Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Lun 20 Jan 2014 - 22:21    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Titre : Joyeuses Fêtes !

Rating : G

Résumé : Le Docteur s'apprête à passer Noël avec Clara. Mais le TARDIS ne l'emmène pas tout à fait au bon endroit.

Spoilers : Cette fiction cite certains classiques.

Disclaimer : Tous les personnages de cette fiction en sont pas des créations personnelles, mais appartiennent à la BBC.

Bêta : booster, Melencolya, Ahaimebété

Note des auteurs : Cette fan-fiction a été écrite par trois personnes : booster, Melencolya et Ahaimebété



Joyeuses fêtes !


Citation:

Prologue


Un rouge intense. Le crépitement des flammes. La chaleur insoutenable, douloureuse et… le caramel. Voici donc les dernières sensations de mon existence. Un volcan, un gaz instable et une vieille boîte. J’aurais quand même pu mettre une poignée à l’intérieur ! Un véritable cercueil, voilà ce que c’est ! Et le Docteur, ce satané Docteur qui me regarde et ne fait pas un geste… Je l’ai même supplié de m’aider ! Mais il n’a rien fait. Il me laisse mourir, celui qui a juré d’aider toute personne qui en a besoin. Maudit sois-tu Docteur !

C’est alors que je remarque deux phénomènes étranges. Le premier, c’est que je peux bouger le bras gauche, alors que celui-ci n’est déjà plus rattaché à mon épaule. D’ailleurs, j’ai toujours conscience de chaque cellule de mon corps, alors que la plupart ont déjà disparues dans la fournaise. Et l’odeur de caramel ! Elle devient moins agressive, plus douce. Comme dans ces boutiques terriennes où les fragrances sucrées s’épanouissent.

C’est alors que je comprends la chance que j’ai.

Ce n’est encore pas fini pour moi.

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


Biwiiiiiiwiwiwizzzzzzzzzzzwiwiwi….

Jack sort le détecteur d’ondes tempo-dimensionnelles et le regarde d’un air abasourdi. Le petit objet ne marchait plus depuis qu’il l’avait dégagé des décombres de Cardiff. Malgré son apparente inutilité, jamais Jack n’avait pu se résoudre à le jeter, et l’avait glissé dans sa poche. Il l’avait oublié là.

Sans hésitation, le capitaine suit le signal de l’objet qui le conduit dans un magasin de jouets. En découvrant la source de l’agitation du détecteur, Jack tombe des nues. Après un long temps de réflexion, il sort de l’édifice et compose un numéro de téléphone dans la cabine la plus proche.

Il attend longtemps.

Très longtemps.



Citation:
Chapitre 1 : Veille de Noël


Le Docteur tourbillonne autour de la console. De temps en temps, il fait une petite pause devant un drôle d’objet qui orne un des panneaux, et échange quelques mots avec lui.

« Je pourrais l’emmener sur HD 971833b, une planète d’un bleu saphir sur laquelle il pleut du verre, qu’en penses-tu, Handles ?
Certes, il faudra prévoir des parapluies en acier, mais ce sera un spectacle féerique pour Noël, non ?

Anomalie temporelle détectée, répond la tête rafistolée de cyberman connectée à la base de données du TARDIS.

– Oh non ! Pas maintenant ! s’exclame le Docteur. J’allais chercher Clara pour Noël.

Anomalie temporelle détectée, insiste Handles. Sur Sol 3. Coordonnées…

– Autrement dit la Terre. Ça tombe bien, finalement. On y allait justement. Oh ! Oh ! Oh ! Qu’est-ce qui se passe ? »

Le Docteur s’accroche à la console pour garder l’équilibre, tandis que son engin se matérialise de façon brutale dans la rue d’une petite ville d’Angleterre.

Il sort en trombe et regarde autour de lui.

« Mais… nous ne sommes pas chez Clara ! grogne-t-il d’un ton accusateur, en regardant sa machine. Encore une de tes facéties ? »

Après un tour sur lui-même, il ajoute :

« Ah, c’est Colchester, chez Craig. Bonne idée. Très bonne idée. Comme ça, je vais fêter Noël deux fois. C’est parfait, j’adore Noël ! »

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


« Docteur ? »

Craig regarde avec surprise la personne qui se tient sur son seuil.

« Je ne m’attendais pas à votre visite ! Entrez. Sophie ! appelle-t-il. Devine qui est là ? »

Sa femme surgit du salon avec un petit garçon accroché à sa hanche gauche, et une boule ornementale en verre dans la main droite.

« Bonsoir Docteur ! s’écrie-t-elle, ravie. Vous excuserez le désordre. Nous sommes un peu en retard pour Noël. D’ailleurs… »

Elle hésite et pose le petit garçon au sol.

« Vas dire bonsoir au Docteur, Alfie. Puis tu iras un peu jouer dans ta chambre, s’il te plaît. »

L’enfant se cache derrière sa mère.

« Oh, non, Alfie, n’ai pas peur, ajoute-t-elle. Ce n’est pas ce docteur-là. Celui-ci ne te fera pas de piqûre.

– Viens donc faire une bise au tonton Docteur, Stormaggedon », dit le Seigneur du Temps en s’accroupissant.

L’enfant lui fait un grand sourire et vient se jeter dans ses bras. Lorsqu’il est enfin reparti dans sa chambre et hors de portée de voix, la jeune femme explique :

« Craig doit finir d’aller faire quelques courses pour le repas, mais surtout… – elle baisse le ton – il doit essayer de trouver la voiture tamponneuse de Oui-Oui. Alfie a vu ça à la télévision et l’a commandé au Papa Noël, mais ses ateliers semblent avoir été dévalisés.

– Je viens avec vous, Craig, s’exclame le Docteur. Un magasin de jouets à Noël, c’est la caverne d’Ali Baba. Allons-y ! »


Citation:
Chapitre 2 : Au centre commercial


Arrivés au centre commercial, Craig et le Docteur décident de commencer par visiter les magasins de jouets, afin de ne pas être encombrés par leurs autres emplettes.

Le premier magasin qu'ils visitent est la succursale d'une grand enseigne. Ils doivent parcourir toutes les allées pour trouver les rayons de jouets « premier-âge ». En passant devant le rayon voitures téléguidées, le Docteur ne peut s’empêcher de faire quelques courses avec un modèle de démonstration, légèrement modifié par son tournevis sonique.

« Bon, il faudrait peut-être chercher le jouet pour Alfie avant qu'il n'en reste plus un seul exemplaire ! » s’exclame Craig.

Le Docteur s’arrête et remet la voiture téléguidée dans sa configuration d'origine.

« Ce n’est pas comme si on avait une machine à voyager dans le temps à disposition, grogne le Docteur, visiblement déçu. Mais vous avez raison Craig, on n’abuse pas des bonnes choses. Ce ne serait pas très honnête ! »

Malheureusement, la seule trace de la voiture Oui-Oui est une pancarte « rupture de stock ». Ils prennent donc la direction de la sortie. En passant devant le rayon figurines pour garçons, le Seigneur du Temps ressent un très léger malaise, tout juste perceptible. Mais comme après un rapide coup d’œil il ne détecte rien d'anormal, il n’y prête pas plus attention.

Dans les trois magasins suivants, ils n’ont guère plus de succès. Et le même phénomène de malaise se reproduit.

Sans entrain, Craig suit le Docteur dans une boutique de jouets spécialisés dans la petite enfance.

« Allez Craig, ne faites pas cette petite mine ! Je suis sûr qu'on va trouver la voiture pour Stormy ici !

– Vous m'avez dit la même chose pour les deux derniers magasins.

– Ne soyez pas si négatif voyons », répond le Doc en poussant la porte de la boutique.

Une chose rassurante qu'ils remarquent aussitôt, c'est que les étalages semblent bien approvisionnés. Ils se mettent en quête des rayons garçons de deux à quatre ans, qu'ils trouvent assez rapidement. À peine commencent-ils à chercher le jouet qu'un vendeur vient à leur rencontre.

« Bonjour, puis-je vous être utile ?

– Bonjour oui… nous recherchons la voiture-tamponneuse de Oui-Oui pour mon fils, est-ce qu'il vous en reste une ?

– Trois en fait. C'est un jouet qui a beaucoup de succès cette année. Suite à une erreur de commande, nous nous sommes retrouvés avec le double du stock ! Nous avons été très soulagés lorsque nous avons vu que c'était la meilleure vente de ce Noël !

Le soupir que laisse échapper Craig en dit long sur la tension qu'il avait accumulée durant les deux dernières heures. Il remercie chaleureusement le vendeur.

Dans la file d'attente de la caisse, le Docteur ressent encore une fois ce mystérieux malaise. Il commence à trouver cette sensation étrange, surtout que rien ne paraît suspect, et rien ne relie les quelques rares moments où il a eu ces sensations. Il jette encore un regard sur ce qu'il l'entoure. Du rayon poupée pour fillettes au rayon figurines pour garçons : rien à signaler.

Une fois le jouet enfin trouvé, ils peuvent se concentrer sur le reste des achats pour le réveillon. Bien sûr, le Docteur se fait un devoir de porter la voiture-tamponneuse et n'accepte pas de porter autre chose, sous le prétexte qu’il ne faut pas abîmer l'emballage cadeau. C'est donc les bras surchargés que Craig suit le Docteur pour rentrer à la maison.

Il aperçoit alors une publicité géante pour une figurine d’homme, habillé de velours noir et équipé d'armes tout aussi inédites que variés : « Armest-man, le plus grand de tous les méchants ! Fourni avec un TCE, qui tue en réduisant, un tournevis laser qui tue en faisant vieillir et le manuel du petit hypnotiseur avec le pendule assorti. »

« Je ne comprends pas comment ces jouets laids et hyper violents peuvent avoir un tel succès, ronchonne Craig, exaspéré.

– Hein ? Quoi donc ?

– Ça, là ! grogne Craig en désignant l’affiche d'un mouvement de tête.

– Aaah ! …. oh.

– Quoi ''oh" ? Pourquoi vous faites cette tête-là ?

– Quelle tête ? répond le Docteur en faisant demi-tour à toute vitesse. Il faut qu'on retourne à la boutique de jouets !

– Hé, que se passe-t-il ? Je n’aime pas quand vous faites ça, il y a toujours un truc grave qui arrive quand vous faites cette tête ! fait Craig essayant de rattraper le Seigneur du Temps. Hé, attendez-moi au moins !»


Citation:

Chapitre 3 : ARMEST


Déboulant dans la cuisine sans un mot, le Docteur fourre le paquet cadeau dans les bras de Sophie et repart aussitôt.

« Qu’est ce qu’il a ? demande-t-elle à Craig quand celui-ci pose les sacs sur la table. Il a l’air concentré et… furieux.

– Je n’en ai aucune idée, il a vu un jouet dans le magasin et depuis, il est comme ça, explique-t-il en tendant l’oreille. Cache le paquet, le petit arrive ! »

Sophie s’empresse de dissimuler le cadeau dans une armoire, juste à temps avant qu’Alfie n’entre dans la cuisine.

« Il est où tonton Docteur ? »

Pour toute réponse, le Docteur, toujours sombre, fait irruption dans la cuisine et pose une grosse boule de métal sur la table. Craig esquisse un mouvement de recul.

« Docteur, c’est… c’est un Cyberman !

– Mais non c’est pas un Cyberman, c’est Handles ! s’exclame le Docteur. Il est vide de toute fonction organique, mais il a gardé toute son intelligence. Il est très bon en devinettes.

– Vous êtes sûr de vous ? La dernière fois, c’était pareil, et j’ai failli… »

Craig s’interrompt en voyant le regard de Sophie, qui a couvert les oreilles de leur fils.

« Vous pouvez me faire confiance, je le jure sur mes cœurs. Il n’y a plus rien à craindre de lui. Sauf s’il se met à raconter des blagues, je ne pourrais plus rien faire pour vous. Bref. Handles !

Oui Docteur ?

– Analyse-moi cette figurine Armest-man.

Calcul en cours…

– Maman ? C’est quoi ça ?

– C’est un… un ami du Docteur mon chéri.

Analyse terminée. C’est une cellule de Gallifreyen. C’est d’ailleurs elle qui produit l’anomalie temporelle signalée il y a quatre heures, douze minutes et vingt secondes.

– Quoi ? Peux-tu me dire qui est ce Gallifreyen ? Est-ce un Seigneur du Temps ?

Il ne figure pas dans ma base de données personnelle. La recherche dans la matrice Cybernétique est lancée. Mais j’ai relevé un détail qui pourrait être utile.

– Dépêche-toi de me dire, Handles !

ARMEST est une anagramme de MASTER. »

Le Docteur s’affale sur une chaise. Il reconnaît très bien son vieil ennemi maintenant. Ce costume de velours noir, avec les broderies dorées. Ces yeux clairs et durs.

« Je deviens vraiment vieux. Je ne l’ai même pas reconnu.

– Tonton Docteur…

– Le Maître ? intervient Sophie. Qui est-ce ? »

Le visage du Docteur s’habille d’un vieux sourire, devant l’innocence de la compagne de Craig. Ils ignorent totalement le personnage et les atrocités qu’il a accomplies.

« Un vieil ami à moi. Et un vieil ennemi aussi. Il passe son temps à chercher le pouvoir, et par la même occasion, à l’utiliser pour me tuer. Mais il a toujours échoué.

– Oh. Je vois, soupire Sophie.

– Tonton !

– Je me souviens… murmure Craig. Dans votre mémoire Docteur. Il a réduit la Terre en esclavage.

– Ça ne s’est jamais produit.

– Oui, c’est vrai… réalise-t-il, encore chamboulé. Donc, vous croyez que c’est encore un de ces plans ?

– Ça en a tout l’air. Handles, trace l’anomalie temporelle.

Calcul en cours.

– TONTON !

– Quoi Alfie ? s’exclame un peu brutalement le Docteur.

– Il y a de la lumière dans ton pantalon.

– Alfie, voyons ! s’exclament les parents, gênés.

– Ah oui tiens, c’est vrai remarque le Docteur. C’est mon beeper. Je vais dans le TARDIS, je reviens, annonce-t-il en se levant. Il faut vraiment que je fasse quelque chose avec ce téléphone…

– Et vous laissez votre tête de Cyberman ici ? » bredouille Craig, paniquant.

Mais sa seule réponse est la porte d’entrée qui claque.

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


« Ici le Docteur, que puis-je faire pour vous ?

– Enfin vous répondez ! Cela fait des jours que je suis pendu au téléphone ! Littéralement.

– Jack, c’est vous ! Alors, comment va Alonzo ?

– Qui ça ? Oh, on ne s’est jamais revus. Il est tout le temps en voyage… Mais je n’appelle pas pour raconter ma vie. J’ai en ma possession quelque chose d’étrange.

– Laissez-moi deviner… un œuf de dragon ? Un coffre en poirier savant ? Le dernier disque de Elvis Presley ?

– Un jouet ressemblant étrangement au Maître. Enfin, une de ces précédentes incarnations.

– Comment savez-vous que c’est le Maître ?

– J’ai passé un an sur le Valiant. J’ai pu apprendre deux ou trois choses sur mon ennemi.

– Vous avez le sens du timing. Je viens d’en trouver un aussi. Rejoignez-moi à Colchester, coordonnées : 515330N 05411E, 20h22. »

Avant que le Docteur ait pu raccrocher, le capitaine Jack Harkness lui fait face. Après une accolade amicale, les deux hommes se dirigent vers la maison de Craig.

« Vous vous êtes encore régénéré, constate Jack. Pas trop mal, mais je préférais l’incarnation en cuir, vraiment.

– Arrêtez ! »

Lorsqu’ils entrent dans la cuisine, ils assistent à un spectacle singulier : Alfie joue par terre avec la figurine du Maître, Sophie chasse la fumée d’une dinde carbonisée, et Craig menace Handles avec une cuillère en bois.

« J’ai légèrement oublié de surveiller le four… »

« Docteur, cette chose m’a menacé, j’en suis sûr ! »

« Vous z’allez z’obéir, piwuuuu, piwuuu… »

Le Docteur, indifférent au vacarme, commence les présentations.

« Tout le monde, voici Jack. Jack, voici tout le monde. Handles, où en est l’analyse ? »

Tandis que le Seigneur du Temps et le Cyberman discutent technologie, Jack se présente tout seul. Il ébouriffe les cheveux d’Alfie, mais l’enfant reste concentré sur son jeu. Le capitaine n’insiste pas et fait un baise main à Sophie.

« Bonjour, je suis le capitaine Jack Harkness. Et vous, charmante dame ?

– Sophie…

– Je peux voir d’où votre fils tient son joli minois… »

Au moment où son épouse pousse un gloussement d’adolescente, Craig se matérialise devant Jack en lui tendant la main.

« Et moi, je suis son époux, Craig.

– Ravi de vous rencontrer Craig, salue un Jack toujours séducteur. Quelle poigne vous avez ! Votre femme a de la chance d’avoir un mari aussi fort…

– Jack, arrêtez de flirter ! intervient le Docteur.

– Je ne fais que dire bonjour !

– Alors, lâchez-lui la main. Et donnez-moi votre figurine, s’il vous plaît. »

Le capitaine s’exécute et remarque Handles.

« C’est un…

– Oui, je sais ! La localisation est un peu longue avec un signal unique, mais avec le deuxième, nous devrions l’avoir dans quelques secondes.

Processus complet. Coordonnées finales trouvées.

– Très bien ! s’écrie le Seigneur du Temps. Jack, restez là au cas où.

– Docteur, je…

– Qui sait ce que le Maître a mijoté avec ces jouets. Vous devez protéger la famille. »

Le Docteur s’empare alors de la tête de Cyberman et s’arrête à la porte.

« Eh bien, je vous souhaite à tous une très bonne année 2014 ! Qu’elle soit pleine de… d’argent, de bonheur, de chocolats à Pâques, de bonbons à Halloween, de gâteaux aux anniversaires et de cadeaux à Noël ! »

Sur ces mots, il sort de la maison. Craig s’avance vers Jack.

« Vous allez le suivre n’est-ce pas ? »

Le capitaine se tourne vers lui.

« Si il y a une chose que je sais sur le Docteur, c’est qu’il ne faut pas s’interposer entre le Maître et lui. »



Citation:
Chapitre 4 : Le Fabricant de Jouets Céleste


« Plutôt sinistre comme lieu, tu ne trouve pas, Handles ? »

Le Docteur regarde sur l’écran de contrôle, la petite planète poussiéreuse qui tourne autour d’une naine rouge, très massive et donnant peu de lumière.

« Analyse de l’atmosphère : 80% de diazote, 19% d’oxygène, 0, 90% d’argon, 0,04% de…

– Oui, oui ! Inutile de me donner les détails, s’impatiente le Seigneur du Temps. Une atmosphère grossièrement terrestre, avec seulement un peu moins d’oxygène. Mais ça ne devrait pas me poser de problème. Radiations ?

Nulles.

– Bon, je vais me pos… »

À cet instant, le TARDIS se matérialise d’elle-même.

« …ser, termine le Docteur. Ah ? Eh bien, c’est fait », constate-t-il.

L’écran montre maintenant une surface plane, verticale, parfaitement blanche et lisse.

Quel piège m’a-t-il donc préparé cette fois-ci ? songe le Docteur en ouvrant prudemment les portes extérieures. Son truc avec les jouets, c’était vraiment bien imaginé. Il savait que je ne pourrais pas résister à cette énigme.

« Je suis déjà venu ici, constate-t-il aussitôt. Il y a très longtemps. »

Il commence à marcher dans ce qui ressemble à un labyrinthe. Mais ce n’est qu’une illusion. Il trouve rapidement son chemin au milieu des mots. Car les parois sont des lettres géantes.

Évidemment, pense-t-il. Celui qui avait créé ce monde d’illusions à partir d’œuvres de fiction se faisait appeler le Maître*. Il a repris cette idée pour bien me montrer qu’il me tient à sa merci.

*(dans The Mind Robber)

« Maître ! appelle-t-il. Inutile de tourner autour du pot. Si tu veux m’affronter, fais-le, qu’on en finisse ! »

À cet instant, il débouche sur un espace plus large. Un étrange objet s’y trouve : une pyramide de verre flottant dans les airs, tournant lentement sur elle-même, la pointe vers le bas. Chaque face est quadrillée en échiquier, et les pièces occupent celle qui se trouve au dessus, bien rangées pour un début de partie.

« Ah ! Ah ! s’exclame le Docteur en se frottant les mains. Des échecs en trois dimensions ! J’aime ! Je suis très fort à ce jeu.

– Non Docteur, susurre une voix. En quatre dimensions. »

De l’autre côté de l’échiquier une silhouette apparaît lentement. Elle est vêtue d’une grande robe chamarrée de style chinois avec des épaulettes qui pointent vers le ciel comme les angles d’un temple. Sa tête est couverte d’un bonnet cylindrique du même genre. Son visage allongé est souriant et ses yeux pétillent de malice.

« Le Fabricant de Jouet Céleste ! s’écrie le Docteur. Que faites-vous ici ? Ne me dites pas que vous vous êtes laissé piéger par le Maître, vous aussi ? »

Son vis-à-vis laisse entendre un petit rire amusé.

« Allons, Docteur ! déclare-t-il. Qu’est-ce qui vous fait penser que c’est le Maître le responsable ?

– Mais… ces jouets… à son effigie. C’est tout à fait dans sa manière sournoise.

– Docteur, Docteur ! Vous avez oublié votre intelligence quelque part ? Que vous a dit votre compagnon robotique à propos de ces objets ?

– Que c’était une… oh non ! Une cellule de Gallifreyen ! Ne me dites pas que…

– Oui, vous avez deviné, enfin. Toujours à la recherche de compagnons de jeu, je l’ai récupéré à un moment critique de son existence. En morceaux, en tous petits morceaux. Mais chacun d’eux contenait suffisamment de sa mémoire pour que j’apprenne qui il était, et surtout les liens qu’il a avec vous. À vrai dire, son esprit en est rempli. J’y ai vu le moyen de vous attraper à nouveau.

– Alors, c’est vous qui êtes à l’origine de tout ça ! »

Sans tenir compte de l’interruption, le Fabricant de Jouet continue son récit :

« Comme vous pouvez le constater, j’ai reconstruit un autre monde après notre dernière rencontre. Celui-ci, j’en ai trouvé les bases dans vos souvenirs. Je l’ai trouvé intéressant.

– Mais, je n’ai vécu cela qu’après vous avoir rencontré. Comment avez-vous pu…

– Le cerveau d’un Seigneur du Temps est plein de son passé, mais aussi de son avenir.

– Et le Maître ? Qu’est-il devenu, une fois que vous avez utilisé quelques unes de ses cellules pour m’attirer ici ?

– Pas quelques unes, cher Docteur. Toutes. Chacune d’entre elles est devenue un de ces Armest-man et les petits garçons vont se les arracher. Littéralement. J’imagine que certains de ces jouets vont avoir des sorts peu enviables. Les enfants sont si négligents parfois, ou… si cruels.

– Bon, que voulez-vous cette fois-ci ?

– Jouer, comme d’habitude. Revenons à notre échiquier. Comme je vous l’ai dit, il possède aussi une quatrième dimension.

– Le temps, murmure le Docteur.

– Bien entendu. Une pièce que vous allez jouer maintenant, peut fort bien se déplacer dans le passé et venir bouleverser toute la partie en cours. Ou arriver de l’avenir. Commençons-nous ?

– Quel est l’enjeu ?

– Votre vie, votre liberté si vous gagnez. Et si vous perdez, vous resterez ici à jamais pour me divertir. Jusqu’à ce que je me lasse et vous détruise.

– Je rajoute une condition, si je gagne. Vous libérez également le Maître. Malgré tout, il ne mérite pas un sort aussi abominable. Je suppose qu’il est conscient de ce qui lui arrive.

– Dans chacune de ses cellules et à chaque instant. Cependant, je ne peux pas accéder à votre demande, Docteur. Non que je ne le veuille pas, mais c’est tout simplement impossible. »

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


Après avoir aidé Sophie et Craig à préparer le réveillon de Noël, Jack s’est installé à côté d’Alfie et le regarde jouer avec le Armest-man. Il ne peut s’empêcher d’éprouver un malaise en le voyant si fasciné par cette figurine et les possibilités qu’elle offre.

« Bzzzi ! Bzzzi ! siffle le bambin en dirigeant vers lui le bras de la poupée armée d’une imitation inquiétante du tournevis laser.

– Tu me prêtes ton jouet une petite minute, Alfie ? » demande le capitaine.

Après quelques secondes d’hésitation, le petit garçon le lui tend. Jack étudie l’objet attentivement. La minutie des détails est plus que surprenante. On dirait non pas une statuette du Maître, mais lui-même avec juste une taille plus réduite.

« Abîme pas mon Ramé-man, s’inquiète le petit garçon.

– Mais non, je ne vais pas l’abîmer. Regarde, je lui fais même un bisou. »

Par jeu, Jack approche la marionnette de sa bouche et l’embrasse. Aussitôt, il a l’impression de recevoir un choc électrique. Une voix, une voix inconnue, mais qu’il reconnaît malgré tout, résonne dans sa tête :

Jack ! Jack Harkness ! Aidez-moi ! Aidez-moi ou vous le regretterez !



Citation:
Chapitre 5 : Zugzwang*


« Tour en B5 »

La pièce s’exécute et avance à la case demandée. Cette-fois-ci, la tour ne disparaît pas. Malgré l’instinct temporel propre aux Seigneurs du Temps, le Docteur a du mal à prendre le contrôle de la partie. C’est la première fois qu’il joue aux échecs en quatre dimensions, et ça le désavantage, il le sait. Le Fabricant quant à lui, semble totalement à l’aise.

« Détendez-vous Docteur, ce n’est qu’un jeu après tout. Amusez-vous !

– Un jeu qui entraînera de grandes conséquences.

– Oh, vous êtes grincheux parce que vous perdez c’est tout. D’ailleurs, vous ne m’avez pas parlé des pièces de l’échiquier. Vous ne les aimez pas ? »

Le Docteur pose un regard suspicieux sur la tour qu’il vient de bouger, et le déclic se fait.

– C’est… le phare d’Alexandrie !

Le Fabricant sautille d’excitation, comme un enfant qui découvre une surprise.

– Oui ! Et ce cavalier-là, c’est le cheval de Troie ! Et ma reine, vous n’avez pas reconnue la diva Plavalaguna ? Ne me dites pas que vous êtes passé à côté de la reine Hatchepsout, je ne vous croirais pas ! Et ce sont les originaux bien sûr !

– De grands biens de l’Univers, maugréé le Docteur, réduits à l’état de miniatures pour vos petits jeux puérils…

– Ne jouez pas à l’adulte, vous me rappelez mon père ! Allez, mon cavalier en… G7.

Dès ce moment, le Docteur sait que la situation est inextricable. Chaque coup possible ne fera qu’entraîner soit la perte de pièces, soit l’échec et mat. Il est coincé.

« Zugzwang*. Vous avez perdu. »

*(Être en zugzwang se dit de la situation d'un joueur qui est obligé de jouer un coup qui le fait perdre ou dégrade sa position.)

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


« Nom de… Pu… de b…. ! »

Pas la peine d’être aussi vulgaire, ce n’est qu’un lien télépathique. Ces arriérés d’humains, vraiment…

Jack se couvre la bouche afin d’arrêter le flot de jurons, sous le regard étonné d’Alfie.

« Faut pas dire de gros mots, c’est pas bien !

– Euh, Alfie, tu peux aller voir tes parents ? »

L’enfant le regarde fixement, et obéit avec un « Mamaaaan ? » retentissant. Jack en profite pour s’éclipser dans un coin plus discret de la maison.

« Qu’est-ce que vous fichez dans ma tête ? C’est quoi votre plan tordu, cette fois-ci ?

Un plan ? Quel plan ? On m’a piégé !

– Je vous connais Maître, vous avez toujours un coup fourré dans votre manche !

Oh excellent ! Si vous me connaissez c’est que vous venez de mon futur… ce qui veut dire que j’en ai un. C’est une bonne nouvelle. Parce que je commençais à ne plus y croire avec le Fabricant de Jouets Céleste !

– Avec qui ?

Un cinglé très puissant avec le plus gros complexe de Peter Pan que je n’ai jamais vu.

Sophie surgit à cet instant dans le recoin sous l’escalier où s’était retiré Jack et lui déclare :

« Alfie m’a dit que… »

Qui sont ces gens ? murmure le Maître dans la tête du capitaine. Je n’en trouve que des traces très récentes dans votre esprit. Mais si vous tenez à eux, cette femme et le gosse, vous avez tout intérêt à m’aider.

« Taisez-vous ! crie Jack.

– Comment ? s’exclame Sophie choquée.

– Non pardon ! Je ne vous parlais pas, je… m’adressais à moi-même, balbutie Jack, ne sachant plus comment se sortir de la situation. Ma chère Sophie, je suis désolé d’avoir dit de vilains mots devant Alfie, mais je me suis souvenu tout à coup que j’avais quelque chose de très important à faire. Je sors dans la rue quelques minutes, le temps de passer un coup de téléphone. Je ne suis pas loin. »

Il sort sous le crachin qui s’est mis à tomber en grommelant contre le Maître.

« Si vous êtes piégé, je ne vois pas comment vous pourriez vous attaquer à ces personnes, lui rétorque-t-il. Et d’abord, que s’est-il passé ?

Est-ce que les détails sont importants ? répond le Maître, d’un ton agacé. Nous n’avons pas beaucoup de temps. Le Docteur ne fait pas le poids face au Fabricant de Jouets. Si vous voulez le sauver, vous avez tout intérêt à vous associer avec moi.

– Et vous, qu’y gagnez-vous ? Vous n’êtes pas devenu altruiste d’un coup. L’univers aurait implosé, ironise le capitaine.

Redevenir moi-même. Récupérer toutes ces parties de moi qui ont été dispersées sous forme de jouets.

– Ainsi, c’est réel ? Chacun de ces Armest-man, c’est vous.

Chacune de mes cellules, oui.

Ce que n’avoue pas le Maître, c’est que chaque fois qu’une des figurines est détruite ou abîmée, il le ressent comme une blessure. Un morceau de lui qui disparaît.

« En quoi est-ce que je peux vous être utile dans cette histoire ?

Votre bracelet temporel, Jack. Convenablement modifié, il peut me permettre de ramasser toutes ces bribes de…

Un silence soudain se fait dans la tête de Jack. Il ressent aussi une souffrance, non physique, mais bien réelle.

« Maître ? questionne-t-il. Que se passe-t-il ?

Rien, reprend la voix du Maître, qui a cependant un ton légèrement altéré. Poursuivons ! Il nous faut un atelier bien équipé en électronique.

– Nous avions ça à Torchwood, soupire le capitaine. Mais… il doit rester du matériel dans le garage de… M. Jones.

Oh, le fameux Ianto Jones ! Je vois… semble ricaner le Maître dans le crâne de Jack.

– Taisez-vous ! grogne une fois de plus Jack. Sinon, j’écrase cet Armest-man sous ma semelle ! »

Il règle son bracelet de façon à atteindre la maison de son compagnon disparu.



Citation:
Chapitre 6 : Un et indivisible


Le sous-sol de la maison de Ianto est glacial, mais Jack n’en a cure. Il travaille aussi rapidement qu’il le peut. Il ressent une certaine fébrilité dans la voix qui lui dicte les instructions. Et, de temps en temps, elle s’affaiblit ou disparaît. Par moment, le Maître perd patience devant ce qu’il appelle « la maladresse congénitale de ces Terriens attardés ».

Le capitaine ne répond pas à ces sarcasmes. Il est inquiet pour le Docteur. Il vaut mieux ne pas perdre de temps en disputes.

Enfin, il lève devant ses yeux son bracelet modifié.

Laissez-moi prendre le contrôle, maintenant, lui dit le Maître.

« Comment ça ? demande Jack, méfiant.

Si vous me laissez faire, je peux prendre le contrôle de votre main. Ça ira plus vite que de vous guider.

– Pourquoi ne pas l’avoir fait pour fabriquer ce truc, alors ?

Parce que ça demande énormément de concentration. Il ne me reste… il ne me reste plus beaucoup de forces.

Jack sent que cet aveu est difficile de la part du Seigneur du Temps renégat.

Il faut aller très vite, vous comprenez, insiste le Maître.

– Qu’est-ce qui me dit que vous m’aiderez ensuite à sauver le Docteur, une fois que vous aurez retrouvé votre intégrité physique ? fait remarquer le capitaine.

Il est en possession d’un Armest-man. Je dois le récupérer aussi.

– Oh oui, bien sûr ! s’exclame Jack en souriant. D’accord, c’est une bonne assurance.»

À partir du moment où il laisse le Maître superviser ses doigts, tout se passe à une vitesse fulgurante. Il devine, plus qu’il ne sent réellement, qu’ils font des sauts hyper rapides à travers le temps et l’espace. Par moment, il lui semble qu’ils reviennent dans le garage, mais il n’en est pas certain. C’est si vertigineux qu’il commence à en avoir la tête qui tourne.

Puis tout se stabilise brutalement. Jack titube, avant de retrouver son équilibre. En face de lui, un autre homme, brun, barbu, la quarantaine et… entièrement nu.

Dans un geste instinctif, le capitaine enlève son manteau militaire et en enveloppe l’inconnu qui tremble et qui n’a pas l’air très en forme. Son œil droit est normal, mais le gauche a disparu, ne laissant qu’un trou dans la chair. Le pouce de sa main gauche manque également.

« Bonjour Maître, susurre Jack à l’oreille du Seigneur du Temps. Que diriez-vous d’un petit remontant avant de partir à la chasse au Fabricant de Jouets ? Vous semblez en avoir vraiment besoin !

– Nous n’avons pas de temps à perdre, grogne le Maître en frissonnant.

– Certes, reprend Jack un peu déçu, mais vous ne pouvez pas y aller ainsi. »

L’évaluant rapidement, il conclut :

« Les habits de Ianto devraient vous aller. Tout est resté en l’état depuis… Bref, il y a ce qu’il faut dans ses armoires. Venez. »

Tandis que le Seigneur du Temps choisit ce qui lui convient dans la chambre, Jack prépare du café dans la cuisine.

Il en sert une tasse brûlante au Maître, lorsque celui-ci apparaît à la porte, habillé tout en noir. Les vêtements flottent un peu sur lui.

Ianto lui, avait la carrure d’un vrai Gallois, songe Jack avec une pointe de mélancolie.

TTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT


Le Docteur est dans une impasse. Il n’a plus que le roi sur l’échiquier, et il le déplace de façon aléatoire afin d’éviter la défaite. Même s’il sait qu’elle arrivera dans trois tours. Alors il fait ce qu’il sait faire de mieux. Gagner du temps.

« Docteur, pourquoi fuyez-vous ? se plaint le Fabricant de Jouets. C’est d’un ennui !

– Vous n’aimez pas le jeu du chat et de la souris ? rétorque le Seigneur du Temps.

– Oh si ! On y jouera dès que je dirai « échec et mat » !

– Vous ne préférez pas jouer au docteur ? » intervient une voix masculine.

Les deux adversaires se tournent vers celui qui vient de parler. Jack s’avance vers eux.

« VOUS ? s’écrie le Fabricant en remarquant celui qui l’accompagne. Que faites-vous ici ? Vous êtes censé être mort, dispersé sur la Terre entière !

– Il y a quelque chose que vous devez savoir à mon propos, répond le Maître, je survis toujours.

– En effet… » murmure le Docteur.

Le Maître pose un regard sur la partie en cours.

« Ne serais-tu pas en train de perdre, Docteur ?

– C’est en quatre dimensions ! Tu as déjà essayé ?

– Je maîtrisais ce jeu alors que tu jouais encore avec tes cubes de rayons X.

– Content de te voir en un seul morceau, mon vieil ami.

– Si c’était vrai, tu ne m’aurais pas laissé crever ! »

L’intensité du regard que lui lance le Maître trouble profondément le Docteur. Il y perçoit un tel ressentiment qu’il baisse sa garde. Il oublie un instant que son vieil ennemi n’agit jamais au hasard. Avec une habileté digne du meilleur escamoteur, le Maître s’empare du dernier Armest-Man dans sa poche. La seconde suivante, il se volatilise dans d’un éclair bleu.

« Mon bracelet temporel ! s’exclame le capitaine en regardant son poignet. Il m’a volé mon bracelet temporel !

– Oh ! Oh ! Oh ! se moque le Fabricant. Il vous a bien dupé ! Je savais qu’il était retors, mais pas à ce point-là. C’est du grand art ! Maintenant, revenons à notre partie, Docteur ! »

À son tour, Jack s’approche de l’échiquier.

« Vous avez parié quoi ?

– Ma liberté.

– Ah, vous avez misé gros sur ce coup, constate le capitaine. Maintenant que le Maître est sain et sauf, je vous suggère la stratégie du nœud gordien. »

Le Fabricant de Jouets céleste regarde suspicieusement les deux hommes.

« Qu’est-ce que c’est ? Je ne connais pas cette stratégie.

– Voyez-vous, commence le Docteur avec un sourire confiant, c’est une vieille légende terrienne. Celui qui réussissait à défaire le nœud gordien devenait le souverain du monde. Le seul qui ait réussi cet exploit est Alexandre le Grand, car il l’a simplement tranché d’un coup d’épée.

– C’est une jolie histoire, mais quel rapport avec la situation ?

– Il est un peu lent d’esprit, votre copain… » rit le capitaine.

Le Fabricant lui jette un regard noir. Il sent qu’il perd le contrôle de la situation.

« Ce que veut dire Jack, c’est qu’à une situation inextricable, la seule solution est une réponse brutale. Jack… COURREZ ! »

D’un coup de pied, le Docteur renverse le plateau de jeu et les deux hommes fuient vers le TARDIS. Au moment où les pièces de l’échiquier touchent le sol, elles commencent à grandir. Les figurines reprennent leur taille d’origine. Le Fabricant de Jouets Céleste pousse un cri de rage, tandis que les murs de la tour de Babel lui barrent la route.

« Nous avons réussi ! s’exclame Jack en apercevant le TARDIS, au loin.

– Pas tant que nous sommes chez lui, sur son terrain de jeu. »

Les deux hommes arrivent enfin au vaisseau. Le Docteur insère sa clé, ouvre les portes et se précipite à l’intérieur. Jack le suit de près, mais la porte ne peut se refermer. Le Fabricant est apparu à son seuil et tente d’entrer.

« Vous ne pouvez pas partir Docteur, vocifère-t-il. Vous aviez perdu ! Vous êtes mon jouet !

– Je n’ai qu’une chose à vous dire, Fabricant : bonne année 2014 ! »

Le Seigneur du Temps plonge la main dans sa poche et souffle une poudre au visage de l’intrus. Une multitude de créatures ailées apparaissent et commencent à voleter autour du Fabricant. Elles lui tirent les oreilles, se perchent sur son bonnet, se promènent sur son nez et l’entourent d’un tourbillon froufroutant et caquetant de tous petits rires. Il recule et agite les bras en hurlant :

« Laissez-moi ! Laissez-moi tranquille !

– Je vous les confie, lui crie le Docteur en refermant les portes du TARDIS. Elles adorent jouer ! »

Aussitôt, il fait décoller la machine.

« Qu’est-ce que c’était que cette poudre ? demande Jack.

– De la poussière de fées. Je la gardais pour une occasion spéciale. »

Le rire du capitaine Jack Harkness se répercute dans le vaisseau spatio-temporel.

« Bien, s’exclame le Docteur, tout aussi hilare. Passons aux choses sérieuses, maintenant. Nous avons un Noël à fêter. Direction Colchester. Nous ne pouvons pas laisser cette petite famille s’inquiéter sur notre sort. »



Citation:
Épilogue


« Oh, Docteur, M. Harkness, vous êtes là ! »

Le soulagement de Craig est visible, lorsqu’il aperçoit les deux hommes sur son seuil.

« Nous nous sommes fait vraiment beaucoup de souci quand nous ne vous avons pas vu revenir, à Noël, ajoute-t-il.

– Comment ? s’écrie le Docteur. Ce n’est plus Noël ?

– Mais non ! C’est le 31 décembre aujourd’hui. Nous allons arriver en 2014 dans quelques heures. »

Sophie arrive alors, et ajoute :

« J’espère que vous les passerez avec nous, n’est-ce pas ? Pour vous faire pardonner de nous avoir faussé compagnie la semaine dernière », continue-t-elle avec un sourire irrésistible.

Ils s’installent dans la salle à manger où le repas est déjà prêt.

« Alfie a été vraiment triste de la disparition de sa figurine, vous savez capitaine, poursuit-elle. Craig est même parti en expédition pour en retrouver une autre, mais personne n’avait l’air de savoir ce que c’était.

– Oui, c’est bizarre n’est-ce pas, l’interrompt son mari. Comme si elle n’avait jamais existée. »

Aucune des personnes autour de la table ne fait attention à une silhouette noire qui se profile à la fenêtre. Comme une ombre à peine plus sombre que la nuit extérieure.

« Amuse-toi avec tes amis, Docteur, murmure-t-elle. Je te retrouverai, et si je te faisais endurer seulement le dixième des souffrances que j’ai vécu à cause de toi, je m’estimerais déjà vengé. »

Cependant, au moment où elle se retourne pour partir, Alfie lève la tête des pièces de lego qu’il a posé sur la table et l’aperçoit.

« Tonton Docteur, appelle-t-il en tirant sur la veste du Seigneur du Temps. Mon Ramé-man, il est revenu ! Il est dehors et il est devenu grand. »

Le Docteur et Jack se précipitent dans la rue, mais celle-ci est parfaitement déserte.

« Bonne année, Maître, murmure le Docteur. Puisses-tu me pardonner. »



Pour les personnes ne connaissant pas la série classique :

Citation:
- Le Fabricant de Jouets Céleste, autrement dit The Celestial Toymaker, apparaît dans l’épisode homonyme 024, saison 03 de la série classique. C’est un épisode avec le Premier Docteur et ses compagnons Steven Taylor et Dodo Chaplet. Il enferme le Docteur et ses compagnons dans un monde de jeux où ils doivent relever des défis pour survivre. À la fin, le Docteur gagne et ils parviennent à s’enfuir, mais le monde créé par le Celestial Toymaker disparaît. Cependant, celui-ci dit qu’il peut facilement en recréer un autre.

- Le monde avec les lettres géantes, c’est dans The Mind Robber (épisode 045, saison 06). Cette fois-ci, c’est dans un monde où la fiction devient réelle que le Deuxième Docteur et ses compagnons Jamie McCrimmon et Zoé Heriot sont enfermés. Celui qui régit ce monde se donne le nom de Maître (mais ce n’est pas le Maître que nous connaissons).

- Le Maître que nous rencontrons ici est son incarnation Ainley, vêtu de velours noir avec un col brodé en doré ou argenté. Il est récupéré par le Celestial Toymaker (dans cette fan-fiction, pas dans la série) à la fin de l’épisode 134 de la saison 21, Planet of Fire. Piégé dans un gaz mortel qui le brûle, le Maître appelle le Cinquième Docteur à son secours, mais celui-ci le regarde mourir sans réagir. Cette incarnation du Maître réapparaît ensuite dans la série, sans qu’une explication ait été donnée sur la façon qu’il a eu de s’en sortir.


Citation:
- HD 971833b, une planète d’un bleu saphir sur laquelle il pleut du verre, citée au début par le Docteur, existe réellement. C’est une des exo-planètes découvertes récemment par les astronomes.

_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee


Dernière édition par Ahaimebété le Jeu 23 Jan 2014 - 12:50; édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Jan 2014 - 22:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
gael wright
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2013
Messages: 691
Localisation: Dans le tardis , autour d'un café avec le Docteur et Donna .
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle

MessagePosté le: Mar 21 Jan 2014 - 06:23    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Ah , une fanfiction avec le 11ème Docteur , le maître , Jack Harkness ( en plus , première rencontre avec ces derniers pour le 11ème ) et Craig et sa famille , ça promet d'être intéressant Smile . Vivement la suite .
_________________
Salut , je suis le docteur ! ... Allons y !

Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Mar 21 Jan 2014 - 19:36    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Merci gael d'aimer. Voici la suite. Chapitres 4 et 5 de postés.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
Melencolya
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2013
Messages: 64
Localisation: reims
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 21 Jan 2014 - 20:38    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

aprés faudra deviner qui a écris quoi Mr. Green bon courage!
_________________
Le TARDIS n'aime pas Clara.
Je n'aime pas Clara.
Donc je suis le TARDIS!
Revenir en haut
Ahaimebété
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 3 513
Localisation: Marseille
Féminin Bélier (21mar-19avr) 猴 Singe

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 16:36    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Dernier chapitre et épilogue, plus quelques explications sur les épisodes des la série classique qui ont été utilisés dans cette fiction.
_________________
Fanfictions sur le Maître

« La réalité est un endroit sympa à visiter, mais je n’aimerais pas y vivre. » David A. McIntee
Revenir en haut
gael wright
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2013
Messages: 691
Localisation: Dans le tardis , autour d'un café avec le Docteur et Donna .
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 牛 Buffle

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 20:02    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Bonne fanfiction , on reconnaît bien le Maître des classics . Petite question : Vous allez faire d'autres fanfiction ? Si possible avec le 10ème Docteur , Donna et Jack Harkness ( oui je suis exigeant Smile lol ) ?
_________________
Salut , je suis le docteur ! ... Allons y !

Revenir en haut
Monsieur Tanuki
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 20 Mai 2012
Messages: 1 054
Localisation: Ici et un peu là-bas aussi...
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Mer 22 Jan 2014 - 23:14    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Une fic ma foi très sympathique , aux couleurs des fêtes de fin d'années. Ça fait plaisir de revoir quelques personnages bien connus ainsi que des références plus ou moins explicites au Whoniverse dans son intégralité. Et pur une petite fic sans prétention , c'est vraiment réussi ^^
_________________
Merci à la grande Dame Eleusys pour ce magnifique avatar .

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
okami34
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Déc 2013
Messages: 112
Féminin

MessagePosté le: Ven 24 Jan 2014 - 00:09    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

C'est agréable de retrouver Jack avec Ainley!Master. Ainsi que les références aux classiques, The Mind Robber entre autre.
Ce ne doit pas être évident d'écrire à plusieurs, vous vous en êtes très bien sortis ! chapeau

J'ai juste une remarque, je n'imagine pas Jack être aussi sympa avec le maître après ce que celui-ci lui a fait subir, et surtout je ne l'imagine pas lui prêter les habits de Ianto^^
_________________
Revenir en haut
Amandier
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 04 Nov 2013
Messages: 189
Féminin Scorpion (23oct-21nov) 虎 Tigre

MessagePosté le: Ven 24 Jan 2014 - 20:19    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

J'ai lu. Sympa comme histoire ^^
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 9 Fév 2014 - 02:04    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

J'adore cette fic. Sympa, intéressante et des personnages que j'adore comme Jack et le Maître (évidemment). Bravo beau travail collectif.
Revenir en haut
DViolante
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2009
Messages: 113
Localisation: Paris est
Féminin Taureau (20avr-20mai) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mar 25 Mar 2014 - 13:44    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée] Répondre en citant

Et voilà, comme promis je commence à lire les fan fics ... Celle-ci j'aime beaucoup, car elle reprend de façon très habile des personnages de la série classique.
Bravo pour le boulot d'écriture !!
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:07    Sujet du message: Joyeuses Fêtes ! Fiction collective [Terminée]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com