Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[9x05] The Girl who died
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 19:23    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Oui l'hybride est un personnage tout nouveau que Davros a mentionné pour la première fois.
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 19:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
SteamMoose
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 1 898
Masculin

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 19:26    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Alors en fait il y a bien une référence avant: Dans le téléfilm, le Maître et le Docteur disent tous les deux que le Docteur est à moitié humain.
_________________


There are worlds out there where the sky's burning...
Revenir en haut
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 19:37    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Oui mais alors il faut considérer le Docteur comme étant l'hybride.
_________________
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 21:12    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

10x05
What happened? The Big Bang, dinosaurs, bipeds, and a mounting sense of futility.

Je ne suis pas fan des épisodes historiques en règle générale : ils sont pour moi à peine un cran en dessous des base under siege dans mon top des pires situations whoviennes. Quelle ne fut donc ma « joie » de réaliser qu’après le base under siege du précédent double-épisode, nous allions enchaîner sur un épisode historique ! C’est légitime bien sûr, il en faut pour tout le monde et l’alternance entre types d’épisodes est pour l’instant très bien respectée cette saison. De plus je comprends bien que ce serait stupide de ne pas faire d’épisodes historiques dans une série sur le voyage temporel, il ont juste tendance à ne pas m’emballer. Je gardais néanmoins espoir vu que le précédent base under siege m’a étonnamment plu, que cette saison 9 est pour l’instant très réussie et, surtout, que les scénaristes de la semaine sont Moffat et Mathieson dont j’ai pour l’instant fort apprécié la collaboration.

Qu’en a-t-il donc été de cet épisode ? C’est je pense celui dans lequel je suis le moins rentrée cette saison mais pas forcément pour les raisons que j’attendais. Je l’ai trouvé très intéressant et objectivement réussi mais j’ai eu l’impression d’assister à la collision violente de deux bons épisodes très différents, ce qui m’a assez déstabilisée. J’ai néanmoins trouvé que la caractérisation du Docteur et de Clara est en net progrès et pris beaucoup de plaisir à observer les deux scénaristes transformer le 4eme mur en vitrine afin de nous faire apprécier leur travail (je me doutais d’ailleurs qu’ils joueraient à ça, c’est tout à fait leur style^^).


I du rire aux larmes

Comme je le disais dans mon intro, j’ai la forte impression d’avoir assisté cette semaine à un épisode deux en un. Le premier est ce que les anglais appellent un « romp ». Vous savez, ces épisodes comiques pas légers pour deux sous et dont le budget est souvent limité mais qui s’assument totalement et sont en général plutôt destinés à la partie la plus enfantine du fandom ? Nous en avons environ un par saison et ce n’est en général pas du tout mon genre, d’autant plus qu’ils sont en plus souvent historiques. Bien sûr certains sont réussis, j’ai par exemple bien aimé celui de l’an dernier sur Robin des bois, mais je frémis encore en repensant au terrible Curse of the Black spot.

Nous sommes ici clairement dans le contexte d’un romp : il suffit de voir la bande de bras cassés qui forment le village des vikings, environ aussi ridicules que les joyeux camarades de Robin des Bois l’an dernier. Ils n’ont même pas droit à un véritable nom, juste un surnom comique, et sont tous plus incapables les uns que les autres : l’un a le vertige, l’autre est incapable d’obéir, un autre s’évanouit à a simple mention du mot « sang » et tous sont plus dangereux pour eux-mêmes que pour leurs ennemis lorsqu’ils sont armés. Ajoutez à cela des ennemis tout aussi caricaturaux dont on ne voit presque pas le visage, qui n’ont donc pas assez d’individualité pour être vraiment intéressants, dont les buts sont complètement ridicules (récolter du « warrior juice », sérieusement ?) et qui forment une énième race guerrière dans un whonivers qui en compte déjà énormément. A ce point, les scénaristes auraient tout aussi bien pu les remplacer par des panneaux géants sur lesquels ils auraient inscrits « méchants génériques » mais ça se comprend : la NHS britannique étant encore plus mal en point que notre sécu, c’est après tout le rôle du Docteur de prescrire des génériques (non je n’ai pas honte, il est tard chez moi et je n'ai plus de café^^).

Attention, ce n’est pas du tout une critique que je formule : tout comme le base under siege ou l’épisode historique, le romp est une tradition whovienne et je trouve cet aspect très réussi cette semaine. On s’attache ainsi bien plus je trouve à ces vikings ratés et malgré tout solidaires et prêts à mourir pour leur honneur qu’aux compagnons de Robin ou à l’équipage du Black spot, tout simplement parce que les scénaristes ont pris le temps de leur offrir une caractérisation (du moins pour Lofty et le père d’Ashildr). De même, la scène d’entraînement au combat et, surtout, celle de désolation après que ledit entrainement se soit révélé catastrophique m’a fait ricaner plusieurs fois.

Enfin, la résolution complètement what the fuck du problème, qui n’aurait pas déparé dans un épisode de MacGyver et utilise un deus ex machina incroyable (bien sûr que ce petit village viking perdu possède un bassin à anguilles électriques voyons^^) est dans le cadre d’un romp non seulement acceptable et assumée mais franchement jouissive. « That is rubbish ! » conclut Clara lorsqu’elle comprend le plan du Docteur ; « I know ! » répond celui-ci avec un sourire ravi, et cela résume parfaitement ce qu’est censé ressentir le spectateur devant ce type d’épisode. Ça marche ou ça ne marche pas selon le type d’humour et l’état d’esprit dudit spectateur mais je trouve en tout cas qu’il s’agit là d’un fort bon romp… jusqu’aux dix dernière minutes.

Soudain, l’épisode prend un virage à 180 degrés et se transforme en drama lourdement mythologique. Pour vous donner une idée de ce que j’ai ressenti dans mon état un tantinet comateux du samedi à 1h du matin, j’ai eu l’impression qu’on avait collé la fin de Waters of Mars à Love and Monsters. Je reviendrai sur tout cela plus tard dans ma review mais… Désespoir du Docteur qui réalise encore une fois qu’il est condamné à enterrer un jour ou l’autre tous ceux qu’il aime ? Malédiction qu’il inflige à un autre, une enfant en plus ? Interrogations éthiques sur son droit à utiliser les immenses pouvoirs qu’il possède ? Résolution d’un trou scénaristique qu’on traînait depuis le premier épisode de la saison 8 ? Tout ça dans les dernières minutes d’un romp ? J’ai eu du mal.

Tous ces éléments que je viens d’évoquer font partie de mes favoris de la série et j’aurais été ravie de les trouver dans un épisode à tonalité plus sérieuse mais, si j’ai pourtant tendance à apprécier le mélange de genre dans un même épisode, j’ai trouvé ici la transition extrêmement brutale. Le fait que, décalage horaire oblige, je l’ai regardé à 1h30 du matin n’a pas aidé non plus, je l’ai d’ailleurs bien plus apprécié en le revoyant aujourd’hui (je crois qu’il va falloir me résoudre à voir les épisodes le dimanche). Bref, tout ça pour dire que je ne peux pas objectivement critiquer les scénaristes sur ce choix de mêler deux des tonalités les plus opposées de la série mais que ça n’a pas fonctionné pour moi alors que j’ai individuellement trouvé ces deux aspects réussis. Tant pis pour moi.


II. Le Docteur et Clara

Une des seules critiques que j’ai formulée à chaque épisode de cette saison concerne la caractérisation de Clara, du Docteur ou des deux. Je suis ravie d’annoncer que j’ai trouvé que cet épisode montre un net progrès sur la question.

Clara retrouve ainsi un rôle plus étoffé. Non, elle ne sauve pas la situation toute seule par le pouvoir de ses petits bras musclés et de son gros cerveau mais ce n’est pas un problème parce que ce n’est pas forcément ce à quoi elle sert. Elle peut parfois assumer ce rôle bien sûr, elle devient ainsi encore une fois un Docteur de remplacement lorsque ce dernier n’est pas là et parvient même presque à convaincre le méchant de la semaine de repartir dans la plus pure tradition doctoresque (en bluffant sans la moindre carte en main quoi^^)… avant que Ashildr, assumant à ce moment le rôle traditionnel du sidekick boulet, ne gâche tout en le provoquant.

Après cela, elle reprend ce qui reste le rôle premier de la compagne sous l’ère RTD/Moffat : être le garde-fou du Docteur, celle qui doit l’empêcher de s’égarer et/ou d’aller trop loin et le guider vers la solution. Et elle y parvient de manière étonnamment délicate, là où Donna par exemple l’aurait probablement secoué comme un prunier. Ainsi, lorsqu’il décide de partir après avoir conseillé aux vikings de fuir et qu’il lui dit que ce n’est après tout « qu’un simple village » et que la Terre ne sera pas en danger, elle ne le reprend pas directement, se contentant de répéter calmement « Just a village ? », le poussant ainsi à se justifier. Puis elle lui demande innocemment de traduire les pleurs du bébé, sachant bien que quelle que soit son incarnation ce dernier ne pourra jamais abandonner un enfant qui pleure (c’est une série familiale que diable !^^). Enfin, alors qu’il perd du temps à tenter de faire de ces vikings ratés des soldats, c’est elle qui lui rappelle que ce n’est pas son rôle et que la solution, que là encore elle ne fournit pas, ne nécessitera jamais l’emploi de la force brute : « So put down your sword, stop playing soldier (…) and start winning Doctor, that’s what you’re good at.”

Ce rôle peut sembler passif, en particulier par rapport à celui de super-Clara qu’elle a parfois assumé, mais je le trouve personnellement très logique puisque Clara est, comme le début de l’épisode nous le rappelle (à mon avis exprès), une prof. Son boulot est de guider l’élève vers la solution, pas de la lui fournir. L’épisode prend de plus bien soin de nous montrer qu’elle est tout à fait capable de se débrouiller sans le Docteur, qu’elle sait se battre (elle lève la main lorsque le Docteur demande qui a déjà tenu une épée dans une bataille et ce dernier acquiesce) et qu’elle ne se considère en aucun cas comme une subordonnée de ce dernier : « you’re my hobby » lui répète-t-elle encore une fois comme elle l’avait déjà fait en début de saison dernière. Enfin, comme toute compagne avant elle je pense, elle refuse d’aller se cacher lorsque le danger arrive, ce qui bien sûr est une parfaite transition pour parler du deuxième aspect évident de la caractérisation de Clara cette année : son côté suicidaire.

Et on le retrouve dès le pré-générique, lorsque son premier réflexe après avoir échappé à une mort atroce qui semblait certaine est de demander au Docteur si leur mission a été un succès et qu’elle refuse de le féliciter ou même de le remercier pour ce sauvetage impressionnant ; elle semble d’ailleurs vouloir immédiatement retourner au cœur de l’action lorsqu’elle réalise que ce qu’a fait le Docteur ne suffira pas à écarter complètement le danger qu’ils combattaient. Son plan consistant à demander à Ashildr d’utiliser le sonic sur elle pour la libérer alors que le Docteur vient à l’instant de lui dire qu’il ne fallait surtout pas attirer l’attention des soldats est tout aussi suicidaire, d’autant plus que le Docteur a prouvé il y a quelques minutes qu’il peut ôter les chaînes sans problème. Comme je le disais plus haut, elle ne compte pas un instant non plus partir se mettre à l’abri avant la bataille. Bref, le danger au mieux la laisse indifférente, au pire lui plait beaucoup.

Enfin, elle a un côté bien plus pragmatique qu’auparavant comme le montre sa tentative pour consoler le Docteur à la mort d’Ashild’r en lui rappelant qu’il a sauvé le village. Cela fait écho à sa réflexion à la fin de Flatlines lorsqu’elle estime avoir fait un très bon Docteur même si elle n’a pas sauvé tout le monde puisque « on balance » le positif l’emporte sur le négatif. Cet aspect plus sombre du personnage n’échappe bien sûr pas au Docteur, qui s’exclame d’ailleurs :« Oh, Clara Oswald..... what have I made of you? ». Ceci, joint au fait qu’encore une fois le Docteur évoque la mort future de Clara, me fait penser que cette dernière ne va pas quitter le TARDIS de son plein gré.

Quant au Docteur, on retrouve là celui des deux premiers épisodes et non la version quasi autistique des deux suivants. Au point d’ailleurs que j’en suis à me demander si nous n’avons pas là un petit Moffatisme et si nous n’apprendrons pas plus tard que les épisodes 3 et 4 se déroulaient en fait avant les 1 et 2 dans la timeline du Docteur et de Clara (peu probable je sais, ne serait-ce qu'à cause de la présence des lunettes soniques, mais je tente d’expliquer ce qui reste pour moi la seule aberration de la saison pour l’instant^^).

Bien sût que Twelve reste un vilain bougon avec la patience d’un gosse de 5 ans et la diplomatie dudit gamin. Il renomme les personnages pour ne pas avoir à apprendre leur nom (ce qui est déjà un progrès, l’an dernier il n’était même pas sûr que ce soient les mêmes que ceux à qui il avait parlé précédemment^^) et n’hésite pas à les traiter fréquemment d’imbéciles, comme il le résume si bien à Ashildr lorsqu’elle demande s’il les prend pour des idiots : «What, you mean the rest of the universe? Basically, yes, I do. ».

Mais s’il a la patience et la subtilité d’un enfant il en a aussi le côté joueur et puéril comme le montre ses tentatives répétées et ridicules pour utiliser le yoyo comme deus ex machina, ce qui le rend bien plus attachant. Il a aussi une affection visible pour sa compagne comme le montre le câlin qu’il finit par lui faire lorsqu’elle revient du vaisseau ennemi (il est si chou à tenter de le remplacer par un « like » !^^). Comme il y a deux semaines, il se réinvente d’ailleurs un « duty of care » vis à vis de cette dernière et il n’est d’ailleurs pas beaucoup plus crédible qu’à l’époque.

Bref, on voit bien que s’il conserve l’aspect pas commode typique de son incarnation (de même que son aspect magicien, comme le montre sa manière d’échapper aux menottes, et sa capacité à très bien rematérialiser/conduire le TARDIS), ce dernier s’est bien adouci. Mais c’est bien sûr au moment de la mort de Ashildr, quand il ne peut que répéter combien il est désolé et s’enfuir, que l’on voit que la compassion du Docteur reste intacte. La scène suivante où il rappelle à Clara mais surtout au spectateur combien chaque mort l’affecte, ne fait qu’enfoncer le clou.

Et ce n’est pas du luxe parce qu’outre un aspect parfois froid et distant qui est en grande partie une façade et les conséquences d’une difficulté à décoder le non-dit chez les humains, Twelve possède comme ses prédécesseurs un côté sombre parfois effrayant. Au point que pendant quelques secondes j’étais persuadée qu’il n’était pas du tout surpris de la mort d’Ashildr et qu’il savait qu’il la condamnait en lui mettant le casque. Je pense d’ailleurs que cette impression est voulue parce que Clara semble vraiment se demander la même chose (regardez son expression quand elle demande confirmation au Docteur de la mort de la jeune fille).

Mais bien sûr, le moment le plus limite du Docteur est lorsqu’il décide de sauver Ashildr en faisant fi des conséquences après une belle envolée lyrique. Oh le joli moment « time lord victorious » ! La combinaison rouge que porte Clara une bonne partie de l’épisode et le (fort sympathique^^) flash back de Ten (bien que pas tiré de Waters of Mars) ne peuvent que renforcer cette image. Bien sûr, si les circonstances sont assez similaires (envoyer bouler les règles des time lords après avoir passé l’épisode à dire qu’il ne pouvait pas faire de grosse vague dans l’espace-temps), les intentions de Twelve sont plus pures que celles de Ten. Si ce dernier sauvait bien l’équipage par compassion il se laissait ensuite guider par son hybris alors que Twelve est bien plus vite conscient du fait que ses actions sont discutables et essaie au moins de limiter les dégâts en laissant une chance à Ashildr de pouvoir partager sa quasi immortalité avec quelqu’un. C’est d’ailleurs assez ironique vu que Twelve semble à première vue nettement moins humain que Ten.

Cela dit, même si ses intentions sont louables, ce que fait Twelve est je trouve franchement atroce. Il est après tout fort bien placé pour savoir ce que ressent une personne forcée de perdre tous ceux qu’elle aime et condamne Ashildr à ce sort alors même qu’elle lui a EXPLICITEMENT dit qu’elle préfèrerait mourir que perdre ceux qu’elle aime : « There's nowhere for me, except here. This is my place.The sky, the hills, the sea, the people... But, here, I am loved. You tell me to run to save my life.I tell you that leaving this place would be death itself.”

Le fait qu’Ashildr soit en plus oblige de subir cette immortalité dans le corps d’une enfant (Masie Williams a beau avoir 18 ans, elle en fait 15 grand maximum) rend ce destin encore plus terrible : là encore, le Docteur est pourtant bien placé pour savoir que vivre des siècles dans un corps qui ne convient pas n’est pas évident , il a assez râlé sur le fait d’avoir perdu à la loterie de la réincarnation lors de son 6ème avatar.^^ Le fait de donner à Ashildr une autre dose afin qu’elle puisse se choisir plus tard un compagnon d’éternité est certes un moyen d’apaiser un peu la douleur qu’elle va forcément subir mais ne fait qu’aggraver le problème sur le long terme (deux aberrations temporelles au lieu d’une) et la force en plus à un choix tout doctoresque : décider qui va vivre et qui va mourir.

Ce refus de prendre en compte le souhait d’Ashildr dans sa décision est de plus je trouve au moins en partie égoïste : il la sauve entre autre parce qu’IL ne peut plus supporter de perdre des gens et parce qu’il sent bien, vu que c’est lui qui l’a « branchée », qu’IL est responsable de sa mort. Au lieu de fuir comme à son habitude après ce genre de traumatisme, il décide ici carrément de l’effacer et qu’importent les conséquences : il n’est pas difficile de deviner que cela lui retombera dessus au pire moment possible.

Ce que j’ai particulièrement apprécié (outre le fait que j’adore tout moment où l’aspect sombre du Docteur est dévoilé^^) est le fait que le spectateur attentif puisse deviner très vite que le Docteur va être confronté à un choix moral et « perdre » : dès le pré-générique, le Docteur écrase du pied l’araignée qui attaque Clara alors même qu’il l’a déjà enlevée du casque et qu’elle ne pose plus de danger. Puis il part essuyer sa botte, l’air très content de lui : je me suis à ce moment-là déjà fait la remarque que ce n’était pas une attitude très « doctoresque ».

Ajoutons à cela le fait qu’il tente littéralement de se faire passer pour Dieu (si le fait d’essayer de remplacer le chef est en effet une technique du Docteur il ne s’abaisse normalement pas à profiter des croyances des gens) puis qu’il endosse plus tard sans hésiter le rôle d’officier que Danny Pink l’accusait de prendre la saison dernière (même Clara lui fait remarquer que ce n’est « pas lui ») et j’étais personnellement assez persuadée que le dark Doctor allait faire son apparition à un moment ou l’autre de l’épisode. Et puis, comme le dit si bien Clara, le Docteur EST une « tide wave », qu’importe le fait qu’il souhaite n’être qu’une « ripple ». Bref, si le fait que le Docteur se souvienne enfin de la signification de son nouveau visage l’encourage clairement à retrouver le côté très compatissant et humain de Ten, il ramène aussi l’aspect sombre de ce dernier : il est rassurant que Twelve s’en rende très vite compte. Espérons pour la survie de cette incarnation qu’il se souvienne de ce qu’il dit à Clara : "I'm not actually the police. That's just what it says on the box."


III Moffat et Mathieson

Le Docteur et Clara n’est clairement pas le seul couple intéressant de l’épisode : les deux scénaristes le sont au moins autant. En effet si, « romp » oblige, la méthode utilisée par le Docteur pour battre les méchants nécessite un deux ex machina bien visible, il s’agit il me semble aussi d’une mise en abyme du travail d’écriture des deux auteurs dont on aperçoit aussi très visiblement les « ficelles ».

Je ne prétendrai pas être une experte concernant le travail de Mathieson dont je ne connais que deux épisodes whoviens et le sympathique film FAQ about time travel. J’ai néanmoins repéré quelques thèmes récurrents qui se retrouvent clairement ici. Par exemple, on retrouve ici son amour des références culturelles propres aux « geeks » et aux lecteurs assidus, visibles dans FAQ about time travel mais aussi dans Flatlines où la Famille Adams rencontrait le très sympathique roman Flatland ou dans Crime in the orient express, hommage évident à Agatha Christie.

Ici, le thème même de l’épisode est un clair hommage au trope du ou des héros peu recommandables se retrouvant à sauver un village d’innocents ne sachant pas se battre : vous savez, le type d’histoire des 7 mercenaires ou, si vous avez une culture aussi pourrie que la mienne, de On l’appelle Trinita. Autre référence évidente, celle aux Monty Python: que ce soit avec l’image holographique de Odin qui ressemble énormément à celle de Dieu dans Sacré Graal ou dans la réplique sarcastique du Docteur, « what are you going to do? Raise crops at them?", echo du méprisant "what are you going to do? Bleed on me?"de Arthur au chevalier noir dans le même film. Ajoutez-y l’ultra classique cliché de film d’horreur du personnage qui meurt de manière bien gore et dont les dernières paroles sont « There’s nothing to fear ! » et il est difficile de ne pas voir que le scénario contient de nombreux emprunts assumés. Quant-au célèbre « inversing the polarity of the neutron flow » des épisodes classiques, je ne saurais dire si la réplique vient de Mathieson ou de Moffat vu que les deux sont des fanboys assumés.

Plus « private joke » encore, Mathieson reprend ici deux éléments comiques qu’il avait déjà utilisé dans Crime in the orient express : répondant aux accusations de sexisme que la série a souvent endurées sous l’ère Moffat, il avait alors fait d’une scène une parodie de Beschdel test complètement assumée par les personnages eux-mêmes. De même, l’ère Moffat ayant la réputation de ne pas autant creuser ses personnages occasionnels que l’ère RTD, il avait comiquement forcé le trait en transformant la majorité de ces personnages en hologrammes et les autres (les scientifiques du wagon) en sorte de décor muet (ils réagissaient dans un parfait ensemble, ne montraient aucune émotion devant les horreurs qu’ils pouvaient voir et ne disaient pas un mot). On retrouve les deux éléments ici et je doute que ce soit un hasard.

"The universe is full of testosterone. Trust me, it's unbearable." déclare Clara au méchant de la semaine qui se dope au « warrior juice » histoire d’être encore plus une caricature de « mâle dominant » qu’il ne l’est déjà. A côté de cela, nous avons un bébé qui réclame sa mère durant une bonne partie de l’épisode, ladite maman se révélant apparemment être… Lofty (la mère est en tout cas invisible) et une héroïne considérée comme masculine par les filles et féminine par les garçons. Chaque élément en soi pourrait ne pas être parodique mais l’accumulation est pour moi un clin d’œil voulu.

Concernant le deuxième élément comique, celui des personnages décors, on le retrouve clairement ici. Si quelques vikings ont le droit à une caractérisation, le reste non seulement n’y a pas droit (parfaitement normal vu le nombre de personnages)… mais n’a pas la moindre parole de toute l’épisode et se transforme en véritables mimes sans individualité. Lorsqu’ils crient tous « aaaaaaaaaaaye » à l’unisson lorsque l’un d’eux les pousse à se battre alors qu’ils n’ont pas la moindre chance, lorsqu’ils crient tous sans réellement dire quoi que ce soit lorsqu’une des maisons est en flamme, lorsqu’ils se congratulent bruyamment là encore sans mots réels après la victoire mais surtout à la « mort » d’Ashildr où (c’est normal) tous se taisent à l’unisson… mais qu’une partie porte même la main à la bouche comme le ferait un mime. Le fait que les personnages faisant le geste de se taire soient des femmes est à mon avis là encore un clin d’œil mais peut-être que j’extrapole.

Enfin, et il est possible que ce ne soit qu’une coïncidence, je trouve que le « I am the Doctor and I save people ! » exalté de Twelve au moment où il décide de sauver Ashildr est très proche de la fin de Flatlines lorsque le Docteur s’exclame «I must play [my role].The man that stops the monsters. This place is protected. I am the Doctor. » Dans tous les cas, je trouve que Mathieson ne couvre franchement pas ses traces durant l’épisode et que ce manque de subtilité est voulu, comme s’il signait fièrement son œuvre. Et bien sûr il est loin d’être le seul à assumer ses « tics » d’écriture.

Je ne le dirai jamais assez, Moffat est un troll et c’est parfaitement visible cette semaine. Certains (moi en premier) sont énervés par sa tendance à la périphrase emphatique pour désigner ses personnages (the girl who waited, the lone centurion, the impossible girl…) ? L’épisode s’appelle The girl who died ! Les lunettes soniques sont un choix controversé (comme tout changement du « canon », il n’était pas dur de le deviner) ? Il semble vouloir les faire durer avant de les faire détruire en une seconde par un personnage pourtant peu effrayant. Je suis persuadée qu’il ne va pas s’arrêter là et va soit les faire réparer pour le prochain épisode soit les remplacer par un autre accessoire sonique qui ne sera pas un tournevis : on ne reverra à mon dernier pas ce dernier avant la fin de la saison.

De même, une frange du fandom est agacée par son soi-disant « gay/bi agenda » (critique à laquelle RTD avait aussi droit) ? Il sous-entend à nouveau que Clara est bisexuelle en faisant dire à cette dernière, certes sur le ton de la plaisanterie, que Ashildr a visiblement un petit faible pour le Docteur mais qu’elle serait prête à se battre contre lui pour elle. On reproche régulièrement aux scénaristes de faire des ellipses temporelles au lieu de montrer des moments qui seraient intéressants mais couteraient trop cher à réaliser (la guerre du temps en étant l’exemple le plus évident) ? Moffat fait carrément mine d’avoir zappé l’intégralité du combat entre les Mires et les vikings, nous montrant après l’entrainement une scène où le Docteur, l’air abattu, le dos à une maison en flamme et deux vikings inconscients à ses pieds, murmure « It could have gone better » (oui, j’y ai cru un court instant^^).

On reproche à Moffat régulièrement (comme à RTD avant lui encore une fois) d’oser faire des sous-entendus parfois osés ? Il en sort ici un franchement énorme mais assez subtil pour passer totalement au-dessus de la tête des enfants qui regardent l’épisode. Pour ceux qui ne l’ont pas repéré, je parle du moment où le Docteur dit à Lofty : « You're the blacksmith and you've got a baby too? He's been at it hammer and tongs!” Cette expression fait à la fois référence au travail de forgeron (les tongs sont les pinces que ces derniers utilisent) et à… hem… ce que Lofty a dû forcément faire pour être papa (« to be/go hammer and tongs at/on something » signifie s’adonner avec beaucoup d’énergie à une certaine activité).

Le « I speak baby/horse/dinosaure » du docteur horripilait certains ? Le baby talk est ici exagéré au point d’en être hilarant : on est à deux doigts de l’épopée en hexamètres dactyliques alors que Stormageddon n’avait qu’ un « vocabulaire » d’une dizaine de mots, ce qui colle certes au genre « viking » mais n’est pas crédible pour deux sous. Le plus drôle (ou le plus horripilant selon ce que vous pensez de Moffat) est que ça marche du tonnerre : regardez les critiques récurrentes de Gallifreybase, ou même de ce topic, au moins pour ce qui est du baby talk.

Même la méthode utilisée pour se débarrasser des Mires sent le Moffat troll à plein nez. En gros, le Docteur les menace… de pourrir leur web réputation en uploadant une vidéo compromettante sur le youtube galactique (j’aime le rajout de la musique de Benny Hill^^). Joint à la petite pique méprisante du Docteur sur les web designers un peu avant dans l’épisode, je prends clairement cela pour un pied de nez au fandom online sur le thème du « vous pouvez toujours parler », idée d’ailleurs renforcée par la fin du discours du Docteur lorsqu’il décide de sauver Ashildr : « And if anyone happens to be listening, and if you've got any kind of a problem with that,to hell with you! ». Le Docteur étant clairement athée (il suffit de voir ce qu’il pense des croyances des vikings), les seules personnes en position de l’entendre sont les téléspectateurs.

Mais le moffatisme le plus évident pour moi est sa fascination pour le pouvoir des histoires, encore une fois au centre d’un épisode. « We are all stories in the end » avouait Eleven à la fin de la saison, 5, et c’est clairement le cas ici. Les Mires ne sont pas d’incroyables guerriers, ils savent juste bien raconter leur propre légende… et sont de sacrés hypocrites vu ce que leur chef dit à Clara lors de leur petite scène de négociation (« You almost had me talking! Talk is for cowards”). Le Docteur lui-même s’y laisse prendre à un moment : «Even I believed the stories. But after today, no-one will again. » leur dit-il avec mépris… et là aussi une sacrée dose d’hypocrisie!

En effet, si quelqu’un est coupable d’exagérer sa légende par le pouvoir des mots c’est bien lui! Il l’avoue d’ailleurs lorsqu’il coache les vikings pour leur permettre de gagner « doctor style » : « Winning is all about looking happier than the other guy (…) Always walk briskly. Makes you a moving target. And talk with confidence, even if you're terrified. Act as if you know their plan,and sometimes, if you're very lucky, they'll actually tell you it.” Clara elle-même, comme je l’ai dit précédemment, utilise cette méthode du Docteur pour faire peur au chef des Mires quand elle tente de lui faire croire qu’elle est d’une civilisation très avancée et que de nombreuses personnes l’accompagnent. Je dirais que Moffat lui-même utilise souvent cette méthode, plus ou moins consciemment, pour se donner une réputation qu’il ne mérite pas forcément : je pense en particulier à sa réputation de tueur en série de personnages, pour moi totalement injustifiée. Il est très loin du compte de RTD pour les personnages occasionnels et visiblement incapable de tuer « pour de vrai » un personnage récurrent. La preuve encore cette semaine où il n’est même pas fichu de tuer… « the girl who died » Smile D’un autre côté, heureusement pour Masie Williams : spoiler Game of thrones
survivre à Game of Thrones pour mourir dans Doctor Who ça aurait vraiment été la honte !


Cet aspect du pouvoir de la narration est en tout cas si profondément au cœur de l’épisode que les scénaristes (je parierais plus sur Moffat mais Mathieson a sûrement eu son mot à dire) font même du personnage secondaire le plus important un avatar de leur fonction : je parle bien sûr d’Ashildr. Cet aspect est visible littéralement la première fois qu’elle ouvre la bouche, lorsqu’elle dit aux vikings revenant d’expédition : « I had a dream you'd all died.It was so real, I thoughtI'd made it happen.” Le fait que ces derniers meurent effectivement tous quelques minutes après n’est bien sûr pas innocent. Ashildr est le scénariste, ses mots font la loi et peuvent parfois la dépasser, ce qui explique qu’elle se sente systématiquement responsable de tous les malheurs qui peuvent frapper le village : c’est effectivement le cas.

Je ne ferai pas un relevé exhaustif de tous les clins d’œil au rôle de scénariste d’Ashildr : le passage où elle admet que dans son imaginaire « full of stories » elle recrée les scènes de batailles des combattants du village en y insérant une fin heureuse afin qu’ils reviennent sains et saufs me semble un exemple suffisant. La réponse du Docteur suite à cet aveu, « You're not the first person to ever have done that.”, est d’ailleurs pour moi une référence au fait que ce soit en gros aussi le boulot de Moffat et Mathieson.

Le moment le plus drôle concernant cet aspect est bien évidemment celui où Ashildr la scénariste crée par le pouvoir de son imagination l’illusion d’un monstre autour de ce qui est une simple statue bois sculpté. C’est clairement une allusion aux scènes d’effets spéciaux (forts bien faits concernant ce serpent d’ailleurs) durant lesquelles les acteurs sont souvent aidés par une simple perche de bois/balle suspendue indiquant où le monstre est censé se trouver. La vidéo enregistrée sur le portable de Clara est d’ailleurs sans doute ce à quoi la scène ressemblait réellement avant l’ajout des effets spéciaux (sans la musique de Benny Hill j’espère, ça n’aiderait pas à la concentration^^) et le « You’ve just seen the world through the eyes of a storyteller » du Docteur s’adresse donc autant à nous qu’au chef des Mires. Belle mise en abyme en tout cas.

Bref, Ashildr est l’avatar des scénaristes : c’est elle/eux qui raconte(nt) et personne n’a le droit d’empiéter sur ce droit (compris, Gallifreybase ?^^) : c’est pourquoi le moment où le Docteur tente de s’arroger ce rôle en disant à cette dernière « That's enough, Ashildr. Story's over. Happy ending. », on peut être sûr que cela ne se passera pas ainsi. En effet l’histoire n’est pas finie et je n’ai vraiment pas trouvé la fin très joyeuse même si théoriquement les gentils survivent : ce pauvre Docteur est pire que moi niveau théories.^^ Je suis un peu sévère, il a néanmoins droit à une prédiction correcte lorsque, euphorique à l’idée de pouvoir sauver tout le monde, il promet à Ashildr « this is your village and you will NEVER have to leave it.” Je ne suis pas sûre que ce soit tout à fait ce qu’il voulait dire cela dit.^^

Puisque nous parlons d’Ashildr, passons à ce qui est désormais clairement le fil rouge de la série, l’hybride de deux races guerrières dont parlait Davros. Non, je ne pense pas un instant qu’il s’agisse de Ashildr même si cette dernière est clairement un hybride et ce sur pas mal de point : en partie alien et en partie humaine mais aussi mi personnage cross over de fandoms (à quand le retour de Mark Sheppard ?) mi scénariste, en partie Mathieson et en partie Moffat (deux races fort résistantes comme chacun sait^^). Il s’agit pour moi d’une énième fausse piste comme l’expérience avortée de Davros. D’ailleurs les similitudes ne s’arrêtent pas là ; ainsi le Docteur dit d’Ashildr “I plugged her into the machine. Used her up like a battery.”… ce qui est exactement ce que Davros a fait au Docteur. Dans les deux cas le résultat a été un hybride, dans les deux cas je pense que ce n’est pas celui de la prophétie. Je reste sur ma théorie phare « le Docteur est l’hybride » mais je suis ouverte à toute possibilité…tant que ce n’est pas Clara ! Arrêtons de transformer les compagnes en fil rouge au moins une saison.^^


Pour conclure je dirais que cet épisode, malgré un aspect très enfantin, est extrêmement riche et que je n’y ai pas relevé de graves défauts. Son aspect très…hybride justement (il va falloir que les scénaristes se calment un peu sur les mises en abyme^^) m’a néanmoins assez désarçonnée et m’a empêchée de complétement rentrer dans l’histoire, ce qui est bien dommage. Peut-être était-ce la fatigue ou peut être que comme le Docteur « I’m not in the mood for vikings », qui sait ? Je finirais sur une remarque de Clara qui me semble clairement être la retranscription de la voix du fandom : « you're always talking about what you can and can't do but you never tell me the rules.” Oui Docteur/vénérable showrunner, il serait fort bon de votre part de nous expliquer enfin clairement ce qui peut être réécrit et ce qui ne peut pas l’être et ce un peu plus précisément que ce qui a été fait jusqu’à présent…mais on sait bien que cela n’arrivera jamais vu que je vois mal un scénariste se tirer une telle balle dans le pied en réduisant de manière aussi drastique le type d’histoires qu’il pourra écrire. Enfin, qui sait, peut-être que le Docteur « will explain later »…
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques


Dernière édition par Tyr le Lun 19 Oct 2015 - 00:19; édité 5 fois
Revenir en haut
malikay
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 276
Localisation: Montpellier
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 21:14    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

On a failli attendre Tyr ! Mr. Green ( ça a été sans le café ? :x )
Bon je file lire ! Smile
_________________
La signature n'est pas disponible pour le moment, veuillez laisser un message après le bip sonore
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 21:19    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Ma review a deux heures de retard par rapport aux précédentes; ça répond à ta question? Laughing
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
4evaheroesf
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 34
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 21:46    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Il y avait de l'humour, mais malheureusement, ça ne suffit pas à remplir un épisode ni à le rendre bon.
Quand au visage du Docteur, ça ne m'a jamais intéressé, mais c'est sympa d'y avoir répondu.
Heureusement, Maisie Williams s'en tire avec le peu qui lui est donné.
Bref, cet épisode ne sert que pour son final (le tourbillon était moche...) et son lien avec le prochain épisode.

P.S : j'avoue que mon coeur a fait un bond juste en voyant Ten et Donna.^^
Revenir en haut
malikay
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 276
Localisation: Montpellier
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 21:58    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Tyr a écrit:
Ma review a deux heures de retard par rapport aux précédentes; ça répond à ta question? Laughing


Oui Mr. Green

Tres bonne critique comme d'habitude Smile
_________________
La signature n'est pas disponible pour le moment, veuillez laisser un message après le bip sonore
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
PeterH41200
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 382
Localisation: 41200 Pruniers-en-Sologne, Loir-et-Cher, Centre, France, UE, Europe, Eurasie, Terre, Système Solaire
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 22:34    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Franchement cette saison ne m'a toujours pas déçu c'est une première (5 épisodes d'affilés de très bon épisodes). Revoir Donna et Ten OUIIIIII. Et enfin l'explication du visage.
Par contre si quelqu'un peut m'expliquer cette histoire d'hybride? Je ne me souviens pas vraiment quand et pourquoi Davros en parle?
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
malikay
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 276
Localisation: Montpellier
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 22:38    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Ya juste 3 épisodes en arrière dans " The Witch's Familiar "
La prophetie sur Gallifrey.
_________________
La signature n'est pas disponible pour le moment, veuillez laisser un message après le bip sonore
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Maneth
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2013
Messages: 11

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 22:39    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

J'attendais l'épisode qui me convaincrait de l'interprétation de Capaldi et je crois que c'est enfin arrivé ! Sinon la review de Tyr est vraiment complète et chouette : de belles analyses et une super rédaction !
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 22:41    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

@ PeterH41200 : Davros mentionne une ancienne prophétie gallifreyenne à la fin de The witch's familiar, au moment où il aspire l'énergie régénérative de Twelve. Cette prophétie annonce un hybride de deux races guerrières, plus fort que ces deux races, et Davros semble penser que le Docteur a fui Gallifrey pour tenter d'empêcher cette prophétie. Lui-même essaie de créer cet hybride avec l'énergie régénérative du Docteur et ses propres daleks mais cela échoue quand les daleks "morts" des égouts s'enfuient et attaquent.

Chaque double épisode pour l'instant donne des "parents" potentiels à cet hybride: les deux premiers rappellent combien les daleks sont une race guerrière, le fisher king rappelle combien les time lords le sont (et sa propre race l'est aussi), celui-ci rajoute les Mires comme possibilité avec Ashildr comme hybride Mire-humaine (les vikings étant aussi une race guerrière).
Merci beaucoup Maneth et Malikay^^
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 22:48    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Bonne critique Tyr !

Je suis content, tu as quasi recopié une phrase de ma toute petite critique, sur la caractérisation du Docteur en officier, comme le disait Danny Smile Wouhou.

Blague à part, je suis d'accord sur tout les points, sauf que je n'ai pas du tout la même conclusion.

J'ai remarqué aussi ce côté épisode 2 en 1, et justement pour moi, c'est ce qui rend l'épisode génial. Bien sûr il faut que les deux parties soit bonnes, et c'est le cas. La première est sans doute l'une des plus drôles du New Who, et la deuxième l'une des plus pesantes. Et je trouve que c'est cette grande légèreté dans cette première partie qui rend la seconde aussi pesante. Plus le contraste est fort, plus on accentue les différentes parties..

Pour Clara, je suis d'accord avec toi. Enfin on retrouve un personnage qui a de l'importance. Même si elle n'est pas Super Clara, on retrouve un compagnon qui fait ce qu'on attend d'un compagnon.

Ah, par contre, pour le Docteur, je ne vois toujours pas le problème de continuité. Pour moi il a seulement caché ses émotions lors du double épisode précédents, car on le voit.. Lorsque le Docteur éprouve des émotions, il fait n'importe quoi !
D'ailleurs, tu dis que le Docteur agit de façon égoïste et c'est vrai. On peut faire un parallèle avec le Mire qui vit ou meurt sur sa réputation. On peut dire la même chose du Docteur. Que serait le Docteur si le monde savait qu'il n'est pas capable de sauver Ashildr ?

Et je te rejoins sur l'hybride, c'est sûrement encore un piège !
_________________
Revenir en haut
burns
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2010
Messages: 92
Masculin

MessagePosté le: Dim 18 Oct 2015 - 23:50    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

En lisant le pavé de Tyr, je me rend compte que j'avais pas capté que le docteur rendait la jeune immortelle, je pensais juste qu'il l'avait soigné/ranimé (bon en un peu plus poussif) mais qu'elle reprenait sa vie tranquillement ensuite.
Là c'est digne du bad wolf quand même, je trouve ça bizarre qu'une pillule/capsule ou autre nom ait le même pouvoir que le coeur du tardis, on crée pas des jack harkness en claquant des doigts :p
Je voyais plutot ca comme une technologie des time lords, d'ou ses "visions" a la fin, je pensais qu'elle voyait le monde différemment, un peu comme le docteur.

Enfin je regarderais l'épisode une seconde fois, avec sous titre, afin de peut etre mieux comprendre tout ça.
Je pensais que la 2e gellule (oui je ne sais vraiment pas comment l'appeler) était pour elle en cas de rechute Mr. Green
Bon c'est pas facile de tout capter non plus dès le premier visionnage, mais là j'ai l'impression d'avoir raté beaucoup de choses quand même, plus que d'habitude
Revenir en haut
SteamMoose
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 1 898
Masculin

MessagePosté le: Lun 19 Oct 2015 - 01:49    Sujet du message: [9x05] The Girl who died Répondre en citant

Petite rectification: Ashildr n'a pas les pouvoirs de Harkness: Elle a "perdu la capacité à mourir" (et à vieillir apparemment) mais si on lui mettait une bombe dans le corps je ne pense pas qu'elle survivrait ^^ (mais on fera pas ça, c'est pas gentil). Le Docteur dit bien "en évitant les accidents" ou quelque chose comme ça. Par contre la puce lui confère probablement aussi un pouvoir régénérant mais ça serait plus Wolverine que Jack (qui est un point fixe dans le temps donc le summum de l'imortalité)

Ca fait plusieurs fois que je vois cette plainte sur le "tourbillon moche" à la fin. Je l'ai trouvé très beau moi Surprised surtout avec la musique de Murray Gold ui est juste *o*
_________________


There are worlds out there where the sky's burning...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:09    Sujet du message: [9x05] The Girl who died

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 4 sur 7

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com