Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[Terminée] To Love or not to Love
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2008 - 09:23    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

j’ai décidé de poster une histoire que j’ai écrite il y a quelques mois, après le énième visionnage de Doomsday (2X13).
                                                    
Au bord du désespoir, j’ai décidé que cela ne pouvait être ainsi et j’ai zappé les 2X12 et 2X13, pour les remplacer par cette histoire.                                                        
J’espère que cela vous plaira… (bien qu’un peu « datée » depuis les évènement arrivés dans la série 4)


Titre : To Love or not to Love

Résumé : Rose et le Docteur sont de retour sur Terre pour fêter Noël avec Jackie. Jack et son équipe partent à leur habituelle chasse aux Weevils. Mais rien n’est jamais aussi simple dans le Who-niverse… Surtout pendant la période de Noël...
                                                       
Genre : Romance / Suspens

Spoilers : situations et dialogues tirés des saisons 1 à 3. Aucun spolier de la saison 4

Disclaimer : Doctor Who appartient à la BBC, je fais ça juste pour le fun, sans en attendre une quelconque rémunération.

Note de l'auteur : Les dialogues tirés des épisodes le sont de mémoire et traduits par moi après avoir vu les épisodes en VO. Donc certaines traductions peuvent varier. Certains « retours en arrière » ou explications du passé de Jack ont été totalement inventés pour les besoins de l’histoire… (Et en plus je n’avais pas encore vu le 2x12 de Torchwood). Idem pour la rencontre Rose/Ten avec Jack qui n'a jamais eut lieu dans la série.


                                                       
NE PAS PUBLIER NI TRADUIRE SANS MON AUTORISATION !!
                                                       

                                                       

J’espère que vous aimerez !!! alors :

PS: Les dialogues en français ne donnent pas aussi bien que ceux en anglais, mais je ne me voyais pas les écrire en anglais, donc... les répliques sont moins percutantes, je trouve...


Merci à pour m'avoir créé une merveilleuse page de couv'.



To Love or
not to Love








imaginé et écrit par Duam78





                            
                            
                                    
Citation:



Londres, le 24 décembre 2006
 

Le Docteur : Rose, où souhaitez vous aller ? Après avoir vu le futur, le passé et différentes planètes, que souhaitez-vous voir ?                         
Rose : J’aimerai rentrer à Londres, la dernière fois, les préparatifs de Noël commençaient, et j’ai envie de me retrouver un peu en famille et fêter Noël avec ma mère et vous ? Ça vous dit ?               
              
Le Docteur : Pourquoi pas, un peu de repos nous fera le plus grand bien !               
   
                      
Le Docteur actionna les boutons et autres manettes de la console du Tardis et le piston générateur de vortex amorça son va et vient. Il composa la date souhaitée : 24 décembre 2006 : la veille de Noël. Cette période n’était pas la préférée du Docteur ; à chaque Noël passé à Londres correspondait un évènement tragique pour lui et les habitants de la Terre. Le dernier en date avait failli être fatal pour la race humaine : un vaisseau Sycorax s’était positionné dans le ciel de Londres et avait, grâce à un échantillon de sang A+, récupéré dans le satellite lancé par le gouvernement anglais, prit le contrôle d’un tiers de la population. Ils avaient ordonné la reddition de la Terre en contrepartie de la libération des « otages » prêts à sauter, postés sur les toits des immeubles et édifices. Seule l’intervention du Docteur avait permis de sauver la Terre.
 
Cet épisode restait aussi assez perturbant et douloureux dans l’esprit de Rose : trois raisons à cela :
1- Quelques temps auparavant, en pleine bataille sur la plateforme 5, et afin de la sauver, le Docteur l’avait renvoyée dans son époque. Lui s’était sacrifié avec le Capitaine Jack pour pouvoir enclencher l’onde delta, seule solution pour éliminer les Daleks qui cherchaient à s’emparer de la Terre et assimiler la population pour perpétuer la race. Le Docteur n’avait pu configurer l’onde pour qu’elle n’affecte que les Daleks, et sa mise en route aurait irrémédiablement entraîné la disparition de toute espèce vivante dans un rayon de 500 000 km, ce qui englobait la terre et la plateforme dans laquelle ils se trouvaient. Rose de retour sur terre à son époque ne comprenait pas l’acte du Docteur, elle était effondrée, il l’avait abandonnée. Refusant cette situation, elle avait tenté d’ouvrir le cœur du Tardis afin de le remettre en marche et qu’il la ramène près du Docteur. Grâce aux actions combinées de sa mère et de Mickey, elle avait réussit et avait alors absorbé le vortex du temps afin de repartir dans le futur et aider le Docteur à défaire l’armée des Daleks. Même si elle avait sauvé le Docteur et la Terre de l’an 200 100, elle avait failli mourir et le Docteur avait pu la sauver de justesse, en aspirant à son tour le vortex avant de le relâcher dans le Tardis. Malheureusement le Capitaine Jack était mort en tentant de retenir les Daleks afin de donner du temps au Docteur pour achever l’arme, qu’il n’avait finalement pas eu la force d’utiliser. L’idée d’être à l’origine du génocide des humains lui étant insupportable.
 
 2- À la suite de cet épisode, Rose s’était réveillée à bord du Tardis, et se souvenant pas de ce qu’il s’était passé. Le Docteur avait feint de ne rien savoir, mais malheureusement, le fait d’avoir aspiré le vortex avait altéré l’ensemble de ses cellules et il avait dû, pour survivre, se régénérer devant elle, après lui avoir fait ses adieux. N’ayant jamais abordé ce sujet avec le Docteur, elle avait assisté impuissante à la métamorphose de celui-ci. Ne comprenant pas ce qu’il se passait, et ne reconnaissant pas l’homme qui se tenait devant elle à la place de son Docteur, elle avait eu un moment de panique. Le « nouveau » Docteur lui avait alors expliqué que les Seigneurs du Temps connaissaient une ruse pour déjouer la mort : se régénérer, ce qui impliquait une mutation totale du corps ainsi que du visage, de la voix et de l’apparence.
 
3- La régénération du Docteur ne s’était pas bien passée. Il avait sombré dans une sorte de coma alors que le vaisseau Sycorax arrivait. Elle avait dû, avec l’aide de sa mère et de Mickey, trouver une solution pour sauver le monde. Lorsque le Docteur eut retrouvé ses forces, il avait sauvé la Terre en se battant en duel avec le chef des Sycorax, mais il y avait perdu sa main droite. Heureusement pour lui, sa régénération n’étant pas totalement terminée, une nouvelle main avait poussé à la place, comme par magie. Rose avait finalement accepté le changement d’apparence du Docteur et ils étaient repartis à bord du Tardis vers de nouvelles aventures.               
              
              
Un bip les avertit qu’ils étaient arrivés. Rose attrapa son sac, et sortit la première du Tardis, suivie par le Docteur qui s’empara uniquement de son manteau. Ils avaient atterri dans le parc de Wembley, à l’abri des regards, à quelques centaines de mètres de Powell Estate, l’ensemble d’immeubles dans lequel habitait Jackie Tyler, la mère de Rose. Rose s’était postée à quelques pas du Tardis, cachée derrière un banc, une boule de neige dans la main. Au moment où le Docteur passait la porte, Rose lança la boule qui atterrit directement au niveau de la tête. Couvert de neige, le Docteur, qui ne s’attendait pas à être attaqué de cette manière, marqua un temps d’arrêt. Rose fut prise d’un tel fou rire qu’elle fut obligée de s’assoir sur le banc pour reprendre son souffle. Le Docteur en profita pour prendre sa revanche et envoya à Rose une boule de neige qui l’atteignit à l’arrière de sa tête. Ils firent ensuite quelques pas en parlant de ce qu’ils allaient faire pour le réveillon quand tout à coup, un rayon lumineux déchira le ciel et frappa les deux compagnons de plein fouet, laissant à leur place deux traces noires sur l’allée du parc.               
              
              
              

       
                               
Cardiff, au même moment
   
                               


                                      
  
Assis à son bureau, Le Capitaine Jack Harkness semblait réfléchir, les yeux perdus dans le vague. La dernière mission qu’il avait dû effectuée avec son équipe l’avait affecté plus qu’il ne voulait l’admettre. Des souvenirs douloureux de « ses » vies passées étaient remontés à la surface, souvenirs qu’il avait tout fait pour oublier depuis les cinquante dernières années. Ses amis perdus, ses amours envolés, sa solitude… Les membres de son équipe ne comprenaient pas ce qui se passait, Jack d’habitude si enclin à plaisanter ou à flirter avec Gwen ou Ianto, restait prostré et ne recherchait plus la compagnie de ses amis.               
                           
Toshiko : Jack ! La police a retrouvé un homme sauvagement mutilé sur North Road ! D’après leurs constatations, il se pourrait que ce soit un Weevil ! Des témoins affirment avoir aperçu un homme s’enfuir en direction d’une usine désaffectée!                          
Gwen : Jack ?               
              
Jack sortit de ses pensées. La voix de Gwen résonnait dans sa tête. Il lui semblait avoir perçu des allusions à un meurtre, à un Weevil, une usine…               
                      
Jack : Pardon ?               
              
Tosh : Un Weevil sur North Road ! On y va?               
              
Gwen : Jack, qu’est-ce que tu as ? Tu n’es plus le même depuis quelques jours !               
              
Jack : Rien, rien, ça va ! On y va !               
                        
L’équipe composée de Jack, Gwen Cooper, l’officier de liaison avec la police et ancien agent de l’ordre, le Dr Toshiko Sato, la spécialiste en informatique, le Dr Owen Harper, officier médical et Ianto Jones, homme à tout faire et support général de l’équipe, pénétra dans le sas afin de rejoindre la surface. Arrivés à l’air libre (Le QG étant construit sous la Place Roald Dahl et le Wales Millenium Center), ils montèrent dans la voiture et se dirigèrent vers le Château de Cardiff et la North Road. Lorsqu’ils pénétrèrent dans le parking de l’usine abandonnée, La police les attendait.               
                         
Le policier : On a bouclé le périmètre ! Il n’est pas ressorti !               
              
Jack : Gwen ! À droite, Owen avec elle, Ianto, Tosh, à gauche ! Je prends la porte de devant!      
       
Gwen, Owen, Ianto, Tosh (ensemble) : D’accord !               
                 
Ils se dispersèrent dans les directions indiquées par leur chef qui se posta à l’entrée du bâtiment dans lequel ils avaient l’intention d’entrer. L’équipe de Jack était familière de ces chasses à l’alien. En effet, une faille spatio-temporelle parcourait le sous-sol de la ville, faille par laquelle arrivaient des formes de vie extra-terrestre rarement bienveillantes. Soudain, un bruit assourdissant retentit à l’intérieur de l’usine désaffectée. Jack eut un mauvais pressentiment et se précipita à l’intérieur en demandant aux autres, grâce aux oreillettes de transmissions qu’ils portaient tous lors des missions en extérieur, ce qui se passait.
 
Aucune réponse ne lui parvint, il pressa le pas et sans se soucier du Weevil, hurla les noms de ses coéquipiers. Le son se répercuta sur les murs du bâtiment, obligeant le Weevil à s’extraire de sa cachette (il ne supportait pas le son). Laissant l’alien se sauver, trop occupé à rechercher ses amis, Jack s’avança vers le fond de la grande salle. Rien, toujours rien en vue, et cela intensifia sa sensation de peur. Il dégaina son pistolet et le pointa droit devant lui, il lui accola sa mini lampe torche et commença à balayer l’espace sombre devant lui. Après quelques minutes de recherche, il arriva au bout de la première salle et abaissa la poignée de la porte le séparant de la seconde pièce.
 
A peine s’était-il engagé qu’il fut aveuglé par une lumière vive. Quelqu’un avait allumé les lumières et ses yeux qui s’étaient habitués à l’obscurité ambiante ne purent supporter ce changement d’intensité. Il porta son bras à son visage et tenta d’apercevoir la personne ou la chose qui avait actionné les interrupteurs. À son grand étonnement, il aperçut Gwen qui le visait avec son arme. Il baissa la sienne et allait lui parler lorsqu’un rayon lumineux traversa la pièce et le frappa en pleine poitrine. Il avait disparu en un éclair, devant les yeux ébahis de Gwen. Quelques secondes plus tard, Ianto, Owen suivis de Toshiko, arrivèrent auprès d’elle.                          
              
Ianto : Gwen, que se passe t-il ? Où est Jack ?               
              
Gwen : Il était là, il a disparu !!               
              
Owen : Quoi ? Mais qu’est ce que tu racontes ? Ce n’est pas possible !


   
    
                              
                                      
                            
                         
 
Citation:

Rose se réveilla dans une pièce totalement noire. Elle ne comprenait pas ce qu’il s’était passé, mais elle se souvenait. Elle se trouvait sur Terre avec le Docteur, marchant dans les rues en direction de l’appartement de sa mère. Ils devaient diner ensemble pour le réveillon de Noël. Sa mère avait surement préparé une dinde pour dix alors qu’ils n’étaient que trois. Le Docteur et elle venaient juste de sortir du Tardis, laissé à quelques rues de l’immeuble de Jackie, dans un jardin public. Un rayon lumineux avait soudainement surgit des nuages et elle s’était retrouvé là. Le Docteur aurait dû être là avec elle mais il ne semblait pas être présent dans la pièce !

                            
Elle se releva et chercha un moyen de sortir allant et venant dans la pièce : une poignée, une trappe, une porte...  Elle tâtait tous les murs à la recherche de quelque chose. Mais rien, aucune ouverture, les murs semblaient rugueux, Rose ne pouvait sentir que des imperfections sous ses doigts. Pourtant elle sentait un courant d’air frais sur le visage. Elle allait reprendre sa recherche lorsqu’elle trébucha sur quelque chose. Une masse lui barrait le chemin. Elle s’accroupit et approcha doucement sa main de la forme qu’elle distinguait à peine. Sa main se posa sur ce qu’elle reconnu être du tissu, semblable à de la feutrine, puis elle déplaça sa main sur l’ensemble de la forme ; une forme humaine !

Ses mains se firent plus pressentes, cherchant un détail qui lui permettrait de savoir qui c’était : homme, femme…, humain, alien… ou bien, comme elle l’espérait au plus profond de son cœur : Le Docteur.  Sa main arriva au niveau de la tête : les contours du visage lui permirent de déterminer que le corps avait une allure humaine, la sensation rugueuse qu’elle sentait sous ses doigts lui indiqua qu’il s’agissait d’un homme, mais très vite elle se rendit compte que la forme du visage, du nez, et la coupe de cheveux ne correspondaient aucunement à celles du Docteur. Elle était désespérée, ce n’était pas lui ! Perdue dans ses pensées, elle n’avait pas remarqué le léger mouvement que venait d’avoir le corps auprès d’elle. Elle sentit brusquement une main se saisir de son poignet et la tirer vers le sol en direction du visage de l’inconnu.

Rose : Ahhhh !

La voix : Chut ! N’ayez pas peur ! Je ne vous veux aucun mal ! Qui êtes-vous ?

Rose : Vous ! Qui êtes-vous ?

Trop effrayée par ce qui lui était arrivé et par la situation dans laquelle elle se trouvait, Rose  ne reconnu pas la voix qui lui parlait. De son coté, l’homme, encore sonné, ne prêta pas attention à celle qui lui répondit.

La voix : Captain Jack Harkness ! Et Vous ?

Rose : Jack !?!?

Jack reconnu immédiatement la voix de Rose à sa façon si particulière de prononcer son prénom. Elle avait la tendance à appuyer sur le « Ja » de Jack, se qui donnait l’impression qu’il y avait plusieurs « a » à la suite.

Jack : Rose ?!?! Quoi ? Que faites-vous là.

Rose : J’étais en train de marcher avec le Docteur, on était en route pour aller diner chez ma mère, et je me suis retrouvé là l’instant d’après !

Jack : Le Docteur est avec vous ?

Rose : Non, je ne sais pas où il est. On était ensemble et puis il a disparu.

Jack : Savez-vous où nous sommes ?

Rose : Je sais pas. Et vous, comment êtes-vous arrivé là ?

Jack : J’étais en train d’enquêter avec mon équipe à Cardiff, sur un meurtre que l’on avait pu relier à un Weevil arrivé par la faille spatio-temporelle. Je venais juste de retrouver Gwen et … et … …je me suis réveillé ici.

Rose : Vous y voyez quelque chose ?

Jack : Non, et vous ?

À cet instant précis, comme si les mots qu’ils avaient prononcés avaient un impact, tout s’éclaira et ils découvrirent la pièce dans laquelle ils étaient enfermés. Jack se tenait devant Rose et la regardait. Leurs yeux avaient du mal à s’habituer à l’intensité de la lumière et Jack esquissa un sourire pour la rassurer mais, bien qu’elle lui rendit son sourire, Rose était absorbée par autre chose : Le reste de la pièce était vide. Où était le Docteur ? Où pouvait-il bien être ?

Rose : Au fait, on vous avait laissé en 200 100, sur la plateforme 5 ! Comment êtes-vous revenu au XXIe siècle ?

Jack : Chaque chose en son temps, Rose, trouvons un moyen de sortir !

Ils sillonnèrent la pièce, tâtant chaque recoin, essayant de trouver comment sortir de cet endroit !
 
Rose : Jack ! Avez-vous trouvé quelque chose ?

Jack : Non, rien ! Il doit bien y avoir une sortie !

Rose : Docteur ! Docteur ?

Une voix résonna dans la pièce vide et froide. Une voix venue d’outre tombe, mais que Rose reconnu tout de suite. Jack ressentit la même nausée que Rose lorsqu’il l’entendit. Cette voix les ramenait des mois dans le passé (ou plutôt dans le futur), sur la plateforme 5, lorsqu’ils avaient dû sauver le monde et combattre l’empereur des Daleks avec le Docteur. Rose avait failli mourir en sauvant le monde. Cet évènement força le Docteur à se régénérer, sa dixième régénération, et à changer d’apparence, mais il avait pu la sauver du vortex du temps qu’elle avait absorbé en regardant dans le cœur du Tardis. Ils avaient cependant laissé derrière eux le Capitaine Jack, car le docteur manquait de temps pour sauver Rose.
 
Dalek 1 : Le Docteur est mort ! Il a été exterminé !

Rose (hurlant): Nooooooon!

Dalek 1 : C’est votre tour maintenant! Vengeance !

Les Daleks étaient les ennemis du Docteur et ceux de Rose et Jack depuis leur rencontre sur la plate-forme 5. Les Daleks et les Seigneurs du Temps s’étaient opposés dans une guerre interplanétaire causant la destruction des Daleks mais aussi celle des Seigneurs du Temps et de leur planète, Gallifrey. Seul le Docteur avait pu survivre, personne ne savait comment ni pourquoi. Il était le dernier Seigneur du Temps dans tout l’univers. Il arrivait à le supporter uniquement parce qu’il savait que tous les Daleks avaient été détruits et qu’ils ne pourraient plus faire de mal dans tout l’univers. Leur apparition surprise lors de l’épisode de la plateforme 5 avait fait ressurgir en lui, une rage enterrée au plus profond de son âme. Il s’était cru alors débarrassé pour toujours des Daleks. Un rayon illumina brusquement la pièce dans laquelle Rose et Jack étaient retenus et en un éclair de seconde ils se matérialisèrent à l’extérieur de la pièce, dans ce qui leur sembla être un couloir de vaisseau spatial. Ils furent, tout de suite après leur apparition, séparés par quatre Daleks. Le Dalek qui semblait diriger l’ensemble des autres glissa sur le sol du vaisseau et se posta en face de Rose.

Rose (d’une voix pleine de fureur) : Je vous ais tué ! Je vous ais tous tué !! J’ai même réduit en poussière votre empereur !

Dalek en Chef: Quelques Daleks ont pu se sauver. Les Daleks ne peuvent disparaître, nous sommes supérieurs !!!

Le Dalek, se déplaça vers Rose qui esquissa un mouvement  de recul mais s’avisa immédiatement et repris sa place aux cotés du Capitaine Jack. Ne pas montrer ses émotions, ne jamais montrer ses émotions devant un Dalek ! Lui avait apprit Le Docteur.

Rose : Pourquoi vous croirions-nous ? Comment être sûr que le Docteur est mort comme vous le dites !

Dalek  en Chef : Suivez-nous ! 



                            
 


                      

                      
 
Citation:

Jack et Rose suivirent le Dalek dans les longs couloirs du vaisseau. Les trois autres Daleks fermaient la marche pour s’assurer qu’ils n’essayent pas de s’enfuir. Après avoir parcouru quelques centaines de mètres et descendu deux étages, ils arrivèrent devant une porte blindée. Le Dalek positionna son bras métallique sur le dispositif d’ouverture, la porte émit un bruit strident et une pièce apparue. Elle était sombre mais au milieu de celle-ci était disposée une sorte de table sur laquelle une mase était visible, éclairée par un faisceau de lumière. S’avançant lentement vers la forme, Rose sentait monter au fond d’elle un sentiment désagréable : la peur. Jack lui prit la main, comme le Docteur le faisait lorsqu’elle était en proie à des sentiments extrêmes. Elle lui en fut reconnaissante. Arrivés près de la table, ils s’aperçurent qu’un tissu noirâtre recouvrait la masse qui avait forme humaine. Jack avança la main pour découvrir ce qui était étendu sous le drap, mais le Dalek l’interrompit.

Dalek en chef
: Le Docteur a été exterminé ! Nous vous laissons avec lui ! Après nous tuerons le mâle, et laisseront la femelle libre pour qu’elle puisse témoigner de la suprématie des Daleks !

 

Jack et Rose se regardèrent au même moment. Une étincelle de peur apparue dans les yeux du Capitaine mais il se reprit si rapidement que Rose n’eut pas le temps de l’apercevoir. 

Dès que le Dalek eut refermé la porte, Jack tira d’un coup sec le drap qui tomba à terre, laissant apparaitre le corps du Docteur. Ainsi le Dalek n’avait pas menti ! Il était bien mort : le dernier des Seigneurs du Temps avait rendu son ultime souffle. Rose était tétanisée. Le Docteur, son Docteur, l’avait abandonnée, et il ne s’était apparemment pas battu : aucune trace n’était visible sur son visage. Son trop plein d’émotion éclata alors et elle fondit en larmes. Jack la prit dans ses bras et tenta de la réconforter du mieux qu’il put, mais lui aussi était dans le même état, des larmes coulaient toutes seules sur ses joues. Rose abandonna les bras de Jack et se jeta sur le corps sans vie du docteur, la tête sur sa poitrine, les bras autour de son cou. Ses sanglots secouaient les deux corps dans un même tempo.

Jack : C’est le Docteur ?

Rose : Oui, bien sûr ! Pourquoi dites-vous ça ?

Jack : Ben, il a un peu changé depuis la dernière fois, non ?

Rose : Oh, oui, bien sûr. Il s’est régénéré après l’épisode de la plateforme 5. Il a absorbé le vortex du temps et cela a compromis ses cellules. Il devait se régénérer s’il ne voulait pas mourir. 

L’oreille collée au torse du Docteur, elle essaya de capter le son particulier des battements de ses deux cœurs. Mais elle n’entendait ni ne sentait aucun d’eux. Elle ne ressentait pas non plus le mouvement de sa respiration. Sa tête glissa alors de quelques centimètres vers la gauche. Retenant ses sanglots, elle écouta le deuxième cœur. Rien, vraiment rien. Elle allait abandonner et se relever quand elle crut entendre quelque chose. Elle leva un regard implorant vers Jack qui n’avait pas bougé.

Jack : Que se passe t-il ?

Il était inquiet de la réaction soudaine de Rose mais aussi très intéressé parce qu’elle semblait avoir découvert.

Rose : Chut !

Il se passa quelques instants, pendant lesquels Jack lança à sa compagne d’infortune des regards inquisiteurs. Un silence pesant régnait dans la pièce, Jack n’osait lui parler ou faire un mouvement tellement le ton sur lequel elle lui avait demandé de se taire était ferme.

Rose : Je crois qu’un de ses deux cœurs bat encore mais faiblement !

Elle releva la tête pour faire place à celle de Jack qui se pencha à son tour sur la poitrine du Docteur. Il ferma ses yeux afin de se concentrer sur les hypothétiques battements que Rose croyait avoir entendu.

Jack : Mais c’est vrai ! Vite Rose, aidez-moi !

Elle commença le massage cardiaque du cœur qui battait encore et Jack se pencha vers le visage du docteur pour lui faire du bouche-à-bouche.

Rose : 1 et 2 et 3 et 4 et 5, soufflez ! 1 et 2 et 3 et 4 et 5, soufflez ! 1 et 2 et 3 et 4 et 5, soufflez !

Rose répéta cette séquence des dizaines de fois, sans grands résultats.

Rose (suppliante): Allez Docteur, réveillez-vous ! supplia t-elle.

Jack : C’est trop tard ! Je crois que c’est fini !

Rose : Non, jamais je ne le laisserai ! Lui ne me laisserai pas !

La ténacité et la volonté de Rose, décuplée par l’amour qu’elle portait au Docteur, eut raison du pessimisme du Capitaine Jack. Un râle se fit entendre. Aussitôt elle stoppa le massage et se tourna pour examiner le visage du Docteur. Bien que cadavérique, des traces de couleurs commençaient à apparaitre sur ses joues. Petit à petit, le cœur reprenait un rythme quasi-normal (pour le Docteur). Sa respiration était certes hésitante, mais bien là.

Rose (à l’oreille du Docteur): Docteur ! Docteur ?

Jack : Docteur ?

Le Docteur esquissa un mouvement, bougea légèrement la tête et tenta d’entrouvrir les yeux. Au bout de quelques minutes, il y réussit et essaya de parler mais aucun son ne sortit de sa bouche. Il bougea alors son bras vers sa poitrine et pointa son index vers son cœur droit et tapota sa poitrine plusieurs fois.

Jack : Vous voulez qu’on le fasse repartir ? C’est ça ?

Le Docteur esquissa un hochement de tête. Aussitôt, Jack commença le massage sur le cœur droit. Le visage du Docteur se crispait à chaque mouvement, la douleur qu’il ressentait était visible sur chaque partie de son corps.

Le Docteur : OUATCHA !!!

Rose (inquiète): Docteur ?

Le Docteur : FANTASTIC ! Un bon rythme de rumba dans le corps, ça fait du bien 

Il se releva d’un geste brusque sur la table, le buste à angle droit, et le regard fixé sur la porte droit devant lui.

Le Docteur : Bon, on est où ? Jack ? Que faites-vous là ?  Vous n’auriez pas un peu changé ?

Jack : c’est vous qui dites ça ?

Le Docteur : Oh, oui, ça ? demanda t-il en pointant son index vers son visage. Régénération ! Ruse des Seigneurs du Temps pour déjouer la Mort.

Jack : Pratique !

Rose et Jack se regardèrent, incrédules, ne sachant que faire ou que dire. Le regard du Docteur passait de Rose à Jack et de Jack à Rose dans un rythme infernal. Il prit place au bord de la table face à Rose, les jambes pendues dans le vide et tenta de se lever, mais ses membres étaient encore trop faibles et il se ravisa avant de tomber.

Le Docteur : alors ?

Rose : Heu…

Jack : Docteur,  vous allez bien ?

Le Docteur : Parfaitement !

Rose : Mais, vous étiez presque mort !

Le Docteur : Vous avez dit le mot, Rose, presque ! Laissez-moi encore quelques minutes ! Pendant ce temps, expliquez-moi ce que l’on fait ici !

Jack raconta l’histoire à partir du moment où Rose l’avait trouvé dans la salle obscure. Au fur et à mesure du récit, le regard du Docteur devenait de plus en plus noir et les traits de son visage se crispaient dès qu’il entendait le mot  « Dalek ». À ce moment là, la porte de la salle s’ouvrit subitement. En un quart de seconde, et sans se consulter, le Docteur repris sa place sur la table, feignant d’être toujours mort, Rose se plaça devant la table pour masquer les mouvements de respiration du Docteur et Jack se posta derrière lui. Jack se souvenait parfaitement du sort que les Daleks lui réservaient, et cette idée ne lui plaisait pas particulièrement.  Le Dalek se déplaça jusqu’au milieu de la pièce, à un mètre de distance de Rose.

Dalek en chef : Maintenant que vous avez vu la suprématie des Daleks et constatez que le dernier Seigneur du Temps était mort, il est temps d’en finir !

Tout en esquissant un mouvement pour être dans l’axe de Jack, le Dalek s’écria : EXTERMINER !
 
Rose (hurlant) : Non ! Laissez-le !
Dalek 2 : Il doit mourir !

Par réflexe, Jack se couvrit la tête de ses bras d’un geste désespérément inutile contre le laser des Daleks. Rose, regardait fixement le Docteur, en se demandant quand il se déciderai à agir.

Daleks : EXTERMINER !!!

Rose eut à peine le temps de bouger en direction de Jack, que le rayon laser sortit du canon du corps du Dalek  atteignait le torse du Capitaine Jack. 

Rose (hurlant et pleurant): Nooooon !! Jack ! Oh, mon Dieu, non !

Le corps de Jack s’affaissa doucement et tomba aux pieds de Rose qui, incrédule, ne pouvait défaire ses yeux du cadavre. Elle s’agenouilla  près de lui, et prit la tête du Capitaine dans ses bras. Elle ne pouvait le croire ! Le Docteur n’avait rien fait pour le sauver. Pourquoi ? Une centaine de questions se bousculaient dans sa tête. Le Docteur qu’elle connaissait n’aurait jamais eu cette absence de réaction. Il aurait tout fait pour sauver son ami.

Dalek 1: La fille doit nous suivre ! C’est le moment d’assister à la suprématie des Daleks : Nous allons détruire la Terre et ensuite vous resterez avec nous comme prisonnière, pour témoigner de notre hégémonie.

Dépitée, ne sachant que faire, Jack mort et le Docteur feignant de l’être, Rose se releva et suivit le Dalek d’un pas machinal. Elle se retourna une dernière fois vers les deux hommes, des larmes coulaient sur ses joues. La porte se referma d’un coup sec et Rose fut emmenée vers la salle de commande du vaisseau.


                             
                          
 





Citation:


Dans la salle qu’elle venait de quitter, le Docteur se leva de la table et regarda le corps de son ami allongé sur le sol. Aucune émotion ne transparaissait sur son visage. Il se posa sur le bord de la table semblant attendre quelque chose.  Au bout de quelques minutes, le corps sans vie de Jack fut secoué de soubresauts.
                           

Jack : Arghhhh !!!

Le Docteur : Je suis désolé pour ça !

Jack se retourna sur le dos, et leva les yeux vers le Docteur qui lui tendait la main afin de l’aider à se relever.

Jack : Comment avez-vous su ?

Le Docteur : Oh, je le sais depuis que je vous ai abandonné sur la plateforme 5. Ça ne va pas vous plaire, mais, vous êtes une erreur Jack, une terrible erreur qui n’aurait jamais dû se produire ! Un point fixe dans l’espace et le temps : une aberration !

Jack (ironique) : Merci !

Le Docteur : Et vous ? Quand l’avez vous su ?

Jack : 1892 ! Une bagarre qui a mal tourné, une balle dans le cœur et je me suis réveillé. Après il y a eu la Première Guerre Mondiale, la Seconde, la famine, et… un javelot perdu. Après tout ça, je me suis rendu à l’évidence : je suis un homme qui ne peut pas mourir ! Mais vous,  vous savez pourquoi  je ne peux mourir?

Le Docteur (dans un souffle) : Rose.

Jack : Rose ? Mais je croyais que vous l’aviez renvoyée chez elle ?

Le Docteur : Elle est revenue, elle a regardé dans le cœur du Tardis et a absorbé le vortex du temps. Étant humaine, elle  fait des choix humains, mais elle n’a pu les contrôler : Elle a exterminé les Daleks et vous a rendu la vie. Mais son incapacité à contenir le vortex a fait qu’elle vous a, certes, rendu la vie, mais elle vous l’a rendue pour toujours !

Après cette explication, les deux hommes restèrent quelques secondes sans rien dire.

Le Docteur : Bon, on y va ?

Jack : Au fait, où est Rose ?

Le Docteur : Oh, le Dalek l’a emmené.

Jack : Quoi ???? Et vous l’avez laissé faire !!

Le Docteur : Bah, ils ne lui feront rien pour l’instant, ils sont trop occupés à détruire la Terre !

Jack : QUOI ?????

Jack n’avait pas finit sa phrase que le Docteur s’avançait déjà vers la porte. Il sortit son tournevis sonique et le pointa vers la serrure magnétique  qui  la retenait fermée. Un léger son strident se fit entendre qui fut suivit par un clic signifiant l’ouverture de la porte. Le Docteur tendit la tête pour vérifier qu’aucun Dalek n’était en vue. Il sortit alors, suivit par Jack et ils se dirigèrent vers la droite en direction de la salle des machines.

Le Docteur : Il faut stopper leurs canons lasers avant qu’ils ne détruisent la Terre !  

Jack : Bonne idée ! Mais comment ?

Le Docteur : Suivez-moi ! Il faut qu’on aille récupérer mon Tardis. J’y ai de quoi les envoyer rôtir en enfer pour toujours !

Le Docteur s’empara de son tournevis sonique, le régla sur la fréquence 55-07-23, celle du Tardis et le pointa dans différentes directions afin de le localiser. La lumière bleue émise par le tournevis sonique se fit plus forte lorsqu’il le dirigea vers le hublot du vaisseau. Le Docteur se posta près du hublot et regarda au travers d’un air embarrassé.

Jack : Quoi ? Que se passe t-il ? Vous l’avez trouvé ?
 
Le Docteur : Ouaip ! Il est là bas !

Jack : Où ça, là bas ?

Le Docteur : Là bas, en bas ! Ils ne l’ont pas transporté à bord, il est resté à l’endroit où on l’avait laissé !

Jack se dirigea vers le Docteur et jeta un coup d’œil vers l’endroit où il avait localisé le Tardis. Il stoppa net lorsqu’il comprit le problème. Le Tardis était sur Terre, à des milliers de kilomètres d’eux, avec l’espace qui les séparaient.  

Jack : Comment va-t-on faire ?

Le Docteur : bonne question !

Jack : Si seulement il n’était pas cassé ! On aurait pu aller le chercher !

Le Docteur :   Quoi ?

Jack : Quand j’étais Agent du temps, ce bracelet nous servait à voyager dans le temps et l’espace, mais depuis que je suis revenu au XIXe siècle, il ne marche plus !

Le Docteur : Faites voir ça !

Le Docteur agrippa si fortement le bras de Jack qu’il lui sembla qu’il lui avait arraché. Il activa son tournevis sonique et le déplaça sur toutes les parties du dispositif toujours attaché au bras de Jack. Au bout de quelques secondes, pendant lesquelles Jack crut que le Docteur allait lui luxer le bras à force de le tordre dans tous les sens, ce dernier leva la tête et son visage se fendit d’un large sourire.

Le Docteur : Allons-y !

En disant cela, le Docteur actionna le dispositif sans laisser le temps à Jack de se préparer au voyage. Ils se retrouvèrent dans une petite rue, le Docteur affalé sur le trottoir, Jack  à moitié étendu sur lui.

Le Docteur : Ne commencez pas, vous n’avez aucune chance avec moi !

Jack : Mais je n’ai rien fait. De toute façon je ne suis pas blonde !

Le Docteur : Quoi ? Que voulez-vous dire par là ?

La dernière phrase du Capitaine eut l’effet d’un électrochoc pour le Docteur. Il se mit à bredouiller et à se trémousser pour se sortir de sous le corps de Jack qui, ayant remarqué la réaction de son ami, le fit basculer sur le dos et lui attrapa les mains pour qu’il évite de bouger.

Le Docteur : Que faites-vous, Jack ? Lâchez-moi !

Jack : Ne faites pas l’enfant Docteur ! Vous et moi savons bien de quoi je parle ! Rose n’est pas une simple compagne de voyage pour vous ? N’est-ce pas ?

Le Docteur : Vous vous trompez ! Je tiens à Rose, certes, mais pas comme vous pensez !

Jack : Allons, Docteur, ne vous le cachez pas plus longtemps, tout au fond de vous, ce petit trouble qui se réveille à chaque fois que vous la voyez, cette douce chaleur qui vous envahit à chaque fois que vous lui prenez la main ou que vous la serrez contre vous. Ne me dites pas que vous ne l’aviez pas remarqué !

Le Docteur resta sans dire un mot, les yeux dans le vague, remplis de lames. Jack  desserra son emprise et s’adossa au mur faisant face au Docteur qui se recula de quelques centimètres pour faire de même. Jack le regardait comme une mère regarde son fils, les yeux plein d’amour et de compassion. Le regard du Docteur accrocha celui de Jack et il s’adressa à lui.

Le Docteur : Je ne peux pas l’aimer ! Je n’en ai pas le droit ! Je n’en ai pas la force ! Au début se sera sans doute comme dans un rêve : une vie pleine d’amour, de passion, de voyages et d’aventures en toutes sortes, mais lorsqu’elle ne sera plus la jeune fille d’aujourd’hui, qu’elle aura fait le tour de tout cela, et qu’elle souhaitera s’arrêter, fonder une famille, s’installer! Qu’est-ce que je ferais ? Pire si jamais, elle continuait toute sa vie avec moi, il arrivera un moment où elle …, où elle ne sera plus, et là qu’est-ce que je ferais ? Elle va vieillir, Jack, elle va vieillir et mourir et moi je ne changerai pas, je vais rester comme je suis aujourd’hui et je vais la regarder mourir ! Non, je ne peux pas…

Jack : Vous ne croyez pas que c’est à elle de décider ? Elle a des sentiments pour vous et ils sont très forts ! Ça je le sais ! Elle n’ose pas vous les avouer par peur que vous la rejetiez ! Que vous la rameniez chez sa mère et que vous vous enfuyiez!

Le Docteur : Je ne sais pas, je ne sais plus, Jack !  Qu’est ce que je dois faire !

Jack : Pour l’instant : la sauver ! Après c’est à vous de décider !

Sur ces mots, les yeux du Docteur s’asséchèrent, son regard reprit son aspect naturel de détermination et il se releva. Jack l’imita et ils se dirigèrent tous deux vers l’entrée de la ruelle. Arrivés au bout, ils se rendirent compte qu’ils avaient atterri en plein centre de Londres, près de Trafalgar Square, à des kilomètres du parc où le Docteur avait posé son Tardis.

Le Docteur : Pas très précis votre truc ! Comparé à mon Tardis, c’est une trottinette de l’espace face à une Ferrari !

Jack : Ne vous plaignez pas, au moins j’ai un dispositif de voyage spatio-temporel. C’est par où ?

Le Docteur : À gauche !

Ils se dirigèrent vers une station de taxi avant de s’apercevoir qu’aucun d’entre eux n’avait d’argent pour payer la course. Rebroussant chemin, Jack poussa le Docteur à s’engager dans la rue jouxtant la National Gallery : Suffolk Street qui s’avéra être un cul de sac mal fréquenté et peu accueillant.

                            









                      


Citation:


Le Docteur : Où diable allez-vous !

Jack : Chut ! Suivez-moi ! J’ai un plan !

Ils s’enfoncèrent dans la ruelle et Jack prit la main du Docteur et la positionna sur son bracelet-dispositif et l’actionna. En un éclair ils furent transportés dans une cour peu accueillante et vide. Une porte se dressait devant eux, Jack  souleva un clapet et composa un code. Rien ne se passa. Il recommença deux fois mais toujours rien.

Le Docteur : Alors ? Que se passe-t-il ?

Jack (inquiet) : Je ne sais pas, le code ne doit plus être bon !

Le Docteur (suspicieux) : Quel code ?

Jack : Vous avez un téléphone ?

Le Docteur : Jack ! Quel code ?

Jack : Celui de la porte ! Vous me le donnez ce téléphone ?

Sachant qu’il ne tirerai rien de Jack s’il ne lui donnait pas le téléphone, il s’exécuta. Dès qu’il l’eut entre les mains, Jack composa un numéro et attendit.

Jack:  54-301, Capitaine Jack Harkness.

Le Docteur : Vous appelez qui ?!?

Jack : (au Docteur) Chut ! (à son interlocuteur) Ianto ?…… Oui, oui, je vais bien…… non, rien de grave…… attends…… il me faut le code de Londres ! …… oui, je suis à Londres…… j’ai pas le temps, je t’expliquerai!…… 34-28-D, Ok, merci……

Le Docteur : Vous me mettez au courant ?!?

Jack : J’ai atterrit sur Terre en 1863 ! Il fallait bien que je m’occupe avant d’arriver à notre époque ! J’ai créé une petite équipe à Londres au début des années 20. Aujourd’hui je suis basé à Cardiff avec ma nouvelle équipe, sur la faille spatio-temporelle. Nous défendons la Terre contre les attaques aliennes et nous nous servons de leur technologie pour les attraper ! Comme je savais que vous viendrez un jour ou l’autre refaire « le plein », j’attendais, mais apparemment on a voulu nous rassembler avant la date prévue! Bon vous entrez ?

Jack avait réussit à composer le code d’ouverture de la porte et les deux hommes pénétrèrent dans l’immense salle qui s’offrait à eux ! On voyait, au premier coup d’œil, que des dizaines d’années étaient passées depuis la dernière fois où le local avait accueilli ses propriétaires. La poussière recouvrait tout sur une épaisseur d’au moins 5 centimètres. Tout un tas de meubles et de machines étaient à l’abandon et semblaient avoir subit de graves dégâts ! Le Docteur s’avança plus profondément vers le fond de la pièce.  Il passa la main sur le mur et ses doigts laissèrent des traces sur ce qui se révéla être une verrière. La lumière du jour passa au travers des marques laissées et éclairèrent faiblement la salle. Le Docteur balaya du regard la pièce, et reconnu quelques appareils familiers : un générateur de particules Uons, un désintégrateur, une dizaine d’ordinateurs reliés à un central de commande composé de plusieurs éléments extraterrestres ainsi que divers objets.

Le Docteur : Qu’est ce que c’est que cet endroit ?

Jack : C’est mon premier Q.G. On a dû l’abandonner dans les années 60, mais on a gardé le local au cas où on en aurait besoin ! Et je crois que j’ai bien fait !

Le Docteur : Que s’est-il passé ici ?

Jack : Oh rien de Grave ! Une petite altercation avec une race alienne peu encline à partager son savoir ! On les a eu, mais ils ont réussit à bousiller nos appareils et à tuer toute mon équipe ! J’ai «  bien entendu » survécu, et c’est après ça que j’ai déménagé à Cardiff.

Jack se dirigea vers un escalier et grimpa 4 à 4 les marches pour atteindre une sorte de bureau en mezzanine. Il actionna l’interrupteur et une lumière jaune inonda la pièce. Le Docteur rejoignit Jack, le bureau était dans le même état que la pièce qu’il venait de quitter. Des feuilles de papiers éparpillées et à moitié détruites par le feu recouvraient le sol sur plus de la moitié de sa surface, les tiroirs des meubles étaient ouverts ou renversés, des impacts d’armes lasers et d’armes à feu couvraient les murs en alternance avec des traces brunâtres que le Docteur présuma être du sang. Pendant que le docteur observait la pièce, Jack était en train de chercher quelque chose. Mais dans le fouillis ambiant, il ne faisait que mettre plus de désordre, faisant voler les feuilles au dessus de lui. Au bout de cinq minutes qui parurent des heures au Docteur, la main de Jack apparue au-dessus du bureau tenant une paire de clés.

Jack : Tadam ! Je les ais !

Le Docteur : C’est quoi ?

Jack : Notre moyen de transport ! Enfin j’espère…

Jack se précipita en bas, le Docteur resta accoudé à la rambarde de l’escalier, regardant ce que faisait Jack, inquiet et curieux à la fois. Jack disparut par une porte que le Docteur n’avait pas encore remarqué. Un bruit assourdissant retentit et résonna dans l’immense salle. Une grande partie du mur pivota laissant apparaitre une trappe cachée, de laquelle un bolide gris effectua un tête-à-queue magistral, avant de s’immobiliser au milieu de la pièce.

Jack : Alors vous venez ? On doit sauver le monde et accessoirement votre future petite amie !





 
               
Citation:

Le Docteur descendit les marches et s’installa sur le siège passager de la sublime Porche Spider 550 décapotable de Jack. À peine eut-il attaché sa ceinture que Jack actionnait l’ouverture automatique de la porte et démarrait en faisant crisser les pneus de la voiture. Ils s’insérèrent dans la circulation dense du centre de Londres en direction du parc où était stationné le Tardis. Jack maniait la conduite de la Porche avec brio, au grand étonnement du Docteur. Il arrivait à se faufiler dans les moindres recoins sans s’encastrer dans les voitures arrivant en sens inverse. Jack lui expliqua que la voiture était pourvue d’un dispositif de circulation furtive qui permettait de telles manœuvres.                 
                 

Il ne leur fallut qu’un quart d’heure pour rallier Trafalgar Square au parc situé aux abords du stade de Wembley, dans la Banlieue de Londres. Ils stationnèrent dans une rue tranquille à l’abri des regards et se dirigèrent à pieds en direction du Parc. Le Tardis était bien là où le Docteur l’avait laissé. C’était toujours aussi  surprenant de voir une boite bleue en forme de cabine de secours de la police datant de 1950 en plein Londres du XXIe siècle. Cependant, seuls ceux qui savent que le Tardis existe et qui veulent le voir, en sont capable. Les autres passent devant, le voient sans le voir, grâce au filtre de perception dont est doté le Tardis. De ce fait, le Docteur peut stationner où il le souhaite, sans avoir à se préoccuper de dissimuler son vaisseau.
 
Le Docteur esquissa le geste de plonger la main dans la poche de son manteau. Lorsqu’il s’aperçut qu’il ne le portait pas, il s’arrêta d’un coup sec, affolé.


Jack : Que se passe t-il ? 
  
               
                 
Le Docteur : La clé du Tardis, elle est dans mon manteau ! Et il est resté dans le vaisseau des Daleks ! Sans elle, on ne peut pas y rentrer !                   
                 
Jack : Du calme ! J’ai toujours la mienne !


Jack sortit de sa poche un trousseau qui comportait au moins un vingtaine de clés. Le Docteur lui avait confié une clé à l’époque où ils voyageaient ensemble avec Rose. Chacun avait sa clé, ce qui était plus pratique. Il mit une minute à trouver la bonne et la tendit au Docteur qui s’empressa de l’insérer dans la serrure et d’ouvrir la porte.


Jack : Toujours le même, ce bon vieux Tardis ! Si vous saviez combien ça m’a manqué !!!  
 
                 
Le Docteur (moqueur): Nostalgie, quand tu nous tiens…                   


Le Docteur se dirigea vers la console de commande du Tardis, actionna différents boutons, et se tourna vers Jack qui était resté à coté de la porte d’entrée.


Le Docteur : Fermez-moi cette porte et allons-y !!!!

               
                 
Jack : À vos ordres !


Jack referma la porte derrière lui et se dirigea vers le Docteur. Il savait que son ami avait l’intention de rematérialiser le Tardis à l’intérieur du vaisseau Dalek mais le reste de son plan lui était inconnu.


Jack : Docteur, quel est votre plan ?

               
                 
Le Docteur : Détruire les Daleks et sauver Rose !                   
                 
                  
                 
Jack : Oui, mais comment ? 
  
                 
                 
Le Docteur : Il faut que l’on s’introduise dans la salle des machines du vaisseau et relier ce câble au périphérique de commande des canons lasers. Facile !
  
                 
Jack : Heu…, si vous le dites… mais vous ne croyait pas que cette salle est gardée ? 
               
                 
Le Docteur : Si et c’est là où vous rentrez en jeu ! 
               
                 
Jack : Pardon ?
               
                 
Le Docteur : Oui, je ne peux faire face à ces Daleks, je suis mortel. Vous ferez diversion, emmenant les gardes avec vous, pendant que j’irai connecter le câble.
 
                 
Jack : Oh, c’est donc ça votre plan, me faire tuer pour vous couvrir !

               
Le Docteur : Allons donc ! Vous êtes immortel, il faut bien que ça serve à quelque chose !

               
Jack : Très drôle !!

Le Tardis venait de se matérialiser à l’intérieur de la salle de commande, et déjà les impacts des rayons lasers sur les cloisons se faisaient entendre.

Le Docteur : J’ai mis en place le bouclier, vous avez 5 mètres de totale immunité avant de pouvoir être atteint par leurs lasers. Essayer de les retenir le plus longtemps possible.

               
Jack : Facile à dire, c’est pas sur vous qu’ils vont tirer !

               
Le Docteur : Assez discuter : Allons-y !!! 

Le Docteur s’empara du câble, et se posta derrière Jack. La Porte du Tardis s’ouvrit et ils découvrirent la salle des machines. Jack prit son élan et s’élança vers la droite du vaisseau, vers la porte qu’il avait entre aperçut quelques instants auparavant sur l’écran de contrôle du Tardis.  Le Docteur resta caché quelques instants pour tromper les Daleks et leur faire croire que seul le capitaine était à bord. Le stratagème fonctionna et les deux Daleks de garde se mirent en chasse de Jack qui avait réussit à passer la porte. 
  
                 
Le Docteur savait que Jack ne parviendrait pas à les retenir très longtemps et qu’il fallait faire très vite. Il se précipita vers le centre de la pièce, tirant sur le câble. Arrivé près du périphérique de commande des lasers, il sorti son tournevis sonique de sa poche et le pointa en direction de la trappe refermant les prises recherchées. Une fois la trappe enlevée, il brancha la prise et fonça en direction du poste de commande de son Tardis. Il actionna quelques boutons et régla la fréquence de son tournevis sonique sur celle du dispositif ainsi crée. Il sortit du Tardis, en prenant soin de surveiller chaque recoin de la pièce, pour éviter de rencontrer un Dalek, et se dirigea vers le couloir qu’avait emprunté Jack.  
  
                 
Au détour du premier virage, il découvrit le corps de son ami, immobile et criblé d’impacts de canons laser, couché sur le coté. Il le dépassa, sachant pertinemment que Jack se remettrait dans quelques instants et qu’il le rejoindrait. Il se dirigea vers la salle de commande où Rose était retenue prisonnière. Il savait que ce serait très difficile de la sauver, mais il ne pouvait se résoudre à l’abandonner à son sort. Jack avait raison : il l’aimait. Il suivit le couloir jusqu’à apercevoir la porte du sas menant à la salle de commande. Il  observa un temps d’arrêt pour étudier les solutions qui s’offrait à lui. Il opta pour la plus insensée, pariant sur l’effet de surprise que sa « résurrection » provoquera chez ses ennemis. Il s’empara de son tournevis sonique et le pointa sur le dispositif d’ouverture. Un clic se fit entendre et la porte coulissa. Il se positionna de façon à être dissimulé en partie par les montants de la porte et se soustraire aux lasers des Daleks. Une fois la porte ouverte, il jeta un rapide regard dans la salle et à son grand étonnement, aucun  Dalek n’était présent ! 
  
                 
Il s’avança prudemment vers le centre de la pièce en direction de la baie d’où l’on pouvait apercevoir la Terre. Derrière lui, un bruit électrique se fit entendre.  Il fit volte face et découvrit Rose retenue prisonnière par des barreaux lasers. Elle regardait le Docteur et semblait lui hurler quelque chose. Ses lèvres bougeaient, mais aucun son n’arrivait jusqu’au Docteur.  Un filtre de silence avait du être mis en place. Il s’approcha de la prison, pointa son tournevis sonique vers les lasers sortant du plafond et les éteignit un par un jusqu’à ce que Rose puisse se glisser au travers. Le Premier geste de Rose fut d’enlacer le Docteur, elle était libre, saine et sauve. Mais elle se retira presque instantanément des bras de son sauveur et lui lança un regard réprobateur qui en disait long sur les sentiments qu’elle ressentait pour lui en ce moment précis.
       
                 
                 
Rose (furieuse): Vous l’avez laissé mourir !!! Comment avez-vous pu !!! C’était votre ami, vous auriez dû faire quelque chose.                    
                 

Tout en disant ces mots, elle se rapprocha du Docteur. Arrivée près de lui, elle se mit à le frapper violemment  avec ses deux poings, les yeux remplis de larmes. Sa rage devenait de plus en plus forte. À ce moment là, la porte émit un grincement et Rose stoppa ses gestes pour regarder qui allait entrer.                    
                 

Jack : Docteur ? Ah, vous êtes là, vous avez réussi ?

               
Rose : Jack !?!?                   

                 
Rose était abasourdie, elle ne pouvait plus ni bouger, ni parler. Jack se tenait là, devant elle, vivant, respirant le visage éclairé de son sourire envoûtant.                      
                 

Jack : Hello !

               
Rose (bégayant): Vous… vous… ê…êtes vivant ???

               
Jack (au Docteur): Vous ne lui avait rien dit ?

               
Le Docteur : Comment j’aurais pu ? Elle ne m’a pas laissé le temps de lui dire un seul mot !                    
                 

Jack aperçu la position de ses deux amis ; Rose, les cheveux en bataille, les yeux rouges et humides,  les poings serrés dirigés vers le Docteur et le Docteur tenant les poignets de Rose pour retenir ses coups. Il éclata de rire, ce qui laissa ses amis sidérés. Rose baissa sa garde, se redressa et se plaça aux cotés du Docteur qui s’était retourné pour faire face à Jack.                    
                 

Le Docteur : Que trouvez-vous si drôle dans cette situation ?

               
Jack : Rien, c’est la situation qui est comique. On doit encore se sortir de ce pétrin, et vous vous battez comme des chiffonniers…                   

Rose (Lui coupant la parole) : Il vous a laissé mourir !!!                   

Jack (la taquinant) : J’ai l’air mort ? Docteur, vous trouvez que j’ai l’air mort ?

               
Le Docteur (entrant dans le jeu du Capitaine) : Non, pas plus que ça.

               
Rose : Mais…                   

Le Docteur : Allez Jack, dites-lui !  

               
Jack : Je ne peux pas mourir Rose !

               
Rose : Quoi ?

               
Le Docteur : Il ne peut pas mourir !

               
Rose (toujours en colère contre lui) : Oui, j’avais compris ! (à Jack) Mais comment est-ce possible ?

               
Jack : Je crois que c’est grâce à vous !

               
Rose : Comment ça ?

               
Le Docteur (à Jack) : Elle ne se souvient pas de tout ce qui s’est passé là bas.

               
Rose : C’est à Jack que je parle !

               
Jack (hilare) : Oh, Oh, je sens comme une petite tension entre vous… et j’en suis le responsable on dirait !                   

Rose : Ça vous fait rire ? J’ai cru que vous étiez mort, et ça vous fait rire !                   


Rose s’avança vers Jack, tendit la main vers son torse et lui tapota l’épaule droite, comme pour s’assurer qu’il était bien vivant. Jack éclata de rire à nouveau, entraînant avec lui le Docteur et Rose, bien qu’elle ne fût pas d’humeur à rire. Après quelques secondes, le calme fut de retour dans la pièce et les trois compagnons se dirigèrent vers la porte pour rejoindre le Tardis. Jack actionna le bouton d’ouverture et Rose qui se trouvait en face de la porte se retrouva nez à nez avec trois Daleks.                    

                 
Dalek 1 : EXTERMINER !  

               
Le Docteur (hurlant) : Rose !!!!! Nooonnn !!!!                   
                 

Jack eut la rapidité d’esprit de se jeter sur Rose pour la faire tomber. Ce geste eut pour conséquence que le laser destinée à la jeune femme frappa Jack en plein ventre. Il s’effondra sur le sol tandis que Rose, couchée à terre, fixait le corps inerte du Capitaine, pas encore habituée à l’invulnérabilité de son ami.                    
                 

Rose : Jack ? Jack !?! 

               
Le Docteur (à Rose): Il va bien ! Arrêtez de vous inquiétez !

               
Dalek 1 (apercevant le Docteur) : Le Docteur est en vie : EXTERMINER !!!!!! EXTERMINER !!!!                   
 
               
Le Docteur : Oh, ça non !

               
                 
Le Docteur pointa son tournevis sonique en direction du Dalek qui stoppa net. Même s’il savait pertinemment que cela ne leur ferait aucun dommage, sa réputation parmi les Daleks suffisait pour que ce seul geste les stoppe. 


               
Le Docteur : Maintenant vous allez m’écouter ! Si j’actionne mon tournevis, votre vaisseau va s’autodétruire. J’ai connecté mon Tardis à votre périphérique de commande des canons lasers. Si je l’actionne, tout saute !!!                   

Dalek 1 : Mais vous mourrez aussi !!                   

Le Docteur : Peut-être, mais vous serez tous mort ! Plus aucun Daleks ne s’attaquera à la race

               
Rose (inquiète) : Docteur ? Vous êtes sûre de ce que vous faites ?

               
Le Docteur : Oh, oui, je n’ai jamais été plus sûr de moi ! Jack vous êtes prêt ?                






   
   

  
   
Citation:

Le Capitaine, qui venait de ressusciter une nouvelle fois, actionna en un temps record son bracelet-dispositif de voyage spatio-temporel tout en agrippant la main de Rose. Le Docteur y joignit la sienne à la dernière seconde et tous trois disparurent. Ils réapparurent à l’intérieur du Tardis, Jack coincé entre le Docteur et Rose qui tentait de se relever péniblement. Lorsque Rose eut réussit à se remettre debout, libérant ainsi le Docteur, il se leva et actionna le tournevis sonique. Le périphérique de commande des canons explosa, rendant les armes des Daleks inoffensives, garantissant la survie de la Terre.
 
Le Docteur : Jack ! Retirez le câble ! Il faut partir avant que tout explose !

Jack : C’est bon ! On y va !!!!
 
Le Docteur actionna le mécanisme de mise en route du générateur de vortex et le Tardis disparu quelques secondes avant l’explosion totale du vaisseau Dalek. Rose, Jack et le Docteur ressentirent tout de même les vibrations dues à la déflagration. Des étincelles sortirent du poste de commande et de la fumée s’éleva des grilles de protections des moteurs.
 
Rose : Docteur, ça brûle !!!!

Le Docteur : Attrapez un extincteur Jack ! Il faut éteindre le feu sinon, je ne pourrais pas stabiliser le Tardis et Dieu sait où l’on va se retrouver !
 
Jack attrapa l’extincteur le plus proche de lui et le dirigea vers les flammes. Rose se cramponnait à ce qu’elle pouvait afin de ne pas se cogner à chaque soubresaut du Tardis. Jack réussit à éteindre les principaux foyers, ce qui permit au Docteur de le stabiliser et de composer les coordonnées de la Terre. Le Tardis se matérialisa sur la rive de la Tamise, près de Big Ben.
 
Le Docteur : On est arrivé : Londres, 24 décembre 2006 !

Jack : Super ! Je vous signale quand même, au passage, que moi, je vis à Cardiff !

Le Docteur : Je vous ramènerais! Mais pour l’instant, il faut laisser le Tardis se reposer !

Jack : Et ça va mettre longtemps ! On fait quoi pendant ce temps là ?

Rose : Il est quelle heure ?

Jack : 19h30, pourquoi ?

Rose (souriante) : Juste à temps pour le dîner de Noël ! Qu’en dites-vous Docteur !

Le Docteur : On était venu là pour ça me semble t-il ! ALLONS-Y !!

Jack : Pourquoi pas ?
 
Ils sortirent du Tardis, en n’oubliant pas de prendre de la monnaie pour payer le transport, pénétrèrent dans le métro à la station Westminster, prirent la ligne « Circle » jusqu’à Paddington, où ils changèrent pour la ligne « Bakerloo » jusqu’à Wembley Central. Sortis du métro, ils remontèrent l’avenue conduisant aux immeubles du Powell Estate. Rose marchait de plus en plus vite, distançant même les deux hommes de quelques mètres. Elle était impatiente de revoir sa mère, mais aussi de se poser, de prendre le temps de se détendre et de penser à autre chose. Elle gravit les trois étages 4 à 4, glissa la clé dans la serrure de l’appartement et s’écria en ouvrant la porte :
 
Rose : M’man, c’est moi, on est rentré !

Jackie : Oh, Rose, enfin ! Mais où étiez-vous ?

Rose : C’est une longue histoire, je te raconterai !

Jackie : Mais où est le Docteur ? Tu es toute seule ?

Rose : Non, il arrive. Au fait, on sera un de plus, ça te dérange pas ?
 
Au même moment, le Docteur et Jack firent leur apparition sur le palier. Jackie sauta au coup du Docteur qui malgré ses efforts pour se défaire de l’emprise de la mère de Rose, ne pu échapper au baiser de bienvenue de celle-ci. Dès qu’elle eut fini avec le Docteur, elle se tourna vers Jack qui se présenta :
 
Jack : Captain Jack Harkness !

Jackie : Jackie Tyler !

Jack : Enchanté de vous…

Le Docteur : Arrêtez ça !

Jack : Quoi ? J’ai pas le droit de dire bonjour ?

Le Docteur : C’est plus que ça pour vous…

Jackie (l’interrompant) : Ça ne me dérange pas…
 
Le repas se déroula dans la détente et le rire, Le Docteur narrant ses histoires les plus fantaisistes, Jack, racontant les siennes, et Jackie embarrassant Rose avec des histoires de son enfance. La dinde aurait pu nourrir une dizaine de personnes, le gâteau de même. Les convives mangèrent à s’en faire exploser l’estomac. Vers 2h30, Rose sentait la fatigue l’emporter et s’excusa auprès de sa mère et de ses deux amis, et rejoignit sa chambre. Jackie ne fut pas longue à suivre sa fille et après avoir tenté de convaincre les deux hommes l’un après l’autre de partager son grand lit chaud. Elle leur donna des couvertures et des oreillers et s’enferma dans sa chambre. Les deux hommes restèrent seuls dans le salon. Le Docteur s’assit sur le canapé et Jack prit le fauteuil d’en face. Ils restèrent silencieux pendant de longues secondes.
 
Jack : Alors, quelle est votre décision ?

Le Docteur : Pardon, quelle décision ?

Jack : Allons, Docteur, vous le savez parfaitement : à propos de Rose !

Le Docteur : Je ne sais pas encore, je n’ai pas pris ma décision.

Jack : Ne tardez pas trop, il va arriver un moment où elle en aura assez d’attendre un geste de votre part, et c’est elle qui vous laissera tomber !

Le Docteur : Ce n’est pas si facile !  Vous ne pouvez pas comprendre !

Jack : Vous croyez ! Tel que vous me voyez, j’ai environ 150 ans ! Et je vous rappelle que je ne peux pas mourir ! Nos deux situations ne sont pas si éloignée l’une de l’autre !

Le Docteur : Je suis désolé, je n’y avais pas pensé ! Mais vous, vous le feriez si vous aviez quelqu’un à qui vous teniez ?

Jack : Je l’ai fait il y a quelque temps. Avec un membre de mon équipe. Et je ne le regrette pas ! Ianto est un homme parfait et joli garçon qui plus est. Il est calme, posé, ordonné, le contraire de moi ! Mais on dit que les opposés s’attirent !

Le Docteur : Vous êtes plus courageux que moi.

Jack : Ce n’est pas du courage ! C’est de la volonté !
 
La discussion entre les deux hommes s’arrêta là. Ils se saisirent des couvertures et s’endormirent presque aussitôt. Au petit matin Jack se réveilla et découvrit le Docteur, adossé au montant de la porte de la chambre de Rose, la regardant dormir.
 
Jack : La regarder ne changera rien, Docteur, il faut prendre une décision.

Le Docteur : Je l’ai prise …  Je…

Le Docteur n’eut pas le temps de finir sa phrase, la porte de la chambre de Jackie s’entrouvrait. Il reprit sa place sur le canapé et fit semblant de lire un magazine.
 
Jackie : ‘Jour.

Le Docteur et Jack (ensemble) : Bonjour !
 
Le petit déjeuner se passa en silence, Rose émergea une heure plus tard et rejoignit ses compagnons. Vers 11h30, Jack, le Docteur et Rose prirent congés de Jackie et regagnèrent le Tardis. Ils atteignirent Cardiff en un instant. Le Docteur avait posé le Tardis aux pieds du Millenium Center, en plein milieu de la faille spatio-temporelle. Il en profitait pour recharger le Tardis. Ils sortirent afin de faire leurs adieux au Capitaine.
 
Le Docteur : Vous savez, vous pourriez venir avec nous ! Voyager, rencontrer de nouvelles races, visiter de nouvelles planètes ! Ça ne vous manque pas ?

Jack : C’est très tentant Docteur, mais j’ai ma vie ici maintenant, avec mon équipe !

Le Docteur : Bien sûr, protéger la Terre, je ne peux rien contre ça, je ne peux qu’y adhérer !

Jack : Au fait, vous ne pouvez rien faire pour moi ? Enfin, vous savez, pour mon état ?

Le Docteur : Non, désolé !

Jack : Ouais… mais je vais quand même continuer à vieillir ! Que va-t-il m’arriver si j’atteins un millier d’années, ou un million ?

Le Docteur : Je n’en sais rien !

Jack : Oh, c’est pas grave ! Docteur, Rose ! Bon vent !

Rose : À bientôt !

Jack : Je l’espère !
 
Le Docteur fit un geste de la main pour dire au revoir à son ami, qui déjà faisait demi-tour pour rejoindre son Q.G. se situant sous la place. Il se retourna une dernière fois vers ses deux compagnons.
 
Jack : N’oubliez pas ce que je vous ai dit, Docteur !  N’attendez pas trop où vous le regretterez !
Rose : De quoi parlez-vous Jack ?


Jack : Demandez au Docteur !
 
Pas mécontent du tour qu’il venait de faire au docteur, il disparu de leur champ de vision. Rose, curieuse, se tourna vers le Docteur.
 
Rose : De quoi voulait-il parler ?

Le Docteur : De rien… Enfin si, de quelque chose que j’aurais dû vous dire depuis longtemps : Je …
 
À ce moment précis, l’alarme du Tardis se mis à résonner signifiant que les moteurs étaient rechargés. Reprenant ses esprits, le Docteur esquiva la fin de la conversation.
 
Le Docteur : Alors ? Que dites vous de visiter le Londres de 5029 ? En route !

Rose (déçue) : Si vous voulez…
    
              
  FIN 



 
  

_________________

http://drolededuam.hautetfort.com


Dernière édition par duam78 le Mar 17 Aoû 2010 - 16:03; édité 56 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2008 - 09:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lolocreep
WhoGirl

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2008
Messages: 1 567
Localisation: Constéllation Lolosienne
Féminin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû 2008 - 20:48    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Mais de rien  Wink
Elle est bien ta fic, continue comme ça
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2008 - 09:56    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Belle introduction, ça met l'eau à la bouche : le Jack morose de la saison 1 et le Doc et ROse, comme il se doit ^^
mais LA SUITEEEEEEE
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin


Dernière édition par Sunjin le Mar 26 Aoû 2008 - 10:20; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Utopia!
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 1 121
Localisation: Entre le TARDIS et Atlantis, avec Carson *gniihii*
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 22 Aoû 2008 - 11:02    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

La suite la suite la suite

Belle fic que tu nous as faite !
C'est un très bon début qui donne envie de savoir ce qu'il va se passer !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 25 Aoû 2008 - 22:37    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

MàJ : le chapitre 2 est là ...

Bonne lecture !!

_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Coralie
[Centurion solitaire]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2008
Messages: 62
Localisation: Paris
Féminin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2008 - 01:57    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Très bonne fic !
Mais que tu es sadique avec Rose, la laisser croire comme ça à la mort de Jack et à la passivité du Docteur vis à vis de cette mort, tu n'as pas honte ??? (je plaisante bien sûr !)
J'ai hâte de lire la suite !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Yahoo Messenger MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Mar 26 Aoû 2008 - 10:27    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

NOUS SOMMES SUPERIEURS


excellent les Daleks, ils font bien peur lol et ouf pour le Doctor quand même ... A suivre
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 27 Aoû 2008 - 19:40    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Chapitre 3 posté !!!  bonne lecture  Exclamation Exclamation


Merci pour les encouragements Coralie et .
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sunjin
Time Lord a la retraite

Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2007
Messages: 10 529
Localisation: Mars
Cancer (21juin-23juil) 狗 Chien

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû 2008 - 08:27    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Laughing c'est rigolo le vortex a mis pleins d'éléments de la saison 3, de la 4, de la 1, ça passe bien !

Quant à la scène finale Jack/Doctor : j'adore, son côté cocasse d'abord et l'échange entre les deux : et Jack : oui c'est à Rose de décider *naméo*
_________________
KroniK Marsiennes : Bad Bad Sunjin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 31 Aoû 2008 - 18:40    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

le chapitre 4 est là...

c'est un chapitre de transition écrit avant de connaitre le passé de certains personnages donné aux fils des saisons de DW et TW, donc tout est inventé !

Bonne lecture et n'hésitez pas à donner votre avis !! Okay
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Utopia!
[Master of the Vortex]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Mai 2008
Messages: 1 121
Localisation: Entre le TARDIS et Atlantis, avec Carson *gniihii*
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Lun 1 Sep 2008 - 09:59    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant



Quelle suite !!!!! Trop bien ^^
Pauvre Ianto, qui ne comprend pas pourquoi Jack est parti Laughing

Je ne dis qu'une chose vivement la suite !!
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2008 - 13:35    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant


 


Fin du chapitre 5 et chapitre 6

Je mets la fin de la fic avant que Cloclo ne me "pète un câble" ou pire s'auto- !!!!

Bonne lecture

et n'oubliez pas de mettre vos impressions maintenant que vous avez l'histoire dans son entier !!!
  

_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
cloclo
[LINDA's Member]

Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 244
Localisation: Nantes
Féminin Lion (24juil-23aoû) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2008 - 17:34    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Youhou !! C'est fini ! Plus d'embrouillage possible entre tes histoires !!


La fin et le massacre de tous les Daleks étaient un peu facile je trouve mais ce n'était pas le thème principal de ta fanfic...

On retrouve bien les personnages avec leur caractère et tout (t'es douée pour ça) et le Doc reste bien égal à lui même... Le lâche !!

Bref, très bonne fic au final !

_________________
Revenir en haut
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 3 Sep 2008 - 18:20    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Oui, j'aime bien m'appesantir sur les relations entre les personnages, du coup, ben l'histoire dans laquelle ils évoluent s'en trouve un peu "simplifiée" dans son déroulement et son aboutissement, et je vais souvent dans la "facilité".

Je l'avoue, c'est mon point faible !!!! tu t'en rendras compte ! mais je vais essayer de m'améliorer !!!!

RDV pour la prochaine Fic... Wink
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
SamxWho
[Ood]

Hors ligne

Inscrit le: 30 Mai 2008
Messages: 18
Localisation: Dans le TARDIS, entre Jack & le Docteur (Miam!) xD
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Sep 2008 - 03:19    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love Répondre en citant

Woohoo' encore une fois j'ai adoré! Histoire sympa & des personnages très bien exploité.

Keep going like this Wink
_________________

Peter/Sylar... Not so different anymore.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:53    Sujet du message: [Terminée] To Love or not to Love

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Fan Fiction -> Cross-over whoniverse Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com