Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[8x00] The Time of the Doctor
Aller à la page: <  1, 2, 320, 21, 2247, 48, 49  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 8
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ced
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2013
Messages: 51
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:13    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

L'autre explication pour la jeunesse de Eleven et sa subite vieillesse peut être dans l'énergie que lui donne River dans "Let's Kill Hitler".
Cette énergie régénératrice le maintient jeune pendant des siècles, puis une fois brûlée il se re-met à vieillir.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:13    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:18    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Je trouve ca normal que la régénération vers Hurt et celle de Ten vers TenBis comptent.
Celle vers Hurt est une vraie, comme toutes les autres.
Et celle vers Tenbis, il y a l'énergie régénératrice, qu'elle change son corps ou qu'elle aille dans sa main coupée, l'énergie régénératrice a servie donc régénération il y a.
Même si TenBis n'avait pas existé, pour moi le fait que l'énergie régénératrice aille dans la main coupée compte comme une régénération.
Quelqu'un est d'accord avec moi ? (dit il les yeux remplis d'espoir)
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith
Revenir en haut
k. reine des bretons
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2011
Messages: 84
Localisation: Trenzalore
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:20    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Pour commencer, je croyais que je ne finirai jamais ces 20 pages, qd j'ai commencé à lire, il n'y en avait que 15... Alléluia

C'était une bonne idée que d'annoncer le futur doctor 5 mois plus tôt, ça m'a permis d'anticiper le départ de 11th et de ne pas crier au scandale en voyant Peter.

Triste, très triste du départ de Smith. C'est le 1er docteur que j'ai suivi depuis la saison 5 jusqu'à la fin... Donc, là, je suis en mode dépression.

Néanmoins, très bon épisode dans l'ensemble. j'ai adoré l'alchimie doctor/Clara (faux flirt, le "Are you naked", l'histoire de l'hologramme, la scène sous la neige, Tasha Lem...) et plein d'autres.

Je ne suis pas fan du vieillissement de 11th, c'est pas tip top. (pour ma part je me l'explique du fait que le Tardis s'est barré pendant quelques siècles^^). Quelqu'un se plaignait du fait que le docteur utilisait une canne, il semblerait que Matt smith se serait blessé durant le tournage (ceci expliquerait cela). A mes yeux, ce n'était pas gênant!

Pour Tasha Lem, Moffat a encore crée un personnage féminin charismatique. Leur intéraction m'a énormément plus. Je ne m'inquiète pas pour la suite plus que ça.

J'ai beauuucoup aimé le retour de Amy/Amelia, simple, concis, émouvant... (un peu un au revoir à la River)

Pour en revenir à River, j'étais persuadée qu'en le sauvant, elle lui avait donné des régénérations en plus. Comme quoi, c'était pas le cas!!

Matt Smith, époustouflant!

la scène de régénération, que dire sinon explosive!! une tirade à la 11, tout à fait plaisant/
je redoutais qu'il reste vieux jusqu'à la fin mais OUFF!!

j'appréhendais un speech larmoyant à la 10 qui traîne mais je suis contente au final. Le changement 11/12 s'est fait en finesse. Rapide, j'ai pas eu le temps de m'apitoyer sur son départ.

Pour finir, j'ai une question qui me taraude: dans les pages précédentes, il est question de "Deus Ex Machina". Quelqu'un aurait-il la gentillesse d'éclairer ma lanterne?!
_________________
"You are always here to me,
And I always listen,
And I can ALWAYS see You"


Dernière édition par k. reine des bretons le Sam 28 Déc 2013 - 16:23; édité 1 fois
Revenir en haut
ced
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 23 Nov 2013
Messages: 51
Localisation: Toulouse
Masculin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:21    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Alark > Oui !
je me souviens d'ailleurs avoir pesté contre Davies à cette époque-là, me disant qu'il ne fallait pas utiliser les regen à la légère, comme ça.
Du coup, bien content qu'elle compte.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Galaxy-eyes
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2012
Messages: 1 165
Localisation: Photon
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:31    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Citation:
C'est un signal d'alarme. Elle ne sonne que quand le continuum spatio-temporel est en très grand danger. Quand elle sonne, on peut êre sûr qu'il va y avoir de très, très gros problèmes.

Ou que le Docteur est en danger Wink
On l'entend dans :
The Sound of Drums
Time Crash
Turn Left
The Water of Mars
The Eleventh Hour
The Curse of the Black Spot
The Doctor's Wife
The God Complex
Hide
Journey to the Centre of the TARDIS
The Name of the Doctor

Merci tardiswikia. x)

Citation:
C'est super intéressant, mais tu peux développer un peu? Parce que là je suis sur ma fin ^^

Et bien, je te cite les mots d'Amy :

Citation:
AMY: It didn't want just me, so you must believe in some god or someone, or they'd have shown you the door too. So what do Time Lords pray to?
Amy : Il n'a pas voulu que de moi, donc vous aussi, vous devez croire en un dieu ou autre, sinon ils vous auraient montré la porte de sortie aussi. Donc, que prient les Time Lords ?

Elle a raison. Mais le Docteur ne répond pas.
Mais j'ai lu (je n'ai pas vu l'épisode moi-même, donc à vérifier) que dans The Curse of Fenrir , il y a une histoire semblable ou le Docteur doit sacrifier la foi de sa compagne en lui, Ace, et finalement que réciproquement, la plus grande foi du Docteur, ce sont ses compagnons.
Et ça correspondrait plutôt bien avec tout ce qu'on voit du Docteur lorsqu'il voyage seul (The Waters of Mars, A Town Called Mercy...) Le Docteur a besoin de compagnons. Every little monster needs a compagnion.

Alark > Je suis d'accord Wink
Simplement, ce n'est pas TenBis qui compte, lui est un dommage résiduel (à tout hasard le Valeyard, m'enfin), de la régénération entre Ten1 et Ten2.
Ten1 = Parting of the Ways > The Stolen Earth
Ten2 = Journey's End > The End of Time

Citation:
Pour finir, j'ai une question qui me taraude: dans les pages précédentes, il est question de "Deus Ex Machina". Quelqu'un aurait-il la gentillesse d'éclairer ma lanterne?!

Un Deux-ex-machina (littéralement, Dieu sort de la machine), c'est un certain procédé d'écriture pour résoudre un problème, souvent en fin d'épisode. C'est quand quelqu'un ou quelque chose vient au dernier moment pour sauver tout le monde et qu'on ne s'y attendait pas.
Ce n'est pas très apprécié pourtant c'est trèèès courant dans Doctor Who. Il y a des bons Deus-ex, il y en a des moins logiques qui ne passent vraiment pas.
Exemples de deus-ex-machina :
Parting of the Ways (Rose et ses pouvoirs magiques)
Last of the Time Lords (Le Docteur devient Harry Poter)
Journey's End (Donna devient Seigneur du Temps et a accès à une console pour neutraliser tous les Daleks)
The Big Bang (Un Docteur du futur sorti de nul part arrive et sauve tout le monde)
Cold War (Le vaisseau remonte in extremis à la surface grâce à l'inervention des Ice Warriors qu'on attendait plus !)
The Time of the Doctor (Les Seigneurs du Temps apparaissent dans le ciel au denrier moment pour sauver le Doc).

Etc... Wink
Tu remarqueras que quasiment tous les season finals en ont.
Revenir en haut
MSN Skype
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:36    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

A town called Mercy... il y a Amy et Rory avec lui, il n'est pas seul dans cet épisode.

Et pourquoi Ten 2 : Journey's End > End of Time.

Ten1 = Ten
Ten2 = Tenbis
C'est bien ça que tu veux dire ?

Ten 2 est avec rose dans l'univers parallèle.
Peut-être le fait qu'il ait engendré un génocide fait de lui le Valeyard, ca m'étonnerait pas.
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith


Dernière édition par Alark le Sam 28 Déc 2013 - 16:39; édité 1 fois
Revenir en haut
Gérard
[Dark Lord of All]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 2 889
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:37    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Ça vient des pièces grecques et latines. Souvent, la situation était résolue grâce à l'arrivée d'un dieu qui arrivait dans un engin (genre carosse tiré par des dragons) que l'on faisait venir sur scène et qui réalisait un miracle. On en trouve de beaux exemples dans le théâtre français, comme dans "L'Avare", par exemple (non, sérieux, trois membres d'une même famille séparés depuis des années et qui se retrouvent par hasard dans une même maison sans se reconnaître au premier abord ? Molière a un peu abusé sur ce coup-là).
_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Revenir en haut
Galaxy-eyes
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Sep 2012
Messages: 1 165
Localisation: Photon
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:38    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Il voyage seul entre tous les épisodes de la saison 7A et ça le conduit à pointer une arme sur un mec.
Amy le dit bien, "this is what happens when you travel alone for too long". On en reparlera dans Manhattan. Wink
Revenir en haut
MSN Skype
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:40    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Exacte je m'en souviens.
Un solitaire à qui la solitude ne réussi pas..
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith
Revenir en haut
k. reine des bretons
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2011
Messages: 84
Localisation: Trenzalore
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:45    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Merci pour vos éclaircissements!
Ne connaissant pas les classics, je me demande si c'était à la mode aussi?!
Je peux comprendre que ça puisse en agacer certains mais du moment où c'est bien écrit, pourquoi pas!
_________________
"You are always here to me,
And I always listen,
And I can ALWAYS see You"
Revenir en haut
Doctor Jilink
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2013
Messages: 73
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:45    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Il y a juste un truc que je ne suis pas sûr d'avoir bien compris dans l'episode...je ne l'ai vu qu'une fois pardonnez moi x)

En fait je me demandais, quel role joue exactement le Silence dedans je n'en suis pas sûr ? finallement ce sont eux les gentils cette fois-ci ou... ?
_________________
I will always remember when the doctor was me.
Revenir en haut
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:47    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Je suis tout à fait d'accord.
Moi c'est pareil, du moment que quelque chose est bien fait (bien amené, bien tourné), je peux même parfois aimer quelque chose qu'au départ je n'aime pas, mais vu que c'est bien fait..
(pfiou jcomprends même pas ma phrase)

Les Silence, au départ ne sont pas méchants, c'est la branche dissidente de Kovarian qui sont méchants.
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith
Revenir en haut
Doctor Jilink
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2013
Messages: 73
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 16:55    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Ah j'avais pas trop compris de travers alors merci
_________________
I will always remember when the doctor was me.
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 17:02    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

En retard, en retard... Trop de dindes bien cuites (mes tantes sont plus compétentes que Clara) et de voyages en train interminables pour pouvoir reviewer dans les temps. Heureusement que le temps peut être réécrit, les retards de la SNCF n'étant pas des points fixes (quoi que clairement récurrents) ; je décrète donc que cette review est sortie juste après la fin de l'épisode, qu'elle a effacé tous les débats entre mes deux chouchous que je trouve complémentaires, Moffat et RTD (ces débats appartiennent à un topic parallèle et n'ont donc jamais existé dans cet univers) et qu'elle a justifié toutes mes théories depuis la saison 5... Oui, bon, d'accord, cette dernière affirmation est trop grosse pour passer mais ça valait le coup d'essayer. Embarassed


-Doctor, what are you going to do?
-Oh, I don't know. Talk very fast, hope something good happens, take the credit. That's generally how it works.



Il faut admettre que cette réplique pourrait aussi bien convenir à Moffat qu'au Docteur (je suis d'ailleurs assez persuadée que c'est fait exprès, le Moff n'étant pas hermétique à l'auto-dérision) mais autant j'ai été assez critique sur cette saison 7 qui ne m'a dans l'ensemble pas particulièrement transportée, autant je m'estime totalement satisfaite de cet épisode. Non, il n'est pas parfait ( je défie tout épisode avec de tels enjeux de l'être) et je comprends parfaitement que les fans les plus horripilés par la direction prise par la série ces dernières années ne l'aient pas apprécié mais je suis personnellement très agréablement surprise par la manière dont l'épisode parvient à jongler avec ses différentes obligations sans trop se prendre les pieds dans sa trame narrative. Comme d'habitude, je commencerai par le moins bon avant de passer aux louanges.


I. "I have developped a fault."

Alors oui, certains éléments de l'intrigue ont des failles assez grosses pour que Gallifrey puisse tenter de passer à travers. Arrivant 3 jours après l'épisode, je me doute que ces points ont été longuement dissertés, je ne m'attarderai donc pas dessus. J'ai trouvé le statu-quo de plusieurs siècles autour de Tranzalore narrativement parlant assez jouissif mais peu crédible: il existait je pense bien des moyens pour une organisation technologiquement aussi avancée que la church of the papal mainframe de réduire le Docteur au silence sans se lancer dans un siège de plusieurs siècles (ils parviennent après tout à isoler Trenzalore de manière à ce que même le TARDIS ne puisse la scanner). De même, quand la guerre est officiellement déclarée, je trouve les différents méchants fort fair play de se contenter d'attaquer au sol au lieu de pulvériser la planète. Je pense également que la régénération du Docteur est un tantinet raciste, détruisant proprement tous les daleks et leur vaisseau mais épargnant tous les humains (quelle "chance" d'ailleurs que le bâtiment ait pu survivre sans problème au crash d'un vaisseau géant qui flottait juste au dessus^^). Enfin, je trouve le Docteur peu partageur: il aurait pu inviter la totalité de Christmas (qui semble encore plus petit que le bled où j'habite) à s'abriter dans son TARDIS pendant l'attaque (ou même avant en les évacuant vers la Terre). Il n'a pas l'esprit de Noël notre brave Docteur!


J'ai aussi l'honneur de décerner à la partie dissidente de l'Eglise le trophée du plan le plus inutilement tordu de tout le whonivers. Déjà, faire exploser le TARDIS pour empêcher le Docteur d'arriver à Trenzalore et provoquer la fin du monde à cause de ça montre un degré d'amateurisme impressionnant mais alors je me lève et j'applaudis le plan B. Nous apprenons en effet dans l'épisode que Silents sont des créations génétiquement modifiées dans le seul but de servir de prêtre confesseur; fort bien (et élégant, j'aime!) mais cela indique qu'il s'agit donc d'une race relativement récente. Or nous apprenons en début de saison 6 que les Silents sont infiltrés chez les humains et les manipulent dans l'ombre "depuis la nuit des temps", influant sur les développements technologiques qui les intéressent. Donc... les dissidents, qui ont à leur disposition d'innombrables représentants d'une race qui fournit les meilleurs assassins possibles... les ont renvoyés au tout début de l'humanité afin qu'ils influencent la technologie pour permettre entre autre la construction d'un scaphandre qui pourra accueillir l'enfant en partie time lord qu'un autre groupe a capturé pour en faire une psychopathe destinée à tuer le Docteur... Ok... Et sinon, utiliser ces innombrables Silents pour rapidement assassiner le Docteur, quitte à tenter plusieurs fois le coup vu qu'il ne s'en souviendra pas s'ils se ratent... c'était pas plus efficace?

Bref, le paradoxe de prédestination se voit arriver à des kilomètres vu le degré d'investissement des méchants dans la timeline du Docteur et une organisation maîtrisant assez le voyage temporel pour exécuter ce plan aurait dû le savoir. Dans un des épisodes classiques, la Rani, en se moquant des plans alambiqués du Master, disait ""He'd get dizzy if he tried to walk in a straight line!" mais notre méchant récurrent favori est un amateur à coté du Kovarian Chapter. Cela dit les Time Lords ne valent pas mieux, eux qui malgré toute leur superbe technologie sont incapables d'envoyer un message vaguement privé au Docteur (encore un coup de la NSA!). Enfin, si on se met à pinailler sur la complexité exagérée des plans des méchants dans le monde de la fiction, on perdrait non seulement une grande partie de la série (classiques compris) mais la quasi intégralité des James Bond: la culture anglaise ne s'en remettrait pas. Rolling Eyes

Pour résumer, tout ce qui mène au statu-quo sur la planète est un peu tiré par les cheveux mais néanmoins, pour moi, acceptable. Je peux régler ma suspension of disbelief de manière à admettre que les technologies brillantes se révèlent étrangement faillibles sur certains points et que les méchants (ou même le Docteur d'ailleurs) soient à la fois brillants et stupides. Je n'ai personnellement pas du tout été gênée par le fait que, le Docteur ne mourant pas réellement à Trenzalore, son tombeau ne puisse pas y être durant le final de la saison 7 : après tout, le tombeau ne contient past son corps, juste la timeline de ses 13 premières régénérations. Rien n'empêche que durant son nouveau set de régénération il parte créer ce monument à Trenzalore avec un accès à la timeline de ses 13 premières vies afin d'éviter un énième paradoxe, ce qu'en seigneur du temps responsable (mouarf!^^) il doit éviter à tout prix. Cela expliquerait même qu'il choisisse son nom comme mot de passe pour rentrer dans son tombeau en souvenir de cette guerre centrée sur celui-ci. Ainsi, dans tous les sens du termes, il emporte ce dangereux secret dans sa tombe. Ce qui m'a en fait le plus gênée dans tout cela est la non utilisation du TARDIS pour évacuer le bled, d'autant plus qu'une quelconque explication techno-babble pouvait être fournie (par exemple que les personnes nées dans le truth field en deviennent dépendant et ne peuvent partir, ou n'importe quelle invention de ce type). Ce qui caractérise en priorité toute incarnation du Docteur étant son respect pour la vie humaine, j'ai trouvé ça dommage.



II -I need you. I'm cooking Christmas dinner!
-I'm being shot at by Cybermen!
-Well, can't we do both?
-Arghh! Yeah, why not?!


Passons maintenant à ce que j'ai trouvé étonnamment bien géré (je sais, pour avoir lu les commentaires, que ce n'est pas le cas de tout le monde) : le jonglage entre les différentes obligations de l'épisode. En 1h, Moffat devait caser la clôture de toutes les questions en suspens de l'ère Eleven, une guerre totale expliquant l'état de Trenzalore dans le final de la saison 7, des éléments ancrant l'épisode dans les célébrations de noël et un changement de Docteur tout en se débrouillant pour que le tout soit assez stand alone pour que les spectateurs occasionnels ne se sentent pas perdus. Parvient-il complètement à relever ce challenge? Evidemment non. Je trouve néanmoins qu'il s'est très bien débrouillé.

Plans inutilement complexes mis à part, je m'estime satisfaite de la résolution de l'histoire des failles et du Silence qui offre une fin satisfaisante sinon parfaite à ces questions. On sait qui a fait exploser le TARDIS, pourquoi tout le monde cherche à faire taire le Docteur (mis à part le fait que ce soit un moulin à parole^^) et en quoi son nom était si important. Je suis d'ailleurs rassurée sur ce point, j'avais peur que Moffat ne se lance dans quelque chose de trop ambitieux sur le thème du "le Docteur est en réalité un personnage ultra important de la mythologie whovienne et a caché son identité toute sa vie". Et non, tout comme pour le final de la saison 7 mais pour un autre but, la seule importance de son vrai nom et qu'il sert de mot de passe. L'utilisation du truth field permet de justifier de manière pas trop boiteuse la partie de la prophétie de Dorium ayant le plus grand potentiel de foirage, le "when no living creature could speak falsely or fail to answer". Alors oui, techniquement parlant, ils peuvent ne pas répondre (c'est d'ailleurs ce que fait le Docteur) mais on nous précise au début que ne pas répondre nécessite un certain entrainement; le Docteur et Clara commencent à déballer tout leur curriculum vitae avant de réussir à se taire (il aurait d'ailleurs été bien con que le Docteur se retrouve à dévoiler son vrai nom à se moment là en se présentant au couple Laughing ).

J'ai trouvé l'idée des time lords d'utiliser la "cicatrice" de la faille pour revenir dans l'univers très bien trouvée (et nettement moins tirée par les cheveux que le coup du diamant dans End of times, vous progressez les gars!^^); le fait que ladite faille ne donne plus sur le Tardis en explosion mais sur le pocket universe de Gallifrey explique son changement de caractéristique (elle n'efface plus l'existence de ceux qui l'approchent) et sert de deus ex machina pour moi tout à fait acceptable au nouveau set de régénérations du Docteur. On sait depuis l'ancienne série que les time lords peuvent fournir de nouveaux sets de régénération, on a vu que la faille peut laisser passer certaines choses (le truth field et le message par exemple) et il est clair qu'ils ont tout intérêt à ce que le Docteur survive. Bon, par contre, le fait qu'ils entendent Clara montre que la faille n'est pas à sens unique, il est donc très con qu'ils n'aient pas communiqué avec le Docteur durant tous ces siècles sinon pour répéter encore et encore la même question. Le Docteur aurait par exemple pu leur suggérer de fermer la faille et de la rouvrir ailleurs à un autre moment, par exemple quand la moitié de l'univers ne les attend pas de pied ferme de l'autre coté. Rolling Eyes Allez, disons que le Docteur n'a pas osé communiquer avec eux par peur qu'ils ne l'écoutent pas et traversent tout de même; ce sont après tout de sacrés va-t-en guerre pour un peuple soi disant non interventionniste.

J'aime aussi que l'épisode réponde à des questions que je ne me posais pas ou que j'avais depuis bien longtemps oublié de me poser. La perruque que Matt Smith a dû porter ( et que personnellement je n'aurais jamais remarquée si je n'avais pas appris son existence mais j'admets ne pas être observatrice) trouve ici une justification complètement crédible (sérieux, c'est tout Eleven quoi! ). On apprend aussi en passant ce que Eleven a vu derrière la porte de The God complex et ça ne me parait pas illogique que sa plus grande peur soit de voir son cher Tardis exploser et détruire l'univers qu'il a passé sa vie à protéger (ça va bien avec le son du Tardis en détresse qu'on entend à ce moment là). Certes, le Docteur avait dit "Of course, WHO else?" et non What else? à ce moment mais il parlait peut être du Tardis, qu'il humanise complètement. Enfin, on sait désormais ce que sont les Silences et, je le répète, je trouve très fun l'idée qu'il s'agisse de super-confesseurs. Bon, je trouve en revanche peu logique que désormais Eleven le sache. Il a visiblement développé sa "relation" avec la chef de l'Eglise relativement récemment dans sa time line (après la mort de River en tout cas) et il sait que les Silences font partie de sa clique et qu'elle est donc certainement destinée à être son ennemie; du coup il aurait dû éviter l'Eglise plutôt que de draguer sa chef non? Enfin bon, c'est le Docteur, toujours attiré par le danger...

Bref, un bon point à Moffat pour sa fermeture correcte sinon parfaite des failles narratives. Très sincèrement, je ne pensais pas qu'il y parviendrait convenablement (j'aime beaucoup son travail mais je trouve qu'il a tendance à rater ses fins). J' ajouterai aussi un autre bon point pour sa gestion des éléments de noël. Il était évident qu'il ne pourrait pas donner à cette dimension énormément de temps vu le nombre et l'importance des autres enjeux, il a donc fait le choix que je trouve malin de la traiter en majorité de manière comique et sans chercher à cacher qu'il s'agit d'un prétexte. Nous avons ainsi droit à une cuisson de dinde sur plusieurs siècles, vague fil rouge complètement déjanté qui a bien fait ricaner la déplorable cuisinière que je suis, à deux petites scène de noël en famille qui ne servent qu'à apporter du comique de situation pour la première (l'expression de la grand mère lorsqu'elle demande quand on commence la partie de twister est impayable Laughing ) et du larmoyant pour la 2eme et à un village appelé aléatoirement Christmas pour remplir le cahier des charges des épisodes de noël de la BBC. J'ai d'ailleurs adoré la "justification" de Eleven ("how can an island be called Easter?") qui ne cherche même pas à cacher la facilité scénaristique. En fait, le seul élément que j'ai trouvé vraiment "christmassy" est le moment très choupi où le Docteur assume le rôle de fabriquant de jouets pour le village. Bref, ceux qui apprécient les épisodes de noël ont sans doute été déçus de ce coté là mais moi qui ai beaucoup de mal à les supporter, je suis ravie du traitement de cet épisode.

J'apprécie également beaucoup le traitement de la guerre de Trenzalore. Enfin, pas la guerre en elle-même, heureusement très courte. Même si j'ai aimé le fait que le Docteur et les Silences combattent dans le même camp, cette espèce de mêlée finale est illogique vu que tous les participants ont les moyens technologiques d'éviter une guerre de terrain et souffre des habituels défauts des scènes de violence dans une série familiale (les daleks visent trèèès mal et les humains sont miraculeusement épargnés). J'ai en revanche beaucoup aimé l'équivalent spatial de la Drôle de guerre que nous avons précédemment, quand les différentes puissances en présence se retrouvent à se regarder dans le blanc des yeux en attendant que les autres attaquent en premier. Je peux parfaitement comprendre que beaucoup aient eu du mal avec le soudain changement de rythme qu'amène ce long moment de statu quo, dont la lenteur est exacerbée par le vieillissement de Eleven et par la comparaison avec les 10 premières minutes de l'épisode au rythme très intense, mais moi qui ai pourtant en général tendance à décrocher en cas de longueur j'ai adoré. Les tentatives des différentes races pour s'infiltrer sont à la fois très drôles et très bien contrées (mention spéciale au numéro de bluff contre le cyberman en bois) et j'ai été étonnamment touchée par ce passage où le Docteur finit enfin par vivre une vie "normale" ; j'ai pourtant en général du mal avec les passages où une voix off narre les évènements mais il faut admettre que ça va bien avec l'ambiance noël que tentait de retranscrire ce passage. Un seul bémol, et je suis pourtant très fan en général du travail de l'équipe de maquillage de la série : si le très vieux Docteur est plutôt réussi, l'assez vieux est je trouve franchement raté. Heureusement que Matt Smith parvient à rester crédible malgré tout.

Enfin, j'ai apprécié que malgré la richesse de l'épisode Moffat nous épargne son habituelle timey-wimerie (si si, c'est un nom^^) et parvienne à rester étonnamment linéaire malgré les deux ellipses correspondant aux retours de Clara dans son époque. J'avais déjà salué cet effort pour le final de la saison 7 et je renouvelle mon appréciation. J'aime beaucoup les jeux sur la temporalité mais tout est une question de dosage et je trouve que Moffat s'est bien débrouillé pour la trilogie Name/Day/Time of the Doctor. L'épisode est plutôt simple à comprendre malgré quelques éléments sujets à différentes interprétation et c'est important pour un épisode de Noël qui compte parmi son audience beaucoup de spectateurs occasionnels. Ceux qui n'ont pas suivi l'intrigue de ces dernières saisons ont néanmoins droit à un épisode avec un début, un milieu et une fin (en plus dans cet ordre!^^) relativement indépendants du reste de l'ère Moffat.



III "I will always remember when the Doctor was me"

Comme pour tout épisode spécial, Time of the Doctor se devait également de faire passer le spectateur du rire aux larmes, si possible plusieurs fois de suite. Or, il est relativement facile de me faire rire (j'ai un humour très lourd et j'assume^^) mais beaucoup moins de m'émouvoir; je suis ravie d'annoncer que de ce coté là l'épisode a été pour moi un succès sur toute la ligne!

L'humour d'abord. J'ai adoré le coté complètement wtf des téléportations du Docteur dans différents vaisseaux alors qu'il brandit à chaque fois le mauvais objet. Peu crédible mais complètement assumé et pour moi hilarant (surtout grâce au jeu d'acteur de Matt Smith à chaque fois qu'il se rend compte de l'endroit où il a atterri et de ce qu’il tient à la main). Je suis également très fan de tous les comiques de situation sur la nudité des personnages (oui, bon, j’ai prévenu que j’avais un humour très lourd) et de ses dialogues avec Handles (dont j’adore le nom, depuis le temps que je me demande à quoi servent les deux poignées autour de la tête des cybermen !), qui me fait d’ailleurs beaucoup penser au crâne de Sherlock . J’ai aussi bien rigolé au fait que le Docteur soit fan des « knock knock jokes » (la réplique suivante de celles-ci étant « WHO is there ? »).

J’ai aussi adoré les délires autour de la Church of papal frame, en particulier la possibilité pour cette Eglise ma foi fort souple de proposer des « unscheduled faith change » (meilleure réplique de l’épisode pour moi) et le splendide message automatique à ses victimes ( « The Church of the Papal Mainframe apologises for your death. The relevant afterlives have been notified. »). Je suis moins fan de la prêtresse, dont le type de femme forte et sexy a déjà été vu 100 fois sous l’ère Moffat (River, Liz Ten, Elizabeth 1…) mais il aurait été étonnant que nous évitions tous les moffatismes dans un épisode aussi important (d’ailleurs, le coup du mort qui parle encore à cause de la race qui l’a tué est aussi un grand classique du monsieur^^). Je trouve aussi qu’un confessionnal fait un téléporteur très design, 12 devrait y penser pour la décoration de son Tardis.

Niveau émotion, l’épisode a réussi à me faire pleurnicher trois fois, ce qui est donc trois fois de plus que pour les deux précédentes régénérations (on m’assure que le fait d’avoir pleuré de rire devant la version Squelettor du Master ne compte pas). J’applaudis d’ailleurs Moffat pour avoir réussi à me faire pleurer comme un bébé devant la mort… d’une tête de cyberman cabossée dont les dernières paroles consistent à rappeler au Docteur de rebrancher le téléphone sur la console. Pitié, faîtes revenir Handles, il est pour moi plus attachant que k9 ne l’a jamais été. Les deux autres moments ont été celui où le vieux Eleven demande à Clara de rester à l’abri afin de lui accorder une dernière victoire et le retour inattendu de Amy, que je n’appréciais pourtant pas plus que ça. Le moment exact de la « mort » de Eleven ne m’a en revanche pas rendue triste vu que j’étais bien trop excitée à l’idée de voir 12 ; c’était déjà le cas pour les précédentes régénérations, cela ne m’a donc pas surpris.

Finissons donc par Eleven et son « last bow » (sérieusement, est-ce que Moffat a introduit le détail du nœud pap dans le costume du Docteur pour le seul plaisir de faire ce jeu de mot who-sherlockien ? Smile ). Qu’il était bon dans cet épisode ! J’ai trouvé d’ailleurs que Moffat avait clairement laissé transparaître son affection pour le personnage et l’acteur durant cet épisode, leur offrant un best of de tous les points forts qu’Eleven/Smith ont développés au cours de ces trois années. Moments de clowneries et démonstration de « drunk giraffe dance », interactions avec les enfants, moments où Eleven fait brusquement son âge comme lorsque Handles proclame que la planète est Gallifrey, discours tonitruant devant des myriades d’ennemis lourdement armés, flirt éhonté avec une femme de pouvoir… J’ai eu droit à 1h de rappel sur pourquoi j’aimais Eleven et son acteur et c’est après tout un des buts principaux d’un épisode de régénération.

J’ai également beaucoup apprécié le contraste avec Ten, qui fuyait sans cesse son destin et était parti sur un déchirant « I don’t want to go. Eleven, quant-à lui, décide enfin de cesser de courir et se pose plusieurs siècles avant de partir après quelques considérations fatalistes sur la nécessité de changer avec le temps tout en n’oubliant pas son passé. Les deux personnages étant pourtant profondément les mêmes, ils meurent tous deux pour la même raison : pas pour sauver l’univers, pas pour détruire un terrifiant ennemi mais pour sauver une petite poignées d’humains (un seul même pour Ten). Tous les Docteurs ont après tout la même philosophie, résumée ici par Eleven : « Every life I save is a victory. Every single one.”

Paradoxalement, là où j’avais trouvé que la fin de Ten traînait horriblement en longueur alors qu’elle ne dure objectivement que 10 minutes, j’ai trouvé celle d’Eleven parfaitement dosée alors qu’elle dure en réalité un demi-épisode. Si un Docteur devait mourir de vieillesse après une vie passée parmi les humains c’est bien Eleven, qui avait déjà pas mal flirté avec le principe entre The Lodger et The Power of Three. Eleven est donc, si je ne m’abuse, le Docteur qui aura vécu le plus longtemps. C’est d’ailleurs logique puisqu’il pensait être la dernière version possible : il avait donc tout intérêt à faire durer au maximum cette incarnation.
Enfin, le Docteur est mort, longue vie au Docteur. Je ne me permettrais pas de juger un nouveau Docteur sur une prestation d’une minute (je ne l’avais pas fait pour 11 à la fin de End of time) mais j’ai un bon à priori, déjà parce que j’apprécie Capaldi mais surtout parce que j’ai trouvé que Clara et lui avaient un bon contact durant cette mini-scène, en particulier lorsqu’elle lui demande d’approfondir le fait qu’il n’aime pas la couleur de ses reins alors qu’elle avait visiblement peur de lui 3 secondes avant (il y a de quoi, quel regard !^^).


Eleven's hour is over nowThe clock is striking twelve's.

Pour conclure (enfin !^^), je trouve que cet épisode, s’il n’est pas parfait, est une très bonne conclusion pour Eleven. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai eu des réponses, j’ai eu le sourire jusqu’ aux oreilles de nombreuses fois, j’ai pesté sur certaines facilités scénaristiques (allez, admettez, parfois ça fait partie du plaisir^^) et j’ai pu dire dignement adieu à 11 tout en accueillant avec joie 12. Tout comme pour 10, je pense que cette régénération survient juste au bon moment. Environ 3 ans, c’est assez pour approfondir les différentes facettes d’un Docteur sans qu’il commence à lasser son public par ses tics et manies et sans désespérer ceux qui n’ont pas accroché et attendent patiemment le remplaçant. J’espère de tout cœur que ceux d’entre vous qui n’ont pas apprécié les dernières saisons retrouveront la flamme avec ce nouveau Docteur et j’attends de pied ferme la saison 8. Bye Bye Raggedy man, I will not forget one line of this.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Doctor Jilink
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2013
Messages: 73
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Sam 28 Déc 2013 - 17:09    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor Répondre en citant

Je crois que la j'aurais pas le courage de tout lire...
_________________
I will always remember when the doctor was me.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:09    Sujet du message: [8x00] The Time of the Doctor

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 8 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 320, 21, 2247, 48, 49  >
Page 21 sur 49

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com