Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[9x08] The Zygon Inversion
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Alark
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2013
Messages: 843
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 9 Nov 2015 - 23:39    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Moi j'ai compris ca dans le sens "ces 5 minutes m'ont parues durer un mois".
C'est comme ca que le temps passe quand on croit mort quelqu'un à qui on tient.
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith


Dernière édition par Alark le Mar 10 Nov 2015 - 23:46; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 9 Nov 2015 - 23:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 10:57    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Hmmm oui, c'est plus ça, tu as raison.
_________________
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 19:15    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Voilà voilà, mieux vaut tard que jamais.^^

9x08

“You know I’m 2,000 years old? I’m old enough to be your messiah.”

Avec l’impeccable timing qui me caractérise, j’ai donc trouvé le moyen de partir de chez moi le week end où ce qui est je trouve le meilleur épisode de la saison a été diffusé. Le côté positif est que, l’ayant vu le lendemain, j’étais bien plus reposée que lorsque je m’acharne à le regarder le soir même. En revanche, ma motivation pour écrire une review plusieurs jours après la diffusion est fort réduite et je peine un peu à me lancer.

C’est assez ironique que je me retrouve à manquer de mots devant ce qui est l’épisode le plus « bavard » que j’aie pu voir depuis longtemps. En effet, si les personnages ne cessent de s’exprimer (en général de manière fort emphatique), l’action est, elle, assez limitée, surtout lorsque l’on compare cet épisode au précédent et ses trois intrigues parallèles. Encore une fois nous avons donc une deuxième partie dont la tonalité diffère beaucoup de la première alors même qu’il en est une suite directe, cela plaira ou pas selon si vous privilégiez l’action ou les dialogues.

Je ne vous cacherais pas que la grande bavarde que je suis apprécie quand les personnages prennent le temps de s’exprimer ; ceux qui n’ont déjà pas aimé cet aspect lors de la diffusion de The Woman who lived auront au moins la consolation de voir que les dialogues servent surtout ici à approfondir les personnages et expliciter leurs pensées et non à raconter des actions que l’on aurait pu tout aussi bien nous montrer. Puisque l’épisode attache une si grande importance aux personnages, il me semble juste de leur consacrer ma première partie et de reléguer l’analyse de l’intrigue à la deuxième. Et oui, deux parties seulement cette semaine, mais quelque chose me dit qu’elles seront longues néanmoins.^^


I. Le Docteur et les femmes

Ce qui m’a le plus frappé dans le traitement des personnages durant ce double épisode mais que je n’ai pas vraiment abordé lors de ma dernière review est la féminisation du casting. On connait tous la réputation de sexiste que se traîne Moffat depuis quelques années : je la pense pour ma part injustifiée et plus due à certains tics d’écriture qu’à une quelconque misogynie mais quelle que soit votre opinion sur ce sujet, il n’empêche que cette réputation est assez ancrée pour que Moffat le roi des trolls y fasse une allusion voilée plusieurs fois dans la série. Est-ce dû à l’influence de son co-auteur Harness, qui avait déjà proposé un casting très féminin dans Kill the moon, ou Moffat a-t-il voulu montrer qu’il est parfaitement capable de contribuer à écrire des épisodes où le Docteur est le seul personnage masculin ? Je l’ignore mais le résultat est je trouve fort réussi. L’épisode nous propose ainsi une galerie de femmes « fortes » très différentes les unes des autres, aucune n’étant l’habituelle « wonder woman » qu’on retrouve assez souvent chez Moffat. Il est amusant (et pertinent vu le thème de l’épisode) de constater que les trois femmes représentées ici ont toutes un « double » plus ou moins assumé.

Je commencerai par le personnage de Kate, représentante (et quasi seule survivante en Angleterre il semblerait) de UNIT. Comme je l’avais deviné la semaine dernière (et si même moi j’ai eu bon c’est que tout le monde avait compris^^), elle est parvenue à se débarrasser du Zygon qui la menaçait et a pris sa place pour infiltrer le high command. Elle a sans doute également profité d’un vortex temporel qui traînait dans le coin vu qu’elle a eu le temps de revenir des USA entre le moment où Zigella explose l’avion (Kate l’appelle des USA peu de temps avant) et celui où le Docteur et Osgood retournent sur Londres (sachant qu’ils n’avaient visiblement pas atterri bien loin de la ville) : allez, disons que les quelques ellipses de l’épisode étaient plus longues que je ne le pensais.^^

Le grand effort de caractérisation de Kate cette semaine se fait, sans grande surprise pour les fans de la série classique, par rapport à son père. Le brigadier, malgré l’évident respect mutuel qui existait entre lui et le Docteur, était loin de partager son pacifisme et a plusieurs fois pris des décisions belliqueuses que le Docteur se refusait d’envisager ; Kate semble en cela tenir beaucoup de son père. Ainsi, l’expression « five rounds, rapid » qu’elle utilise lorsqu’elle résume au Docteur la manière dont elle a échappé au Zygon reprend une célèbre citation du Brigadier lorsque ce dernier ordonne à son subordonné de tirer sans sommation sur le monstre de la semaine, ce qui nous fait montre qu’elle partage avec son père un certain pragmatisme militaire. On retrouve d’ailleurs ce pragmatisme lorsqu’elle tire sur les deux Zygons s’apprêtant à attaquer le Docteur et Osgood, excusant son geste par la « légitime défense » : techniquement parlant, il est délicat de tirer dans le dos de quelqu’un en état de légitime défense.^^

Différence néanmoins notable et bienvenue (il aurait été dommage de faire du personnage une simple copie du Brigadier), Kate s’excuse systématiquement auprès du Docteur lorsqu’elle réalise que ses actions et décisions vont à l’encontre de l’éthique de ce dernier. Plus important encore, après la superbe tirade du Docteur sur laquelle je ne manquerai pas de revenir, elle est la première à fermer la boîte, là encore en s’excusant : je ne suis pas sûre que son père l’aurait fait même s’il est tout de même inquiétant qu’elle ait un instant clairement envisagé risquer l’intégralité de Londres pour détruire les Zygons. Bref, Kate a beau s’inscrire clairement dans la continuité de son père, l’épisode contribue à affirmer son individualité. Il faudra je pense continuer à éloigner la mentalité de Kate de celle du Brigadier et ce pour le respect des deux personnages, cela n’empêchant bien sûr pas les hommages occasionnels.

Si Kate est ici montrée comme un « double » de son père s’éloignant petit à petit de l’image de celui-ci, la femme-double la plus évidente reste bien sûr Clara/Bonnie. Je ne reviendrai pas sur l’excellence du jeu d’actrice de Colman, déjà mentionné la semaine dernière (elle a à mon avis plus de travail dans ce double épisode que dans tout le reste de la saison jusqu'à présent^^) mais j’ai trouvé la gestion de ce dédoublement tout à fait crédible. Bien sûr nous n’échappons pas à quelques clichés comme celui du miroir reflétant le double dissimulé mais j’ai pris cela comme un hommage au genre plus que comme une facilité. Sinon, la différence de coiffure, de maquillage mais surtout d’expression suffit largement à dissocier totalement Bonnie de Clara et ce même lorsqu’elles partagent une scène (cela aide que j’éprouve énormément de difficulté à reconnaître les visages, un simple détail différent suffit en général pour que mon cerveau fasse de lui-même tout le travail de dissociation^^).

La scène la plus réussie par rapport à ce dédoublement reste bien sûr celle de l’interrogation : originale, crédible (même s’il est contestable que le pouls puisse servir totalement de détecteur de mensonge, on peut admettre que joint au « mind link » il soit suffisant) et, encore une fois fort bien jouée. J’ai beaucoup apprécié le jeu du chat et de la souris entre Osgood et Bonnie mais surtout le fait que le but de la scène ne soit pas qu’un simple remplissage, tout agréable qu’il soit : Clara avait besoin de ce temps pour « contaminer » les pensées de Bonnie.

Et ce qui pourrait être un deus ex machina facile est…bon, un peu facile, soyons honnête, mais au moins bien introduit. Alors oui, c'est nouveau dans la mythologie de la série que les victimes des Zygons puissent influencer ceux-ci par leur mind link mais Harness fait au moins l’effort d’introduire ce concept dès l’épisode précédent : nous savons depuis la semaine dernière que les deux Osgood étaient aussi psychologiquement proches l’une de l’autres à cause de l’influence de ce mind link qu’elles avaient volontairement laissé grand ouvert. Du coup la "conversion" de Bonnie, bien que rapide, n’est pas incroyable, surtout si l’on prend en compte la caractérisation de Clara.

En effet cette dernière est une « control freak » : ce n’est pas là une caractérisation qui sort de nulle part mais probablement l’aspect de sa personnalité qui a été le plus mis en avant l’an dernier. Du coup, le fait qu’elle soit assez forte pour parvenir à influer sur les gestes de son double puis, au fil du temps, à changer la mentalité de celle-ci est certes un peu facile mais loin d’être inacceptable.

Bref, le dédoublement Clara/Bonnie a fort bien fonctionné pour moi, même si Clara elle-même se retrouve un peu trop silencieuse dans la scène de l’Osgood box : je comprends parfaitement ce choix, le face à face entre Kate et Bonnie avec le Docteur comme « arbitre » étant l’intérêt de la scène, mais il est à la limite du « out of character » vu combien l’épisode a insisté sur le caractère très affirmé de Clara. Allez disons que Clara a assez confiance en elle (c’est fort crédible) pour être convaincue que son influence mentale sera suffisante pour convaincre Bonnie de faire le bon choix : il est aussi fort possible que le mind link ne soit pas coupé et que Clara soit en fait silencieusement en train d’influencer Bonnie durant toute la scène. Dans tous les cas, Bonnie termine l’épisode complètement transformée, ce qui me donne une belle ouverture pour aborder le dernier personnage «double » de cet épisode : Osgood.

Le premier « double » qu’Osgood reflète est bien sûr nous-même, le fandom. J’ai assez répété la semaine dernière combien je suis heureuse que Harness, visiblement avec la bénédiction de Moffat, ait corrigé la monstrueuse facilité scénaristique qui faisait de l’Osgood de Day of the Doctor une caricature de fangirl : je vais donc… le dire à nouveau ! Bravo les gars ! Déjà la caractérisation simpliste de « fangirl » est, que ce soit ou non le but de Moffat (et encore une fois je pense que non), assez sexiste : on remarque que le pendant masculin d’Osgood, Seb dans la saison 8, ne perd pas ses moyens devant ses idoles comme Osgood dans Day of The Doctor. Mais surtout il s’agissait là d’une énorme occasion manquée. Comme je le disais la semaine dernière, que Moffat tue régulièrement l’avatar des fans est à la fois légitime et, je trouve, amusant : qu’il se contente de les ridiculiser quand tant d’autres choix intéressants sont possibles était un gâchis monumental. Ici, Osgood est un miroir non seulement flatteur (c’est toujours agréable) mais très crédible sur certains aspects et fort utile à l’intrigue.

En bonne fan, Osgood est incollable sur son idole : ce dernier peut toujours tenter d’utiliser ses habituelles méthodes pour manipuler son entourage, Osgood a vu tous les épisodes de la série, classiques compris, et ne peut donc pas plus se faire avoir que le fan devant son écran. Le Docteur commence à déblatérer sur une montre invisible qu’il aurait créée ? Elle reconnait immédiatement sa façon de débiter des absurdités pour éviter les crises de panique chez ceux qui l'entourent. Il fait mine de mépriser Londres, qu’il traite de « dump » ? Elle lui fait immédiatement remarquer que son mépris est fort peu crédible vu le temps qu’il passe dans ladite ville, lui qui a tout l’espace-temps à disposition. Elle le connait même assez pour le manipuler en retour, transformant en quelques répliques son angoisse concernant la survie de Clara en espoir.

Outre le fait que cela offre un changement rafraîchissant par rapport à l’habituel personnage secondaire totalement manipulé/bouffé par le Docteur, cela permet aussi d’avancer intelligemment l’intrigue. Comme toute fan « hardcore », Osgood a un peu fanfiqué (dans sa tête au moins) et s’est ainsi imaginée ce qu’elle ferait à la place d’un ennemi du Docteur si elle devait le neutraliser : « I wouldn't even let you get talking, like you always do.(…) Bullet between the eyes, first thing. 12 times, if necessary. » Cette réflexion criante de vérité (lequel d’entre nous n’a pas au moins une fois ragé devant l’incompétence crasse des ennemis du Docteur?^^) lui permet ainsi de réaliser ce que le Docteur, aveuglé par son chagrin, ne voit pas : que Clara est probablement toujours vivante et manipule son double Zygon.

La réplique d’Osgood lorsqu’elle répond au Docteur surpris que celle-ci ait passé tant de temps à réfléchir aux moyens de le tuer, « I'm a big fan », est d’ailleurs très intelligente. Elle est en effet très vraie puisque certains fans (comme nous autres ici présents^^) ont tendance à réfléchir longuement aux moyens de combler les aberrations scénaristique mais, surtout, elle permet à Moffat de nous faire sa première déclaration d’amour sans équivoque. Oui, il s’escrime à tuer encore et encore les personnages qui sont le miroir du fandom… mais c’est parce qu’il est fan et qu’il nous aime !^^ Le fait que cette fois-ci il épargne Osgood et même la dédouble à nouveau n’est d’ailleurs à mon avis pas un hasard : il a cessé de chercher à nous troller systématiquement et peut désormais aussi admettre son affection, affection qu’il vocalise lorsque le Docteur déclare finalement à Osgood « I’m a very big fan ». Je serais curieuse de savoir quelle est l’influence de Harness sur ces aspects particuliers, je préfère m’imaginer qu’il a aidé à la vocalisation mais que le sentiment est moffatien.^^

Osgood est aussi, cette semaine, le double du Docteur : je prends d’ailleurs ça là encore comme un mea culpa de Moffat qui offre ici à notre double le rôle prestigieux d’avatar de notre héros. Elle porte ainsi ses lunettes soniques cette semaine mais surtout, comme lui dissimule son véritable nom (je ne suis d’ailleurs pas plus convaincue par Petronella que je ne le suis pas Basil^^) et possède une certaine capacité à se régénérer, devenant plus un rôle qu’une véritable identité fixe. Son refus de répondre à la question « Which one are you ? » est d’ailleurs encore plus explicable dans cette optique : une réponse n’aurait pas plus de sens que celle du Docteur à qui l’on demanderait laquelle de son incarnation est la « vraie ».

Mais Osgood est bien sûr également le double…d’elle-même. Ni Zygon ni Humaine et les deux en même temps, elle est le symbole même de la paix menacée et son refus obstiné de dévoiler son identité génétique, et ce même à l’être dont elle est une fan inconditionnelle, est un de mes éléments favoris de ce double épisode. Double le plus abouti de la galerie que l’on nous propose cette semaine, elle est la seule à avoir atteint une véritable osmose avec sa « moitié » et finit, dans un happy end que je trouve très sympathique, par retrouver le double qui lui manquait en la personne de Bonnie.

Que cette dernière passe de rebelle sans scrupules à incarnation de la paix peut sembler exagéré mais se tient étrangement en y repensant : tout comme Osgood Zygon, elle a été « victime » de l’influence d’un mind link avec une humaine à l’esprit un peu trop envahissant et tout comme Osgood elle est un mélange de la mentalité Zygon et de celle du Docteur (par le biais de sa compagne). De plus, pardon général ou pas, elle ne peut espérer être totalement acceptée après ses actions sanguinaires qu’en changeant radicalement son fusil d’épaule : sa décision de devenir un double d’Osgood est donc probablement la plus viable pour elle.

Parlons enfin du Docteur, seul personnage masculin (enfin, pour l’instant et si on ne se demande pas trop ce que signifient les points d’interrogation sur ses sous-vêtements^^) dans cette complexe galerie de miroirs. Seul personnage également à ne pas avoir de double puisque malgré nos belles théories il n’y avait donc pas de Docteur-Zygon planqué dans sa manche. Néanmoins, force est de constater que lui aussi semble chercher au maximum à se dédoubler cette semaine, valsant entre les identités comme s’il voulait compenser au maximum (à son âge c’est bien pardonnable^^) son unicité. Doctor John Disco guidant Osgood vers le cœur de l’action, Doctor Puntastic oubliant son catégorique « no puns ! » d’il y à 15 jours pour se lancer dans des jeux de mots lourdingues que n’auraient pas reniés Swift et bien sûr Basil conduisant son vaisseau Totally And Radically Driving In Space… Ses humeurs changent presque autant que ses identités d’ailleurs : le désespoir suite à la perte de Clara, la joie lorsqu’il réalise qu’elle est en vie, la fatigue et la désillusion quand il voit que Kate a dû tuer pour survivre, le désespoir, la colère, le mépris paternaliste parfois face au désir de destruction de Bonnie…

Que fait donc ce Docteur caméléon durant l’épisode ? Après sa scène de saut en parachute à la James Bond (il était temps que la série rende hommage à l’autre grand personnage britannique aux multiples incarnations), notre time lord favori…parle. Non, sérieusement, il ne fait littéralement que parler! A Osgood, au Zygon transformé contre son gré, à Kate, à Bonnie… Bref si, comme le fait remarquer Osgood en début d’épisode, le fait que le Docteur utilise beaucoup la parole pour arriver à ses fins est un de ses traits de caractère les plus connus, il est tout de même rare qu’il passe littéralement l’épisode à bavarder.

J'ai cela dit beaucoup apprécié ses différentes conversations même s'il est évident que celle avec Bonnie et Kate sort complètement du lot au point d'être pour moi l'intérêt principal de l'épisode. Quelle tirade hein? Dix minutes presque ininterrompues qui resteront sans doute définitivement dans les mémoires comme LE discours de Twelve, celui qui je pense achèvera de convaincre ceux qui persistaient à ne pas reconnaître leur Docteur dans cette incarnation souvent peu commode. Si Twelve s'est bien souvent montré froid, distant et peu enclin à l'empathie, il lève ici le voile et nous montre à nouveau le personnage profondément pacifiste, lourdement traumatisé par les horreurs qu'il a vécues et décidé à empêcher à tous prix qui que ce soit de devoir devenir comme lui.

L’histoire nous a montré (et à lui encore plus bien sûr) que comme son nom l’indique une révolution a très souvent tendance à revenir à son point de départ, de nouveaux rebelles chassant les précédents, cette tendance devenant une quasi-certitude si le nouveau régime n’a pas plus de plans à long terme que la destruction du régime précédent. Le mépris affiché du Docteur devant le « caprice de gosses » des rebelles Zygons se justifie ici complétement mais est paradoxalement le passage du discours qui m’a un peu déçu.

Pas du tout à cause de la réaction de Twelve, dont l’âge avancé (il nous rappelle encore une fois qu’il a plus de 2000 ans) et l’expérience explique totalement cette réaction un tantinet paternaliste mais à cause de celle de Bonnie qui pour le coup se comporte de manière complétement puérile. Elle commence par accuser le Docteur de tous les maux de sa race, se montre incapable de formuler le moindre but autre que la guerre pour la guerre et finit par l’ultra caricatural « tu peux pas comprendre ! » digne d’une adolescente en crise. Où est passée l’inquiétante extrémiste de la semaine dernière ? Quid de ses revendications parfaitement légitimes ? Toute délicieuce qu’ait été la tirade passionnée du Docteur à ce moment, j’aurais aimé que la partie adverse soit dignement représentée.

Le reste de son discours, en revanche, est un pur bonheur. Sa rage impuissante devant la tendance des êtres vivants à préférer la destruction aux pourparlers, ses « Why don’t you break the circle ? » de plus en plus désespérés (c’est moi où il y a vraiment des fans de Bioshock chez les scénaristes cette année ?^^) et, surtout, le moment où il fait allusion à la guerre du temps… Je fais partie des fans chanceux qui ont immédiatement accroché à chaque nouveau Docteur et j’ai toujours trouvé que Capaldi était un excellent acteur mais là il s’est surpassé !

Bref, les personnages, leurs dialogues et leurs interactions sont clairement le point fort de l’épisode, ce qui bien sûr ne dispense pas l’épisode de proposer une intrigue qui tient la route… Soyons honnêtes, si l'essentiel est réussi ce n’est pas totalement un sans fautes cette semaine.


II. Two box, one choice

J’ai mentionné plus haut que Bonnie, transformée en gosse en colère cette semaine, m’avait un peu déçue mais le problème vient en fait de son camp dans son ensemble : il semble cette semaine à peine assez nombreux pour disputer une partie de tarot et n’est probablement même pas assez organisé pour jouer en équipe. Je l’avais déjà vaguement remarqué la semaine dernière en voyant que les rebelles n’avaient laissé qu’un seul Zygon à Truth and Consequences alors même qu’ils s’attendaient à ce que Kate arrive avec des renforts mais c’est encore plus flagrant cette semaine. Les fans de Supernatural connaissent bien ce problème consistant à présenter au public une menace censée être mortelle et qui s’avère être composée de deux pelés et trois tondus qui semblent ne vouloir s’attaquer qu’aux agglomérations de moins de 200 habitants.

Ici, Bonnie prend visiblement toutes les décisions seule et n’a de compte à rendre à personne, ce qui n’est même pas surprenant vu le problème évident de sous-effectif. La cave contenant les humains que les Zygons dédoublent, et donc qui devrait logiquement être ultra protégée, n’est pas gardée (les deux Zygons sont l’escorte de Kate) alors même que Bonnie sait que le Docteur, le plus grand danger pour les rebelles, a une idée de sa localisation grâce aux battements de paupière de Clara. Bonnie elle-même n’est d’ailleurs accompagnée, pour se rendre dans un endroit aussi dangereux que la partie la plus secrète des locaux d’UNIT, que de deux Zygons qui servent surtout à transporter le pod emprisonnant Clara. Crise de la main d’œuvre oblige, Bonnie fait d’ailleurs tout toute seule : elle explose l’avion de ses propres mains, transforme le Zygon elle-même et n’a visiblement pas de quoi se payer ne serait-ce qu’un cameraman puisqu’elle se charge aussi de filmer son œuvre.

L’échelle même de son plan est ridicule quand on y pense : que comptait-elle donc faire ? Transformer un à un des Zygons et diffuser les vidéos sur youtube ? Alors oui, je réalise qu’il s’agit d’un groupuscule représentant une toute petite minorité d’une population de seulement 20 millions mais il y a un juste milieu non ? On SAIT qu’ils sont obligatoirement plus nombreux que ça à avoir infiltré Londres vu les énormes aménagements qu’ils ont fait dans les sous-sols, le nombre de pods dans la cave et le fait que celle-ci n’est d’après Kate qu’une de leurs nombreuses caches. Ils sont assez nombreux pour que les premiers policiers que croisent Osgood et le Docteur en soient, de même que les témoins de la transformation forcée du Zygon (c’est la seule explication à leur réaction totalement blasée). Où sont passés ces braves gens cette semaine et pourquoi Bonnie ne les utilise-t-elle pas ?

Cela dit, cela s’explique peut-être par le fait qu’ils semblent tous souffrir d’une sérieuse crise de zombification : admirez, dans une scène d’ailleurs fort inutile, le regard vide des faux policiers et leurs réflexes inexistants, regard presque aussi vide que celui des témoins de la transformation forcée. Admirez comme l’escorte de Kate se fait avoir facilement, combien celle de Bonnie dans les archives réagit à peine à l’irruption du dangereux Docteur dans la salle. J’ai eu l’impression de voir mes élèves de 3eme un vendredi en fin de journée (ou moi à 7h du matin d’ailleurs). Puisqu’on n’en est plus à une aberration près concernant les Zygons, admirez aussi la manière dont Bonnie, qui intelligemment ordonne régulièrement à ses Zygons de « normalize » afin de vérifier qu’ils sont bien ce qu’ils prétendent être, oublie de le faire avec Kate pourtant un tantinet importante pour ses plans.

Je me suis également retrouvée fort embêtée par ce qui est en soi un simple détail mais que je me trouve bien incapable de justifier. On est d’accord que le cri de ralliement des rebelles, Truth or Consequences, est choisi non pas parce qu’il s’agit d’un quelconque proverbe Zygon mais parce que la révolution a commencé dans cette ville et que cela collait du coup bien avec le désir des rebelles de vivre sans se cacher ? Mais alors comment les Osgood box, créées clairement avant la révolte puisque les deux Osgood étaient encore en vie, peuvent-elles contenir ces mots ? La seule explication que j’ai trouvée est que le Docteur a changé le design à un moment du double épisode et je pense franchement qu’il avait autre chose à faire. Ce changement ne peut même pas avoir eu lieu lors des nombreuses fois où le Docteur semble avoir dû effacer la mémoire de Bonnie et Kate puisque Bonnie découvre le design de l’Osgood box avant que le Docteur n’arrive sur les lieux (fort rapidement d’ailleurs, c’est vraiment tout petit Londres^^).

Et voilà, je râle encore devant ce qui est pourtant, je le répète, le meilleur épisode de Doctor Who que j’aie pu voir depuis longtemps. Je n’y peux rien, la tendance à se focaliser sur les détails qui clochent est une maladie de prof hélas incurable. Allez, je passe aux réussites de l’intrigue, et fort heureusement il y en a plein.

J’ai trouvé la scène de rêve de Clara très réaliste, plus en fait que durant l’épisode de noël auquel elle fait clairement référence : les détails complètement stupides qui semblent normaux sur le coup (le dentifrice où il y a marqué « ceci est du dentifrice » et qui fait juste sourciller Clara), les chiffres et lettres flous ou qui n’ont aucun sens… J’ai aussi beaucoup aimé le fait que Clara et Bonnie communiquent par la TV, déjà parce que c’est un sympathique petit coup d’épaule au 4eme mur (qui n’en est plus à ça près cette saison^^) mais aussi pour la référence énorme à Asylum of the Daleks : encore une fois Clara se retrouve calfeutrée dans ce qui lui semble être un petit appartement douillet, communiquant à travers un écran puis réalisant qu’elle est en réalité enfermée dans une prison bien plus sinistre.

Simple référence ou énième clin d’œil à un destin tragique du personnage ? J’ai précédemment, en particulier après avoir vu le regard du Docteur lorsque Clara dit qu’elle ne partira jamais à la fin de the woman who lived, émis l’idée que Clara est déjà morte pour le Docteur et que ce dernier, incapable de faire son deuil, retourne régulièrement dans sa timeline à elle pour une dernière aventure, replongeant encore et encore, incapable de couper les ponts.

Ce serait certainement une manière de comprendre la mystérieuse réponse de Docteur quand Clara lui demande comment il a géré le fait de la croire morte (« longest month of my life »). Bien sûr qu’il peut vouloir dire que le temps lui a paru long mais son tout aussi mystérieux « let me be the judge of time », qui peut là aussi faire référence au fait que la notion du temps qui s’écoule soit très relative selon les événements subis, me laisse penser qu’il y a timey wimey tragique quelque part. Bon, vu mon taux de réussite concernant les théories et puisque j’ai une nette tendance à extrapoler et à surestimer le coté tordu de Moffat, je n’y mettrais pas non plus ma main à couper.^^

Passons à LA scène culte de l’épisode, la très sympathique impasse mexicaine autour des Osgood box. Comme je l’avais deviné (comme quoi je n’ai pas TOUJOURS tort^^), ces boîtes se révèlent vides, un simple coup de bluff du Docteur : mais quelle chouette idée ! « In the one box, the Zygons will either all be unmasked or all left in human form forever; in the other, the Zygons will either all be destroyed by the gas or the entirely of London will be by a bomb.” Le Docteur appelle ce choix une parfait métaphore de la guerre et c’est très vrai: les deux camps prennent le risque de tout perdre en voulant gagner ou tout au moins de subir des pertes rendant toute victoire peu attractive.

J’avais pensé en mon for intérieur la semaine dernière que le design de la boîte, très proche de celle du Moment, était un trollage de Moffat qui tentait de nous faire croire qu’il s’agissait de celui-ci. La vérité est bien plus élégante : il s’agit d’un rappel pour le Docteur de ne jamais céder à la solution de facilité qui consiste à appuyer sur le bouton pour détruire la source de tout conflit, d’une invitation à rechercher une solution « outside the box ». Il y a en tout cas une certaine élégance dans ce piège de l’Osgood box : elle est nommée et présentée par Osgood (peut-être « fausse » puisqu’on ignore si elle est humaine ou Zygon) qui donne à Bonnie une fausse localisation pour cette boîte qui se révèle faussement unique avant qu’on ne découvre qu’elle est complètement fausse. Ce n’est plus une boîte mais une poupée russe !

La résolution de cette intrigue est assez « enfantine », digne d’une cours d’école, ce qui colle d’ailleurs bien avec l’image du high command de la semaine dernière, le comportement très gamin de Bonnie cette semaine et la réaction très paternaliste du Docteur par conséquent : on se fait des bisous et on oublie tout (littéralement en ce qui concerne Kate^^). C’est cela dit la seule solution possible au conflit n’impliquant pas la totale destruction du camp adverse même si elle ne satisfait complètement aucune faction.

L’épisode fait donc le choix ma foi assez couillu d’offrir une amnistie totale à un groupe qui, je le rappelle, est à l’origine de ce qui semble être la quasi destruction d’UNIT et a tué une bonne centaine de personnes. Cette solution est d’ailleurs si « choquante » que Kate, en tant que haut gradée d’UNIT, ne l’aurait probablement pas acceptée, d’où le fait que sa mémoire soit effacée (je ne pense pas que ce soit uniquement pour qu’elle continue à ignorer que les Osgood box sont vides). Je me demande si les autres incarnations du Docteur auraient été capables d’une telle décision : j’ai par exemple du mal à imaginer Ten « no second chances, I’m this kind of man » parvenant à cette solution. Il est intéressant que ce soit Twelve, à l’aspect bien plus inhumain, qui la propose.

Nous avons bien sûr droit aussi à une petite phrase ambigüe sur le fait que le Docteur ait effacé 15 fois les mémoires. Il est possible (mais peu probable vu le nombre de morts que ça aurait produit) que le Docteur ait en fait effacé 14 fois le souvenir de précédentes révolutions zygons, celle-ci étant la 15ème. Il est plus probable qu’il ait juste effacé 15 fois la mémoire de Kate à chaque fois que celle-ci découvrait que l’ Osgood box était vide : cette dernière possibilité est même celle qui colle le mieux au contexte puisque le Docteur dit à Kate quelques minutes avant dans l’épisode qu’il a déjà effacé, avec son accord, ses souvenirs concernant l’utilisation de l’Osgood box : le « YOU've said that the last 15 times. » du Docteur concernerait donc juste Kate.

Ma théorie favorite est que le Docteur a déjà effacé 15 fois les souvenirs de Kate et Bonnie durant CETTE scène précise afin de les faire enfin parvenir à la bonne décision. Je rêve d’ailleurs d’un bonus DVD où l’on découvre quelques une des tentatives précédentes.^^ Pas étonnant que le discours de Twelve soit si bien construit et que celui-ci, normalement peu enclin à s’épancher, ait accepté de confier en public combien la time war a été traumatisante pour lui : désespéré comme il devait l’être à la quinzième tentative de pourparlers il était sans doute à deux doigts d’assommer Kate et Bonnie avec leur boîte respective. Cela expliquerait même le silence de Clara durant cette scène : elle devait juste lutter contre l’endormissement.^^

Bref, quelle que soit l’explication de ce passage ambigu, la scène de l’Osgood box est absolument superbe même si j’ai eu la vague impression de regarder Deal or no deal (le Docteur jouant du coup le rôle du banquier dont la proposition ne satisfait personne^^) : pour ma défense Twelve lui-même fait référence aux jeux télévisés lorsqu’il dit à Kate et Bonnie « fingers on buzzers », ce n’est pas ma faute.


Pour conclure, je dirais que cet épisode n’est pas parfait mais que ses aspects indéniablement brillants parviennent à m’aveugler assez pour ne pas trop me pencher sur les détails qui ne collent pas. Peut-on vraiment exiger plus ? J’ai en tout cas passé un très bon moment même si je ne me sens pas vraiment plus avancée sur le fil rouge (ce qui n'est pas gave du tout). Pas de nouvelle possibilité d’hybride cette semaine malgré une belle collection de doubles mais de sympathiques références à la continuité de la série comme avec le parachute Union Jack du Docteur (rappelant fort le tee shirt de Rose accrochée au dirigeable dans Empty Child) ou lorsque nous pouvons admirer un casque de Mire en vitrine dans la black archive. Cet épisode pose néanmoins une question bien plus importante que tous les fils rouges possibles et, le troll Moffat ayant encore frappé, n’y répond même pas : mais qu’a donc vu Osgood dans l’historique internet du Docteur ?^^
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques


Dernière édition par Tyr le Mar 10 Nov 2015 - 21:19; édité 1 fois
Revenir en haut
Pikoo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 28 Avr 2013
Messages: 228
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 20:00    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Enfin Tyr ! Smile
Très bonne critique.

En effet pour les femmes, durant toute la saison, je me fais la remarque que tout les personnages (quasiment) sont féminins. C'est assez drôle quand on connait la réputation de Moffat !

J'adore ta théorie sur le Docteur qui connaitrai la fin tragique de Clara et qui remonte dans le temps pour dire adieu à Clara. Ce qui expliquerai les différentes humeurs du Docteur à chaque double épisode.

J'irai même un peu plus loin.
Et si depuis le début on faisait finalement référence à la rencontre entre le Docteur et Clara, mais dans le sens inverse.
C'était Clara qui remontait dans la Time Line pour sauver le Docteur.
Et si cette fois, c'est le Docteur qui remonte dans la timeline de Clara pour la sauver à chaque fois ?
Malheureusement, une fois il va échouer..

Mais bon, contrairement à toi Tyr, j'ai un 0 pointé sur me théories ^^
_________________
Revenir en haut
The Silence
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2011
Messages: 170
Localisation: France
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 21:13    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

J'adore Pikoo le 1 mois et 5 jours.
Tellement de petite phrase ici et là, comme la référence à l'enfer, l'hybride pourrait être Clara finalement.
A voir, la fin approche.

Pour Osgood qui parle de ne pas vraiment avoir rencontré Clara, il s'agit peut être de Osgood qui n'est pas la même. Dans ce cas la Osgood de l'épisode est la Zygon. Et dans ce cas je comprends mieux l'attitude de Bonnie, qui a choisit la paix, et décide ensuite de prendre la forme de Osgood (comme le meilleur modèle Zygon, la Osgood Zygon!!!)
Ou alors Clara n'est pas la même...
_________________
Au delà du temps et de l'espace temps
Revenir en haut
MSN
The Silence
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2011
Messages: 170
Localisation: France
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 21:15    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

J'ai loupé une page, désolé.
Super Tyr j'adore.
J'aime l'idée que le docteur connaît la fin de Clara à l'avance et qu'il décide d'en profité un maximum.
_________________
Au delà du temps et de l'espace temps
Revenir en haut
MSN
flash
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2014
Messages: 383
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015 - 22:38    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

The Silence a écrit:
J'adore Pikoo le 1 mois et 5 jours.
Tellement de petite phrase ici et là, comme la référence à l'enfer, l'hybride pourrait être Clara finalement.
A voir, la fin approche.

Pour Osgood qui parle de ne pas vraiment avoir rencontré Clara, il s'agit peut être de Osgood qui n'est pas la même. Dans ce cas la Osgood de l'épisode est la Zygon. Et dans ce cas je comprends mieux l'attitude de Bonnie, qui a choisit la paix, et décide ensuite de prendre la forme de Osgood (comme le meilleur modèle Zygon, la Osgood Zygon!!!)
Ou alors Clara n'est pas la même...


mais je comprends pas pourquoi vous vous prenez la tête comme ça sur cette phrase ?
elle dit le mot "vraiment" ce qui veut dire qu'elle a rencontré Clara, mais qu'elle ne la connait pas suffisamment donc elle demande au Docteur comment elle est
je ne pense pas que ce soit un sous-entendu pour qu'on croit que ce n'est pas Clara ou pas la vraie Osgood
elles n'ont pas vraiment dialogué ensemble dans "Day of the doctor"
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 10:07    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Merci Pikoo et The Silence. Smile

Tout à fait d'accord avec flash (je viens de rattraper mon retard dans le topic^^). Je me demande en fait si le quiproquo ne vient pas des sous-titres français : l'équivalent anglais ('I never really met Clara, pretty strong, yeah?") , est mot à mot la même chose mais a presque le sens de "on n'a jamais eu le temps de discuter toutes les deux ". "Meet" a je trouve un sous-entendu que "rencontrer" n'a pas : celui d'avoir consciemment pris le temps de se saluer ou d'avoir un échange quelconque, même banal. Comme dans l'expression "pleased to meet you" quoi. Une situation d'urgence comme dans Day of the Doctor ne colle pas tout à fait, d'où la réflexion d'Osgood qui ne peut pas vraiment, vu le peu de temps où elle a interagi avec Clara, juger de la force mentale de cette dernière.

Je peux me planter, je ne suis pas linguiste, mais je n'ai en tout cas pas vu le moindre problème en regardant l'épisode avec les subs anglais alors qu'en effet la capture d'écran avec les subs français me semble un peu ambiguë même si l'adverbe "vraiment" me semble de toute façon invalider la théorie d'un double-sens.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
Tentacule
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 16
Masculin

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 12:06    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Tyr a écrit:
Ma théorie favorite est que le Docteur a déjà effacé 15 fois les souvenirs de Kate et Bonnie durant CETTE scène précise afin de les faire enfin parvenir à la bonne décision. Je rêve d’ailleurs d’un bonus DVD où l’on découvre quelques une des tentatives précédentes.^^ Pas étonnant que le discours de Twelve soit si bien construit et que celui-ci, normalement peu enclin à s’épancher, ait accepté de confier en public combien la time war a été traumatisante pour lui : désespéré comme il devait l’être à la quinzième tentative de pourparlers il était sans doute à deux doigts d’assommer Kate et Bonnie avec leur boîte respective. Cela expliquerait même le silence de Clara durant cette scène : elle devait juste lutter contre l’endormissement.^^


Ahaha j'adore cette théorie, ce serait tordant et un peu plus crédible que l'idée que Kate ait été quinze fois dans une situation de crise où elle découvrait le contenu de la boîte. ^^
Revenir en haut
The Silence
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2011
Messages: 170
Localisation: France
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 14:25    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Tyr a raison je crois bien.
Le probleme vient des sous titre.
Elle ne la connaît pas vraiment, pas personnellement.
C'est l'effet " Clara va bientôt partir" qui fait ça et chaque sous entendu qu'ils nous glissent dans chaque épisode de cette saison 9.
Superbe saison d'ailleurs.

Pour Osgood j'ai quand même envie de dire qu'on ne sera jamais vraiment sure.
Bonnie prend la route de la paix en prenant le visage de Osgood.
Copie t'elle l'original, ou copie t'elle la zygon...
Comme le dit Osgood peut importe. Mais une chose est certain, nous pourrons la revoir.
Ce double était vraiment pas mal. Vivement la suite
_________________
Au delà du temps et de l'espace temps
Revenir en haut
MSN
PeterH41200
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 03 Jan 2010
Messages: 382
Localisation: 41200 Pruniers-en-Sologne, Loir-et-Cher, Centre, France, UE, Europe, Eurasie, Terre, Système Solaire
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 14:28    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Wow, vraiment j'adore! Cette saison dépasse toutes mes attentes. On a eu le droit à la conclusion de l'episode des 50 ans. Et je l'adore cette Osgood ça serait trop cool qu'elle devienne une compagne du Doctor, voire même les deux Osgoods
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Trenzalore3
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2015
Messages: 14
Localisation: Vanves
Masculin Balance (23sep-22oct) 馬 Cheval

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 17:42    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Merci Tyr pour cette review !!! concernant ta théorie sur Clara, j'espère que tu as tord même si quelque part je pense que tu as raison !! lol ! je ne veux juste pas que Clara sois morte en faite !! Qu'il la laisse vivre Moffat !!
_________________
"Run... run you clever boy... and remember..."
Revenir en haut
SteamMoose
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mar 2013
Messages: 1 898
Masculin

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 20:52    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Si Clara est morte dans le futur, ça impliquerai que le Docteur savait qu'elle n'était pas morte dans cet épisode.
_________________


There are worlds out there where the sky's burning...
Revenir en haut
flash
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2014
Messages: 383
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 21:28    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

SteamMoose a écrit:
Si Clara est morte dans le futur, ça impliquerai que le Docteur savait qu'elle n'était pas morte dans cet épisode.


j'aurai pensé sinon comme autre hypothèse qu'il l'a vue mourir, et il revient la sauver, et constamment il voit ses morts et il revient mais bon je doute que ce soit ça
Revenir en haut
JainaXF
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2010
Messages: 433
Localisation: Val de Marne
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov 2015 - 21:58    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion Répondre en citant

Tyr, comme d'habitude ta review est brillante et m'a fait voir des choses que je n'avais pas forcément remarqué !
Je posterai ma critique du double épisode demain, mais j'ai moi aussi adoré, surtout cette deuxième partie aux dialogues et aux personnages géniaux !

Pour la Osgood Box, j'ai une théorie : les boutons sont psychiques et prennent l'apparence qu'imagine celui ou celle qui ouvre la boîte (ici Zygella/Bonnie) !
Pour l'histoire des "15 times", je supposais qu'il s'agissait d'autres crises, mais j'adore ta théorie ! J'avoue que je n'avais plus trop pensé aux dégâts provoqués par le groupe (en même temps, pour certains militaires, leurs actions relevaient purement et simplement du suicide ! ;-) ), c'est vrai que ça explique mieux l'effacement de mémoire de Kate !
Mais tu soulève des points très justes sur son évolution vis-à-vis du Brigadier !
Bref, le monologue du Docteur était absolument superbe, j'avais déjà adopté Twelve, mais je pense que ce moment restera effectivement dans les annales comme celui où il se définit comme le Docteur à 100%...

Qunat à Clara, les théories lues par ici sont vraiment intéressantes...tragiques mais bien pensées ! J'ai hâte de découvrir la vérité !

Critique complète à venir demain matin...
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:47    Sujet du message: [9x08] The Zygon Inversion

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 4 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com