Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[9x12] Hell Bent
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 919, 20, 21  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Roman L
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2015
Messages: 135
Masculin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 12:57    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Sinon j'ai une question :

Qui sont ces gens sur Galifrey ? La grange, on la reconnaît, c'est celle où il veut se servir du Moment. Qui est celle aussi où Clara se rend dans "Listen" et se cache sous le lit du garçon qui s'avère être le Docteur. (Tiens on est déjà retourné sur Galifrey en saison 8 ! ^^)

Mais ces gens ? La femme surtout ? Ils vivent tous dans cette grange ? Il n'y a pas l'air d'y avoir d'autres habitations alentours...

Bon j'imagine qu'il se passera de nouveau des choses en rapport avec Galifrey. Pour ceux qui s'inquiètent de l'exil de Rassilon, pourquoi cela ne constituerait pas une partie de l'intrigue des prochaines saisons ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 12:57    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gérard
[Dark Lord of All]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 2 888
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 13:32    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Roman L a écrit:
Sinon j'ai une question :

{{{Spoiler}}}


Ce sont les habitants de Gallifrey qui ne vivent pas dans les villes. En fait, Leela en a rencontré certains dans "The Invasion of Time". On pourrait dire que le Docteur est né parmi ces gens-là, ce qui pourrait expliquer son côté rebelle.

_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Revenir en haut
Doomsday
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2015
Messages: 5
Masculin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 13:54    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Bon, je vais peut être me faire des ennemis mais je l'aime bien moi ce personnage de Clara. J'aime bien son côté " copie du docteur " et très intelligente. Je crois que je vais être une des seules personnes à qui elle va manquer en fait, c'est le premier compagnon sur lequel j'accroche le plus depuis Rose Tyler

Bon sur l'épisode plus spécialement j'ai trouvé ça sympa, beaucoup d'émotions autour de la relation entre les deux amis. J'ai bien aimé tout ça, les dialogues et tout... Après, sur le montage de l'épisode lui même on va dire que je m'attendais a un truc plus poussé sur Gallifrey mais bon... Dommage.
Revenir en haut
flash
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2014
Messages: 383
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 14:00    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

C'était ma compagne préférée, elle va donc énormément me manquer aussi. J'avais beaucoup aimé Rose, Martha et les Pond, mais Clara c'est vraiment celle que j'ai adoré du début à la fin. Elle ne m'a jamais agacée, bien au contraire. Je regarde la série en live depuis l'épisode des 50 ans. Je ne connaissais pas avant donc j'avais regardé les 7 saisons d'un coup. Je ne sais pas si ça a pu jouer du coup, mais comme je passais rapidement d'une compagne à une autre, d'un Docteur à un autre, même si j'aimais le précédent ça ne me dérangeait pas. Mais pour le dernier épisode de Matt Smith, en le regardant en live, j'avais eu un petit pincement au coeur, la peur de ne pas aimer le prochain Docteur sans doute. Là j'ai vraiment ce pincement au coeur aussi.
Revenir en haut
Doomsday
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2015
Messages: 5
Masculin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 14:02    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Idem, un peu peur de la suite... Savoir qui sera le prochain compagnon et surtout éviter une love story à la con quoi.
Revenir en haut
Gérard
[Dark Lord of All]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 2 888
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 14:50    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Peter Capaldi présente son Tourevis Sonique :

https://www.youtube.com/watch?v=WujaXajZ2SM


_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Revenir en haut
malikay
[En Rehab' avec John Hart]

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2011
Messages: 276
Localisation: Montpellier
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 15:17    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

flash a écrit:
{{{Vous devez répondre à ce sujet pour voir la partie cachée}}}


Sans être ma compagne préférée ( les Ponds sont toujours numéro 1 ) j'aimais bien Clara aussi
_________________
La signature n'est pas disponible pour le moment, veuillez laisser un message après le bip sonore
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
burns
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2010
Messages: 92
Masculin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 17:39    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant



Citation:
Elle a derrière elle des milliards d'années de connaissances

Quand on voit comment elle galère déjà à se souvenir de son prénom, ou le fait qu'elle note tout pour relire ce qui lui est arrivé parce qu'elle ne s'en souvient pas, tout ça en même pas 2000 ans au début, je la vois mal retenir un gros paquet de choses quand ça dure aussi longtemps.
Elle a retenu surement plus de choses qu'un humain basique, mais certainement pas tout ce qu'elle a pu apprendre au cours de sa vie.

Enfin je n'aime pas ce personnage, je trouve qu'elle ne mérite absolument pas la fin qu'on lui a accordé.
Elle fait chier son monde tout le long, et pouf elle se retrouve à voyager en tardis comme elle le voulait au départ, j'aurais préféré que le docteur lui laisse ses quelques minutes à vivre à la fin de l'univers.

D'ailleurs, après lui avoir sorti un "I strongly advise you to keep out of my way" je trouve le docteur bien trop sympa avec elle lors de leurs retrouvailles.


Dernière édition par burns le Lun 7 Déc 2015 - 20:34; édité 1 fois
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:00    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Doomsday a écrit:
{{{Spoiler}}}


Je respecte ton opinion mais je ne vois vraiment pas en quoi être une wannabe the Doctor rend Clara plus intelligente que les autres compagnes. Au contraire, ça la rend plus vulnérable (rien à voir avec l'intelligence) puisqu'elle est incapable d'être elle-même. Elle n'arrive toujours pas à faire son deuil de Danny, probablement. Je ne la blâme pas pour ça, en fait, ce serait normal et humain. Peut-être que c'est ce deuil qui la pousse à vouloir ressembler au Docteur, pour fuir sa souffrance. Donc, si c'est le cas, c'est le Docteur l'imbécile dans cette histoire. Au lieu de l'aider à s'arrêter et faire ce deuil, il encourage sa fuite par pur égocentrisme (il ne veut pas être seul).

Moffat a laissé passer une belle occasion de rendre le personnage de Clara plus crédible et plus humain (du moins à mes yeux). Il a préféré en faire une Godlike companion, intouchable, insaisissable et plus alien que le Docteur lui-même. Le personnage du Docteur aurait pu bénéficier de ça aussi, jamais on a vu le Docteur dans une situation semblable (réconforter une amie en deuil et tenter de lui redonner sa joie de vivre). Je trouve que cela aurait montré son affection pour elle bien plus que ce qu'on a eu (un Docteur incapable de se séparer de SA Clara, c'est pas de l'amitié, mais de la dépendance affective). Du moins c'est comme ça que je le perçois.

Je suis une Clara hater, oui sans aucun doute, je ne comprend pas ce qui vous plait tant chez elle (elle est mignonne ?). À mes yeux, ce personnage est mal écrit et peu réaliste. La mort de Danny aurait pu servir à faire évoluer Clara, mais non, il est une simple raison pour la transformer en accroc du risque.


Dernière édition par Ithyl le Lun 7 Déc 2015 - 21:02; édité 2 fois
Revenir en haut
Clara Oswin Oswald
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2012
Messages: 1 705
Localisation: Chez Jenna !
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:05    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Ce goût pour le risque avait commencé bien avant la mort de Danny, ça n'a fait que le renforcer (elle n'a plus rien à perdre)
Personnellement j'ai du mal à comprendre comment ne pas l'aimer, comme quoi ^^
_________________
Revenir en haut
Skype
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:21    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Clara Oswin Oswald a écrit:
Ce goût pour le risque avait commencé bien avant la mort de Danny, ça n'a fait que le renforcer (elle n'a plus rien à perdre)
Personnellement j'ai du mal à comprendre comment ne pas l'aimer, comme quoi ^^


Une personne qui boit un verre de vin de temps en temps n'est pas forcément un alcoolique. Dans ce cas-ci, Clara est devenue alcoolique et le Docteur n'a fait que l'encourager. J'ai expliqué pourquoi je ne l'aimais pas, mais j'ignore toujours pourquoi vous, vous l'aimer autant.
Revenir en haut
Clara Oswin Oswald
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 26 Déc 2012
Messages: 1 705
Localisation: Chez Jenna !
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:32    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Mais une personne qui boit un verre de vin de temps en temps et qui essaye d'arrêter mais qui n'y arrive pas est un alcoolique. (Mummy)
_________________


Dernière édition par Clara Oswin Oswald le Lun 7 Déc 2015 - 21:11; édité 1 fois
Revenir en haut
Skype
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:41    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Bon, mieux vaut tard que jamais hein...?

9x12 Hell bent

-You been travelling?
-Yeah, from time to time.



Cette saison n’ayant cessé d’expérimenter tant sur la forme que sur le fond, je ne sais vraiment pas pourquoi je m’attendais à un final “classique”, c’est à dire l’habituelle bataille épique sur le thème du Docteur contre le reste du monde. C’est pourtant ce que j’avais en tête et je m’étais donc préparée à environ 45 minutes de vengeance éclatante suivies probablement d’un quart d’heure de pardon général puisque le Docteur avait plusieurs fois insisté sur l’importance de la compassion cette année.

Bref, j’attendais les tambours et les trompettes et j’ai eu les violons, ce qui m’a tellement désarçonnée que je me suis retrouvée complètement incapable de formuler un avis sur l’épisode. Il m’a donc fallu le revoir pour pouvoir formuler une critique plus objective et constructive que “Bah elles sont où mes explosions???” Je ne vous cacherais pas que je l’ai du coup bien plus apprecié la deuxième fois. Tout n’est pas parfait bien sûr mais la majorité de mes critiques portent sur MES attentes déçues et je ne peux pas vraiment reprocher à Moffat de ne pas écrire pour moi. Je ne peux néanmoins pas trop me plaindre puisqu’il a au moins eu la delicate attention de faire un episode découpé en trois parties distinctes, ce qui m’offre donc un plan sur mesure. C’est parti pour ce qui sera mon premier plan chronologique de l’année. Comme la semaine dernière, je mets l'intégralité de ma review en spoiler mais je vous promet qu'elle ne contient pas la moindre allusion aux trailers de l'épisode de noël (probablement parce que je ne les ai pas vus^^).




I Get off my planet!

L’éclatante vengeance que j’attendais aura donc duré… un petit quart d’heure. Moins encore puisque cette première partie mêle à ladite vengeance des scènes à l’ambiance totalement différente.

Commençons par celles-ci . Moffat entame donc l’épisode par un de ses habituels “mind fucks”, ce qui je l’avoue m’a beaucoup amusée. Nous voici donc dans une scène totalement surréaliste où le Docteur, que nous avions quitté la semaine dernière sur Gallifrey, se retrouve dans un restaurant aux USA à papoter avec sa compagne décédée, aucun des deux ne semblant reconnaître l’autre.

Je ne vais pas hurler tout de suite sur le fait que Moffat ait encore touché au bouton reset pour ressusciter un personnage (je le ferai certainement plus tard dans ma review cela dit^^), et ce pour deux raisons. Déjà parce que j’ai aimé le trollage assumé de Moffat à ce moment là : la chanson qui passe lorsque la caméra se pose sur Clara déclare “Don’t stop me now, I’m having such a good time”, phrase qui colle aussi bien à Clara/Coleman, incapable de quitter la série, qu’ à Moffat qui comme ses Docteurs déteste les fins et en particulier celles de SES personnages. Ensuite, je n’étais à ce moment-là de l’épisode pas du tout convaincue qu’il s’agissait d’une résurrection.

Moffat parvient en effet avec finesse à dissimuler relativement longtemps le fait que ces scènes sont réelles et se déroulent en réalité en fin d’épisode. En effet, la scène introductive dans le restaurant est immédiatement suivie de celle où l’on voit le Docteur marcher en plein désert : la chaleur accablante est représentée par l’absence totale d’ombre, le fait que le Docteur tombe la veste et, surtout, la manière de filmer (la caméra tremble légèrement et l’image est floue). Du coup j’ai personnellement pris la scène précédente soit pour une hallucination du Docteur soit, c’était le plus probable, par une plongée dans son mind palace, justement découvert la semaine dernière. Cela expliquait le décor (le Docteur épuisé et déshydraté imaginait un endroit où il pourrait s’abreuver et s’abriter), qu’on y trouve Clara vivante mais aussi le rôle que celle-ci tient dans ces scènes.

En effet, nous n’avons pas ici Clara la compagne mais Clara la spectatrice, ce qui est dans la continuité de la semaine dernière. Ainsi, dans l’épisode précédent, les spectateurs et la compagne fantomatique fusionnaient et nous nous retrouvions plus ou moins assimilés à Clara, le Docteur nous parlant directement et nous utilisant comme prétexte narratif pour expliquer son fonctionnement interne. Ici Clara tient exactement le même rôle bien qu’un peu plus actif : elle écoute l’histoire du Docteur, demande quelques éclaircissements et commente même sa technique narrative ( « Oh, you like a cliffhanger, don't you? »). Grâce à ce jeu sur le 4eme mur, il est donc facile pour le spectateur de penser que cette Clara n’est pas plus réelle que celle de la semaine dernière et que nous sommes là encore dans l’esprit du Docteur.

Et pendant ce temps là sur Gallifrey, le Docteur… se tait. « Words are his weapons.” grommelle Rassilon, mais c’est paradoxalement par son silence que le Docteur va l’anéantir. Son silence et quatre petits mots, « get off my planet » (Twelve est donc encore plus efficace que Ten, qui avait eu besoin de six mots pour détruire la carrière de Harriet Jones^^). J’ai trouvé ce passage esthétiquement superbe, tout en contraste : contraste entre les longs discours des time lords et des sœurs de Karn et le silence du Docteur et de ceux qui l’entourent, entre les costumes colorés et élaborés des premiers et les vêtements sobres et sombres des seconds, entre le décor luxueux de la cité et cette simple grange au milieu du désert...

L’ambiance autour du Docteur est clairement empruntée au genre du western mais ce n’est pourtant pas à cela que j’ai immédiatement pensé. Est-ce parce que j’attendais la vengeance du Docteur ? C’est en tout cas au Parain que j’ai immédiatement pensé. La mère adoptive servant silencieusement la soupe à l’homme taciturne et impassible pourrait tout à fait être la mama Corleone et le groupe s’agglutinant autour du Docteur, visiblement miséreux mais plein de respect pour celui-ci, m’a fait beaucoup pensé aux gens demandant audience au Parrain au début du film.

Quoi qu’il en soit, il ne faut que quelques minutes à Rassilon et son haut conseil pour prouver aux spectateurs qu’ils ne connaissent clairement pas le Docteur (je les soupçonne d’avoir zappé les saisons précédentes). Ils envoient donc à celui qui se caractérise par son côté rebelle, son anticonformisme, son pacifisme et son antimilitarisme… un soldat armé qui le menace puis des officiers en uniforme rutilant au garde à vous et enfin des nobles élégamment vêtus faisant des courbettes. Ils ont de la chance je pense de ne s’être pris que la porte dans la figure : les différentes tentatives m’ont en tout cas bien amusée.^^

Cette première partie est également l’occasion pour Moffat d’offrir aux fans de l’ancienne série un petit festival de fan service. On retrouve donc les time lords et leur jolie collerette et la sisterhood of Karn. On nous rappelle que les time lords ne sont que l’élite de Gallifrey (les « high born » dira Ashildr) et qu’une bonne partie de la population vit de manière assez primitive, ignorée par ces nobles (« nobody who matters » d’après Rassilon lui-même). Nous avons également plusieurs allusions à la Matrice et une rapide explication de son fonctionnement. Je ne sais pas si ceux qui n’ont jamais entendu parler des classiques ont pu tout suivre d’ailleurs, il y a tout de même pas mal de références en peu de temps.

Les références à l’ère RTD ne manquent pas non plus. J’ai déjà mentionné l’évident parallèle avec le moment où Ten se débarrasse d’Harriet Jones mais c’est bien sûr à End of times que l’on pense en priorité avec le retour de Rassilon, qui de James Bond est devenu Maester Luwin de Game of Thrones. L’épisode nous balance d’ailleurs au détour d’une phrase la confirmation qu’il s’agit bien DU Rassilon co-fondateur des Time lords : je me demandais dans End of Time s’il ne s’agissait pas que d’un titre en hommage au personnage mythique mais le fait qu’il se surnomme « the Redeemer, the Resurrected » est assez clair. Enfin, la scène où les soldats jettent leur arme les uns après les autres pour rejoindre le Docteur est un contraste évident avec le final de la saison 4 où le Docteur était au contraire accusé de transformer en armes son entourage. .

Moffat référencie même sa propre ère, recyclant la grange de l’épisode anniversaire et confirmant par le retour de la mère adoptive que la fameuse scène de Listen se déroulait bien sur Gallifrey. Nous avons même un discret clin d’œil à Robot of Sherwood lorsque le soldat dans la navette spatiale ordonne au Docteur attablé de se débarrasser de toutes ses armes et que ce dernier pose alors…sa cuillère.^^ Enfin, on nous reparle des fameuses cloister wars auxquelles Missy avait rapidement fait référence en début de saison et on prend même soin vers la fin de cette première partie de nous expliquer rapidement l’utilité du confession dial chez les Time Lords (tiens donc, ma théorie de la semaine dernière était fausse^^), usage que je trouve très élégant d’ailleurs.

La première partie de cet épisode se conclut donc sur la victoire du Docteur, qui reprend le poste de lord président qu’il a si souvent fui dans la série classique et exile Rassilon et le haut conseil en deux phrases lapidaires. A 16 minutes du début, le Docteur a gagné. Qu’on aime ou pas, il faut admettre que c’est courageux de se débarrasser définitivement du méchant de l’épisode au premier quart de celui-ci.^^ J’ai beaucoup aimé cette première partie, en particulier son esthétisme toute en contrastes, mais je dois admettre que j’aurais aimé une vengeance plus éclatante. Même s’il est sous-entendu que les exilés risquent de ne pas avoir d’endroits où s’enfuir vu que Gallfrey est située à la fin des temps, ils ne s’en sortent tout de même pas trop mal et j’attendais une punition plus lourde ; je suis un peu plus rancunière que le Docteur apparemment.


II. La dernière aventure

Et c’est d’ailleurs sur ce point que je me suis le plus trompée (ne vous en faites pas pour mon égo, j’ai un certain entraînement sur ce point^^) car le Docteur n’a en réalité jamais songé à venger la mort de Clara : son plan a toujours été de la sauver. Il s’avère donc qu’il avait (contrairement à moi) tout de suite compris que les Time lords étaient responsables de son emprisonnement dans le Confession dial, que sa connaissance de la véritable identité de l’hybride n’était qu’un monumental coup de bluff (bon, j’avais au moins évoqué cette éventualité, l’honneur est sauf^^)… et qu’il a souffert quelques milliards d’années pour protéger une information inexistante afin d’avoir une carte en main pour négocier l’extraction de Clara ! Mon cher Twelve, ce n’est pas très sain comme comportement… Je ne peux que partager l’effroi de Clara lorsqu’elle le réalise à son tour.

Je dois admettre avoir compris relativement tard le plan du Docteur et j’ai quand même un peu honte vu que l’excuse que donne ce dernier pour refuser l’aide des Gallifreyens et exiger celle de Clara (que leur chapeau jure avec son style vestimentaire) est digne d’un élève de sixième tentant d’expliquer pourquoi ses devoirs ne sont pas faits. Pour ma défense, le début de l’épisode a tellement insisté sur l’ aspect de vieux rockeur routard du Docteur et ce dernier est tellement puéril durant toute cette scène que ça en paraissait presque crédible.^^ Et puis soyons honnêtes, il n‘a pas tort : ni le violet des time lords ni le rouge sombre des Sœurs de Karn ne va très bien avec le noir.

En parlant des Sœurs de Karn, suis-je la seule à trouver qu’elles sont vraiment très similaires au Bene Gesserit de Dune ? Un ordre quasi religieux entièrement composé de « sœurs » vivant très longtemps, ça me rappelle quelque chose quand même. Elles ont même, comme leurs consoeurs de Dune, des pouvoirs psychiques : c’est en tout cas la seule explication que j’ai trouvé au fait que leur mère supérieure sache exactement à chaque fois ce que fait le Docteur et où il est (même le fait qu’il aille visiter le cloister, pourtant peu devinable). Franchement, j’hésiterais à entamer une partie de cache-cache avec elles.

Bref, revenons au sujet. L’exil de Rassilon et du Haut conseil n’était donc pas une vengeance mais une partie du plan du Docteur pour avoir accès à la chambre d’extraction. Dès que Clara est extraite de sa time line, il s’enfuit donc avec elle…. En tuant un time lord au passage !

« We're on Gallifrey. Death is Time Lord for man flu!”
assure Twelve à une Clara visiblement aussi choquée que nous. Cette excuse n’a convaincu personne, pas même le Docteur, et je n’ai personnellement pas eu le moindre doute sur un point : cette action allait être payée au prix fort avant la fin de l’épisode. Je trouve d’ailleurs le choix de cet acte très bien trouvé : il fallait en effet que le Docteur aille clairement trop loin mais sans qu’il commette un acte absolument impardonnable qui aille à l’encontre de tout ce qu’il incarne, c’est après tout le héros d’une série familiale. L’équilibre à trouver était très délicat.

Ici, le Docteur prend une arme, ce qui est déjà choquant en soi, la braque sur un allié qui est allé jusqu’à s’opposer à Rassilon pour lui, ce qui l’est encore plus…et le tue ! Cela devrait être considéré comme impardonnable et l’est d’ailleurs certainement du point de vue du Docteur (et probablement d’une partie du public) mais nous avons une série de circonstances atténuantes : le Docteur ne tire que lorsque le général lui dit fermement qu’il ne le laissera pas fuir, il prend le temps de s’assurer qu’il ne s’agit pas de sa dernière incarnation et il s’excuse à moitié (en lui souhaitant bonne chance).

Surtout, l’épisode prend soin de dédramatiser au maximum ce moment : le général va prendre le temps de souhaiter bonne chance au Docteur en retour et ne va pas montrer la moindre rancune et, surtout, sa régénération surprenante et les commentaires amusants qui s’ensuivent amènent une certaine légèreté à l’acte. Ainsi Moffat se lâche sacrément dans le trollage à cette occasion : la remarque de la time lady sur l’égo démesuré des hommes fait écho à la comparaison du Docteur entre régénération et « man flu » (pour ceux qui ne connaissent pas l’expression, un terme péjoratif pour désigner ce qui serait une tendance masculine à exagérer ses maladies) et est clairement une énième pique de Moffat concernant sa réputation de misogyne. Quant-au fait qu’un homme blanc régénère en femme noire, c’est évidemment un pied de nez aux fans refusant le possible gender swap du Docteur et à ceux qui n’ont toujours pas digéré celui du Master.

Bref, puisque personne, victime comme scénariste, ne semble prendre cet acte au tragique, pourquoi devrions-nous le faire ? Et c’est ainsi que l’on parvient habilement à nous faire admettre un acte pourtant profondément choquant. J’ai donc personnellement trouvé cette scène très réussie dans son équilibre. Même le nombre de régénérations du général est un bon choix : il en sera donc à sa 11ème incarnation, ce qui n’est pas sa dernière (on aurait été trop près d’un meurtre si ça avait été le cas) mais est néanmoins assez proche de la fin pour que ce ne soit absolument pas anodin. Le public peut pardonner (j’ai d’ailleurs été moins choquée par cette scène que lorsque Eleven laisse mourir Solomon dans Dinosaurs on a spaceship) mais le Docteur lui-même n’est pas dupe : il a brisé son code le plus important et il le sait.

J’ai néanmoins un reproche à formuler, assez proche de celui de la première partie. J’aurais préféré encore une fois (je vais finir par passer pour une sadique^^) que l’on voie un peu plus de dérapages du Docteur avant cet acte choquant qui du coup sort un peu de nulle part. Après tout, malgré ce qu’en disent le général et la Sœur de Karn, son choix d’exiler Rassilon et le haut conseil est assez modéré. J’aurais aimé que s’ensuivent quelques actes à la moralité plus douteuse afin que l’on assiste à une escalade qui aurait conduit à ce meurtre.

J’aurais par exemple aimé un acte du genre de celui d’Eleven dans A good man goes to war, lorsqu’il détruit la réputation et donc certainement l’avenir du « colonel run-away » : pas de sang versé mais une démonstration de cruauté rappelant que le Docteur, s’il est profondément un homme bon, n’est pas toujours un homme sympathique. Cette scène est donc pour moi très réussie mais assez maladroitement amenée, c’est dommage. Bien sûr, le fait que le Docteur ait passé un temps immémorial à souffrir lors de l’épisode précédent, ce que Clara réalise simplement en regardant ses yeux, peut expliquer cet acte assez soudain (il ne doit quand même pas être totalement stable) mais j’aurais néanmoins apprécié que l’épisode consacre quelques minutes de plus à cette glissade vers le coté obscur.

Enfin bref : le Docteur s’enfuit avec sa compagne de Schrödinger, vivante et morte en même temps et figée entre deux battements de cœur (ah, la bonne vieille obsession de Moffat pour les bruits de fond qui disparaissent soudain de manière inquiétante^^). J’avoue ne pas avoir prêté attention à cet instant au fait que le Docteur demande un neuronal block compatible avec les humains, ce qui est assez couillon de ma part vu que Clara insiste fort sur le sujet mais m’a permis au moins de garder la surprise plus longtemps.

Je vais assez rapidement passer la scène de fuite dans le cloister, non pas parce que je ne l’ai pas aimée (je l’ai trouvée très sympathique) mais parce qu’elle n’a pas d’intérêt pour l’intrigue. Elle est visuellement réussie, parfois amusante (quel tombeur ce Docteur !^^), permet de recycler des monstres appréciés du public et de faire quelques clins d’oeil (les cloister wraith ressemblent par exemple assez aux bornes à tête humaine de la Bibliothèque dans Silence in the library bien qu’en plus effrayant) : c’est déjà pas mal et justifie donc son existence mais ça ne fait pas avancer l’intrigue.

J’aime néanmoins beaucoup la double explication de Twelve à Clara/le spectateur concernant la Matrice et le cloister, d’abord complexe pour les fans de la série classique qui savent déjà de quoi il s’agit, puis reformulée très simplement pour les autres : « The Time Lords have got a big computer made of ghosts, in a crypt, guarded by more ghosts. ». Twelve admet même que cela le fait souffrir « a tiny bit » d’expliquer de cette manière. En effet Docteur, en tant que fan et en tant que prof je peux témoigner : ça fait parfois un peu mal de devoir simplifier à l’extrême un sujet qui nous intéresse.^^

Bref, le vol du TARDIS « rétro » à la fin de la scène est le seul vrai intérêt scénaristique de la scène (il fallait bien que le Docteur trouve un moyen de transport) : l’hommage peu subtil aux débuts de la série classique ne gâche rien. Clara et le Docteur fuient donc vers la fin de l’univers… et la 3eme partie de l’épisode.


III. Les adieux

Si certains spectateurs n’avaient pas encore réalisé au moment où le Docteur tue le général que l’histoire n’allait pas finir sur un happy end, l’emphatique « you’re aliiiiiiiive » du Docteur à Clara dans le TARDIS après le décollage lorsqu’il est persuadé qu’elle a à nouveau un pouls a sans doute été assez clair. Tel le Docteur Frankenstein transgressant les lois de la nature, le nôtre a en effet bravé celles de la temporalité pour faire vivre ce qui ne devrait pas l’être. Les quatre coups à la porte du TARDIS, référence bien sûr à The End of time mais rappelant aussi les trois coups qui annoncent le début d’une représentation théâtrale, marquent le début de la tragédie des adieux de Clara et du Docteur. Je m’étais fait spoiler le retour d’Ashildr mais j’avoue que j’étais presque persuadée que ce serait la Sœur de Karn de l’autre côté de la porte tant son GPS à Docteur semblait performant en début d’épisode.

Ashildr, désormais le seul être vivant de l’univers, a donc traversé quelques milliards d’année, méritant enfin le nom de « Me » qu’elle s’est donnée et que le Docteur lui refusait (pour quelqu’un qui se fait appeler par un surnom qu’il s’est choisi, il a vraiment du mal à rendre la politesse^^). C’ est tout de même assez incroyable vu qu’Ashildr n’est pas complètement immortelle et peut être tuée : Moffat le sait bien et est du coup assez généreux sur le lampshade hanging concernant ce personnage.

Comment parvient-elle à faire tenir la « reality bubble » qui la protège de la fin de l’univers ? « Brillantly » bien sûr (bel écho au “-How did you do that? -Disgracefully.” De River dans The name of the Doctor). Niveau trollage, ça vaut presque le “I didn't ask. It would make them feel clever.” du Docteur quand Clara lui demande comment Gallifrey a échappé à son pocket universe. Je suis personnellement très bon public sur les facilités de ce genre quand elles sont aussi clairement assumées par le scénariste mais je conçois que ça ait pu en énerver certains.

C’est donc encore une fois une Ashildr assez différente de sa précédente apparition que nous découvrons ici. Le temps semble avoir gommé un autre aspect humain de sa personnalité, qu’elle avait jusqu’à présent conservé : sa capacité à juger et blâmer. Ainsi elle ne se sent plus du tout responsable de la mort de Clara mais n’accuse plus non plus le Docteur, elle qui ne cessait jusqu’à présent de sous-entendre qu’il était dangereux et à surveiller. Ce détachement se ressent dans leur dialogue : le Docteur est plein de colère mais les réponses d’Ashildr sont très calmes et elle se contente d’énoncer calmement les faits… et de glisser une belle allusion à Game of Thrones parce qu’on ne peut quand même pas demander à Moffat de caster deux personnages de la série dans le même épisode sans faire de références : « summer can’t last forever », winter is coming, même combat.^^

On s’ aperçoit particulièrement de cette différence de ton des personnages lors de leur discussion sur l’hybride (qui reprend d’ailleurs la majorité de nos théories, Moffat nous ayant fortement aiguillés pour que ce soit le cas^^). Lorsque le Docteur dit qu’il s’agit d’Ashildr, cela sonne clairement comme une accusation. Ashildr ne le prend pas du tout comme une attaque, admet que la théorie est intéressante puis propose la sienne, que le Docteur serait l’hybride et cacherait le fait qu’il est à moitié humain (Moffat, espèce de troll, arrête de semi-canoniser le film !^^).

Contrairement au Docteur, elle semble ne montrer qu’un intérêt purement académique pour le sujet, admettant même que cela n’a au fond pas d’importance puis propose une autre théorie qui lui semble plus valable : le fait que l’hybride soit le couple Clara/Docteur. Elle étaye cette théorie en énonçant là encore calmement une évidence que le spectateur a eu tout le temps de remarquer : le Docteur a une dépendance à Clara qui est franchement malsaine.

“You're willing to risk all of time and space because you miss her.-One wonders what the pair of you will get up to next.” Sachant que le Docteur a souffert des milliards d’années uniquement pour garder ce qui pourrait éventuellement devenir un outil de négociation pour accéder à la chambre d’extraction qui pourrait peut-être sauver Clara, la remarque d’Ashildr est légitime. La saison n’a cessé de nous prouver cette co-dépendance malsaine (je regarde Supernatural alors je suis calée sur le sujet^^), comme par exemple dans Before the flood quand le Docteur admet à demi-mots que tout le monde est sacrifiable à l’exception de Clara.

Le Docteur n’est pas forcément convaincu (moi non plus d’ailleurs) par la théorie mais cela n’a pas d’importance. Il sait qu’il est allé trop loin (métaphoriquement ET temporellement/géographiquement d’ailleurs) et que cela doit cesser. Ashildr n’a pas besoin d’insister : si le Docteur se refuse à laisser mourir Clara, il est en revanche résolu à briser leur couple. Pour lui qui déteste les fins c’est déjà un grand pas et Ashildr n’insiste d’ailleurs pas pour qu’il répare son erreur jusqu’au bout et ramène Clara dans sa timeline. Je ne doute pas en revanche qu’elle le fera elle-même si elle estime que Clara tarde trop à y retourner.

La co-dépendance de Clara et du Docteur et si grande que la fin de leur « couple » nécessite même deux oraisons funèbres en quelques minutes. Une de la part d’Ashildr concernant Clara (“She died for who she was and who she loved. She fell where she stood. It was sad. And it is over.”) et une de la part du Docteur lorsqu’il aura enfin l’occasion de faire ses adieux à Clara : "Run like hell, because you always need to. Laugh at everything,cause it's always funny. Never be cruel, and never be cowardly. And if you ever are, always make amends." Il est d’ailleurs intéressant de constater que ces conseils semblent plus destinés à un futur Docteur qu’à une compagne : je soupçonne Twelve d’être un peu prophète de temps à autres…

Comme je le disais précédemment, Clara est jusqu’à présent plus spectatrice de l’épisode que compagne : ce n’est d’ailleurs pas un hasard si elle assiste à cette conversation en la regardant sur l’écran du TARDIS. Au moment où le Docteur énonce son plan d’effacer sa mémoire et de la renvoyer sur Terre, elle sort de ce rôle passif et change à nouveau de statut. Juste à temps puisque j’avais à ce moment là enfin compris ce que le Docteur comptait faire du neuronal block (je suis TRES lente parfois^^) et que je commençais à hurler au plagiat de final de la saison 4 ET à l’abus de bouton reset.

Contrairement à la fin de la saison 4 le Docteur a ici le choix mais il est tellement habitué à être celui qui a toutes les réponses et qui doit donc prendre toutes les décisions difficiles qu’il ne réalise pas ce qui est pourtant assez évident : un couple est composé de deux personnes. Oui, il faut que l’un d’eux oublie l’autre pour que leur co-dépendance cesse mais ce n’est pas forcément à Clara de le faire. "Tomorrow is promised to no one, Doctor, but I insist upon my past. I am entitled to that." affirme-t-elle, comme un écho au “We have no right to change who she was." d’Ashildr, avant d’admettre avoir trafiqué le neuronal block. Et le Docteur, qui n’a cessé depuis le début de cette incarnation de laisser Clara se transformer en une autre version de lui-même, ne peut qu’acquiescer et laisser le hasard décider laquelle de ces deux versions hybrides d’un même personnage aura le droit de garder ses souvenirs. Et il perd !

Nous assistons alors à un moment je pense unique dans l’histoire de la série. Pour la première fois, le Docteur est totalement éclipsé par sa propre compagne. Lui qui a toujours une longueur d’avance sur le commun des mortels et n’hésite pas, bien que souvent à contrecœur, à manipuler pour leur bien ceux qu’il aime va se retrouver à son tour victime de cette manipulation : Ashildr et Clara vont donc d’elles-mêmes ramener le Docteur sur Terre, récupérer son TARDIS puis créer un charmant petit scénario pour vérifier si l’effacement de mémoire a correctement fonctionné et, dans le cas de Clara, faire ses adieux.

Ce n’est pas la première fois que la compagne prend une importance incalculable (Rose se transformant en Bad Wolf et Martha devenant la prophétesse qui permet à l’humanité de redonner sa force au Docteur en sont deux exemples) mais cette importance est en général ponctuelle. Ici, Moffat va jusqu’au bout et fait ce qu’il n’a cessé de teaser et qui lui a valu tant de critiques : il transforme Clara en Docteur et le Docteur en compagnon laissé pour son bien sur le bord de la route. Quelque part dans le multivers, Susan, Peri, Donna et tant d’autres doivent doucement ricaner devant l’ironie de la chose.

Et il n’y va pas de main morte, Moffat. Il a raison : quitte à de toute manière s’attirer les foudres d’une partie du fandom, autant y aller de bon cœur. Clara, devenue officiellement Docteur après avoir « inversé la polarité » du neuronal block, va donc parcourir l’univers avec une compagne dans un TARDIS volé au cameleon circuit cassé alors que le Docteur, quand un étranger lui annonce que Clara lui a demandé de s’assurer qu’il allait bien, s’exclame « Clara Who ? ». On ne peut pas dire qu’il nous a pris en traitre : il n’a cessé de jouer avec cette idée, augmentant le mysticisme autour des compagnes (« the girl who waited », « the impossible girl ») tout en rabaissant l’égo du Docteur (« the mad man in a box », « an idiot »). Je pense néanmoins que personne parmi nous ne pensait qu’il irait jusqu’au bout de son délire.

Je fais partie de ceux qui aiment beaucoup Clara mais pas la tendance de Moffat à rendre la compagne trop « wonder woman » : j’ai néanmoins adoré cette fin et applaudi l’image finale complètement absurde d’une cabine téléphonique et d’un restoroute se croisant à grande vitesse dans le vortex. Laughing

Je comprends tout à fait ceux qui se sont arraché les cheveux à la fois devant ce choix de caractérisation très discutable, devant l’incohérence de la chose (le retour de Clara dans sa timeline parait fort peu urgent après tout et on comprend donc mal la panique du général) et, surtout, devant l’évident subtexte « je fais ce que je veux et je vous emmerde » de Moffat envers le fandom. Ca aurait tout à fait pu être ma réaction et je compatis sincèrement mais quand même… C’est osé, complètement neuf et sacrément courageux. Je pense que ce ne sont pas des qualités négligeables chez le showrunner d’une série de plus de 50 ans qui doit absolument se renouveler pour survivre.

Que dire d’autre sur cette fin : j’aimerais dire que j’ai pleuré, il y avait assez d’éléments pour cela, mais ça n’a pas été le cas. J’étais trop interloquée à première vision et trop amusée à la seconde pour que la scène pourtant très touchante du Docteur annonçant à Clara en la regardant droit dans les yeux qu’il est sûr qu’il la reconnaîtrait s’il la voyait m’émeuve comme elle aurait due.

J’ai pu néanmoins apprécier l’élégance de la solution de Moffat sur le long terme. Comme il l’avait déjà fait remarquer dans une saison précédente, on peut reconstituer une personne disparue par le « trou » qu’elle a laissé derrière elle : le Docteur n’a donc pas complètement « oublié » ses années avec Clara, cela aurait été ingérable pour la continuité de la série s’il n’avait pas de souvenirs des deux dernières saisons. Il se souvient avoir vécu des aventures avec une compagne nommée Clara (même si son nom ne lui est pas revenu tout de suite), se rappelle les grandes lignes desdites aventures mais a oublié l’aspect de sa compagne, son caractère, son identité.

Il a donc les souvenirs « bruts » mais pas l’attachement qui va avec, de ce fait il perd aussi la souffrance qui accompagne sa perte. Tout comme Ashildr qui ne se « souvient » de son passé que parce qu’elle a lu son propre journal et ne souffre donc plus de ses deuils successifs, le Docteur sait qu’il a perdu un être cher mais ne peut réellement en souffrir. Le portrait de Clara par Rigsy sur le TARDIS est le triste symbole de cette situation : le Docteur comprend qui est représenté (et très probablement que la serveuse était sa compagne disparue) mais l’attachement a disparu et les pigments s’effritent et disparaissent quand le Docteur s’envole vers d’autres aventures.

Moi qui m’apprêtais à hurler au reboot concernant Clara… C’est en réalité le Docteur qui le subit de plein fouet. Nous n’avons jusqu’à présent connu Twelve que comme un personnage complètement dépendant de Clara, qui lui servait à la fois d’interface avec le reste de l’humanité et de double ponctuel lorsque le besoin se faisait sentir : cette influence est désormais en partie gommée et j’ai hâte de découvrir le nouveau Twelve (au tournevis ma foi très classe^^). Run, you clever boy !


Pour conclure, je dirais donc que ce final était à la fois bien plus calme que je ne l’imaginais et bien plus osé que je n’aurais pu l’espérer. Je déplore le fait que nous n’ayons pas vu un peu plus le côté obscur du Docteur (car non, un meurtre et une tentative de destruction de la temporalité pour des besoins égoïstes ne me suffisent pas^^) et la fangirl que je suis aurait apprécié de passer plus de temps dans la superbe capitale de Gallifrey. La scène de discussion avec Ashildr (dont la luminosité est par ailleurs superbe, j’ai omis de le mentionner) aurait par exemple pu être un peu plus courte et un peu de temps aurait probablement aussi pu être rogné sur la fuite dans le cloister.

Je pardonne néanmoins ces aspects juste pour l’énorme prise de risque de Moffat dans la conclusion de cette saison qui a déjà pas mal expérimenté : il a « perdu » une partie du fandom, sans doute plus grande que pour une fin de saison habituelle et il le sait clairement. J’aime beaucoup son travail malgré ses défauts évidents mais je crois que j’aurais aimé le voir partir sur ce superbe coup d’esbroufe : lui qui a encore une fois prouvé qu’il sait que la nouveauté est un aspect crucial de la série n’a certainement pas manqué de réaliser qu’un showrunner de devrait pas rester 5 ans en poste. Il sous-entend dans une interview récente à Radiotimes qu’il ne lui est pas si facile de partir parce que la beeb a du mal à trouver un remplaçant et j’aurais assez tendance à le croire : ce n’est sûrement pas évident de trouver un showrunner connaissant convenablement la mythologie d’une série cinquantenaire et Chibnall et Gatiss ont pas mal de boulot ces derniers temps.

Que dire d’autre ? Je ne suis personnellement pas convaincue que nous ayons eu là la véritable identité de l’hybride mais qu’importe ? Une porte est ouverte si Moffat ou son successeur décide un jour de reprendre cette idée et ça me va très bien. J’imagine que rien n’empêche Moffat ou son éventuel successeur de faire revenir Clara et Ashildr, ou même un spin off de se créer. Ashildr sait visiblement lire le manuel en gallifreyen (pas étonnant, il est clair vu sa connaissance de Missy, de la prophétie de l’hybride et du Docteur qu’elle a été coachée par des gallifreyens durant sa longue vie) et donc piloter le TARDIS, la sentence de mort de Clara semble ne pas être si urgente que ça, la possibilité est donc là. J’espère que cela ne se réalisera pas : je pardonne à Moffat son énième résurrection de personnage vu les risques qu’il a pris par ailleurs mais je veux que cet adieu là soit définitif.

Je conclurai (pour de bon cette fois, juré^^) sur un aspect de l’épisode que je trouve profondément choupi. Moffat n’a cessé de jouer sur le 4eme mur cette saison pour des raisons diverses mais il en profite cette semaine pour…canoniser Murray Gold.^^ “You said memories become stories when we forget them. Maybe some of them become songs.” dit Clara au Docteur alors que celui-ci interprète la musique de Clara à la guitare : c’est donc désormais officiel, les musiques récurrentes de la série sont les échos des aventures des personnages et font partie de la narration au même titre que celles-ci. Il va donc falloir que je me concentre un peu plus sur le soundtrack que j’ai tendance à peu remarquer.^^ Je vous quitte (jusqu’à noël^^) sur ce conseil plein de sagesse du Docteur : « Never eat pears. They're too squishy and they always make your chin wet.That one's quite important. Write it down.”


Bon ben...plus qu'à lire tous vos commentaires espèces de bavards! j'avais vraiment mal choisi le moment pour partir en week end.^^
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
flash
[Passager clandestin du Tardis]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2014
Messages: 383
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:48    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

Ithyl a écrit:
je ne comprend pas le moindrement ce qui vous plait tant chez elle (elle est mignonne ?). Le personnage est affreusement mal écrit et pas réaliste du tout.

Je trouve ça dur comme commentaire. On a le droit de trouver ce personnage génial, intelligent. Elle a été un véritable soutien pour le Docteur, elle a toujours été là pour lui, elle a été prête à se sacrifier pour lui. Moi je trouve très belle leur relation, et ce personnage restera vraiment mon compagnon préféré.
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 586
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Lun 7 Déc 2015 - 20:54    Sujet du message: [9x12] Hell Bent Répondre en citant

flash a écrit:
Ithyl a écrit:
{{{Vous devez répondre à ce sujet pour voir la partie cachée}}}

Je trouve ça dur comme commentaire. On a le droit de trouver ce personnage génial, intelligent. Elle a été un véritable soutien pour le Docteur, elle a toujours été là pour lui, elle a été prête à se sacrifier pour lui. Moi je trouve très belle leur relation, et ce personnage restera vraiment mon compagnon préféré.


Dur? Désolée. Je vais modifier ma façon de le dire alors. Je ne vous blâme pas de l'aimer, je cherche seulement à comprendre, parce que je ne la vois pas comme vous, de toute évidence. Je vous pose la question.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:24    Sujet du message: [9x12] Hell Bent

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 9 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 919, 20, 21  >
Page 8 sur 21

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com