Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[9x06] The Woman Who Lived
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nanou
Time Lord

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 3 558
Localisation: Lyon
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

MessagePosté le: Jeu 22 Oct 2015 - 21:07    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant



- Scénariste : Catherine Tregenna - Réalisateur : Edward Bazalgette


England, 1651. A deadly highwayman known only as 'The Nightmare' plagues the dark streets of London, his fire-breathing accomplice by his side. There's something clearly more than human here, and that includes the loot as much as the outlaws. Who are these creatures, and are they enemies to be fought, or friends who might possibly save the Doctor from certain doom on the gallows?


Fiche IMDB de l'épisode

Bande Annonce





Diffusion le Samedi 24 octobre 2015 à 21h20 (F/B/CH/...) [20h20 (Uk)] sur BBC1
_________________

*a-Matt-Smith-pour-son-birthD-et-est-sur-David*
des bananes dans le void
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 22 Oct 2015 - 21:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
TheFrenchTimelord
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juin 2014
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Sam 24 Oct 2015 - 21:24    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

J'ai un moment cru qu'il y avait une mort Moffatienne (tout semble aller pour le mieux et d'un coup, mort de la personnes ou des personnes concernées) mais elle a été évitée astucieusement. Super épisode ! Mr. Green
Revenir en haut
burns
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2010
Messages: 92
Masculin

MessagePosté le: Sam 24 Oct 2015 - 21:36    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

Bon, je ne sais pas trop si c'est parce que j'ai encore moins compris l'anglais que d'habitude, mais cet épisode ne m'a pas spécialement transcendé.
J'étais déjà un peu dubitatif sur le fait qu'il soit en deux parties en voyant la fin du précédent (je veux dire, par rapport aux deux premiers doubles épisodes, j'avais pas ressenti cette envie qui me tiraille d'habitude de voir absolument la suite, savoir même que ce serait une seconde partie ce soir avait du mal à m'emballer)
Vu le début de saison, j'accepte un épisode un peu en dessous au pire mais j'affinerais ce premier avis une fois l'épisode revu avec des sous titres, pour pas rater la moitié comme la semaine dernière Mr. Green

L'épisode en lui même; déjà pas de Clara, ça m'a beaucoup surpris, et même si comme amy/rory sur la fin j'ai envie de changement de compagnon, j'ai presque ressenti un manque de ce côté là, donc on va dire bonne surprise.
Dès le début je me dis "ca y est c'est l'immortelle sur le cheval" pis non vlà qu'un homme parle, je me suis fait avoir :p
Y'a quelques parties qui m'ont semblé un peu longues en explication aussi, la fin aussi m'a semblé moyenne, non vraiment la première impression n'est pas fantastique pour une fois.

On a plus d'infos sur le fait qu'elle arrive à avoir plein d'informations sur le docteur?
J'avoue que j'ai juste compris qu'il faisait des vagues et qu'elle apprenait des trucs comme ça, mais j'ai pas pu affiner ma compréhension.
Pas trop saisi non plus ce que le docteur voulait faire de l'amulette, je compte sur vos éclaircissement.

Sinon hors sujet mais j'espère enfin arriver à atteindre la semaine prochaine sans me faire spoiler le titre des épisodes, j'y crois toujours !
Revenir en haut
doctor_where
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 200
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 兔 Lapin

MessagePosté le: Sam 24 Oct 2015 - 23:45    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

franchement j'ai adoré cette épisode, franchement je pense que c'est grace a maisie, je trouve cette actrice fantastique (apres c'est personel) mais j'attend de le voir en vostfr car je n'ai pas trop compris l'histoire avec l'homme chat/lion qui crache du feu (il me fait penser aux chats infirmieres ) , et je n'ai pas non plus compris l'histoire du bébé d'ashildr
par contre ce qui m'a intriqué c'est la bougie allumé par les "sonic glasses"
et comme le dit burns, j'ai moi aussi ressenti un certain manque au debut sans clara mais apres cela allait
et enfin, "me" sur la photo de clara laisse a presager qu'elle sera peut etre de retour
maisie l'avait dit dans une interview

oh et puis la mention a Jack Hartness
et dernierement,
ce next time m'a vraiment donné envie de voir le prochain épisode, le retour des zygons ET d'osgood ET de U.N.I.T.

voila voila, c'est tout pour moi (dsl pour les idées en fouillis :') )
_________________
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 01:06    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

J'ai trouvé cet épisode excellent, le développement du personnage de Maisie est bien fait et je vois pourquoi on passe du terme girl à celui de woman. Ashildr a beau avoir gardé son visage d'enfant, elle est beaucoup plus mature, elle a perdu beaucoup, elle a changée. L'intrigue à propos de l'amulette et le lion n'était pas très développé, mais cet épisode est centré sur les personnages et leurs interactions, pas sur l'intrigue et le vilain de la semaine et c'est pour cela que j'ai tellement apprécié. Le thème de l'immortalité: curse or blessing ? était bien amené, en fait, on pourrait dire qu'il y a un peu des deux.

Je ne connaissais pas Maisie William (n'ayant pas vu GoT) et je dois dire qu'elle m'a impressionné pour une actrice si jeune. Je me suis plus attachée à son personnage en deux épisodes qu'à celui de Clara en presque 3 saisons! En parlant de Clara, son absence ne m'a pas dérangée le moindrement, au contraire, ça a fait du bien.

Pour certains le rythme était trop lent et il n'y avait pas assez d'action, mais pour moi c'est ce qui fait la beauté de cet épisode: pas l'action mais la relation et les dialogues entre Ashildr et le Docteur. En sachant que Catherine Tregenna de TW en est l'auteure, j'aurais été étonnée que ce ne soit pas bon à ce niveau là, le développement des personnages est sa force (j'ai adoré Out of Time et Captain Jack Harkness).

Bien sûr, j'ai adoré la référence à Jack Harkness Smile

Cette saison 9 ne cesse de m'impressionner même si...

Le double avec les Zygons ne me dit rien, surtout avec UNIT qui joueront probablement les incompétents sans l'aide du Docteur, bref, je pourrais être agréablement surprise comme je l'ai été pour les épisodes avec Maisie William qui ne me disaient rien au début.


Dernière édition par Ithyl le Dim 25 Oct 2015 - 17:34; édité 1 fois
Revenir en haut
Solan
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 14
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 08:19    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

J'ai hâte la VOSF par ce que tout le long, je me suis un peu dis " Whoua, niveau budget, c'était plus calme celui là " Laughing

Donc tout doit être (encore plus cette fois ci) dans le texte, mais il est vrai que le personnage de Ashildr à beaucoup progressé et c'est tant mieux, car je découvre et adore Maisie William du coup !
Revenir en haut
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 10:20    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

Excellent épisode encore une fois. La relation Me/Docteur est vraiment très bien travaillée et très intéressante. C'est d'ailleurs sur quoi se repose cet épisode. Le méchant étant juste là pour aider Me à redevenir Ashildr..
Cet épisode est tout de même peut être un peu en dessous par rapport aux autres épisodes de la saison. Il faut dire que la barre était très haute..
Tout simplement parce que derrière la relation Me/Docteur, il n'y a pas grand chose derrière cet épisode. Bien sûr, il y a cette problématique des vagues/raz de marée du Docteur. Mais aussi, de la peine du Docteur d'être quasi immortel, et l'effet que cela fait sur un humain.

En fait ce que je reproche à cet épisode c'est peut être son manque d'intrigue. Mais j'ai tout de même passer un bon moment.

Par contre cette fois pas de référence sur l'hybride. Enfin Ashildr étant elle même une hybride, cela peut compter dedans. Mais par contre un autre fil rouge se dégage de cet épisode. "The enemy inside the friend, the friend inside the enemy"..
Si on regroupe tous ces indices, je me demande si en fin de saison, Clara ne pourrait pas devenir ce fameux hybride !
_________________
Revenir en haut
Bad Wolf Who Waited
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2014
Messages: 171
Localisation: Si je vous le disais, je devrais vous tuer ensuite...
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 11:19    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

Encore une fois, un excellent épis... Oh et puis mince, j'en ai assez de dire chaque semaine que c'est excellent !
Si cette saison continue comme ça, il y a de grandes chances pour qu'elle devienne la meilleure de tous les temps. Mais bon j'ai un peu peur de l'épisode de Gatiss... Même si le dernier qu'il a écrit (Robot of Sherwood) était très sympa ^^
Revenir en haut
Mikado
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2015
Messages: 388
Localisation: France
Masculin Cancer (21juin-23juil) 猴 Singe

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 12:01    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

Wow, un épisode très sympa comme d'habitude (alors qu'il ne m'attirait pas au début ..) ! Le style médiéval est toujours bien fait, l'histoire d'Ashildr (ou "Moi" ..) est vraiment captivante, bref, je n'ai pas énormément de choses à dire ce dimanche, mais je tiens à rajouter que la mention du Capitaine Jack Harkness m'a fait bien plaisir, c'est rare les références à l'ère de Russell T Davies, maintenant ... Sad
_________________
Revenir en haut
Skype
broussaille
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 05 Oct 2015
Messages: 18
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 12:43    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

/heureusement mon pronostique de scénario était faux/
Un épisode qui repose entièrement sur un super duo d'acteurs servis par de très bons dialogues ou plutôt un thème central qui se répète avec de légères variations qui lui donnent des saveurs très différentes.
Comme dans le précédent épisode, le méchant est ridicule et ne sert presqu'à rien, mais ça m'a plus gêner dans cette fois.
J'ai une impression globale un peu mitigée : chaque scène centrée sur Doctor et Me est intense qu'elle soit grave ou humoristique alors que les autres passages m'ont semblé longuets. Par exemple, le passage de la pendaison : j'ai apprécié les bons mots au début mais ensuite il m'a semblé s'éterniser, reprendre de l'intérêt avec le bref baiser qui était très ambigue, plein de promesse pour un développement des personnage, sur ce, le docteur arrive pour peut-être avoir un bon trio qui évolue ensemble ...et flop : un lion monte sur scène accompagné de canons lasers, genre imagination d'un gosse de 12 ans à qui on a demandé d'écrire la suite d'une pièce de Molière lue en classe. Ce mélange de genre, toujours à la limite du grotesque mais sans y arriver, est une spécialité de Doctor Who, mais là ça m'a vraiment semblé trop grossier, pas convaincu du tout.
Quelque part, heureusement que Clara ne soit présente dans cette épisode, elle se serait faite "bouffer toute crue" par Me (Maisie Williams donc, actrice que je découvre aussi n'ayant pas vu GoT), et ça ferait tâche que le compagnon officiel soit moins bon acteur...
Bilan : grâce à la performance des 2 acteurs principaux, je mets quand même 2 cœurs.
Revenir en haut
Evandav7
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2015
Messages: 7
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 16:09    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

bon épisode, sympa de voir "l'évolution" d'Ashildr et l'interaction qu'elle a et qu'elle va avoir avec le docteur dans l'avenir de la série. Hâte de voir la suite de la saison !

(Voila c'était une première critique ultra constructive de l'épisode ^^' désoler mais je sais pas trop quoi dire d'autre mais je pense que je ferait mieux bientôt ^^)
_________________
Revenir en haut
SteamMoose
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 1 898
Masculin

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 18:13    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

Globalement j'ai beaucoup aimé, le seul regret que j'ai dans cet épisode est la frustration de voir le Docteur refuser que Me/Ashildr l'accompagne mais c'est compréhensible, on voit dès le départ qu'il est assez effrayé à l'idée de voyager avec elle vu qu'elle est immortelle comme lui. Je pense qu'il s'est fait à l'idée de perdre ceux avec qui il voyage, d'autant que lui n'oublie presque jamais personne ^^

Sinon j'ai pas compris toutes les blagues du voleur quand il parle aux gens mais j'ai quand même trouvé ce moment très drôle, assez bien écrit en fait ^^

Au fait, je ne pense pas qu'on puisse considérer cet épisode comme un two-parters: des scénaristes différents, pas de Clara, autre époque et autres lieux...
_________________


There are worlds out there where the sky's burning...
Revenir en haut
4evaheroesf
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2013
Messages: 34
Masculin Taureau (20avr-20mai) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 18:20    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

La relation entre le Docteur et Ashildr sauve l'épisode.

Bref, même si Ashildr est un bon personnage, ça fait peu comme point positif pour deux épisodes, dommage...
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 19:27    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

10x06
Usually someone hits me here but she’s taken her year sevens for taekwondo.

Et voilà, le troisième double-épisode de la saison est fini. Enfin, double épisode… contrairement aux deuxièmes parties précédentes, on est presque à la limite du stand alone en fait. Non seulement parce que 800 ans ont passé (pour Ashildr du moins), mais parce qu’il y aurait tout à fait pu y avoir plusieurs épisodes entre ces deux parties sans que cela ne pose le moindre problème. The Witch’s familiar était une suite immédiate, Before the flood également mais proposait néanmoins un changement partiel de décor et d’ambiance, ici The Woman who lived n’a qu’un simple rapport cause-conséquence avec le précédent : je trouve cette gestion variée des double-épisodes très intéressante.

L’épisode donc. Sur le papier il n’aurait pas trop dû me plaire. Déjà parce que je ne suis pas trop épisode historique mais aussi parce que n’ayant pas adoré l’épisode précédent, je n’étais pas assez intéressée par Ashildr pour me passionner pour un épisode centrée autour d’elle. Ajoutez à cela le fait que j’ai en général besoin de beaucoup d’action pour ne pas décrocher et que nous en avons relativement peu cette semaine et j’aurais normalement dû préférer la première partie : et non, j’ai largement préféré celle-ci. Je me sens un tantinet hypocrite du coup puisque le reproche principal que je faisais à The Girl who died, le fait que l’on passe trop brutalement du comique au sombre, peut tout à fait s’appliquer ici aussi mais dans l’autre sens. Bah, on ne m’a jamais demandée d’être objective après tout.

L’épisode ne fait franchement pas le moindre effort pour cacher son aspect binaire : sérieusement quoi, les moments sombres se passent de nuit ou dans des pièces mal éclairées et les moments comiques presque tous dehors en plein jour ! Et c’est loin d’être le seul symbolisme de ce genre. Je me réserve donc le droit de faire moi aussi deux parties, non mais.


I “You'll have to remind me, what's sorrow like? It all just runs out, Doctor. I'm just what's left.”

L’épisode précédent ne nous laissait pas beaucoup de doutes sur les conséquences possibles du geste du Docteur. Ses intentions, quoi que louables, n’étaient pas totalement dépourvues d’égoïsme et il avait condamné une jeune fille qui lui avait clairement dit qu’elle préfèrerait mourir que perdre son village et ceux qu’elle aime à vivre éternellement, dans un corps presque enfantin de surcroit. De plus, comme bien trop souvent, il s’était enfui sans prendre le temps de lui expliquer quoi que ce soit et nous apprenons vite cette semaine qu’il n’a pas repris contact avec elle au fil des siècles. A la surprise générale de… pas grand monde je suppose, Ashildr n’est pas restée une innocente petite fille.

Comme le titre le laissait présager, la jeune fille est devenue une femme. Bon, physiquement il faut tout de même un peu d’imagination pour y croire (je n’arrive pas à croire que l’actrice ait 18 ans) mais cela ne semble déranger aucun personnage donc admettons, ce n’est pas plus difficile pour ma suspension of disbelief que de voir Mme Vashtra et Strax se déguiser respectivement avec une petite voilette et un chapeau. Et cette femme qui a vécu tant d’aventures ces 800 dernières années n’a évidemment plus grand-chose à voir avec la jeune viking ignorante de l’épisode précédent que le Docteur ne cesse de vouloir faire resurgir. J’aime beaucoup la manière dont nous découvrons son passé : oralement, guidée par les différents objets que touche le Docteur, elle n’évoque à ce dernier que des moments trépidants ou amusants de sa vie (les flash-back sont d’ailleurs tous très lumineux), comme le ferait sans doute n’importe qui devant quelqu’un qui est presque un étranger. Mais elle lui indique son journal et nous découvrons alors les moments les plus douloureux soit par écrit (du moins par voix off alors que le Docteur lit) soit par des flash-back aux thèmes (et aux couleurs) cette fois bien plus sombres.

Si le passage où elle revient assister à la mort de son ancien amour et qu’il la prend pour un rêve est bien sûr touchant, il est néanmoins assez classique : presque toute œuvre parlant d’immortalité (Highlander par exemple) contient une scène de ce type. En revanche, le passage de la mort des enfants où l’on ne voit que le signe de la peste sur la porte et les trois petits berceaux vides est bien plus atroce, probablement à la limite de ce que l’on peut montrer dans une série familiale. J’ai d’ailleurs cru une petite seconde que le secret que dissimulait visiblement Ashildr était un de ses enfants, rendu immortel mais muté atrocement, la dose n’étant pas faite pour un bébé. L’horreur aurait été complète dans ce cas : le Docteur aurait indirectement forcé Ashildr à faire le choix de Sophie en laissant mourir deux de ses enfants pour en sauver un et aurait probablement détruit le bébé à la fin de l’épisode si celui-ci s’avérait être un danger.

Bon, mon imagination est encore plus glauque que celle du scénariste et Ashildr se contente de cacher un gros chat sur lequel je reviendrai plus tard. Comme je le disais tout à l’heure, la force de l’épisode n’est pas tout à fait dans la subtilité de ses symbolisme : dans la première minute de l’épisode, cette femme dissimule son nom, sa voix et son visage…oh surprise, figurez-vous qu’elle cache quelque chose au Docteur ! Bref, revenons à la vie d’ Ashildr.

Comme nous pouvions tous le voir la semaine dernière, le Docteur a joué à l’apprenti sorcier en immortalisant Ashildr avec une technologie jamais testée sur un humain et aggravé les choses en s’enfuyant et en ne reprenant pas contact. Et comme souvent lorsque l’on teste un médicament pour la première fois (quelqu’un ayant choisi le surnom de « Docteur » devrait le savoir), il y a des effets secondaires : Ashildr est immortelle mais son cerveau est celui d’un humain et sa mémoire ne peut donc pas conserver l’immense somme d’informations de sa trop longue vie.

Le premier effet secondaire est bien sûr la perte de mémoire mais la conséquence de celle-ci est bien plus grave. Le journal que tient Ashildr ne peut pas réellement remplacer les sentiments ressentis, qu’elle a également oubliés au fil du temps : il le peut d’autant moins qu’elle n’hésite pas à arracher les moments les plus douloureux (beau jeu de mot sur le sens du mot « tear », à la fois larme et arracher), qui sont donc à jamais perdus pour elle. Elle finit de son propre aveu par surtout garder dans son journal les éléments lui rappelant de ne plus s’attacher à qui que ce soit et cela finit par marcher, seul l’ennui subsistant.

Le résultat est une femme extrêmement brillante… sans le moindre scrupule et prête à tout pour échapper à la prison que la Terre est devenue. Sa seule limite est son refus de voir mourir le Docteur mais elle est néanmoins prête à tuer l’homme qui la surprend dans son cambriolage, sacrifier son fidèle serviteur puis, lorsque le Docteur parvient à sauver Swift de la corde, à tuer elle-même ce dernier. Clara apparaît quasiment pas dans l’épisode et c’est normal : son rôle de « traductrice » des émotions humaines serait ici inutile, Ashildr n’ayant plus grand-chose d’humain.

Si Ashildr enfant était clairement l’avatar du scénariste, elle a apparemment perdu ce don en même temps que sa mémoire et son empathie. Le résultat est un autre avatar, un miroir déformé plutôt, celui du Docteur. Et que les similitudes sont frappantes ! Tous deux quasi immortels et tenant un journal (on a vu celui du Docteur la semaine dernière), tous deux brillants et le sachant fort bien (« I don't need to be indestructible, I'm superb. »), tous deux ayant subi de terribles pertes, tous deux incapables de supporter l’ennui, tous deux dissimulant leur véritable identité sous un surnom qu’ils ont choisi… et c’est là déjà que le problème se remarque ! Les deux surnoms choisis par Ashildr sont « Knightmare », mot valise rappelant à la fois son aspect guerrier et son côté sombre, et « Me », qui indique à la fois son profond égoïsme et la disparition de l’imagination débordante qui la caractérisait dans son enfance (difficile de faire un nom moins original^^).

N’ayant pas comme le Docteur la mémoire des personnes qu’elle a aimées pour la guider, elle n’a pas appris la leçon que le Docteur connait fort bien et lui apprend d’ailleurs à la fin : « you need the mayflies ». Sans la compagnie des humains, à l’espérance de vie très courte et donc au point de vue sur la vie très différent, ils courent le risque de perdre toute humanité. Cette évolution est d’autant pIus crédible que tout fan de la série sait ce que devient le Docteur lorsqu’il n’a pas de compagnon pour le stopper : le war Doctor, le time lord victorious, ou même le Valeyard et le Dream Doctor pour parler des aspects alternatifs... tous ont le point commun de ne pas avoir de compagnon. Ce dernier se rend d’ailleurs bien compte qu’Ashildr, plus qu’un miroir déformé, pourrait tout à fait représenter son futur et le lui dit : “I looked into your eyes and I saw my worst fears. Weariness. Emptiness.”

Mais la série étant néanmoins profondément morale, Ashildr est « sauvée ». On ne sait pas trop comment d’ailleurs : le choc de voir des gens se faire attaquer, elle qui était prête à tuer quelques secondes auparavant ? Celui de la trahison du lion, elle qui a une demi-heure auparavant ligoté le Docteur puis l’a dénoncé comme complice de Knightmare ? Disons que s’il y a un point commun évident entre les deux épisodes c’est bien sa menace alien et son élément de résolution aussi crédibles qu’une promesse de politicien en pleine campagne électorale. Bref, admettons. Ashildr n’étant plus la méchante, elle peut alors endosser un autre rôle : surveiller le Docteur et aider ses victimes.

En effet, Ashildr est très loin d’être la seule cette semaine à se prendre son côté obscur en pleine figure : comme on pouvait s’y attendre, le Docteur est également bien servi. Il y a de quoi il faut dire ! S’il est étonnamment “light” Durant l’épisode (j’y reviendrai), il ne peut éviter les nombreuses réflexions assassines (et méritées) d’Ashildr sur le fait qu’il l’ait abandonnée après l’avoir créée, n’ait même pas pris la peine de venir la voir et refuse de l’emmener voyager loin de cette planète. « What happened to me ? You did Doctor !”réplique-t-elle lorsqu’elle réalise qu’après tout cela le Docteur se permet en plus de la juger.

Il est intéressant que le Docteur fasse (enfin^^) référence à Jack Harkness parce que les similitudes entre Ashildr et lui sont frappantes, plus encore qu'entre Ashildr et le Docteur : tous deux sont devenus immortels suite à une action du Docteur (ou de sa compagne) puis ont été immédiatement abandonnés par celui-ci et ne l’ont revu que bien après par hasard. Dans les deux cas le Docteur ne veut pas voyager avec eux (bon, Jack ne lui a pas demandé son avis^^) et se permet de juger ce qu’ils ont fait de leur vie alors que c’est la conséquence directe de ce qu’il leur a fait. J’espère qu’Ashildr prendra soin d’aller payer une pinte à Jack à l’occasion, il en aurait bien besoin : c’est d’ailleurs surprenant qu’elle l’ait « raté » à l’époque où il a été recruté par Torchwood après s’être téléporté du satellite. Dans tous les cas, le fait que le Docteur refasse exactement les mêmes erreurs est désolant : certes l’abandon de Jack s’est déroulé il y a près de mille ans dans sa time line mais lui a une bonne mémoire.

C’est d’autant plus désolant qu’une partie de ces erreurs sont je trouve évitables. Qu’est-ce qui l’empêchait de passer prendre des nouvelles de temps en temps, ou du moins de venir faire un rapide coucou plutôt que de se contenter de l’espionner dans sa colonie de lépreux ? Et si je comprends pourquoi il refuse de voyager avec elle (effectivement, deux immortels ensemble ce n’est pas une bonne idée), pourquoi en revanche refuse-t-il de la déposer quelque part, sur une autre planète à la technologie un peu plus avancée ? Ou dans le futur ? Je me posais les mêmes questions d’ailleurs sur son traitement de Jack en fait : même si ses sens de time lord faisaient qu’il ne supportait pas de l’approcher, une petite lettre lui aurait fait plaisir : un vortex manipulator en état de marche encore plus !

Mais c’est la deuxième accusation d’Ashildr qui m’intéresse le plus : « You're the man who runs away.” Parfaitement exact, on le sait tous, mais comment le sait-elle ? Elle admet à demi-mot dans la taverne que quelqu’un l’a avertie de ce trait de caractère du Docteur mais ne donne pas de nom : je pense que cela reviendra dans l’intrigue. Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas lié au passage déchiré dans le journal intime, qu’elle aurait alors enlevé non pas parce que le souvenir était trop atroce mais pour préserver l’identité de cette mystérieuse personne. Personnellement, j’ai deux suspects principaux : Missy (ça expliquerait qu’elle se soit focalisée sur ce défaut du Docteur) et Clara elle-même, si dans son futur elle se retrouve abandonnée dans le passé et recroise Ashildr. La deuxième solution expliquerait aussi pourquoi Ashildr se souvient si bien de Clara (j’ai du mal à croire à son histoire de se rappeler des faiblesses des gens) et pourquoi elle insiste tant sur elle dans la cheminée. Mais bon, comme le sous-entend Ashildr elle-même, les suspects sont innombrables. Qui sait, il s’agit peut être de Suzan, la petite fille du Docteur. Les paris sont ouverts.

Quoi qu’il en soit, Ashildr décide donc de devenir “the patron saint of the Doctor's leftovers ». Franchement, cela fait bien longtemps que ça devrait exister et je ne comprends pas que ni UNIT ni Torchwood n’aient mis en place ce service. Enfin, qui sait après tout ? Le temps peut être réécrit (en partie/ parfois/ quand ça arrange le Docteur ou Moffat^^) donc peut être que cette cellule psychologique existe désormais dans UNIT. L’idée n’est pas toute neuve bien sûr : LINDA avait eu la même quelques années auparavant, mais le fait qu’Ashildr soit elle-même immortelle et connaisse bien le Docteur sera une aide précieuse.

Il semble en tout cas évident qu’il s’agit là d’un open ticket pour que Masie Williams revienne dans la série dès qu’elle le souhaitera et j’en suis ravie, d’autant plus que j’aime beaucoup qu’on mette parfois le nez du Docteur dans sa propre merde et que ce sera en gros le rôle de cette organisation. Puis-je proposer comme recrue un certain Jack Harkness ? Je suis sûre que Strax, Jenna et Mme Vastra seront aussi ravis de donner un coup de main. Quel spin off splendide cela aurait pu être (un peu cher pour la BBC peut être^^). Du coup je me demande un peu si cet épisode n’est pas la « porte » du spin off annoncé qui se déroulera dans l’école de Clara : s’agira-t-il d’enfants qui ont été pris en charge par Ashildr car ayant côtoyé le Docteur ? Réponse dans quelques mois… Je conclurai cette partie par cette très pertinente citation d’Ashildr : « While you're busy protecting this world, I'll get busy protecting it from you.”


II No, not the puns. Line in the sand, no puns


Si la tonalité principale de l’épisode est sombre, nous avons comme la semaine dernière un mélange des genres. J’aime en général beaucoup cela mais j’ai eu du mal avec cet aspect à l’épisode précédent et pas cette semaine : je pense que je comprends désormais pourquoi. Déjà, le dosage m’est plus favorable :The girl who died était un romp s’achevant par quelques minute sombres, celui-ci est un épisode sombre ponctué de scènes comiques. Je préfère la deuxième recette mais c’est là un point de vue totalement subjectif. Mais, surtout, là où l’épisode précédent collait de manière je trouve assez brutale un épisode très léger avec une fin très sombre, cet épisode évite en partie l’écueil en parsemant les scènes comiques tout au long de l’épisode. Je ne vais là encore pas faire un récapitulatif exhaustif de tous les moments drôles mais plutôt m’attacher aux thèmes généraux permettant d’alléger cet épisode.

Déjà, et comme souvent/facilement dans Doctor Who, nous sommes complètement dans le cliché. Le cliché de l’horreur, avec le vieux manoir isolé quasiment désert habité uniquement par une étrange femme-enfant immortelle et un vieux serviteur fidèle, évidemment aveugle et sourd afin de ne pas devenir un témoin gênant. Ajoutons à cet aspect une nuit de pleine lune et d’étranges grognements venant du jardin et l’emprunt est assez évident. Le cliché du brave voleur de grands chemins au grand cœur aussi, déjà moqué dans l’épisode sur Robin l’an dernier : la scène de pré-générique est complètement dans le ton (la superbe allitération du cocher, « Faster than Sam Swift the Quick, deadlier than Deadly Dupont » m’a déjà fait ricaner) et le Docteur ne s’y trompe pas en appelant Nightmare « Zorro ». Du Vaudeville enfin avec la très sympathique scène du cambriolage.

Mais le cliché le plus utilisé est celui de la mauvaise science-fiction, déjà largement présent la semaine dernière : un artefact au pouvoir incroyable qui se trouve juste être tombé quasiment dans le jardin de l’héroïne, un « méchant » qui semble avoir été écrit par un gosse de 6 ans (je veux un homme à tête de lion ! Aux yeux lumineux ! Et puis qui crache des flammes aussi !) et qui semble incapable d’être silencieux (j’imagine le volume sonore sur sa planète si les moments de « silence » peuvent s’entendre à plusieurs dizaines de mètres) et bien sûr une résolution hilarante de ridicule avec des aliens immédiatement hostiles incapables de tuer un seul humain à coup de boules de feu mais parvenant sans problème à atomiser l’un des leurs au moment de s’enfuir. C’est ridicule, c’est énorme, c’est clairement voulu et de toute manière tellement peu le sujet de l’épisode que je ne peux que m’en moquer éperdument. Pauvre Ashildr, entre les Mires et ça, quelle vision va-t-elle avoir des aliens ?

L’épisode va même encore plus loin dans le comique « lourd », proposant deux scènes de pure comédie : celle de la confrontation Knightmare/Swift avec son échange de jeux de mots lourdingues (« I'm against banter. I'm on record on the subject of banter.”) et sa scène de catch mais, surtout, celle de la pendaison. Nous avons là un véritable moment de stand up comedy (avec public difficile en plus^^) se transformant avec plus ou moins de succès en « double act » avec un Docteur qui fait de son mieux et s’en sort honorablement mais dont l’incarnation actuelle n’est pas la mieux placée pour ce genre d’exercice : il n’est pas chou à complètement rater le sous-entendu sur le « big nose »? Je note d’ailleurs que nous avons ENCORE, pour la 4eme fois de suite, un gros sous-entendu sexuel (« he was well hung ! ») : je sens que c’est un challenge de Moffat, qui a demandé à tous ses scénaristes d’en glisser un à chaque fois. Pour l’instant je vote pour le sous-entendu sado-maso avec le Tivoli mais c’est un choix personnel.^^

Pêle-mêle et comme souvent dans Doctor Who, nous avons un petit moment de trollage (vous pensiez que les lunettes soniques étaient détruites ? Vous avez cru à un moment que la machine-GPS du Docteur était son remplacement ? Ratééééé !^^) et des références nombreuses. Je soupçonne la scénariste d’être un fan de Pratchett entre le nom de « Me » que se donne Ashildr (une des sorcières disque monde appelle son animal You) et la scène où Ashildr est noyée comme sorcière (une autre des sorcières du disque monde, aidée par une bonne paire de poumons, est spécialiste de ce genre de situation). deplus, lexpression "mayfly" (Éphémères) pour parler des humains me conforte dans cette idée: un excellent tome du Disque Monde compare en effet la vie des éphèmères et celle d'arbres à la vie extrêmement longues et extrapole sur comment cela influe sur leur psychée. J’ai aussi personnellement pris la conversation finale entre les deux immortels dans la taverne comme un petit hommage à Sandman mais je peux me tromper. Cela dit, quand on est fan de Pratchett, c'est facile d'être fan de Gaiman...^^

Enfin, scénariste femme oblige (et c’est toujours bienvenue !), nous avons quelques moments de féminisme comme lorsque Ashildr s’affranchit des rôles traditionnels de la femme (« Me is who I am now. No-one's mother, daughter, wife. ») ou lorsqu’elle reprend vertement le Docteur sur une réflexion sexiste (“Oh, dear God...You're just like every other man. I'm not looking for a husband, you oaf. I'm looking for a horse to get me out of town.”). Ce n’est pas vraiment de l’humour à proprement parler mais cela allège néanmoins l’épisode en le détournant un court instant de la problématique de l’immortalité et de ses conséquences tragiques. Je tiens d’ailleurs à féliciter la scénariste, première femme de l’ère Moffat à écrire pour la série (et seulement septième sur 50 ans! Sad ), qui a je trouve très honorablement relevé le défi. J’espère la revoir de temps à autres.

Mais ce n’est pas seulement l’humour qui rend cet épisode moins sombre. Le Docteur lui-même l’allège considérablement en ne faisant ressortir cette semaine que ses cotés attachants et en enterrant profondément son aspect inhumain. Ainsi, dès la scène de vol du pré-générique, on retrouve la délicieuse capacité d’attention de poisson rouge du Docteur (« Sorry, I really was planning to listen that time but, basically, I didn't. »). Son quasi-autisme de l’épisode 3 ? Oublié, il comprend parfaitement les différents personnages même s’il est considérablement aidé par le fait qu’Ashildr soit à peine humaine et que Swift, les gardes et le serviteur soient de parfaits imbéciles. Son manque de tact ? On le retrouve de temps à autres (comme lorsqu’il interroge très directement Ashildr sur ce qui pourrait être pire que de perdre ses enfants) mais il est très atténué. Je disais précédemment que Clara était inutile dans cet épisode parce que le Docteur n’a pas besoin interagir avec un véritable humain mais ce n’est pas seulement ça : elle n’est pas là parce que durant cet épisode, le Docteur prend la place de la compagne.

J’ai déjà assez parlé du fait qu’Ashildr soit un miroir déformé du Docteur, ce qu’il serait sans doute devenu s’il n’avait pas de compagnons humains. Le Docteur semble ici tenter au maximum d’être pour Ashildr ce que lesdits compagnons sont pour lui : un garde-fou, une conscience, une limite. Ce n‘est à mon avis pas un hasard s’il se fait traiter de « sidekick » 3-4 fois dans l’épisode : c’est ici en bonne partie ce qu’il est. Il passe donc, en bon compagnon une grande partie de l’épisode à tenter de convaincre le Docteur-Ashildr que son idée est foireuse et une bonne partie de la fin à l’aider à réparer ses âneries. Du coup, je me demande si le fait qu’il vienne sans Clara et tombe soi-disant par hasard sur Ashildr n’est pas voulu. Rien que son excuse pour expliquer l’absence de celle-ci (le taekwondo) est mauvaise : le TARDIS voyage dans le temps après tout, et on a vu la saison précédente que Twelve semblait avoir tendance à enchaîner les aventures avec Clara alors que celle-ci prenait des breaks et menait une vie professionnelle à côté. Dans tous les cas, quelles que soient ses motivations, le Docteur dissimule beaucoup son aspect inhumain cette semaine et cela participe à allègement de l’ambiance.


Pour conclure, je dirais que cet épisode est pour moi excellent car il contient tout ce que j’apprécie : un mélange des genres bien dosé, de délicieux dialogues, une caractérisation intéressante, des problématiques qui m’ont souvent interpellées (que deviennent ceux que le Docteur sauve mais n’accompagne pas ? Quelles sont les conséquences psychologiques de l’immortalité ?) et un Docteur qui se retrouve à devoir assumer les conséquences de ses actes. Je pense néanmoins qu’il est très facile (et parfaitement compréhensible) de ne pas l’apprécier du tout : peu d’action, beaucoup de dialogues au thème répétitif, une intrigue (l’amulette et le lion) complètement ridicule et de l’humour parfois trèèèèèès lourd. Cela a très ben fonctionné chez moi cette semaine, moins la semaine dernière : est-ce l’épisode où est-ce mon état de fatigue/d’esprit, je n’en sais rien.

Pas d’hybride cette semaine à l’exception de l’épisode en lui-même, mi comédie mi tragédie, mais un mystérieux personnage connaissant le Docteur et qui aura peut-être un rôle dans ce fil rouge pour l’instant peu apparent (et ça me va très bien). J’ai également encore une fois l’impression que Clara va mal finir : non seulement elle fait partie de mes suspects concernant le mystérieux informateur, ce qui sous-entendrait qu’elle finirait abandonnée dans le passé, mais je ne suis franchement pas sûre que ce soit la gamine que le Docteur a amenée hors écran interviewer Churchiil qui soit la cible de l’espionnage d’Ashildr sur le selfie : je parierais plus sur Clara, ce qui voudrait dire qu’elle est une future « victime collatérale » du Docteur. Le regard très triste du Docteur quand Clara lui dit qu'elle ne partira pas me conforte d'ailleurs dans l'idée que cette storyline va très mal finir. A voir donc…
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
doctor_where
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2014
Messages: 200
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 兔 Lapin

MessagePosté le: Dim 25 Oct 2015 - 20:03    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived Répondre en citant

j'avais vu que dans les synopsis d'un des dernier episode(je ne me souviens plus du tout où), le docteur devait faire face aux consequences de ses actions, pensaient vous que me/ashildr ai un rapport avec la disparition de clara ?

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:56    Sujet du message: [9x06] The Woman Who Lived

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com