Doctor Who Forum Index
 
 
 
Doctor Who Forum IndexFAQSearchRegisterLog in


Bilan saison 12

 
Post new topic   Reply to topic    Doctor Who Forum Index -> Doctor Who -> Saison 12
Previous topic :: Next topic  

La saison 12, vous l'avez trouvée comment ?
Excellente
7%
 7%  [ 1 ]
Très bonne
46%
 46%  [ 6 ]
Bonne
30%
 30%  [ 4 ]
Moyenne
0%
 0%  [ 0 ]
Mauvaise
15%
 15%  [ 2 ]
Catastrophique
0%
 0%  [ 0 ]
Aucune idée
0%
 0%  [ 0 ]
Total Votes : 13

Author Message
Lecrivaindujour
[Face of Boe]

Offline

Joined: 25 Aug 2013
Posts: 512
Masculin Scorpion (23oct-21nov)

PostPosted: Fri 6 Mar 2020 - 19:01    Post subject: Bilan saison 12 Reply with quote


Vu que personne ne l'a encore fait et que la saison est finie, je pense qu'on peut commencer à donner notre avis général. Donc : qu'avez-vous pensé de la saison 12 de Doctor Who ? Vous l'avez aimée, vous l'avez détestée, ni l'un ni l'autre ? Pourquoi, comment, à quel point ? Allez-y. (J'ai même fait une jolie balise !)

***


Je commence du coup ! J'avais des attentes pour cette saison 12 mais honnêtement je n'imaginais pas ça. En fait, ayant apprécié la saison 11, j'espérais quelque chose de similaire mais juste mieux écrit. Car même si je considérais la saison 11 comme très bonne, il n'en est pas moins qu'elle avait de sacrés problèmes d'écriture, problème qui venaient plomber plusieurs épisodes.

Et j'ai trouvé que la saison 12 relevait le niveau. J'ai su apprécier chaque épisode. Même s'il y a toujours des défauts, il n'y en a aucun qui soit moyen voire mauvais. C'est la première fois que j'ai ce sentiment depuis la saison 5. Et contrairement à la 5, la 12 ne se perd pas dans une intrigue incompréhensible et pleine d'incohérences. Voici mon avis, épisode par épisode.

Spyfall, partie 1 : Très bon épisode. Il y a toutefois quelques bémols dans la cohérence, avec de gros hasards bien pratiques (genre, comment O sait que le Kasaavin a pris « un genre de pilule de suicide » ? et heureusement que le Kasaavin a juste téléporté Yaz au lieu de la tuer). Toutefois, j’aime beaucoup les personnages développés, surtout O, qui, bien que sortant de nulle part, permet un très bon twist de fin : c’est l’inconnu tout gentil qui est au final le méchant de l’histoire, alors que le Docteur nous avait bien dit de ne faire confiance à personne. Grâce à ça, l’épisode est réussi dans sa force émotionnelle, cette dernière étant bien aidée par les musiques de Segun Akinola. Chibnall gère comme d’habitude sans problème son rythme, alternant avec brio entre scènes calmes et scènes d’action. L’épisode parle intelligemment de comment la façon dont on agit auprès des autres influence leur perception de nous, et comment cette perception influence notre propre personne. Il est bien réalisé, avec quelques très jolis plans (comme le panoramique circulaire autour de Barton, Yaz et Ryan qui traduit le caractère stressant et anxiogène de la situation). Les dialogues sont à peu près bien écrits, même si les séquences humoristiques n’étaient pas spécialement drôles. Ça n’en est pas moins un assez bon départ.

Spyfall, partie 2 : Bon épisode en soi mais assez décevant par rapport au premier. Il souffre surtout d’une surabondance d’exposition pour répondre à tous les enjeux. Le Maître n’aura pas servi à grand-chose : il a pompé l’air tout le temps mais on n’a pas vu sa part active dans le plan de Barton. Barton, en revanche, est tout à fait convaincant, et il est même le meilleur atout de l’épisode. Ce dernier est assez créatif dans les environnements qu’il propose, surtout pour toute la séquence dans le Paris des années 40. J’ai bien aimé le traitement des personnages d’Ada Lovelace et Noor Khan, même s’ils ne sont pas servis par les meilleurs dialogues. En revanche, musique et réalisation sont toujours au top, ce qui permet quand même de créer des émotions pour le spectateur (j’ai trouvé toute la scène de l’avion très drôle). Pour revenir sur les personnages, par contre, les compagnons du Docteur ont servi à que dalle : ils passent tout l’épisode à courir après Barton mais rien de ce qu’ils font n’a d’impact sur l’intrigue. Enfin, toute la partie sur l’Enfant Intemporel est géniale et crée un enjeu dramatique fort sur la saison. Bref, ça reste bon, même si c’est pas toujours folichon en termes d’écriture.

Orphan 55 : Bon épisode, bien qu’il soit très décrié et à raison. Tout comme le précédent, il a deux soucis majeurs. Le premier, c’est qu’il manque d’un vrai enjeu : il n’est qu’une suite de situations, chaque situation entraînant la suivante par ricochet, au lieu d’avoir une intrigue bien définie. Le second, c’est qu’il est pourri par une morale écolo qui sort de nulle part et n’a aucun lien avec tous ces petits enjeux. Au final, cette morale rend toute la conclusion bancale, parce qu’au lieu de rendre compte de la réaction des personnages face à ce qui leur est arrivé, on se concentre sur cet élément qui n’est pas si important que ça au regard du reste. Genre, qu’est-ce qui va arriver à Kane et à sa fille ? Si on avait davantage insisté là dessus, le manque d’enjeux serait beaucoup moins gênant. En dehors de ça, il n’y a pas grand-chose à jeter. Les personnages sont intéressants et bien définis même s’ils ne restent pas à l’écran longtemps. On arrive à les différencier, ce qui les rend un peu plus vivants que de simples pions à sacrifier. Le twist de la Terre, même s’il n’a aucun intérêt au final, m’a vraiment surpris, et j’ai regardé tout le reste de l’épisode avec beaucoup d’intérêt. Le rythme reste bien géré. Ed Hime, le scénariste, semble aborder la responsabilité des gens les uns par rapport aux autres, et ça passe bien. Le speech du Docteur à la fin est redondant et forcé, mais au moins Witthaker le joue bien. À nouveau, réalisation et mise en scène sont au top. Enfin, on a une planète morte et désolée qui ressemble à une planète morte et désolée (coucou The Ghost Monumennt). Donc ça restait tout de même assez agréable à regarder.

Nikola Tesla’s Night of Terror : Excellent épisode, le meilleur de la saison. Je n’ai quasiment rien à reprocher, du début à la fin. Il est très créatif, et magnifique visuellement. En plus, la musique est super cool, et le rythme effréné (même si parfois un peu trop) fait qu’on ne peut pas se détacher de l’écran. C’est le seul épisode que j’ai regardé en souriant tout du long, parce que j’étais en permanence en train de me dire : « Mais c’est trop bien, c’est trop bien ! » J’ai adoré le traitement de Tesla et Edison, et tous les personnages ont un rôle à jouer, même minime. Surtout, il ne sont pas là plus que ce qu’il faut. La reconstitution historique est irréprochable. Les antagonistes sont simples mais bien gérés, alors ça passe crème. Et je le redis, mais j’ai adoré la musique, c’est de toute la saison celle qui m’est le plus restée en tête. Superbe épisode sur lequel je reviendrai avec plaisir.

Fugitive of The Judoon : Bon épisode en soi, mais bon, c’est vraiment surtout du dialogue et de l’intrigue de saison. Alors le tout tient à peu près la route hormis une ou deux invraisemblances, ça OK. Mais on te balance tellement d’enjeux à la gueule que c’est à te donner la migraine. Toute la partie avec Jack se résume à dix minutes de pure exposition (dialogues, dialogues, dialogues), et permet d’éloigner les compagnons pendant que le Docteur est occupé de son côté. Sinon, oui, j’ai beaucoup aimé le twist sur Ruth, tant pour la musique et pour la mise en scène que pour la révélation en elle-même. Les Judoon sont très réalistes, les animatroniques juste bluffants. Et puis en soi, j’ai pas grand-chose à reprocher aux dialogues. Donc c’est loin d’être mauvais, et c’est vrai que ça hype bien pour la suite.

Praxeus : Bon épisode. Il est très bien fait et très créatif, mais les ficelles scénaristiques sont assez grosses. C’est mon seul reproche : ce cheminement est téléphoné (ils trouvent quand même le remède vachement vite, entre autres choses). J’ai adoré tout le reste : la mise en scène, les dilemmes des personnages (enfin surtout le couple, parce que la meuf’, j’avoue trouver étrange la rapidité avec laquelle elle fait son deuil), le réalisme du praxeus, dégueulasse à souhait. Les musiques sont assez anecdotiques, je trouve que Segun Akinola s’est un peu reposé, mais ça reste agréable.

Can You Hear Me? : Très bon épisode. L’histoire en elle-même est assez simple mais elle est là pour appuyer le thème, et j’ai beaucoup aimé son traitement (malgré la tirade bien trop grandiloquente du Docteur sur les humains). Le seul élément scénaristique foireux, c’est le réveil du Docteur, qui n’est justifié que par du symbolisme (elle n’a pas fait de cauchemar). J’ai trouvé la mise en scène réussie, sauf pour le moment où les dieux sont enfermés, qui les rend assez ridicules alors que jusque-là, ils en jetaient pas mal. Pour le reste, l’épisode est beau, bien fait et bien écrit, avec de nouveau des musiques de bonne facture, et plusieurs plans iconiques. Je suis fan de l’esthétique de la saison, servie par de beaux décors et effets spéciaux, et qui joue davantage avec les couleurs.

The Haunting of Villa Diodati : Excellent épisode ! C’est l’un des mieux écrits du lot, juste derrière Nikola Tesla’s Night of Terror. Le twist du Cyberman solitaire (qu’on attendait que dans l’épisode suivant) est bien amené. Les personnages sont intéressants, de même que le dilemme du Docteur bien qu’il soit un peu exagéré (que Percy Shelley ait influencé l’histoire au point que sa mort prématurée puisse annuler l’existence des compagnons, ça va quoi). De même, la justification des os qui bougent tout seuls n’est pas des plus convaincantes. Sinon, comme toujours, j’ai beaucoup apprécié la réalisation, les décors et la musique. Les dialogues étaient eux aussi très bons. Les idées de mise en scène pour jouer sur la fibre horrifique fonctionnent. Bref, vraiment un petit film de haute volée.

Ascension of the Cybermen : Encore une fois, excellent épisode ! Je n’ai rien à redire, si ce n’est les quelques « hasards bien pratiques » propres à Chibnall (le Cyberman solitaire suit les compagnons qui arrivent comme par hasard devant le vaisseau cargo contenant une armée de Cybermen, parce que comme par hasard ils étaient trop loin du TARDIS pour revenir). Sinon, il est lui aussi très bien réalisé, très créatif dans sa mise en scène, irréprochable dans ses effets spéciaux. Le nouveau thème des Cybermen donne des frissons, mélange percutant de cuivres et de sons métalliques. La création d’une ambiance de guerre est elle aussi réussie. Par contre, l’épisode n’a fait qu’introduire des enjeux, et la seconde partie n’aura qu’une heure pour résoudre l’intégralité de ceux que le reste de la saison a posés.

The Timeless Children : Bon épisode, mais il est à peine meilleur que Spyfall, partie 2 et partage beaucoup des mêmes problèmes (mais aussi des mêmes qualités). Le Maître est globalement là surtout pour faire de l'exposition, même s'il prend une part un peu plus active dans le plan du méchant. L'antagoniste majeur du premier épisode (le Cyberman solitaire) passe à la trappe. Les compagnons occupent une bonne partie du temps d'écran pour au final ne rien apporter à l'histoire. Bon à la rigueur y a Ko Sharmus qui vient pour se sacrifier, mais justement : en quoi le sacrifice du Docteur la rendrait comme le Maître ? Genre elle va provoquer un génocide, mais en quoi c'est pire que ce qu'elle vient de faire subir aux Cybermen en explosant leur vaisseau, ou aux Skithra en électrocutant leur reine ? Surtout qu'au final comme je l'ai dit, Ko Sharmus le fait donc le résultat est le même. Au final on dirait juste que le Docteur avait peur de mourir parce que ça laisserait l'Univers sans défense. Cette partie-là est un peu foirée et emporte en bonne partie la cohérence de l'épisode avec elle. En revanche, toute la séquence sur l'Enfant Intemporel est excellente, et pourrait même permettre d'expliquer certaines incohérences (genre le Troisième Docteur qui disait avoir plusieurs milliers d'années dans les Classics). La mise en scène était propre dans l'ensemble. Bref c'était sympa mais très imparfait niveau écriture.

Bilan de la saison : J’ai adoré la saison 12, tout simplement parce que j’ai apprécié tous les épisodes. C’est la première saison depuis la 4 où il n’y a aucune tache. Alors cela dit, certains ne sont pas exempts de défauts. De plus, tous ont dû composer avec le surnombre de compagnons, qui obligeait à trouver en permanence des moyens de les séparer. Du reste, on a souvent l’impression que les épisodes n’ont pas le temps de leur scénario. Enfin, The Timeless Children peine à être un final pleinement satisfaisant. C’est pour ces raisons que je continue à mettre la saison 3 au dessus. Toutefois, réussir à faire aussi bien que Russel T. Davies me paraît déjà être un très bon signe. Je n’ai cependant pas l’impression que Chibnall puisse faire mieux. Ses défauts d’écriture sont présents et c’est ce qui le tire un peu en arrière. Mais malgré tout, il est parvenu à renouveler la série, et à créer des enjeux forts sans trop se planter. Alors oui, cette saison 12, elle était vraiment bien.

Pour finir, un classement des épisodes, du meilleur au pire, en fonction de pas mal de critères.


_________________


Last edited by Lecrivaindujour on Wed 18 Mar 2020 - 21:56; edited 1 time in total
Back to top
Visit poster’s website
Publicité






PostPosted: Fri 6 Mar 2020 - 19:01    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Arkham
[Centurion solitaire]

Offline

Joined: 25 Aug 2014
Posts: 59
Masculin

PostPosted: Sat 7 Mar 2020 - 23:13    Post subject: Bilan saison 12 Reply with quote

Globalement, cette saison fait mieux que la catastrophique saison 11, mais toujours en restant très en-dessous de tout ce qui a été fait depuis la reprise en 2005.

Plutôt que de faire un bilan hyper détaillé de chaque épisode, je vais plutôt aller directement à l'essentiel : à part sur quelques épisodes, on s'ennuie ferme, on ne ressent rien.

Ce que j'aime dans cette série, c'est qu'on se sent toujours bien à la fin d'un épisode. Un petit coup de mou? Une déprime? N'importe quel épisode se regarde, se re-regarde, se re-re-regarde et à la fin, on a le sourire et on se sent bien. On passe du rire aux larmes en quelques instants, il y a de la joie, de la surprise, un véritable cocktail d'émotions qu'on trouve rarement ailleurs. Et alors ces scénarii, ces réalisations ou ces monologues, qui sont tellement bien adaptés au jeu d'acteur de chacun ! L'un sublime l'autre, et c'est magique à regarder. Je ne me lasserai jamais de voir Heaven Sent par exemple, même si Capaldi n'est pas mon favori, on sent tout de suite que le moindre détail a été écrit exprès pour lui et sa façon de jouer, même dans la musique !

Et c'est tout ça que je ne retrouve pas aujourd'hui. On aura beau dire que le principe de Doctor Who est de se renouveler, d'avancer, de changer etc... J'ai toujours considéré qu'il devait y avoir une certaine base commune, une cohérence, tant dans l'histoire avec les saisons précédantes que dans l'émotion qu'un épisode est censé nous faire ressentir, et c'est ce qui manque encore. J'ai l'impression de regarder un "bon" spin-off et non la série mère, et ça me parait totalement inenvisageable de me dire que je vais revoir une 2e fois un épisode "juste pour le fun", alors que je le fais très régulièrement pour le reste de la série.

Doctor Ruth par contre, en quelques minutes seulement à l'écran, parait déjà bien plus prometteuse et ressemble comme 2 gouttes d'eau à Twelve, son caractère me paraît plus en cohérence avec ce que j'aurais pu attendre de la régénération de Capaldi, je suis impatient d'en voir plus d'elle.

Un bon point tout de même à souligner cette saison, c'est que ça se connecte un peu plus au reste de la série via les références (Cyberman, Jack, Gallifrey, Master...) et en y repensant, je crois que c'est même la seule raison qui la rehausse par rapport à la saison 11.
_________________
Back to top
anath
[Ood]

Offline

Joined: 23 Feb 2020
Posts: 2
Masculin

PostPosted: Sun 8 Mar 2020 - 10:22    Post subject: Bilan saison 12 Reply with quote

Bonjour à toutes et tous,

Il y a un point qui me chagrine. Le lien entre les épisodes 2 et 8 est souligné par quelques phrases mais n'est pas utilisé dans la suite de la saison.
Vous pensez que cela pourrait l'être plus tard ?

Si vous n'avez pas identifié le lien, je vous laisse revoir les 2 épisodes. Wink
Sinon :

Ada la fille à papa, puis le Lord papa dont la fille vient de naître 8 mois plus tôt.

C'est notamment le "you are clues" qui me fait tiquer dans l'épisode 2...
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Doctor Who Forum Index -> Doctor Who -> Saison 12 All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group