Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[11x09] It takes you away
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 11
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nanou
Time Lord

En ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 3 606
Localisation: Lyon
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 1 Déc 2018 - 14:46    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant



Scénaristes : Ed Hime, Joy Wilkinson - Réalisateur : Jamie Childs


synopsis a écrit:
On the edge of a Norwegian fjord, in the present day, The Doctor, Ryan, Graham and Yaz discover a boarded-up cottage and a girl named Hanne in need of their help. What has happened here? What monster lurks in the woods around the cottage - and beyond?


Bande annonce :



diffusion BBC1 le 2 décembre 2018 à 19h30 - France 4 le 6 décembre 2018 à 22h
_________________

*a-Matt-Smith-pour-son-birthD-et-est-sur-David*
des bananes dans le void
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Déc 2018 - 14:46    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lecrivaindujour
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2013
Messages: 433
Masculin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 2 Déc 2018 - 20:26    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Eh beh.
Bah c'était un très bon épisode, je pense. Très créatif et émotionnel. Un message sur la façon de gérer son deuil vraiment très intéressant. Non, franchement, c'était bien écrit.
Bon, aucun environnement vraiment bien original (même l'Antizone était relativement classique), ni aucune musique particulièrement mémorable, comme pour le reste de la saison. Mais c'était quand même de très bonne qualité.
_________________


Dernière édition par Lecrivaindujour le Dim 2 Déc 2018 - 20:28; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 833
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Dim 2 Déc 2018 - 20:28    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES!
Non, l'épisode n'est pas parfait mais il est bon et le Docteur y est top. Ca fait vraiment plaisir d'avoir enfin un épisode à la hauteur de son casting. Je devrais être plus motivée pour faire ma review même si les gilets jaunes ont arrêté de bloquer chez moi et que j'aurai donc moins de temps. Smile
_________________
Revenir en haut
burns
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2010
Messages: 102
Masculin

MessagePosté le: Dim 2 Déc 2018 - 21:43    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

J'ai plutot aimé l'épisode.
Je me demandais bien ou nous amenait l'intrigue au début avec la maison un peu abandonné (pis le titre de l'épisode qui m'induisait forcément en erreur en pensant que les bestioles dehors venaient embarquer les gens :p )
Vu que ça trainait un peu, je me disais qu'on allait peut etre avoir un gros double épisode pour finir, mais non.

Bon j'ai un peu eu l'impression que Ryan change quand même d'avis sur Graham rapidement, meme s'il faut considérer qu'ils ont eu des aventures hors épisodes qui ont pu les rapprocher, je ne sais pas, ça me perturbe un peu qu'il balance son
"grand père" comme ça.


J'ai pas pu m'empécher de sourire au
"reverse the polarity" de Yaz et du docteur qui aime ça :p


Et pour finir j'ai jeté à la poubelle mes derniers espoirs de fil rouge vu le nombre d'épisodes restants, j'ai meme pas l'impression qu'on approche d'une fin de saison honnètement.
Mais bon au point ou on en est, j’attends le dernier pour avoir quand même un avis plus complet.


edit : on dirait pas comme ça parce que c'est des détails mineurs... mais fallait les mettre sous spoiler au cas où Wink
Revenir en haut
Nanou
Time Lord

En ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 3 606
Localisation: Lyon
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 2 Déc 2018 - 22:50    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Burns, il n'y a aucun fil rouge cette saison, Chibnall l'avait annoncé depuis longtemps Wink


très bon épisode, un poil WTF vers la fin Mr. Green
j'avoue la grenouille qui parle, fallait la faire, j'en pouvais plus


autre chose :

et cette histoire de space consciousness, ça me rappelle les bouquins de Gini Koch : sa série Alien Collective, on a un personnage de conscience spatiale dedans et ça traite des questions du libre arbitre, du passé/présent/futur, des conséquences si on agit contre l'ordre des choses etc... très bonne série de SF si ça intéresse des gens

_________________

*a-Matt-Smith-pour-son-birthD-et-est-sur-David*
des bananes dans le void
Revenir en haut
Arkham
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2014
Messages: 42
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Déc 2018 - 21:16    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Un épisode qui commençait tellement bien, avec un mystère difficile à cerner et une embrouille qui nous fait nous poser plein de question en plein milieu. Des acteurs vraiment très bons avec une excellente alchimie entre eux, ils étaient tous parfaits !
Mais encore une fois comme dans le reste de la saison, une résolution tellement facile/banale/décevante/frustrante, ça manque vraiment d'une touche épique propre à DW pour moi.
_________________
Revenir en haut
handker
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mai 2017
Messages: 7
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Déc 2018 - 22:44    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Eh bien toujours pas pour moi, hormis le segment "antizone" et le gars qui y habite (plutôt cool pour le coup), j'ai plus trouvé le temps long qu'autre chose ... Autre remarque :
Le docteur qui utilise son vécu pour "nourrir" la conscience avide et non - humanoïde on avait déjà vu dans Akhaten et c'était plutôt épique mais la résolution ? Erik a vécu un moment dans cet univers, donc une fois le doc tout seul ça aurait dû aller mais non l'univers s'écroule (en vibrant cette fois) et la grenouille relâche le doc après 3 mots ? Et il n'y a plus de mites au retour ? ça m'énerve d'autant plus qu'avec un discours inspirant du Docteur je serais passé outre dans l'ivresse du moment mais après un "je suis ton amie mais tu doit me laisser partir" la grenouille accepte ?

Moffat me manque sur ces moments-là, il faut vraiment que je fasse le deuil mais l'épisode n'aura pas suffit ^^
Pour l'instant, je trouve même le pire épisode de la saison 9 au-dessus du meilleur de celle-ci, j'ai peur que l’ère Chibnail/Whittaker soit pour un autre public que moi !
Ah et c'est l'apanage de Tyr de faire remarquer ces comparaisons d'habitude mais le titre qui peut s'appliquer au Docteur me plait bien !
Revenir en haut
Tentacule
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2014
Messages: 18
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Déc 2018 - 22:14    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

La grenouille univers qui parle, OK. Mais la maison barricadée avec des enregistrements de cris de monstre juste pour garder tranquille un enfant... C'est difficile à avaler.
Pour un Nordique, ce père de famille est complètement à l'Ouest. Et pour moi c'est le gros point noir de l'épisode.

J'ai apprécié l'épisode cela dit. Je pense même que c'est celui que j'ai préféré cette saison après le tout premier.
Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 640
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mer 5 Déc 2018 - 21:32    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

C'était un bon épisode, j'ai bien aimé l'idée de l'antizone et de l'univers avec une conscience par contre une grenouille qui parle!!! j'aurais préféré qu'on fasse l'effort d'inventer un alien original.
J'ai adoré Graham et le choix déchirant qu'il doit faire de laisser partir de nouveau Grace. Le Docteur s'affirme davantage ici et prend les commandes, ce qui est une bonne chose.

L'adolescente terrifiée m'a laissé de marbre personnellement et le décor ne m'a pas convaincu. La Norvège en hiver ? really ? est-ce moi qui a mal compris.

Évidemment, je n'ai vu l'épisode qu'une fois (dimanche) peut-être que certains détails m'ont échappés. Je ne pense pas qu'on aura droit à un épisode épique et mémorable cette saison, mais les épisodes s'améliorent.
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 833
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Jeu 6 Déc 2018 - 12:57    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

-That's not my wee.
-Let him go, 'cause you do not want those words to be your last ones.


C’est beaucoup mieux ! Ce n’est pas encore parfait mais quasiment tout ce que je reproche à la saison dans l’ensemble est soit atténué soit totalement absent. Sans surprise, cet épisode prend donc la tête de mon classement de la saison même s’il a le mauvais goût de réduire à néant une de mes théories (que ceux qui ont chuchoté « Comme d’habitude » me donnent leur carnet tout de suite!). Je me contenterai de deux parties cette semaine (bon, cela dit de trois sous parties chacune^^), en plus les mêmes que quasiment à chaque review : la première sur l’épisode en lui-même et la deuxième sur son importance dans la saison. D’ accord, c’est paresseux mais je suis en pleine période de conseils de classe et les manifestants ont mangé mon devoir.


I. It takes you away


a) L’histoire

Contrairement à ma review, l’épisode est découpé de manière très scolaire et nous propose une introduction, trois parties et une conclusion. Le Docteur et sa team/fam TARDIS arrivent donc en Norvège en 2018, ce qui encore une fois ne fleure pas vraiment le dépaysement : c’est joli les fjords mais à la place de l’équipe j’exigerais des destinations un peu plus exotiques, c’est bien la peine d’avoir un vaisseau spatio-temporel. Je commence à me demander si les gilets jaunes n’ont pas bloqué l’accès à la faille de Cardiff, empêchant le Docteur de faire le plein : ça expliquerait le peu d’aventures hors planète Terre, c’est que ça doit pas mal consommer un TARDIS 40 qui n’a pas passé le contrôle technique depuis 2000 ans environ.

Comme je le disais, l’aventure va alors proposer trois lieux et ambiances assez distincts : les passages dans le chalet, l’antizone et le monde miroir. Sans surprise, c’est la partie chalet qui m’a le moins plu : j’aime bien Ryan mais le rythme n’était franchement pas haletant (le bruit enregistré censé faire peur était de plus je trouve peu effrayant). Et puis, j’avoue, mon métier fait que j’ai tendance à me crisper dès que je vois une ado faire la tête : ça n’a pas aidé.

Cela dit, j’ai bien aimé la révélation sur la véritable origine des bruits même si j’ai été un peu agacée de ne pas avoir compris toute seule : on apprend en début d’épisode qu’ils attaquent toujours à partir d’une heure précise (Hanne a mis une alarme pour s’en souvenir), régularité qui surprend justement le Docteur. J’ai aussi souri devant le fait que les nombreux pièges à ours qui font tant flipper Ryan et Yaz servent en fait à … bah...piéger les ours. Quand on est trop longtemps en compagnie du Docteur, on a apparemment tendance à sur-analyser les situations les plus simples (ça explique sans doute la taille de mes reviews d’ailleurs).

Mon passage favori, là encore sans grande surprise, est celui de l’antizone. Outre le fait que je trouve ce concept de zone spatio-temporelle « tampon » permettant d’isoler une dimension problématique très sympa (nettement plus que les reapers de la saison 1 dont le rôle de « correcteur » de bug spatio-temporel est assez proche), ce passage s’inspire de deux genres que j’apprécie beaucoup : l’horreur et le conte de fée (je reviendrai sur ce dernier point dans ma sous-partie suivante). J’ai trouvé l‘ambiance angoissante du passage très réussie et les deux dangers principaux tout à fait crédibles.

Ribbons est je trouve tout à fait jouissif. Sans aucune parole et prêt à tout pour survivre, obséquieux lorsqu’en en position de faiblesse et agressif quand en position de force, il n’est pas tant méchant que complètement amoral, presque animal en fait. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si tout chez lui tourne autour de la nourriture : son nom (Ribbons of the Seven Stomachs), ses activités (il semble passer son temps à chasser et dépecer) mais aussi le choix de ses adjectifs (« tasty information », delicious showings »).

Isolé depuis toujours dans cette zone où ne semblent exister que des relations proie-prédateur, il est absolument incapable de se positionner dans un autre rôle. Il me fait penser au croisement entre un gobelin de Labyrinth et un Tivolien. Bon, si je cherchais la petite bête je me demanderais comment il a pu, s’il est seul, développer un langage mais admettons qu’il mente en disant être dans l’antizone depuis toujours ou qu’il y a quelques autres membres de sa race dans les grottes.

Je suis également assez fan des mites. Le coup de l’insecte/mini créature alien attaquant en essaims et rongeant ses proies jusqu’à l’os n’a rien d’original (les mini robots de Smile dans la saison précédente par exemple) mais j’aime l’inversion des comportements de ces mites qui ne touchent pas aux vêtements mais uniquement à la peau. Est-ce que ça en fait donc techniquement des mites alimentaires ? Le débat est lancé.

Bon, si sympathique soit-elle, il est tout de même étrange que l’antizone soit à l’aller assez immense pour s’y perdre mais ne fasse qu’une centaine de mètres au retour ; je suppose qu’on peut s’imaginer que puisque le Solitract et notre monde sont désormais en contact par le biais des visiteurs dans le monde miroir, l’antizone n’a plus de raison d’être et commence à se désagréger. Sachant que celle-ci est habitée (au moins par des rats et mites géantes mais peut-être par d’autres êtres conscients comme Ribbons), il est possible que le nombre de morts dans cet épisode soit en réalité au moins aussi élevé que dans la majorité des épisodes de la saison.

Enfin, la troisième partie est celle de l’autre côté du miroir, que j’ai également beaucoup appréciée même si je l'ai trouvée une peu courte. L’idée du Solitract est sympathique même si elle n’est pas d’une grande originalité : pas mal d’ œuvres de science-fiction imaginent un monde/un univers possédant une forme de conscience (Solaris pour n’en citer qu’une) et j’ai par exemple déjà vu dans Supernatural le thème de l’être/élément incompatible qui doit être banni pour que l’univers puisse être créé. Cela dit le « personnage » est touchant dans sa solitude infinie et j’adore l’idée de l’interface grenouille.

Bon, par contre je trouve que la manière dont le Docteur découvre où ils se trouvent s’apparente plus à la divination qu’à la déduction. Ses deux seuls indices sont que ce monde doit être dangereux puisqu’il est isolé de notre univers par une antizone et que son créateur doit être extrêmement puissant pour réussir à faire de parfaites copies des deux épouses décédées. Elle en « déduit » alors avec une certitude que je trouve peu méritée qu’il s’agit de cet être mythique dont lui parlait grand-maman pour l’endormir.

Premièrement, elle connaît bien des exemples d’être très puissants et dangereux dont l’existence est plus fiable que cette vieille légende (elle a rencontré Satan quoi!) mais, surtout, il est faux que cette créature ait l’obligation d’être ultra puissante pour réussir à leurrer les deux veufs :il suffit en soi d’être à la fois télépathe et polymorphe, comme par exemple les Zygons. J’avoue que j’ai d’ailleurs cru que c’était eux les vrais coupables puisqu’ils sont mentionnés en passant, et que cette histoire de Solitract était une erreur du Docteur qui a tout autant que ses compagnons une nette tendance à chercher midi à quatorze heures.

Bref, je trouve la réalisation soudaine du Docteur très tirée par les cheveux, d’autant plus que le simple fait qu’elle sache ce qu’est une antizone prouve que d’autres existent : ce n’est pas une manifestation propre au Solitract, ce qui est dommage parce que si la légende-et le scénario- disait qu’il en avait le monopole cela aurait rendu la déduction du Docteur tout à fait crédible.

Cette petite incohérence mise à part, j’ai comme je l’ai dit beaucoup aimé cette partie. J’avoue tout à fait que je n’avais pas remarqué du tout à première vision que le staff avait pris soin d’inverser certains détails comme le mot sur le tee shirt d’Eric, ce qui est d’autant plus inexcusable que j’ai vu assez de films d’horreur sur ce thème pour savoir comment ça marche. Il était également très chouette de retrouver Grace sous une forme un peu plus étoffée que l’ hallucination de Graham durant l’épisode 4.


b) L’ambiance

Comme je le disais, les deux influences principales concernant l’ambiance de cet épisode sont l’horreur et le conte. L’horreur avec les tropes du miroir qui piège (grand classique du fantastique), du danger invisible qu’on entend hurler la nuit et du monstre qui dévore mais, surtout, le conte avec les innombrables références tout au long de l’épisode. C’est d’ailleurs à cela je pense que nous avons tous pensé dès le début en découvrant que l’histoire se déroulait dans une chaumière isolée au milieu d’une forêt où le danger rode (quoi que, c’est aussi un classique de l’horreur mais il faut dire que les deux genres sont très liés).

Les sept grand-mères du Docteur dont une très louche rappellent bien sûr les sept fées-marraines dont une sorcière de La Belle au bois dormant et le chiffre sept récurrent (« seven stomachs ») est d’ailleurs un classique des conte. Le petit Poucet est quant-à lui évoqué deux fois, lorsque Hanne laisse derrière elle une traînée d’emballages de bonbons et lorsque le Docteur utilise un fil pour retrouver son chemin mais que cela échoue (référence rappelant aussi l’histoire du minotaure et de Thésée).

Enfin Ribbons, sorte de petit monstre vaguement humanoïde qui propose de réaliser les souhaits mais demande un paiement bien trop lourd et/ou les trahit, est un classique du genre. C’est le génie/trickster qui exauce des vœux à la lettre, causant le malheur des utilisateurs peu attentifs. C’est le leprechaun malicieux qui aide la maisonnée tant qu’on n’oublie pas de laisser une écuelle de lait mais peut se retourner contre celui qui oublie rien qu’une fois cette offrande. C’est Rumpelstiltskin qui exauce le souhait de la jeune fille désespérée mais exige son premier né en retour. C’est le roi des gobelins de Labyrinth qui prend au premier degré la saute d’humeur de l’héroïne quand elle menace son petit frère de l’offrir aux gobelins lorsqu’il n’est pas sage. Bref, c’est un personnage tout droit sorti de l’univers des contes et ce n’est pas un hasard si, comme ces derniers, il utilise un vocabulaire vieillot et soutenu (l« tubular » pour le sonic, « umbilical » pour la ficelle du Docteur…).

Enfin, que dire du Solitract lui-même?Non seulement il s’agit d’après le Docteur d’un personnage de conte gallifreyen mais, alors qu’ il peut de son propre aveu prendre n’importe quelle forme, il choisit celle d’une grenouille qui parle. Et bien évidemment, lorsque le Docteur doit partir juste avant que le Solitract ne reprenne sa véritable apparence (il ne va très probablement pas garder celle-ci lorsqu’il sera de nouveau seul), elle lui envoie de loin… un baiser ! 11 était comparé à un trickster dans The Pandorica opens, 12 à un magicien durant une bonne partie de la saison 9, 13 est donc une princesse : ça lui apprendra à régénérer en femme blonde aussi !


c) le message

Mais bien sûr, toute charmante qu’elle soit, l’histoire de ce monde miroir n’est qu’un prétexte pour aborder le sujet principal de l’épisode, le deuil.

Le cas le plus extrême est bien sûr celui d’Eric, qui abandonne sa fille aveugle pour rejoindre celle qu’il pense être son épouse et n’hésite pas à la terrifier pour l’empêcher de quitter la maison . C’est déjà bien suffisant pour comprendre l’envie de Graham et de Yaz de lui casser la figure mais c’est encore plus le cas au deuxième visionnage.

En effet Eric dit à la team TARDIS qu’il a laissé de la nourriture au frigo et que sa fille ira bien mais, lorsqu’ils explorent le chalet en début d’épisode, on peut distinctement voir que le frigo est quasiment vide et, de surcroît, éteint. D’ ailleurs, les détritus sur la table de la cuisine et dans la chambre sont uniquement des emballages de bonbons et des coquilles de noisette. Pas étonnant que Hanne accepte de suivre l’équipe à partir du moment où Graham lui propose son sandwich. De plus, lorsqu’ on entend le « monstre » pour la première fois, Hanne est totalement tétanisée sous la table de la cuisine et ne va donc clairement pas bien.

Enfermé dans son deuil, Eric fait systématiquement passer sa fille au second plan. Il quitte Oslo pour fuir les souvenirs sans sembler se soucier du fait qu’il isole ainsi complètement sa fille puis l’abandonne sans remords. Enfin, confronté à la preuve que sa « femme » n’est pas réelle (elle vient d’utiliser la magie pour éjecter tour à tour deux personnes dont sa fille) il refuse néanmoins toujours de partir alors même que l’univers est en danger à cause de lui et c’est seulement quand le Solitract fait mine de lui préférer le Docteur qu’il commence à accepter l’évidence.

Son deuil transforme donc Eric en monstre d’égoïsme et donne respectivement raison à Ryan qui, avec sa propre expérience d’ un père endeuillé démissionnaire, avait déjà deviné en partie ce qui se passait. L’épisode a beau se conclure sur une note d’espoir puisqu’ Eric accepte de revenir à Oslo, je ne suis sincèrement pas convaincue qu’il soit mentalement capable de s’occuper de sa fille. Cette dernière a d’ailleurs elle-même exprimé des doutes à ce sujet dans le monde miroir lorsqu’elle lui dit qu’elle n’est pas du tout sûre qu’il ne la mettrait jamais en danger. Hanne avait donc involontairement raison lorsqu’elle criait « It takes you away » lors de sa crise de panique : elle n’avait juste pas réalisé que le « it » était en réalité le deuil et non le monstre inexistant.

Le deuxième exemple est bien sûr Graham. Tout comme Eric, à la mort de sa femme, il a fui le lieu qu’ils habitaient pour échapper aux souvenirs mais, contrairement à ce dernier, il est parti avec l’ « enfant » dont ils avaient la charge. De même, si lui aussi semble à un moment sur le point de refuser de quitter celle qu’il sait pourtant au fond de lui ne pas pouvoir être sa femme, il y a cependant une limite qu’il refuse de franchir : il refuse d’abandonner Ryan là où Eric semble tout à fait prêt à laisser Hanne.

A première vu la gestion du deuil de Graham semble donc beaucoup plus saine mais cependant j’ai quelques doutes. Lorsque Ribbons lui met le couteau sous la gorge, la réaction immédiate de Graham est de… l’insulter en se moquant de son odeur. Simple fanfaronnade ou pulsions suicidaires ? La deuxième possibilité expliquerait aussi pourquoi ce personnage si prudent dans le pilote (il est le seul de la future équipe à essayer plusieurs fois d’éviter le danger, pour lui ou pour Grace et Ryan) change totalement sur ce point et ne conseille plus une seule fois de ne pas prendre de risque.

Un dernier exemple est celui du Solitract et du Docteur. Le Solitract, dont le nom même rappelle son éternelle solitude, peut enfin communiquer avec quelqu’un et voit même un véritable groupe rejoindre son piège. Hélas, au moment précis où il obtient ce dont il a toujours rêvé, il doit tout abandonner pour éviter la destruction.

Quant-au Docteur, qui a déjà évoqué rapidement au Solitract le fait qu’elle ait plus perdu d’être chers que quiconque dans la pièce, elle doit abandonner une entité qui ne peut que fasciner l’insatiable curieuse qu’elle a toujours été. « You are the maddest,most beautiful thing I 've ever experienced,and I haven't even scratched the surface. » lui déclare-t-elle, et il est clair qu’elle est très crédible et certainement sincère même si son but est de pousser le Solitract à l’écouter.

Sa déception est d’ailleurs visible lorsqu’elle vient de refermer le portail et qu’elle sait qu’elle ne pourra plus jamais communiquer avec cet être fascinant : « Made a new friend.A whole conscious universe.And I had to say goodbye. » C’est d’autant plus tragique qu’elle n’est même pas sûre que le Solitract a survécu à l’explosion et qu’il est bien possible que cette entité unique qui la fascine depuis qu’elle est enfant soit indirectement « morte » à cause de son intervention.

Mais à la différence d’Eric et peut-être même au fond de Graham, le Docteur ne laisse par le deuil l’emporter. Elle sait le gérer et faire en sorte qu’il n’influe pas sur ses décision. Ce n’est pas toujours une évidence chez ce personnage : on se souvient que Twelve par exemple avait risqué l’intégralité de l’espace-temps pour gommer le décès de Clara même s’il était évidemment bien plus proche de celle-ci que ne l’était 13 du Solitract.



II. L’épisode dans la saison

a) L’ère Chibnall

Si Chibnall n’est pas le scénariste de l’épisode (c’est un certain Ed Hime, dont je n’avais jamais entendu parler), on retrouve cependant la « patte » de celui-ci tout au long de It takes you away.

Ainsi, au grand désespoir je suis sûre d’une certaine minorité du fandom, l’épisode fleure bon les valeurs progressistes. Nous avons ainsi l’inclusion de ce qui est il me semble la première aveugle de la série, personnage comme actrice d’ailleurs, (et non je ne compte pas le Docteur en saison 10^^) même si Moffat avait déjà commencé le travail en incluant une sourde il y a deux saisons. Bon, techniquement, Davros est un personnage handicapé parvenant à mener une vie riche dans un poste à responsabilité et ce depuis la série classique mais je ne suis pas très sûre de pouvoir ranger ce fait dans la rubrique « éléments progressistes de la série ».^^ Je prends également la « wooly revolution » imminente (dans à peine plus d’un siècle) que le Docteur évoque en début d’épisode comme un petit high five amical aux vegans, cette révolution des moutons étant censée complètement redéfinir les relations entre nos deux espèces.

Enfin et surtout, nous avons droit à un rappel du fait que le Docteur est, n’en déplaise à certains, un modèle d’anti-racisme luttant contre les préjugés de toute sorte. Ainsi, lorsqu’elle croise dans une cave glauque un être hideux dépeçant une bête d’un air menaçant en chantonnant une comptine inquiétante, alors que Graham et Yaz ont un mouvement de recul, elle se contente de l’aborder poliment pour lui demander s’il a vu passer un monstre et un humain du nom d’Eric. Elle a d’ailleurs l’esprit tellement ouvert qu’elle ne préjuge pas de ce à quoi peut ressembler et quel nom pourrait avoir ledit monstre qu’elle n’a après tout qu’entendu et précise du coup qu’Eric est le nom de l’humain et non de ce dernier. On retrouve enfin cette ouverture d’esprit dans sa réaction amicale et fascinée face au Solitract alors qu’ elle a pourtant toute son enfance entendu dire combien il était dangereux.

Outre ce que le Daily mail aime appeler son « politically correct agenda », on retrouve aussi ici un thème très Chibnallien : le deuil et la reconstruction. C’ est quelque chose que Chibnall a souvent traité dans ses autres séries comme Broadchurch et United et il n’est donc pas surprenant de le retrouver dans Doctor Who même si ça l’est déjà beaucoup plus qu’il ait laissé un autre scénariste traiter ce thème à sa place.

b) la saison 11

C’est l’avant dernier épisode et il aura fallu tout ce temps pour nous proposer ce qui est clairement pour moi l’épisode le plus « whovien » de la saison. Pas dans le sens ou le reste de la saison n’était pas du Doctor Who mais dans celui où la mythologie très riche de la série semblait complètement occultée (choix clairement assumé de Chibnall pour aider les nouveaux spectateurs à s’adapter mais assez frustrant pour moi).

Ici on fait référence aux Zygons, 13 « reverse the polarity » du tournevis sonique et, surtout, nous avons un nouveau détail à rajouter au sacro-saint canon de la série concernant l’enfance du Docteur. Bon, je ne suis pas sûre d’avoir tellement envie de réfléchir à ce que le fait d’avoir 7 grand-mères implique concernant le système reproductif gallifreyen mais je ne peux néanmoins que saluer ce qui est si je ne m’abuse le premier ajout mythologique de l’ère Chibnall au passé gallifreyen du Docteur.


c) la team TARDIS

Je suis franchement très satisfaite cette semaine des personnages et de leur interaction. Yaz est utile à l’intrigue, n’est pour une fois pas celle qui reste en arrière pendant que le reste de l’équipe fait avancer l’action principale et utilise concrètement sa formation de flic, ici pour gérer une adolescente en détresse. Quant-à Ryan, on a ici un exemple concret des séquelles psychologiques que l’abandon de son père a provoqué chez lui lorsqu’il ne doute pas une minute que le père de Hanne l’ait abandonné (le fait qu’il s’avère avoir raison ne change pas le fond du problème).

Il va mieux cependant, comme le montre le fait qu’il parvienne enfin à admettre que Graham est différent et ne va pas s’enfuir et qu’il l’appelle enfin « grandfather », détruisant ma théorie comme quoi il ne le ferait qu’au moment où Graham est sur le point de mourir (bah, c’est déjà rare qu’il me faille attendre l’avant dernier épisode pour voir mes théories s’effondrer^⁾. Quant-à ce dernier, il est bien sûr toujours et encore le plus chouette compagnon d’une équipe pourtant fort sympathique. Sa douleur mêlée d’espoir quand il voit Grace, se doute du piège mais ne peut résister est complètement crédible, de même que sa joie évidente quand Ryan finit par l’appeler grand-père. Et puis, comment ne pas faire confiance à un type qui a toujours un sandwich sur lui? Smile Allez, j’avoue, je ne suis vraiment pas fâchée d’avoir eu tort (pour l’instant du moins^⁾ sur sa mort imminente.

Mais c’est de 13 dont je suis la plus ravie cette semaine. Enfin, on retrouve un Docteur proactif et efficace ! Elle prend clairement le commandement dès l’entrée dans le chalet lorsqu’elle dit à Yaz et Ryan de vérifier l’étage puis en assignant à ce dernier la garde de Hanne malgré les protestations de celles-ci. Elle fait également preuve de présence d’esprit lorsqu’elle réalise immédiatement que si Ribbons leur dit de courir, il faut faire l’inverse (cela dit, ce n’est pour le coup pas du tout la première fois cette saison : le Docteur n’est jamais stupide, quel que soit son incarnation).

Elle retrouve aussi cette semaine le pouvoir de bluffer sans la moindre carte en main que ses prédécesseurs utilisaient si fréquemment et qu’elle semblait avoir complètement perdu. C’est le cas ici lorsqu’elle parvient à faire lâcher son arme à Ribbons en le menaçant de son tournevis. Suis-je la seule d’ailleurs à avoir pensé au moment de Day of the Doctors où le war Doctor se moque de cette même action chez ses deux successeurs en leur demandant « What are you going to do, assemble a cabinet at them? »?.

Enfin, contrairement au reste de la saison, elle est écoutée par les personnages de l’épisode. Certes ce n’est pas immédiat (il lui faut du temps pour convaincre Eric, le Solitract et même Graham) ni à 100 % efficace (Ribbons les trahit) mais cela nous change de l’indifférence, voire de l’agressivité que ses paroles et actions provoquent chez les personnages non récurrents cette année.

C’est aussi si je ne m’abuse la première fois cette saison qu’elle montre des pouvoirs extra-humains autre son intelligence et sa technologie avancée, lorsqu’elle s’avère capable d’identifier le lieu, l’époque et même la présence d’une boutique à quelques kilomètres en goûtant la terre (bon, pour la note trop advisor j’ai tout de même quelques doutes^^). J’avais déjà remarqué en début de saison les similitudes de mimiques entre 13 et Ten mais cette manière de passer par le goût pour analyser est également très typique de ce dernier (lui avait plutôt tendance à lécher) : d’ailleurs, lui aussi aimait beaucoup les gift shops.


Pour conclure, malgré quelques baisses de rythme à certains moments et une déduction un peu wtf de l’identité du Solitract, cet épisode est de mon point de vue très réussi. J’aurais aimé plus de temps d’écran au Solitract afin que le moment où le Docteur se voit obligée de l’abandonner soit plus poignant et je me serais passée de la partie où Hanne et Ryan sont seuls dans le chalet (le seul intérêt de ce passage est de découvrir le trucage d’Eric mais ce dernier l’avoue de toute façon de lui-même à l’équipe quelques minutes plus tard) mais cela reste un bon divertissement bien écrit et émouvant (j’avoue avoir versé une petite larme). Il est dommage que cela arrive si tard mais ça me redonne du coup espoir pour le final de la saison.

_________________
Revenir en haut
Uranium
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2017
Messages: 92
Masculin

MessagePosté le: Ven 7 Déc 2018 - 19:13    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

J'ai beaucoup aimé.

J'ai eu un peu peur quand j'ai vu qu'il y avait une adolescente dans les personnes importants de l'épisode. J'ai plutôt un mauvais souvenir des précédents épisodes avec enfants. Mais là, c'est passé.

La Norvège en hiver sans neige, je ne sais pas si c'est crédible. Mais j'ai bien aimé l'Antizone.

Le Docteur est toujours géniale. J'adore sa réaction en rencontrant Ribbons.
Graham est toujours touchant.
Yaz et Ryan se montrent utiles cette semaine.
Ribbons est un bon personnage. Plus nuancé que les précédents aliens de la saison.


Le Solitract, un Univers conscient prenant la forme d'une grenouille, ça fait très H2G2, j'adore.
Les planètes, étoiles, trous noirs et étoiles ayant une conscience propre c'est assez connu en SF mais je crois que c'est la première que je rencontre un Univers conscient. C'est vraiment triste de l'abandonner aussi vite, sans aucun moyen de savoir si il a survécu.

Sinon, pour les 7 grands-mères du Docteur je me demande si ça ne serait pas allusion aux régénérations des Time Lord. La 7eme grand-mère, serait le septième corps de la grand-mère du Docteur. Bon après, c'est quand même plus amusant d'imaginer que Le Docteur ai vraiment 7 grands-mères différentes.


Citation:
Ainsi, au grand désespoir je suis sûre d’une certaine minorité du fandom, l’épisode fleure bon les valeurs progressistes. Nous avons ainsi l’inclusion de ce qui est il me semble la première aveugle de la série, personnage comme actrice d’ailleurs,


Il y a déjà eu Ada Gillyflower dans The Crimson Horror. Je ne sais pas si l'actrice était aveugle par contre.
Revenir en haut
Gérard
[Bad Bad Beans]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2010
Messages: 3 366
Localisation: Bois d'Arcy
Masculin Verseau (20jan-19fev) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 7 Déc 2018 - 20:07    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Uranium a écrit:

Citation:
Ainsi, au grand désespoir je suis sûre d’une certaine minorité du fandom, l’épisode fleure bon les valeurs progressistes. Nous avons ainsi l’inclusion de ce qui est il me semble la première aveugle de la série, personnage comme actrice d’ailleurs,


Il y a déjà eu Ada Gillyflower dans The Crimson Horror. Je ne sais pas si l'actrice était aveugle par contre.


Non, la fille de Diana Rigg n'est pas aveugle. Katy Manning l'était pratiquement, par contre. Elle ne pouvait rien voir sans lunettes, et dans les scènes où ils étaient obligés de courir, Jon Pertwee (et en une occasion Roger Delgado) devaient lui tenir la main pour qu'elle n'aille pas se planter dans le premier arbre venu. Mais Ellie Wallwork n'est pas la première actrice handicapée qu'on a vue dans la série. On a eu aussi Sophie Stone (sourde) dans "Under the Lake / Before the Flood", et dans Class Shannon Murray (paraplégique) qui jouait le rôle de la mère d'April.

Quant au manque de neige en Norvège à Noël ? Blâmons le réchauffement climatique Wink
_________________
"Kentoc'h Mervel!"

Revenir en haut
Ithyl
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 1 640
Localisation: canada
Féminin Poissons (20fev-20mar) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 7 Déc 2018 - 20:17    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Uranium a écrit:


Sinon, pour les 7 grands-mères du Docteur je me demande si ça ne serait pas allusion aux régénérations des Time Lord. La 7eme grand-mère, serait le septième corps de la grand-mère du Docteur. Bon après, c'est quand même plus amusant d'imaginer que Le Docteur ai vraiment 7 grands-mères différentes.


Bonne théorie, je n'y avais pas pensé.


[quote="Gérard"][quote="Uranium"]
Citation:


Quant au manque de neige en Norvège à Noël ? Blâmons le réchauffement climatique Wink


Malgré le réchauffement climatique on a encore de la neige en hiver ici au Canada (hélas), mais bon, C'est DW et dans DW il y a de la neige tous les Noëls à Londres! Smile
Revenir en haut
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 833
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Ven 7 Déc 2018 - 21:21    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

Ithyl a écrit:
Uranium a écrit:


Sinon, pour les 7 grands-mères du Docteur je me demande si ça ne serait pas allusion aux régénérations des Time Lord. La 7eme grand-mère, serait le septième corps de la grand-mère du Docteur. Bon après, c'est quand même plus amusant d'imaginer que Le Docteur ai vraiment 7 grands-mères différentes.


Bonne théorie, je n'y avais pas pensé.


Peu probable cela dit vu que grand maman 5 soupçonne grand-maman 2 d'être un agent des Zygons. Si c'était une de ses propres incarnations, elle le saurait avec certitude.

Je n'avais pas pensé à Ada Gillyflower comme aveugle, il faut dire que je ne suis pas très fan de Crimsom Horror.
_________________
Revenir en haut
Capt.Jack
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2009
Messages: 957
Masculin Capricorne (22déc-19jan)

MessagePosté le: Ven 7 Déc 2018 - 22:11    Sujet du message: [11x09] It takes you away Répondre en citant

j'ai aimé cette épisode qui enfin m'a fait pensé réellement à du Dr Who.
Même si :
- Même si notre docteur est prêtes à mentir quand au fait de donner son sonic. Ribbons trahis pour négocier plus certes mais le docteur ne lui aurait jamais donné le Tournevis.
Bon après quand il à parlait des rats comme de leurs pour les mites carnivores, j'ai pensé qu'il utilisait la team tardis dans le même but pour arriver à un endroit de l'anti-zone qu'il ne pouvait atteindre sans viande à sacrifié.
- Même si, alors que je je veux bien que trop occupé à bouffé Ribbons les autres peuvent fuir, je vois pas comment Hanna ou Ryan seul n'en rencontre pas une. Pourquoi cette fois la lampe reste allumer (Ou comment elle s'est rechargé d'ailleurs) ou comment la nuée de mite se laisse berner par un "On tourne et se cache à gauche eux iront tous droit" ... Super l'instinct des mites qui veulent que tu bouges pour te chopper. Elles seront d'ailleurs absente pour les réapparitions dans l'antizone des différents personnages ou leur retour (En courant pour le docteur) dans notre réalité. Sight !
- Même si j'ai encore du mal avec ce docteur qui prend peur. Qui le dit. Qui pourrait même la transmettre "Yaz a tu peur ?". Elle n'attends pas la réponse et enchaine pour décrire par le menu qu'elle flippe à mort. D'ailleurs elle flippe contre une entité assez pacifique. Faut en effet évité à cette version de rencontré Dalek, Cybermen et autre, voir le diable. Elle nous ferrait un arrêt cardiaque ou une crise la pauvre petite. Merde alors, c'est pas un mec donc faut quel flippe, ça me fait gerber.
- Même si la fin est diablement trop facile. L'entité vire Hanna, puis Yaz, Puis Graham ... Mais ne vire pas le docteur alors que c'est son principal opposant. Elle n'offre d'ailleurs pas au docteurs de versions de compagnons perdu contrairement au Testimony. Bref encore une entité se servant des souvenirs des morts à cours termes. Deux cette saison ça fait beaucoup et on peut même pas la raccroché aux Thijarians.
- Même si le docteur manque toujours de panache dans ses menaces. Ribbons accepte plus par intérêt pour le sonic que par peur. Tous comme l'univers solitaire d'ailleurs.
- Même si l'équipe est absente quand le docteur révèlent ses nombreuses pertes. Ce qui fait qu'il ignore encore tout des Times Lords ou de la signification de Tardis. Depuis le premier épisode ou le docteur dit détesté les endroit qui sont des acronyme pas une fois elle n'a expliquer le times & relative dimension in space. Et bien sur plus encore de ses échecs passés.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:09    Sujet du message: [11x09] It takes you away

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Saison 11 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com