Doctor Who Forum Index
 
 
 
Doctor Who Forum IndexFAQSearchRegisterLog in


[10x10] The Eaters of Light
Goto page: <  1, 2, 3  >
 
Post new topic   Reply to topic    Doctor Who Forum Index -> Doctor Who -> Saison 10
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Pikoo
[LINDA's Member]

Offline

Joined: 28 Apr 2013
Posts: 230
Localisation: Anywhere in Time and Space
Masculin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Mon 19 Jun 2017 - 16:45    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Même avis que DarkDalek, je vous trouve assez sévère sur l'épisode. (Mais chacun son avis !)

J'ai vraiment passé un bon moment. J'ai bien aimé l'humour de l'épisode. Nardole, le Docteur et Bill très bien écrit. Les personnages secondaires sympathiques.
Oui, un épisode classique, avec un monstre classique (un vrai sans aucune nuance. Quoique... Il a juste faim... Qu'est-ce que pense notre sandwich au bacon, de nous ?), et le Docteur qui joue son rôle de "the man who stops the monsters".
Certes, on arrive à la fin de saison, et on a envie que ça bouge... Mais ça va bouger sérieusement à partir de la semaine prochaine. J'en suis persuadé !

J'aime bien l'idée que l'Histoire déforme la réalité. Ce qu'on imagine des soldats de l'armée romaine ce sont des troupes sanglantes, impitoyables, puissantes. Alors qu'en fait ce n'étaient que des gamins. Même si ça ne change rien aux adjectifs que j'ai cité.

Et la fin est surprenante... Ah Missy... Tellement mystérieuse. Hâte d'avoir le dénouement !

Je pense également l'avoir préféré à l'épisode de la semaine dernière.
_________________
Back to top
Publicité






PostPosted: Mon 19 Jun 2017 - 16:45    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
TheEnginer
[Headless Monk]

Offline

Joined: 14 Jun 2014
Posts: 401
Localisation: Quelque part dans le temp et l'espace
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

PostPosted: Mon 19 Jun 2017 - 18:30    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Pikoo wrote:
J'aime bien l'idée que l'Histoire déforme la réalité. Ce qu'on imagine des soldats de l'armée romaine ce sont des troupes sanglantes, impitoyables, puissantes. Alors qu'en fait ce n'étaient que des gamins. Même si ça ne change rien aux adjectifs que j'ai cité.


Moi je l'ai plutôt compris comme le fait qu'il ne restait qu'eux et que les autres bah ils étaient morts.
Cette fois historiquement les quelques noirs me choquent pas les romains s'en foutaient pas mal de la couleurs des esclaves tant que c'étais gratuit et certains conquis d'afrique sont devenus citoyen voir "nantis" (ils avaient une petite terre et vivaient très bien quoi,certains ont sans doute ouvert des commerces en la vendant,d'autre se sont joué maison dans la prairie...) grace à leurs service millitaire. Pas que les peuples noirs d'ailleurs tout les peuples.
_________________
Back to top
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Les Pommes c'est bon
[Face of Boe]

Offline

Joined: 28 Jul 2012
Posts: 709
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

PostPosted: Tue 20 Jun 2017 - 00:02    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Le fait que les Romains se laissent être considérés comme des gamins est une bonne entorse historique aussi je trouve, plus forcé que les soldats noirs ; ils se considéraient adultes à 16 ans pour les hommes je crois...
Le fait qu'ils traitent Bill, une femme, aussi bien qu'eux est assez bizarre aussi.
Enfin, l'épisode ne se présente pas comme une aventure historique réaliste, donc ça me dérange pas plus que ça.
_________________
Back to top
Tyr
[Master of the Vortex]

Offline

Joined: 18 Jan 2010
Posts: 1,843
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

PostPosted: Tue 20 Jun 2017 - 18:03    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

10X10 The Eaters of light

-But what could do that?
-A complete and total absence of any kind of sunlight.
-Death by Scotland.

La semaine dernière, j’avais déploré le fait que l’épisode, sans être objectivement mauvais, s’adressait à la partie du fandom à laquelle je n’appartenais pas : les fans de la série classique. C’est certes un crime abominable mais dans ma grande bonté j’avais pardonné le fait que parfois les scénaristes n’écrivent pas juste pour me faire plaisir et cherchent aussi à toucher les fans de la première heure, ceux qui ont après tout permis le retour de la série en 2005 : oui, je suis très généreuse.^^
Je dois dire que je craignais fort que The Eaters of light soit là encore destiné au même public : le fait que la scénariste soit la première du new Who à avoir aussi écrit pour la série classique, de plus pour un épisode que je n’avais pas apprécié plus que ça, la bande annonce qui annonçait un stand alone historique (en général mes bêtes noires)… tout cela faisait que je n’étais pas très confiante même si j’apprécie en général beaucoup tout ce qui touche à Rome. Résultat, après deux visionnages, je dois dire que je trouve qu’il s’agit d’un très bon épisode.


I. Le scénario

J’ai eu assez peur les 20 premières minutes. Non, pas devant le monstre de la semaine, à peu près aussi effrayant qu’un Dalek désarmé, mais parce que le scénario est TRES proche de The Empress of Mars. Bill et le Docteur arrivent quelque part dans le but précis de résoudre un mystère dont ils connaissent l’existence mais pas l'explication, sont séparés ponctuellement parce que Bill tombe dans un trou et se retrouvent à devoir empêcher un massacre entre deux groupes qui veulent s’entre-tuer parce qu’ils ne se comprennent pas. On retrouve même encore une fois le trope du « Noir qui meurt avant la fin » (heureusement que Bill est noire également parce que je pense que Moffat commencerait à attirer les critiques sur ce point^^).

En fait, si on veut être pointilleux, l’épisode offre même pas mal de similarités avec le précédent essai whovien de la scénariste, Survival : encore une fois, un portail dimensionnel permet à des aliens chasseurs de tuer des proies humaines et, encore une fois, la haine est un facteur décisif (il faut tout de même avouer que Missy a en revanche plus de classe que le Master version chaton de Survival^^). Heureusement pour moi, la même recette de base ne donne pas forcément le même plat et ce canevas fort classique ne m’a pas laissé une forte sensation de déjà vu, ce qui était clairement le cas la semaine dernière. Qu’est-ce qui a donc fonctionné ?

Déjà, je trouve le décor très chouette. Je déteste les huis clos pour une question de rythme et de claustrophobie visuelle (j’ai tendance à vouloir zapper quand une action se déroule trop longtemps dans le même décor) et avais donc un peu souffert la semaine dernière : les grandes étendues écossaises (enfin, galloises en réalité^^) m’ont donc fait le plus grand bien.

Pour ce qui est du décor historique, si j’ai comme je disais apprécié le fait qu’il mette en scène des Romains, je vais sortir quelques minutes ma casquette (enfin, mon casque) de prof de latin et faire remarquer quelques aberrations. Non, « centurion» n’est pas un synonyme de légionnaire mais un grade d’officier, j’ai donc serré les dents à chaque fois que « Granddad » appelait l’intégralité de ses camarades ainsi (aucun d'eux ne peut avoir ce grade à cet âge, encore moins le groupe entier). De plus, Lucius est bien un prénom Romain mais Cornelius en revanche est un nom de famille : les soldats ne s’interpellent donc pas de la même façon, ce qui est étrange. Heureusement que l’épisode se « sauve » avec une élégante citation de Tacite (« Où ils font un désert, ils disent qu'ils ont fait la paix. »), ce qui a appaisé mon côté classique.^^

Je ne rangerais pas dans la catégorie "erreurs historiques ennuyeuses" la tolérance des Romains de l'épisode concernant la sexualité de Bill, même s’il s’agit d’une TRES grosse approximation (par exemple, le soldat gay risquerait la mort s’il osait fricoter avec un de ses camarades, il n'aurait donc certainement pas fait son coming out ou en tout cas ne plaisanterait pas sur le fait qu'il cherche des hommes plus mignons que son frère d'arme). Cela ne m'a pas dérangée, tout simplement parce qu’il s’agit clairement d’un moment d’humour et que celui-ci fonctionne très bien : j’ai en tout cas bien ri devant la tête de Bill lorsqu’elle réalise qu’elle passe pour adorablement vieux-jeu et « restricted » parce qu’elle se réserve uniquement pour les femmes au lieu d’apprécier le charme des deux sexes comme toute personne moderne.

L’humour est d’ailleurs très présent durant cet épisode et a beaucoup plus fonctionné chez moi que la semaine dernière. J’ai bien ri aux différentes petites piques sur l’Ecosse, aux réflexions sarcastiques du Docteur et à certaines scènes ouvertement WTF comme le moment où, alors que Romains et Celtes sont sur le point de s’entre tuer derrière eux, Bill et le Docteur, tout contents de se retrouver, discutent tranquillement de leur pari pendant que Nardole mange du pop corn.

J’ai aussi beaucoup aimé le trollage très Moffatien (je parie d’ailleurs que la réplique est de lui) lorsque le Docteur avoue avoir été une vestale, rôle bien sûr réservé aux femmes, ce qui relance encore une fois le thème de l’aspect possiblement gender fluid du Docteur selon ses incarnations tout en rappelant également l’asexualité dont il fait preuve durant la majorité de celles-ci. J’ai d’autant plus ri que Nardole semble ne trouver surprenant que le fait que le Docteur ait été une vestale « de seconde classe » et que ce dernier lui réponde par un équivalent du « I’ll explain later ».

Enfin, j’ai bien ri aux allusions plus ou moins subtiles aux Monty Pythons. Ainsi, le Docteur se moque de l’affirmation de Kar selon laquelle elle a détruit la légion en lui disant « What did you do? Throw your action figures at them? » (référence au « What are you going to do ? Bleed on me ? » de Arthur au chevalier noir dans Sacré Graal) et le moment où Kar énumère les atrocités des Romains et que le Docteur l’interrompt pour faire remarquer qu’ils ont tout de même apporté les toilettes intérieures ressemble fort au célèbre dialogue « What have the Romans ever done for us ? » de La vie de Brian (ici si vous voulez découvrir la scène, c'est ici https://www.youtube.com/watch?v=Y7tvauOJMHo ).

Pour ce qui est de Nardole, si je persiste à le trouver en bonne partie inutile dans cette saison, j’apprécie qu’il nous ait enfin dévoilé le sort de la Marie –Celeste (en précisant même pourquoi le canot de sauvetage n’a jamais été retrouvé^^). Je pense néanmoins que son utilisation comme simple comic relief est un gâchis : la série est assez drôle pour s’en passer (en ce qui me concerne, ce n’est presque jamais lui qui me fait rire) et son temps d’écran aurait été mieux employé à étoffer le fil rouge ou, mieux encore, à faire venir Missy dans le TARDIS quelques épisodes plus tôt. Je n’aurais VRAIMENT pas dit non à un trio Bill-Twelve-Missy de 4 épisodes (pas plus cependant, il ne faut pas abuser des bonnes choses et il fallait de toute manière du temps pour que le duo Bill-Twelve se construise).

L’utilisation de la musique dans l’épisode est également très intéressante, assez pour que même moi m’en aperçoive (je n’ai aucune oreille musicale). Omniprésente en arrière-plan, elle devient au fil du temps personnage à part entière : elle sert à attirer le monstre de la semaine (« it homes in on sound »), permet au Docteur d’éviter de dévoiler son plan à Bill en l’interrompant juste au bon moment, gagne la capacité (comme le Docteur) de traverser l’espace-temps et prévient même le spectateur attentif que Missy est dans le TARDIS (la musique qu’on entend juste après le moment où le Docteur indique justement que « music is funny like that » est très proche de son thème). Cette dernière semble d’ailleurs aussi peu musicienne que moi : non seulement elle a beaucoup de mal elle aussi à entendre la musique mais elle ose, sacrilège, chercher à cacher la guitare du Docteur.

Quant au scénario, s’il ne brille pas par son originalité, j’ai trouvé comme la semaine dernière (décidément, les deux histoires sont proches) que l’effet miroir était fort intéressant. Miroir bien sûr entre les deux clans qui s'affrontent, les Romains et les Celtes : tous deux ont perdu tous leurs adultes et ressentent une honte qu'ils cherchent à expier (les Romains pour avoir fui et les Celtes, du moins Kar, pour avoir causé l'évasion du monstre). Cet effet miroir est d'autant plus visible que Bill et le Docteur vont du coup se retrouver à avoir des conversations très similaires avec leur groupe respectif pour les motiver : tout d'abord les rassurer sur le fait que leur peur n'a rien de honteux avant de leur faire comprendre qu'il faut l'affronter. “You're not cowards. You're scared. Scared is fine, scared is human. But I'll tell you what it isn't. It isn't a plan.” déclare Bill aux Romains pour les pousser à sortir de leur trou et affronter le monstre. Quant-au Docteur, il répond à Kar qui avoue sa peur “Who isn't? But you've still got to face your beast anyway.”

Mais l'effet miroir le plus évident est bien sûr entre Kar et le Docteur, ce que l'on réalise dès que l'on apprend que Kar a causé le massacre en libérant le monstre. Twelve semble ne pas réaliser tout de suite cette ressemblance et se permet tout d'abord de la rabrouer et de critiquer vertement sa décision : « To protect a muddy little hillside,you doomed your whole world”. C'est certes vrai mais un peu hypocrite de la part de celui qui a longtemps cru avoir sacrifié sa planète et une bonne partie de la galaxie pour sauver le reste de l'univers. On retrouve également cette ressemblance entre les personnages (ainsi que la mauvaise foi du Docteur) lorsqu’il l’accuse de ne pas être efficace en lui disant « you just stand around making speeches », ce qui est en gros la marque de fabrique du Docteur.

Il se rend cela dit vite compte que Kar est son miroir et profite de cette ressemblance pour la conseiller. Ainsi, lorsqu'il demande les raisons de son silence et qu'elle admet se souvenir des morts, il lui répond “Save that for old age” puis, lorsqu'il comprend qu' elle est paralysée par le remord, il admet leur ressemblance afin de la pousser à ne pas faire les mêmes erreurs que lui : “You know, every moment you waste wallowing about in that happy thought means more of the living are going to join them. When you want to win a war, remember this... it's not about you.Believe me. I know.”

L'effet d'écho dans l'épisode est enfin symbolisé par le corbeau qui répète encore et encore le même message à travers les âges. Cet écho symbolique est d'ailleurs souligné par l'erreur d'interprétation récurrente du Docteur. Ainsi, il accuse Kar de bouder lorsqu'il la voit silencieuse mais celle-ci le détrompe aussitôt en lui disant qu'elle se souvient des morts ; or, en début d'épisode, Twelve accusait les corbeaux d'avoir cessé de parler à notre époque parce qu'ils boudaient devant le manque de conversation des humains et on réalise à la fin qu'ils ne boudent pas mais se souviennent eux aussi des morts, en particulier de Kar, en répétant son nom. J'ai trouvé cette utilisation des corbeaux très poétique (il faut admettre que c'est nettement plus classe que de nommer une vache en son honneur^^), d'autant plus que le corbeau est traditionnellement assorti à la Morrigan, la divinité guerrière qui annonce la mort des combattants dans la mythologie celtique.

Pêle-mêle, j’ai apprécié le retour d’une tonalité plus onirique et poétique que le Docteur lui-même semble ressentir lorsqu’il compare la situation à un conte de fée (« there's a big bad wolf of a monster out there and you live in a house of sticks. »). Je me suis également demandée si le fait que Kar libère une force qu’elle ne maîtrise pas pour empêcher une évasion et se retrouve à causer également le malheur de sa tribu n’est pas une référence voilée à Trident, le programme nucléaire britannique, justement situé en Ecosse et sujet à débats houleux ces derniers temps : il est cela dit possible que j’extrapole, ce ne serait pas la première fois.^^


II. Bill et le Docteur

J’avais un peu abandonné cette partie sur les deux personnages principaux ces derniers temps vu que leur relation était plus stable et creusée mais je pense qu’il y a pas mal à dire cette semaine sur le sujet.

J’apprécie toujours beaucoup le personnage de Bill et je la trouve très bien utilisée ici. Sa séparation du Docteur dans la première partie de l’épisode lui permet de prendre de l’indépendance et de montrer au public qu’elle est parfaitement capable de se débrouiller seule. Elle prend ainsi rapidement le contrôle du groupe de Romains non pas, comme le Docteur (ou Clara d’ailleurs) l’aurait fait, en affirmant avoir un plan, en s’imposant et, pour reprendre la très bonne description de Bill, « usually by annoying them » mais en utilisant calmement la raison et l’honnêteté : « If you come with me, I can't promise that you won't all die. But I can promise you this ; you won't all die in a hole in the ground. »

On retrouve aussi ici un de ses traits de caractère assez unique (et franchement pas évident à écrire vu la longévité de la série) : sa capacité à mettre le doigt sur des aberrations du canon que les fans n’avaient pas encore relevées. Après avoir par exemple remarqué que l’acronyme TARDIS ne marche qu’en anglais, voilà qu’elle remarque ce qui aurait dû nous sembler évident mais que j’avoue sans hésiter n’avoir jamais réalisé : le TARDIS ne se contente pas de traduire, il s’occupe aussi de la synchronisation labiale. Étrangement, sa perspicacité sur ce sujet semblait être en veille le reste du temps puisqu’elle ne réalise qu’à l’épisode 10 qu’il n’est pas normal que l’univers entier (aliens, gens du passés, humains du futur…) parle sa langue. Elle se rattrape néanmoins en utilisant sa culture geek pour deviner que le TARDIS et/ou le Docteur (la symbiose des deux je pense) génère un « télépathic field » permettant à tout le monde de se comprendre (sauf les Judoons… et les bébés… et les chevaux… et les papes italiens…oui, bon, c’est Doctor who, pas une science exacte !).

Bill est également assez sûre d’elle dans cet épisode pour tenir tête plusieurs fois au Docteur. D’abord académiquement en prétendant en savoir plus que lui sur un point d’histoire romaine mais également, et c’est plus important, en refusant d’accepter aveuglement ses décisions. Ainsi, lorsque le Docteur affirme avoir un plan pour que les Pictes n’aient pas à se sacrifier, elle proteste « - Which is the part you never tell me! », ce qui est effectivement un doctorisme récurrent qui n’a rien à voir, comme il tente de le faire croire, avec le fait qu’il soit toujours interrompu (et beaucoup avec le fait que cela permette au scénariste de créer un effet de surprise sur la résolution^^). De même, lorsqu’elle comprend enfin que le Docteur compte se sacrifier, elle proteste énergiquement et n’hésite pas à conclure à la fin « You're wrong, Doctor. It's their destiny, not yours. »

Bill n’est évidemment pas la première compagne capable de tenir tête au Docteur, cela fait partie de ses attributions traditionnelles et Bill est loin d’être la plus énergique sur cet aspect (coucou Donna^^), mais ce trait de caractère est d’autant plus intéressant que sa relation avec le Docteur n’est pas égalitaire. Elle est son élève et il est son mentor, elle est très jeune et il a dépassé les 2000 ans et, si elle a compris depuis Thin Ice qu’il n’est pas parfait et a commis beaucoup d’actes très discutables, il est évident qu’elle a pour lui une admiration sans bornes que les précédentes compagnes dissimulaient un peu plus. Il suffit de voir la manière quasi religieuse dont elle parle de lui aux Romains : « Come and meet him. He came here to meet you. He's met loads of people like you. The terrified, the desperate. And he always helps. He always makes a difference. » Après des années de “super compagnes”, je trouve très rafraichissant de retrouver une compagne encore subjuguée par le mythe du Docteur mais qui apprend malgré tout, petit à petit, à lui tenir tête. J’espère que Bill aura droit à une autre saison pour que cette évolution se poursuive.

Mais ce qui est pour moi un des aspects les plus intéressants de l'épisode est la caractérisation (et le jeu) du Docteur. Je l'ai trouvé absolument délicieux tout au long de l'épisode, bien sûr parce que Capaldi est un excellent acteur mais aussi parce que nous avons droit cette semaine à un échantillon de tout ce qui fait du Docteur un personnage fascinant.

On retrouve ainsi dès le début sa caractérisation de base : le fait qu'il s'agisse avant tout d'un héros qui non seulement ne recule pas devant le danger mais le recherche activement. Il le résume parfaitement lorsqu'il explique à Nardole « we're looking for the maximum danger in the immediate area and walking right into it.” En bon héros, il est bien sûr prêt à faire l'ultime sacrifice et à passer sa vie (enfin, ses vies) à défendre la Terre contre les monstres de la semaine pour que la tribu celte n'ait pas à le faire, répondant à Bill qui lui fait remarquer que ce n'est pas son boulot “It's who I am.I've been standing by thegates of your world, keeping you all safe, since you crawled out of the slime. I'm not stopping now! ». J'ai également trouvé très doctoresque les outils qu'il utilise cette semaine : pas d'armes bien sûr, et ce malgré le fait qu'il se fasse menacer environ la moitié de l'épisode, mais le bluff, le refus de montrer la moindre peur, une sorte de loupe et... un paquet de pop corn.

Cet épisode est également l'occasion pour le Docteur de se livrer à son activité favorite, faire de beaux discours épiques et inspirés. J'ai déjà parlé du moment où il parvient à redonner du courage à Kar en lui disant d'affronter sa peur mais le passage le plus réussi sur ce point est à mon avis le moment où il parvient à convaincre les Celtes et les Romains de ne pas s'entre-tuer. Son ton est parfait et il est possible que je me sois repassée plusieurs fois la scène juste pour le plaisir de voir Capaldi en mode professeur en colère exigeant le calme dans sa classe (j'en profite pour prendre des notes au cas où cela fonctionnerait avec les 6emes surexcités par la fin de l'année^^) : « OK, kids, pay attention. She slaughtered your legion. You slaughtered everything that she loves. Now you all have a choice. You can carry on slaughtering each other till no-one is left standing, or you grow the hell up! Because there's a new war now.” Dans le même genre, tous les moments où il ne montre aucune inquiétude mais beaucoup d'irritation face aux enfants celtes qui le menacent sont très drôles, surtout par contraste avec la peur visible de Nardole.

Mais tout fan sait que malgré ses nombreuses qualités le Docteur est loin d’être parfait. On retrouve donc aussi cette semaine la mauvaise foi caractéristique du personnage. C'est d'ailleurs un point que l'ère Moffat explore assez souvent, les Docteurs de ces dernières années ayant une tendance encore plus nette qu’avant au « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». On le voit, comme je le disais précédemment dans sa manière de critiquer Kar qui se comporte pourtant comme son double mais aussi lorsqu'il tente d'empêcher la 9eme légion et les Celtes de combattre le monstre en leur disant « Oh, stop being brave. I can't bear brave people”… alors même qu'il est sur le point de se sacrifier pour eux.

Cette mauvaise foi est bien sûr loin d’être l’aspect le plus gros défaut du Docteur. A ma grande joie (j’aime beaucoup quand cet aspect de son caractère est évoqué), nous pouvions deviner dès le début de l’épisode que nous allions avoir droit à un petit aperçu du côté obscur du personnage puisque le corbeau, qui répète les derniers mots qu’il entend, se met soudain à croasser « Dark…Doctor ». Et en effet, si nous sommes tout de même bien loin du Time Lord victorious, nous avons en revanche droit à un Docteur revêche qui refuse de faire des efforts (« I'm against charm») et se montre parfois méprisant comme lorsqu’il évoque encore une fois le « hilarious lifespan » des humains Mais surtout nous avons droit au grand retour de ce trait de caractère que Danny Pink avait si bien repéré dans la saison 8 (et Davros avant lui avec d’autres mots) : le Docteur « officier » qui pousse ceux qui l’entourent à se battre et, parfois, à mourir. Il est évident que les incessants « time to grow up » et « time to fight » qu’il répète aux Celtes et en particulier à Kar ont fortement influé sur leur décision finale de se sacrifier et c’est d’autant plus triste que ce n’était clairement pas son intention. Ma théorie est que l’effet miroir entre Kar et lui l’a poussé à se montrer aussi dur avec elle qu’il ne l’est avec lui-même ; rien d’étonnant à ce qu’elle ait du coup décidé d’agir comme lui l’aurait fait.

Enfin, même si sa décision de se sacrifier et de passer ses vies à combattre les monstres voulant passer le portail est très généreuse, elle respire l’hubris : il ne dévoile son plan qu’au dernier moment, ne demande son avis à personne, tente de refuser aux jeunes héros le droit de faire eux-même ce sacrifice et s’exclame même « No-one else can do this, not like I can », ce qui est bien sûr la vérité (aucun d’eux n’est quasi immortel) mais rappelle encore une fois la tendance du Docteur à penser qu’il est systématiquement la meilleure voire unique solution pour chaque problème.

Bref, nous avons droit cette semaine à un Docteur toujours héroïque et profondément attachant (en particulier dans son refus total d’envisager une seconde que Bill est morte) mais beaucoup moins humain et chaleureux que durant le reste de la saison : je lui ai personnellement trouvé pas mal de ressemblance avec sa caractérisation de la saison 8 même s’il est tout de même plus accessible. Nardole lui-même en rajoute d’ailleurs une couche lorsqu’il lui dit en fin d’épisode « I know you're inclined to bear a grudge, so just remember I know about 10% of your secrets. The dark secrets. », rappelant ainsi une dernière fois aux spectateurs que le Docteur est tout à fait capable d’être rancunier et qu’il a un certain nombre de squelettes dans son placard.


III. Missy

Cette semaine, la scénette Missy que nous avons pris l’habitude de retrouver régulièrement ces dernières semaines (quand je vous dit qu’il y a une certaine ressemblance avec la saison 8 !^^) dure cinq bonnes minutes puisque le Docteur a apparemment décidé de l’embaucher comme mécanicienne après avoir pris un ensemble de précautions que nous savons tous être insuffisantes. Elle est « biolocked » et ne peut donc pas toucher aux commandes ni sortir du TARDIS ? Cela ne l’empêche pas de saboter la machine ou, tout simplement, de passer outre le biolock si elle régénère (je suppose qu’elle n’aurait alors plus le même ADN). Sans compter qu’il m’a toujours semblé assez clair que le Master maîtrisait mieux la technologie timelord que le Docteur, qui ne sait déjà pas conduire correctement son TARDIS, et que je pense donc que Missy n’aura pas trop de mal à trouver une parade même sans avoir à régénérer.

De plus, je sais bien que l’empathie n’est pas la qualité première de Twelve mais il aurait tout de même pu se souvenir que la dernière fois que le Master a touché au TARDIS il l’a cannibalisé et transformé en machine à paradoxe, ce qui ne lui a à mon avis pas beaucoup plu. Je doute que le TARDIS soit ravie de son nouveau mécano même si je ne doute pas en revanche qu’elle soit beaucoup plus compétente que le Docteur, qui n’est même pas fichu de faire la maintenance de base. Bref, ce plan me parait profondément foireux, ce qui bien sûr ne veut pas dire qu’il s’agit d’une mauvaise idée scénaristiquement parlant.

Déjà, c’est totalement en accord avec la caractérisation du Docteur. On se souvient qu’il était prêt à garder Master Simm avec lui après la saison 3 alors même que ce dernier l’avait emprisonné et humilié des mois durant, c’est donc d’autant plus vrai pour cette incarnation qui semble prête à faire des efforts et pourrait ressentir du remord. Lui qui était prêt à sacrifier de son énergie vitale pour Davros, son pire ennemi, simplement parce qu’il le croyait mourant et un minimum repentant, comment pourrait-il résister à la possibilité de retrouver son plus vieil ami ?

« That's the trouble with hope. It's hard to resist» avoue-t-il à la fin de l’épisode, et on sait tous que le Docteur préfèrera se faire avoir encore et encore plutôt que de laisser passer une telle chance de retrouver l’amitié de la seule personne qu’il considère comme son égal. Je suis d’ailleurs persuadée que c’est d’elle qu’il parle lorsque Bill demande si, lorsque l’on comprend l’univers tout entier, tout le monde donne l’impression d’être des enfants et qu’il répond qu’il y a des exceptions. Bref, si ce plan du Docteur a un potentiel de capotage énorme, c’ est en tout cas totalement son style. Nul doute de toute manière qu’il a échafaudé un plan de secours pour le cas où Missy s’ avérerait ne pas être sincère, ce qui est tout de même assez probable.

Enfin, et surtout, quelle bonne idée pour le fil rouge ! J’adore Missy (c’est mon incarnation favorite du Master) et je me régale d’avance à l’idée de la voir intégrer même brièvement la team TARDIS. Je suis d’ailleurs ravie de constater que, comme en saison 8 où elle passait son temps à regarder les épisodes sur son I pad, elle persiste cette année à exploser joyeusement le quatrième mur. Elle a donc cette semaine suivi avec nous les aventures du trio via l’écran du TARDIS et a même eu la possibilité de critiquer l’épisode (j’avoue avoir reposé mon stylo avec une certaine gêne devant le « Oh, is she reviewing us now? » indigné de Nardole^^).

En bonne revieweuse, lorsque le Docteur lui fait remarquer que, malgré sa très bonne compréhension générale, elle n’a clairement pas fait attention à la bande son (ce que j’ai là aussi pris assez personnellement vu que c’est un problème récurrent chez moi^^)… elle se la repasse en boucle une fois qu’elle se croit seule ! Franchement, c’est la moindre des choses vu que son premier essai de review (« All those little people, trapped in a hill, fighting forever. Is that really up to your bleeding heart standards? ») est tout de même sacrément succinct et montre qu’elle a clairement raté tout l’intérêt de l’épisode.


Pour conclure, j’ai vraiment beaucoup apprécié cet épisode. Il n'est clairement pas très original et donne tout d’abord l’impression d’être un stand alone classique mais il est bien construit et plein d’humour et Bill et le Docteur ont vraiment la possibilité de montrer tout leur intérêt (et celui de leurs acteurs). Quant-à la fin, elle est fort alléchante (sans compter le next time, dont je parlerai en spoiler).

Si j’avais un défaut à lui reprocher, outre son peu d'originalité, c’est son placement dans la saison. A l’exception des minutes avec Missy, je trouve que l’épisode est bien trop tardif et qu’il aurait vraiment gagné à être placé en cinquième position, après Knock Knock. Déjà, le fait qu’il soit juste après The Empress of Mars met évidemment le doigt sur la grande similarité des scénarios alors que je suis persuadée que cela n’aurait pas été visible s’ils avaient été espacés de quelques épisodes. De plus, il aurait été à mon sens préférable que la nouvelle compagne et les nouveaux spectateurs découvrent en début de saison ce Docteur ambigu, certes héroïque mais revêche et orgueilleux, d’autant plus que Thin Ice avait déjà dévoilé à ceux-ci son côté obscur.

Quant-à Bill, son aspect très débrouillard aurait peut-être gagné à ne pas être aussi tardif : après Clara la compagne très (parfois trop à mon avis) compétente, Bill semble par contraste assez peu efficace, ce qui est comme je l'ai dit normal vu sa jeunesse et sa relation inégalitaire avec le Docteur mais a dû agacer une partie du public (encore une fois, je fais partie de ceux qui apprécient ce changement donc je peux me tromper sur ce point). Ce contraste avec les compagnes précédentes aurait pu être atténué si nous l’avions vu se comporter ainsi dès l’épisode 5, d’autant plus que le mélange d’indépendance et de foi totale en son Docteur dont elle fait preuve cette semaine donne vraiment l’impression qu’elle est en transition et en train de se construire en tant que compagne.

Enfin, dernier argument pour un placement en cinquième position, je trouve illogique qu’une geek comme Bill ait mis autant de temps à réaliser qu’il n’est pas normal que tout l’univers parle anglais : son expérience avec les robots et humains de Smile (dans un futur lointain) et avec l’Angleterre du 19eme siècle dans Thin Ice aurait dû suffire à la mettre sur la voie et le fait qu’elle réalise immédiatement qu’il doit s’agir d’un champ télépathique généré par le TARDIS met encore plus l’accent sur cet étrange aveuglement de sa part. Bref, je pense qu’une bonne partie de ce que l’on peut objectivement reprocher à cet épisode est dû à son placement tardif et c’est un peu dommage.

Pour finir (pour de bon, juré^^) sur le next time :
Il semblerait que le 4eme mur continue à prendre des coups la semaine prochaine avec cette fois ci le Docteur dans le rôle du revieweur, j’ai hâte. Et oui, il est possible que j’aie poussé un petit cri de fangirl fort peu distingué à l’arrivée de Master Simm (qui a donc désormais sa barbichette, qu’on ne me fasse pas croire que cette saison n’est pas un immense hommage à la série classique^^).

Ma théorie : Missy désire réellement changer mais son moi du passé va l’en empêcher. Or, comme elle se souvient de son propre passé, elle sait déjà qu’elle va échouer. Ses larmes en fin d’épisode sont donc sincères parce qu’elle sait qu’elle ne va pas tarder à trahir le Docteur mais ne peut pas s’en empêcher vu que cela s’est déjà produit dans sa timeline et qu’elle ne peut pas changer son propre passé. Cela permettra donc à Moffat de nous caser un petit timey wimey avant de conclure la saison, le pauvre doit commencer à trembler devant tout cette linéarité.^^


Sur ce, je file lire vos commentaires en espérant que personne n’ait la même théorie que moi cette fois ci. A quoi ça sert de me planter quasi systématiquement si je ne suis en plus même pas originale ?^^
_________________


Last edited by Tyr on Wed 21 Jun 2017 - 10:34; edited 1 time in total
Back to top
Ithyl
[Master of the Vortex]

Offline

Joined: 22 Apr 2013
Posts: 1,650
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

PostPosted: Tue 20 Jun 2017 - 21:50    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Bonne critique Tyr@ comme toujours. Désolée de te l'apprendre, mais certains ont eu des théories qui se rapprochent de la tienne. J'y ai moi-même pensé, bien que je ne l'ai pas écrit.

Pour ce qui est de Bill, je pense aussi qu'elle gagnerait à avoir une deuxième saison, même si j'ai l'impression que Chibnall fera table rase sur tout. C'est dommage puisque Bill est la seule compagne de l'ère Moffat que j'apprécie et c'est un peu injuste comparée à Amy qui a eu 2 saisons et demi et Clara même chose + le spécial 50e et un christmas special supplémentaire (je pense).
Back to top
DarkDalek
[Face of Boe]

Offline

Joined: 30 Apr 2010
Posts: 579
Localisation: Dans le vasseau dalek
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Tue 20 Jun 2017 - 22:58    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Un petit bémol sur ta théorie Thyr Mais exellente critique comme d'habitude.

Il n'y a pas une règle dans les épisodes Multi Doctors comme quoi les anciennes incarnations ne se souviennent pas de la rencontre avec les futurs? Dans l'épisode des 50 ans il est dit que 10 ne se souviendra pas de tout ça, pas plus que 11 avant de le revivre (alors qu'il l'a déja vécu 2 fois). Logiquement donc Missy ne devrait pas se souvenirs de sa rencontre avec Master-Simm? Cette règle est nulle et une gros facilité scénaristique mais elle existe logiquement.
Back to top
Alark
[Face of Boe]

Offline

Joined: 31 May 2013
Posts: 855
Masculin Poissons (20fev-20mar)

PostPosted: Tue 20 Jun 2017 - 23:01    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

11 le vit pour la première fois dans l'épisode des 50 ans...
C'est plutôt que le War Doctor et Ten qui ne s'en souviennent pas.
(tu fais surement partie de ceux qui comptent le War Doctor en tant que Nine et décalent tout... lol)

Bon épisode, je pense que les épisodes finaux vont être intenses ! Smile
_________________
Hermit, Devil, Emperor, Death
The Alpha & Omega made by Faith
Back to top
DarkDalek
[Face of Boe]

Offline

Joined: 30 Apr 2010
Posts: 579
Localisation: Dans le vasseau dalek
Masculin Lion (24juil-23aoû) 猪 Cochon

PostPosted: Wed 21 Jun 2017 - 10:41    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Non selon la Time Line du Docteur dans l'ordre, War le vit pour la 1ère fois et oublie, 10 pour la seconde fois et oublie et 11 pour la 3ème fois et s'en souvient tout en ayant oublié les 2 fois précédentes. 10 et 11 ont donc l'impression de vivre les événements pour la 1ère fois mais c'est faux.
Back to top
Tyr
[Master of the Vortex]

Offline

Joined: 18 Jan 2010
Posts: 1,843
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

PostPosted: Wed 21 Jun 2017 - 11:44    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Merci Ithyl et DarkDalek.


Et pour en revenir à ce débat (ma théorie tombe effectivement à l'eau mais j'ai l'habitude^^)
J'avais effectivement oublié que les Docteurs des incarnations précédentes ne se souvenaient pas des moments où ils interagissent avec leur moi futur, mais du coup... 11 ne devrait se souvenir de rien non plus vu que Twelve participe à l'envoi de Gallifrey dans le pocket universe. Certes on ne voit que ses yeux mais il est là. Smile


Et sinon, par rapport au next time
Les fans de Game of Thrones, vous trouvez pas que Master Simm, entre ses habits et sa barbiche, ressemble vachement à Littlefinger? Smile

_________________
Back to top
TheEnginer
[Headless Monk]

Offline

Joined: 14 Jun 2014
Posts: 401
Localisation: Quelque part dans le temp et l'espace
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

PostPosted: Wed 21 Jun 2017 - 19:50    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Très intelligent je pense pour ma part que ce master simm v3 (j'espère bien que ce n'est pas celui de End of time )sera plus anti-héro que d'habitude,le retour du laser présage un simm mur et doctorisé qui à surement vécu des aventures qu'on verra jamais et avec son propre tardis.

_________________
Back to top
ICQ AIM Yahoo Messenger MSN GTalk/Jabber Skype
Gérard
[Bad Bad Beans]

Offline

Joined: 15 Aug 2010
Posts: 3,581
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

PostPosted: Sat 24 Jun 2017 - 19:09    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Titre français de l'épisode, d'après iTunes : "Les Mange-Lumière".
_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Back to top
onill
[Centurion solitaire]

Offline

Joined: 25 May 2012
Posts: 89

PostPosted: Sun 25 Jun 2017 - 16:46    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

bon dieu, la fin , je m'y attendais pas
Back to top
Loki67
[Ood]

Offline

Joined: 05 Jun 2017
Posts: 11
Localisation: FRANCE
Féminin

PostPosted: Sun 2 Jul 2017 - 10:28    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

:O quel épisode. J'ai vraiment hâte de voir le final.

Cette saison 10 était, pour moi et jusqu'à là, sans grand frisson. J'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'un "remake" de certains épisodes des saisonss précédentes : robots émoticones qui me faisait penser aux robots d'Amy POUND qui attend le docteur, les romains, les moines qui me rappellent le silence....

Mais alors là j'avoue que je suis scotchée.
Back to top
Ledru Rollin
[Face of Boe]

Offline

Joined: 08 Nov 2013
Posts: 702
Masculin

PostPosted: Tue 1 Aug 2017 - 20:13    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Malgré le rythme un peu lent, cet épisode ne m’a pas déplu… Bon, c’est le genre d’épisode un peu calme avant le final de la saison.
L’ambiance de la tension entre les romains et les celtes n’est pas sans rappeler l’audio historique The Wrath of the Iceni où il est question de l’invasion romaine en Angleterre ; bien qu’ici il s’agit de l’Écosse. Dans les deux cas, la chef des celtes est assez têtue, et prête à tout pour défendre son peuple. Il est toutefois curieux ici de voir le Docteur avoir un parti pris pro-Romain (où plutôt il défend l’idée que les Romains apporteront quelque chose, et pas seulement de la destruction), mais le fait bien sûr qu’il connaisse notre histoire fait aussi qu’il ne va pas chercher à la changer.
Comme dans l’épisode précédent, on retrouve un soldat noir, et cette fois ci même gay. Le fait qu’il soit autant mis en avant, et après lecture des commentaires de l’épisode précédent, me semble un gag tout à fait assumé de l’obligation de caser des personnages de couleurs même dans les épisodes historiques, quitte à faire un gros WTF à ce que l’on se serait attendu de l’époque. On est dans Doctor Who hein, on peut se permettre un peu de légèreté ! (toutefois ce n’est pas non plus si innocent, j’y reviendrais plus tard)

Le discours de Bill dans la grotte au sujet de Doctor n’était aussi pas sans rappeler celui de Martha dans le final de la saison 3.
En parallèle à cela quand Nardole essaye de sociabiliser avec ses popcorns, et que le Docteur n’approuve pas, ça fait bien fait rire car à mes yeux Nardole ne faisait qu’imiter le quatrième Docteur et ses jelly babies. Le Docteur a-t-il tant changer que cela ?

Ensuite, la Gate et le Monstre sont des concepts assez usuels dans la série… L’épisode n’est pas franchement nouveau sur ces points, mais, dans l’idée où cette saison est un nouveau départ pour des nouveaux spectateurs, cela ne me choque pas tant…
J’ai par contre eu un peu plus de mal avec l’idée que les corbeaux savent parler, sans que ce soit expliqué (ou plutôt par « ils ont toujours su parler, et s’ils disent désormais ‘kra kra !’ c’est qu’ils se souviennent) ; ou bien – si j’ai bien compris — que le Eater of Light soit alors responsable de la luminosité affaiblie en terre d’Écosse… (enfin prenons-le comme un gag, comme le « dead by Scotland » de Nardole qui m’a bien fait rire !)… Et aussi, je ne suis pas certain de comment les personnages vont survivre éternellement derrière la ‘gate’, ce n’est pas très clair… j’ai toujours un peu de mal avec les scénarios où une sorte d’action magique réglant le problème permet aussi de se désengager des limitations humaines/physique des personnages…
J’interprète pour ma part la motivation du sacrifice du Docteur non comme une envie de se mettre en avant comme le héros ou le sauveur, mais plutôt comme une réelle volonté de se sacrifier, un peu comme Clara a terminée… une envie peut-être de fuir aussi ses responsabilités (le vault ?) et vouloir payer le prix pour quelque chose qu’il aurait dans sa conscience ?!

Quant au retour de Missy, cela n’apporte rien de neuf pour l’instant si ce n’est que le Docteur n’est pas forcément dupe par rapport aux résultats de sa thérapie, mais que par sentimentalisme il risque de prendre des risques… a voir ce qu’il va se passer dans le final !
Back to top
Gérard
[Bad Bad Beans]

Offline

Joined: 15 Aug 2010
Posts: 3,581
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

PostPosted: Wed 2 May 2018 - 16:55    Post subject: [10x10] The Eaters of Light Reply with quote

Une pensée qui m'est venue en écoutant le CD de la saison 9 : et si Moffat avait voulu faire cet épisode pour s'excuser auprès des corbeaux, à qui il avait fait une mauvaise réputation avec "Face the Raven" ? A méditer.
_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 20:28    Post subject: [10x10] The Eaters of Light

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Doctor Who Forum Index -> Doctor Who -> Saison 10 All times are GMT + 1 Hour
Goto page: <  1, 2, 3  >
Page 2 of 3

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group