Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[Episode] 78 : Genesis of the Daleks
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Les anciennes saisons et films -> Docteur 4
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gyld
Oncoming Storm

Hors ligne

Inscrit le: 20 Fév 2008
Messages: 448
Localisation: 78 - Yvelines
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 4 Juin 2008 - 18:49    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Doctor Who Saison 12 - Episode 78 : "Genesis of the Daleks"

1975

 


Autres titres: -

Réalisateur: David Maloney
Scénariste: Terry Nation
Editeur du scénario: Robert Holmes
Producteur: Philip Hinchcliffe

Musique: Dudley Simpson
Décors et design:

Générique: deux rayons de lumière colorés à gauche et droite, au milieu duquel le Tardis apparait, se rapprochant. Un couloir du temps, puis le visage de Tom Baker. Logo carré bleu et blanc.
Première diffusion: 8 Mars 1975 - 12 Avril 1975, BBC TV
Durée: 6 x 25 minutes
Image: Couleur

Acteurs:
Le Docteur: Tom Baker
Sarah Jane Smith: Elisabeth Sladen
Harry Sullivan: Ian Marter
Davros: Michael Wisher
Nyder: Peter Miles


A venir



Genesis of the Daleks, j'ai partout entendu dire que c'était un épisode culte. Bref, j'ai acheté le DVD et je l'ai vu...
Et en effet, il y a de quoi ravir tout fan là-dedans !  Cet épisode montre, comme le titre le laisse entendre, la création des Daleks. Rien que pour ça, l'épisode mérite le titre de "culte".
Normalement, les épisodes avec des Daleks sont assez simples : d'un côté, on a le Docteur, le "bon", de l'autre, les grands méchants : les Daleks.
Je m'attendais donc à cela. Bien sûr, on a un peu de ça, mais dans l'ensemble, l'épisode montre tout un ensemble de personnages, qui ne sont ni bons, ni mauvais, et dont le comportement change au cours de l'épisode. Et ça, c'est assez intéressant, puisque l'on assiste pas qu'à un combat constant.
Revenons un peu sur Davros... Le rapprochement avec Hitler est voulu, et on ne peut pas passer à côté. Tout l'épisode est plus ou moins une image de l'ascension du nazisme en Allemagne. Et finalement, c'est plutôt bien fait... Davros est ici interprété avec talent. Vraiment, c'est la meilleure interprétation de Davros que j'ai vu.
L'a création des Daleks est assez plausible, leur ascension au pouvoir est ultra-réaliste... Bref, rien à dire au niveau de l'intrigue. Et puis, au bout d'un certain temps, on oublie même que l'on sait comment tout va se terminer, on se dit que finalement, le Docteur va tuer les Daleks... On connait la fin, et pourtant, on a de l'espoir... Et ça, c'est vraiment signe d'un bon scénario.
Au niveau du Docteur, on retrouve Tom Baker pas vraiment au mieux de sa forme. Je veux dire que je l'ai vu, plus tard, jouant comme David Tennant. Là, il est encore assez neutre... Mais là où il est excellent, c'est au niveau de ses répliques. Pouquoi ? Et bien, regardez-bien, il dit à Sarah Jane les mêmes paroles que elles qu'elle prononce 30 ans plus tard dans "L'école des retrouvailles".

Donc, reprenons : on a un excellent scénario, des personnages dans l'ensemble assez complets, "à plusieurs facettes", un Docteur assez neutre, mais compensé par d'excellentes répliques.
Je ne dirais rien quant aux effets spéciaux, assez kitsch (ah ! le coquillages géant qui bouffe la jambe de Sarah Jane ! ^^), mais c'est là le charme de Doctor Who...
Et puis, il y a une tension constante, et quelques scènes cultes (les discussions entre Davros et le Doc).

Bref, un épisode de 2H30 (répartie en 6 parties) indispensable, un must !



Rien à dire sur cette édition double-DVD de l'épisode.
L'image est bonne, le son aussi, tout l'épisode et les bonus sont sous-titrés en anglais (ce qui facilite énormément la compréhension, même si, sans sous-titres, tout est très bien articulé et donc très compréhensible...).
Au niveau des bonus, on a un documentaire extrêmement intéressant sur les Daleks, avec des tas d'extraits vidéos. Pendant 55 minutes, on nous explique toute l'histoire de ces grands méchants...
Ensuite, on trouve un documentaire de 40 minutes sur le making-of de l'épisode. Si le premier documentaire est super, celui-là l'est nettement moins...
On a également une émission, Blue Peter, de 1975, où ils montraient ce qu'un ado avait fait : des tas de maquettes sur Dw...
Et il y a d'autres bonus, qui sont assez vite vu, mais bien qu'étant assez intéressant.

Enfin, rien que pour le documentaire sur les Daleks, ce DVD est un bon achat Wink

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juin 2008 - 18:49    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lou
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Fév 2008
Messages: 49
Localisation: Tardis
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Juin 2008 - 14:33    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

J'ai aussi acheté le DVD et je ne regrette pas, avec les sous titres anglais, on comprend très bien, pourtant je suis nullle en Anglais. Mais c'est vrai, on retrouve bien le Doctor avec Sarah Jane.

Le coté Hitler de Davros on ne peut pas le louper, les savants l'apelle parfois Fuhrer, sa recherche de la race suprême dominant l'univers qui sera parfaite et invisible tuant les autres jugés inférieur. Déjà les Daleks faisaient référence aux Nazi avec leur exterminations et leurs génocides. Et les uniformes Kaled pareille.

On retrouve la côté moral, avec les conséquences des armes chimiques créant les Mutos, les Kaled les rejettant dans le Mastelands et les Thals pas meilleur les traitant d'esclaves.

De plus chaque camp veut la paix, mais au lieu d'une armistice ou d'une bataille, ils veulent exterminer totalement l'autre camp, ce qui profite largement à Davros.

L'opposition Davros et Doctor est intéressant. Et quand le Doctor veut détruire les Daleks en faisant un génocide, mais à des doutes, quand on sait le mal des Daleks la question se pose, mais cela reste un génocide.

Et au final, Davros qui a crée des êtres si supérieur, sans émotions et sans pitié avec un instinct de survie total, et bien oui au final il se fait avoir, les Daleks sont donc supérieur et donc n'ont pas à recevoir des ordres et n'ont pas de srupules à tuer leur créateur.
Donc je ne regrette rien, car on voit la création des Daleks et leurs apprentissage de Extermination, et de voir Sarah Jane avec le Doctor.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
goldoduck
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2008
Messages: 199
Localisation: Raxacoricofallapatorius

MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2008 - 16:20    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Je viens de recevoir le coffret Davros, un coffret bourré de bonus, de Daleks et de docteurs (4 si j'ai bien compté) et en effet l'analogie entre les Daleks et le nazisme est flagrant dans les premiers episodes de Genesis que je suis en train de regarder. Certes, le rythme n'est pas aussi soutenu que dans la série actuelle, les effets spéciaux sont... spéciaux mais l'ensemble se regarde sans deplaisir et l'on comprend ce qu'il se passe (y compris pour un nul en anglais comme moi). Bref, un achat que je recommande, avant les autres coffrets deja parus (par coffret l'achat de l'ancienne série est plus economique) et en attendant le coffret k9 (and company) que je devrait reçevoir vers septembre octobre.
_________________
"Le cinema 3D va révolutionner la façon que l'on aura de voir les films" (Gilbert Montagné)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gyld
Oncoming Storm

Hors ligne

Inscrit le: 20 Fév 2008
Messages: 448
Localisation: 78 - Yvelines
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Jeu 26 Juin 2008 - 17:11    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Bha, en plus, y'a des sous-titres en anglais Smile .
Le rythme n'est pas aussi sutenu, mais ils réussissent à mettre du suspens à chaque fin d'épisode ^^.
Bon, à la limite, il faut 1 ou 2 épisodes pour être bien dedans, et je dois dire qu'après, on en prend sans problèmes. Surtout, les derniers épisodes sont beaucoup plus chargés, et très intéressants...
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
goldoduck
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2008
Messages: 199
Localisation: Raxacoricofallapatorius

MessagePosté le: Ven 27 Juin 2008 - 12:22    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Je viens de commencer "Destiny of the Daleks" et l'histoire est, en comparaison, plus speed, les effets spéciaux mieux fait (pour une série de l'époque) et Tom Baker plus à son aise. Et puis, y a Romana et k9 qui est malade (pauv'toutou). Bref, la saga Davros est incontournable pour tout fan.
_________________
"Le cinema 3D va révolutionner la façon que l'on aura de voir les films" (Gilbert Montagné)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
gael
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 02 Juil 2008
Messages: 23
Localisation: rouen
Masculin

MessagePosté le: Jeu 10 Juil 2008 - 23:02    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

cet épisode n'est pas disponible en francais ? Curieux, car autant que je me souvienne, c'est le seul episode de l'ancienne serie qui ai été diffusé en France ( en 1989 sur TF1 si ma memoire est bonne )

Je suis totalement fan du Davros de Michael Wisher, un être froid, calculateur, mégalomane et parfaitement amoral ayant pour seul objectif la réalisation de ces expérience, fussent elles au coût de millions de vies. Sa prestation en fait de loin le mechant le plus genialement gore et terrifiant de la serie ( son " oui, oui je le ferai " quand le docteur lui demande si il pourrait répendre un gaz mortel contenu dans une capsule glace le sang )

En fait, Davros n'a pas été modelé d'après Hitler mais d'après le monstueux docteur Josef Mengele surnommé sinistrement "l'ange de la mort".

Ce criminel de guerre nazi était responsable de la santé dans le camp d'Auschwitz. Il se targuait d'avoir sauvé des juifs de chambres à gaz, mais le sort qu'il leur faisait subir etait bien pire. Fasciné par les jumeaux, il pratiquait en effet la vivisection sur des etre humains pour certains même encore en vie ( pour les plus malchanceux ).

Sociopathe totalement amoral et obsédé par des recherches le menant au bout de l'horreur, et bien que condamné par contumace, ce monstre échappa à la justice jusqu'à sa mort ( de vieillesse ) en amerique du sud dans les années 70.

On comprend mieux pourquoi ensuite Terry Molloy aura tendance à faire virer le personnage au grand guignolesque mussolinien, pour désarmer ce coté glacial et terrifiant ( peut être trop pour le public le plus jeune, cible de la série )
_________________
" welcome to my new empire doctor ! "
Revenir en haut
MSN
goldoduck
[Bow-ties Club]

Hors ligne

Inscrit le: 06 Avr 2008
Messages: 199
Localisation: Raxacoricofallapatorius

MessagePosté le: Mar 12 Aoû 2008 - 14:07    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Après visionnage de "the beginning" et de "the five doctors", je reprends le visionnage de "Genesis of the Daleks" est je dois dire qu'on  l'apprécie mieux après avoir vu "the beginning" et qu'il est meme conseiller de voir l'épisode "the Daleks" avant "Genesis" afin de mieux comprendre la guerre entre les Kaleds, les Daleks et les Thals. Bref, ce serait bien de donner un ordre logique de visionnage des épisodes afin de rendre le visionnage de ceux ci plus agréable.
_________________
"Le cinema 3D va révolutionner la façon que l'on aura de voir les films" (Gilbert Montagné)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
VictoriaS
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2008
Messages: 10
Localisation: St Germain en Laye
Féminin Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Mer 27 Aoû 2008 - 23:26    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

J'ai toujours préféré Destiny of the Daleks, j'adore le style des dialogues de Douglas Adams ( avec les petits rappels vers Hitchhiker's guide to the Galaxy) il y a toujours un super sens de l'humour à ses scenarios ce qui va au 4e Doctor comme un gant.
En plus Tom Baker est pas encore tout à fait rentré dans le role dans Genesis, c'est à partir du début de sa 2e saison qu'il deviens vraiment le Doctor et parconséquant mon préféré de tous.  
_________________
My doctors are 4 and 10, it's too hard to pick just one.
Revenir en haut
yeles
Time Agent
Time Agent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2008
Messages: 4 108
Localisation: les yeux dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 牛 Buffle

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2009 - 21:52    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Je viens juste de finir le premier épisode de Genesis... Bon, une fois mis de côté l'aspect très "studio" propre à l'époque... on n'est finalement pas trop perdu. J'avoue avoir bien rigolé quand le Général Ravon demande à Four de vider ses poches... "it'll take a little time"...

L'armée Kaled a un petit côté Nazi qui ne peut échapper à personne. On voit bien d'où viennent les notions de pureté, de règne ultime et d'efficacité militaire propres aux Daleks.
allez zou, j'attaque la suite ^^
_________________
thx sis' pour avoir tenu la caméra Smile
Revenir en haut
MSN
Gyld
Oncoming Storm

Hors ligne

Inscrit le: 20 Fév 2008
Messages: 448
Localisation: 78 - Yvelines
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Jeu 26 Mar 2009 - 22:24    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Ben, le côté "studio"/"carton-pâte" on le retrouve dans à peu près tout les épisodes de l'ancienne série. Dans certains plus que dans d'autres.
"Genesis of the Daleks" a mal vieilli de ce côté là...

Enfin, je dois dire que je considère, pour ma part, que le passage à la couleur dans DW, a pas mal "détruit" DW. En N/B on avait une bonne exploitation des lumières, des bons cadrages, de beaux décors, et des effets spéciaux assez réussis. Le N/B effacait pas mal des défauts, "uniformisait" les plans, et permettait de rendre les effets spéciaux réalistes.

Avec la couleur, les "défauts" sautent direct aux yeux. On voit que c'est tourné en studio. On voit quand on "change" de caméra. On voit que les FX ne sont rien d'autres que des maquettes.

Tout ça pour dire que si on veut avoir des vieux DW qui se n'ont pas vraiment ce côté "kistch", c'est assez curieux, mais il faut plutôt se tourner vers les premiers épisodes...
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yeles
Time Agent
Time Agent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2008
Messages: 4 108
Localisation: les yeux dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 牛 Buffle

MessagePosté le: Lun 15 Juin 2009 - 22:14    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Le côté kitchouille a son charme ^^

Mais j'ai beaucoup aimé les idées avancées dans cet épisode et la comparaison entre les Daleks et les nazis est encore plus flagrante sur la fin avec de vrais cas de conscience pour ce cher Docteur.

Et puis Sarah-Jane est toute mimie Smile
_________________
thx sis' pour avoir tenu la caméra Smile
Revenir en haut
MSN
JonTom
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2010
Messages: 114

MessagePosté le: Mer 24 Fév 2010 - 23:16    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

L'épisode est super mais faut surtout pas le voir avant d'autres de Tom Baker, il est différent face au daleks, mais de là à dire qu'il n'est pas dans son rôle : pas d'accord. Voir Robot,  Tom Baker dès le premier avait mis son style.
Revenir en haut
KNIGHT-WHO
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 75
Localisation: Sunnydalille
Masculin

MessagePosté le: Jeu 13 Mai 2010 - 09:08    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Je ne sais pas comment vous avez fait, mais ces épisodes sont difficilement regardables.

J'ai commandé le DVD de ces épisodes pour revoir le Docteur de mon enfance, le premier Docteur que j'ai connu, mais ce qui m'enchantait enfant est difficilement regardable une fois adulte. Tout fait cheap dans ces histoires, il faut une suspension d'incrédulité et une force de conviction incroyable pour accorder foi à ces aventures du Docteur...

Par contre, en dépit des mêmes défauts, j'ai beaucoup plus apprécié "Destiny of the Daleks" : l' implication mythologique est beaucoup plus forte, on assiste quand même aux prémisses d'une guerre intergalactique entre 2 races de robots ennemis, et Romana fut une superbe compagne, formant un beau duo très complice avec le Docteur...
_________________

Mon Blog : http://seriesverseofknight.hautetfort.com. Avec entre autres mes reviews de DOCTOR WHO !!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tyr
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 18 Jan 2010
Messages: 1 773
Localisation: La Réunion
Féminin Scorpion (23oct-21nov)

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû 2010 - 17:58    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Ouh là, pour une fois je suis pas seule sur le topic! Okay Je comprends pourquoi cela dit...

Que dire sur Genesis of the Daleks qui n'ait pas été dit une centaine de fois? Il s'agit d'un classique tellement incontournable que je connaissais déjà l'histoire avant même de connaître le nom de Tom Baker: je ne peux donc pas dire que j'aie été surprise par le dénouement mais ça ne m'a pas empêchée de trouver que cet épisode est un des meilleurs de l'ancienne série.

Je n'aime pas les Daleks. Ce n'est pas leur coté kitch qui me gêne, au contraire c'est leur caractéristique la plus fun. Mais comme ils ne possèdent pas d'émotions et n'ont qu'un seul but, l'extermination totale des autres espèces, ils sont par conséquent totalement prévisibles, sans relief et parfaitement identiques. RTD a d'ailleurs tenté de changer la donne en donnant une personnalité propre à certains Daleks et même si Daleks in Manhattan est un mauvais épisode j'avais trouvé l'idée très bonne. Quant-à Davros, je le trouve déjà un peu plus intéressant car il a un indéniable coté comique: à chaque épisode où je l'ai vu il finit blessé gravement ou mort mais revient sans explications quelques épisodes plus tard (comme le Master d'ailleurs). Laughing Mais bon, sorti de ça, il n'a quand même pas beaucoup d'intérêt car lui non plus ne change jamais, pas plus dans ses actions que dans ses paroles. Bref, tout ça pour dire que je ne pensais pas trouver beaucoup d'intérêt à un épisode centré sur les Poivrières et leur créateur.

Sauf que les Daleks n'apparaissent presque pas dans l'épisode, ce qui est normal puisqu'ils sont en construction. Et les différentes étapes de leur évolution sont assez intéressantes: démarrant comme robots semi-conscients, ils deviennent machines à tuer lorsqu'on leur enlève toute inhibition morale pour la remplacer par un instinct de survie et un complexe de supériorité exacerbés, avant de finir logiquement par se débarrasser de leur créateur jugé désormais inférieur. Pour moi qui aie vu la série en sens inverse je savais bien sûr que les Daleks finiraient par atteindre cette conclusion mais j'imagine que le retournement de situation a dû sacrément surprendre à l'époque. Smile

Quant-à Davros, à ma grande surprise, il est très intéressant dans cet épisode. Bon, il est physiquement encore plus ridicule que dans les épisodes suivants, ce qui est une sacrée performance (sa tête est visiblement un masque en plastique) mais à part ça il est sacrément plus crédible que d'habitude. Sans doute est-ce parce qu'il est ici un leader respecté qui doit donc cacher sa folie mégalomaniaque: il nous épargne ainsi pendant une bonne partie de l'épisode ses discours délirants sur sa grandeur et nous offre même une scène tellement hors caractère qu'elle en est fascinante, lorsqu'il fait mine devant ses chefs d'obéir humblement à leurs ordres. Smile Bien sûr il reste le même Davros, mais bien moins caricatural et donc bien plus impressionnant. Témoin sa tirade à glacer le sang lorsque ce grand naïf de Docteur tente de faire appel à ses bons sentiments et lui demande si, s'il avait développé par hasard dans son laboratoire une bactérie capable de tuer des millions de gens, il la laisserait se propager:
"Yes... yes. To hold in my hand a capsule that contained such power... to know that life and death on such a scale was my choice. To know that the tiny pressure on my thumb, enough to break the glass, would end everything. Yes - I would do it. That power would set me up above the gods! And through the Daleks, I shall have that power! "

Autre détail intéressant, sa voix est différente des épisodes futurs: elle ressemble ici beaucoup à celles des daleks, il utilise d'ailleurs le même vocabulaire: on comprend enfin d'où vient cette douce voix mélodieuse de nos Poivrières favorites. Smile

Mais reprenons du début: moi qui n'aie vu "que" les aventures du 7ème et 6ème Docteur dans l'ancienne série j'ai toujours été un peu frustrée de ne presque jamais voir les Time lords, à l'exception des renégats que sont le Docteur, le Master et la Rani: la seule exception est la saison Trial of a Time Lord, que j'essaie d'oublier. Smile Du coup j'ai été ravie de voir ce mystérieux Time lord du début qui vient donner la mission au Docteur. Et j'ai surtout été très intéressé par ce qu'il sous-entend, que les Time Lords auraient l'habitude de demander des services au Docteur en échange de sa liberté. Ça n'a pas été une surprise car au début de l'épisode The Two Doctors, Two comme Six sont en mission pour les Time lords: mais j'ignorais en revanche qu'il s'agissait d'un chantage, je pensais bêtement que le Docteur obéissait parce que c'était son peuple. Rolling Eyes

Autre originalité: tout comme l'épisode d'avant, celui ci commence directement à la suite du précédent puisque le Docteur et ses compagnons sont interceptés alors qu'ils retournaient sur la station de The ark in space, juste après les évènements de Sontaran Experiment. J'aime bien cette continuité, même si ça donne du coup l'impression que le docteur et ses compagnons sont pire que Jack Bauer et n'ont besoin ni de manger ni de dormir. Smile

Quant-au scénario, c'est un quasi sans faute. Déjà, et c'est pour moi le plus important, il n'y a presque pas de longueurs. Certes on aurait pu se passer de l'évasion ratée de Sarah Jane, qui n'apporte pas grand chose, mais elle permet au moins de montrer qu'elle n'est pas une cruche qui attend sagement d'être sauvé par le Docteur (cough...Pery...cough). On aurait également pu oublier les deux passages face aux kitchissimes bénitiers géants même si le premier est relativement drôle: Ce grand gaffeur de Sullivan qui se fait happer la jambe et qui, dans un sursaut de lucidité, demande "Why is it always me who put my foot in it??? m'a fait beaucoup rire. Laughing Sinon il n'y a pas un moment de lent et les décors sont étonnamment réalistes, ce qui crée une ambiance glaciale très réussie. Bon, la métaphore du nazisme manque un tantinet de subtilité (ils auraient pu au moins faire un salut différent^^) mais ce n'est pas vraiment nouveau le rapprochement entre Hitler et les Poivrières. Smile

Et surtout les personnages sont très bons. Pas de manichéisme ici, les trois camps représentés (les Mutos, les Thals et les Kaleds) sont aussi effroyables les uns que les autres mais ont tous les trois des raisons valables: les Mutos sont prêts à tuer tous les "normaux" qu'ils trouvent mais ils sont eux même traités comme des bêtes par les Thals et les Kaleds donc on peut les comprendre. Les Thals et les Kaleds quant-à eux sont parfaitement identiques:ils ont pour seul but la destruction totale de l'autre camp et ne considèrent même pas les Mutos comme humains (les Thals s'en servent d'esclaves pour les tâches mortelles, les Kaleds les tuent) mais ils n'ont connu que la guerre et vivent sous la menace constante des deux autres camps. Bref, pas de gentils dans cette guerre et le pire est que personne ne semble se souvenir des raisons de ce conflit...ou même s'y intéresser (ce qui a été repris dans la nouvelle série dans l'épisode The Doctor's daughter).

Mais tout n'est pas complètement sombre (pas loin quand même cela dit^^) puisque chaque camp a ses "gentils", qui finissent par risquer leur vie pour s'opposer à cette boucherie. Chez les Thals c'est la jeune militaire qui finira par organiser la résistance, chez les Mutos il s'agit de celui qui sauve Sarah Jane plusieurs fois et finit lui aussi par rejoindre cette résistance. Quant-aux Kaleds, ils ont le plus grand nombre de héros: les scientifiques qui se révoltent contre Davros et le jeune général. Il faut dire qu'ils ont aussi les seuls vrais méchants de l'épisode, Davros et son homme de main Nyder (chapeau à l'acteur d'ailleurs, la performance est remarquable!).

Et puis il y a nos trois héros. Sullivan reste égal à lui-même, c'est à dire qu'il ne sert pas à grand chose si ce n'est à me faire rire: mais c'est le premier depuis Ace qui y parvient aussi bien donc je lui pardonne et j'espère qu'il restera longtemps. Sarah Jane ne m'emballe toujours pas même si son personnage est un moins inutile que les deux compagnes que j'ai subi précédemment (Peri et Mel). Hélas elle aussi crie un peu trop souvent à mon goût.

Quant-à Four, il continue à me plaire beaucoup et je trouve qu'il joue très bien les scènes de tristesse et d'angoisse: sobre mais touchant. Et puis il a droit à des moments cultes: le vidage de poche par exemple, même si j'avais préféré cette même scène dans Robot. Smile Ou le moment où, pour se débarrasser des deux gardes, il s'avance en leur disant "Hello, I'm a spy" puis profite de leur confusion pour les assommer en frappant leur tête l'une contre l'autre. Laughing Et que de belles répliques aussi, trop nombreuses pour que je les cite ici. Enfin, j'ai toujours adoré voir le Docteur, quel qu'il soit, être obligé de prendre une décision atroce: du coup sa tirade sur les conséquences d'un génocide au moment où il hésite à exterminer la race Dalek m'a énormément plu. Bon, cela dit je persiste à penser qu'il aurait dû le faire car sa comparaison est incorrecte: les Daleks ne sont pas comme ce bébé innocent qui serait censé devenir plus tard un dictateur, ils sont à ce moment déjà des monstres dénués de tous sentiments et dont le seul but est de massacrer. Et certes la menace Dalek a été à l'origine de nombreuses alliances entre peuple qui se seraient autrement fait la guerre, mais est-ce suffisant pour oublier les milliards de morts dues aux Daleks? Confused

C'est aussi une chose qui m'a plu dans cet épisode: le Docteur échoue. Et sur toute la ligne en plus! Il ne parvient pas à tuer les bébés Dalek, il ne parvient pas à sauver les Kaleds de l'annihilation et il ne parvient pas à convaincre Davros de changer ses plans. Il ne parvient même pas à sauver ses compagnons, qui échappent à la mort uniquement parce qu'ils ont une veine de pendu. Même la destruction du bunker n'est pas vraiment de son fait même s'il est celui qui en donne l'idée. Et pourtant il donne une conclusion positive à son aventure: " I know that although the Daleks will create havoc and destruction for millions of years. I know also, that out of their evil, must come something good" Pas faux mais je le trouve bien optimiste après un tel epic fail! Smile Cela dit ça change des Docteurs de la nouvelle série, qui eux semblent incapables de se pardonner le moindre échec.

Bref, un épisode à ne pas manquer et que je recommanderais chaudement à ceux qui ne souhaiteraient voir que le must de l'ancienne série.
_________________
Vous avez survécu à mes avalanches de mots? N'hésitez pas à découvrir mes articles sur différentes séries TV sur le site SerieViewer (ceux qui commencent en général par Et si...) http://www.serieviewer.com/articles/thematiques
Revenir en haut
KNIGHT-WHO
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 13 Aoû 2009
Messages: 75
Localisation: Sunnydalille
Masculin

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû 2010 - 19:39    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks Répondre en citant

Bon alors j'ai visionné à nouveau cette histoire, et je dois dire que cela passe mieux à la seconde version. Une fois débarassé de l'aspect kitsch / filmé sans sous, on se rend compte mine de rien de la richesse de l'histoire : les Daleks sont nés d'une guerre sur une planète lointaine, et donneront lieu à une autre guerre ! Il y a une dimension politique très forte, en plus de la métaphore nazie (j'ai l'impression que c'est une constante dans la S-F télévisuelle. Entre Doctor Who, V et Sliders avec les Kromaggs, on est quand même bien servis).

Les Time Lords d'ailleurs, avant The Journey's End (dont c'est un peu le prologue), sont déjà des salops, n'hésitant pas à se servir du Docteur comme leur homme de main, chargé d'exécuter les basses oeuvres, le sale boulot.

Donc finalement, avec la force du scénario, on finit par trouver pas mal de qualités à la chose, même si le poids des années fait qu'il faut parfois se forcer...


Par contre, j'ai clairement des souvenirs du Docteur version Tom Baker, mais aussi du TARDIS. Du coup, comme le TARDIS n'apparaît pas dans cet épisode, je me demande s'il n'y a pas une 3ème histoire avec les Daleks et Tom Baker (autre que "Destiny of the Daleks ?). Cela ferait peut-être beaucoup, mais après tout, sur 7 ans...
_________________

Mon Blog : http://seriesverseofknight.hautetfort.com. Avec entre autres mes reviews de DOCTOR WHO !!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:34    Sujet du message: [Episode] 78 : Genesis of the Daleks

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Doctor Who -> Les anciennes saisons et films -> Docteur 4 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com