Mr. Green
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 23:14    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

booster a écrit:
Je suis pas là pour participer au débat, mais Vercingétorix, je ne suis pas totalement d'accord avec toi sur les remarques des compagnons sur les autres espèces. Dans la nouvelle série par exemple, quand Rose rencontre les nonnes chattes, elle dit "Ce sont des chats !" D'une façon de dire "Nan mais t'as vu quoi ! Des chats !". Dans le double des Sontariens, je sais plus qui demande aux dits aliens "Comment vous faites pour vous reconnaître ?"Après, je n'ai pas d'autres exemples en tête, mais cela reste un peu présent quand même.


Oui, effectivement, je ne me souvenais pas de ces éléments là.
L'exemple qui m'était venu le plus vite à l'esprit était celui de Clara dans Rings qui ne faisait pas de remarques malgré la diversité du marché;
Mais bon, je pense tout de même que la série est assez avancée à ce niveau là, même si quelques compagnes ont pu faire des remarques. Ce que je voulais dire, c'est que ce n'est pas trop récurrent.
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 10 Juil 2013 - 23:29    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

En même temps, Rose qui dit "Ce sont des chats", ça n'est pas spécialement raciste comme remarque. Elle est juste surprise, surtout parce que ce sont des aliens qui ont une allure d'animaux domestiques terriens. Tout comme elle dit dans The End of the World "He is blue". C'est un peu la péquenaude qui sort de son trou perdu au fond de la galaxie. Ça lui passe plus tard quand elle se dévergonde un peu.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Angel
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2012
Messages: 653
Localisation: Au find fond de mon pot de Nutella
Féminin Taureau (20avr-20mai) 猪 Cochon

MessagePosté le: Jeu 11 Juil 2013 - 13:54    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Je tiens à préciser que les nonnes-chats ne sont pas des aliens mais des humains croisés avec des chats ^^

Sinon, puisqu'on en parle, ne trouvez-vous pas que le côté qu'à le Docteur de toujours vouloir sauver l'humanité est un peu ethnocentriste, justement ? Et d'ailleurs, on remarquera que la morale du Docteur suit toujours des principes purement humains...

Prenons l'exemple du double-épisode du Labyrinthe des Anges : Le Docteur sacrifie quand même beaucoup d'Anges Pleureurs... Alors oui, on peut se dire, les Anges sont des "méchants" donc c'est pas grave, au contraire, il a raison...

Mais qui a dit que les Anges étaient les "méchants" ? Sur quels critères peut-on se baser ? On a un premier critère, c'est : ils ont tué des gens. Deuxième critère : ils sont assez cruels (l'épisode d'Angel Bob). Ils possèdent les gens (Amy, Bob une fois encore...). Oui, mais tout cela n'est-il pas quelque chose de "normal" selon leur système de valeurs morales à eux ? Ce qui est drôle pour eux, nous paraît horrible... Mais on peut imaginer l'aspect inverse : une farce qui peut paraître drôle chez nous, paraîtrait peut-être stupide ou cruelle à d'autres espèces...

Deuxième exemple : les Daleks. Alors d'accord, les Daleks, qui veulent massacrer toute forme de vie non-Dalek, sont en quelque sorte l'opposé du Docteur, grand prédicateur de la tolérance et de l'acceptation des autres formes de vie. On en déduit donc, que comme les Daleks sont dangereux, qu'ils tuent des gens, des humains ou des aliens "qui n'ont rien fait", alors les tuer est légitime...
Mais les Daleks ont été créés ainsi, ils sont fait comme ça, c'est écrit en eux ! C'est comme si on tuait quelqu'un parce qu'il a les yeux bleus ou les cheveux noirs. Ils agissent ainsi parce qu'ils n'ont pas le choix. Alors oui, ils sont dangereux, et on peut donc juger que "comme ils nous tuent, il faut se venger et les tuer en retour" ou que "il vaut mieux que toutes les espèces restent sauf eux, plutôt que seulement eux" mais ça ne veut pas dire qu'ils méritent la mort, parce qu'ils ne sont pas responsable de ce qu'ils font. Ils n'ont pas de libre arbitre. Le problème symétrique se rencontre chez les Cybermen et est par ailleurs assez bien expliqué aussi dans Satan Pit avec les Oods sous le contrôle de la Bête.

A partir de là, on peut se demander : est-on libre de faire ce qu'on fait ? Est-ce que nos actions sont libres, ou bien prédites par notre code génétique ? Et est-ce que nos actes font partie de notre identité ?

Un Dalek est-il seulement une poivrière ou bien est-il aussi l'envie de tuer qui va avec, et dans ce deuxième cas, peut-il être tenu pour responsable de ce qu'il fait ?
_________________


Loony and proud yeah !

http://baraqueafrites.xooit.com/index.php
Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 11 Juil 2013 - 21:05    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Angel a écrit:
Je tiens à préciser que les nonnes-chats ne sont pas des aliens mais des humains croisés avec des chats ^^


Quoi ??? Shocked

Angel a écrit:
Prenons l'exemple du double-épisode du Labyrinthe des Anges : Le Docteur sacrifie quand même beaucoup d'Anges Pleureurs... Alors oui, on peut se dire, les Anges sont des "méchants" donc c'est pas grave, au contraire, il a raison...

Mais qui a dit que les Anges étaient les "méchants" ? Sur quels critères peut-on se baser ? On a un premier critère, c'est : ils ont tué des gens. Deuxième critère : ils sont assez cruels (l'épisode d'Angel Bob). Ils possèdent les gens (Amy, Bob une fois encore...). Oui, mais tout cela n'est-il pas quelque chose de "normal" selon leur système de valeurs morales à eux ? Ce qui est drôle pour eux, nous paraît horrible... Mais on peut imaginer l'aspect inverse : une farce qui peut paraître drôle chez nous, paraîtrait peut-être stupide ou cruelle à d'autres espèces...

Deuxième exemple : les Daleks. Alors d'accord, les Daleks, qui veulent massacrer toute forme de vie non-Dalek, sont en quelque sorte l'opposé du Docteur, grand prédicateur de la tolérance et de l'acceptation des autres formes de vie. On en déduit donc, que comme les Daleks sont dangereux, qu'ils tuent des gens, des humains ou des aliens "qui n'ont rien fait", alors les tuer est légitime...
Mais les Daleks ont été créés ainsi, ils sont fait comme ça, c'est écrit en eux ! C'est comme si on tuait quelqu'un parce qu'il a les yeux bleus ou les cheveux noirs. Ils agissent ainsi parce qu'ils n'ont pas le choix. Alors oui, ils sont dangereux, et on peut donc juger que "comme ils nous tuent, il faut se venger et les tuer en retour" ou que "il vaut mieux que toutes les espèces restent sauf eux, plutôt que seulement eux" mais ça ne veut pas dire qu'ils méritent la mort, parce qu'ils ne sont pas responsable de ce qu'ils font. Ils n'ont pas de libre arbitre. Le problème symétrique se rencontre chez les Cybermen et est par ailleurs assez bien expliqué aussi dans Satan Pit avec les Oods sous le contrôle de la Bête.


Exactement ! On en revient encore à l'éternelle question du Relativisme ! C'est plus ou moins ce que je cherchais à montrer dans mon premier post !
Pour ce qu'il s'agit des Daleks, je pense que c'est assez compliqué... Je suis d'accord avec toi, ils n'ont pas de libre arbitre à cause de leur code génétique. Mais faudrait-il alors les empêcher de commettre des crimes (je ne dis pas faire du mal, car c'est encore très relatif) ? Je crois que ce serait impossible, ils sont trop puissants pour les stopper comme ça et ils continueraient donc à commettre des génocides etc...
Donc on en arrive à la question de "Que faire ?" Devenons-nous les laisser détruire des civilisations entières ou les en empêcher ? Et si on veut les en empêcher, comment (car je pense qu'il faudrait trouver des moyens plus éthiques...) ?

Angel a écrit:
A partir de là, on peut se demander : est-on libre de faire ce qu'on fait ? Est-ce que nos actions sont libres, ou bien prédites par notre code génétique ? Et est-ce que nos actes font partie de notre identité ?


Oulala ! Cela commence à devenir un peu compliqué pour moi qui n'ai que 15 ans et qui n'ai jamais fait de philo...
Mais ça m'intéresse énormément, alors allons-y !

Pour ta première question, je dirais oui. On décide tous de ce que l'on fait, je pense. Même lorsque l'on reçoit un ordre ou ce genre de choses, je pense que l'on est toujours libres de refuser, d'aller contre ces ordres etc...
Eh bien, je dirais en partie, pour ta deuxième question. Les actes communs à toute une civilisation feraient plutôt, selon moi, partie des actes prédéfinis par notre code génétique, mais les actes plus isolés, comme ceux qui sont issus de la personnalité resteraient de l'ordre du libre arbitre.
Enfin, pour ce qui est de ta troisième question, je dirais encore oui. Nos actes nous font vivre des expériences, des situations, qui nous font toujours apprendre des choses, savoir comment réagir dans certains cas etc... Et ce sont ces choses, qui affectent notre personnalité, au fur et à mesure du temps (en rejoignant la notion de maturité qui est généralement beaucoup plus présente chez ceux qui ont du vécu que chez ceux qui n'en ont pas, et je ne parle pas forcément d'âge) et construisent donc notre identité, car chaque personne est différente d'une autre, ayant eu des situations particulières et plus largement, un vécu particulier.


Angel a écrit:
Un Dalek est-il seulement une poivrière ou bien est-il aussi l'envie de tuer qui va avec, et dans ce deuxième cas, peut-il être tenu pour responsable de ce qu'il fait ?


Déjà, un Dalek n'est pas une poivrière, car cette poivrière n'est qu'une armure.
Un Dalek est donc une forme de vie non terrestre avec des tentacules, un ou deux yeux etc...
Ensuite, je dirais aussi qu'un Dalek est aussi l'envie de tuer, car elle fait partie de leur éducation, de leur code génétique etc... Chez eux, c'est irrévocable. Chez nous, dormir toutes les nuits est irrévocable, car cela fait partie de notre éducation, cela est inscrit en nous depuis la nuit des temps, depuis les hommes des cavernes, même si dormir toutes les nuits n'est pas obligatoire, on le fait tout de même (en général).
Après, je ne sais pas si on peut le tenir responsable pour ce qu'il fait. D'un coté je dirais que non , car cela étant inscrit dans leur code génétique, cela peut passer pour quelque chose d'obligatoire. Mais d'un autre, je dirais que oui, car je pense que toute chose peut être contrée, que cela ne reste qu'un choix de leur part.

Voilà ce que j'en pense, je suis bien sûr ouvert à tout débat ^^

@Ahaim: Pourquoi tu ne penses pas pouvoir participer au débat ? Confused
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 11 Juil 2013 - 21:30    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Vercingétorix a écrit:


Chez nous, dormir toutes les nuits est irrévocable, car cela fait partie de notre éducation, cela est inscrit en nous depuis la nuit des temps, depuis les hommes des cavernes, même si dormir toutes les nuits n'est pas obligatoire, on le fait tout de même (en général).

@Ahaim: Pourquoi tu ne penses pas pouvoir participer au débat ? Confused



Parce que ce sera trop élevé pour moi sans doute. Mr. Green


Sinon, pour réagir au truc sur le sommeil, parles-tu du fait de dormir tout court ou de dormir "la nuit" ? Parce que si c'est de dormir tout court, notre organisme en a absolument besoin. Et dormir la nuit est le rythme d'un animal diurne, ce que nous sommes, donc c'est physiologique aussi. On ne peut pas y échapper. Le sommeil de jour sera toujours moins reposant que le sommeil de nuit pour l'animal humain.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Vercingétorix
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2012
Messages: 494
Localisation: Mitry-Mory, Seine-et-Marne, Ile de France
Masculin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 11 Juil 2013 - 21:38    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Ahaimebété a écrit:
Vercingétorix a écrit:


Chez nous, dormir toutes les nuits est irrévocable, car cela fait partie de notre éducation, cela est inscrit en nous depuis la nuit des temps, depuis les hommes des cavernes, même si dormir toutes les nuits n'est pas obligatoire, on le fait tout de même (en général).

@Ahaim: Pourquoi tu ne penses pas pouvoir participer au débat ? Confused



Parce que ce sera trop élevé pour moi sans doute. Mr. Green


Sinon, pour réagir au truc sur le sommeil, parles-tu du fait de dormir tout court ou de dormir "la nuit" ? Parce que si c'est de dormir tout court, notre organisme en a absolument besoin. Et dormir la nuit est le rythme d'un animal diurne, ce que nous sommes, donc c'est physiologique aussi. On ne peut pas y échapper. Le sommeil de jour sera toujours moins reposant que le sommeil de nuit pour l'animal humain.


Quand je parlais de dormir, je voulais dire à chaque nuit. On pourrait, par exemple, dormir une nuit sur deux (même si, en y réfléchissant plus, ce serait très très dur, le seul moyen de tenir jusqu'au bout de la deuxième journée serait, à la limite, de se bourrer de caféine et autres excitants. Et encore, ce ne serait ni pratique ni bon, car cela donnerai lieu à de probables problèmes de santé, notamment cardiaques je crois...). Mais après, je penses que tu as raison, j'ai pris un mauvais exemple. Je n'en trouvais pas d'autres... Pour éviter d'en prendre un, je voulais juste dire que quand certaines choses font partie de notre éducation et qu'elles nous ont été inculquées très tôt, il est très dur de les révoquer.
_________________
- "Obviously the Time Lords have programm the TARDIS always to return on Earth. It seems that I am some kind of galactic yo-yo."
--> Three, The Claws of Axos, Part 4.
Revenir en haut
Angel
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2012
Messages: 653
Localisation: Au find fond de mon pot de Nutella
Féminin Taureau (20avr-20mai) 猪 Cochon

MessagePosté le: Ven 12 Juil 2013 - 08:48    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Oui, mais si on nous met une alternance "jour/nuit" complètement foireuse, où aléatoire, est-ce que l'on dort quand il fait noir où par période qui correspondent à des nuits dont on a l'habitude ?

De toute façon, là, on entre dans une étude physiologique de l'être humain, ça s'éloigne un peu des questions qui peuvent se poser en philosophie ^^

Bon, sinon, je souhaiterais réagir au pavé de Vercingétorix, qui dit que :

Citation:
Enfin, pour ce qui est de ta troisième question, je dirais encore oui. Nos actes nous font vivre des expériences, des situations, qui nous font toujours apprendre des choses, savoir comment réagir dans certains cas etc... Et ce sont ces choses, qui affectent notre personnalité, au fur et à mesure du temps (en rejoignant la notion de maturité qui est généralement beaucoup plus présente chez ceux qui ont du vécu que chez ceux qui n'en ont pas, et je ne parle pas forcément d'âge) et construisent donc notre identité, car chaque personne est différente d'une autre, ayant eu des situations particulières et plus largement, un vécu particulier.



C'est un peu l'idée de "L'existence précède l'essence" de Sartre (comme quoi, du haut de tes 15 ans et demi, tu arrive à faire de la philosophie, c'est ce que je dis toujours : il n'y a pas d'âge pour philosopher !)

L'idée de l'existence précède l'essence, c'est que se sont les actes qui définissent la personne, et non pas ce que l'on est. Si mes souvenirs sont bons, je l'ai lu il y a longtemps. On peut d'ailleurs rapprocher ça de Harry Potter (mais évitons de nous étaler sur ça, nous sommes dans Doctor Who ici), mais aussi du personnage du Docteur.

En effet, et là je mets en spoiler car cela concerne la fin de la saison 7 :

Le Docteur dit qu'il a choisit ce nom, Docteur, qu'il a fait cette promesse. En clair, il a choisi d'être le Docteur, d'agir comme le Docteur. Et John Hurt, par ses actes, a rompu cette promesse et à cessé d'être le Docteur. Par ses actes, il a cessé d'être lui-même, il a changé d'identité. Donc, les actes du Docteur définissent ce qu'il est, son existence (ses actes) précède (sont plus importants) que son essence (son nom, son identité, ce qu'il a en lui).


D'après Sartre, nos actes définissent ce que nous sommes, ils n'en font pas partie, ils sont ce que nous sommes.

Donc la question, c'est qui sommes-nous ?

Question vaste, mais il est tard, je vous laisse l'interpréter comme vous voulez... Moi j'vais me coucher. N'oubliez pas de réfléchir et de prendre des exemples dans Doctor Who.
_________________


Loony and proud yeah !

http://baraqueafrites.xooit.com/index.php
Revenir en haut
celtica
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 05 Nov 2012
Messages: 67
Féminin

MessagePosté le: Lun 19 Aoû 2013 - 22:34    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie Répondre en citant

Pour les Daleks ont a pu voir qu'ils ont leur libre arbitre quand trois d'entre eux se sont montrés beaucoup plus "humain", la première fois avec Nine où tout ce que voulais le Dalek à la fin c'était voir le soleil, ensuite avec Ten et Martha, le Dalek humain qui voulais sauver son espèce et qui pour la première fois comprenait les émotions et enfin le Dalek devenu fou après avoir traversé le temps (la terre volée).
Pour les cybermen les tuer est peut être la seule chose humaine à faire, ils ne sont plus eux-même, on leur a retiré leurs émotions et on les a enfermé dans des corps de métal. Quand dans l'épisode sur les cybermen de la saison deux l'un de ces cyborgs dont on avait déconnecté l’inhibiteur d'émotion disait j'ai froid je me suis toujours demandée s'il fallait le prendre sous les deux sens possibles, le premier est évident mais le second est beaucoup plus intéressent, une métaphore pour parler d'un vide, d'un manque de chaleur (ne dit on pas que les émotions peuvent être ardentes?).
_________________
Craignez moi, j'ai tué des centaines de seigneurs du temps.
Craignez moi, je les ai tous tués.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:05    Sujet du message: Doctor Who et la philosophie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Le Tardis -> Inside the Tardis Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com