Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


Les ombres du passé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hemixam
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 28
Localisation: Herault
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 7 Juin 2008 - 16:52    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

J'ai l'habitude des fan-fictions, mais celle-ci est la première pour moi dans l'univers du Docteur. J'avais tout un schéma narratif en tête, mais étant donné la fin de la saison 4, ça ne colle pas du tout, donc, c'est pour l'instant au point mort.
Je reposte tout de même les deux premiers chapitres, je verrai si je trouve le courage de m'y remettre, car j'ai pour l'instant un autre projet sur le Docteur, dans un style résolument différent.

EDIT 08/05/10 : Hé bien, il en aura fallu du temps ! Presque 2 ans ! Mais voilà, j'ai retrouver cette fan-fic au fin fond de mes archives texte, donc je m'y remet, une nouvelle trame en tête.

Une rafale de vent souffla sur le paysage aride, survolant le sol craquelé par la chaleur. Les plantes éparses bruissèrent doucement. Au loin, un son déchira le silence, un grondement semblable au tonnerre qui persista plusieurs longues secondes. Un petit rongeur craintif sortit son museau de son terrier, huma l’air et s’élança sous le soleil de plomb en direction de la mare à l’agonie. Soudain, il se figea. Un bruit étrange se fit entendre, une sonorité inconnue, surnaturelle, presque vivante. Le paysage face à lui sembla s’opacifier, se solidifier pendant que le son paraissait également prendre corps. Au final, une immense boite bleue se matérialisa devant lui. Il s’en approcha et la huma doucement. La chose avait une odeur étrange, artificielle et en même temps terriblement organique. Soudain, l’une des parois de la boîte s’ouvrit et le rongeur, prenant peur, s’enfuit à toutes jambes, oubliant la soif qui lui tenaillait la gorge.
            Une jeune femme rousse au regard espiègle sortit de la boîte et jeta un coup d’œil perplexe autour d’elle.
_ Super, grogna-t-elle entre ses dents.
            Elle fit demi-tour et regagna la fraîcheur qui régnait à l’intérieur. Au centre de la pièce, qui dès le premier coup d’œil paraissait bien trop grande pour tenir dans la boîte bleue, se trouvait une immense console circulaire où brillaient des dizaines de boutons divers. Un homme brun, portant un costume bleu et un long manteau brun, se tenait debout devant elle, visiblement affairé.
_ Docteur, je crois que le TARDIS fait des siennes.
_ Pourquoi, on n’est pas en 1965 ?
_ Je ne sais pas, mais une chose est sûre, on n’est pas à New York.
_ Pas de Grosse Pomme ?
_ Pire, pas de gratte-ciels… Au mieux, je dirais le centre de l’Australie.
_ Bon, alors on peut dire adieu aux Beatles au Shea Stadium.
_ On fait quoi maintenant ?
_ Une seconde Donna, je vérifie quelque chose.
            Le Docteur tira vers lui un écran, enfonça quelques boutons puis poussa un grognement.
_ Un problème ?
_ Presque rien. On n’a pas atterrit au bon endroit.
_ Sans blague, lâche Donna avec morgue, je n’avais pas remarqué ! On est où alors ?
_ Le 65 est bon, la position aussi. C’est le reste qui cloche.
_ La position ? Ca veut dire qu’on est à New York ?
_ Côte Est des Etats-Unis, effectivement. Par contre pour la date, on est un peu en avance.
_ De combien ?
_ Oh, pas grand-chose. Juste 65 millions d’années…
            La jeune femme le fixa avec la même surprise que s’il l’avait giflé.
_ 65 millions d’années ?
_ A peu près, oui. Planète Terre, Amérique du Nord au Crétacé terminal. L’océan Atlantique n’est pas encore totalement formé et l’Himalaya n’est encore qu’une vaste plaine ! On dirait que le TARDIS a suivit jusqu’ici un signal…
_ 65 millions d’années ?
            Le Docteur acquiesça.
_ Ca alors ! Ca veut dire qu’on va voir des dinosaures ?
_ Je pense, oui.
            Soudain, l’enthousiasme de Donna retomba.
_ Ca veut dire qu’on va voir des dinosaures ?
_ Je viens de te dire que oui.
_ Oh, oh. J’ai un mauvais pressentiment. Je ne suis pas une grande fan des dinosaures, mais je me rappelle d’un gros lézard pas franchement sympa.
_ Un gros lézard pas sympa ?
_ Oui, le Tyrasaure, ou un truc dans le genre. Une grosse bestiole très moche, avec beaucoup trop de dents.
_ Rassure-toi Donna, ici je ne pense pas qu’il y ait le moindre Tyrasaure dans le coin.
_Vous êtes sûr ?
_ Oui, à 90 %.
Elle haussa un sourcil et lui lança un regard perplexe.
_ Bon, ok 75 %.
            Le haussement de sourcil s’accentua un peu plus.
_ 50 % ? 25 % ? D’accord, en fait, je ne sais pas.
_ Reste à espérer qu’il coure moins vite que nous. Mais… Vous venez de dire que nous avions suivit un signal ?
_ Oui, un signal électromagnétique de basse fréquence, très énergétique, de type onde radio.
_ Pour être franche, je n’ai jamais entendu dire que les dinos avaient des radios.
_ On devrait peut-être jeter un coup d’œil alors, s’exclama le docteur et se dirigeant vers la sortie. Après toi !
            Ils se retrouvèrent tous les deux sous le lourd soleil de l’après-midi. Donna fut surprise de sentir le sol craquer sous ses pieds.
_ Il ne doit pas pleuvoir très souvent par ici, remarqua-t-elle, on se croirait en plein désert. Enfin, un désert sans sable. En tout cas ça nous change de la neige.
            Le Docteur acquiesça en silence, son regard fixé sur l’horizon.
_ Encore un problème ?
_ Tu dis ça comme si le fait de voyager avec moi t’avait habitué à avoir des problèmes.
_ Non, répondit-elle d’un ton où l’ironie passait difficilement inaperçue, pas du tout !
            Elle regarda alors dans la même direction que son compagnon et remarqua l’énorme nuage de poussière qui s’avançait vers eux.
_ Ce n’est pas un incendie, je me trompe ?
_ Absolument pas. Dépêche-toi Donna, remonte dans le TARDIS !
            Sans se faire prier, elle se jeta dans la cabine, suivit du Docteur. Ce dernier se précipita sur les commandes, son long manteau brun virevoltant dans tout les sens. Brusquement, le vaisseau se retrouva secoué dans tous les sens. S’accrochant comme elle pouvait à la paroi, la jeune femme entrouvrit la porte du TARDIS et jeta un coup d’œil à l’extérieur.
_ C’est un troupeau ?
_ C’est un troupeau, acquiesça-t-elle.
            Le vaisseau était pris dans un flot d’énormes lézards aux têtes plantées d’immenses cornes. Elle se souvenait en avoir déjà vu quelque part. Soudain, son attention fut attirée par l’une des bêtes. Elle avançait à distance de la meute mais, plus étrange, elle portait sur son dos une créature qui avait autant de points communs avec un dinosaure qu’un humain pouvait en avoir avec un chimpanzé. Elle était certes recouverte d’écailles, mais ses pattes étonnamment fines rappelaient des membres humains. Quand à son regard, Donna ne pouvait pas se tromper, il était incroyablement vif, tout le contraire de celui de sa monture, dont le regard vitreux n’avait rien à envier à celui d’une vache.
            Elle referma brusquement la porte et s’approcha de la console.
_ Alors, lui lança le Docteur, c’était des dinosaures ?
_ Oui, lui répondit-elle d’une voix hystérique, et l’un d’eux avait un cavalier sur son dos.
            Son compagnon la regarda avec surprise.
_ Un cavalier ?
_ Ca ressemblait à une espèce de lézard qui se serait prise pour un humain !
_ C’était peut-être une autre espèce de dinosaure.
_ Je ne pense pas l’avoir vu dans « Sur la Terre des Dinosaures ».
_ Hum…
_ Ca à l’air de vous passionner ce que je dis !
_ Désolé Donna, j’essaye de trouver la source du signal. J’ai l’impression que l’on n’est pas loin. C’est bizarre, ce code me rappelle quelque chose. C’est assez archaïque, et pourtant très performant.
_ Docteur, je viens de vous parler d’une créature qui chevauchait un dinosaure ! Je pense que c’est plus important que votre signal !
_ Oui, je reconnais ces signes ! Ah ! Allez petite matière grise, cherche, cherche…
            Il se tourna soudain vers Donna et lui saisit les épaules, la faisant sursauter.
_ Tu as vu un lézard humanoïde qui chevauchait un dinosaure, c’est ça ?
_ Vous êtes bouché ou quoi ?
_ Ah ! Je sais à qui nous avons à faire ! Des Sauronoïdes ! Oui, c’est ça, c’est bien un code d’origine Sauronoïde !
_ Hein ? , lui lança-t-elle pour seule réponse.
_ Oh, hé bien Sauronoïdes. Extra-terrestres. Lézards. Voilà !
_ Hum…
_ Tiens, je crois qu’on est arrivé !
            D’un geste nonchalant, le Docteur abaissa un levier, donna un coup de poing sur un bouton, un coup de pied dans la console, puis il se dirigea tranquillement vers la sortie, suivit d’une Donna légèrement abasourdie. Il ouvrit la porte, fit un pas dehors et se figea. La jeune femme en fit de même. Devant eux se tenait une douzaine d’énormes créatures reptiliennes, fusils dardés et prêts à tirer.
_ J’ai déjà dit que je détestais les pistolets ? , demanda le Docteur avec lassitude.
_ Oh, juste une bonne centaine de fois.
_ C’est ce qu’il me semblait.
            Il leva les mains, paumes en avant et s’avança.
_ On se calme. Nous sommes tous ici entre créatures de bonne volonté… Enfin je pense… J’espère… Donna ?
_ Oui, nous sommes tous de bonne volonté, j’en suis sure !
_ Vous voyez ? Elle en est sure ! Alors baissez vos armes, s’il vous plait, nous nous sentirions alors tous apaisés et pourrions discuter en toute tranquillité…
            Brusquement, l’un des fusils se redressa juste devant son nez.
_ Bon, d’accord, si ça vous rassure, vous pouvez garder vos armes… Pour être franc, j’adore le look rétro, avec tous ces tuyaux, et tous ces… trucs qui sortent de partout. Si, si, vraiment.
            La créature l’observa avec circonspection, ses lourdes paupières écailleuses ne cillant pas un seul instant.
_ Bien. Bien, bien, bien…
_ Pas très causant, remarqua la jeune femme. Vous êtes sûrs qu’ils nous comprennent ?
_ On a le TARDIS, répondit simplement le Docteur.
_ Ca vous arrive de donner une réponse simple à une question ?
_ Rarement…
            Soudain, la foule de Sauronoïdes s’écarta pour laisser place à leur plus imposant représentant. Le Docteur l’observa prudemment. La créature devait mesurer près de quatre mètres de haut, avec une tête étonnamment petite pour un corps si massif, et des jambes aussi larges que des troncs d’arbre. Donna ne manqua pas de remarquer que cet individu était bien plus massif que celui qu’elle avait vu chevaucher le dinosaure. Les mains de la créature, si tant est qu’elle puisse appeler cela ainsi, étaient plus larges que des assiettes et auraient pu, elle en était persuadée, réduire son crâne en bouillie sans forcer. Le visage aussi était massif, avec un museau large et carré, sa tête ronde surmontée d’une mince crête colorée au bas de laquelle s’ouvraient deux naseaux. Etrangement, comme pour contraster avec ce corps brutal, ses petits yeux jaunes brillaient d’intelligence. Son regard pénétrant se posa sur ses visiteurs.
_ Qui êtes-vous ? demanda-t-il d’une voix grave et profonde qui ne dénota aucunement avec sa physionomie.
_ Je suis le Docteur, et voici mon amie Donna. Et vous, quel est votre nom, Sauronoïde ?
_ Ainsi vous connaissez notre nom ? Hé bien, Docteur, je suis le Capitaine Tekk Zajkorah-Inlad, chef de la colonie de cette planète. Nous sommes originaires de la planète Babys IV, dans l’amas du Titan.
_ Enchanté de vous rencontrer Tekk Zakjor… Zajrok… Puis-je vous appeler Tekk ?
            Le Sauronoïde ne répondit pas, se contentant d’expirer par ses naseaux.
_ Je vais prendre cela pour un oui. Ca ressemble à un oui, n’est-ce pas ? , demanda-t-il en se retournant vers Donna.
            Cette dernière se contenta d’hausser les épaules.
_ On va dire que c’est un oui ! Hé bien Tekk, accepteriez-vous de nous faire visiter ? Nous pourrions alors discuter.
_ Avec joie.
            Il fit signe à ses soldats de baisser leurs armes.
_ C’est mieux comme ça, le remercia le Docteur.
_ A présent, venez, suivez-moi.

Au même instant, dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter, apparut une minuscule singularité. Issue de nulle part, elle apparut purement et simplement au beau milieu des corps stellaires sous la forme d’un minuscule trou noir, qui disparut aussitôt. Cela suffit cependant pour déstabiliser le système, et entraîner la rencontre entre deux corps rocheux. L’un d’eux se trouva violemment expulsé vers l’intérieur du système solaire. A ce moment là, Mars et Jupiter se trouvaient trop loin pour l’attirer. Pas la Terre.
 

_ Nous nous sommes installés ici il y a près de cent cycles solaires, dit Tekk, de sa voix puissante. A l’origine, il se s’agissait que d’un poste avancé pour la recherche de ressources métallifères. Malheureusement, cette planète est devenue notre nouveau refuge.
_ Que s’est-il passé ? , demanda le Docteur, son regard se promenant sur les bâtisses alentours.
            Le groupe avançait le long d’une grande rue autour de laquelle s’organisait ce qui ressemblait à une petite ville. Les bâtiments étaient hauts et larges, avec de grandes fenêtres et des murs fabriqués à partir de boue séchée.
_  Notre planète a… Hé bien, elle a disparu.
_ Disparu ?
_ Oui, purement et simplement.
_ Ca alors, s’étonna Donna, tout comme celle des Adiposes et des Pyroviles !
            Le Docteur acquiesça.
_ Je ne comprends pas comment on peut « perdre » une planète !
_ Moi non plus. Tout ce que je sais, c’est que nos contacts avec Babys IV se sont interrompus brusquement, sans raison. Nous avons alors abandonné notre mission et sommes retournés en arrière. Lorsque nous sommes arrivés là-bas, il n’y avait plus rien. C’était bien les bonnes cordonnées, mais l’espace était vide. Les autres planètes étaient là, Babys I le Majestueuse, Babys II et ses volcans crachant le soufre, Babys III et ses océans de méthane, ainsi que Babys V, où vit un peuple primitif avec lequel nous entretenons des rapports commerciaux. Et plus de Babys IV. Nous sommes alors descendus interroger les habitants de Babys V, mais ils n’avaient rien vu.
_ Quand vous dites que l’espace était vide…
_ Rien, le néant total. Nous avons bien pensé à une attaque quelconque, mais il ne restait pas le moindre grain de sable. Alors nous avons continué notre mission, et sommes arrivé ici, sur cette planète accueillante.
_ Et vous avez domestiqué les autochtones, les dinosaures.
_ Les quoi ?
_ Oh, pardon, bien sûr vous ne connaissez pas ce mot. Dinosaures, c’est ainsi que…
            Il s’interrompit soudain, la bouche ouverte, le regard comme fou. Il dévisagea son interlocuteur, puis se retourna vers Donna.
_ Oh, oh…
_ Vous savez Docteur, quand vous faites « Oh, oh », ce n’est jamais bon signe.
_ C’est bien ce que je dis, « Oh, oh ».
_ Quoi ?
_ Attendez un instant.
            Il se tourna pour faire face à Tekk.
_ Me permettez-vous de discuter quelque seconde avec mon amie ? Nous avons un problème à régler.
_ Bien, allez-y.
            Le Docteur pris alors Donna par le bras, et s’éloigna de quelques mètres.
_ Vous allez trouver que je me répète, mais : quoi ?
_ Les Dinosaures !
_ Oui, et alors ?
_ À votre époque, Donna, les dinosaures ont disparu. Comment ?
_ Je crois que c’est une histoire de comète, ou quelque chose dans ce genre.
_ Exact, un astéroïde !
_ Peut-être…
_ Non, c’est bien ça ! A votre époque, il n’y a aucune trace de l’existence d’une civilisation évoluée à la préhistoire. Et il n’existe d’ailleurs aucune race de lézards intelligents sur le Terre.
            Il s’interrompit, réfléchit quelques secondes, puis ajouta :
_ Enfin si, il y avait bien les Siluriens, mais je m’en suis occupé.
_ Vous oubliez le monstre du Loch Ness, ajouta Donna en plaisantant.
_ Ca aussi, je m’en suis occupé.
_ Attendez, vous voulez dire que c’est vrai !
_ Ecoutez, on n’a pas le temps, vous me confirmez bien que, à votre époque, sur Terre, il n’y a aucune trace d’une civilisation de lézards intelligents ayant vécu, ou vivant encore ?
_ Pour ce que j’en sais, non.
_ Bien.
_ Attendez, vous n’allez pas me refaire le coup de Pompéi !
_ Je suis désolé Donna.
_ Non, Docteur, non !
_ Vraiment désolé.
            Il se détourna alors d’elle et rejoignit Tekk. La jeune femme le regarda s’éloigner, des larmes perlant au coin de ses yeux. Le souvenir du volcan entrant en éruption était gravé dans sa mémoire, encore vif. Elle revit la nuée ardente s’abattant sur la ville, les bombes volcaniques pleuvant du ciel comme autant de présage de la terrible mort à venir. Et cette odeur de souffre, horrible, étouffante. Elle avait réussit à convaincre le Docteur de retourner sauver une poignée de personnes. Une toute petite poignée. Elle ne voulait pas voir cela à nouveau. C’était hors de question. Finalement, elle prit une profonde respiration, se frotta les yeux avec sa manche et rejoignit le Docteur. [size=16]

Le groupe arriva bientôt en vue d’un énorme vaisseau, en forme d’œuf, avec trois gros moteurs saillant de ce qui devait être l’arrière. A l’opposé se trouvait une passerelle qui s’ouvrait sur la rue de la petite cité. Visiblement, le vaisseau n’avait pas bougé depuis des décennies, car il était couvert de plantes en tout genre au milieu desquelles s’égayaient une dizaine d’oiseaux primitifs, s’accrochant aux aspérités de la coque à l’aide de leurs ailes griffues.
            Tekk les introduisit dans une grande salle, à l’intérieur de la navette, où se trouvait une dizaine de larges chaises entourant une table ovale et transparente. Le Sauronoïde leur fit signe de s’asseoir à ses côtés à l’une des extrémités. Puis il glissa sa main sous le meuble et la surface s’opacifia, prenant une agréable couleur bleutée.
_ Vous êtes mes invités pour ce repas, vous et votre compagne Docteur.
_ Nous ne sommes pas mariés ! , s’empressa de dire Donna.
_ Non, absolument pas, confirma le Docteur.
_ Oh, très bien ! Laissez-moi vous présenter ma compagne, la douce Jahl.
            Une femelle Sauronoïde fit alors son entrée dans la pièce. A première vue, Donna eut énormément de mal à la différencier de son mari. Etant ovipares, les Sauronoïdes n’allaitaient pas leur progéniture, ce qui n’aidait pas dans la différenciation entre les genres. Pourtant, la jeune femme remarqua que Jahl se déplaçait d’une démarche plus aérienne, moins pataude que son  mari. De plus, elle ne possédait pas de crête sur le crâne. Les deux créatures s’approchèrent, se frottèrent tendrement le museau, puis Jahl vint s’asseoir aux côtés de Donna.
_ Je vous ai parlé de mon peuple, Docteur, mais vous, d’où venez-vous ? Et que faites-vous ici ?
_ Oh, hé bien… D’ici et d’ailleurs. Je voyage beaucoup vous savez !
_ Je vois surtout que votre langue est très habile pour esquivez les questions auxquelles vous ne voulez pas répondre.
_ Oh, je…
_ Peut-être êtes-vous tout les deux des fugitifs ? Ou des pilleurs de technologies ?
_ Non, pas du tout !
_ Alors qui êtes-vous, et d’où venez-vous ?
            Le Docteur hésita quelques secondes, jeta un coup d’œil à Donna, puis prit une profonde respiration :
_ Nous venons de la planète Terre, dans la constellation de la Cascade de Médusa.
            Du coin de l’œil, il vit l’air outré de Donna, mais n’en tint pas compte.
_ La constellation de la Cascade de Médusa ? Je ne connais pas cet endroit…
_ Cela doit porter un autre nom dans votre langue.
_ Oh, oui, évidemment.
            Un silence gêné s’installa pendant quelques instants, jusqu’à ce qu’un Sauronoïde arrive avec les plats, qu’il déposa devant chacun des convives. Le Docteur plongea un semblant de fourchette dans l’assiette, et mâcha avec enthousiasme, alors que Donna contemplait avec dégoût ce qui se trouvait devant elle.
_ Docteur…
_ Oui Donna ?
_ C’est bien ce que je pense ?
_ Vas-y, goute, tu verras, c’est très bon, plein de vitamines, de fibres, de… trucs. Et… Oh, mais oui ! C’est à un arrière goût de banane !
_ Oui, mais ce sont… des insectes !
_ Et alors ? Tu n’as jamais vu le Roi Lion ?
_ Personnellement, j’aurais plutôt dit Indiana Jones !
            Le Docteur termina son assiette, et se frotta les mains avec délice.
_ Vous n’avez pas faim ? , demanda Jahl à Donna.
_ Non, pas vraiment, je… j’ai pris un bon petit-déjeuner, et…
            Elle termina sa phrase par un petit toussotement.
_ Et sinon, lança-t-elle d’un ton détaché, vous pensez rester longtemps sur cette planète ?
            Tekk lui lança un regard étonné, puis il partit d’un puissant rire.
_ Cela fait plus de soixante-dix cycles solaire que nous sommes ici, plus de cent si l’on remonte à notre premier avant-poste, alors non, nous ne comptons pas partir d’ici. Pourquoi, vous êtes intéressés ?
_ Hé bien, peut-être devriez-vous songer à…
            Elle s’interrompit en voyant le regard que lui lançait le Docteur.
_ Quoi, lui répliqua-t-elle en haussant les épaules, prenant son air le plus innocent.
            Soudain, une alarme retentit dans les coursives du vaisseau. Tekk et Jahl se levèrent brusquement, leurs chaises tombant avec fracas sur le sol métallique, puis sortirent de la salle. Les deux voyageurs leur emboitèrent le pas, les suivant dans les larges travées jusqu’au cockpit, où ils trouvèrent les Sauronoïdes penchés sur le tableau de bord.
_ Oh non, grogna Tekk, ce n’est pas bon.
_ Que se passe-t-il ?
_ Les capteurs du vaisseau indiquent une masse rocheuse en approche rapide de la Terre. D’après ce que je peux lire ici, elle devrait s’abattre à environ 493 carcos au Sud-Ouest de notre position.
_ 493 carcos ? répéta Donna, l’air hébété.
_ Environ 2500 kilomètres, lui répondit le Docteur, dans le Golfe du Mexique.
            Il sortit ses lunettes de son manteau, les posa sur son nez et inspecta rapidement les différents écrans.
_ Bon, hé bien Tekk, Jahl, j’ai été ravi de vous rencontrer, mais je pense que Donna et moi devrions y aller, nous n’avons que trop abuser de votre hospitalité.
            Il poussa discrètement la jeune femme vers la sortie du cockpit.
_ Ne craigniez rien, lui lança Tekk, vous ne craigniez rien, l’objet va tomber loin d’ici.
            Le Docteur ne l’écouta pas et continua de pousser Donna à travers les coursives, jusqu’à la rampe d’accès du vaisseau.
_ Avance, regagnons vite le TARDIS.
_ On se calme space man ! Je vous ai laissé faire à Pompéi, j’ai regardé mourir des milliers de personnes, je ne vais pas recommencer !
_ Donna… Je déteste me répéter !
            Il hésita quelques instants avant d’ajouter :
_ Non, c’est faux, j’adore me répéter, je suis toujours heureux d’entendre le son de ma voix, mais ce n’est pas une raison ! Une météorite va s’abattre sur la Terre. Pas une, mais LA ! Celle qui va tuer les dinosaures et qui va permettre aux singes de devenir maîtres de la planète.
_ Humains, pas singes…
_ C’est la même chose !
_ Je ne vous demande pas d’empêcher la météorite de s’écraser, juste d’aider Tekk et son peuple à s’en sortir. Ils sont les derniers de leur espèce !
            Le Docteur hésita quelques instants, son regard rivé sur l‘air déterminé de Donna. Puis il poussa un profond soupir et leva les yeux au ciel.
_ C’est bon, tu as gagné ! Ah ces humains, il faut toujours qu’ils aient le dernier mot ! Par moment tu me rappelles Rose…
_ Je prends cela comme un compliment !
[color=#ffffff]_ Bon, allons tout expliquer à Tekk.

Si Tekk avait eu des sourcils, il les aurait probablement froncés. S’il avait eut un visage plus expressif, il aurait surement affiché une moue dubitative. Mais n’ayant ni l’un, ni l’autre, il se contentait de conserver une attitude neutre.
_ Désolé, dit-il de sa voix puissante, mais je refuse.
Il se détourna de ses deux invités et quitta le vaisseau.
_ Mais… commença Donna.
_ Laisse-le partir, lui dit le Docteur en posant sa main sur son épaule, il a choisit, il refuse de partir.
_ Il va mourir !
_ Tel est son choix. Bon, à présent, regagnons le TARDIS avant que ça ne tourne mal.
_ Mais…
_ Donna, on ne peut pas sauver tout le monde !
La mine boudeuse, la jeune femme prit la direction de la sortie à la suite du Docteur. Ils quittèrent du vaisseau et remontèrent le semblant de rue en regardant autour d’eux, cherchant le TARDIS.
_ On aurait peut-être du demander à Tekk où il se trouvait.
Donna se contenta d’hausser les épaules et de continuer son chemin. Le Docteur la suivit, observant d’un air absent les habitations primitives des Sauronoïdes, puis il se figea brusquement.
_ Donna, attend, viens voir par ici.
_ Que se passe-t-il ?
_ Je crois que nous devrions peut-être aller jeter un coup d’œil, dit-il en indiquant les huttes.
Il s’approcha d’une des maisons et laissa ses doigts glisser sur le mur de boue séchée. Il fit la même chose avec l’habitation suivante, puis avec une troisième.
_ Vous cherchez quoi au juste ?
_ Je ne sais pas, un pressentiment…
Il s’arrêta brusquement, et fit un pas en arrière. Il appuya alors son doigt sur le mur, puis gratta avec son ongle, laissant apparaître une tache de métal mat sous ce qui ressemblait à du torchis.
_ Ah !
_ Quoi ? Ils ont bien des vaisseaux spatiaux, pourquoi pas des murs en acier ?
_ Parce que c’est la seule à en avoir.
Il se hissa sur la pointe des pieds pour jeter un coup d’œil à l’intérieur par la haute fenêtre, et ne vit qu’un décorum des plus spartiates.
_ Viens, entrons.
Il gagna la porte et s’avança à l’intérieur avec précaution. Dégainant son tournevis sonique d’une de ses poches, il observa les murs, puis le sol.
_ Ici, il y a une trappe.
_ Laissez tomber Docteur, ils vont tous mourir, pas la peine de violer leurs secrets par-dessus le marché.
Mais le Docteur ne l’écouta pas et commença à descendre l’échelle métallique révélée par la trappe. Donna poussa un grognement et s’engouffra à sa suite. Elle suivit un long couloir creusé dans la roche, guidé par le bruit des pas de son compagnon, et étouffa un cri de stupeur. Elle se tenait en bordure d’une immense caverne, dont l’extrémité s’ouvrait sur une falaise surplombant la jungle. A l’intérieur de la grotte se trouvaient des dizaines de vaisseaux spatiaux, visiblement d’origines variées. Des créatures extra-terrestres de diverses origines étaient parquées dans un coin, leurs mains et autres membres préhensiles propres à leurs espèces menottés. Devant ce spectacle, le Docteur serra les dents et poussa un grognement sourd.
_ Des pirates. Ce sont des pirates !
_ Vous vous moquez de moi ?
_ J’aimerai Donna, mais non. Tekk et sa bande sont des rançonneurs de l’espace. Ils capturent des vaisseaux, puis attendent patiemment qu’on leur verse la somme demandé. Et la Terre est le lieu idéal pour cela, surtout à cette époque. Pas de civilisation intelligente, une vraie jungle, la cachette parfaite.
_ Il faut les arrêter alors ! Nous devons faire quelque chose !
_ Oui, nous devons partir et laisser l’astéroïde accomplir son œuvre.
_ Et les prisonniers ? Nous pourrions les libérer au moins !
Le Docteur observa attentivement l’immense caverne et marmonnant, puis il poussa un puissant « Ah ah ! » qui fit sursauter sa compagne. Il se laissa alors glisser le long de l’échelle qui montait jusqu’à leur poste d’observation et se coula entre les navires, suivit d’une Donna visiblement affolée. Il n’y avait que très peu des gardes armés dans la caverne, et aucun ne semblait se préoccuper des prisonniers, aussi les deux compagnons en profitèrent-ils pour s’approcher d’eux.
_ Aidez-nous, souffla une petite créature à fourrure en les voyant approcher.
_ Je vais vous aider, leur répondit le Docteur, mais vous devrez fuir, le plus vite possible. Une météorite va frapper cette planète dans très peu de temps et…
Comme pour souligner ses paroles, un bruit assourdissant déchira l’air, au moment où l’immense rocher pénétra l’atmosphère terrestre.
_ Aidez-nous, se contenta de répéter la créature.
_ Molto bene, je m’en occupe !
Le Docteur leva son tournevis sonique vers les chaînes et visa.

_________________
"There are things wainting in the darkness. But he is out there, burning through time, facing a thousand dangers across the stars and never giving up. He looks like a man, but he is a legend. And his name is The Doctor..."


Dernière édition par Hemixam le Sam 8 Mai 2010 - 18:51; édité 15 fois
Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Sam 7 Juin 2008 - 16:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Utopia!
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 1 121
Localisation: Entre le TARDIS et Atlantis, avec Carson *gniihii*
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 8 Juin 2008 - 10:52    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Excellente fan-fic !! J'ai beaucoup aimé !!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hemixam
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 28
Localisation: Herault
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mer 16 Juil 2008 - 16:59    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Message édité...
_________________
"There are things wainting in the darkness. But he is out there, burning through time, facing a thousand dangers across the stars and never giving up. He looks like a man, but he is a legend. And his name is The Doctor..."


Dernière édition par Hemixam le Ven 18 Juil 2008 - 19:17; édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Midori
Time Lord

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 3 387
Localisation: Suisse
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon

MessagePosté le: Mer 16 Juil 2008 - 22:34    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Ben je veux bien, mais tu pouvais laisser, hein Smile Tu es sur que tu veux supprimer ? Ton récit est simplement hors canon, stout.


_________________

(Art by Awabubbles / Gif by Neph)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ Yahoo Messenger MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Ven 18 Juil 2008 - 14:37    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Je dis pareil que ... on peux lire quand même ? Mr. Green

*arrive-après-la-bataille* Sad
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hemixam
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 28
Localisation: Herault
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 18 Juil 2008 - 19:19    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Bon, allez, j'ai reposté les deux premiers chapitres; mais comme dit au début du topic, vu la tournure des événements, ça ne colle pas avec le final.
Donc bon, je m'y remetrrai probablement un de ces jours, mais pour l'instant j'ai eut une autre idée plus intéressante sur laquelle je travaille. Les remarques en tous genres sont évidemment les bienvenues.
_________________
"There are things wainting in the darkness. But he is out there, burning through time, facing a thousand dangers across the stars and never giving up. He looks like a man, but he is a legend. And his name is The Doctor..."
Revenir en haut
MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Mar 22 Juil 2008 - 09:39    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

ben tout d'abord, perso, je trouve que tu écris très très bien : bon rythme, tournure, vocabulaire... Rien que l'intro avec l'arrivée du Tardis est un pur régal Hemixam !

Après les personnages : bravo d'avoir choisi le tutoiement pour les dialogues, et les toutes tes répliques font mouches, c'ets à la fois très drôles et tout à fait dans l'esprit des personnages !

Raaaaa... je suis d'accord avec , c'ets hors canon, mais c'ets un régal !

Bref, quoique tu décides, j'espère avoir le plaisir de lire très vite des aventures du Doc sous ta plume et merci de les avoir remis donc
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nanou
Time Lord

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2008
Messages: 3 558
Localisation: Lyon
Féminin Bélier (21mar-19avr) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mar 22 Juil 2008 - 10:13    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant



tout pareil que les autres ^^ ta fic est vachement bien écrite !! on rentre tout de suite dans l'histoire. la Terre avec les dinosaures, les lézards géants, et l'astéroïde qui arrive... c'est une très bonne idée !! j'espère que tu vas vite écrire la suite, parce que je veux savoir comment ça se termine Mr. Green

j'adore l'apparition de la singularité ce petit paragraphe, la manière dont t'écris, ça me fait trop pensé à H2G2.

et puis tu sais, c'est pas tellement grave que tu racontes quelque chose qui n'a aucun rapport avec ce qu'il se passe dans la série Wink et puis moi je préfère lire ce genre d'histoires plutôt que quelque chose qui colle parfaitement.
_________________

*a-Matt-Smith-pour-son-birthD-et-est-sur-David*
des bananes dans le void
Revenir en haut
Hemixam
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 28
Localisation: Herault
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Ven 15 Aoû 2008 - 14:07    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Merci, merci pour vos avis, ça fait toujours plaisir ! SUrtout après 2 semaines sans internet !

Voilà, j'ai posté le Chapitre 3, qui était déjà bien avancé, et je me triture les méninges pour trouver une nouvelle fin pouvant permettre à l'histoire de s'insérer dans la saison 4.

Encore merci pour vos commentaires !
_________________
"There are things wainting in the darkness. But he is out there, burning through time, facing a thousand dangers across the stars and never giving up. He looks like a man, but he is a legend. And his name is The Doctor..."
Revenir en haut
MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Sam 16 Aoû 2008 - 09:25    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

: j'adore et vraiment tu écris très bien !

Le repas : mdr et je le Doc qui "adore" se répéter

Merci et welcome back Hemixam !
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Utopia!
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 1 121
Localisation: Entre le TARDIS et Atlantis, avec Carson *gniihii*
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Dim 17 Aoû 2008 - 11:28    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Très belle suite !!!!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lapitchounette
[Headless Monk]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2009
Messages: 408
Localisation: Côte Méditerranéene
Féminin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mer 2 Déc 2009 - 14:43    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Citation:
J'avais tout un schéma narratif en tête, mais étant donné la fin de la saison 4, ça ne colle pas du tout, donc, c'est pour l'instant au point mort.
Je ne vois pas bien le rapport entre ta fic et la sison 4 (à part Donna) ! Et quand bien même il y aurait un rapport, tu peux faire comme si le final n’avait pas eu lieu. T’as une idée supra originale, c’est dommage de ne pas la suivre jusqu’au bout et de t’arrêter là.
Chapitre 1
Le crétacé, une troupe de lézards… Wahou, tu fais fort du côté imagination ^^
Citation:
_ Rassure-toi Donna, ici je ne pense pas qu’il y ait le moindre Tyrasaure dans le coin.
_Vous êtes sûr ?
_ Oui, à 90 %.
Elle haussa un sourcil et lui lança un regard perplexe.
_ Bon, ok 75 %.
Le haussement de sourcil s’accentua un peu plus.
_ 50 % ? 25 % ? D’accord, en fait, je ne sais pas.


EXCELLENT, j’adore quand il fait semblant de savoir mais qu’il n’est pas du tout convaincu de l’ânerie qu’il sort !!!

Citation:
_ Reste à espérer qu’il coure moins vite que nous.

L’espoir fait vivre !!!!
 
Chapitre 2
Juste une question, on est bien sur que les dinosaures sont morts à cause d’un astéroide ? Rien à voir avec le climat, ou l’évolution génétique ?

Citation:
_ Enfin si, il y avait bien les Siluriens, mais je m’en suis occupé.
_ Vous oubliez le monstre du Loch Ness, ajouta Donna en plaisantant.
_ Ca aussi, je m’en suis occupé.
_ Attendez, vous voulez dire que c’est vrai !
LOL, partout où le Docteur passe, les aliens trépassent !!!!
 
Chapitre 3
Et la suite ? Le Docteur va quand même les sauver, c’est Donna qui lui demande ! Et il ne peut rien refuser à Donna, sinon, elle le tape !
C’est vrai que le côté alimentation extraterrestre n'a jamais été exploré dans la série. Si ça ne pose pas de pb au Docteur, je suppose que ça doit réfréner certains de ces compagnons quand même !

Citation:
_ On se calme space man !
LOL j’adore le surnom !
Citation:

_ Humains, pas singes…
_ C’est la même chose !
Ahaha le côté supérieur du Seigneur du temps qui refait surface….
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
docteur fan
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2009
Messages: 37
Localisation: dans les nuages
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 猪 Cochon

MessagePosté le: Jeu 10 Déc 2009 - 22:10    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Excélente fic! J'aime beaucoup et j'attend la suite avec impatience(en éspérant qu'elle viendra  )
_________________
Revenir en haut
persee2
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2009
Messages: 518
Localisation: planete terre
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 猴 Singe

MessagePosté le: Ven 11 Déc 2009 - 16:11    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

La suite la suite la suite!!!
_________________

http://meshistoires-elisabeth.blogspot.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Hemixam
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mai 2008
Messages: 28
Localisation: Herault
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 8 Mai 2010 - 18:39    Sujet du message: Les ombres du passé Répondre en citant

Tel les Daleks, me voici de retour ! Hé oui, presque 2 ans après, me revoilà. Je passe souvent sur le site, mais j'avais pas fait un tour sur le topic Fan-fic depuis un sacré moment et, que vois-je ! De nouveaux commentaires.
Je dois avouer, shame on me, que j'avais totalement oublié cette fic, avec une année 2008/09 très chargée. Mais l'histoire continue, voici le Chapitre 4, et je vais m'y remettre pour continuer le 5, qui est en gestation depuis des mois ! Car j'ai pu trouver comment me débarrasser de ma trame principale pour en trouver une autre, qui en plus permet de coller au canon de la série. Oui, il était temps ! Il faudrait aussi que je me décide un de ces jours à reposter par-ci par-là sur le forum ! Heureux que vous appréciez ce texte, et à bientôt !
_________________
"There are things wainting in the darkness. But he is out there, burning through time, facing a thousand dangers across the stars and never giving up. He looks like a man, but he is a legend. And his name is The Doctor..."
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:56    Sujet du message: Les ombres du passé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Doctor Who fan-fiction Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com