Doctor Who Index du Forum
 
 
 
Doctor Who Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion


[Terminée] La BOT's FanFic
Aller à la page: 1, 2, 39, 10, 11  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Hall Of Fame
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009 - 18:39    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Depuis quelques temps, et suite à la proposition de David-S, nous discutons de l’éventualité d’écrire une Fanfic à plusieurs mains. Les commentaires postés par plusieurs membres du forum laissent penser que cette idée plait. Donc, David-S et moi-même avons décidé de lancer le projet concrètement.


David-S a écrit:

Salut   Smile 

Alors, la soirée anniversaire m'a provoqué un orage de cerveau qui a abouti à une petite idée, je vous en fait part.

Voila, puisque cette année sera pauvre en nouveaux épisodes, je me suis dit qu'on pourrait créer notre propre saison 2009 en faisant une fiction collective.

  Confused    Confused    Confused 

Ok, j'explique ...

On lance une base à l'histoire, puis tous ceux qui le souhaitent écrivent la suite (chacun un chapitre par exemple) jusqu'à ce que quelqu'un se décide a écrire la fin.
A partir de là, l'auteur suivant a 2 possibilités : Soit se lancer dans la suite directe de l'histoire précédente, soit commencer une histoire indépendante.

La seule règle à respecter serait de rester logique et cohérent dans le fil de l'histoire pour qu'elle reste compréhensible malgré les auteurs successifs.

Voila, j'espère avoir été claire, et j'espère surtout que cette idée plaira   Mr. Green


Je rappelle le principe :
Chaque participant écrit un chapitre, puis passe la main à un nouvel auteur et ainsi de suite… jusqu’à ce qu’une personne écrive le dernier chapitre. Bien sûr, chaque chapitre doit être la suite directe du précédent et rester cohérent vis-à-vis de l’histoire commencée.

Cette fic devra se situer après Journey's end, mais avant The Next Doctor.
comme rien a été écrit sur cette période de la vie du Docteur... toutes les idées sont possibles, mais doivent rester cohérentes avec la mythologie et les évènements des 4 dernières saisons.


Afin de réaliser une Fanfic qui se tienne, un « règlement » a été mis en place :
 
Citation:

Indications techniques :
1. Police : Times New Roman
2. Taille : 12.
3. Nombre de mots (entre 1200 et 2000 / chapitre + ou - 10%)
4. Nombre de chapitres (modifiable en fonction du nombre d’auteurs) 8 à 12.
5. Narration au passé (imparfait, passé simple... )
6. Les dialogues seront bien évidement au présent et devront être précédés du nom du personnage.
7. Un site utile pour orthographe, conjugaison, synonymes, définition ==> http://www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm

Déroulement :
1. Inscription des auteurs (par MP à Duam78 pour éviter la multitude de posts inutiles dans le topic)
2. Inscription des Bêtas (idem par MP à Duam78)
3. Tirage au sort pour l’ordre définitif (pour la première fic collective, nous avons choisis cette option, si c’est un succès et qu’une seconde voit le jour, la proposition de Marm sera retenue : A désigne B qui désigne C... )
4. Mise en ligne de la liste des auteurs selon l’ordre de passage et nomination des bêtas.

Quels délais ?

1. L’auteur aura maximum 1 semaine pour écrire son chapitre.
2. Sitôt le chapitre fini (et relut), il l’envoie par MP au Bêta qu’il aura choisi ainsi qu’à l’auteur suivant (qui pourra commencer à réfléchir à la suite qu’il écrira).
3. Le Bêta aura entre 2 et 3 jours pour faire les corrections nécessaires et le reverra la version finale à Duam78 (par MP)
4. Dès que j’aurais reçu le chapitre, j’éditerai le post et l’ajouterai à la suite du précédent et notifierai son insertion par un post d’information.

Ces délais sont modifiables en fonction des empêchements de chacun et des problèmes techniques qui peuvent survenir.

Cependant, si vous vous inscrivez, soyez sûr de vous y investir, même si votre ordre de passage n’est que dans un mois, ou un mois ½.

Calendrier prévisionnel :

19-27 mars : inscriptions des auteurs et des bêtas auprès de Duam78
27/29 mars : tirage au sort et mise en ligne de l’ordre de passage et nomination des bêtas.
30 mars : début du compte à rebours pour le premier auteur.
… les dates suivantes dépendront du temps mis par les auteurs et les bêtas à me renvoyer le chapitre.




Vous avez en tout 1 semaine ½ pour finaliser votre chapitre. Plus vite il sera écrit, plus d’allers-retours seront possibles entre vous et votre bêta (pour régler des problèmes de compréhension, de discontinuité, d’oubli d’éléments précédemment introduits… par exemple.)

En effet, si un des auteurs introduit un personnage, un objet, pose une question sans y donner de réponse… l’auteur suivant est dans l’obligation de l’intégrer à la suite… ce qui induit de bien relire les différents chapitres précédents lorsque son tour viendra…

Voilà, j'espère ne pas avoir été trop directive, mais si on se lance dans cette aventure, il faut le faire bien Wink
ça peut paraître rebutant, mais croyez moi, ça l'est moins que ça n'y paraît Laughing Laughing

 David-S et
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com


Dernière édition par duam78 le Mer 16 Déc 2009 - 09:50; édité 4 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009 - 18:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009 - 18:40    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant


Ici seront postés les chapitres au fur et à mesure ... Wink


Citation:
Minuit venait de sonner à Big Ben. Le Docteur se retrouvait une fois de plus tout seul. Il avait laissé Rose avec le Docteur humain dans le monde parallèle, Martha avait repris le chemin de Unit, quoi que Jack allait peut-être réussir à l’engager dans son équipe à Torchwood… Puis il avait dû, pour la sauver, effacer la mémoire de Donna, effacer toutes ses aventures, tous ses souvenirs, de lui, de ce qu’elle avait accompli... Elle était redevenue la Temp de Cheswick…
 
Il se retrouvait seul à bord de son Tardis, perdu dans ses pensées, repensant à ses compagnons… à cette aventure qu’ils venaient de gagner … Gagner… Était-ce le bon terme…
 
Machinalement, il actionna le levier de commande et laissa le Tardis décider de sa prochaine destination. Il voulait s’éloigner un peu de la Terre et de ses amis...                    

Citation:
Le Tardis venait d’arriver à destination. En fait, cela faisait même plusieurs longues minutes que le Docteur attendait dans son vaisseau, les yeux fixés sur la porte, dans un silence lugubre. Derrière cette porte s’étend une contrée nouvelle, pensa t-il, pleine de promesses… et de problèmes.
Cette pensée parvint à lui arracher un bref sourire. Décidément, il n’y avait que lui pour être réconforté par l’idée des ennuis qu’il allait bien pouvoir s’attirer en franchissant le seuil du Tardis.
Mais le réconfort fut de courte durée, car non, il n’était pas le seul à se réjouir de ce genre de choses. Donna aussi aurait été folle de joie et pleine de curiosité dans une telle situation.
Le Docteur sourit à nouveau, ce qui le tira de sa rêverie. Il jeta un coup d’œil autour de lui, mais Donna n’était pas là, et elle ne reviendrait jamais. Il était seul, à nouveau…

Il sentit qu’il était sur le point de replonger dans sa léthargie. Alors il se secoua, et rejoignit l’entrée du Tardis en quelques foulées souples et rapides, mais malgré tout, pas aussi bondissantes que d’habitude…
Cette fois c’était bon, il était décidé à franchir le seuil. Il prit une profonde inspiration et ouvrit enfin la porte.


Il fut éblouit par un soleil au zénith, légèrement plus grand que celui qu’il venait de quitter sur la Terre. Il lui fallut quelques secondes pour s’habituer à cette lumière soudaine, après quoi, il sortit du Tardis et réalisa qu’il se trouvait en plein  plein milieu d’une ville.
Il claqua la porte et jeta un coup d’œil autour de lui. Il s’agissait bel et bien d’une ville, mais elle semblait très mal entretenue. Les bâtiments étaient tous dans un état de délabrement plus ou moins avancé et les plantes poussaient entre les pierres qui composaient les édifices.
Le Docteur décida donc d’aller jeter un coup d'œil un peu plus loin, il traversa quelques rues désertes avant de déboucher sur une grande place… déserte elle aussi.

Il fronça les sourcils, ce n’était pas normal, cette place devait logiquement être l’un des lieux de vie les plus importants de la ville et il n’y avait pas âme qui vive dans les environs, pas même le moindre son.
Le positionnement de la place lui offrait un point de vue sur une grande partie de la cité, et il réalisa que le délabrement des bâtiments, qu’il avait d’abord pris pour un manque d’entretien, était en fait un problème récurent qui s’étendait sur toute la ville : elle était en ruines.
Tous les édifices sur lesquels il posa les yeux étaient recouverts par la végétation, certains toits s’étaient affaissés, des pans de murs s'étaient écroulés…
Pas étonnant donc à ce qu’il n’y ait plus personne.

Par simple curiosité, le Docteur s’aventura un peu plus loin dans la mystérieuse cité déserte, et il put constater qu’elle avait sans doute été totalement abandonnée par ses habitants depuis plusieurs décennies, peut être à cause d’une guerre, d’une famine, d’une épidémie ou autre, c’était impossible à dire.
Mais très vite, la curiosité suscitée par cet endroit s’estompa, et le Docteur se laissa envahir par la mélancolie qui émanait de ces ruines. Il décida donc de partir, il n’y avait plus rien à faire ici, cette ville n’avait pas besoin d’un Docteur mais d’un archéologue…
Le Docteur marchait vite, frustré et déçu, c’était bien la première fois que le Tardis le conduisait dans un lieu aussi tranquille, comme s’il avait besoin de ça maintenant…


Puis il s’arrêta soudainement. Il venait d’entendre un bruit derrière lui, un éboulement. Il se retourna vivement et eut juste le temps d’apercevoir une tête dans l’encadrement d’une fenêtre d’un bâtiment à moitié effondré.
Enfin un peu d’action, pensa t-il, avant de s’élancer dans cette direction.

Ten : « Hey !!! » Appela t-il.

Pas de réponse.
Il atteignit le bâtiment et y entra. Il s’apprêtait à appeler une nouvelle fois, mais ce fut inutile, la personne qu’il avait aperçue n’avait pas bougé. C’était un humain (ou en tout cas, il en avait l’apparence), un jeune homme d’une vingtaine d’années sans doute.
Il avait l’air terrorisé par le Docteur mais n’avait pas pu fuir car il s’était bloqué le pied sous des gravats.

Ten : « Tout va bien. » Dit-il doucement.

Il s’approcha, le jeune homme semblait rassuré par la douceur du ton de la voix de l’étranger.

Ten : « Je suis le Docteur. Ne bouge pas, je vais t’aider à te dégager. »

Le jeune inconnu fut rapidement libéré, ce dernier ce redressa et estima qu’il pouvait faire confiance à ce fameux Docteur.

Tom : « Je m’appelle Tom. » Dit-il simplement.
Ten : « Tom ?? C’est un beau prénom, c’est bien, c’est court, facile à retenir. J’ai eu un rat qui s’appelait Tom, il a hanté la cave du Tardis pendant des années, mais j’ai dû m’en séparer, il était devenu beaucoup trop bavard, même pour moi, c’est tout dire… »

Il s’interrompit subitement devant le regard atterré de Tom, ce dernier semblait très impressionné.

Tom : « Ça alors, vous êtes là, tout seul, à vous promener à l’air libre avec tant de désinvolture… Vous n’avez pas peur ? » Demanda t-il.
Ten : « Peur ?? Mais de quoi ?? » Rétorqua le Docteur avec intérêt.
Tom : « Eh bien, de ce qui nous a forcé à fuir… » Le Docteur l’incita à continuer d’un regard mais il préféra éluder la question, comme si le simple fait d’en parler était trop difficile pour lui.
Ten : « Dis moi, si c’est si dangereux, qu’est ce que TOI tu fais ici ? » Poursuivit le Docteur pour changer de sujet.
Tom : « Eh bien, j’ai entendu un bruit étrange, une sorte de moteur. Mais je n’avais jamais entendu ça auparavant alors j’ai voulu sortir pour voir ce que c’était. »

Le Tardis, pensa le Docteur, il avait dû entendre le Tardis arriver et sa curiosité étant plus forte que sa peur, il était tout simplement sorti pour voir de quoi il retournait.
Le Docteur sourit, ce jeune homme lui était de plus en plus sympathique.

Ten : « C’était moi. Enfin, pas moi mais mon Tardis. Mais peu importe, dis moi plutôt où je suis et ce qui ce passe ici. »

Tom, bien que désarçonné par le comportement étrange de cet individu s’exécuta.

Tom : « Nous sommes sur la 14ème colonie humaine, dans la galaxie de Tridanium. L’être humain est venu s’installer ici il y a un peu moins de 300 ans. Au début tout allait bien, puis tout a basculé… »
Ten : « La 14ème colonie humaine ? Je ne comprends pas, normalement la 14ème colonie ne connaît pas de problèmes majeurs dans son histoire… Enfin, à part l’épidémie de grippe rouge… Euh et une petite guerre aussi… Oh il y a aussi cette histoire d’astéroïde, mais normalement j’ai déjà réglé ce problème… Dans tout les cas je n’ai jamais entendu parlé de troubles particuliers si tôt dans son histoire… »
Tom : « Nous avons été obligés de nous replier sous terre, où nous avons fondé des cités pour nous mettre à l’abri, il y a déjà longtemps, c’était bien avant ma naissance… Mais cela fait maintenant de nombreuses années que plus personnes n’ose sortir, c’est devenu beaucoup trop dangereux.»

Le Docteur jeta un coup d’œil aux alentours, peut-être que le Tardis ne s’était pas trompé en fin de compte, cette planète semblait soudain bien plus intéressante.


Mais avant que Tom n’ait eu le temps de continuer son récit, des bruits se firent entendre. Tom se raidit, visiblement terrifié, le Docteur fronça les sourcils, il était sur ses gardes… Mais la tension retomba très vite, ce n’était que des bruits de pas, ceux d’un petit groupe, formé de 3 hommes. Ils venaient de la cité cachée qu’ils avaient été obligés de quitter pour partir à la recherche d’un des leurs. Aussi, quand ils le virent en train de parler à un étranger, leurs visages déjà tendus se teignirent de méfiance. Mais Tom les rassura, ou tenta de le faire. Mais l’un des trois hommes le coupa d'un ton très dur.

L’homme : « Tom !!! Qu’est ce qui t’a pris de sortir, tu sais que c’est très dangereux. Et tu sais parfaitement qu’il est fortement déconseillé de parler aux habitants des autres cités, on ne sait pas ce qu’ils sont devenus avec le temps ! »
Ten : « D’abord, je ne viens pas d’une autre cité. Et ensuite … Il y a plusieurs cités souterraines ? » S’étonna t-il.
Tom : « Oui, l’être humain s’est replié dans 4 grandes cités principales, mais il existe plusieurs autres poches humaines un peu partout sous la surface de la planète. Mais nous avons perdu le contact avec toutes les autres villes depuis trop longtemps maintenant, il est donc préférable de se méfier. »
Ten : « Se méfier de quoi ? »

Un lourd silence suivi cette question.

L’homme : « De ce qu’ils ont pu devenir… » Répondit finalement l’homme.

Le Docteur avait un milliard d’autres questions qui se bousculaient dans sa tête, mais la conversation tourna court quand un grondement menaçant tonna dans le ciel. Le Docteur pensa tout d’abord à un orage, mais les visages des 4 habitants de la planète montraient bien qu’il se passait autre chose…
Il décidèrent de rentrer au plus vite, et le Docteur parvint à les convaincre de l’emmener avec eux.
Non, c’était certain, le Tardis n’avait pas fait d’erreur, cette planète avait bien besoin d’un Docteur…
Citation:
Le Docteur avait des tas de questions qui bouillonnaient en lui. Pourquoi les habitants de cette planète avaient-ils quitté sa surface ? Que pouvait donc bien faire Tom dans ce bâtiment au moment où le Tardis avait atterrit à l'extérieur ? De quelle façon les différentes cités avaient-elles perdu le contact et qu'étaient-elles devenues ?

Pendant qu'il marchait en direction d'une plaque d'égout, un des hommes interpela Tom.


L'homme - Ah t’as pas pu résister ? Il a encore fallu que tu remontes à la surface ! Tout ça pour aller lire des bouquins je parie !

Tom - Oui, désolé. Mais je voulais trouver un livre d'Agatha Christie.


Un léger sourire se dessina sur le visage du Docteur.


Ten - Ah ainsi tu n'es pas sorti pour le Tardis mais pour lire un livre à l'air libre. En plus, votre soleil est idéal pour la lecture. Au fait, je l'ai rencontrée Agatha. Ah quel esprit merveilleux elle possède !

Tom - Mais c'est impossible ! Elle est morte il y a des milliers d'années ! Plus précisément le 12 Janvier 1976 à 86 ans.


Le Docteur fut surpris par les connaissances de Tom étant donné, apparemment, que le fait aller en surface était vivement déconseillé. Par curiosité, il se retourna vers le bâtiment duquel ils venaient de sortir. Il était écrit en lettres majuscules ''UNIVERSITÉ LITTÉRAIRE DE « OAD JA ROSTSAI » spécialisée dans le 2e millénaire après JC" . Ensuite, il se retourna vers Tom.


Ten - Pas impossible, juste improbable. Je te félicite Tom pour tes connaissances.

Deuxième homme - Tu ne devrais tout de même pas risquer ta vie pour aller lire des bouquins !

Ten - Mais quel est le danger d'aller à la surface ? A part attraper un coup de soleil, peut être…


Tom eu un petit rire nerveux mais l'homme, lui, regarda le docteur d'un drôle d'air.
Voyant leur réaction, le Docteur se plongea dans ses pensées. Il venait de dire exactement ce qu'aurait pu dire Donna. A cette pensée, il sentit un profond sentiment de tristesse naitre en lui. Donna, comme toutes ses compagnes, l'avait profondément influencé. Exactement comme ce fut le cas avec Rose. Oh Rose… Non je ne dois pas penser à elle se dit-il, puis il reprit la parole.


Ten -  Et vous messieurs, qui êtes vous ?

Troisième homme - Nous sommes ses frères , les frères Smith.


En effet, il y avait un certain air de famille. Tous les quatre possédaient des cheveux blonds et portaient tous un costume rapiécé. L'ainé était plutôt grand, les cheveux très courts et un air sombre. Son costume était principalement fait de cuir noir. Le deuxième avait les cheveux jusqu'à la nuque. Il avait l'air sportif et portait un costume blanc. Il était le seul à posséder un chapeau. Le troisième avait les cheveux bouclés, l'air vif voir un peut fou-fou. Il avait un costume fait à partir de différents habits de couleurs vives. Quand à Tom, curieusement, il ressemblait au Docteur, à part la couleur des cheveux et son visage était plus "féminin". De grands yeux bleus venaient compléter la différence. Le costume, lui aussi, ressemblait à celui du Docteur.
Il se rendit alors compte qu'il était en face de jeunes garçons ressemblant beaucoup à certaines de ses incarnations.

Il eut un fou-rire incontrôlé puis, reprenant son calme, se demanda, au cas où, si, par hasard, l'un d’entre eux portait son nom d’emprunt.


Ten - Ah oui! Et comment vous appelez vous ? Moi c'est le Docteur, pour ceux que ça intéresserait.

Premier homme - Arkeos Smith, Evan Smith et moi c'est David Smith, mais mes amis m'appellent David-S.


Visiblement déçu par cette réponse, il les interrogea à nouveau.


Ten - Et…heu...personne ne s'appellerait John dans votre famille ?

Arkeos – Si, notre père s'appelle John Smith.
 

Décidément, ce voyage devenait de plus en plus intéressant. Il allait sans doute rencontrer cet homme et accomplir un de ses rêves : rencontrer quelqu'un qui s’appelait John Smith. Ce qui est étrange c’est que c'était un nom des plus communs et que le Docteur, malgré qu’il ait rencontré un nombre incalculable de personnes au cours de ses voyages, n’en avait jamais croisé sur sa route. Quand ce rêve sera réalisé, il irait rejoindre celui de dire "Allons-y Alonzo "a une personne qui s'appelait bel et bien Alonzo. Ce qu’il avait fait l’année précédente. Mais il n'avait toujours pas assouvit son troisième rêve, celui de dénicher une planète remplie de bananes !!!


Evan - Et vous Docteur, comment êtes-vous arrivé ici ?

Ten - Avec mon vaisseau. Il s'appelle le Tardis comme je l'ai dit à Tom.

David-S - Le Tardis ? Vous voulez rire ou quoi ? !


Le docteur fut affreusement offusqué, les voyant tous pointer du doigt le fameux Tardis qui se trouvait au loin.


Ten - Non je ne plaisante pas. Voilà le Tardis, ma machine à voyager dans le temps et l’espace.


Tardis signifie en fait…


Evan- Temps A Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale.


Le Docteur écarquilla les yeux. Ils ne pouvaient pas connaître le Tardis ! A moins que...


Ten -Comment se fait-il que vous connaissiez le Tardis ? Et pourquoi ne me connaissez vous pas ?

Arkeos - Nous sommes tout aussi surpris que vous. Les histoires du Tardis et de son conducteur, l'ange solitaire, ont bercé mon enfance ainsi que celle de mes frères.

Tom - C'était les histoires que vous racontait papa ?

David-S - Oui. Il nous racontait des tonnes d'histoires sur les Daleks, les Cybermen et les Sontarans. Mais il est tombé malade peu après la naissance de Tom et il n’eut plus la force de les raconter.


Alors que quelques questions avaient trouvé une réponse, d'autres venaient d'émerger. Qui était ce John Smith ? Avait-il voyagé avec lui ? Ou bien était-il plus que ça ? Il observa de nouveau les frères. Ça ne fit plus de doute, il savait qui était ce John.


Tom -On y est !


En effet, ils se trouvaient à présent sur une sorte de plaque d'égout. Evan et Arkeos tentèrent de soulever la plaque avec ce qui semblerait être un pied de biche sonique.


Tom -Vous n'aviez pas laissé la plaque ouverte en sortant ?

Arkeos - Il ne faut jamais laisser la plaque ouverte si jamais on sort. Et quand je dis, on sort, c’est en parlant des membres de l'armée. Celle dont tu ne veux pas faire partie. De plus, un membre d'une autre cité pourrait se rendre au centre de la ville souterraine en moins de deux.

Ten -Vous faites partie d'une armée ? Les cités se sont tout simplement mises en guerre ?

Evan - Et bien pas exactement. Aucun d'entre nous n'a pu encore rencontrer des hommes venants d'autres citées. Mais, selon des rumeurs, certains disent qu'ils sont devenus fous. D'autre disent qu’ils auraient muté en devenant d'affreux monstres. C'est pourquoi notre ville a nommé plusieurs hommes au titre de sentinelle afin de surveiller les entrées. D'ailleurs notre père en faisait partie avant de tomber malade.

Il marqua une pause, visiblement attristé. Puis, la plaque étant enfin ouverte, ils s'y engouffrèrent...



Un immense merci à Yeles pour la relecture
Citation:
Le Docteur et les Smith descendirent le long d'une échelle. La seule lumière éclairant ce tunnel était celle provenant de l'ouverture de la plaque d'égout et Evan, qui fermait la marche, la replaça convenablement et la descente se fit dans le noir le plus complet.


David-S - T'as bien fermé l'entrée ?

Evan - Oui, évidemment que je l'ai bien fermée.

Arkeos - Si vous y voyez à plus de 30 cm, c'est que ce n'est pas bien fermé.

Ten - Je confirme, on n'y voit rien.

Evan - Alors j'ai bien fermé.

Arkeos – Oh ! Mais qu'est-ce que c'est que ça ?

Evan - Quoi ? Tu vois quelque chose ?

Arkeos - Non ! Ah hahaha!!

Evan - Imbécile.

Arkeos - Rabat-joie.

Evan - Abruti.

Arkeos - Sagouin.

Evan - Clochard.

Arkeos - Le meilleur de la région.

Ten (souriant) - C'est toujours animé comme ça chez les Smith ?

Arkeos - Toujours, y compris le dimanche, les jours fériés et les vacances.

David-S - Ahhh, pitié. (Au Docteur) Désolé de vous infliger ce spectacle.

Ten - Oh, ce n’est pas grave, j'aime les gens qui ont la parlote. Et puis aussi les bananes, les voyages intersidéraux à bord de vaisseaux bravant le temps et l'espace jusque dans ces moindres recoins.


Soudain, la voix de Tom se fit entendre un peu plus bas.


Tom - Ça y est, je suis arrivé! Vous y êtes bientôt ?

Arkeos - Attends, je regarde le niveau. Oh, j'oubliais, ON-N'Y-VOIT-RIEN !!

Ten - Vous n'avez pas l'électricité ?

David-S - Trop peu. On s'en sert pour éclairer l'étage 1 et 2 et pour garder active quelques machines.

Ten - Comme ?

David-S - Système d’aération, explorateur de surface et recyclage de nourriture.

Arkeos - J'y suis!


Rapidement, le Docteur, David-S et Evan atteignirent aussi le sol. Un long couloir d'une cinquantaine de mètres au moins leur faisait face. Des gens étaient assis contre les murs, une foule incroyable de gens qui n'était pas sans rappeler au Docteur les couloirs de Sylo, durant sa visite de la fin de l'univers avec Martha et Jack. Il n'y avait aucune porte hormis celle au fond du couloir. Tom et les Smith s'étaient déjà éparpillés pour parler à untel ou untel laissant le Docteur seul, ce qui le surpris un peu car il était habitué à être le centre d'attention, où qu'il aille. Il se dirigea vers une vieille femme qui servait un peu de soupe à une petite fille.


Ten – Bonjour madame...

Sillae – Sillae, jeune homme, Roselyne Sillae.

Ten – Heu… je voudrais savoir, pourquoi tout le monde se cache t-il dans des souterrains ? Qu'y a t-il de si terrifiant dehors ?

Sillae – Je savais que vous n'étiez pas du coin.

Ten – Vous en savez des choses.

Sillae – Silence jeune homme quand je vous réponds!


(Le Docteur mit un doigt devant la bouche)
Vous êtes sur la deuxième cité de la 14e colonie humaine, basée sur cette planète anciennement appelée...

Ten – Casiramatil, mais pourquoi ancienne.... oh! Désolé.

Sillae – Elle a perdu son nom originel depuis le début de la guerre civile.

Ten – La guerre civile ? Mais il n'y a jamais eu de guerre civile...

Sillae – Voulez-vous bien vous taire! S’il n'y avait pas de guerre civile, nous ne serions pas ici ! Tout a commencé lorsque les peuples souverains ont proposé le Traité de partage des terres.

Ten – Oui, c'est... c'est bon, je me tais.

Sillae – Le dirigeant de la colonie allait signer, quand soudain un inconnu est arrivé et a dénoncé l'aspect frauduleux du Traité. Cet inconnu s'appelait John Smith, un homme brillant.


(Le Docteur dégluti)
Effectivement, on s'aperçut, après vérification, que les peuples souverains nous laissaient une part de la planète mais à court terme. Le dirigeant Williams refusa le Traité et, malgré les menaces des peuples souverains, garda la possession des terres. C'est à ce moment qu'éclata la guerre. Nous allions gagner la bataille lorsque les peuples se sont servis d'une arme qu'eux-mêmes craignaient. Ils déposèrent sur la planète un œuf d'aragoras.


Ten – Bon sang...

Sillae – Oui, la population a été décimée très rapidement, et l'on a dû se cacher dans les souterrains.

Tom – Hé, monsieur, je ne sais toujours pas votre nom ?

Ten – Oui, c'est vrai. Je suis le Docteur.


Un silence se fit soudainement dans le couloir. Arkeos cracha sa boisson sur son interlocuteur et Evan commença à tousser sans s'arrêter.


Ten – Quoi ?

David-S – C'est le nom de code de notre père.



merci à Samaël pour la relecture.
Citation:
Le Docteur s’arrêta et regarda David-S un instant en essuyant son manteau du revers de la main. Tom tapota dans le dos de son frère pour l’aider à s’arrêter de tousser.

Tous ces indices, toutes ces informations, tout le portait vers une conclusion à laquelle il ne voulait pas croire. C’était totalement impossible. Non, pas impossible, mais juste improbable. Puis, se ressaisissant, il salua Sillae et ils reprirent leur route. Elle le regarda s’éloigner d’un air suspicieux.

Des gens allaient et venaient dans ce couloir. Ils croisèrent plusieurs hommes en uniforme. Il régnait une odeur de camphre très forte. Sans doute pour assainir l’atmosphère songea le Docteur. Le petit groupe se fraya difficilement un passage au milieu de toute cette activité. Tom s’arrêta devant une porte. Ses frères l’imitèrent, ainsi que le Docteur.


Arkeos – Je dois aller faire mon rapport au caporal Mytrilias. (Il foudroya Tom du regard) Je ne lui ai bien entendu pas donné le motif réel de notre sortie en surface. Je vais lui dire aussi que nous avons un visiteur. (Il se tourna vers David-S et Evan) Vous deux, allez chercher quelques provisions pour ce soir. N’oubliez pas que nous avons une bouche de plus à nourrir. Nos repas ont toujours eu bonne réputation, nous n’allons pas faillir. Quand à toi, Tom, tu vas accompagner le Docteur auprès de papa. J’ai l’impression qu’ils vont avoir des choses à se dire.


David-S et Evan manifestèrent leur désapprobation. Eux aussi voulaient assister à la rencontre du Docteur avec leur père. Mais Arkeos leur signifia fermement qu’ils avaient une tâche à accomplir et qu’ils allaient s’en acquitter dans l’instant. Le Docteur les salua d’un sourire puis se tourna vers Tom qui ouvrait la porte devant laquelle ils s’étaient arrêtés.

Ils débouchèrent sur une petite entrée sombre, éclairée par quelques lampes à huile. Au fond de cette pièce se trouvait une porte bleue qui menait dans le reste du logement. Tom commença à tourner la poignée en indiquant une patère du regard.


Tom – Vous pouvez accrocher votre manteau ici. Vous verrez, c’est bien chauffé.


Le Docteur s’exécuta puis il suivit Tom dans la pièce suivante. Et là, il ne put s’empêcher de pousser une exclamation.


Ten – Oh ! Mais c’est…

Tom – Oui, je sais, c’est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur. Papa a bâtit ce logement peu de temps après son arrivée ici. Je n’ai jamais réussi à percer son secret. Mais il m’a promis qu’il me le donnerait un jour.
Au départ, il n’y avait que lui et maman, mais très vite, nous sommes arrivés. Il faut dire qu’ils étaient très amoureux. Et vu la pénurie de place dans la colonie, il a usé d’une astuce pour que nous soyons installés le plus confortablement possible.

Le Docteur n’en revenait pas. Maintenant, il savait ce que pouvait ressentir quelqu’un qui entrait dans le T.A.R.D.I.S. pour la première fois. Se trouver de ce côté-ci de la barrière était à la fois nouveau et intriguant. Mais son regard fut très vite attiré par un grand fauteuil qui faisait face à un âtre où un feu était en train de s’éteindre. Un homme, visiblement âgé, était assis dans le fauteuil, le regard perdu dans les flammes mourantes du feu.

Tom – Papa ? C’est moi, Tom.

John – Tom ? Mon petit, tes frères t’ont ramené ? Je parie que tu étais encore monté à la bibliothèque. Aussi borné que ta mère. Mais tu as bien raison, les livres, y’a que ça de vrai. Tant de savoir dans les livres. Tant de savoir…

Tom – Oui papa, j’étais allé chercher quelques livres. J’ai déjà lu tous ceux qui se trouvent dans ma chambre.

John – C’est bien, seulement n’oublie pas de prévenir quand tu pars ou tes frères te laisseront seul là-haut la prochaine fois. Ils ne comprennent pas ta passion pour ces livres ni les risques que tu es prêt à prendre pour assouvir cette passion. Mais tu ne me présentes pas à ton ami ?


Tom (regardant le Docteur en souriant) – Tu m’étonneras toujours. C’est un homme que j’ai rencontré à la surface. Il ne vient pas d’ici.


John – A la surface ? Seul ? Intéressant. Et il s’appelle ?


Le Docteur s’approcha alors du père de Tom et le salua avec un immense sourire.


Ten – Le Docteur. Mais Tu aurais pu deviner tout seul je pense.

John – Toi ? Mais…


Tom regarda le Docteur puis son père. Les deux hommes se regardaient silencieusement. Le père de Tom se redressa difficilement dans son fauteuil et chercha à se lever. Mais sa fatigue était telle qu’il dû se résoudre à rester assis. Il leva de nouveau les yeux vers le Docteur. Son regard s’était légèrement embué.
John avait le visage marqué par les affres du temps et de la fatigue. Son corps, autrefois robuste, ne pouvait plus le porter maintenant. Ses cheveux en bataille étaient d'un blanc argenté. De fines rides bordaient ses yeux. Des yeux d'un brun profond où se mêlaient la tristesse et la sagesse d'un homme qui avait vécu de trop nombreuses batailles. Un regard que le Docteur connaissait bien pour l'avoir souvent vu dans le reflet du miroir.


John – Tom, va donc chercher une chaise pour notre invité s’il te plaît.

Tom – Papa ? Ça va ? Tu ne veux pas…

John – Fais ce que je te dis !


Tom se précipita alors pour aller chercher une chaise et l’apporta au Docteur.


Ten – Merci beaucoup Tom.

John – Tu peux nous laisser maintenant. Tes frères ne vont sans doute pas tarder à apporter de quoi préparer le dîner. J’aimerais que tu sortes le grand service. Je pense que l’occasion en vaut la peine.


Tom voulut protester mais son père leva doucement la main, stoppant net toute velléité de sa part. Le Docteur le regarda s’éloigner puis se tourna à nouveau face à son interlocuteur. Il le sonda un instant du regard puis leva la main droite. John l’imita et approcha la sienne en tremblant légèrement. Une lueur rayonna entre les mains des deux hommes. Il retira sa main immédiatement mais le Docteur lui adressa un sourire rassurant.


John – C’est impossible. Ça ne se peut pas.

Ten – Et pourtant si, c’est bien moi… Et c’est bien toi…

John – Mais toutes ces années passées ici, sans savoir cela. Comment cela a-t’il bien pu se produire ?

Ten – C’est bien ce que je me demande. Nous ne devions pas nous retrouver, jamais. Les passages étaient fermés. J’y avais personnellement veillé. Comment es-tu arrivé là ? Pourquoi le T.A.R.D.I.S. n'‘a rien senti ?

John – C’est ce que je ne m’explique pas. Et en même temps, j’ai longtemps douté.

Ten – Douté ? Et pourquoi n’as-tu pas poussé les investigations ? Pourquoi n’as-tu pas lancé d’appel ?

John – La peur sans doute. Et puis ce peuple avait tellement besoin d’aide que je n’ai pas pu faire autrement que de les aider. Tu peux comprendre ça.


Tom entra de nouveau dans la pièce et s’approcha timidement.


Tom – David-S et Evan sont rentrés. Je prépare quoi pour le dîner ?

John – S’ils ont pensé à rapporter ce que j’avais demandé tout à l’heure, des Beans on Toast. Le plat préféré de ta mère. Et tu demandes à tes frères de t’aider. Je ne veux pas être dérangé pour le moment.


Tom regarda son père, surpris, mais ne rajouta rien. Il sortit de nouveau. Son père le regarda sortir d'un air attendri. Le Docteur se rendit compte à quel point John pouvait aimer son fils.


John – Tout le portrait de sa mère… (Puis fixant le Docteur dans les yeux) tu ne trouves pas ?


Le Docteur sursauta. Comment avait-il pu oublier ce détail ? Comment avait-il pu l’oublier, Elle ? Sa gorge se serra à cette pensée.


Ten – Rose…                  
Citation:
Sur la demande de son père, Tom sortit de la chambre, même s’il aurait préféré connaître le sujet de la future conversation entre les deux hommes. Fermant tout doucement la porte afin d'entendre le maximum de la conversation. Quand la porte fut entièrement fermée, le jeune garçon, un peu déçu de ne pas entendre la suite, se retourna et se retrouva face à une ravissante jeune femme. Il rougit voyant le sublime sourire qu’elle lui lançait. A chaque fois que Tom la voyait, surtout quand il était proche d’elle sur le point de lui parler, il bafouillait des choses incompréhensibles et son cœur battait plus vite. La jeune femme, comme à chaque fois, dut commencer la conversation, sous le regard intimidé de Tom.


La jeune femme : Salut Tom.
Tom : Sa… Lut Lolo.


Cette dernière le regarda, intriguée au plus au point par le nouvel arrivant, même si elle pensait le connaître. Innocemment elle continua.


Lolo : Qui est le nouveau venu ?
Tom : C… C’est le…le Docteur.


Continuant à feindre l'innocence, elle reprit sa conversation pour avoir plus de renseignement, peut être que ce n’était qu’une simple coïncidence.


Lolo : le Docteur? Il est là pour ton père ?
Tom : Non Lolocreep… c’est son nom.


Au fond d’elle, Lolo brûlait, la haine l’envahissait petit à petit. Elle avait compris qui était ce Docteur, qui il était, mais elle devait faire semblant de ne rien comprendre, de ne pas connaître ce nom.

Quant à lui, Tom souriait. Sans savoir pourquoi...

Cette jeune femme l’avait hypnotisé.

A chaque fois qu’il lui parlait, il ne pouvait lui mentir, seulement lui dire la vérité. Même si son esprit lui ordonnait de fuir, de prendre ses jambes à son cou, d’avoir peur. Mais c’était sans compter sur son autre coté qui au contraire lui disait de rester. De mieux la connaître. C’était toujours la seconde partie qui gagnait.

Il aimait cette femme depuis qu’il l’avait vu, depuis son arrivée. Il lui demanda alors, avec un grand sourire .


Tom : Tu voudrais dîner avec moi ce soir ? Mes Frères sont allés chercher de la nourriture.
Lolo : Oui, cela serait avec plaisir, à ce soir donc, Tom.
Tom : A ce soir.


Tom vit la femme qu’il aimait partir, un sourire ravageur sur les lèvres. Son cœur rata un battement sous ce dernier regard, pour finir par accélérer. Le rouge lui monta aux joues. Lolocreep, hors de vue, son sourire se transforma en une grimace qui se termina par un expression emplie de haine : Docteur! Ce simple nom la rendait colérique, détestable. Sortant un appareil de communication, et  l’allumant, elle prononça de sa voix la plus belle…

------------------------------------                    


Dans un autre lieu, non loin de l'endroit où se trouvait le Docteur...


Deux Hommes marchaient sur des cadavres, ils s’étaient tous deux installés sur l’une des bases souterraines de la colonie. Ils s’étaient ennuyés en attaquant celle-ci, pensant y rencontrer de puissante personne capable de les combattre, douée aux combats. A la fin, ils étaient toujours déçus, mais bon maintenant, ils avaient une cachette pour leur beau vaisseau bleu, et un nouveau terrain de prédilection pour jouer  et surtout de nouvelles proies. Et ce jour-là fut l’un des meilleurs. Ils avancèrent, sous les craquements des os des hommes aujourd’hui morts, pour atteindre les cellules dans lesquelles ils avaient enfermé deux personnes, deux prisonniers. Avant d'arriver devant eux, une sonnerie se fit entendre, le plus rapide des deux répondit :


: Oui ?
: Rhumer, c’est moi Lolo.
Rhumer : Chérie, j’ai une bonne nouvelle pour toi.
Lolo : Cool, car moi j’en ai une très mauvaise.
: Laquelle ?
Lolo : King Doctor, Le Docteur est ici, il va contrarier nos plans, il nous faut retrouver son TARDIS.
King Doctor : Nous aussi nous avons notre TARDIS, on l’a volé à la mort du Seigneur du temps. C’était assez amusant je trouve.


Tout en disant cela, King Doctor se remémora cet instant spécial, puis sourit sous les derniers mots de cet homme « Je suis le Docteur ».


Lolo : Je sais, le problème n’est pas là, …
Rhumer : Ne t’inquiète pas, il ne nous fera rien. Nous détenons deux de ses fils, ou du moins de son clone qu’il a offert à cette Rose Tyler. Nous les avons aussi cloné, pour qu’ils les croient en sécurité. Et un beau cadeau a été ajouté en leur sein, venu directement de leur planète d’origine : la terre, au doux nom d’Ebola.
Lolo : Intéressant on va bien s’amuser. Rigola-t-elle.


Un sourire s’éleva imprégnant toute la pièce, faisant sursauter de peur les deux prisonniers. L’un d’eux demanda :


: Evan ?
Evan : David-S.
King Doctor : Je crois que nos invités sont réveillés.


Les voix des deux Smith s'étaient élevées dans les airs parvenant aux oreilles ennemies.


King Doctor : Bon maintenant nous ne devons pas nous faire connaître du Seigneur du temps. Comment cela se passe  t-il depuis qu’on a cloné tous les chefs de clan pour la jolie petite guerre ? Je trouve cela très pratique d’avoir dérobé l’esprit du Seigneur du Temps avant qu’il ne meurt.
Lolocreep : Amusez vous bien en les torturant.


Ils éteignirent leurs appareils pour aller torturer leurs invités. Ils s'’approchèrent des deux jeunes hommes, amenant avec eux le bruit  terrifiant des os et de la chair des habitants morts, bruit qui terrorisa Evan et David-S. Leurs rires s’élevèrent faisant fuir toutes les bêtes qui y habitaient, transformant le peu de calme en une terrifiante musique. Devant les cages, les deux bourreaux prirent chacun une victime pour s’amuser avec des ustensiles posés sur les tables. King Doctor commença le premier :


King Doctor : Tu dois être Evan c’est cela ?
Evan : …
King Doctor : Je me demande combien de temps tu vas résister ?


Après avoir prononcé cette phrase, le jeune homme prit un scalpel rouillé en certains endroits et surtout mal aiguisé. Il savait qu'il allait souffrir. Il se retourna vers David-S et sut qu'ils allaient souffrir tous les deux. On pouvait entendre dans toute la base les hurlements des deux Smith mais personne d’autre ne pouvait les entende. Les cris s'intensifiaient  quand les bourreaux trouaient la peau des frères, et diminuaient lorsque King Doctor et Rhumer en avaient fini,. Ils affichaient toujours ce sourire satisfait de voir qu’ils ne trahiraient pas leurs amis et grâce à cette pensée, ils pourraient les torturer autant qu’ils le voulaient. Le son sortant de la bouche des prisonniers faisait une douce musique aux oreilles des bourreaux alourdissant l'ambiance en une immense terreur pour les Smith.


King Doctor : Et bien ils sont plus coriaces qu’ils n’y paraiissent. Ou peut-être que la torture physique n’est pas suffisante, on devrait plutôt les faire souffrir mentalement.
Rhumer : Oui, ça en deviendrait encore plus amusant.

-------------------------------------------                 


Lolocreep raccrocha à son tour, elle se retourna et son sourire revint. Elle avait acceptée un dîner avec l’autre, qu’elle n’appréciait guère, par contre, elle s’amuserait à ses dépends, faire semblant de sortir avec lui pour que lorsqu'elle lui dirait la vérité, il réalise qui elle était et ce qu'il avait contribuer à accomplir. Et le comble de sa joie serait le moment où elle saurait si la jolie petite famille reconnaîtrait leur frère. Elle allait venger sa famille du Docteur. A cause de lui, elle les avait tous perdus, il ne lui restait que son mari et King Doctor! Toute son espèce détruite à cause des Seigneurs du Temps pour la stupide Guerre du Temps. Elle pourrait se volatiliser quand elle serait découverte de toute façon grâce à la technologie Dalek qu’ils avaient dérobé lors de cette bataille. Heureuse, elle chercha comment s’habiller pour séduire Tom. Elle aussi allait s’amuser.

----------------------------------------                 


Rhumer et King Doctor regardaient leur travail, le sang séchait sur la peau de leurs victimes, le regard vide qu’ils lançaient était dépourvu de désir. Ils y étaient presque, ils allaient bientôt craquer, depuis que les deux amis leur avaient expliqué leur plan : Tout leur groupe allait mourir à cause d’eux. Puis Rhumer continua.


Rhumer : Dommage qu’on ne connaisse pas le nom du Docteur, il a réussi à nous le cacher.
King Doctor : Oui, on aurait pu le contrôler. S’amuser avec lui. Ah oui aussi mes chers petits, votre père ne s’appelle pas John Smith. Même à vous, il ne vous a pas fait confiance.


Rhumer, dans le même temps envoya un message à sa femme.

--------------------------------------------                 


Quand elle reçut le message, elle put lire : "Lolo surtout ne touche pas les clones et ce qu’ils ont touché. Notre plan commence à prendre forme, là où les Dalek ont échoué, nous, nous y arriverons. La destruction de toute espèce dans l’univers."



Merci à Sunjin pour la relecture.
 
Citation:
Ten : Rose...


Le Docteur resta songeur un instant, le regard perdu dans le vague... Rose... John Smith était si vieux, qu'était-elle devenue, elle ? Elle était certes plus jeune, mais tout de même...


Ten : Où est-elle ?
John : Portée disparue, depuis plusieurs semaines... un matin je me suis réveillé et elle n'était plus là. On a lancé des recherches, les garçons ont passé des heures dans les ruines mais aucun signe d'elle...


John retînt un sanglot. La gorge serrée, il continua.


John : Elle est âgée maintenant... elle est toujours aussi belle, aussi gaie, espiègle, souriante... mais le corps humain se détériore, j'en sais quelque chose. Alors après des semaines, j'ai peur que... j'ai peur...


Trop ému pour continuer, il baissa la tête et se passa une main sur le visage. Le Docteur le regarda, attristé et inquiet. En la laissant avec ce double humain dans le monde de Pete, il s'était juré de ne plus tenter de retrouver Rose. Secrètement, pendant ses voyages avec Martha et Donna, il essayait de mettre au point un moyen de la retrouver. Maintenant qu'elle était en sécurité avec son double, dans cet autre monde, il pouvait arrêter, avait-il pensé.


Ten : Je vais t'aider à la retrouver. Je te le promets.


John releva la tête. Le Docteur lui souriait, confiant. Mais il changea d'expression et fronça les sourcils.


Ten : Vous êtes venus jusqu'ici pour régler ce problème de traité, puis vous êtes restés à cause de la guerre civile, mais pourquoi n'avez-vous pas demandé d'aide ?
John : On a essayé, mais Torchwood ne répond pas. On pense que les communications sont brouillées par les peuples souverains...
Ten : Qui sont-ils ?
John : Eux ils ne sont que des êtres avides de pouvoir. Mais j'ai découvert qu'ils avaient des relations... c'est d'eux dont il faut se méfier. Je ne suis pas sûr... je pense que ce sont des rescapés. Mais d'après ce que j'ai vu d'eux, ils ne viennent pas de ce monde, à mon avis ils ont fuit...


John fut prit d'une quinte de toux très forte et manqua de s'étouffer. Le Docteur couru chercher une bouteille d'eau posée sur une table et aida John à reprendre son souffle.


Ten : Que t'est-il arrivé ?
John : Quand j'étais sentinelle, quelqu'un a empoisonné les rations. J'étais de garde à ce moment là... les autres sont morts, moi j'ai réussi à m'en sortir... je dois tenir ça de toi.
Ten : Contrairement au fait que tu te sois engagé dans une armée... comment Rose a pu te laisser faire ça ?
John : C'était le seul moyen pour que le petit soit en sécurité. Sinon nous serions restés coincés à la surface. On ne pouvait pas repartir, nous avons perdu notre TARDIS. Torchwood Accrobatic Ride to Danger In Space, un vaisseau de leur conception. Et avec les communications brouillées, rentrer dans l'armée nous permettait de nous mettre à l'abri.
Ten : Le petit... Tom ?
John : Il est venu avec nous depuis la Terre. On ne voulait pas qu'il nous suive mais il lui ressemble trop...
Ten : Et ses frères ?
John : Rose et moi les avons adoptés peu de temps après notre arrivée, il y a 2 ans. Leurs parents furent parmi les premières victimes de la guerre civile...
Ten : Tu me parlais de rescapés, d'après toi qui sont-ils ?


---------------------------------------------- 
                 

Ailleurs, dans un autre souterrain


Lolocreep venait de trouver la tenue parfaite pour ce petit dîner. Décontractée mais classe, séduisante mais pas provocante, magnifique pensa-t-elle ! Sortir le grand jeu pour cet avorton de Tom ? Et puis quoi encore ! Elle se dirigea vers le souterrain où Tom habitait. Ils n'avaient pas rendez-vous avant quelques heures, mais elle voulait s'amuser. Elle alla à sa rencontre.


Tom : Lolocreep ? Wouah... tu es... wouah... mais qu'est-ce que tu fais ici ?
Lolo : J'avais envie de te voir un peu plus tôt... qu'on puisse discuter. Tu es seul ?
Tom : Mes frères sont partis chercher à manger, si tu veux on peut aller... euh...
Lolo : Je voudrais te montrer quelque chose.


Tom déglutit difficilement et suivit Lolocreep. Elle l'emmenait dans un endroit où il n'était jamais allé... cette partie des souterrains était normalement interdite. Elle ouvrit une porte et ils entrèrent dans une petite pièce, sobre mais plutôt accueillante.


Tom : Tu habites ici ?
Lolo : Pas vraiment, c'est juste... comme un QG. J'aime bien venir ici et réfléchir... je réfléchis beaucoup à une chose en particulier... ton père.
Tom : Ah bon ? Mais pourquoi ?
Lolo : C'est un homme étrange... il est... mystérieux.
Tom : Tu trouves ? Tout ce que je sais c'est qu'il a vécu des choses dont il ne veut pas nous parler mais à part ça...
Lolo : Est-ce qu'il t'a déjà parlé de son monde d'origine ?
Tom : Hein ? La Terre ?
Lolo : Non... sa dimension d'origine.


Tom regardait Lolocreep, ébahi, sans savoir quoi répondre. De quoi parlait-elle ? Pendant qu'il se demandait ce qu'elle voulait dire, celle-ci se dirigea vers la porte de la ferma à clé. Elle retira ensuite la clé de la serrure et la mit dans sa poche.


Lolo : Tu crois sincèrement connaître ton père ? Vraiment, les humains, vous êtes plus bêtes les uns que les autres.
Tom : De quoi tu parles ?! Explique-toi !
Lolo : Rappelle-toi de ton père quand il était plus jeune... ça ne te fait pas penser à quelqu'un ?


Tom repensa au visage de John Smith, celui qu'il avait vu en photo ou dont il se souvenait vaguement... il comprit où Lolocreep voulait en venir. Il pâlit.


Tom : Et alors ? Ils se ressemblent, c'est tout...
Lolo : Étrange non ? Et cette technologie, dans votre habitation ? Et ces secrets, dont il parlait avec ta mère, avant qu'elle ne disparaisse ? Et ce regard, comme si autre chose, quelqu'un d'autre, se cachait derrière se visage ?
Tom : TAIS-TOI !!


Tom se jeta sur Lolocreep et tenta de la faire taire, mais la jeune femme était habile au combat et se dégagea sans problème, prenant le dessus sur Tom et l'obligeant à ne plus bouger, au risque de se retrouver avec un bras cassé.


Lolo : Maintenant tu vas m'écouter. N'as-tu rien remarqué d'étrange avec tes frères ? Hum ? Et dis-toi que ce n'est que le début ! Vous tous, toute cette petite famille, vous allez amener tellement de souffrances à vos semblables, et tellement de joie aux miens !
Tom : Lâche-moi !
Lolo : Pour que tu t'enfuis ? Tu risquerais de manquer le spectacle enfin ! Tu vas pouvoir voir ce que c'est que de regarder les être auxquels tu tiens mourir comme s'ils n'étaient pas importants, disparaître sans que tu puisses leur dire au revoir !
Tom : Tu racontes n'importe quoi ! Qui es-tu ? Où est Lolocreep ?!


Lolo : Mais c'est moi, tête de pioche... depuis le début je me suis rapprochée de toi dans le seul but d'arriver à cette situation. Laisse-moi t'expliquer : ma famille et moi, nous vivons à la surface. Nous ne sommes pas vraiment originaires du coin... quand nous sommes arrivés, nous avons proposé aux peuples souverains ce Traité, celui qui a déclenché la guerre civile. Nous savions que le Docteur viendrait à votre secours. Seulement nous nous sommes aperçus que ce n'était pas le Docteur, mais seulement ce John Smith. En nous échappant de chez nous, nous avons commis une erreur dans la manipulation du vortex du temps et nous avons atterri ici, dans ce monde parallèle. Toujours lire les manuels d'instructions quand on utilise une technologie étrangère... mais nous sommes restés, et nous avons regardé dans le vortex du temps pour recueillir un maximum d'information sur le Docteur et ta famille... et nous avons compris le lien qui les unissait... oh si tu savais... si tu savais à quel point ta famille et lui êtes liés ! Alors nous avons élaboré un plan pour vous détruire, toi et les tiens, et vos semblables, pour nous venger de ce Docteur, même si ce n'était qu'une consolation ! Et finalement le voilà... nous avons dû accélérer nos plans mais ça en vaut la peine... on ne le laissera pas tout ficher par-terre, et en prime il assistera à notre victoire !


Tom : … de quels plans tu parles ? demanda Tom, très inquiet et ne comprenant rien.
Lolo : Le plan Ebola... pourquoi chercher un nom compliqué ? Celui-ci résume très bien la situation. En gros, vous allez vous entretuer en vous contaminant mutuellement avec ce charmant petit virus. Et avec les modifications qu'on y a apporté, cela s'étendra à toute forme de vie dans cet univers... et la vie, tellement chère au Docteur, disparaîtra !
Tom : Tu n'as aucun moyen de faire ça !
Lolo : Ah vraiment ? Dans ce cas je n'ai probablement pas non-plus les moyens de cloner tes frères pendant que mon cher mari torture les originaux. Ni de cloner les chefs de clans dans le but de faire vivre la guerre civile, afin de détourner votre attention de ce que nous préparons.
Tom... quoi ?
Lolo : Regarde... ça commence...


Lolocreep montra à Tom un petit appareil sur lequel se trouvait un écran. Le jeune garçon pu y voir ses frères, marchant rapidement vers les souterrains. Mais ils semblaient différents, ils avaient l'air sournois...


Lolo : Tu vois ? Les clones de tes frères qui vont allègrement transmettre le virus Ebola à tous vos petits compagnons... et pendant ce temps, mon mari et son frère vont aller s'occuper du Tardis du Docteur...
Tom : Et moi, qu'est-ce que je fais là ?
Lolo : A force de te promener partout tout le temps, nous n'avons jamais réussi à te mettre la main dessus pour te cloner. Alors on a décidé que tu aurais un autre rôle dans notre plan...


---------------------------------------------- 
                 


Un peu plus loin, là où se trouvaient John Smith et le Docteur


Ten : Tu me parlais de rescapés, d'après toi qui sont-ils ?
John : J'ai longtemps cherché une autre explication. Mais j'ai fait des recherches. Je n'en ai parlé à personne car je ne sais plus à qui faire confiance... même mes fils pourraient nous trahir...
Ten : A moi tu peux me faire confiance. Dis-moi.
John : Je pense qu'ils se sont échappés de la Guerre du Temps. 
               
 
Citation:
La Guerre du Temps. Cette guerre qui a causé tant de morts. Tant de morts par sa faute. Tous les siens. Rien que d'y penser, tristesse et colère montaient en lui. Il se demandait qui ils pouvaient être.


Ten : As-tu une idée de qui ils sont ?
John : Non. D'après les renseignements que j'ai pu avoir je peux juste dire qu'ils ont échappé à la Guerre du Temps. Après, de quelle planète ils viennent, aucune idée.
Ten : Tant de planètes ont subis les horreurs de la Guerre du Temps. Je suis désolé.
John : De quoi es-tu désolé ? Tu n'es pas responsable, ce n'est pas ta faute.
Ten : Si. Je n'aurais pas dû tant hésiter à y mettre fin. Si seulement je....
John : STOP !! Arrêtes de dire sans cesse que tu es désolé. Les responsables de tout ça sont les Daleks. Et puis tu sais, Rose, elle m'a avoué que cela l'énervait au plus au point que tu t'excuses sans cesse.


Rose !! Sa pauvre Rose qui avait disparu. Non ce n'était plus sa Rose à lui, mais la Rose de John. Même si d'une certaine manière c'était toujours sa Rose. La colère l'envahit de nouveau. Rose était en danger. Elle était vivante il en était sûr, elle ne pouvait pas être morte. Mais elle était en grand danger, de ça aussi il en était sûr.


Ten : Je vais la retrouvée, je vais te la ramener. Je te le promets. Je vais retrouver ces rescapés et je vais arranger tout ça.
John : J'espère que tu dis vrai. Pour tous ces habitants, il faut que leur vie change. Qu'ils puissent aller à la surface sans crainte. Sentir le soleil sur leur visage. Ah, comme cela me manque !! Respirer l'air pur. Sauve les, je t'en supplie sauve les !!
Ten : Je les sauverais, ainsi que Rose.
John : C'est dur à dire, et à entendre, mais occupe toi plutôt de ces malheureux. Rose le voudrait ainsi. Elle préférerait se sacrifier plutôt que d'être sauvée et les habitants de cette planète non.


Le Docteur regarda John. Il avait raison. Oh, comme il avait raison! Rose voudrait qu'il sauve en priorité les habitants de cette planète. Elle serait capable de le faire seule s'il la sauvait sans tenir compte des autres.


Ten : Très bien. J'aiderai tous ces gens, pour Rose. Mais je n'abandonnerai pas sa recherche.



************************************  
               



Très loin de là, dans un tout autre souterrain


Tom : Quel rôle ? Que vas-tu me faire ?
Lolo : Moi ? Rien du tout. C'est mon cher mari qui va s'occuper de toi. Je ne suis pas sûre de pouvoir te supporter encore plus longtemps. Tu m'énerves tellement. Ce fut si dur de jouer la comédie. Mais bon maintenant plus la peine de jouer.


Tom tremblait de la tête au pied, il avait peur, si peur. Il pensait à ses frères, à ce qu'avait dit Lolocreep à leur sujet. Ils les avaient clonés. C'est vrai que depuis quelques temps ils étaient un peu bizarre mais de là à imaginer tout ça. Que leur avait-il fait ? Où étaient-ils ? Il n'osait imaginer ce qu'ils avaient dû endurer. Et si... Non, peut être que.. Après tout ce serait logique. Ils avaient aussi enlevé sa mère !! Il en était convaincu. Il tremblait toujours autant mais rassembla tout son courage.


Tom : Et ma mère pourquoi l'avoir enlevée ?
Lolo : Eh bien tu es plus malin que je ne le pensais. Elle fouinait partout. Elle voulait comprendre ce qui c'était passé avec les peuples souverains et pourquoi tant de monde disparaissait. Elle m'a suivie, elle me trouvait louche de chercher à être proche de toi. Je m'en suis rendue compte, nous lui avons alors tendu un piège. Elle va nous être très utile.
Tom : Pourquoi ?
Lolo : Contre ton père et le Docteur. Vois-tu, tous les deux tiennent énormément à elle, ils mettraient leurs vies en danger pour la sauver, et c'est bien ce que nous espérons.


Tom était terrifié, il avait peur de ce qui allait arriver à tous ces gens dans les souterrains, à ses frères, à ses parents. Bizarrement il n'avait pas peur de ce qu'ils lui réservaient, il doit tenir ça de ses parents. Il fallait qu'il trouve un moyen de les empêcher de mettre à bien leur plan. Après tout il était le fils de John Smith qui était une légende dans les souterrains !! Mais comment faire ? Que faire ?


*bip bip*


Lolo
: Ah !! Apparemment tes "frères" sont arrivés à destination. Le virus va se répandre comme une trainée de poudre dans tous les souterrains. Et le Docteur va assister à toutes ces morts, impuissant.
Tom : POURQUOI ??


Lolocreep regarda Tom éberluée, il avait hurlé à en percer les tympans. La colère montait en lui. Tout ça juste pour faire souffrir le Docteur. Pourquoi ? Qu'avait-il fait ? Sans doute rien qui ne vaille tout ça. Il avait l'air si gentil. Il ressemblait tant à son père. Il ne pouvait pas mériter ça.


Lolo : Parce qu'à cause de lui et de ses semblables tous les miens sont morts !!


Tom la fixait avec de grands yeux ronds, il n'osait y croire. Mais ne parvint même pas à ouvrir la bouche. Lolocreep continua donc.


Lolo : Nous sommes seulement à trois à avoir survécu, mon mari, son frère et moi. Nous avons survécu à la Guerre du Temps. Guerre qui opposait les Seigneurs du Temps aux Daleks. Une guerre horrible qui a détruit des centaines de planètes, dont la mienne. Et ce cher Docteur est le dernier survivant des Seigneurs du Temps, il va donc payer pour ce que ceux de son espèce nous ont fait !!
Tom : Et mon père dans tout ça ? Il n'a rien à voir dans toute cette histoire !!
Lolo : Oh que si !! Et bien plus que tu ne le crois. Ton père n'est pas humain, il est à moitié Seigneur du Temps et à moitié humain. En fait il est tout simplement le double du Docteur, un clone si on veux.


Tom était sous le choc. Tout cela n'avait aucun sens, aucun. Et pourtant maintenant qu'il y pensait cela expliquait certaines choses. Pourquoi il fut le seul à survivre quand les rations de sa compagnie furent empoisonnées. Pourquoi son nom de code était le Docteur. Pourquoi tous deux se ressemblaient tant. Et son mystérieux savoir qui faisait que leur maison était plus grande à l'intérieur. Lolocreep ne faisait pas attention à Tom et continuait son récit.


Lolo : Leur grande faiblesse c'est les autres. Toujours à vouloir sauver tout le monde. Ils vont devoir assister impuissants à la mort de tous ces gens. A la mort de tous les peuples de l'univers.
Tom : Comment allez-vous faire sa ?
Lolo : C'est simple. Nous avons enlevé des personnes et nous allons les contaminer avec le virus et les envoyer à travers tout l'univers. Et tu en fais parti.


Lolocreep s'était tournée vers Tom avec un sourire mauvais sur les lèvres. Lui avait blêmit. Voilà donc ce qu'ils allaient faire de lui, ils allaient le contaminer et l'envoyer sur une quelconque planète pour tuer tous ses habitants. Elle continua son récit, ravie de l'effet qu'elle produisait sur Tom.


Lolo : Nous avons d'ailleurs choisi une planète particulière pour toi.
Tom : Laquelle ?
Lolo : La Terre. La planète tant chérie par le Docteur. Tu vas retourner dans ton monde d'origine pour y apporter la mort.



**********************************  
               



Au moment même chez John Smith


*BOOM BOOM BOOM*


John : Allons bon, que se passe-t-il ?
Ten : Attends je vais ouvrir.


Le Docteur ouvrit la porte et se retrouva en face d'un homme assez grand et d'une carrure impressionnante qui avait une expression de panique complète sur son visage.


Ten : Que se passe-t-il ?
L'homme : John, ce sont vos fils. David-S et Evan.
John : Que leur est-il arrivé ?
L'homme : Ils sont revenus des souterrains inexplorés, ils sont bizarres et nous disent que nous allons tous mourir. Et beaucoup de personnes commencent à être malades. Ils ont de la fièvre et des maux de gorge.


Le Docteur et John se regardèrent terrifiés.


merci à Marm pour la relecture
 
            
Citation:

 
Cela faisait maintenant quoi ? Des jours, des semaines, des mois, qu’elle était enfermée dans cette pièce, dans le noir, le froid et l’humidité. Ses yeux s’étaient habitués à l’obscurité ambiante et elle était dorénavant capable de discerner la paillasse lui servant de lit ainsi que le seau lui permettant de se soulager lorsqu’elle en avait besoin. C’était les deux seuls « meubles » présents dans cette cellule qu’elle avait estimé à une dizaine de m².

Adossée au mur, assise par terre la plupart du temps, les seules visites qu’elle recevait étaient celles de ses geôliers qui lui amenaient sa ration quotidienne et vidaient le seau. Elle ne connaissait pas leurs visages, ils étaient toujours à contre jour et la lumière filtrant par l’interstice de la porte lui brûlait les yeux, mais elle savait qu’ils étaient au minimum 3. Il y a encore quelques années, elle aurait tenté de leur sauter dessus pour s’enfuir, mais c’était aujourd’hui peine perdue. Elle n’était plus la jeune et insouciante fille d’avant. Même si elle avait très longtemps gardé une forme physique excellente (sûrement dû au fait qu’elle avait absorbé le vortex du temps lorsqu’elle voyageait avec le Docteur), elle avait dû se rendre à l’évidence que l’âge la rattrapait.

Voilà où l’avait amenée sa curiosité légendaire. Elle n’avait pas écouté son mari et avait suivi cette étrange fille, récemment arrivée dans la colonie. Dès le début, ses questions insistantes et son comportement envers Tom lui avait paru suspects. Elle en avait discuté avec John, mais il était trop occupé et surtout trop souffrant.

John… John Smith… Il avait décidé de prendre ce nom pour passer inaperçu dans le monde parallèle. Elle s’y était habituée au fil du temps, oubliant même celui qui l’avait porté auparavant ; enfin presque oublié. Si seulement il était là, il viendrait la sauver, comme il l’avait fait de nombreuses fois. Mais elle ne devait pas compter sur lui cette fois ci. Il n’était pas là et ne savait même pas dans quelle situation elle et les autres étaient. Elle se demandait encore pourquoi elle luttait pour rester en vie. Elle avait pratiquement 60 ans et avait bien vécu. Peut-être était-ce l’heure ?

Un bruit de pas résonna dans le couloir. Il devait être 12h. L’heure de son repas. Et par repas, il fallait entendre une espèce de soupe insipide, du pain et de l’eau. Mais les pas ne s’arrêtèrent pas devant sa cellule, ils continuèrent un instant et le bruit grinçant d’une porte qui s’ouvre se fit entendre.

Voix masculine : Outch, doucement !
Voix féminine : Reste tranquille…

Elle avait reconnu la voix féminine de Lolocreep, mais avait un doute sur l’autre. Ce ne pouvait être lui… Elle attendit que Lolocreep sorte pour oser parler au nouvel arrivant.

Rose : Qui est là ?
Voix masculine : Vous, qui êtes-vous?
Rose : Rose Tyler Smith.
Voix masculine : Maman ?
Rose : Tom ? C’est toi ? Oh mon Dieu, Tom…
Tom : Maman… on te croyait morte… j’ai tellement de choses à te dire…
Rose : Tom… comment vont tes frères et John ?
Tom : Papa, ça va… David-S et Evan ont été clonés et infestés par le virus Ebola. Arkéos est resté avec l’armée de réserve et pour l’instant il est sauf, enfin je pense. Oh … Et un homme est arrivé aujourd’hui.
Rose : Un homme ?
Tom : Oui, et le plus étonnant c’est qu’il porte le même nom que papa avait prit pour nom de code. Drôle de nom pour un homme : Le Docteur… et tu sais pas quoi ? Il a un vaisseau en forme de boîte bleue qui a la même technologie que notre « habitation ».

Rose était incapable de répondre à son fils. Elle restait pétrifiée par la nouvelle que venait de lui donner Tom. C’était impossible. Il ne pouvait pas être là, pas Lui.


*************************


Un groupe assez important s’était formé autour des deux jeunes hommes. Le « médecin » de la colonie s’était précipité à leur rencontre, mais il n’était pas expert… il avait le titre de médecin bien qu’il n’était en fait qu’ infirmier. Le « vrai » médecin était mort l’année précédente, comme personne d’autre n’avait été formé à la pratique de la médecine, c’est à lui, son assistant, qu’on avait demandé de tenir ce rôle.

Le Docteur aida John à se lever et à se rendre auprès de ses fils. Il était si faible …

John : Evan… David-S … oh non… pas vous…
Ten : Evan… Dis moi ce qui s’est passé…
Evan : on…on é…é…était all…é cher…cher à man… manger… et …on nous a att… attaqu… és. Puis…
Ten : Reprends ton souffle Evan…

Le Docteur posa sa main sur la poitrine d’Evan. Lorsqu’il la retira, elle était humide, mais ce n’était pas dû à la chaleur ambiante des souterrains, mais à la sueur du jeune homme. Il était dans un état de sudation important, trop d’ailleurs, ce qui mit la puce à l’oreille du Docteur. John quant à lui, tenait David-S entre ses bras.

John : Oh mon Dieu… mes pauvres enfants…
Ten : Que vous est-il arrivé ?
David-S : Ils voulaient savoir … pourquoi vous étiez là … ils nous ont injecté un produit et nous ont questionné pendant des heures… c’est votre faute !!!!!!!
Ten : Je suis désolé, je suis tellement désolé
John : Ne dis pas ça… Il est là pour nous aider, n’est-ce pas Docteur ?
Ten : Je ferai tout ce que je pourrais…

Le Docteur se releva et s’éloigna… mais fut rappelé rapidement par la voix de David-S.

David-S : Docteur ? J’ai oublié de vous dire… ce qu’ils nous ont injecté… ils ont dit que cela allait causer la fin de notre race…
Ten : Quoi ??? Qu’est-ce que c’était ?
Evan : Un virus… ils ont dit qu’il s’appelait Egola ou Abola, un truc comme ça…
Ten (terrifié) : Ebola ???
Evan : Oui, c’est ça. ! Mais qu’est-ce que c’est ?

Le Docteur se leva et ordonna de faire évacuer les lieux, ne devaient rester que les personnes nécessaires, ce qui , en plus de lui, incluait John, le chef de l’armée et l’infirmier-médecin.

John : Tu as bien dit Ebola ?
Ten : J’en ai peur…
John : C’est impossible … Ebola est un virus terrien, que ferait-il ici ?
Ten : Je crois que nos « amis » y sont pour beaucoup …
Le chef de l’armée : Mais ce virus, il est mortel ou on peut le soigner ?
Ten : Il n’y a malheureusement aucun remède, c’est fatal…
Le Chef de l’armée : Mais … d’autres gens sont atteints… ils vont tous mourir ?
John : D’autres gens ? Mais comment est-ce possible ? La période d’incubation est de 2 à 15 jours… c’est impossible…
Ten : …et le mode de transmission est, certes, assez facile, mais il faut qu’il y ait contact prolongé ou …
John : …échange de fluides…mais … là ils ne sont arrivés que depuis quelques heures, ils ont dû…
Ten : …modifier génétiquement la souche pour que le virus soit actif plus rapidement…
John : …et permettre une transmission plus facile, rien qu’avec un simple…
Ten : …contact…

John et le Docteur se regardèrent effrayés, et ensemble, dans le même geste, baissèrent les yeux vers leurs mains. Elles étaient couvertes de la sueur des deux enfants. Tous deux avaient été en contact avec le virus…

Ten : Bon, soyons concis… Le virus met normalement 2 à 15 jours pour se développer… donc tablons sur 2 jours… ils sont partis depuis combien de temps ?
John : Environ 2 ou 3 heures…
Ten : très bien… donc au lieu d’incuber en 2 jours, le virus s’active au bout de 2 heures… donc si mes calculs sont bons …

Le Docteur commença alors à faire les cent pas, regardant en l’air comme cherchant les réponses au plafond, calculant sur ses doigts des équations imaginaires et marmonnant.

Ten : 15 heures…
John : 15 heures pour ?
Ten : La fin de la colonie…

Mais quelque chose gênait le Docteur… Quelque chose n’allait pas avec les symptômes connus de l’Ebola… Il s’accroupit auprès du corps d’Evan, sorti son tournevis sonic et commença à « ausculter » le garçon.

Ten : John ?
John : Oui ?
Ten : Que vois-tu ?
John : Rien...
Ten : Et vous infirmier ?
Infirmier : Non, rien …
Ten : C’est bien ce que je me disais, c’est illogique … John, te rappelles-tu les premiers signes qui apparaissent chez les victimes d’Ebola ?
John : Une soudaine montée de fièvre accompagnée de perte de vigueur, de douleurs musculaires et de forts mots de tête ainsi que de maux de gorge.
Ten : Oui et ensuite…
John : Ensuite ? Diarrhées, vomissements, éruptions cutanées et insuffisance rénale et hépatique. Puis hémorragies internes et externes entraînant le décès par choc cardio-respiratoire dans 50 à 90 % des cas, et ce quelques jours seulement après l’apparition des symptômes…
Ten : Exactement ! Tu es Brillant !!! Enfin bref… Si on tient compte de l’évolution de « notre » virus, rien ne te choque …
John : Pas d’éruptions cutanées, pas de vomissement, de diarrhées…
Ten : Exactement…Ils devraient être couverts de bulles rougeâtres et leur peau devrait se décomposer petit à petit…alors que leurs simples symptômes sont fièvre et maux de gorge…
John : Alors… ce n’est pas …
Ten : Ma main à couper que non … enfin, pas littéralement, bien entendu, elle ne repousserait pas cette fois et ce serait ennuyeux…             


Merci à Mordax pour la relecture


 
       
Citation:
Lolocreep s’éloigna discrètement du groupe de curieux, d’ici quelques heures tout le groupe allait développer les premiers symptômes et elle ne tenait pas à ce que, qui que ce soit, remarque qu’elle se portait comme un charme. Si elle voulait que leur plan marche elle ne devait pas être démasquée, du moins pas avant qu’il ne soit trop tard.

Une fois loin des oreilles indiscrètes elle sortit son communicateur.

Lolocreep : Rhumer, les clones ont commencé leur travail, comment ça se passe avec les originaux ?
Rhumer : « Un peu décevant, je pensais qu’ils résisteraient plus longtemps. King est partit se débarrasser des corps. »
Lolocreep : Bien, et pour Arkeos, vous avez réussi à mettre la main dessus ?
Rhumer :«  Non, il est avec l’armée et maintenant que l’alerte est déclenchée c’est trop risqué. »
Lolocreep : De toute façon ce n’est qu’une question de temps avant qu’il soit infecté. Si tout se déroule comme prévu nous pourrons lancer la phase deux d’ici moins de vingt-quatre heures.

Elle rangea le communicateur dans sa poche et, le sourire aux lèvres, prit le chemin de l’infirmerie. Elle ne pouvait résister à l’envie de voir le Docteur et son clone se débattre inutilement.
 

************************
         

John:  Ce n’est pas le virus Ebola, du moins pas la souche classique.

Ten approuva d’un signe de tête.

Ten : Période d’incubation extrêmement courte mais apparition des symptômes révélateurs retardée…

Son regard croisa celui de John et il vit une inquiétude similaire à la sienne apparaitre sur son visage.

Ten: La souche du virus a été modifiée de façon à ce que les malades infectent un maximum de personnes avant que l’on comprenne qu’ils sont atteints.

John ouvrit la bouche mais avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit le chef de l’armée prit la parole.

Le chef de l’armée : Votre attention ! Tout les gens présent dans ce tunnel doivent se rendre à l’infirmerie pour être mis en quarantaine. Ne touchez rien ni personne !

Il se tourna vers les soldats qui l’avaient accompagné.

Le chef de l’armée : Assurez- vous que personne ne nous fausse compagnie, il faut enrayer l’infection maintenant.

Ses hommes se mirent immédiatement en mouvement et dix minutes plus tard les frères Smith, John, le Docteur et le Général étaient installés dans une petite salle de l’hôpital de fortune. Le Général se tourna alors vers les deux malades.

Le chef de l’armée : Je dois absolument savoir dans quels tunnels vous êtes passés et qui vous avez rencontrez.

Dans un effort considérable David-S marmonna une suite de numéro et de nom. A chaque mot qu’il prononçait John et le Général palissaient un peu plus. C’est John qui dans un murmure éclaira la lanterne du Docteur.

John : Ce sont des couloirs très fréquentés et ils ont croisé plusieurs patrouilles.

Il fit une pause le temps de jeter un œil au militaire qui distribuait déjà des ordres à travers sa radio.

John : On n’arrivera jamais à endiguer l’épidémie, pas dans un espace aussi confiné.

Ten pouvait sentir son cerveau bouillonner, mais il avait beau tordre et retordre les données, il ne voyait qu’une seule solution.

Ten : Vous devez sortir. Il faut évacuer toutes les zones non contaminées et envoyer les gens à la surface.

Encore une fois John se fit couper l’herbe sous le pied par le Général.

Le chef de l’armée : Vous délirez ! On ne peut pas envoyer des gens là-haut! Ils vont se faire massacrer !
Ten : Quand avez-vous vu l’aragora pour la dernière fois ?
Le chef de l’armée : Heu…

La question prit un peu de court le militaire. Mais Ten insista.

Ten : Quand ?
Le chef de l’armée : Longtemps, mais il y a les signes, la terre qui tremble, les nuages, les bruits. Beaucoup sont morts pour qu’on apprenne à s’enfuir à temps !
Ten : Mais vous ne les avez plus vu depuis des années. Les aragoras sont un vrai fléau mais ils ont une espérance de vie très courte, il a complètement bouleversé l’écosystème de la planète, c’est ce qui crée tout ses phénomènes climatiques. La surface n’est peut-être pas habitable sur le long terme mais pour le moment c’est votre meilleure chance.

Lorsqu’il intervint la voix de John se fit étrangement douce, comme s’il cherchait à calmer les ardeurs de son double

John : Ça fait à peine vingt cinq ans que l’œuf a été déposé, le risque est énorme. En plus si c’est une femelle elle a très bien put s’auto reproduire. Et même si la menace de l’aragora n’est plus, le climat là-haut est bien trop instable.
Ten : Vous fonctionnez en vase clos, tout est recyclé, même si on arrive à isoler tous les malades, la maladie continuera à se répandre. Si vous restez ici tout le monde va mourir, là-haut vous avez une chance.
Le chef de l’armée : Laquelle ?  Je ne vais pas envoyer tous ces gens à la surface si c’est pour passer d’un danger mortel à un autre.

Le ton de la voix du général ne laissait aucun doute sur ce qu’il pensait de l’idée de Ten et il cherchait déjà où mettre les gens en sureté sans sortir de la cité. Mais John lui avait compris où le Docteur voulait en venir et il ne manifesta aucune surprise quand celui-ci exposa son idée à voie haute.

Ten : Si on arrive à endiguer l’épidémie il faudra des semaines avant que la cité soit totalement décontaminée. Vous ne devez pas simplement faire sortir les gens Général, il va falloir les emmener ailleurs. Il est temps pour vous de reprendre contact avec les autres cités.
Le chef de l’armée : Vous êtes complètement malade ! Nous avons perdu le contact depuis des années, Dieu seul sait ce qu’ils sont devenus. Et vous, vous qui venez juste d’arriver vous voulez nous envoyer là-bas! Jusqu'à présent je vous ai écouté parce que vous étiez un ami de John mais si c’est pour lancer des idées aussi farfelues je vous envoie directement en zone de quarantaine avec les autres.

Il fut interrompu dans sa tirade par sa radio, le commandant en second lui annonça que la quarantaine avait été mise en place dans les tunnels suspects.

Commandant en second : « Ça concerne près de la moitié de la cité mon général. Nous avons dû couper une grosse partie du réseau de distribution d’eau et la majorité des entrepôts de nourriture se trouve dans la zone de quarantaine. »

De longues secondes s’écoulèrent avant que le général ne réponde.

Le chef de l’armée : Ressemblez tout le monde dans la zone 53, nous allons devoir évacuer la cité.
Commandant en second : « Mais mon général »
Le chef de l’armée : Exécution colonel !

Il raccrocha sa radio à sa ceinture et s’adressa aux deux Docteurs complètement médusés par son brusque changement d’avis.

Le chef de l’armée : Ça ne me plait pas le moins du monde, mais mon but est de garder les habitants de cette cité en vie. Comme vous l’avez dit nous fonctionnons en vase clos et avec autant de zones fermées nous manquerons d’eau et de nourriture en moins de 24 heures. Et à ce moment là il sera trop tard pour faire quelque chose.
John : Dans ce cas là Général je crois qu’il est temps de vous avouer quelque chose à propos de mon fils Arkeos. Il y a quelques temps il a bricolé une radio et il est entré en contact avec la cité de Beika, il sait où elle se trouve et il pourrait y conduire les rescapés.

Il était difficile de dire si c'était de la colère ou de la surprise qui dominait le Général à ce moment là

Le chef de l’armée : Votre fils est entré en contact avec une autre cité, il leur a donné notre position ? Vous vous rendez compte du nombre de lois qu’il a violé ?!
John : Je sais Général, mais rien ne nous prouve que les habitants des autres cités ont plus changé que nous, tout cette méfiance ne fait qu’entretenir la guerre et notre isolement. Arkeos pensait faire avancer les choses petit à petit mais les événements en ont décidé autrement et finalement ça va peut-être sauver la vie de centaines de personnes.
Le chef de l’armée : Nous réglerons tout ça plus tard. Voyiez si vous pouvez faire quelque chose pour les malades, je m’occupe du reste.

Il s’éloigna et avant qu’il soit hors de porté John pu l’entendre demander dans sa radio à ce qu’on lui passe Arkeos.

John : J’ai besoin de ton aide.
Ten
: Je suis désolé mais il n’y a pas de vaccin contre ce virus.
John : Je sais. Pour moi et mes fils il n’y a plus beaucoup d’espoir.

La voix de John était étrangement ferme pour un homme aussi vieux et aussi malade.

John : Les rescapés de la Guerre du Temps, ce sont eux qui sont derrière tout ça. Moi je suis trop vieux et trop malade pour faire quoi que se soit mais toi tu peux y arriver, il faut que tu les retrouves. Rose…je pense qu’ils l’ont enlevée, tu la connais elle s'est toujours montrée très curieuse. Dernièrement elle s’intéressait à cette femme qui tourne autour de Tom, Lolocreep. Mes fils ont un peu cherché dans cette direction mais ils ne savent pas tout ce que tu sais. Trouve Rose et Tom et emmènes-les à l’abri avec Arkeos.
Ten : Mais tu…

John se contenta de secouer la tête et Ten se tut. En temps que Seigneur du Temps il n’avait pas grand-chose à craindre de ce virus, au pire un peu de fièvre et une sale toux mais rien qu’il ne puisse gérer. John par contre… son "métissage" lui avait permis de résister à un empoisonnement mais sont état de santé était bien trop mauvais pour survivre cette fois encore.
Ses yeux se posèrent sur les fils adoptifs de son double, eux non plus n’y survivraient pas. Il se sentit complètement découragé, si Rose avait été, non il refusait d’y penser, elle ne pouvait pas mourir comme ça. Ni elle ni son fils, il refusait de la perdre encore une fois.
Il afficha un air déterminé et prit le chemin de la sortie, ceux qui avait modifié le virus avaient peut-être créé un antidote. Et s’il ne l’avait pas fait ils allaient découvrir la fureur d’un Seigneur du Temps.


   
Citation:

Le Docteur se dirigeait vers la sortie quand John l’interpella une dernière fois.

John : Qu’est-ce que tu comptes faire ?? Cria-t-il dans son dos.
Ten : J’ai besoin du Tardis pour localiser le repère de nos ennemis, où qu’ils soient et quelles que soit leurs origines, ils utilisent forcément de l’énergie. Les radars du Tardis me conduiront à la source. Ensuite… Eh bien, j’aviserais… Répondit-il simplement en haussant les épaules avant de reprendre sa marche.

Il marchait vite à travers les galeries de la cité, bien déterminé à mettre la main sur cet antidote et surtout, oui surtout, à retrouver Rose.
Il l’avait laissée dans une autre dimension où il la croyait en sécurité avec un autre "lui" et au lieu de cela, il découvrait qu’elle avait vécu la plus grande partie de sa vie cachée dans un souterrain. Non, hors de question que ça ce passe comme ça… Peut-être y avait-il un moyen de lui rendre sa vie, de lui donner une autre chance…
Il pressa encore l’allure, si bien qu’il bouscula une jeune femme au détour d’un tunnel. Il s’excusa rapidement et continua son chemin.

Lolocreep le regarda s’éloigner en marmonnant un vague « c’est pas grave… », elle se demanda où il pouvait bien aller aussi rapidement et se décida à le suivre, mais son appareil de communication l’interpella.
C’était Rhumer.

Rhumer : Lolo, King-Doctor a retrouvé son Tardis, nous partons le récupérer, retourne à la base préparer notre arrivée…

Elle referma l’appareil et se dirigea donc à contrecœur vers le QG.

***************************
   


John de son côté organisait les soins, les malades les moins touchés s’occupaient de ceux qui l’étaient plus…
Il restait à proximité du système de communication interne pour coordonner les opérations.
Le Général lui annonça que tous les couloirs contaminés étaient en quarantaine et qu'Arkéos avait contacté l’autre cité et qu’elle les attendait, ce qui était plutôt bon signe, avait admis le Général.
Arkéos justement parvint lui aussi à contacter son père.

Arkéos : - Papa, je suis sur le point de sortir, je voulais juste te dire que…
John : Non, le coupa John, tu n’as rien à dire, tout se passera bien !
Le silence se fit un moment.
Arkéos : A très bientôt … Lança alors Arkéos dont la voix avait retrouvé tout son optimisme.

Puis le silence se fit pour de bon, laissant John seul avec ses angoisses.

**************************   



Le Docteur était sur le point d’arriver sur son lieu « d’atterrissage », plus qu’un angle de rue à passer et il aurait le Tardis sous les yeux.
Mais quand il passa l’angle il entendit des voix, il releva alors la tête et recula vivement pour se cacher derrière le mur.
Ce n’était pas normal, des voix à l’extérieur alors que personne ne devait sortir…
Il passa le visage pour observer, il pouvait voir deux hommes s’affairer autour du Tardis.

Rhumer : -Fixe ça de ton côté King-Doctor, si j’en mets un ici ça devrait suffire.

L’homme qui venait de parler lança un objet à celui qui, de toute évidence, se nommait King-Doctor. Ce dernier colla l’objet en question sur une des parois du Tardis.
L’autre fit de même sur l'autre paroi, il recula de quelques pas puis sortit un petit appareil de sa poche. Quand il l’actionna, le Tardis fut entouré d’un cercle lumineux et il se mit à flotter à quelques centimètres au-dessus du sol.
L’homme pouvait désormais le diriger aussi facilement que s’il tenait un ballon de baudruche au bout d’une ficelle.
Les deux hommes regardèrent autour d’eux pour être sûr de ne pas être observés et s’en allèrent.
Bien sûr, le Docteur décida de les suivre, il ignorait qui ils pouvaient être bien qu’il se doutait qu’il devait s’agir des fameux survivants de la Guerre du Temps. Il était clair également que ces individus n’étaient guère inquiets de savoir qu’une créature sans pitié rôdait sur cette planète, prête à déchiqueter tout être vivant se présentant à sa portée…

Après un bon quart d’heure de marche, les deux hommes, toujours filés par le Docteur arrivèrent devant une grotte, un peu à l’écart de la ville. Là, une jeune femme semblait les attendre devant l’entrée.

Lolocreep : -Tout est prêt Rhumer, j’ai fait de la place à côté de l’autre… Dit-elle.

Le Docteur eut un haut le cœur, cette femme, il l’avait déjà croisé, à l’intérieur même de la cité.

Rhumer : Parfait Lolocreep. Lança Rhumer avant de se remettre à avancer, plus lentement pour éviter que le Tardis ne heurte le plafond de la caverne.

Le Docteur attendit un instant, puis s’élança jusqu'à l’entrée. Là, il tendit l’oreille, rien. ... Il s’engouffra donc dans l’ouverture béante.

Après quelques minutes de marche, il entendit à nouveau les voix des trois comparses. L’écho ne lui permettait pas de comprendre ce qu’ils se disaient, mais il semblait évident qu’ils s’éloignaient. Il attendit encore un instant pour être sûr et entra dans ce qui semblait être une immense salle souterraine, creusée naturellement dans la roche.

Et là, quelle ne fut pas sa surprise de tomber nez à nez avec non pas un, mais DEUX Tardis…
Il ouvrit de grands yeux ronds. Non, il ne rêvait pas, il y avait bien deux boîtes bleues parfaitement identique posées l’une à côté de l’autre.
Il s’approcha et donna une tape amicale à son propre Tardis qu’il n’eut aucune difficulté à reconnaître. D’ailleurs, il serait capable de retrouver son Tardis parmi plusieurs milliers de boîtes bleues sans la moindre hésitation.
Puis il observa le deuxième vaisseau d’un air pensif. Il était bien identique, en apparence et seulement en apparence, car le Docteur ne s’y trompa pas. Ce Tardis était bien moins performant que le sien et il n’eut pas à réfléchir bien longtemps pour en deviner la provenance. Il devait sans aucun doute s’agir du Tardis fabriqué par John avec l’aide de Torchwood.

Le Docteur tourna autour et continua de l’étudier avec l’aide de son Tournevis Sonique. Ses soupçons furent rapidement confirmés : ce Tardis était très limité et ne pouvait sans aucun doute voyager qu’avec l’appui de Torchwood Londres.

Les trois mystérieux personnages qu’il avait suivi l’avaient évidemment dérobé à John et Rose…
… Rose !!! Le Docteur cessa soudain ses interrogations, il devait impérativement la retrouver ! Ses trois nouveaux camarades avaient déjà bien avancé, il continua donc son chemin jusqu'à une intersection. Aie ! Quel chemin choisir, il se frappa le front, qu’est ce qu’il lui avait pris de perdre autant de temps à contempler le deuxième Tardis…

Il commença à faire marcher son puissant cerveau à la recherche d’une idée, mais il fut déconcentré par un gémissement, il tendit l’oreille. Tunnel de gauche apparemment. Il suivit donc ce couloir et arriva dans une autre salle très sombre, qu’il parvint à illuminer d’un coup de tournevis sonique sur le générateur qu’il pouvait distinguer à côté de l’entrée.

Ten : Tom... Chuchota le Docteur.

Ce dernier était attaché sur une table, toutes sortes d’instruments de tortures étaient disposés sur une petite console juste à côté. Le Docteur se précipita pour le détacher, Dieu merci, il ne semblait pas encore avoir été victime de quelconque violence. Il serra le jeune homme dans ses bras, puis il s’apprêta à lui poser la question qui lui brûlait les lèvres quand il entendit une voix derrière lui.

Rose : Docteur ?

Ce n’était pas n’importe quelle voix, c’était la sienne…
Il se retourna lentement.

Ses cœurs manquèrent de cesser de battre. Il ne pouvait voir que son visage encadré par la petite trappe qui permettait à ses geôliers de lui passer sa nourriture, car le reste de son corps était caché par la lourde porte métallique qui la gardait prisonnière.
Il s’approcha, tremblant. John n’avait pas menti , même amaigrie et fatiguée par plusieurs jours de détention difficiles dans l’obscurité, son visage était toujours aussi rayonnant. C’était comme si le temps lui-même n’avait pas eu d’emprise sur elle, seules quelques petites rides aux coins des yeux et des lèvres indiquaient que plusieurs décennies s'étaient écoulées depuis leur derniers adieux.

Ten : Rose !! S’écria enfin le Docteur en s’agenouillant pour se mettre à sa hauteur.

Il passa sa main dans la fente et serra celle de Rose, elle était glacée…
Une colère froide l’envahit soudain, il ne savait pas encore qui étaient ces monstres, mais il les ferait payer très cher pour ce qu’ils avaient fait à Rose et à toute cette population.

Rose : Docteur, je savais bien que tu finirais par venir.
Ten : Oh, Rose je suis désolé, tellement désolé…

Rose le regarda perplexe.

Rose : Mais de quoi es-tu désolé encore ? Demanda-t-elle excédé. Tu n’as pas changé toi…

Le Docteur sourit, elle non plus n’avait pas changé.

Ten : Tu sais, je viens tout juste de te quitter en réalité…

Il se releva et joua de son fameux tournevis pour ouvrir la porte de la cellule, puis il aida Rose à en sortir. Il aurait voulu la serrer contre lui, mais elle tenait à peine debout.
Tom soutint donc sa mère à son tour et l’emmena s’asseoir sur une chaise qui traînait dans un coin.
A peine assise, Rose commença à vouloir raconter au Docteur tout ce qu’elle savait des trois auteurs de ces horreurs, mais le Docteur l’interrompit, il voulait avant tout éclaircir quelques points…

Ten : Rose, toi et John êtes venus ici grâce au Tardis que John a fabriqué…
Rose : Oui, commença Rose, il l’a construit avec l’aide de Torchwood, nous pouvions voyager un peu partout grâce à la faille qu’on arrive plus ou moins à contrôler.

Le Docteur hocha la tête pensivement.

Ten : Bien, donc vous avez répondu à cet appel de détresse et vous êtes retrouvés piégés ici quand votre Tardis a été volé…
Rose : C’est bien ça, le Tardis a disparu peu de temps après notre arrivée, nous n’avions plus aucun moyen de contacter Torchwood. Rose s’interrompit un instant et le Docteur l’encouragea à continuer.
Rose : Ce que je ne comprends pas, c’est comment nous avons pu changer de dimension, toi, John et Torchwood, vous étiez tous d’accord pour dire que c’était IMPOSSIBLE.
Ten : C’est exact, déclara le Docteur d’un air sombre, très sombre même. Seule une technologie très avancée aurait pu réouvrir le passage, mais cette technologie n’existe plus aujourd’hui. Plus depuis que les Seigneurs du Temps ont disparu…

Rose écarquilla les yeux.

Rose : Tu veux dire que ces trois là sont des…
Ten : Non, la coupa-t-il, je l’aurai senti s’ils avaient été des Seigneurs du Temps. Il marqua une petite pause. En revanche, il se pourrait qu’ils aient récupéré un peu de matériel après la fin de la guerre…
Rose : Dans quel but ?
Ten : Je l’ignore, mais s’ils se sont servis de cette technologie pour vous attirer ici John et toi, j’en déduis que leur motivation doit être la vengeance…

Le Docteur resta silencieux, la culpabilité l’envahissant à nouveau. Il avait fait tant de mal en mettant fin à cette guerre insensée, même après toutes ces années, lui et surtout ses amis n’avaient toujours pas fini d’en payer les conséquences…
   
Citation:
« Pouf !! Allez !! Encore un peu... »

Arkeos escaladait l'échelle de sortie crasseuse. Pouah ! Lorsqu'il sera chef, il installera un ascenseur. C'est insupportable cette montée !! Allez , la bouche d'égout à ouvrir ... fermée à triple tour...

Ah! L'air frais. Quel bonheur de respirer un air autre que celui suintant d'humidité dans lequel il vivait depuis 12 ans. Dommage qu'un Aragoras puisse descendre à tout instant du ciel pour vous déchiqueter.

Restons vigilants.

*************************

   


Ten – Rose ! Tom ! Nous ne devons pas rester ici !! Ils peuvent revenir à tout instant !!

Rose – Tu parles d'une nouvelle !

Ten - Attends ! Je vais t'aider.

Rose – Je ne suis pas encore croulante ! Aide Tom plutôt.

Tom – Je peux courir tout seul !

Le Docteur sourit. Tom lui évoquait de plus en plus...

...

Ten – Allons-y...

Rhumer – Alonzo ?

Le Docteur fit volte-face. Lolocreep, Rhumer et King Doctor lui faisait face, un sourire machiavélique sur le visage. Lolocreep tenait un couteau à la main et était appuyée contre le mur. King Doctor était caché dans la pénombre, seule une partie de son visage était visible. Rhumer était le plus avancé et semblait être désarmé.

Rhumer – Désolé. C'est une blague que mon père faisait souvent. Mais c'est une chose irréalisable désormais.

Ten – Qui êtes-vous ?

Rhumer – Nous sommes des survivants.

Ten – De la Guerre du Temps, je sais. Quelle race êtes-vous ? Et où sont David et Evan ?

Rhumer – Dans la fosse qu'on leur a gentiment creusé bien sur.

Rose crut sentir son cœur s'arrêter. Ses fils... Non , il ment. Il ment !

Rose – MENTEUR !! Mes fils sont toujours dans la base. John ne les aurai pas laissés se faire prendre.

Elle se tourna vers le Docteur, les larmes aux yeux, dans l'attente d'une confirmation. Mais celui-ci ne la regarda même pas. Il avait les poings et la mâchoire serrés. Deux enfants. Encore si jeunes. Non. Quels êtres pouvaient faire une telle chose ?

Rose – Docteur * sniff * Je t'en prie , dis-moi... dis-moi...

Docteur – Des clones... Des clones ! J'espère pour vous que vous ne les avez pas...

Rhumer – Et encore , on y a pris du plaisir.

Lolocreep émettait de temps en temps un petit rire narquois. Et ça rendait le Docteur dingue. Ça le rendait complètement fou. Des larmes coulaient sans cesse sur les joues de Tom. Il se souvenait de ses deux frères. Quand David l'avait sauvé d'un Aragoras, lui racontait les merveilleuses histoires de son père. Quand Evan lui racontait ses blagues, qu'Arkeos s'empressait de réduire à néant en se moquant de...

Tom – Et Arkeos ?!! Où est Arkeos ?! Que lui avez-vous fait ??

King Doctor – Ton dernier frère nous a malheureusement filé entre les doigts mais ça n'a plus d'importance. Le virus va l'infecter et il mourra, comme les autres.

Le Docteur se garda de dire que Arkeos ne craignait rien puisqu'il était, à ce moment-là, dans les quartiers militaires et que, le temps que l'épidémie se propage, il était déjà sorti.


************************
   


A la surface, Arkeos avançait, de buissons en buissons.

Arkeos – Ouch !! Échardes !! Saloperie !!

Il sortit rapidement du buisson et chercha une autre cachette. Mais une odeur... une odeur...

Arkeos – Une odeur de putréfaction !? Ouark !

Il se dirigea lentement vers l'origine de l'odeur. Une malheureuse victime de ces créatures? Tiens ? On dirait un trou... une fosse. Son cœur battait de plus en plus vite. Pourquoi ? Ce n'était pas la première fois qu'il voyait un cadavre. Il était au bord de la fosse. Le trou avait été creusé à la va-vite. Deux corps  littéralement massacrés, s'entassaient. C'était David-S et Evan.

Arkeos tomba sur ses genoux. Impossible de retenir ses larmes. Colère. Rage. Haine. Il hurla tout ce qu'il pouvait. Qui a osé ? Qui ? Il les tuerait. Il les trouvera it b et il les massacrerait. Comme ils ont massacré ses frères. Combien de balles ai-je sur moi ? 8 dans le flingue plus la cartouche de munitions. 16 balles. Il y a des traces de pas. Ces types ne se souciaient pas de laisser des traces. Deux personnes. Ça fait 8 balles chacun. Et s'il y en a d'autres ...

"Je peux partager. "


Avant de rejoindre la cité voisine , il allait faire un petit détour. Et il se mit en chasse, n'ayant rien d'autre en tête que la vengeance...


************************
   


Sergent – Quffvvvttffppplépdddmm ?

John – Excusez-moi, avec votre masque, je ne vous entends pas bien.

Après quelques minutes d'hésitation, il enleva son masque. Tant pis, il était un homme fort et vaillant. Il ne craignait pas une petite maladie de rien du tout. Mais ça avait l'air sérieux. Il ne ferait peut-être mieux pas...

John – Sergent ?

Sergent – Excusez-moi. Je disais : avez-vous une solution pour, ne serait-ce, que retarder l'épidémie ?

John – J'en ai une mais il me manque des composants. J'ai donné la liste à Arkeos. Tout ce que nous pouvons faire, c'est attendre. J'ai prélevé des échantillons de sang sur certains malades. Je vais les analyser pour essayer de trouver quelque chose mais...

Il repartit, désespéré. A une époque, il aurait pu... il aurait pu... Et alors ? Quoi ? Je vais me dégonfler ?! Qu'est-ce que Rose dirait ? Je ne suis pas encore mort ! D'un pas rapide, il revint vers son labo. S'il devait mourir, alors autant sauver tous ces gens avant d'aller dans la tombe.

Il regardait dans son microscope. Non, non. Ce n'est pas possible. Si cette chaine de protéines est constituée ainsi alors c'est que le virus entre dans la constitution moléculaire. Si on l'élimine, on élimine les protéines avec. Et il ne faut pas. Pas si brutalement. Mais comment faire ?


Toc , toc.


John – Qui est là ? Entrez mais sans rien casser!

Un homme, assez grand, fin, aux cheveux gris courts, un grand manteau datant de la Seconde Guerre Mondiale entra. Il tenait une tasse de café dans la main droite et un chronomètre sortait de sa poche gauche.

John – Qui êtes-vous ?

???? - Je m'appelle Ianto Jones et je crois que je peux vous aider.      


        
Citation:
Ten, Rose et Tom regardaient le trio machiavélique qui se trouvait face à eux. Rhumer leur fit signe d’avancer. Ils se retrouvèrent tous les six à l’endroit où se trouvaient les T.A.R.D.I.S.

Rose se tenait là, les poings serrés, les yeux rougis par les larmes versées. Elle était submergée par la rage et la douleur. Tom chercha à réconforter sa mère mais Lolocreep lui intima l’ordre de rester à sa place. Ten les regardait tous les deux, rongé par le remord et la tristesse. Il devait trouver une solution. Du regard, il fit un tour rapide de la pièce et remarqua un système de miroirs installés dans les angles. Sans doute un système rudimentaire de surveillance. Après un rapide calcul, il arriva à une conclusion qui le fit sourire.

King-Doctor – Nous avons mis du temps pour te retrouver, Docteur. De très longues années à essayer de croiser ta route. Depuis la destruction de Pazithi Gallifreya, nous n’avons eu de cesse que de te chercher. Notre peuple vivait pourtant sur cette lune, une colonie pacifique. Puis la guerre du temps est arrivée et a tout détruit sur son passage. Nous sommes les seuls à avoir réussi à déclencher une évacuation temporelle. Et quand nous avons essayé de retourner sur Pazithi Gallifreya, tout n’était plus que poussière et cendres. Et toi, tu t’es enfui, laissant mourir Gallifrey et tous les mondes qui l’entouraient. Elle est belle la puissance des seigneurs du temps.

Ten sentait la colère monter en lui. Comment lui tenir ce discours ? Dire ça à lui, lui qui avait tout perdu, parents, amis, femme, enfants, patrie. Lui qui s’apprêtait une nouvelle fois à lui retirer tout ce qui lui restait de semblant de famille. Tom avait du sang de seigneur du temps qui coulait dans ses veines. Et Rose, Rose qui avait tant risqué pour le sauver. Non, il ne pouvait pas laisser faire cela.

Ten – Tu sembles oublier que, dans la guerre du temps, j’ai moi aussi tout perdu. Et pire que tout, je suis le seul survivant de mon espèce. Vous avez la chance d’être trois. Vous pouvez tenter de rebâtir un monde, vous avez la technique pour, j’en suis sûr.
Rhumer – Non, tu ne t’en tireras pas à si bon compte. Plutôt mourir que de t’épargner !

Mais à l’instant même où Rhumer se précipita sur Ten, le Docteur sortit son tournevis sonique et le pointa sur un des miroirs. Le rayon passant d’un miroir à l’autre s’amplifia pour terminer sur le T.A.R.D.I.S. qui reconnu immédiatement l’ordre donné. En un éclair il se dématérialisa et se rematérialisa autour de Ten, Rose et Tom. Un cri de rage résonna à l’extérieur tandis que Ten se précipita vers la console, fit quelques réglages puis, triomphal, desserra le frein à main.

Ten – Allons-y !

--------------------

John Smith regarda le nouveau venu, surpris. Certes, il ressemblait au Ianto qu’il connaissait, mais il y avait quelque chose de différent.

John- Ianto ? Que faites-vous ici ?
Ianto- Je ne pense pas vous connaître monsieur, mais vous ressemblez à un ami très cher de mon supérieur.
En disant cela, Ianto tripotait rêveusement son chronomètre. Avec les temps, les petits jeux étaient devenus plus durs. Surtout depuis que Jack avait « évolué » physiquement.
Sergent – Et en quoi pouvez-vous nous être utile ?
Ianto- J’ai avec moi un séquenceur sonique. Je l’ai développé avec le capitaine Harkness. Nous avions intercepté un appel au secours via la faille. Ça nous a pris du temps pour le localiser mais compte tenu de ce qu’il disait, nous nous sommes dit que nous serions sans doute utiles. Jack avait d’autant plus insisté qu’il était mentionné dans ce message qu’une certaine Rose avait disparu.
John – Il s’agit de ma femme. Le capitaine Harkness la connait plutôt bien. Mais ça remonte a tellement longtemps.

Ianto – Le capitaine a plutôt bonne mémoire. Mais où se trouvent vos échantillons de sang que je vois ce que je peux faire ?
John lui indiqua les éprouvettes qui se trouvaient sur la paillasse. Ianto sortit un boîtier, pris une éprouvette et versa son contenu dans une petite coupelle en cuivre qu’il plaça à l’intérieur du boîtier. Puis il appuya sur un bouton et un ronronnement se fit entendre. Une lueur bleutée entoura le dispositif, semblable à une pulsation. Enfin, un son bref et strident retentit dans la pièce. L’analyse était terminée et Ianto regarda l’écran. Son visage s’éclaira.

Ianto – La solution semble d’une telle simplicité que ça en paraît indécent.
John – Mais quelle est-elle ?
Ianto – Il faut procéder à des injections massives de potassium sur toute la population. Cette souche du virus a été tellement modifiée qu’elle n’y résistera pas.

John se laissa tomber sur le siège le plus proche.

John – Ce serait simple effectivement, si seulement nous avions du potassium. Mais nos ressources sont très limitées et il y a bien longtemps que nous n’en avons plus. Tout est perdu.

Le sourire de Ianto s’effaça. John se prenait la tête dans les mains et commençait à sangloter.

Ten – Quelqu’un veut une banane ?

--------------------

Arkéos continuait à avancer prudemment. Aucun signe d’aragora dans les environs mais il devait rester vigilant. Il vit alors une silhouette près d’un bâtiment. Il avait convenu d’un signe de reconnaissance afin d’être sûr que celui ou celle qu’il rencontrerait serait bien de Beika. Il leva la main, les doigts écartés, index et majeur d’un côté, annulaire et auriculaire de l’autre. Pourquoi cette idée, sans doute à cause d’une histoire que sa mère lui avait racontée. L’autre personne exécuta alors une série de gestes de la main, la levant puis la baissant, serrant le poing pour finir avec la main tendue sur le côté. C’était bien le signe convenu et Arkéos avança, confiant. Il se trouva alors face à une belle jeune femme. Elle semblait avoir une vingtaine d’année, châtain clair, les yeux verts et la peau mate. Elle sourit à Arkeos.

Arkeos – Bonjour, je vois que vous avez bien reçu mon message. Aucun problème pour venir.
Lalita – Non, aucun. Les scans que nous avons lancés en surface semblent indiquer qu’il n’y a plus d’aragora depuis plusieurs semaines. Quelque chose semble les avoir annihilés pour de bon. Une sorte de maladie.

Arkeos compris immédiatement la raison de cette épidémie subite. Le virus avait sans doute été testé sur les aragora. C’était une espèce extrêmement résistante normalement. Et l’efficacité du virus ne pouvait être prouvée qu’avec des résultats de ce genre. Il réalisa aussi que la planète était enfin débarrassée de cette menace. S’ils réussissaient à se sortir de cette terrible impasse, ils pourraient de nouveau vivre à la surface, en paix. Mais l’heure n’était pas aux suppositions, il devait rencontrer le représentant de Beika pour plaider la cause de sa colonie. Lalita sourit à Arkéos. Troublé par ce charmant sourire, il bredouilla un maladroit « on peut y aller ? » qui fit éclater la jeune fille de rire.

--------------------

Rose – John !

Elle se précipita dans les bras de son époux, suivie de près par Tom. Ten regarda un instant les retrouvailles puis se tourna vers Ianto, une banane à la main.

Ten – Ianto Jones, vous avez pris un petit coup de vieux depuis la dernière fois que nous nous sommes vus. Que devient ce cher Jack ? Toujours aussi immortel ?

Ianto (se raclant la gorge) – Mmm oui, mais il a beaucoup changé depuis la dernière fois que vous l’avez vu.

Ten – Changé ? Comment ça ?
Ianto – Disons qu’il ne peut plus porter ce manteau.

Ten réalisa que l’ère de Face de boe était proche. Il aurait bien aimé savoir comment mais l’heure n’était pas aux digressions de ce genre. Il tendit sa banane vers le gallois.

Ten – Alors, on le fait ce potassium ? Je l’ai toujours dit, toujours avoir une banane sur soi.

Rose regarda Ten en souriant. L’optimisme du docteur lui avait manqué. Puis elle se tourna vers John et vit que la même lueur recommençait à briller dans ces yeux.

Rose – John, nos fils ?
John – J’ai bien peur qu’il y ait peu d’espoir. Mais Arkeos va bien. Il s’est rendu vers Beika pour trouver un accord afin que nous puissions tous évacuer là-bas. Même si nous trouvons une solution pour éradiquer Ebola, nous ne pouvons plus rester ici.
Ten – David-S m’avait parlé d’un système de recyclage de nourriture. Je pense pouvoir le modifier afin de lancer une production massive de potassium. Cela devrait être rapide grâce au séquenceur sonique et nous pourrons lancer la vaccination d’ici 30 minutes.
Rose – Je vais te montrer où il se trouve. Tom, reste avec ton père.

--------------------

Rhumer – Je t’avais pourtant bien dit de le fouiller !
King-doctor – Tu crois que je m’abaisse à ce genre de basse besogne ?
Lolocreep – Euh, les gars ?
Rhumer – Tu es vraiment un incapable !
King-doctor – Et toi un imbécile !
Lolocreep – Oh ! Les gars !
Rhumer – Il faut absolument remettre la main sur lui avant qu’il ne soit trop tard ;
King- doctor – En même temps, si tu avais fait ce qui était prévu à la base on n’en serait pas là.
Lolocreep – LES GARS !
Rhumer et King-doctor – QUOI ?
Lolocreep – Je sens que j’ai de la fièvre.

--------------------

Arkeos entra dans la salle principale de Bekia. La descente n’avait pas été plus confortable que sa remontée de tout à l’heure. Au moins, la technique était la même chez tout le monde.
Il se retrouva face au Sergent en chef de cette colonie et lui exposa la situation dans le calme. Une fois qu’il eut fini, le sergent prit un instant pour la réflexion.

Sergent – ce que vous venez de me dire semble conforter ce que je pense depuis bien longtemps. Il est plus que temps que nos querelles cessent. Nous devons nous associer pour faire une nation forte et unie. Et rebâtir cette planète. La menace qui régnait à la surface n’est plus. Je vais envoyer des émissaires vers les autres colonies pour réunir tous les représentants afin d’établir les bases d’un traité de paix et d’une nouvelle Terre.

Arkeos regarda Lalita. Elle lui sourit et il lui rendit son sourire. L’espoir gonflait à nouveau sa poitrine.

--------------------

Ianto (via un communicateur)– Nous avons déjà plus de 10 litres de solution à haute teneur en potassium. Vous avez des seringues et du désinfectant ?
Sergent – J’ai fait appeler toutes les personnes en état de procéder aux injections. Elles apportent tout le matériel qu’elles auront pu trouver. Je fais diffuser un message pour que les sessions se passent dans l’ordre et le calme.
John – Il me faut une seringue pour mes fils. Même si ce sont des clones, ils sont mes fils quelque part. Je dois les sauver.
Rose – Les clones des enfants sont toujours en vie ?
John – Oui, en tout cas ils l’étaient encore il y a…
Ten – 14 heures.

--------------------

Rose, Ianto et Ten revinrent, transportant plusieurs flacons de solution. Ils les distribuèrent aux personnes présentes et la vaccination générale commença. Rose tenait une seringue dans sa main, elle tremblait. Son mari se trouvait dans la pièce à côté et elle craignait ce qu’elle allait voir.
Lorsqu’elle entra, elle découvrit John à genoux, à côté d’un lit. Arrivée derrière lui, elle vit David-S, étendu, les yeux clos. Elle était revenue trop tard.

John – Tu n’aurais rien pu faire pour lui, il n’était plus depuis au moins quarante minutes. Mais Evan t’attend, on a encore l’espoir d’en sauver un.

Rose s’approcha d’Evan, elle prit son bras affaibli par la maladie et enfonça l’aiguille de la seringue. Elle injecta la solution et attendit. Des larmes commençaient à couler le long de ses joues. Une nouvelle fois, elle pleurait un fils et craignait de devoir en pleurer un autre. Mais une main se posa sur son bras.

Evan- Maman, c’est toi ?

--------------------

Ten et Ianto aidaient le Sergent à diriger les opérations.

King-doctor – Eh vous là-bas !

Le sergent se tourna en sortant son pistolet.

Rhumer – Sauvez-là, je vous en prie, je n’ai qu’elle au monde.

Voyant cet homme en train de porter sa femme mourante dans se bras, Ten fit baisser son arme au sergent et approcha de Rhumer avec une seringue à la main.

Ten – vous avez été pris à votre propre piège et vous allez tout perdre. Je vais lui injecter la solution mais soyez sûrs que vous paierez les conséquences de vos actes. Et ce dans un jugement impartial.

Il prononça cette dernière phrase en regardant Tom droit dans les yeux. Le jeune garçon fit un signe approbateur de la tête.
Soudain, un appel retentit dans le récepteur qui se trouvait à côté de Tom.

Arkeos – C’est moi ! J’ai rencontré le sergent Mohinder et sa fille. Je peux vous affirmer que les aragoras ont cessé d’exister. Le virus les a tous tués ! Nous allons pouvoir retourner à la surface ! Et vous, comment ça va ? Vous avez trouvé une solution ?
Tom – C’est génial ! Ici, le docteur a trouvé le remède avec l’aide d’un autre homme, je te raconterai plus tard. Ils vaccinent tout le monde.
Arkeos – J’ai retrouvé David-S et Evan… Ils sont morts.
Tom – Leurs clones sont ici. Malheureusement, nous n’avons pu sauver qu’Evan.
Arkeos – Vous avez trouvez les coupables ?
Tom – Oui… Mais le docteur et papa t’expliqueront.

--------------------

La semaine qui suivit fut très intense et la totalité de la colonie fut vaccinée. Il n’y avait eu que très peu de pertes humaines. Les autres colonies procédaient à des vaccinations et les représentants de chacune avaient mis sur pied les modalités du nouveau monde qui s’offrait à tous.
Toutes ses émotions avaient grandement éprouvé Tom, bien plus que ses parents. Il était au repos forcé, ordre du Docteur, depuis quelques jours, couché aux côtés de son frère.
Ten avait plaidé la cause de Lolocreep, Rhumer et King-doctor. Bien trop de sang avait été versé et il s’était assuré que le jugement n’aille pas jusqu’à la peine capitale. Lolocreep se remettait, menottée à son lit, Rhumer à son chevet, menotté lui aussi. King-doctor, dans l’attente de sa condamnation, donnait un coup de main pour préparer l’évacuation imminente.
Ianto estimant qu’il avait accompli sa tâche, se préparait à partir. Il fit ses adieux à tous.

Ten – Vous saluerez Jack de ma part.
Rose – Vous l’embrasserez de la mienne. Mais au fait, comment êtes-vous arrivé ici ?
Ianto – On va dire que j’ai eu un petit coup de pouce de Jack mademoiselle.

Il leva le bras et tapota son poignet.

Ten – Eh ! Mais c’est le…

Mais Ianto s’était déjà évanoui dans l’air.

Ten – Sacré Jack.

Quelques jours après, ce fut au tour de Ten de partir. Il s’assura que tout allait pour le mieux, fit ses adieux à Tom, Evan et Arkeos. Puis ce fut au tour de John et Rose. Ils étaient tous trois très émus.

Rose - Cette fois c’est la bonne ?
Ten – Peut-être, on ne sait jamais. Prenez bien soin l’un de l’autre.
John – Compte sur moi et encore merci pour tout.
Ten (sur le pas du T.A.R.D.I.S.) – Ce fut un plaisir.
Rose – Mais pourquoi dis-tu peut-être ?
Ten (en souriant) – Secret de Timelord

Alors qu’ils regardaient le T.A.R.D.I.S. disparaître, une infirmière vint les trouver.

Infirmière – John ? Rose ? Je dois vous parler de Tom.
Rose – Que se passe-t-il ?
Infirmière – On ne se l’explique pas, mais il semble qu’on entende un deuxième battement de cœur.
John – Quoi ?
Rose – Quoi ?
John et Rose – QUOI ?


_________________

http://drolededuam.hautetfort.com


Dernière édition par duam78 le Mer 1 Juil 2009 - 12:47; édité 36 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Mordax
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2008
Messages: 883
Localisation: Somewhere with Matt Smith
Féminin

MessagePosté le: Jeu 19 Mar 2009 - 18:41    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Petite question : quel est le travail exactement d'un bêta ?


Réponse : Un Bêta est une personne qui relit et corrige les fics d'un auteur afin d'éviter de poster une histoire qui "pique les yeux" . Wink
_________________

... Angels have the Phone Box ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
king doctor
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 569
Localisation: dans le tardis
Masculin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2009 - 19:42    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

je vien de pensé a ça on peut placé des photos dans le texte ?
(c'est pas que j'y tienne c'est juste une question Wink )
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Midori
Time Lord

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2007
Messages: 3 387
Localisation: Suisse
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 龍 Dragon

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2009 - 19:55    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

King Doctor, merci de faire attention à ton écriture ! Il y a plus de fautes que de mots dans ta phrase.


_________________

(Art by Awabubbles / Gif by Neph)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur ICQ Yahoo Messenger MSN
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Dim 22 Mar 2009 - 22:31    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Je ne suis pas pour insérer des photos dans le texte (bien que ce soit une de mes "marques de fabrique" Laughing ) mais là on est partis sur une fic (et pas un roman-photo).

Après c'est à voir si les autres sont pour ou non, je n'ai pas le monopole des décisions.  Wink

Et Sunjin et moi te l'avons déjà dit, et Midori doit te le redire... Fais vraiment gaffe à ton écriture. Si tu écris ton chapitre comme ça... ton bêta va péter un plomb...
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Reinette
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 918
Localisation: Budapest
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Mar 2009 - 01:37    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Question à la "mords moi" : si on s'inscrit en tant qu'auteur mais qu'en lisant les chapitres des petits copains finalement on se sent plus du tout apte à suivre sans tout casser, on peut se dé-inscrire en s'excusant platement tout en rampant vers le pilori ? Mr. Green

Parce que ça me tente bien mais ça fait un moment que j'ai pas écris de fic...
_________________


-- [ Militante du CARV ODTD, atteinte d'OJSD et OBCD, Présidente des FFFATBI ] --
Revenir en haut
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 23 Mar 2009 - 07:29    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Comme je l'ai dit dans le premier post, si on s'engage, on ne lâche pas ses petits copains même en s'excusant platement tout en rampant vers le pilori !

Mais ne t'inquiètes pas... je pense que tu as laaaaaargement le niveau pour cette fic commune (tes posts le confirment) Wink

Mais je ne force personne, donc à toi de choisir, envoies moi un MP si tu veux toujours t'inscrire.
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Reinette
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mar 2009
Messages: 918
Localisation: Budapest
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Mar 2009 - 07:59    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Arf, désolée j'avais raté cette précision dans ton premier post 


Bon et ben sur ce, j'ai un mp à écrire Mr. Green
_________________


-- [ Militante du CARV ODTD, atteinte d'OJSD et OBCD, Présidente des FFFATBI ] --
Revenir en haut
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 28 Mar 2009 - 10:40    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Après tirage au sort effectué par des mains innocentes (bon, ok, y'avait que moi dans la salle... donc c'est moi qui l'ai fait Laughing )

ORDRE de passage :

1-David-S

2-King Docteur
3-Arkeos
4-
Yeles
5-Evan
6-Reinette
7-
Hachiko
8-Duam78
9-Samaël

... (si histoire non finie=> retour au n°1)


Les Bêtas:

Hachiko
Mordax
Samaël
Yeles
Sunjin
Marm
Duam78

Une introduction a été postée pour ancrer les bases de la fic... et la lier avec la fin de la Saison 4.

David-S , le compte à rebours a commencé ...  copie à envoyer au bêta pour samedi 4 avril et  à me rendre pour le 8 avril maximum. Wink

Bon courage à tous et en avant l'aventure
_________________

http://drolededuam.hautetfort.com


Dernière édition par duam78 le Lun 18 Mai 2009 - 15:37; édité 6 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
duam78
Lady Of The Tardis
Lady Of The Tardis

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2008
Messages: 4 205
Localisation: Entre le Hub, le Tardis et sa maison avec son mari... épuisant ...
Féminin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2009 - 22:23    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Le premier chapitre écrit par David-S est en ligne Wink ==> ==>ICI<==



Un très bon premier chapitre qui pose les base de la fic. Tu as réussi à mettre en place l'intrigue tout en restant assez vague pour que les suivants puissent être libres de créer des personnages et des actions... Wink
Bravo, vraiment

Et en plus la touche humoristique est parfaite, au bon endroit, et m'a fait bien rire ^^
Tom : « Je m’appelle Tom. » Dit-il simplement.
Ten : « Tom ?? C’est un beau prénom, c’est bien, c’est court, facile à retenir. J’ai eu un rat qui s’appelait Tom, il a hanté la cave du Tardis pendant des années, mais j’ai dû m’en séparer, il était devenu beaucoup trop bavard, même pour moi, c’est tout dire… »

_________________

http://drolededuam.hautetfort.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Mordax
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2008
Messages: 883
Localisation: Somewhere with Matt Smith
Féminin

MessagePosté le: Ven 3 Avr 2009 - 23:37    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Bravo pour ce début, très mystérieux Wink
_________________

... Angels have the Phone Box ...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
king doctor
[Face of Boe]

Hors ligne

Inscrit le: 07 Mar 2009
Messages: 569
Localisation: dans le tardis
Masculin Taureau (20avr-20mai) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Sam 4 Avr 2009 - 00:09    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

 Tout d'abord félicitation pour ton chapitre David S, ça va  être compliqué de passer après cet exaltant chapitre .

Et puis  j'aurais une question si jamais je n'ait pas terminer a temps je pourrait avoir une rallonge d'un jour ou deux car j'ai des rédac a faire pour les prochains jours Question

 Mais ne vous inquiéter pas je vais m'impliquer dans mon chapitre que je commencerait as écrire demain ( pas ce soir sinon je risque d'écrire quelque chose de bizarre ) .
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
yeles
Time Agent
Time Agent

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2008
Messages: 4 108
Localisation: les yeux dans les étoiles
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 牛 Buffle

MessagePosté le: Sam 4 Avr 2009 - 08:27    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

Bon début. Il plante un décor sans trop en dire... Reste à voir comment la suite va se dérouler Smile
_________________
thx sis' pour avoir tenu la caméra Smile
Revenir en haut
MSN
Evan
[Conquête du Cpt Jack]

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2009
Messages: 146
Localisation: Ici
Masculin Taureau (20avr-20mai) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 4 Avr 2009 - 10:04    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic Répondre en citant

J'ai adoré ce premier chapitre. c'est trop bien écrit. en plus il y a des passage très drole comme avec le rat XD.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:43    Sujet du message: [Terminée] La BOT's FanFic

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Doctor Who Index du Forum -> Made in Gallifrey -> Hall Of Fame Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 39, 10, 11  >
Page 1 sur 11

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com